Doctor Who - Le onzième docteur - Pollen sexuel

180Report
Doctor Who - Le onzième docteur - Pollen sexuel

Cela devait finir par arriver. Vraiment.

On ne voyageait pas à travers le temps et l'espace sans rencontrer d'étranges espèces de flore ou de faune qui stimulaient les tendances les plus amoureuses d'un être.

Heureusement, le Docteur connaissait la plupart d'entre eux et pouvait prendre grand soin d'éviter de telles situations sexuelles potentiellement inconfortables.

Il ne restait donc qu’un seul problème :

C’était un univers vraiment, vraiment, très grand.

*****

Sarvos XI était une belle planète. Vraiment, d’une beauté ahurissante.

Amy se tenait au sommet de la colline juste devant les portes du TARDIS et regardait fixement. Elle sourit joyeusement. Les champs qui s'étendaient devant elle étaient d'une gamme de couleurs allant du violet le plus profond à l'or le plus clair avec d'étranges taches d'écarlate. La forêt au loin avait toutes les nuances de vert imaginables et de petits oiseaux dérivaient dans et hors de la cime des arbres. Elle tourna son visage pour faire face à la brise venant en sens inverse et ferma les yeux alors que l'air frais se déplaçait sur sa peau et remuait ses cheveux.

"Est-ce que cela rencontre l'approbation de Madame ?" » demanda le Docteur juste à côté de son oreille. Amy sourit face à son manque continu d'espace personnel.

"C'est effectivement le cas, bon monsieur", dit-elle. Elle le regarda du coin de l’œil. "Etes-vous sûr que nous ne finirons pas par fuir sur cette planète ?"

"Oh, bien sûr," dit-il en verrouillant les portes. "Eh bien, presque sûr. Pratiquement sûr. Presque certainement, peut-être sûr."

Amy secoua la tête et le suivit alors qu'ils descendaient la colline vers les champs en contrebas.

Juste au moment où ils atteignaient le pied de la colline, le Docteur se tourna vers elle, lui fit un rapide sourire et lui tapota l'épaule. "C'est toi !"

Puis il s'est mis à courir. Amy a crié et s'est enfuie après lui. "Tu as dit de ne pas courir !"

"J'ai dit 'la plupart du temps, pratiquement, peut-être' pas de course ! Continue, Pond !"

Elle finit par le rattraper à l'orée de la forêt et s'appuya contre un arbre pour reprendre son souffle. Il haussa simplement les sourcils et sourit follement.

"A quoi ça sert, précisément ?" » demanda-t-elle à bout de souffle.

"Pour vous maintenir en bonne forme cardiovasculaire, bien sûr", a-t-il déclaré. "Gardez vos jambes fines et fortes."

Amy baissa les yeux sur ses jambes nues qui sortaient de sa jupe et gémit à la vue de l'herbe et des céréales collées à sa peau et à ses bottes.

« Relevez la tête, » dit-il en se tournant pour marcher dans les bois. "Cela aurait pu être de la boue !"

En roulant des yeux, Amy effleura sans enthousiasme ses jambes et le suivit plus profondément dans les bois.

Du haut de la colline, la forêt semblait épaisse et dense, mais alors qu'ils s'aventuraient plus à l'intérieur, Amy réalisa qu'il y avait de grands espaces ouverts où la douce lumière du soleil brillait et illuminait une multitude de fleurs.

Alors qu'ils contournaient un chêne particulièrement grand, le Docteur s'arrêta et dit : "Maintenant, il y a un endroit que Monet aurait apprécié."

Amy s'arrêta à côté de lui et hocha la tête en silence.

Un petit étang bleu cristal scintillait au soleil et de petites fleurs ressemblant à des nénuphars flottaient à la surface. De minuscules insectes entraient et sortaient de chaque fleur rose vif parfaitement centrées sur les coussinets. De hautes tiges vert foncé avec des fleurs blanches entouraient l'étang.

Le Docteur ricana soudain.

"Quoi?" » demanda Amy, regardant toujours l'eau.

"Rien, tu sais," dit-il en désignant la scène. "Étang."

Elle lui lança son meilleur regard flétri. "Wow. Je n'ai jamais entendu celui-là auparavant. Merci."

Il sourit et lui donna un coup de coude sur l'épaule. Elle lui donna un coup de coude sur le ventre.

Ils parcoururent le périmètre de l'étang et Amy marcha pour jeter un œil à l'une des fleurs tiges. Les fleurs étaient d’un blanc si saisissant. Après un examen plus approfondi, elle a découvert que la fleur était en fait des fleurs encore plus petites regroupées. Elle se pencha en avant et inspira. Elle sourit alors que l'odeur inattendue de cannelle lui remplissait le nez.

"Eh bien, qu'est-ce qu'ils sentent ?" » demanda le Docteur en venant se placer derrière elle.

"Noël", dit Amy.

"Oh, ce n'est pas le cas." Il se pencha par-dessus son épaule et les sentit. "Eh bien, qu'est-ce que tu sais ? Ils sentent vraiment Noël."

Amy sourit et tendit la main pour toucher les pétales. Son doigt était à moins d'un millimètre lorsque la fleur explosa dans un éclat de pétales blancs.

"Oh!" Dit Amy en écartant son visage alors que l'odeur de cannelle devenait envahissante et lui faisait pleurer les yeux.

"Oooh, ouais," dit le Docteur avec une petite toux. "Ça doit être un mécanisme d'auto-défense. Approchez-vous trop et boum ! Noël dans le nez."

"Ouais," dit Amy en se frottant le nez pour essayer de se débarrasser de la légère sensation de brûlure. "Pouah."

"Ça va ?" Il a demandé.

"Mmm hmm," dit-elle en clignant des yeux furieusement. "Ça va passer."

"Eh bien, passons à autre chose", dit-il. "Plus à voir!"

"Bien sûr, d'accord," dit-elle en s'essuyant les yeux mais en se déplaçant pour le suivre.

Ils s'éloignèrent de l'étang et manquèrent complètement de voir les petits pétales blancs revenir lentement pour se reformer en une plus grande fleur.

Alors qu'ils passaient devant le grand arbre ressemblant à un chêne, une étrange sensation déchira Amy, la faisant trébucher et tomber contre le tronc.

« Amy ? » » dit le Docteur en venant se placer à côté d'elle. "Qu'est-ce qui ne va pas?"

"Je ne suis pas sûre," dit-elle en portant sa main à son front. "J'ai la tête qui tourne. Et j'ai tellement chaud."

Il sortit le tournevis sonique et la scanna rapidement. Ses yeux s'écarquillèrent en lisant les résultats. "Oh cher."

"Quoi ? Qu'est-ce que c'est ?" elle a demandé.

"Ah, rien", dit-il en tournant le tournevis sur sa propre tête et en s'examinant. "Rien du tout." Il a lu ces résultats et a dit : « Oh, chérie. »

"Quoi?" elle a demandé. "Pourquoi ces 'oh, chérie ? Tu ne fais jamais 'oh, chérie' à moins qu'il y ait quelque chose à propos de 'oh, chérie'."

"Ce n'est rien", dit-il. "Ça va aller."

La mâchoire d'Amy tomba et elle se balança tandis que son estomac tombait et plongeait. "Oh, mon Dieu. Quoi. C'est. C'est ?"

"Eh bien, je ne pense pas que ces fleurs n'étaient que des fleurs", a-t-il déclaré. "Quoi qu'il en soit, nous devons te ramener au TARDIS."

Il lui prit la main et un choc de désir pur et brut lui souleva le bras et la fit haleter brusquement et lui saisir la main. Le Docteur croisa son regard et ils se regardèrent pendant un moment tandis qu'Amy respirait fortement.

"Bien, c'est normal," dit-il. "Allons-y."

Il l'a éloignée du tronc d'arbre et l'a aidée alors qu'elle trébuchait sur le sol inégal de la forêt.

"Comment est-ce normal ?" » demanda Amy. "J'ai envie de..." Son esprit tournoyait et passait au crible exactement ce qu'elle avait envie de faire ; tout cela impliquant le Docteur et sa bouche et un manque évident de vêtements. "Oh mon Dieu." Amy a trébuché sur une racine et le Docteur l'a rattrapée juste avant qu'elle ne touche le sol. La sensation de ses deux mains sur elle la fit fermer les yeux et se pencher plus près de lui.

"Non, non, rien de tout ça, Pond", dit-il. "Continuez, voulez-vous. Gauche, droite, gauche droite."

Le Docteur la fit bouger à nouveau.

"Mais, Docteur, je veux", commença-t-elle à dire.

"Je sais je sais!" dit-il rapidement. "Mais c'est le pollen des fleurs. Ce n'est pas vraiment toi."

Amy n'en était pas trop sûre, mais le rythme qu'il avait fixé accaparait toute son attention, alors elle garda sa langue. Ils sortirent de la forêt et repartirent à travers les champs vers la colline et le TARDIS.

"Pourquoi est-ce que je la gare toujours sur une putain de colline ?" dit le Docteur dans un souffle. Sa main se resserra sur elle et il continua de la tirer.

"Attends," haleta-t-elle. "Je dois me reposer une minute."

"Non, non, ce n'est pas le cas", dit-il. "Tu dois continuer à avancer, allez."

"Non!" » dit-elle à voix haute et elle s'arrêta complètement de marcher. Sa prise sur la main du Docteur le fit reculer et il finit par la frapper physiquement.

Le contact complet du corps fit frissonner et rougir simultanément d'Amy. Elle laissa échapper un doux « Oh », à la sensation de son corps à côté du sien et elle se pressa instinctivement contre lui. Elle croisa son regard, s'attendant pleinement à voir de la surprise, de l'amusement ou de l'exaspération. Elle ne s'attendait pas à voir un regard de désir lui répondre. Un autre « Oh » s'est échappé. "Tu... tu le sens..."

"Il faut vraiment, vraiment continuer à avancer", dit-il doucement. "Cela traversera mon système rapidement, mais il persistera dans le vôtre. Je ne sais pas si l'air sur cette planète va exacerber le problème ou non. Vous devez continuer à avancer, Amy."

"D'accord," murmura-t-elle.

"Bonne fille," dit-il et il commença à se détourner.

"Mais," dit-elle.

"Quoi?"

Elle ferma les yeux et respira. "Tu sens vraiment incroyable."

Il émit un bruit de gorge étrange qui se situait quelque part entre un rire et un gémissement et dit : "Je vais te le rappeler un jour. Maintenant, arrête de faire ça comme ça, alors..."

"Dur?" » a-t-elle fourni en ouvrant les yeux juste à temps pour le voir fermer les yeux et grincer des dents.

"Difficile", dit-il. "Bouge-le, Pond."

Le Docteur s'éloigna d'elle et, lui tenant toujours la main, la fit traverser le champ et gravir la colline.

Après encore quelques trébuchements et oscillations, ils atteignirent le TARDIS. Le Docteur lui lâcha la main pour sortir sa clé. Amy se pressa contre son dos et frotta son visage contre son manteau.

"Doux," murmura-t-elle. "Docteur doux."

"Pas à ce moment précis," dit-il finalement en ouvrant les portes et en se tournant pour la tirer à l'intérieur. Il la plaça sous un bras et ferma les portes, et Amy en profita pour glisser sa main dans sa veste et pressa sa main sur sa poitrine.

"Oooh, si vite," dit-elle, sentant son cœur battre.

"Oh, putain," dit-il. Il la traîna jusqu'à la console TARDIS et la cala près du rail. "Reste sur place."

Amy hocha la tête et fronça les sourcils lorsqu'il se détourna. Elle ferma les yeux et l'écouta actionner les interrupteurs et tirer les leviers. Une autre vague de chaleur l'envahit et elle gémit. "Tellement chaud."

"Je sais, donne-moi juste une seconde", dit-il.

Amy a eu du mal à sortir de sa veste en cuir puis a passé son pull par-dessus sa tête, la laissant dans une fine camisole. Elle soupira de soulagement lorsque l'air frappa ses bras nus. Elle fit un mouvement pour enlever sa camisole, mais le Docteur apparut devant elle.

"Whoa, ralentis," dit-il. "Ça suffit, là."

"Mais," dit-elle. "J'ai besoin..."

"Bien, oui, c'est nécessaire." Le Docteur sembla hésiter et Amy se pencha vers lui et pressa son visage contre son cou. "Oh. Amy ?"

"Hmm," dit-elle contre sa peau. Elle tira la langue pour goûter rapidement et le Docteur sursauta.

"Ah non!" il a dit. Il s'est éloigné et a dit : « Med-bay ! Maintenant !

Il lui attrapa la main et, une fois de plus, l'entraîna après lui.

Ils étaient à mi-chemin dans l'un des nombreux couloirs, lorsqu'Amy sentit une vague de pur désir parcourir son abdomen. Elle a crié et s'est pliée en deux. Le Docteur s'arrêta et posa sa main sur son épaule nue. "C'est bon, c'est bon. Pas trop loin, allez, Amy."

"Non," murmura-t-elle. "Je ne peux pas, Docteur. J'ai besoin de..."

Elle leva les yeux vers lui et quelque chose comme de la résignation apparut sur le visage du Docteur. "Oh, putain."

"Docteur..." Amy se leva et se pressa contre lui, ses seins aplatis contre sa poitrine. Il restait absolument immobile, mais les muscles de sa mâchoire se contractaient et se contractaient. Elle déposa des baisers bouche bée sur la peau de son cou. Sa peau était fraîche, plus fraîche que la sienne. Elle passa sa langue le long des muscles de sa gorge. La main qui n'était pas encore tenue par la sienne lui serrait la taille. Elle traîna ses lèvres le long de sa mâchoire et balança ses hanches contre les siennes. Une autre vague la traversa et elle resserra sa prise sur sa main et sa taille. Elle jeta un coup d'œil à son visage.

Le Docteur restait complètement immobile et avait bien fermé les yeux. Elle se lécha les lèvres puis les pressa contre les siennes. Sa langue glissa sur sa lèvre supérieure puis lentement sur celle du bas, suivie d'un pincement rapide et net de la partie la plus charnue.

Un gémissement gronda de sa poitrine et de sa bouche qui s'ouvrit à elle.

Résultat, cria son esprit avant d'être emporté par la sensation du Docteur lui rendant son baiser. Il lâcha sa main pour prendre son visage, ajustant l'angle pour couvrir sa bouche avec la sienne. Sa langue effleura la sienne doucement puis avec une grande ferveur. Elle le rencontra mouvement après mouvement et déplaça sa main désormais libre vers la nuque.

Amy était tellement concentrée sur la sensation de sa bouche qu'elle ne remarqua pas qu'il la guidait jusqu'à ce que le mur du TARDIS heurte la peau chauffée de son dos. Elle haleta et laissa sa tête tomber contre le mur. Le Docteur fit glisser sa bouche le long de sa gorge et elle tira sur sa chemise pour trouver la peau de sa hanche. Une fois qu'elle fut suffisamment dégagée pour atteindre sa taille, sa main chercha immédiatement l'os de sa hanche. Une fois trouvé, Amy a fait glisser un ongle le long de l'os jusqu'en haut de son pantalon.

Le Docteur frissonna et ses hanches se heurtèrent aux siennes. "Oh," dit-il dans sa bouche. "C'est un nouveau." Amy trouva suffisamment de concentration pour sourire et traîna à nouveau son ongle contre lui, appréciant pleinement le frisson qui s'ensuivit et se pressant contre son bassin.

Elle leva une jambe pour s'accrocher à la hanche du Docteur et commença sérieusement à rouler ses hanches contre les siennes. "Docteur", dit-elle. "Docteur, s'il vous plaît."

Le désir qui montait en elle rendait ses mouvements irréguliers et elle aurait pu pleurer de frustration de ne pas avoir tout à fait obtenu ce dont son corps avait besoin.

"Facile, facile," dit le Docteur. Il passa une main sur son côté et sur sa jupe. Amy se mordit la lèvre lorsque sa main atteignit enfin sa peau et toucha l'intérieur de sa cuisse. Il palpa le bord de sa culotte avec son doigt, puis il effleura directement son devant.

Elle haleta et sursauta. "Oui, oui, là."

Le Docteur passa un doigt sous le tissu de sa culotte et traça lentement sa chair. Les hanches d'Amy se balançèrent avec impatience et il glissa son doigt en elle. Il trouva rapidement son clitoris et le massa lentement et doucement.

Amy poussa un soupir et déposa aveuglément des baisers le long de son cou tandis que ses hanches se balançaient au rythme de ses mouvements. Elle retrouva sa bouche et l'embrassa de manière désordonnée là où il rencontra son enthousiasme maladroit avec le sien. Il ajouta doucement un autre doigt et Amy suça fort sa langue.

Le désir grandissait toujours en elle et elle essaya de faire avancer le Docteur en bougeant ses hanches plus rapidement. Mais il ne voulait pas modifier son rythme et Amy a crié de frustration.

"S'il vous plaît ! Plus vite, j'en ai besoin, j'en ai besoin..." dit-elle.

"Chut," dit-il. "Vous laissez le pollen prendre le dessus. Vous ne voulez pas de vitesse, vous voulez de lenteur. Plus lentement, c'est mieux." Il passa lentement et douloureusement son pouce sur elle et elle gémit. Il se pencha plus près et lui murmura à l'oreille : « Ralentis, Pond. Je t'y amènerai. Je te le promets.

Elle gémit encore. Ses hanches ont repris son rythme et elle a laissé la sensation de ses doigts au plus profond d'elle et de sa bouche sur son cou prendre le dessus.

Ses doigts ne s'arrêtèrent jamais et elle sentit le désir en elle continuer à se développer et l'immensité pure et totale la submergea.

"Je ne le fais pas..." essaya-t-elle de dire. "C'est trop..."

"Trop?" Il a demandé. Il appuya fortement son pouce contre elle. "Ou juste... n'est-ce pas ?"

Son corps se cambra tandis que son orgasme la déchirait. Des explosions de sensations explosèrent dans sa colonne vertébrale et parcoururent chaque nerf de son corps.

"Oh, Amelia," lui murmura le Docteur à l'oreille.

Amy haleta et enfonça ses ongles dans la peau de son cou et de sa hanche alors que les répliques la traversaient.

Lorsqu'elle redescendit, elle ouvrit les yeux et rencontra le regard sombre du Docteur. Elle remarqua ses lèvres toutes gonflées et le léger mouvement de ses doigts toujours à l'intérieur d'elle. Puis Amy a fait quelque chose qu'elle n'avait jamais fait de toute sa vie.

Elle est morte.

*****

Quand Amy s'est réveillée, elle était dans l'infirmerie. Elle portait toujours ses vêtements de tout à l'heure, sans ses bottes, qui étaient soigneusement placées sur le sol à côté de son lit. Elle s'étira langoureusement et fit le point sur sa situation actuelle.

Bien.

Les muscles de son abdomen étaient agréablement douloureux, à la manière d'un orgasme spectaculaire et l'envie motrice d'avoir cet orgasme semblait avoir disparu. À vrai dire, elle se sentait étonnamment éveillée. La plupart des détails sur la façon dont elle avait fini par ressentir cela étaient un peu flous, mais elle pouvait faire quelques suppositions.

Amy s'assit et regarda autour d'elle. Son pull était sur une chaise à proximité et le Docteur n'était pas en vue. Amy était tour à tour soulagée et déçue par son absence.

Le sol frais de l'infirmerie lui faisait du bien sous ses pieds nus. Elle ramassa son pull et ses bottes et se dirigea vers sa chambre. Même si elle était réticente à prendre une douche et à éliminer l'odeur de lui, elle voulait vraiment une culotte propre.

Après une douche rapide et enfilant un jean et un nouveau pull, Amy se dirigea vers le pont. Elle l'entendit bouger avant d'entrer et ne fut pas surprise de voir seulement ses jambes dépasser de dessous la console principale.

"Elle ne s'est pas blessée, n'est-ce pas ?" » demanda Amy en venant se placer à côté de ses jambes.

"Non," dit le Docteur, la voix étouffée. "Juste des réparations standards. Mais maintenant que tu es debout," il se releva de dessous et rebondit sur ses pieds, "nous pouvons partir."

Il se retourna, lança un levier et tourna un cadran.

"O-d'accord," dit Amy. "Donc, nous n'allons pas le faire, tu sais..."

Il lui lança un regard sous sa frange. "'Vous savez quoi?"

"Eh bien, que s'est-il passé", dit-elle. "On ne va pas en parler ?"

"En avons-nous besoin?" Il a demandé. "J'aurais pensé que tu ne te souviendrais pas de grand chose."

"Eh bien, c'est un peu flou", a-t-elle admis. "Mais..."

"C'est tout alors," dit-il en détournant le regard. "C'est fini, un gros panneau d'avertissement clignotant a été collé sur Sarvos XI et c'est parti pour la prochaine aventure !"

"Oh, d'accord," dit-elle en fronçant les sourcils. "Tant que tu en es sûr."

"J'en suis sûr", dit-il. "Absolument, absolument sûr."

Il vint se tenir à côté d'elle et sourit en tendant la main pour actionner un interrupteur à côté de sa main. Alors qu'il effleurait sa peau, un éclair familier de désir la traversa et les yeux du Docteur s'écarquillèrent. Ils clignèrent des yeux, hébétés.

Le Docteur s'éclaircit la gorge et dit : "Eh bien, peut-être surtout, peut-être bien sûr."

Articles similaires

Honneur du devoir

J'ai senti la brise froide effleurer mon visage et mes genoux me brûler les mollets alors que je prenais de la vitesse en descendant le trottoir. À seulement un kilomètre et demi de chez moi, je commençais juste ma course nocturne, heureuse que l'été soit de retour. Je détestais les hivers parce que je passais plus de temps dans une salle de sport ou que je m'entraînais pendant les heures les plus chaudes de la journée. La seule mauvaise chose était que je me sentais en quelque sorte chagrin d'y avoir pensé, rien de mal et d'amusant ne se produirait jamais...

1.8K Des vues

Likes 0

Ouah

Cela faisait environ deux mois que j'avais changé d'école et déménagé dans mon nouveau quartier. Je n'étais pas le plus beau gosse, mais je suppose que c'est vrai que la personnalité compte le plus parce que j'avais beaucoup d'amies et d'amies. C'était un autre dimanche après-midi ennuyeux quand j'ai entendu frapper à la porte. Comme je dormais, je me levai lentement et allai répondre à la porte. À la porte se trouvait une de mes amies Tabatha ou Tabby en abrégé. Nous avons bavardé près de la porte pendant un moment, puis je l'ai invitée à entrer. Nous sommes allés dans...

1.1K Des vues

Likes 0

Les vraies aventures d'Alice -Prologue-_(1)

Les vraies aventures d'Alice - Prologue - AUCUN sexe réel dans ce chapitre mais il y en aura beaucoup dans les prochains chapitres Je suis resté vierge jusqu'à ................ Tout le monde a 18 ans ou plus dans cette aventure. Je ne précise peut-être pas l'âge exact mais ils ont tous 18 ans et plus. J'ai été convaincue d'écrire mon histoire dès l'âge de dix-huit ans par ma fille Barbara. J'espère que vous apprécierez le premier chapitre de mon aventure. Ma vie a changé en 1974 et à 41 ans, je suis toujours en forme. En 1974, j'étais l'aîné de douze...

946 Des vues

Likes 0

Éduquer Anna (Partie 1)_(0)

Anna avait 15 ans, même si sa famille a toujours dit qu'elle en avait l'air 19, avec de longs cheveux blonds, des yeux noisette et une silhouette mince mesurant 5' 11 et des seins 38D qu'elle tenait de sa mère. Bien qu'Anna ait été l'une des premières développeurs, elle a toujours été timide et soucieuse de son corps, étant la plus grande de sa classe, elle a toujours été pointée du doigt pour les blagues et les taquineries de ses camarades de classe. Ce n'est que lorsqu'elle était à la maison qu'elle pouvait vraiment se détendre et être elle-même. La plupart...

286 Des vues

Likes 0

Ma mère excitée prt1

Chapitre un: « Walter ! » Patty écarta ses longs cheveux blonds ondulés de ses yeux et lança un regard furieux à la porte de la chambre de son fils. Walter, je sais ce que tu fais là-dedans ! Je suis absolument marre de t'écouter te branler dans ta chambre tous les jours ! Walter, écoutes-tu? Son fils adolescent n'a pas répondu. Le battement rythmique a continué plus fort que jamais, le bruit de la tête de lit qui frappe contre le mur tandis que Walter frappait avec impatience sa queue, agitant son poing de haut en bas de son bite raide et douloureuse...

178 Des vues

Likes 0

Maman Franken; ou, ma mère Frank

Maman Franken; ou, ma mère Frank INTRODUCTION : Maman passe le week-end dans le dortoir de son fils et les choses se passent autrement... Bien sûr, étant un étudiant de première année, le seul cours d'art disponible était l'équivalent du dessin 101. Il n'y avait aucun test pour cela. Le jour où on m'a demandé de dessiner un cheval en perspective à deux points, j'ai appelé maman en larmes, la suppliant de me tirer d'affaire de cette mauvaise décision. Maman, étant pragmatique, a refusé, me réconfortant en me conseillant de lui accorder plus de temps. Peu de temps après, ma fortune...

161 Des vues

Likes 0

Le réparateur chapitres 3 et 4

Chapitre 3 Chérie, je suis à la maison Jimmy s'est d'abord réveillé pour se retrouver avec Jane et son bois du matin serré contre ses fesses douces, il s'est penché un peu et a commencé à embrasser doucement son cou puis son oreille. Mmm, gémit-elle doucement alors qu'elle tournait la tête à mi-chemin pour voir qui l'embrassait. Jimmy l'embrassa doucement sur les lèvres puis commença à manipuler son mamelon gauche. Rien n'a fait avancer Jane plus vite que quelqu'un qui s'occupe de ses mamelons. Elle laissa tomber sa main sur son cul et trouva l'une des bites les plus grosses et...

2K Des vues

Likes 0

Sis me laisse II

Inutile de dire que j'étais très préoccupé le reste de la journée et de la nuit. Rien que la pensée du petit cul de ma sœur m'excitait déjà, mais l'avoir léché était le paradis. C'était comme d'habitude pour Sis et moi pendant les deux jours suivants. Maman rentrait du travail à l'heure et papa a rapidement suivi. Nous étions également à l'école, donc il était difficile de trouver du temps seul. Chaque nuit, cependant, je fantasmais sur ma sœur et notre petit jeu se terminant généralement par une séance de branlette rapide qui me laissait plus frustré qu'autre chose. Heureusement, une...

1.4K Des vues

Likes 0

HSA-033 TEST-001

—---------------------------------------------------------------------------- ---------------------------------------------------------------- Commentaire de l'auteur : Welp les gars et les filles, j'essaie un nouveau format avec cette histoire inspirée des journaux SCP, je ne suis pas très expérimenté avec le contenu SCP ou l'écriture en général, mais je voulais surtout savoir si vous aimez l'idée de il, tout conseil ou commentaire est très apprécié! —---------------------------------------------------------------------------- ---------------------------------------------------------------- Article : HSA-033 Classe d'objet : Euclide Procédures de Confinement Spéciales : HSA-033 doit être détenu dans une cellule renforcée suffisamment grande, d'autres tests sont nécessaires. Description : Une créature ressemblant à un tatou, a une carapace avec des pointes qui couvrent tout son dos. Il...

1.1K Des vues

Likes 0

Cupids Curse partie 1

Encore une fois, je fais le même rêve; c'est toujours la même pièce froide et morne. Au début, il semble toujours noir, mais grâce à quelques bougies autour de la pièce, je peux voir dans la pièce voisine où il y a toujours un canapé rouge, où une femme étrange attend ma compagnie. Je ne peux jamais entendre sa voix, mais pour une raison quelconque, je sais qu'elle m'appelle. Alors que je sors du lit pour venir vers elle, je ressens la même douleur aiguë dans mes yeux, mais je n'arrête jamais de bouger, peu importe l'intensité de la douleur, comme...

889 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.