Envahir Paris - Partie 1

459Report
Envahir Paris - Partie 1

Sa tête la palpitait. C'était comme si sa taille augmentait et diminuait physiquement. Elle ne bougea pas en se réveillant, car elle ne voulait pas aggraver les palpitations. Elle, tout simplement, ne pouvait pas penser correctement. Il lui a fallu tous ses efforts pour se rappeler qu'elle était sortie la nuit dernière, peu importe les détails, mais même avec ça, elle était certaine qu'elle n'avait rien fait pour mériter cette gueule de bois.

Alors qu'elle prenait lentement conscience d'elle-même, elle réalisa qu'elle était assise. Elle leva la tête et c'est alors qu'elle réalisa qu'elle n'était pas dans son hôtel. Elle le savait parce que sa tête était dans un sac. Elle ouvrit ses yeux exorbités et douloureux pour ne voir que l'obscurité totale. Le sac sur sa tête bloquait toute lumière. Son cœur battait la chamade.

Chaque mouvement qu'elle faisait lui faisait mal et son corps lui faisait mal, mais elle essayait de toutes ses forces de se lever, mais en vain. Le sac au-dessus de sa tête avait été attaché en place autour de son cou, pas assez pour lui causer de la détresse en respirant ou en déglutissant, mais assez serré pour bloquer la lumière et garantir que toute secousse de tête pour l'enlever s'avérerait infructueuse. Il y avait une sangle sur ses épaules qui la maintenait à la chaise, et ses bras étaient attachés en place autour du dossier de la chaise au niveau de ses poignets. À travers sa taille, une sangle similaire à celle autour de ses épaules la maintenait en place, et ses jambes étaient maintenues écartées par des attaches au niveau de ses genoux et de ses chevilles. Elle était complètement incapable de bouger. Elle ne pouvait pas se tenir debout et essayer de faire vaciller la chaise s'est avérée totalement inutile car elle était non seulement solide et solide, mais apparemment attachée au sol.

Elle se mit à pleurer. Elle avait envie de crier mais quand elle essaya, sa voix se brisa et croassa simplement, et c'était comme si sa gorge s'était déchirée en deux.

"Ne pleure pas Paris", dit une voix près d'elle.

C'était un homme, et vieux. Il faisait froid et ressemblait à du gravier. Il y avait un accent. Elle leva douloureusement la tête et essaya de trouver d'où venait le son, mais sans la capacité de bouger ou de voir, c'était inutile.

"Vous devriez être heureux", a-t-il poursuivi. « J'ai reçu l'ordre de vous « retirer ». Te tuer n'était pas exclu, et aurait été beaucoup plus facile pour moi si j'étais honnête ma chérie.

Son cœur s'est presque arrêté, puis il a accéléré. Elle avait cessé de sangloter, mais des larmes silencieuses coulaient sur son visage, et elle respirait à peine à cause de sa peur écrasante. La douleur dans sa tête était toujours là, mais c'était un souvenir lointain comparé à la peur qu'elle ressentait actuellement.

"Où suis-je?" Elle croassa.

"Vous avez besoin d'un verre Miss Hilton," dit-il, alors qu'elle reconnaissait enfin son accent anglais.

"Où suis-je?" Elle croassa à nouveau.

Elle entendit de l'eau couler et elle éclabousser un verre. Elle pensa à la sensation incroyable de l'eau en ce moment. Comment cela apaiserait-il tant de ses maux et douleurs. Mais elle savait que ce n'était pas un geste altruiste de la part de son ravisseur. Il aurait pu la tuer, il l'a dit lui-même.

"Vous pourriez appeler où vous êtes, un sous-sol," Sa voix est venue. « Mais je ne le ferais pas. Mon sous-sol est insonorisé à plusieurs pieds au-dessus de nos têtes. Appelons ça..." Il rit pour lui-même ici, "Un donjon."

Son cœur continuait de battre à des kilomètres à la minute, et maintenant sa respiration s'accélérait. Elle se remit à sangloter, sa voix se brisant à chaque respiration rauque.

Il rit.

"Tu as besoin d'un verre, attends."

Elle le sentit à ses côtés et commença aussitôt à lutter contre ses entraves sans espoir. Elle a pleuré et s'est permise d'avoir vraiment peur. Elle pouvait le sentir venir. Il allait la blesser d'une manière qu'elle ne pouvait tout simplement pas imaginer.

Elle sentit quelque chose d'étrange s'enrouler autour de sa tête et se resserrer, fermement, à la fois autour du sac et sur ses yeux. Elle sentit alors la cravate autour de son cou se desserrer. Elle a commencé à balancer sa tête d'avant en arrière, mais s'est rapidement arrêtée. Sa tête a commencé à battre de manière incontrôlable et elle s'est sentie physiquement malade à cause du mouvement mélangé à la peur. Son ravisseur a soupiré, puis a soulevé le sac sur sa bouche et l'a attaché en place avec son cordon juste sous ses yeux.

"Je ne veux pas que tu me vois tout de suite," dit-il doucement, "Mais je ne suis pas un monstre. Les médicaments vous déshydratent et vous vous sentez probablement un peu malade. Cette eau vous aidera. Maintenant, reste immobile, je t'ai mis une paille pour faciliter les choses.

Elle sentit la paille contre ses lèvres et se demanda si elle devait ou non prendre le geste pour ce qu'il prétendait être. Elle a décidé que c'était soit de l'eau, soit du poison, l'un ou l'autre l'aiderait à se sentir mieux maintenant. Elle était nul...

De l'eau glaciale inonda sa bouche et glissa le long de sa gorge, recouvrant la zone qui semblait désertique d'une humidité glorieuse. Elle se remit à pleurer, en partie de soulagement et de joie d'être en vie, en partie (et de façon confuse) par peur totale de ce qui allait suivre. Elle sentit des gouttelettes d'eau couler le long de son menton alors qu'elle pleurait, pas des larmes, mais l'eau du verre alors qu'elle luttait pour tout garder dans sa bouche alors qu'elle soupirait de soulagement. Tout son corps se sentait vidé de ses forces, et l'eau était si froide et rafraîchissante qu'elle était totalement confuse quant à ce qu'elle était censée ressentir envers cet homme à ses côtés.

"C'est mieux?" Il a demandé.

Elle hocha simplement la tête. Elle a refusé de le remercier. Cela l'écœurait juste de reconnaître son existence.

Il a pris le verre et l'a posé à travers la pièce, puis il s'est accroupi à côté d'elle, là où il avait été auparavant.

« J'ai été payé pour vous garder hors de la vue du public. La façon dont j'ai accompli cet exploit m'a été entièrement confiée, mais j'ai été embauché parce que je suis le meilleur. L'endroit où vous êtes est très loin de l'endroit où votre équipe de sécurité pense que vous êtes, et il faudra au moins trois heures de plus avant qu'elle ne réalise que vous êtes parti. Vous êtes à plusieurs mètres sous terre, dans ce qui est essentiellement une boîte insonorisée de ma propre conception et création. Personne d'autre que moi ne sait que c'est ici, et moi seul sais où se trouve l'entrée. À part moi, tu es tout à fait, et totalement, seul.

Il s'arrêta pour laisser entrer le dernier mot, et Paris Hilton, la femme "célèbre pour être célèbre" la plus célèbre au monde laissa tomber sa tête dans sa poitrine en signe de défaite. Ses pleurs étaient à nouveau silencieux, mais cette fois ce n'était pas la peur, mais un désespoir total qui l'avait submergée.

"Je ne vous dis pas cela pour vous effrayer", a-t-il poursuivi, "Je vous le dis parce que je veux que vous sachiez que peu importe ce qui se passe à partir de maintenant, vous êtes ma propriété. Tu m'appartiens et je peux faire de toi ce que je veux. J'ai reçu des sommes incroyables pour faire des choses auxquelles vous ne voudriez même pas penser et j'ai plus d'argent que vous ne pourriez même rêver. En tant que l'une des femmes les plus riches du monde, vous devriez vraiment apprécier ce que je vous dis là-bas. Je n'ai jamais à travailler. Je le fais parce que je l'aime. Je n'avais pas besoin de l'argent que j'ai reçu pour vous retirer de la société, mais honnêtement, je ne pouvais pas laisser passer l'opportunité de le faire. S'ils avaient demandé que je te tue, je l'aurais fait, mais ils ne l'ont pas fait. Alors maintenant, tu es là, et tu es à moi. Plus tôt vous accepterez cela et respecterez les règles, plus les choses seront faciles pour vous. »

Les mots la submergent. Elle savait qu'il disait la vérité. Elle savait que sa vie telle qu'elle la connaissait était terminée. Elle avait envie de soupirer. Elle avait envie de pleurer. Mais elle avait perdu la capacité de faire quoi que ce soit. Le combat l'avait totalement abandonnée et, pour le moment du moins, tout ce qu'elle pouvait gérer était de respirer.

Il a vu ça. Alors qu'il la regardait, son langage corporel lui dit qu'elle en avait fini. Il n'aurait jamais rêvé que ce serait aussi facile. Ce rapide. Il allait maintenant le pousser à sa limite. La chaise sur laquelle elle s'était assise avait des lattes manquantes dans le siège et il l'avait positionnée juste ainsi, afin de pouvoir accéder à sa chatte et de passer à travers elles. Il sourit intérieurement et se lécha les lèvres en prévision de son plan.

Il s'est déplacé vers le dossier de la chaise et a lentement décroché les attaches qui maintenaient les mains de Paris en place. Ses bras tombèrent sans vie à ses côtés, et il sourit à l'idée de l'allonger sur la table qu'il avait spécialement conçue pour la baiser. Il a décroché ses attaches d'épaule et a fait le tour de la chaise pour faire de même avec la sangle autour de sa taille. Rapidement, et sans avertissement, son coude s'élança vers l'arrière, s'écrasant dans son aine. Ses genoux fléchirent et il tomba à genoux sur le sol à ses côtés. Elle frappa à nouveau, et alors que ses mains agrippaient sa virilité alors qu'elle brûlait de douleur, son coude s'écrasa contre l'arête de son nez. Les larmes lui remplirent les yeux et il commença à basculer en arrière.

Le combat était de retour. Elle l'avait senti refluer en elle alors qu'il lui décrochait les mains. Son excès de confiance serait sa perte. Elle pourrait vivre son esclave, ou mourir en essayant de s'échapper. Bien sûr, mais qu'en est-il de l'option trois ? Evadez-vous et vivez. Elle se concentra sur cela et leva les mains pour libérer ses yeux de leur prison... Mais elle ne pouvait pas. Les contraintes avaient ralenti le flux sanguin, et alors que ses bras fonctionnaient à une capacité suffisamment forte pour détruire les parties intimes d'un homme, ses doigts ne fonctionnaient tout simplement pas pour elle. Elle n'arrivait pas à les verrouiller sur le sac au-dessus de sa tête... Alors elle poussa. Avec la paume de sa main, elle souleva le sac, et lentement, la lumière commença à inonder son œil droit, lentement elle commença à voir dans la pièce sans fenêtre, avec son sol en béton nu, ses meubles en acier inoxydable. A côté d'elle, elle a vu la forme d'un homme, en boule dans l'agonie, elle ne pouvait pas du tout voir son visage, mais alors qu'elle essayait en vain de repousser le reste de son bandeau sur son visage, elle s'est rendu compte qu'il commençait à bouger. . Se balançant d'avant en arrière, il grognait en serrant les dents. Alors que son bruit devenait plus fort et plus guttural, elle réussit à saisir le sac. Elle l'a arraché de son visage et l'a laissé tomber au sol, et elle a commencé à tâtonner à sa ceinture, la décrochant beaucoup plus rapidement qu'elle ne l'avait prévu, elle a bougé pour défaire ceux autour de ses genoux.

Malheureusement, à ce stade, l'homme à ses côtés, son ravisseur était de retour sur ses genoux, et alors qu'elle agrippait la sangle sur son genou gauche, son poing a balancé dans son ventre. La force du coup de poing la plia en deux et elle haleta, comme un poisson hors de l'eau. Se mettant à genoux, il se leva rapidement du sol, balançant le bas de son genou contre son front. L'impact l'aveugla. Tout ce qu'il y avait, c'était l'obscurité tout autour d'elle, habitée par des lumières blanches clignotantes.

"Putain, tu es fichue petite pute !" Il grogna. « Vous allez payer pour ce petit geste très, très imprudent ! »

Il l'a giflée au visage et tout le haut de son corps s'est effondré sur le sol. Elle était suspendue à un angle étrange à la chaise, car elle ne pouvait pas tomber et ses jambes étaient toujours attachées en place. Une douleur lancinante traversa ses genoux.

L'attrapant par la gorge, son ravisseur l'a soulevée sur ses pieds, et avant qu'elle ne puisse recentrer ses yeux, il a enfoncé sa tête dans la sienne. Elle s'est effondrée, inconsciente, de nouveau dans le siège...

-----------------

Quand Paris se réveilla, elle ouvrit aussitôt les yeux. Contrairement à la dernière fois, elle n'avait plus les yeux bandés, mais elle était allongée sur le ventre, nue, sur une table en acier inoxydable très froide. Sa tête lui faisait mal là où elle avait été frappée, deux fois, avec une force réelle, et elle avait du mal à bouger alors que ses mains étaient menottées à la table et limitaient tout mouvement qu'elle essayait de faire. Elle balança sa tête d'avant en arrière pour voir si elle était seule, mais ne pouvait rien voir clairement derrière elle. Du coin de l'œil, elle pouvait voir qu'il était là, lui tournant le dos, mais elle pouvait le voir de n'importe quelle manière réelle. Elle essaya de bouger ses jambes, mais elles semblaient être maintenues écartées par de solides attaches en acier juste au-dessus des genoux, empêchant tout mouvement d'un côté à l'autre. Son bassin pendait au bord de la table.

« Vous êtes maintenant à la putain de hauteur parfaite », la voix de son ravisseur venait de derrière elle.

Elle essaya de se déplacer, mais rien de ce qu'elle fit ne lui donna une meilleure vue de lui que ce qu'elle avait déjà vu du coin de l'œil.

« La hauteur parfaite pour quoi ? » répondit-elle, indignée.

"Putain, espèce de petite salope idiote !" Il grogna en retour, "La hauteur PUTAIN parfaite !! Avant tu avais le choix ! Avant j'allais y aller doucement ! Avant, vous auriez peut-être apprécié ! Mais maintenant... Maintenant, je vais juste te baiser dans tous les trous que tu as sans égard pour ton plaisir, ton corps ou ta sécurité. Tu n'es rien pour moi, mais un trou chaud et humide pour enfoncer ma bite, sale petite salope !

La peur la traversa. Sa nudité et sa position compromettante lui étaient venues à l'esprit, mais elle avait repoussé l'idée que son ravisseur s'effondrerait au point de la violer. Elle tira sur les menottes de ses poignets, se causant une grande douleur en même temps. Elle tortilla ses hanches d'un côté à l'autre, dans le vain espoir de se libérer d'une manière ou d'une autre, mais les contraintes qui maintenaient ses jambes l'empêchaient de prendre un véritable élan.

Alors qu'elle se débattait, il marchait entre ses jambes agitées. Il baissa les yeux sur les lèvres de sa chatte parfaitement lisses et ressentit un profond besoin d'être à l'intérieur d'elles. Il était nu, sa bite dure se tenait droite et vraie devant lui et pulsait alors qu'il la regardait se débattre contre ses contraintes. Ses fesses bougeaient d'un côté à l'autre de la manière la plus hypnotique. Sa lutte a fait augmenter sa respiration et lorsqu'elle a senti sa présence, elle a paniqué. Sa respiration était rapide et elle a commencé à crier.

« S'il vous plaît Dieu ! S'il vous plaît Dieu! Non." Elle a plaidé.

Il l'a attrapée par les hanches et l'a poussée vers le bas, contre la table, puis avançant, il a frotté la tête de sa bite palpitante contre les lèvres de sa chatte glabre. Elle essaya de le repousser de toutes ses forces, mais la pression sur ses hanches était trop forte pour qu'elle le déplace.

"Non... S'il te plaît, non," gémit-elle. "S'il te plaît..."

La poussant vers le bas avec la paume de sa main gauche avec suffisamment de force pour l'arrêter complètement, il utilisa sa main droite pour guider sa bite en elle. Il frotta son gland bulbeux contre sa chatte chaude et il ne fut pas surpris de sentir ses lèvres commencer à se lubrifier. Il avait déjà fait ça. Il savait que, peu importe à quel point une femme avait peur d'être baisée contre son gré, son corps la trahirait toujours à un moment donné. Juste, généralement pas aussi rapidement. Il eut un petit rire tandis que Paris réalisait ce que son propre corps faisait et sa tête tomba, avec un bruit sourd, sur l'acier. Elle se mit à pleurer, avec des souffles saccadés, des larmes et des sanglots. Elle a pleuré.

Saisissant fermement sa virilité dans ses mains, il commença lentement à pénétrer son trou doux et serré avec sa longue et large longueur. Il mesurait un peu plus de neuf pouces et il avait la taille pour sa taille. Alors qu'il se glissait en elle (plus pour son propre confort que pour le sien), il pouvait la sentir sangloter, contracter les muscles de sa chatte. Il aimait ce sentiment. Se glissant plus loin, il lâcha sa bite et attrapa à la place ses longs cheveux blonds, et alors qu'il enfonçait toute sa longueur en elle, elle la tira en arrière aussi loin que ses contraintes le lui permettaient. Elle cria d'agonie, et sa bite pulsa alors que ses parois vaginales se resserraient autour de sa hampe épaisse.

Poussant le bas de son dos avec sa main gauche et agrippant ses cheveux dans la sienne droite, il fit glisser son membre palpitant dans et hors de sa chatte maintenant dégoulinante. Elle hurlait de douleur et des larmes coulaient sur son visage, alors qu'il commençait à s'enfoncer plus profondément, plus fort et plus rapidement dans son trou brûlant. Alors qu'il prenait de la vitesse, elle lâcha ses cheveux et son corps tomba avec un bruit sourd sur l'acier froid de la table qu'il avait spécialement conçue. C'était la hauteur parfaite pour que sa bite s'immisce dans n'importe quelle fente de fille, si elle y était attachée.

Il agrippa ses deux hanches et commença à marteler sa petite chatte chaude et humide. S'enfonçant en elle alors qu'elle hurlait de peur, de dégoût et de douleur… Mais il pouvait entendre le plaisir. Elle commençait à apprécier. Son manque de contrôle, sa nature énergique, la brutalité de son énorme bite empalant son petit trou. Elle pouvait le sentir. Elle pouvait s'entendre commencer à profiter de cette sacrée expérience, et cette reconnaissance la rendait malade, mais elle est devenue de plus en plus mouillée. Sa tige massive, entrant et sortant de sa chatte, frottait impitoyablement son point G et la rendait étourdie d'excitation. Alors que ses pleurs se calmaient et qu'elle agrippait les côtés de la plate-forme en acier sur laquelle elle s'était allongée, sa respiration rapide, elle sentit soudainement vague après vague de plaisir onduler son corps. Elle trembla violemment, presque dans une crise d'orgasme épileptique, alors que sa chatte se contractait autour de son envahisseur violent et que son sperme glissant s'échappait d'elle, dégoulinant sur le sol et recouvrant l'érection de ses ravisseurs. Ses grandes mains musclées étaient presque assez larges pour s'enrouler entièrement autour de sa taille minuscule, et alors qu'il enfonçait ses doigts dans ses hanches, il poussa ses pouces dans la base de sa colonne vertébrale et, sentant son orgasme, laissa échapper un tout-puissant beuglement de son propre. Il a augmenté sa vitesse alors qu'il enfonçait sa bite dure comme de la pierre profondément en elle. Sa peau autour de ses mains devint blanche sous la pression de sa prise, et ses fesses se contractèrent alors qu'il se regardait entrer et sortir d'elle. Il ralentit encore une fois et sourit.

« Tu as aimé ça, n'est-ce pas ? Sale putain de salope. Vous adorez vous faire violer, n'est-ce pas ? Il a dit, alors que son corps devenait mou et qu'elle respirait lourdement; poser à plat sur l'acier de plus en plus chauffé. Son corps provoque la formation d'humidité et de condensation tout autour d'elle. « Tu ne vas pas baiser comme ça. Je le garantis.

Elle avait essayé de prêter attention à ce qu'il disait, mais jamais elle n'avait eu un orgasme aussi intense, ou un orgasme qui lui était venu si vite. Elle ne connaissait pas l'homme qui violait actuellement son corps, elle n'avait aucune idée de son apparence ou de son nom, mais c'était un prédateur sexuel dominant et elle était entièrement à sa merci, et même si elle se détestait pour ça, elle aimait absolument sa bite dans sa chatte chaude et humide.

Une telle honte pour elle alors qu'il l'enlevait maintenant. Enduit du jus de sa chatte (son orgasme intense en avait créé en abondance) il remonta légèrement et s'appuya contre la petite bouche plissée de sa cavité anale. Son corps, entièrement vidé de l'énergie de son orgasme, se contracta dans un effort pour le garder hors d'elle mais en vain, il la maintint simplement une fois de plus avec sa main gauche et poussa contre ce petit trou serré avec son hardon palpitant, et tandis que sa tête bombée commençait à pénétrer son cul, Paris fredonnait un bruit d'inconfort et de désapprobation. Son gémissement n'a fait que solidifier sa détermination déjà solide à continuer son humiliation et ses abus sexuels, et il a poussé plus fort contre elle. Encore une fois, se déplaçant lentement pour assurer son propre confort, il a utilisé ses propres huiles sexuelles comme lubrifiant pour insérer son pénis surdimensionné dans son trou et glisser à l'intérieur d'elle. Alors qu'elle gémissait de douleur, il laissa échapper un grognement bas et satisfait.

Elle le sentit entrer dans ses fesses et savait qu'il pouvait facilement la déchirer en deux. Elle pensa à tous les hommes avec qui elle avait été, presque innombrables, et aucun ne lui avait donné un orgasme comme celui qu'elle venait de ressentir. Aucun n'avait été aussi épais que lui non plus. Sa longueur n'était pas le problème, mais sa taille et ses manières brutales lui faisaient à la fois de la peine et du plaisir. Son grognement, alors qu'il la poussait plus profondément, était si primitif. Sa chatte a commencé à se mouiller à l'idée de ce qui allait lui arriver. Sa peur qu'il plonge en elle sans se soucier de son corps, était mêlée de curiosité quant à ce qu'elle ressentirait. Elle avait commencé son agression sexuelle sur sa chatte avec rien d'autre que la peur et l'avait terminé avec le sentiment sexuel le plus intense qu'elle ait jamais eu. Son anticipation prenait le dessus sur elle, et alors qu'elle continuait à gémir, elle savait qu'elle devenait de plus en plus excitée par son invasion sur elle. Elle savait qu'elle était perdue. C'était une salope...

Sa salope.

Elle se mit à supplier, à voix basse, qu'il arrête, répétant le mot encore et encore. « S'il vous plaît, arrêtez », a-t-elle dit. "S'il te plaît."

Mais elle savait que ses gémissements et ses chuchotements n'étaient rien pour lui, et que toute sa mendicité ne ferait aucune différence. Elle savait que sa réticence ne faisait que l'encourager, et pourtant elle continua. Son énorme poteau glissant lentement dans ses fesses, il s'arrêta à mi-chemin et glissa une fois de plus. Il a commencé un mouvement rythmé, et à chaque poussée en avant, il a enfoncé sa bite plus profondément dans son cul. A chaque mouvement qu'il faisait, tout ce qu'il pouvait ressentir était l'étranglement autour de sa bite solide comme le roc. C'était un plaisir intense pour lui. Alors qu'elle gémissait et suppliait sous lui, il pouvait sentir son cul le serrer fermement, et après son orgasme autour de sa longueur quelques instants plus tôt, il sentit ses couilles prêtes à exploser.

Il commença à pousser plus fort, la remplissant plus profondément qu'elle ne l'avait jamais été auparavant. Elle était consciente que la douleur qu'elle ressentait était bien plus que le plaisir qu'elle avait retiré de l'anticipation et sa supplication devint plus résignée. Elle ne voulait pas sentir sa bite lui déchirer le cul et sa peur commença à revenir complètement, la pénétrant aussi profondément que lui. Sa bite palpitait en elle et tout ce qu'elle pouvait penser était qu'à tout moment il la déchirerait, la brisant entièrement et détruisant son trou...

Mais alors, sans avertissement, elle sentit des jets de sperme chaud dans son cul, enduisant ses murs intérieurs de son sperme gluant. Il grogna alors que tout son corps se contractait dans son trou et il jaillit en elle, la remplissant de liquide chaud et collant. En fait, elle a commencé à pleurer de soulagement qu'il ait fini si rapidement, et de confusion sur le fait que sa libération avait à nouveau fait couler le jus de sa chatte et qu'elle était maintenant prête pour plus de sa violation à l'intérieur de sa chatte.

Alors qu'il lui lançait son dernier jet de sperme, il s'effondra sur son dos, pressant son corps contre la vapeur qui se refroidissait régulièrement sous elle. Son souffle se condensa dessus, tandis que son souffle lui chatouillait la nuque et il grogna de plaisir. Son pénis ramolli a commencé à se retirer d'elle, et étrangement, tous les deux ont commencé à rire. C'était tout à fait involontaire de leur part, mais la sensation de sa douce bite glissant hors de son cul serré chatouillait les nerfs dans leurs deux zones sensibles. Incapable de retenir la paire de rire et soudainement chacun s'est humanisé l'un à l'autre.

Il s'écarta d'elle et regarda son corps, ligoté pour son plaisir. Il avait violé de nombreuses femmes à son époque, mais aucune comme elle. Aucun n'avait réellement apprécié son invasion sur leurs corps et aucun n'avait partagé un rire avec lui après coup. Autant il ne ressentait aucune tristesse pour ce qu'il avait fait (son corps était allongé comme c'était simplement pour son plaisir alors que sa bite tremblait d'approbation à la vue), il savait qu'il en avait fini avec elle pour le moment.

Silencieusement, il détacha ses attaches pour les jambes, puis fit le tour de la table pour lui détacher les menottes. Elle leva les yeux vers lui pour la première fois, et ses yeux bleus brillants se fixèrent sur son visage. Si elle n'avait pas simplement été violée violemment et brutalement par l'homme, elle le décrirait presque comme étant adorable. Ses cheveux étaient noirs, saupoudrés de gris et ses yeux étaient d'un bleu profond. Son visage montrait de l'âge, mais pas autant qu'elle pouvait le voir dans ses yeux, mais alors que ses yeux parcouraient son corps, il devenait encore plus difficile de juger. N'était-il pas nu, elle aurait deviné qu'il avait entre la quarantaine et la fin de la quarantaine (et s'était toujours trompé) mais son corps était plus déchiré et musclé que n'importe quel homme avec qui elle était jamais sortie, il était clairement en pleine forme.

Elle se glissa en position assise sur la table sans rompre le contact visuel avec lui. Elle le regarda fixement et put sentir son sperme chaud s'échapper lentement de son trou du cul sur la surface sous elle. C'était étrangement agréable pour elle, et il lui était difficile de garder les yeux sur le sien, sans trahir la volonté de son corps pour plus.

"Qui es-tu?" Elle a demandé.

"David." Il a répondu.

Articles similaires

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

550 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

547 Des vues

Likes 0

Parkview High

Parkview High School était un lycée normal. Tout ce que vous attendez de nos jours. Mais il était sur le point d'être une histoire différente avec ce lycée. Jack était un étudiant ordinaire là-bas. Il avait quinze ans, il commençait tout juste à connaître les environs et tout. Il n'avait pas beaucoup pensé aux filles jusqu'à ce jour. C'était le jour où il avait vu ces filles. Bien sûr, personne ne s'en douterait au premier coup d'œil en les regardant. Elles ressemblaient à toutes les autres adolescentes. C'est un groupe de trois filles qui est au centre de cette histoire. La...

389 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

418 Des vues

Likes 0

La nouvelle vieille maison de Will : 3e partie

Plus tôt ce jour.... Salut, je suis Rachel Phillips, j'appelle le révérend Greene ? Attendez s'il vous plaît dit calmement la femme qui répondait au téléphone. Après une minute d'attente, l'opératrice a repris le téléphone, Rev. Greene va vous parler maintenant. Merci dit Rachel. Après environ une demi-minute, Rachel a entendu et le vieil homme tousser puis a commencé à parler dans le téléphone. Bonjour, c'est le révérend Greene, du site Web « Bonjour, révérend Greene. Je m'intéresse à votre organisation et j'ai quelques questions auxquelles vous voudrez peut-être répondre. Eh bien, pourquoi ne lisez-vous pas le site Web, la plupart des...

336 Des vues

Likes 0

Le roi 3

2070, orbite terrestre. King C'était sympa Doc, merci pour tout ( Le roi meurt ). Doc Holiday Au revoir Mr Sims. Le 24e siècle, espace de la Fédération. En souhaitant bonne chance à Steve et à sa famille et en montant dans son navire, Kevin quitte la base stellaire 12 pour commencer sa nouvelle vie au 20e siècle. Il est sur le point d'utiliser la même technique que le capitaine James T Kirk a utilisée lorsque lui et son équipage ont voyagé dans le temps lorsqu'il a été contacté par un autre navire. Naturellement, Kevin est surpris lorsque le...

345 Des vues

Likes 0

Femme et soeur baisée dur

C'est Ali. Je suis un homme marié de 32 ans. Je suis marié et ma femme Niha a 28 ans et elle est femme au foyer. C'est une belle dame. Où qu'elle aille, les mecs qui l'entourent ne la quittent pas des yeux. J'ai beaucoup de chance de l'avoir. Sa taille est 36-28-40. Elle a une poitrine agréable et ferme et un cul rond et pétillant qui se balance pendant qu'elle marche et de nombreuses personnes dans la rue attendent pour regarder le moment de son cul pendant qu'elle se dirige vers le marché voisin. Elle porte toujours du Sari et...

298 Des vues

Likes 0

Ma meilleure amie soeur_ (3)

Ma meilleure amie soeur Je m'appelle bouba. Je suis juste votre adolescent moyen de 16 ans qui traverse toutes les merdes hormonales que les adolescents traversent. Im 6,6 et non dans la meilleure forme de ma vie. Ma vie peut être un enfer vivant et respirant de temps en temps. Assez à propos de moi. Je vais vous raconter une histoire sur ma vie sexuelle avec la sœur de ma meilleure amie. Je les considère comme ma deuxième famille car je connais toute leur famille depuis la 5e année. C'était une belle matinée pour un samedi qui allait bientôt être merdique...

278 Des vues

Likes 0

L'histoire de Robert chapitre 12

Après la danse (((Sonnerie))) (((Sonnerie))) Une forte sonnerie envahissante s'est installée sur moi, j'ai attrapé le téléphone, emmêlé dans des petites filles nues. Bonjour? « Bonjour Robert » Marcus a dit gaiement, « Réveillez les filles d'Erik et envoyez-les à leur grand-père qu'elles ont une journée de préparation à faire, et rejoignez-moi sur le balcon pour un café. Nous avons de la logistique à couvrir. J'ai gentiment donné un coup de coude et embrassé les petits anges réveillés en les tirant du lit. Ils rassemblèrent leurs robes comme je trouvais une robe. Alicia, Tawny, Sam et Shelly ont roulé dans mon coin chaud maintenant...

484 Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

480 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.