Un investissement judicieux

552Report
Un investissement judicieux

C'était un bon investissement. Une maison mitoyenne dans une rue résidentielle calme. Défraîchi mais bon marché et lorsque grand-tante Freda m'a laissé de l'argent, l'acheter comme investissement m'a semblé être une bonne idée.

C'était bon marché car il y avait des locataires assis, une HMO ou une maison à occupation multiple, trois étudiants, des filles et quatre chambres, trois chambres à l'étage et une autre en bas qui était autrefois le salon.

J'ai emménagé dans la quatrième pièce. Celui du bas. La maison était pratique pour l'université et je pensais rester du lundi au vendredi et rentrer chez moi le week-end.

J'ai emménagé tout de suite, "Bonjour, je m'appelle George, votre nouveau colocataire et nouveau propriétaire", ai-je expliqué, "Je fais un master à l'université, vous êtes étudiants, n'est-ce pas ?"

"Euh oui, bien sûr", dit Sandy, même si Sandy décrivait à peine ses cheveux dorés qui scintillaient à la lumière. Ses jambes duraient pour toujours, ses yeux du bleu le plus profond et son sourire.

« Quel cours suivez-vous ? » J'ai demandé.

"Hospitalité", dit-elle et elle s'éloigna.

Holly était tout aussi piquante, elle avait des cheveux châtain foncé presque noirs, plutôt lourds avec des hanches généreuses et Heather était très brune, afro antillaise avec des cheveux blonds, elle ressemblait plus à une pute qu'à une étudiante.

Je n’ai toujours pas réalisé dans quoi je m’embarquais jusqu’au premier jeudi. J'avais l'habitude de partir à l'université avant que les filles ne se lèvent et de les faire rentrer à la maison après m'être couché, mais quand je suis rentré à la maison à 16 heures et que je les ai trouvées encore endormies, j'ai même eu des soupçons.

"Euh, tu ne vas jamais en cours?" J'ai demandé à Sandy alors qu'elle semblait prête à préparer le « petit-déjeuner ».

"Non, écoute, nous avons essayé, OK," Trois jours d'affilée à trois heures et hors de la maison à une heure et demie mais bon sang, c'est tellement dur.

"Donc que fais-tu?" J'ai demandé.

"Qu'en penses-tu?" elle a demandé.

"Comment devrais-je le savoir?" J'ai demandé.

«Je me vends», dit-elle, «Est-ce que je vous ai choqué?»

"Tu quoi?" J'ai demandé.

"Eh bien, tu es vraiment stupide?" elle a demandé: "Je vends moi-même, je baise pour de l'argent, d'accord?"

"Eh bien, combien ?" Ai-je demandé bêtement.

"Vraiment ?, tu veux ?" elle a demandé.

"Non, Seigneur Non, je fais juste la conversation." Dis-je maladroitement.

"Alors pourquoi tu as bandé?" elle a demandé.

«Je suis nerveux, je suppose», ai-je admis.

"Écoutez, ce n'est pas grave", a-t-elle dit, "Mieux que de travailler chez WalMart, dix heures par jour à écouter le bip bip bip."

"Je suppose," marmonnai-je, "Mais pourquoi |?"

"Pourquoi pas?" elle a demandé: "J'ai échoué à mes examens, j'en ai eu marre des boulots de merde et je veux beaucoup d'argent, de toute façon assez de questions, tu veux baiser."

"Euh oui, oui s'il te plaît." J'ai admis.

"Bien", rit-elle. Elle avait un préservatif dans la poche de sa robe. La robe de chambre était en fait la seule chose qu'elle portait. J'ai pris le préservatif et elle a drapé le manteau sur le dossier de la chaise. "Où me veux-tu?" elle a demandé.

Elle se tenait face à moi complètement nue, un pied sur le siège de la chaise avec un puis deux doigts enfoncés dans son pus.

"Merde!" J'ai haleté.

"Tu as!" dit-elle ravie, "Tu es venu en pantalon, n'est-ce pas !"

Ma bite pompait du sperme de manière incontrôlable. Mon Levis bleu clair délavé à la pierre avait une tache sombre sur le devant qui s'agrandissait de minute en minute. "Oui!" Dis-je tristement.

"C'est trop mignon!" elle a dit: "J'adore quand Johns jouit dans leur pantalon!" Elle s'éloigna de la chaise et prit un torchon sur la ligne devant la cuisinière. "Laisse-moi te nettoyer", suggéra-t-elle en défaisant ma ceinture et ma fermeture éclair.

Ma bite vide a essayé de se raidir à son contact mais j'étais épuisé. Elle a traité de manière experte le dernier morceau de sperme sous mon prépuce et a essuyé mon ventre là où la majeure partie du sperme s'était retrouvée.

"Épais et sale", a-t-elle dit, "Tu as besoin de baiser plus, ce n'est pas sain", était son opinion d'expert, "Quand l'as-tu fait pour la dernière fois ?"

"Euh," dis-je.

"Quand as-tu eu une petite branlette pour la dernière fois?" Elle a essayé.

"La nuit dernière?" Je me suis aventuré.

"As-tu rêvé de moi?" elle a demandé.

"Euh, non, j'ai regardé du porno", admis-je.

"Eh bien, ce soir, tu attends et je ferai en sorte que ça en vaille la peine", a-t-elle promis.

Je n’ai pas attendu, mais je n’ai pas non plus verrouillé ma porte. Elle est arrivée vers 1h30 du matin.

"Bon sang, quelle nuit", s'est-elle exclamée en me réveillant, "Je vais prendre une douche, ne pars pas."

Je me suis levé, j'ai préparé du café, elle est descendue des escaliers dix minutes plus tard, vêtue de son peignoir : "Pourquoi les crétins conduisent-ils de si petites voitures s'ils veulent visser la banquette arrière ?" » elle a demandé tout à fait raisonnablement : « Ils ont besoin d'un contorsionniste, pas d'une fille !

"Regarde ce soir," dis-je maladroitement.

"Mmmm Café, pas de sucre", a-t-elle répondu, "Ecoute, j'ai eu des perdants qui me pelotaient, me mettaient leur bite en moi et me regardaient toute la nuit et maintenant j'ai vraiment besoin de jouir, d'accord ?"

"Euh," dis-je.

"Alors tu as un bon gros lit moelleux et une belle grosse bite dure alors où est le problème ?" » elle a demandé tout à fait raisonnablement.

"Euh, je ne paie pas," dis-je maladroitement.

"Non, bien sûr que non, la première fois est gratuite, alors arrêtez de parler et commençons le spectacle sur la route." " Elle a suggéré : " Tu dors du côté de la porte, n'est-ce pas ? " » a-t-elle demandé alors qu'elle ouvrait la voie à ma chambre. Elle s'assit sur le lit : "Oh, c'est si agréable et doux, tellement plus agréable que la banquette arrière d'une Ford Mondeo."

Je l'ai suivie à l'intérieur, elle a jeté les trèfles du lit et s'est allongée en tirant les couvertures sur elle, "Oh, c'est si doux et agréable, comme flotter sur un nuage", a-t-elle dit. Elle bâilla, secoua la tête d'un côté à l'autre et s'endormit presque instantanément.

Je suis monté à côté d'elle, ma bite dépassant comme un rouleau à pâtisserie, totalement excitée. Ma tête de bite lui a effleuré la fente du cul, a glissé dans le sillon de ses fesses. Je devais juste baiser. Chaud, doux, parfumé en quelques secondes, j'avais tiré ma charge. Je me suis retourné et je me suis endormi.

« Espèce de sale salaud », a-t-elle pleuré vers 4 heures du matin. "Tu as des trucs partout sur ma robe!"

"Désolé", je me suis excusé.

"Porte un putain de préservatif la prochaine fois", claqua-t-elle en se précipitant pour laver son peignoir. J'ai entendu la machine à laver démarrer.

Elle est revenue avec un chiffon. Nu, complètement nu. Elle essuya les draps. "Maintenant, mets ça, plus d'accidents", a-t-elle insisté en me montrant un préservatif. Elle a attrapé ma bite et l'a essuyée. Sa taille a doublé au fur et à mesure. Elle a siroté le préservatif et m'a repoussé sur le lit.

Elle s'est agenouillée sur moi et s'est effondrée jusqu'à ce que sa chatte ait complètement englouti ma bite et que son poids écrase mes couilles contre elle, "C'est mieux", a-t-elle décortiqué. Elle a bossu plusieurs fois, "Putain, je fais tout le travail", a-t-elle dit, "Retourne-toi, je veux que tu sois dessus." Elle est descendue et s'est assise sur le bord du lit, je me suis agenouillé devant elle et j'ai enfoncé fermement ma bite en elle. "Oh oui, c'est mieux, baise-moi, baise-moi, baise-moi. J'ai besoin de jouir.

Pauvre fille, elle semblait vraiment avoir besoin d'un sérieux soulagement. "Ces petits et gros sont dégoûtants!" marmonna-t-elle.

"C'est bon," lui ai-je assuré, "Tu es en sécurité avec moi."

"Putain, j'ai besoin de jouir," dit-elle sèchement, "Allez, ne plaisante pas, baise-moi, baise-moi, baise-moi!"

Elle n’était pas à moitié lapin.

Holly est rentrée à ce moment-là, "Putain de salope!" elle a crié: "Ce n'est pas juste de baiser le propriétaire."

"Ne t'inquiète pas, c'est une maison d'égalité des chances", lui ai-je assuré en laissant Sandy se baiser en utilisant ma bite, "Ton tour demain ?"

"Eh bien, je ne paie pas de loyer si elle le reçoit gratuitement", a rétorqué Holly.

"Personne ne bénéficie d'un loyer gratuit", lui ai-je assuré, "Alors ne te fais pas d'idées."

"Salope", répondit-elle mais elle s'éloigna vers la salle de bain.

Heather était de retour peu de temps après, Sandy pensait juste à prendre un café alors que Heather laissait échapper. « Ce salaud m'a fait marcher jusqu'à Commercial Road, Oh, tu as de la compagnie ! »

"Oui chérie, tu as envie d'un plan à trois ?" Sandy a ri, "En fait, je pense que notre petit étalon a fini pour la journée en termes de sexe."

"Oui mais demain est un autre jour !" J'ai ri : « Où est Holly ? Je veux enfermer.

"Je me dispute avec ce perdant qu'elle traite de proxénète la dernière fois que je l'ai vue", soupira Heather.

"Bien", ai-je accepté.

"Tu sais qu'elle s'occupe de lui, n'est-ce pas ?" » demanda innocemment Heather.

« Quelles drogues ? » J'ai demandé.

"Pas de cuisine, bien sûr de la drogue", a ajouté Sandy.

"Et vous deux?" J'ai demandé.

Ils avaient l'air embarrassés.

"Écoutez, c'est une zone sans drogue", ai-je insisté, "je ne peux pas me permettre de me faire prendre en possession de drogue sur place, d'accord ?"

Ils avaient l’air encore plus penauds.

« Alors, où sont cachées vos réserves ? » J'ai demandé.

Ils avaient l’air très penauds.

"Je les retrouverai demain", suggérai-je, "Alors assurez-vous qu'ils sont partis."

Holly est entrée à ce moment-là, je me suis dirigé vers la porte, "Ah, Holly, maintenant as-tu de la drogue sur toi ?" J'ai demandé.

"Non!" elle a insisté : "Tu peux me fouiller si tu veux !"

Ce n'était pas difficile, elle portait seulement une veste en cuir et une jupe par-dessus son soutien-gorge et sa culotte, et il n'y avait nulle part dans ses chaussettes ou ses chaussures pour cacher quoi que ce soit. Elle avait pour tout un mouchoir et une bourse contenant quelques pièces de monnaie.

"Eh bien, je suppose que tu es propre", ai-je accepté.

Sandy et Heather ont ri : "Tu es si naïve !"

Holly avait l'air absolument furieuse.

Sandy a ri : "À l'intérieur !"

"Quoi?" J'ai demandé.

"Dans son cul, j'imagine, elle garde des préservatifs et encaisse sa chatte!" Sandy a ri : "Nous le faisons tous, chérie !"

"Est-ce qu'elle a raison?" ai-je demandé.

"Ok," soupira Holly, "Ok oui, salopes!" Elle a écarté sa culotte et a pêché dans sa chatte avant de sortir deux préservatifs, l'un avec de l'argent liquide et l'autre avec des préservatifs.

"Et ton cul?" J'ai demandé.

"Pas ici, je vais me chier", protesta Holly.

"Assurez-vous qu'elle le fasse", ordonnai-je à Sandy, "Et faites-lui un lavement, je veux vérifier qu'elle est propre. Préparez-lui une boisson chaude Heather.

Holly est descendue de la salle de bain, Sandy a pris quelques tours de poudre blanche.

"Mettez cette poudre sur le pas de la porte", ai-je ordonné. "Alors amène ton proxénète ici et s'il est toujours là le matin, il s'en va dans les égouts."

"Je pensais que tu voulais vérifier mes fesses", demanda Holly, et elle se pencha. Elle était nue sous sa jupe et elle écartait les fesses pour ouvrir son anus et permettre une vue dégagée sur ses fesses.

"Préservatif?" » demanda Sandy.

"S'il vous plaît," répondis-je. J'ai baissé mon pantalon et Sandy a mis un préservatif.

Sandy a guidé ma bite dans le cul de Heather. De toute évidence, elle avait lubrifié la salle de bain car elle glissait très bien.

« Est-ce que c'est déjà arrivé ? » Heather m'a nargué, "Oh putain, n'est-ce pas ?"

J'ai commencé à baiser, c'était vraiment bien, j'ai attrapé de grosses poignées de seins de Heather en les utilisant pour la tirer encore plus fort sur ma bite et puis tout d'un coup j'ai commencé à jouir. J'ai été surpris qu'il en reste après toute la baise que j'avais faite plus tôt, mais j'ai quand même réussi à remplir le préservatif.

J'ai glissé. Holly m'a tendu un café, Sandy a enlevé mon préservatif et a essuyé ma bite, "Putain, qu'est-ce que c'est ?" » demanda Heather.

"Un harem, nous sommes ses concubines, c'est dans son nouveau contrat de location", a déclaré Sandy, "Il peut utiliser n'importe lequel de nos trous quand il le souhaite."

"Ça pourrait être pire", a admis Heather.

"Et nous dormons tous ici dans mon lit pour éviter de chauffer vos chambres", ai-je ajouté.

"D'accord," approuva Heather.

« De la poudre à la porte, appelle ton proxénète », ai-je ordonné.

Heather m'a ignoré, "Plus tard", a-t-elle dit en me poussant si fort que je me suis retrouvé en équilibre sur le lit. Elle m'a coincé et m'a embrassé sur la bouche.

Je ne me plaignais pas, ma bite avait du mal à se tenir debout maintenant alors je me suis simplement détendu et je l'ai laissé faire ce qu'elle voulait.

Holly a éteint les lumières et Sandy s'est allongée d'un côté de nous et Holly de l'autre.

Au bout d'un moment nous avons eu froid alors nous nous sommes glissés sous les couvertures après bien sûr nous être déshabillés afin de profiter pleinement de la chaleur du corps. Pour être honnête, c’était un peu comme être au paradis.

Articles similaires

Sexe fidèle

Ses baisers descendirent le long de son cou, ne s'arrêtant pas avant qu'il n'atteigne ses seins. Il prend l'un des gros seins dans sa main, le massant délicatement. Ses lèvres se déplacent vers son mamelon gauche, le suçant à la seconde où ses lèvres l'enveloppent. Sa main libre traîne sur son ventre, jusqu'à son pantalon. Il pousse sa main à l'intérieur brutalement alors que sa main atteint sa destination. Ses mains passent sous le tissu connu sous le nom de sa culotte, la doigtant à ce moment-là. Il libère sa main de sa poitrine, enlevant lentement son pantalon. Une fois qu'ils...

1.3K Des vues

Likes 0

Catherine - Première partie._(1)

Lentement, Catherine se réveille de son lit en sentant l'air froid de la Californie inonder sa chambre. Elle se lève du lit seulement pour sentir les carreaux froids sur le sol. S'éloignant de son lit, elle se prépare pour l'école. En entrant dans la salle de bain, elle se rappela la nuit dernière quand elle s'était touchée pour la première fois. C'était une expérience étrange, elle avait entendu des discussions et des rumeurs concernant la masturbation mais elle ne l'avait jamais fait elle-même, ou plutôt, à elle-même. En regardant dans le miroir, Catherine a vu une fille aux cheveux bruns et...

1.1K Des vues

Likes 0

Combat de chat 22 changements

TERMES tinton - 2 1/2 secondes spectre - 2 1/2 minutes Toton -   2 1/2 heures minton -  2 1/2 jours jourcon -  2 1/2 semaines Malant -  2 1/2 mois quantité  -  2 1/2 ans galant -  2 1/2 siècles Metson - 2 1/2 pouces maclon - 2 1/2 pieds heckson - 2 1/2 milles tetson -  2 1/2 acres unité -    2 1/2 cc Personnages Bill Axor (alias Ambrose) - Clan du Lion, Cit-Chac-Coh King Tomco Traxor - Le père décédé de Bill, clan Lion Roi Tobias Traxor - frère mort de Bill, clan Lion Reine Trianna Axor - La mère...

1.8K Des vues

Likes 0

Premier jeu de swing poker

Environ deux semaines après cette randonnée, nous avons été invités chez Jim et Marilee pour un barbecue et pour jouer aux cartes ce soir-là, j'ai apporté une bouteille de Southern Comfort pour les filles et une bouteille de Tequila pour Jim et moi. Nous avons passé environ deux heures à jouer à Spades et à boire. Nous avions tous un peu gaspillé des shooters à boire avec Jim et moi et les filles buvaient du Southern Comfort et du Squirt, je faisais du bartent. Jim et moi avons manqué de Tequila et avons fait une pause dans les cartes et avons...

1.3K Des vues

Likes 0

Thérapie incestueuse de sa fille 1 : Réveil incestueux

Thérapie incestueuse de sa fille (Une histoire de harem incestueux) Chapitre Un : Réveil incestueux Par mypenname3000 Droits d'auteur 2019 Remarque : Merci à wrc264 pour la lecture bêta ! Séance 1 avec Mercedes Daniels Le clic-clic du métronome résonna dans mon bureau. Je me suis assise les jambes croisées sur ma chaise, ma jupe remontant suffisamment pour montrer le haut des bas beiges à hauteur de cuisse que je portais. J'avais ma tablette d'encre électronique sur mes genoux, prête à prendre des notes alors que mon patient était assis sur la causeuse de couleur crème en face de moi. Mercedes Daniels avait...

1.2K Des vues

Likes 0

35 Harry Potter et l'épée de Gryffondor - Chapitre final

Avertissement : Ces histoires ne sont pas les miennes, tous les personnages appartiennent à JK Rowling. Dix-neuf ans plus tard... Attends quoi? Dix-neuf? Pourquoi dix-neuf ? Ces choses ne se produisent-elles pas en nombre d'années paires comme deux, dix ou vingt ? Ou même des incréments de cinq ans ? Pourquoi irais-je contre les conventions et utiliserais-je un nombre impair comme dix-neuf ? « Oh, regarde-moi ; Je suis tellement rebelle. Je place mon épilogue dix-neuf ans dans le futur ! Je suis un créateur de tendances. Qui suis-je pour aller à l'encontre des conventions ? Quinze ans plus tard... Peu importe combien de...

916 Des vues

Likes 0

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire la même chose que tous les autres gars. Vous savez parler à des filles de l'État en espérant que je puisse préparer quelque chose à mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé au groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

2.1K Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

2.1K Des vues

Likes 0

Le roi 3

2070, orbite terrestre. King C'était sympa Doc, merci pour tout ( Le roi meurt ). Doc Holiday Au revoir Mr Sims. Le 24e siècle, espace de la Fédération. En souhaitant bonne chance à Steve et à sa famille et en montant dans son navire, Kevin quitte la base stellaire 12 pour commencer sa nouvelle vie au 20e siècle. Il est sur le point d'utiliser la même technique que le capitaine James T Kirk a utilisée lorsque lui et son équipage ont voyagé dans le temps lorsqu'il a été contacté par un autre navire. Naturellement, Kevin est surpris lorsque le...

1.9K Des vues

Likes 0

Plus qu'elle n'avait négocié pour la partie 2

PLUS QU'ELLE NÉGOCIAIT POUR LA PARTIE 2 La partie 1 décrit «JB», une fermière veuve et aisée qui a un ami qui lui avoue (en état d'ébriété) qu'elle a le fantasme d'être retenue avec une barre d'écartement et que JB la surprend, la retient, la taquine puis la libère et la laisse furieuse à propos de tout l'incident…. Ramenant mon sac de friandises à mon camion, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en l'entendant crier et m'insulter pendant toute la promenade. Je suppose que mon scénario de viol était peut-être un peu trop pour elle. Eh bien, elle appellera soit...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.