Danse avec une concubine, première partie

302Report
Danse avec une concubine, première partie

Il fut un temps où la magie et les sorcières étaient la norme, où les énigmes mystiques terrorisaient la terre. Autrefois, je les considérais comme des fables, des contes à raconter pour endormir les enfants, mais il s'est avéré que c'était loin d'être le cas.

Mon histoire commence un jour comme les autres ; Je me suis réveillé au son de l'alarme de mon téléphone qui criait les paroles de ma chanson préférée, « Feeding the undead » de Bloodbath. Je suis un métalleux, allez comprendre. J'ai appuyé sur le bouton snooze et je me suis assoupi pendant environ 15 minutes avant de réaliser que j'étais en retard au travail. Je travaille comme archéologue spécialisé dans les symboles et bibelots incas. Mon équipe a été appelée dans une ville par la « Société historique de New York » appelée Livingstone pour enquêter sur une grotte découverte par des toxicomanes locaux. Ces fumeurs de joints ont sans le savoir trouvé une sorte de sanctuaire et nous devions rassembler toutes les reliques et les rapporter pour une étude plus approfondie.

J'ai sauté dans la douche et j'ai frissonné lorsque l'eau froide m'a frappé. Putain de motel ! Mes mamelons durcissaient lentement alors que l'eau glacée balayait mes seins ; c'était vraiment bien, peut-être trop bien. J'ai mis ces pensées de côté et j'ai attrapé le gel douche, j'en ai vidé une cuillerée dans mon luffa et je l'ai rapidement fait mousser sur mon corps. Cinq minutes plus tard, j'étais dehors et je me rinçais. Je me suis ensuite passée devant le miroir pour mon rituel quotidien. Chaque fille a besoin d'un coup de pouce et la mienne était une courte conversation avec moi-même avant de commencer la journée.

Je me suis regardé droit dans les yeux et j'ai dit : "Tu es Lissa Hamilton. Tu es sexy, sexy et intelligente comme Lara Croft mais malheureusement moins britannique. Ta bouche est peut-être pleine de dentifrice en ce moment, mais tu es définitivement embrassable."

J'ai alors vraiment pris une minute pour vérifier ma nudité. Mon père venait de Norvège mais ma mère du nord de l'État, ils se sont rencontrés lors d'un concert de death metal norvégien où mon père jouait. C’était le coup de foudre pour un riff de guitare. Grâce à mon père, j'ai des cheveux blonds naturels de plage que je garde toujours attachés en queue de cheval et des yeux vert émeraude. Ma mère m'a donné de beaux seins en bonnet C et un cul impeccable. Malheureusement, c'est aussi grâce à elle que j'étais plutôt petit et que les garçons devaient se pencher au lycée pour m'embrasser.

J'ai choisi une chemise blanche unie avec un vieux jean miteux et je suis parti. J'avais loué une Toyota délabrée pour la durée de mon séjour. C'était bon marché, d'accord ? J'ai dû me rendre à la périphérie de la ville et rencontrer Brian, un membre de notre équipe de fouilles. Nous étions au total quatre personnes, dont Brian, spécialisé dans la culture romaine, Nancy dans celle de l'héritage égyptien et Stuart, notre chef bienveillant et toujours chauve.

En arrivant près du point de rendez-vous, j'ai vu le camping-car de Stuart et je me suis garé à côté. Brian m'a accueilli avec un sourire alors que je sortais. Brian est un peu comme le gars ringard mignon que vous rencontreriez à l’université récitant la prose de Dante Alighieri dans le latin original. Ce qui semble idiot et ça l’est, mais c’est un amoureux total. Il portait les cheveux courts et sur le côté et portait de grandes montures qui parlaient du vrai hipster en lui.

"Mec, tu es si en retard." Il a dit en me tendant une tasse de thé chaude, "Nancy est déjà entrée mais moi, étant le parfait gentleman, je voulais t'attendre. De plus, Stuart voulait te voir."

"Oh super, quelle façon parfaite de commencer la matinée. Si le café ne me fait pas démarrer, ses cris effrénés le feront."

"Tu n'aimes pas juste le travail ?" Brian a répondu de manière très sarcastique.

Je me suis dirigé vers le camping-car et j'allais frapper quand j'ai remarqué que la porte était ouverte, alors je me suis glissé à l'intérieur. J'ai regardé à l'intérieur et j'ai vu Stuart debout, nu, la main sur les hanches.

"Hé ma belle", dit-il en faisant un clin d'œil, "Papa ours a besoin d'amour."

"Stuart, c'est quoi ce bordel !" J'ai crié : "C'est la cinquième fois ce mois-ci, une reprise boiteuse d'une émission de télévision ne va pas te faire baiser avec moi."

"Mais le gars a dit deux fois sur trois." Dit-il en attrapant un pantalon, "deux sur trois, mon cul".

Stuart avait la quarantaine, la tête toujours dénuée de cheveux. Il était l’équivalent humain d’un cochon ventru. C’est-à-dire qu’il est petit, poilu et fait des bruits sarcastiques. Alors pourquoi je travaillais avec un patron qui essaie de me baiser dès qu'il en a l'occasion ? Eh bien, croyez-le ou non, c'est l'un des plus grands esprits de notre siècle, un génie dans tous les domaines avec un cerveau qui rivalise avec Stephen Hawking lui-même. Il avait l'air plutôt beau aussi, mais après un divorce amer et une consommation d'alcool rigoureuse, des conneries arrivent. Je suis allé à l'une de ses conférences à l'université et il m'a recruté pour son équipe. Tout bien considéré, c'était sympa; en plus des avances sexuelles constantes, je construisais un sacré CV et j'acquérais énormément de connaissances en même temps.

"Alors patron, y a-t-il quelque chose que vous devez dire avant de commencer à travailler." Dis-je avec un ton aigu dans la voix.

"Désolé pour le harcèlement sexuel." Il a dit en donnant un coup de pied au sol, "Je devrais probablement cacher la lueur dans les préservatifs sombres alors, à moins que ?"

"Ouais, ce serait conseillé." Dis-je en sortant.

Nous avons sorti notre équipement et nous sommes dirigés vers la forêt pour rattraper Nancy. Je pouvais sentir Stuart regarder mes fesses pendant que nous nous aventurions. Ce mec a besoin de baiser, mais là encore, moi aussi. Je suis en période de sécheresse depuis deux ans depuis que j'ai rompu avec mon dernier petit ami. Si vous y réfléchissez, Stuart avait une belle bite. C'était épais et palpitant et ça se sentirait si bien en bouche. Arrêt! À quoi je pensais, bordel ? C'est de ce putain de Stuart dont nous parlons ! J'ai secoué la tête et j'ai continué.

"Hé les gars, il se passe quelque chose de bizarre." Brian s'est exclamé : "La batterie de mon téléphone était complètement pleine avant mon arrivée ici, puis elle s'est soudainement éteinte."

"Hé, le mien aussi." dit Stuart.

J'ai sorti mon téléphone de ma poche et le mien était également éteint. "Ouais, c'est bizarre. Mais nous devrions trouver Nancy et en finir avec ce travail."
Ils acquiescèrent et Brian nous conduisit à l'entrée de la grotte. L’entrée de la grotte était apparemment étroite et creuse sur des kilomètres. Il y avait des signes et des symboles partout mais cela ne semblait pas familier. Il y avait des torches éclairant le chemin dans toute la grotte qui ont probablement été laissées par Nancy.

"Nancy devrait déjà explorer les régions intérieures", a déclaré Stuart, "Alors pourquoi ne pas y aller et la rejoindre."

"Bien sûr, patron." Brian a dit : « Allez, Lissa.

Il m'a pris la main et m'a traîné à l'intérieur. C’est alors que j’ai ressenti une étrange sensation de tiraillement au niveau du ventre. Brian était plutôt sexy, pensais-je. Je parie qu'il a une belle bite, longue et dure. Il peut me frapper toute la nuit à la manière de Lionel Ritchie.

« Waouh ! » S'exclama-t-il en me sortant de ma brume perverse. Quelque chose me rendait très fringant et je ne savais pas quoi. Je m'en suis débarrassé seulement pour laisser tomber mon tirage plus loin sur le sol.

La grotte intérieure était aussi grande qu’un stade de football. Il y avait des stalactites de couleur rouge au sommet de la grotte, l'éclairant d'une lumière rouge vif. Autour de nous se trouvaient des sanctuaires dédiés à des divinités que je ne reconnaissais pas. Leurs statues taillées dans le même minéral rouge. Cependant, devant nous, il y en avait un énorme de plusieurs pieds de haut représentant une femme ailée avec des crocs ? Eh bien, c'était bizarre.

J'ai été littéralement impressionné : "C'est..."

"Beau?" » résonna une voix féminine à travers la grotte, « Incroyable ? Incroyable ?

Une silhouette sortit de derrière la statue géante. C'était Nancy, mais elle avait l'air différente. Ses cheveux auburn brillants étaient plus longs et au niveau de son nombril. Ses traits du visage semblent plus mis en valeur qu’avant. Même ses cruches étaient plus grandes, presque deux tasses pour un D. Ses vêtements étaient en lambeaux et déchirés et elle semblait briller du même rouge que le minéral. Elle s'est avancée puis est sortie en trébuchant.

"Hé, Nancy, tu vas bien." Brian l'attrapa et s'agenouilla à côté d'elle, " Que s'est-il passé ? "

Sans aucun avertissement, elle tendit la main et embrassa Brian. Enroulant ses bras autour de lui dans une étreinte semblable à celle d'un ours, elle le rapprocha. Cela a duré une minute pendant laquelle je suis resté là, abasourdi. Puis il tomba à la renverse et commença à se tordre. Sa peau bronzée commença à pâlir et il avait de la mousse autour de la bouche. Nancy dansait maintenant joyeusement comme si elle prenait de la drogue.

Avec difficulté, Brian m'a regardé et a prononcé le mot courir. Je me suis retourné pour courir et me suis retrouvé face à face avec Nancy.

"Tu ne vas pas gâcher la fête, n'est-ce pas, Lissa ?" Elle a dit dans un sourire montrant ses joues fossettes : "Cela ne fait que commencer."

D'un simple mouvement de poignet, des vignes sont sorties du sol et m'ont serré. J'ai essayé de sortir mais j'ai échoué car cela me tenait dans un étau.

"Je t'ai toujours aimé Lissa." Elle a dit en me caressant le visage : "Tu es comme la personne la plus sexy que j'ai jamais rencontrée, à part moi bien sûr. Comme vous pouvez le voir, j'ai en quelque sorte obtenu une mise à niveau.

"Comment ? Que t'est-il arrivé ? Qu'est-ce que tu es ?"

"Hmm, c'est la question magique, n'est-ce pas ?" Elle sourit et commença à se déshabiller. "Pendant que toi et Brian étiez occupés à faire quoi que ce soit, je travaillais ici et j'ai trouvé ce talisman magique. Alors que je le touchais, l'ombre de la femme que vous voyez sur cette statue juste là glissait. Elle était une sorcière et en échange de l'immortalité et du pouvoir. Je devais offrir mon corps comme vaisseau. Elle réside en moi et m'accorde du pouvoir.

Alors qu'elle disait, des ailes à pointes de cornes poussèrent derrière elle et elle grogna pour révéler des crocs. Mon esprit était inondé de pensées non pas pour sauver Brian mais pour atteindre l'extase avec la créature semblable à une déesse devant moi.

"Tu es excitée, n'est-ce pas." Elle a dit et a mis ses doigts dans mon pantalon en le glissant sur ma chatte, "Tu veux baiser, et tu veux te faire baiser. C'est le résultat de mes pouvoirs ; tu le ressens depuis un certain temps, n'est-ce pas ? Tu veux que je te veuille, mais tu dois travailler pour cela. »

Sur ce, ses doigts ont plongé dans ma chatte. Avec des réflexes magiques, elle massait mon clitoris avec son pouce tout en utilisant deux doigts pour me branler la chatte. Il ne m'a fallu qu'un instant pour jouir, les vignes se relâchant à mesure que j'atteignais l'orgasme. Je suis tombé au sol avec un bruit sourd. Je respirais fort et j'avais chaud. C'était irréel, pensais-je.

"Je suppose que tu n'es tout simplement pas prêt pour quelqu'un comme moi", dit-elle très déçue, "mais je me sens moi-même excitée et j'ai besoin d'être libérée."

En un clin d’œil, je me suis retrouvé entouré de cinq hommes de grande taille et de taille similaire. Ils portaient des masques sur le visage et de grandes robes noires.

"Déchirez-la pour déchiqueter les garçons !" Dit-elle en souriant et partit en direction de Brian.

J'étais sur le point de crier non quand j'ai été étouffé par une énorme bite offerte par l'un des grands hommes. Il mesurait environ huit pouces de long et trois pouces d'épaisseur. Je voulais m'enfuir mais il m'a retenu avec une force plus forte que les vignes. Il ne pouvait tenir qu'environ quatre pouces dans ma bouche avant que je commence à avoir des haut-le-cœur. Cela l'a mis en colère, je crois, parce qu'alors il a commencé à me baiser le visage sans pitié. Mais à ma grande surprise, à chaque fois, cela devenait de plus en plus profond et bientôt mon menton tapait contre ses couilles.

Il a continué à me baiser la bouche de plus en plus vite jusqu'à ce qu'il atteigne un point où le seul air que j'inspirais provenait de mon nez. J'ai commencé à aimer la sensation et j'ai eu chaud dans tout mon corps. Puis sa bite a commencé à palpiter, ma gorge avec. Il m'a attiré et m'a retenu là. Je savais ce qui allait arriver, il l'était.

Il est entré au fond de ma gorge. Sa queue palpitait de plus en plus à chaque giclée. Il a ensuite sorti sa bite de ma bouche en gardant la tête dans ma bouche pendant un moment pour que j'en savoure le goût. Je l'ai sucé comme si c'était mon dernier repas, en avalant chaque goutte. Sur ce, il recula et disparut dans l'ombre. Les quatre autres me dominaient chacun avec d'énormes bites semblables à la première. Ils m'ont déchiré, arrachant mes vêtements jusqu'à ce que je sois complètement nu. Sans aucun effort, l'un des crétins m'a attrapé et m'a assis sur sa queue alors qu'il se levait. Mes jambes ne touchaient pas le sol donc j'étais en l'air, mon seul recours pour laisser la gravité me guider plus loin sur sa queue.

Je pouvais me sentir envelopper lentement sa queue alors qu'il m'empalait dessus. Mon vagin palpitait et je convulsais, ayant de multiples orgasmes juste après l'insertion. En quelques secondes cependant, il a trouvé son rythme et il a commencé à me baiser. Les autres se branlaient près de nous et je savais alors que pour eux, je n'étais qu'un trou et ça me convenait.

"Baise-moi, grand garçon." J'ai gémi : "Je veux que tu me baises fort !"

Nous avons baisé pendant un moment dans une pure extase, en sautant de haut en bas de sa bite jusqu'à ce que je sente quelque chose en place là où personne n'a jamais été. L'un des crétins se coinçait les doigts là-haut. Au début, c'était inconfortable, mais ensuite le plaisir est apparu et j'ai commencé à l'aimer.

"Plus profondément, je le veux plus profondément!" J'ai crié au crétin en me poussant avec sa bite.

Le crétin qui me doigtait s'est trompé d'idée et j'ai senti sa queue toucher l'entrée de mon trou du cul serré. "N'y va pas, non!"

Et puis il s’est avéré qu’il s’est lancé dans la mise à mort. Je pouvais sentir sa queue se rapprocher de plus en plus et mon trou du cul s'étirait sur sa queue pour lui laisser le passage. Ça faisait un mal de merde. J'ai commencé à pleurer, que ce soit de douleur ou de plaisir que je ne connaissais pas. Il a sorti sa bite pour me soulager momentanément avant de rentrer. Il l'a fait plusieurs fois puis a recommencé à me baiser fort. Bientôt, les deux crétins me baisaient des deux côtés ; je pouvais sentir leurs bites se toucher en moi. Les deux autres crétins qui se branlaient ont attrapé mes seins et ont joué avec mes tétons, en agitant le bout avec leur langue. La douleur a reculé et il ne restait plus que du plaisir.

Avec des aperçus rapides, j'ai vu Nancy sauter de haut en bas sur la bite de Brian. Il y avait quelque chose qui vacillait entre les jambes de Nancy. C'était gros, c'était long et oh mon dieu c'était une bite. Nancy avait une bite ! Et c'était énorme !

Cela a duré ainsi pendant un bon quart d'heure, les crétins rendant la pareille à leurs devoirs car ils voulaient tous un morceau de moi. Puis ils m'ont relâché au sol et un crétin m'a tenu par les cheveux pendant que les autres commençaient à se branler. Je savais ce qui allait arriver et j’en avais envie.

"Jouis sur moi, s'il te plaît, s'il te plaît, jouis sur moi. Je suis ta pute alors traite-moi comme ça !" J'ai gémi comme si soudain j'étais une personne différente.

Ils sont venus simultanément, chaque goutte de splooge atterrissant sur moi. En quelques minutes, mon visage, mes seins et mes cheveux étaient couverts. Dès qu'ils eurent fini, je me suis effondré au sol et ils ont disparu dans l'ombre comme le premier. Je suis resté allongé là, couvert de sperme, en prenant des poignées et en le mettant dans ma bouche. C'était divin et j'en voulais plus.

"Tu es une salope, n'est-ce pas ?" Nancy se tenait devant moi, sa fière bite ressortait, je suis allé la saisir mais elle m'a repoussé, "juste parce que tu peux plaire à quelques hommes de main, ne pense pas que tu puisses me taquiner, salope."

Soudain, la grotte se mit à gronder et Nancy sursauta.

"Merde, je dois y aller maintenant." Elle dit anxieusement : "Je ne pense pas que je te reverrai puisque tu seras mort, je veux dire littéralement, alors au revoir."

Sur ce, elle aussi a disparu. J'ai senti la grotte gronder et j'ai pu voir des stalactites tomber et des statues s'effondrer. J'étais assis là, délirant et effrayé, sans aucune force en moi. J'ai fermé les yeux et je me suis dirigé vers mon endroit heureux.

Puis le grondement s'est arrêté, j'ai ouvert les yeux pour me retrouver dans un endroit étrange. L'endroit étrange étant ma putain de chambre de motel ! J'ai baissé les yeux pour me retrouver en peignoir et me suis nettoyé.

"Vous êtes réveillé," sortit Stuart en tenant une assiette de crêpes et de bacon, "mangez et reposez-vous, vous aurez besoin de retrouver des forces."

"Comment m'as-tu sauvé ?" J'ai dit en pleurant : "C'était horrible, Nancy était... Brian était..."

"Eh bien, il ne l'a pas fait", dit une voix de l'autre côté de la pièce. Une belle femme magnifique est sortie avec des cheveux blancs soyeux. Elle était, faute d'un mot, parfaite. Elle avait l'air d'être une...

"Ange?" Elle a dit comme si elle lisait dans mes pensées : "Tu devrais te reposer ; nous avons beaucoup de travail devant nous."

À SUIVRE....

Articles similaires

Famille propriétaire - CH3 : Pas de retour en arrière

Ceci est la suite d'une histoire sur une famille qui se soumet à son voisin noir. Si vous n'aimez pas les histoires sur l'homosexualité, l'interracial, l'inceste, la bestialité ou le jeune sexe, passez à autre chose. Si vous aimez ces sujets, profitez-en. J'apprécie les critiques CONSTRUCTIVES. Les deux jours suivants se ressemblaient beaucoup. J'ai travaillé chez Ty pour apprendre ses investissements et améliorer son système de classement, si vous pouvez appeler cela un système. D'après ce que j'ai pu dire, il est entré dans l'argent qu'un membre de sa famille lui avait laissé alors qu'il était à l'université. Il a travaillé...

1.5K Des vues

Likes 0

Belle Lily

Note de l'auteur : si vous n'êtes pas fan des histoires où la majorité des personnages ont peu ou pas de morale, veuillez ne pas lire ceci. Tu as été prévenu. Passez votre chemin si ce concept ne vous intrigue pas. Il y a des gens maléfiques et foutus dans cette histoire. Le fils sexuellement actif peut être le moindre des maux. Ce n'est pas une histoire d'amour légère. Son compagnon Juicy J est beaucoup plus optimiste et léger. N'hésitez pas à lire cette histoire (sur la sœur de Lilly) si vous préférez ce style. Celui-ci est également un conte en couches...

1.2K Des vues

Likes 0

Fête à la piscine_(1)

Hé, tout le monde, a crié Gene, regardez ça, juste avant de faire un saut périlleux sauvage du plongeoir dans la piscine de son jardin !!! Le reste de la foule lui a fait une ovation debout simulée et Tom a crié : Je lui donnerais un trois et demi à celui-là, et tout le monde a éclaté de rire, puis a recommencé à faire la conversation et à boire son verre ! C'était la foule habituelle, les quatre couples qui s'étaient liés d'amitié depuis qu'ils avaient emménagé dans le lotissement il y a une vingtaine d'années. En été, c'était la natation et...

1.1K Des vues

Likes 0

Une soeur et le héros de sa meilleure amie

C'est ma toute première histoire, dites-moi ce que vous en pensez s'il vous plait. Je m'appelle Jack, je mesure 6'1 '' et je suis déchiré, je veux dire déchiré, de toutes ces heures passées au gymnase. J'avais l'habitude de lutter à l'école et j'ai été champion poids lourd mes deux dernières années d'école. Après l'école, je suis allé au MMA et à l'âge de 20 ans, j'étais champion de MMA. J'ai les yeux bleus et les cheveux bruns que je garde courts. Quoi qu'il en soit, revenons à l'histoire. Je vis avec ma mère et ma sœur, qui a 3 ans...

913 Des vues

Likes 0

L'histoire d'Ann partie 2

L'histoire d'Ann partie 2 Ann n'était pas du tout mal à l'aise à l'arrière de ce véhicule et avec les orgasmes qui venaient d'avoir lieu, ainsi que celui qui la suçait actuellement, cela l'a encore amenée à un point culminant tremblant. Elle aimait ça, quand son mari tordait et jouait avec ses mamelons, mais ce qu'elle aimait encore plus, c'était quand il jouait avec eux et suçait sa chatte, en particulier son clitoris. Les hommes qui l'avaient prise étaient apparemment très doués pour faire plaisir aux femmes. Elle était allongée là, incapable de bouger et était tellement épuisée par trois orgasmes...

870 Des vues

Likes 0

Le meilleur ami de mon frère_(0)

Mon frère Lance avait quatre ans de plus que moi, ce qui signifiait qu'il avait beaucoup d'amis mignons. Je venais d'avoir 16 ans et j'aimais les garçons, leurs yeux étaient toujours fixés sur mes seins 36 D et ma silhouette mince. J'avais de longs cheveux noirs et de grands yeux bruns. Mon frère et la plupart de ses amis étaient à l'université. Il avait un ami depuis le collège, TJ. Au début, il était ce garçon maladroit, mais quand il est allé au lycée, il est devenu lui-même. Il a commencé à faire du sport et son corps ne cessait de...

830 Des vues

Likes 0

Maintenant, qu'est ce que je fais?

J'ai grandi dans une ville de taille moyenne, une famille de classe moyenne et surtout à l'abri de la vie de la grande ville de Chicago à quelques heures de là. Nous n'avions pas de rave parties ni d'orgies, mais nous les connaissions bien sûr. J'étais l'aînée de trois ans et j'ai toujours été très protectrice envers ma petite sœur. Ma famille et moi avons essayé d'éloigner d'elle les réalités de la vie urbaine du mieux que nous pouvions. Le monde s'est vraiment ouvert pour moi lorsque je suis parti à l'université de Northwestern University. J'ai trouvé les tentations de la...

686 Des vues

Likes 0

Omegle Chat #1 - Grand-père et Mariah font un tour en voiture

Remarque : Malheureusement, l'histoire est incomplète car la connexion sur Omegle a expiré. Ceci est complètement inédit par moi. Apprécier. xxxxxxxxxxxx Étranger: ((femme de 19 ans (peut aller beaucoup, beaucoup plus jeune) à la recherche d'un homme plus âgé pour l'inceste RP comme mon père, mon oncle ou mon grand-père)) Vous : Quel est votre âge, sale salope ? Étranger : ((Tout ce qui est en dessous de 17, pas de limites)) Vous : La bite de grand-père vient de pousser dans son pantalon. Quand est-ce que sa petite-fille de 11 ans vient lui rendre visite ? Étranger : ((Oh d'accord ! Voulez-vous que je vous donne...

723 Des vues

Likes 0

Oh maintenant il me dit !!

C'est ma première histoire et c'est 100% vrai. J'espère que je vais bien pour ma première fois.. Donc, à l'époque, j'allais chez mon oncle et il avait un fils qui avait un an de plus que moi (j'avais environ 12 ans, peut-être). C'était un garçon magnifique !! Cheveux bruns et beaux yeux bleus, il mesurait environ 5'5 et ​​avait un très bon corps :). Il s'appelait Ryan et j'étais amoureux, pas au début mais il a grandi avec moi. Nous avons passé tellement de temps ensemble et même si j'étais jeune, je savais ce que je voulais et c'était LUI !...

534 Des vues

Likes 0

Mom Eyes The Kids Chapitre neuf et dix

Diana n'était pas sûre si cela se voyait, mais elle avait l'impression de haleter comme un chien alors qu'elle se dirigeait vers sa fille nue alors que la fille s'allongeait de manière si provocante sur son lit. Et d'après les regards avenants que l'adolescente lui lançait de ses yeux sensuels et baissés, Diana était à peu près sûre que la fille était aussi enthousiaste qu'elle. Diana s'assit sur le côté du lit. Son plan initial avait été de séduire la fille de la même manière qu'elle avait Jimmy, en commençant par demander à quelle fréquence Holly se branlait avec une inquiétude...

481 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.