Jeune veux être modèle pris

1KReport
Jeune veux être modèle pris

« Je suis comme un animal, me nourrissant d'elle, alors qu'elle consomme mon désir brûlant. Une fois nourri, plus le loup.

Un ami m'a parlé de la fille d'un ami qui voulait poursuivre une carrière de mannequin. On m'a donné son portefeuille limité et d'autres informations ; Son nom Alla - 23 ans - jamais mariée - environ 5' 6" de hauteur - pas plus de 115 livres - longs cheveux auburn - ses traits du visage exquis sont sans défaut comme de la porcelaine fine - corps élancé - petits seins - cul parfait en forme de coeur . L'une de mes divisions commerciales les plus prospères est l'agence de mannequins et les cosmétiques. En tant que propriétaire d'un conglomérat international, je suis toujours à la recherche de belles femmes pour être des modèles. Alla m'a appelé pour un rendez-vous, j'ai demandé si je pouvais venir la chercher à son appartement et l'a emmenée déjeuner puis à mon bureau. Je l'ai récupérée dans ma Mercedes de sport pour aller à The Mansion on Turtle Creek. Après une heure de déjeuner, du vin et une conversation. Ally était nerveuse mais après le déjeuner et le vin, elle a été soulagée quand j'ai finalement suggéré qu'il était temps d'aller au bureau. Elle était contente de monter dans ma voiture et de s'asseoir et de se détendre pour le trajet jusqu'au bureau. Elle s'est encore plus détendue quand elle a entendu que nous étions les seuls qui serait à mon bureau. " Alors Ally, tu veux être un mannequin. » Dis-je en lui tapotant le genou alors que nous nous éloignions. Nous en avons discuté pendant un moment, et j'avais l'air si attentionné et attentionné qu'elle a commencé à s'ouvrir à moi. Elle a même admis qu'elle n'était pas non plus sexuellement active. D'une certaine manière, la conversation est assez détendue même si un peu de sexe a été discuté. C'était étrange qu'elle n'ait jamais discuté de sa vie sexuelle même avec ses amis les plus proches et pourtant ici, elle est assez ouverte avec moi. C'était probablement le vin qui soulageait ses inhibitions.

En arrivant au bureau, je l'ai invitée dans mon grand bureau d'angle et lui ai proposé de lui faire un massage des épaules pour qu'elle se détende davantage avant que nous parlions davantage. « Je suis censée faire un assez bon massage », dis-je en lui adressant un modeste sourire. Elle a pensé qu'elle devrait rentrer chez elle puisqu'il n'y a personne d'autre autour. Mais c'est très spécial d'être invité dans mon bureau. De plus, la perspective d'un massage des épaules est assez attrayante. Je tire une chaise pour elle et alors qu'elle s'assied, je me place derrière elle et commence à lui masser le cou et les épaules.
"Laisse-moi t'aider à te détendre." Le massage est super. Bientôt, je l'ai totalement détendue et je discute à nouveau librement. D'une manière ou d'une autre, j'ai rapidement amené le sujet sur le sexe et l'ai fait reparler de ne pas avoir de relations sexuelles. Tout en bavardant avec désinvolture, je laisse tomber quelques commentaires sur la façon dont elle est sexy et que n'importe quel homme serait très chanceux. Je la fais se sentir bien. « John, je ne pense pas que ce soit une bonne idée ! Elle a réagi rapidement lorsque mes mains massantes se sont déplacées pour défaire le bouton du haut de son chemisier. "Oh, ne t'inquiète pas. Je veux juste ouvrir un peu plus tes épaules pour pouvoir mieux les masser," répondis-je calmement en défaisant le deuxième bouton et en repoussant son chemisier juste au-dessus de ses épaules. Elle ne savait pas trop quoi faire mais comme je n'allais pas plus loin, elle a laissé faire. Après tout, le massage est vraiment relaxant. Elle ferma les yeux et laissa son esprit vagabonder. Je la garde dans un état de bonheur en lui frottant les épaules et en descendant lentement le long de ses bras. Trop tard, elle s'est rendu compte que je faisais glisser son chemisier partiellement boutonné encore plus bas sur ses bras. Avant qu'elle ne puisse réagir, son chemisier avait glissé sur ses seins et avait emprisonné ses bras à ses côtés.

"Alla Alla," dis-je en sentant sa réaction tendue, "Sûrement que d'autres gars t'ont déjà vu en bikini !!" Soudain, Ally se lève en courant hors de mon bureau, j'accélère le rythme alors qu'elle tourne dans un couloir sombre. Je la suis et me précipite à sa rencontre. Quand je suis à environ dix pieds derrière elle, elle se retourne et me demande "Est-ce que tu me suis ?" Je me suis arrêté et j'ai dit : « Les jeunes femmes sexy comme vous ne devraient pas marcher seules dans les couloirs vides et sombres. " Je peux prendre soin de moi." répondit-elle avec un sourire. « C'est… si je veux… » Quelque chose dans la façon dont elle a dit la dernière ligne m'a fait réfléchir. Je suis resté là quelques secondes à la prendre en entier ......... son décolleté assis sur sa poitrine, ses longues jambes, ses yeux bleus perçants, ses hanches rondes et invitantes ... Soudain, j'attrape elle et elle commence à se débattre. Je parviens à me placer derrière elle et j'enroule un bras autour de son cou et la serre. Elle est forte... Nous avons lutté un peu plus puis je suis capable de la traîner devant moi quelques pas à la fois. Elle luttait contre chacun de mes mouvements alors que nous nous dirigions lentement vers une porte. Je la presse contre elle et essaye d'ouvrir la porte mais elle est verrouillée. « D'accord », me suis-je dit. "Le couloir c'est..."

Je l'ai tirée au sol avec moi et je me suis allongée sur elle, appuyant tout mon poids sur le dessus de son dos. Elle est à quatre pattes mais refuse d'aller plus loin. Je lâchai son cou et attrapai une poignée de cheveux et la tirai violemment en arrière. Elle laisse échapper un soupir et se détend un peu. Je hachai l'un de ses coudes et elle se laissa tomber sur son épaule, sa tête cognant contre la moquette. Je continue d'essayer de la mettre à plat sur le sol, mais c'est une battante. Je tends la main et baisse son haut et commence à malmener ses seins. Dieu, elle a de beaux seins de taille moyenne... et ils sont si fermes. Elle laisse échapper un gémissement et essaie de retirer mes mains de sa poitrine mais ne peut faire aucun progrès ; Je reviens juste. J'ai réussi à enlever mon pantalon et à commencer à travailler sur sa jupe. Je suis toujours derrière elle, mes hanches poussant dans son cul aussi fort que possible. Je place ma main sur sa tête et la plaque au sol, puis j'utilise l'autre pour atteindre sous sa jupe. J'aime la façon dont sa chair me touche... Elle est chaude et ferme, mais volontaire. Même si elle continue de lutter contre moi. Elle n'a jamais cessé de se débattre, mais elle n'a jamais appelé à l'aide ou m'a imploré d'arrêter... elle le voulait ainsi et je suis juste le gars pour le lui donner. Je pris son chemisier dans ma main et l'enroulai autour de ses poignets, principalement pour l'écarter de mon chemin. « Maintenant, voyons ce que tu fais de ta jolie petite culotte violette. » lui murmurai-je à l'oreille. « Demandez-moi de vous les enlever. Elle dut prendre quelques respirations profondes et tremblantes avant de pouvoir prononcer les mots. "S'il vous plaît, enlevez-les pour moi." « Bien sûr, Ally. Je vais le faire pour toi maintenant.

Je fais glisser mes mains sur l'extérieur de ses cuisses jusqu'à sa culotte et les tire vers ses chevilles. « Voyons ce que nous avons ici. J'attrape les joues de son cul et les écarte. Je vois sa jolie chatte rose et le cercle décoloré de son anus. « Mmm, sympa. Voyons ce que tu ressens. J'ai lâché son cul avec MA main droite et je l'ai glissé entre ses jambes. Sa chatte est chaude, mais sèche à mon toucher. J'ai passé ma main sur son ventre par derrière et j'ai constaté qu'elle était rasée de près. "Tu devrais être plus excité d'être avec moi," dis-je. "Nous devrons voir ce que nous pouvons faire à ce sujet." Elle tremble maintenant; tremblant de peur. Je commence à frotter mes doigts d'avant en arrière le long de sa chatte, d'avant en arrière, d'avant en arrière. De temps en temps, je m'arrête sur son clitoris et le frotte en un petit cercle. Puis aller-retour. Cela n'a pris qu'une minute environ avant que cela n'arrive. Elle savait que ça allait arriver. Elle le sent commencer, comme si quelqu'un avait écrasé un raisin en elle. Le liquide chaud et collant de son excitation commence à couler. « Nous y sommes », dis-je d'un ton roucoulant. « C'est une gentille fille. Je savais que tu serais heureuse de me voir. Je continue mon frottement puis, d'un coup, je glisse deux doigts en elle, écartant doucement son hymen. Elle est serrée, très serrée, je me demande si elle pourra accueillir mon énorme bite. J'ai trouvé son point G, léchant et suçant son clitoris pendant que mes doigts massaient profondément en elle. « Ahhhhh !! » s'exclame-t-elle, se choquant alors que la première vague de son excitation s'écrase sur elle. "Bien," dis-je. "Tu es prêt maintenant."

Je me lève d'elle puis je la remets sur ses pieds en appuyant son visage contre le mur. Ma bite est debout fière et prête. Je suis derrière elle et j'utilise ma main pour faire passer la tête de ma bite d'avant en arrière le long de ses lèvres plusieurs fois pour la rendre agréable et lubrifiée. Puis d'une seule poussée, je me force à fond en elle. « Unghhh ! » crie-t-elle à nouveau. Je me retire lentement puis je rentre à nouveau, cette fois plus fort. En quelques coups, j'ai travaillé mon rythme alors que je la percute et la claque contre le mur. Encore et encore. Elle est très serrée, même aussi humide qu'elle est, ses lèvres s'accrochent à moi quand je tire et roule le long de ma bite alors que je me force à rentrer. Chaque poussée lui apportait un autre son animal de désir, de peur, de plaisir et de douleur. Puis, quelques minutes plus tard, je la sens se contracter autour de mon sexe. Elle est en train d'orgasmer, à bout de souffle, gémissant, à moitié pleurant et à moitié jouissant. Puis je commence à jouir aussi. Je la claque à nouveau et la sens venir sur moi, incapable de le contrôler plus longtemps, je la rapproche et lui tire mon sperme alors que vague après vague de plaisir passe sur moi. Je me suis accroché à elle comme ça pendant quelques minutes, reprenant mon souffle. Quand j'ai fini, et que je me sens rétrécir à l'intérieur d'elle. Je recule et regarde sa chatte. Mon sperme teinté de sang commence à s'accumuler à l'entrée de sa chatte. J'appuie mon index et mon majeur dans sa chatte et l'utilise pour les lubrifier à fond. Puis j'enfonce lentement mais avec force mes doigts dans son anus. « Non, dit-elle. Elle me serre et me combat. " Pas ici!" Mais je l'ai simplement ignorée. Je continue mon assaut sans relâche jusqu'à ce que je gagne et que mes doigts glissent dans son cul. Elle pousse un cri de douleur, mais c'est tout. Je me sens déjà devenir dur à nouveau. Dedans et dehors, je travaille mes doigts jusqu'à ce que le liquide de sa chatte commence à s'estomper et qu'ils deviennent de plus en plus difficiles à glisser.

" Maintenant, je suis de nouveau prêt, alors tu as le choix. Soit je peux te baiser dans ton petit trou du cul serré et nous savons tous les deux que ça ne va pas être trop bon. Du moins pas pour toi. Ou nous pouvons revenir en arrière dans mon bureau pour que je puisse encore te baiser." Sur ce, je coince mes doigts fort, la faisant se serrer autour de moi. « Alors, qu'est-ce que ça va être ? » "Votre bureau... Votre bureau." Elle balbutie. Nous retournons à mon bureau, elle s'allonge sur le carrosse sur le dos en écartant largement les jambes. Ses yeux sont fermés alors que je grimpe entre ses jambes, son corps tremble en anticipant ma bite monstrueuse. Ma grosse tête de bite écarte les lèvres de sa chatte. « Ne fais pas John, s'il te plait. Elle a enfoncé ses talons dans les coussins, j'ai eu ses poignets coincés, son corps soumis à mon poids. Avec sa tête en arrière et son cou exposés, je suis allé chercher sa jugulaire. Comme un animal je suce et je mords. Elle pensait que j'allais casser la peau. Elle a levé les yeux vers moi, ma bite rebondissant et pointant vers elle comme un doigt réprimandant. Un très gros doigt. Elle savait ce qui allait se passer ensuite. "Ne fais pas ça," dit-elle. Mais je l'ai fait. Je suis entré en elle. Sa chatte est ouverte brutalement par ma grosse bite. C'est soudain et douloureux mais ses orteils se recourbent avec une extase qui jaillit du bas vers le haut et s'échappe dans un gémissement. « Oh non. Non pourquoi ? Non. Elle a dit avec chaque centimètre que j'enfouis en elle. Mon épaisseur poussant à nouveau ses parois vaginales à leur limite. Ma longueur se pressa contre son col et alla plus loin, étirant son quim jusqu'à ce qu'elle pense qu'il allait se casser. Mais ce n'était pas le cas. Maintenant ça fait juste mal.
« Alla », ai-je dit à travers un sourire, puis j'ai commencé à pousser mon cul. « Allié ». Je n'arrêtais pas de le dire tout en m'enfonçant et en sortant d'elle. Elle entend la succion de sa chatte serrée serrer ma bite comme si elle le voulait. Elle a maudit son corps. Les murs roses serrés entre ses jambes ont fait de leur mieux pour me plaire alors qu'elle gémit.

« Non, non. John, tu ne sais pas ce que tu fais. "Oui, Allié." J'enroule mes bras autour de son dos et m'enfonce plus profondément en elle. Mes lèvres bougent sur son cou, sa poitrine et ses mamelons alors que je dis " Ally ". "Arrête ça John," dis-je à bout de souffle. Ses jambes sont largement écartées, dansant à chaque poussée. Ma virilité glissant avec force à l'intérieur et à l'extérieur d'elle, l'ouvrant encore et encore, allant aussi loin que possible. Son corps libère autant de lubrifiant qu'il peut pour me manipuler mais ce n'est pas assez. « Ohhhh, owowow, John, tu me fais mal. S'il te plaît, arrête. Ne fais pas ça. « Oui, ah… ah, tu es tellement serré. Son estomac se noua. Si je n'avais pas été si profondément en elle, elle a la nausée mais elle ne peut pas reprendre son souffle. Ses mains poussent sur mes épaules. Pour une raison quelconque, elle fait attention à ne pas me griffer ou m'égratigner alors qu'elle me combattait sans enthousiasme. La pièce a tourné et elle est retournée sur le ventre. Je pousse ma bite loin dans sa chatte. Je me suis étendu parallèlement sur son dos avec les deux mains jointes sous ses seins, serrant douloureusement ses mamelons. Ma tête est enfouie dans ses cheveux noirs emmêlés. Elle sent la sueur et le sexe. Elle sent le jus de sa chatte devenir blanc et visqueux alors que ma bite entre et sort d'elle. « Alla. Je n'arrête pas de dire alors que mes cuisses claquent contre ses fesses, de plus en plus vite. Je m'enfouis dans son trou vierge sans pitié. Elle serre la couverture du canapé dans ses poings. J'écarte ses chevilles, soulevant légèrement ses hanches et la punissant plus profondément. Elle jure qu'elle sent mon énorme bite derrière son nombril.

"John, aïe, aïe, c'est trop profond." "Oui," grognai-je dans son oreille. "Je vais jouir." "Oui, jouis s'il te plait." Elle supplie. Elle supplie parce qu'elle veut que ce soit fini. Elle ne savait même pas qu'elle avait dit qu'elle comprenait pourquoi. Elle avait juste besoin que ça se termine pour qu'elle puisse essayer de faire le tri dans sa tête. Elle s'imagine sous la douche, se frottant, n'étant plus jamais la même. "Je jouis." J'ai dit. "Oui John, jouis." "Je jouis en toi." « Non, non ». Les implications la submergent. Mon sperme l'imprégnant. C'est trop. "Pas de sperme en moi." "Je jouis en toi." Sa tête tourne. Elle ne savait pas quoi faire. " Oh oui." Mon corps tremblait. " Tu es tellement belle." Ses jambes tremblent, sa chatte est chaude et maltraitée. Elle ne peut pas respirer avec mon poids sur elle. Il a éclaté du plus profond de moi comme un magma volcanique. Mon sperme a explosé de ma tête en giclées violentes, accompagnées de secousses vers l'avant de mes hanches, l'enterrant profondément dans le canapé trempé de sueur et de sexe. Chaque impulsion de sperme explosait à l'arrière de sa chatte, brûlante. Je me suis levé d'elle. Avec un soupir de soulagement, je m'assis sur ma chaise sans un mot de plus. Alla fixait le plafond, attendant que la réalité se redresse. Pourtant, ce n'était pas le cas, j'avais d'autres surprises pour elle.

Articles similaires

Le Sex Shop – histoire 16

Tout d'abord, je m'appelle Lucy et j'ai 24 ans, 5 pieds 5 avec de longs cheveux blonds épais, des seins de 32b et je pesais à l'époque environ 110. La plupart des gens diraient que j'étais bien monté, mon ex a toujours dit que j'étais bien baisable. Je n'ai pas trouvé difficile d'avoir des gars. Ils sont juste venus me voir et j'ai eu du mal à dire non. Jeune, vieux, beau, laid, maigre ou gros. S'ils avaient une bite, j'en avais besoin en moi. Je travaillais au bordel depuis un peu plus de quatre mois et je baisais toujours le...

613 Des vues

Likes 0

Les drapeaux à damiers me font baiser.

À la fin du 200e tour de la course modifiée NASCAR Oswego Fall Classic 1973, le drapeau à damier a flotté sur ma Vega n°2 à gros bloc. Probablement 10 000 des 15 000 personnes présentes dans les tribunes m'encourageaient. Soit les autres ne m’aimaient pas, soit ils espéraient simplement que leur pilote préféré gagnerait. Une autre victoire de course était dans les livres avec mon nom dessus. C'était ma sixième victoire de la saison sur quatre pistes différentes du programme de la tournée du Nord-Est. C'était une bonne chose que la course se soit terminée ce tour-là, car je sentais...

352 Des vues

Likes 0

Notre première rencontre partie 1

C'était une froide nuit d'octobre. La cheminée brûlait et nous avons eu un couple pour prendre un verre. Nous nous sommes assis avec désinvolture à regarder le feu et à nous demander ce que l'autre pensait. J'ai jeté un coup d'œil à ma femme, Stacie. Elle était partie dans un tout autre monde. Le silence a été rompu par Heather demandant à Stacie ce qu'elle pensait ? Stacie a répondu avec un petit rire: Oh, rien d'important. En fait, je me demandais à quoi ressemblait ta vie sexuelle ? Vous auriez pu frapper Bill et moi pendant qu'ils commençaient à rire...

1.9K Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

1.9K Des vues

Likes 0

Ranchland - (Le réel) Chapitre 3

Mes excuses pour avoir mal posté le premier chapitre 3. Je vais devoir arrêter de faire ça aux petites heures du matin. Pour rattraper ce bordel, je travaille sur un quatrième chapitre, que je posterai dès que je pourrai. ___________________________________________________________________________________ Ranchland - (Le réel) Chapitre 3 Il était tard dans l'après-midi lorsque Ben et Amy arrivèrent à la maison de Ranchland. Amy avait appliqué plus de crème anti-démangeaisons qui avait soulagé Ben, et combinée à de nombreux bains froids pour réduire la chaleur de sa peau brûlée, son coup de soleil s'est transformé en la peau sèche et desquamante de la...

1.9K Des vues

Likes 0

Je n'ai jamais su son nom

Je n'ai jamais su son nom ….Une épouse solitaire…. une maison à la campagne…. un beau réparateur…. une tempête…. une route inondée qui s'éloigne de la maison…. une averse continuelle…. les lumières s'éteignent et il n'y a plus qu'à attendre. La maison devient froide sans chauffage électrique. Que peuvent-ils faire pour se réchauffer en attendant ? L'esprit d'une femme commence à fantasmer. ….Son mari capitaine de vaisseau ne rentre à la maison que deux fois par an. Elle obtient une grande couverture à mettre sur eux pendant qu'ils attendent sur le canapé. Il fait plus sombre dehors. Elle a des bougies…...

1.7K Des vues

Likes 0

Les Sock Sisters (chapitres 9 à 12)

CHAPITRE NEUF Jeff nous a déposés devant la maison de Kim vers 8h30 et elle nous a rencontrés à la porte vêtue d'une des vieilles robes moelleuses. « Je viens de sortir de la douche les filles. Viens dans ma chambre, on va s'y changer. Phil vient de partir et j'ai en quelque sorte oublié l'heure ! « Phil vient de partir, hein ? » J'ai plaisanté. Et que faisiez-vous tous les deux pour que vous ayez perdu la notion du temps ? « Nous étions en train de baiser, Mar ! Qu'as-tu pensé? Kim a souri à Beth et moi et nous avons tous éclaté...

1.6K Des vues

Likes 0

Ouah

Cela faisait environ deux mois que j'avais changé d'école et déménagé dans mon nouveau quartier. Je n'étais pas le plus beau gosse, mais je suppose que c'est vrai que la personnalité compte le plus parce que j'avais beaucoup d'amies et d'amies. C'était un autre dimanche après-midi ennuyeux quand j'ai entendu frapper à la porte. Comme je dormais, je me levai lentement et allai répondre à la porte. À la porte se trouvait une de mes amies Tabatha ou Tabby en abrégé. Nous avons bavardé près de la porte pendant un moment, puis je l'ai invitée à entrer. Nous sommes allés dans...

1.2K Des vues

Likes 0

Journal de Wartime Comfort House - Jour 7 Saucisse britannique

J'avais demandé à Mlle Yamaha d'amener la jeune mère coréenne Maple pour nourrir ma faible épouse locale chaque fois que je venais consommer avec Cherry, en plus de ses tétées quotidiennes régulières. Je savais que la nourriture supplémentaire aiderait Cherry à devenir plus forte. J'ai également été intrigué par l'orgasme de ma femme après avoir répandu mes graines et ramolli, alors j'ai décidé de laisser ma virilité dans son ventre à chaque fois que j'ai atteint mon apogée. Je serais excité en embrassant passionnément ma femme tout en caressant ses seins fermes en pleine croissance (presque le bonnet B maintenant) et...

1.1K Des vues

Likes 0

L'histoire d'Ann partie 2

L'histoire d'Ann partie 2 Ann n'était pas du tout mal à l'aise à l'arrière de ce véhicule et avec les orgasmes qui venaient d'avoir lieu, ainsi que celui qui la suçait actuellement, cela l'a encore amenée à un point culminant tremblant. Elle aimait ça, quand son mari tordait et jouait avec ses mamelons, mais ce qu'elle aimait encore plus, c'était quand il jouait avec eux et suçait sa chatte, en particulier son clitoris. Les hommes qui l'avaient prise étaient apparemment très doués pour faire plaisir aux femmes. Elle était allongée là, incapable de bouger et était tellement épuisée par trois orgasmes...

945 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.