The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

177Report
The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

Le pacte du diable
par mypenname3000
Droit d'auteur 2013

Chapitre vingt-six : L'Ordre de Marie-Madeleine

Visitez mon blog à www.mypenname3000.com.

« Entrez », ai-je dit à mes confrères en les invitant dans ma chambre d'hôtel.

Ce n'était pas vraiment ma chambre d'hôtel. Hier soir, quand j'ai pris l'avion pour SeaTac depuis Miami, Providence m'a conduit à un expert en sinistres nommé Curtis à la réclamation des bagages de l'aéroport. Nous avons flirté en attendant nos bagages et il m'a invité dans sa chambre d'hôtel. Quand la Providence vous donne un logement, avec un mec mignon en prime, vous ne dites pas non. En ce moment, Curtis assistait à la convention à l'hôtel et je ne m'attendais pas à ce qu'il revienne avant quelques heures.

"Avez-vous faim?" J'ai demandé à mes sœurs en fermant la porte derrière elles : « Curtis paie pour ça ? Hier soir, j'étais au-dessus de Curtis, appréciant sa grosse bite dans ma chatte alors que je le chevauchais à la manière d'une cow-girl, lorsque sa femme a appelé. Le connard parlait à sa femme pendant que je le baisais, le cochon dégoûtant. Puisqu'il s'est avéré être un connard infidèle, je ne me suis pas senti mal à faire monter sa facture d'hôtel.

"Ohh, Curtis," dit la religieuse noire avec son accent exotique et africain. "Est-il beau?"

"Il a les yeux bleus les plus magnifiques, qui vous font fondre dans votre culotte", ai-je répondu, me sentant comme une adolescente pour la première fois depuis des décennies, bavardant avec mes amis sur les garçons. "Mais, s'il vous plaît, commandez quelque chose. Le connard est marié.

"Ah, si triste de voir un vœu de mariage si facilement rompu", a dit la sœur Latina.

J'ai réalisé que je ne connaissais pas leurs noms. La seule religieuse que je connaissais était Sœur Louise et elle a été capturée par l'Arcaniste Mark Glassner. « Je suis Théodora Mariam. Et... et je suis si heureuse que tu sois là. Je pouvais sentir des larmes couler chaudes sur mes joues. Ressaisis-toi, Théodora. Vous n'avez pas dix-huit ans.

La religieuse latina m'a embrassée doucement, me berçant comme une mère. « Chut, tout ira bien, muñequita. Je suis Isabelle Cecillia.

« Agnès Chibuzo », a dit la religieuse africaine en m'embrassant sur la joue. « Dieu nous a envoyés pour vous aider dans vos épreuves, sœur Théodora. »

J'ai reniflé. "Merci, mes sœurs."

"Maintenant, je voyage presque sans escale depuis vingt-quatre heures", a déclaré Agnès avec lassitude. « Cela a été un long voyage depuis la Sierra Leone. Alors dis-moi, pourquoi Dieu, par son serviteur Gabriel, nous a-t-il envoyés ici ?

Je leur ai dit tout ce que je savais. Comment Sœur Louise avait tenté d'exorciser l'Arcaniste Mark Glassner et avait été capturée grâce à l'interférence de Lilith de la Lune Noire. Comment j'ai appris les anciennes prières et utilisé la sœur de Mark pour l'attaquer. Mais cela a échoué. Son amant, l'autre Warlock, l'a libéré du lien.

"Ce sera beaucoup plus compliqué, m'a dit Ramiel hier", ai-je terminé. « Des militaires seront nécessaires. Quatre et quatre et quatre.

Isabelle hocha la tête. "C'est à nouveau comme Napoléon," soupira Isabella. « Nous étions trois et nous avons chacun lié quatre soldats sous le commandement de Napoléon. Nous avons exorcisé Napoléon à Waterloo. Son souhait d'être empereur détruit, il a perdu la bataille. Un air de vieille blessure traversa le visage bronzé d'Isabella. "Sœur Eustace Mariam a été tuée dans la lutte."

"Quel âge as-tu?" ai-je demandé avec admiration.

"Je suis née en l'an de grâce 1732", répondit Isabelle.

J'ai cligné des yeux, je savais que nous, les nonnes, pouvions pratiquement vivre éternellement, mais la plupart d'entre nous se sont lassés de la lutte après soixante ou soixante-dix ans et ont transmis leurs pouvoirs à un successeur. La seule religieuse dont j'avais entendu parler et qui avait plus de cent ans était la Mère Supérieure. « Avez-vous déjà affronté un démon ? J'ai demandé à Isabella, avec espoir.

"Non," avoua Isabelle. « Ça doit être pour ça que nous sommes trois. Ce démoniste utilise des magies anciennes. Isabella soupira, lasse, en se frottant le visage. "J'aimerais que nous ayons un moine ou deux avec nous."

"Un moine?" J'ai froncé les sourcils. « Tu veux dire un nonne, comme nous ?

"Eh bien, pas comme nous," avoua Isabella. « Lorsque le Créateur, dans son infinie miséricorde, a donné à ses enfants les moyens de combattre l'Adversaire, 144 ont reçu le don, la moitié étaient des hommes et l'autre moitié étaient des femmes. Les cadeaux des hommes étaient différents des nôtres. C'étaient les soldats. Donné des pouvoirs pour combattre les démons et les monstres et pour nous protéger, nous les nonnes, dans des situations comme celle-ci.

« Pourquoi n'ai-je pas entendu parler de moines ? » J'ai demandé.

"Le dernier moine est mort en 1942, exorcisant Hitler", répondit tristement Isabelle. « Cinq religieuses et un moine et ils ont tous péri. Mais ils ont brisé les pouvoirs d'Hitler et les Alliés ont finalement réussi à vaincre le Troisième Reich.

"Le problème avec les moines, c'est leur vocation", a expliqué Agnès. « Trop de gens sont morts au combat et n'ont pas pu transmettre leurs pouvoirs à un successeur. Nous avons également diminué. Il reste peut-être une douzaine d'entre nous.

"Je crains que la fin ne soit proche," dit tristement Isabella. « Vous êtes la dernière nonne en Amérique du Nord. Nous ne sommes plus que deux en Amérique latine.

"Nous en avions quatre en Afrique", a déclaré Agnès, les larmes aux yeux. "Mais deux démonistes sont apparus au Congo, se battant pour le contrôle de la jungle, et nous avons perdu deux sœurs en les exorcisant ce week-end. Et j'ai entendu dire que la mère supérieure elle-même avait affaire à un sorcier à Paris.

La Mère Supérieure était une légende. Soi-disant, elle avait plus de mille ans et vivait dans la Maison Mère à Rennes-le-Château, France. Sœur Louise m'a raconté des histoires chuchotées sur les exorcismes de la Mère Supérieure de Vlad Tepesh à Raspoutine et de nombreux autres hommes et femmes terribles entre les deux.

Un sourire sournois apparut sur le visage d'Agnès et elle tendit la main et me caressa le bras. "Alors, Theodora, parlez-nous de ce Curtis auquel vous vous êtes livré."

Une rougeur envahit mon visage. Lorsque nous avons reçu notre extase, des indulgences générales ont été émises par le pape, pardonnant tout péché que nous pourrions commettre. La plupart des religieuses, du moins c'est ce que m'a dit sœur Louise, profitaient de l'occasion pour pécher le plus possible avant de devoir à nouveau s'abstenir.

"Il a de la circonférence", dis-je avec un sourire, me souvenant à quel point sa bite était agréable à étirer ma chatte alors qu'il me chevauchait la nuit dernière. "Je suis venu deux fois avec lui hier soir, et une fois de plus ce matin."

"Espèce de vilaine fille," dit Agnès avec un clin d'œil. Elle jeta un coup d'œil à Isabelle. « Avez-vous eu le temps de vous faire plaisir ?

Isabella eut un rire de gorge. « Je vis dans un village reculé du Guatemala. Plusieurs heures de route jusqu'à l'aéroport. Ce jeune mâle, Miguel, m'a conduit à l'aéroport. J'ai eu l'œil sur lui pendant plusieurs mois, priant pour une mission afin que je puisse me livrer à lui. Un sourire apparut sur son visage. "Sur le trajet de l'aéroport, nous nous sommes arrêtés trois fois pour qu'il puisse me ravir."

« Et vous, Anges ? Qui as-tu baisé ? J'ai demandé.

Son sourire est devenu méchant. "A Bruxelles, j'ai baisé ce charmant jeune homme dans les toilettes de l'aéroport pendant mon escale. Et puis pendant le vol vers Seattle depuis Chicago, j'ai flirté avec cette belle hôtesse de l'air nommée Sarai. Elle avait la peau soyeuse et sombre et les plus belles lèvres. Une bonne musulmane, prétendait-elle, mais quand nous sommes arrivés à Seattle, cette bonne musulmane m'a fait hurler de plaisir dans les toilettes des femmes.

Nous avons tous rigolé à cela. Mais ma joie n'a pas duré longtemps, les paroles de Ramiel résonnaient dans ma tête. Les soldats sont nécessaires maintenant. Quatre et quatre et quatre. Mon sourire s'est estompé et j'ai soupiré et demandé: "Où trouvons-nous quatre soldats?" J'ai demandé.

"Providence," Agnès bâilla, et s'allongea sur le lit. La télé s'est allumée. "Désolé, je me suis assis sur la télécommande."

"... rendez-vous en direct avec le shérif Erkart sur le point de donner une conférence de presse sur le scandale grandissant de Mark Glassner, admet l'unité SWAT du département des shérifs du comté de Pierce", a déclaré le présentateur à la télévision.

Je me suis assise et mes consoeurs ont regardé la télé. Providence, pensai-je avec un sourire.

La caméra filme une pièce avec un podium festonné de microphones. Le sceau du département du shérif du comté de Pierce était accroché derrière le podium et un homme grand et distingué avec des cheveux noirs grisonnant aux tempes, monta sur le podium. Des caméras ont clignoté dans la pièce alors qu'il s'installait sur le podium.

« Bonsoir », salua tristement le shérif. « C'est le cœur gros que je suis ici aujourd'hui. Une escouade entière de mon unité SWAT, onze hommes et une femme, s'est déshonorée et a trahi la confiance du public dans mon département du shérif. Comme vous le savez tous, le jeudi 13 juin vers 4h10 du matin, le FBI, avec le soutien de cette unité SWAT, a fait une descente dans la maison de Mark Glassner. Comme l'ont montré des photos récentes, mes officiers se sont comportés de manière honteuse et seront suspendus avec solde jusqu'à ce que la patrouille d'État ait terminé son enquête.

« Dieu a pourvu », souffla Agnès.

« Amen », a conclu Isabelle.

Un sourire se dessina sur mon visage. Mark Glassner a captivé toute une unité du SWAT. Ramiel avait expliqué le sort que Mark utilisait pour lier ses Thralls et les immuniser contre nos pouvoirs. Le sort devait être exécuté individuellement par l'Arcaniste. Il semblait que la Providence nous disait qu'il y avait douze Thralls très dangereux là-bas qui attendaient juste que mes sœurs et moi les récupérions.

"Amen," murmurai-je alors que l'espoir montait en moi.

Un léger ronflement brisa ma rêverie et je ris. Sœur Agnès dormait sur le côté. Elle a dit qu'il lui avait fallu près de vingt-quatre heures de voyage pour rejoindre Seattle depuis l'Afrique. La pauvre doit être si fatiguée.

"N'est-elle pas si belle," murmura Isabella, sa main posée sur ma cuisse. Sa main était chaude et douce et un délicieux frisson traversa mon corps se terminant à ma chatte humide. Isabella se tourna pour me regarder, un sourire jouant sur son visage brun. « Tu es belle aussi, Theodora », murmura-t-elle dans une mélodie espagnole et je pouvais sentir la chaleur monter dans mes joues.

Les lèvres d'Isabella étaient pleines et humides et avaient l'air si embrassables alors que son visage se rapprochait de plus en plus du mien. Ses lèvres étaient également douces et je pouvais goûter le brillant à lèvres à la cerise alors que je suçais sa lèvre inférieure. Sa main glissait le long de ma cuisse, sous ma jupe, glissant de plus en plus près de ma chatte humide. Je plaçai ma main sur sa jambe soyeuse, serrant sa cuisse et atteignant la source de chaleur entre ses jambes.

Sa culotte était comme du satin et j'ai frotté l'entrejambe de sa culotte et j'ai pu sentir la chaleur de sa chatte. Je poussai la culotte dans la rainure de sa fente, sentant son humidité s'infiltrer lentement à travers le tissu satiné et enduisant mes doigts de son excitation collante. Je gémis dans la bouche d'Isabella alors que ses doigts caressaient doucement ma culotte en dentelle et tremblais alors qu'elle frôlait mon clitoris dur à travers la culotte.

Isabella rompit le baiser, léchant ses lèvres, et tendit son autre main sous ma jupe et commença à retirer ma culotte. Je soulevai mes fesses, lui permettant de glisser la culotte le long de ma jambe. Ils étaient jaunes et dentelles, le gousset humide de mon désir. Isabella a reniflé l'entrejambe, inhalant mon arôme épicé, puis elle a poussé ma culotte dans ma bouche avec un sourire coquin sur son visage.

« Nous ne voulons pas réveiller Sœur Agnès avec vos doux gémissements », murmura-t-elle avec un sourire coquin.

Elle m'a repoussé, a écarté mes cuisses et j'ai gémi, le son étouffé par ma culotte, alors qu'elle léchait sa douce langue à travers ma fente. Je pouvais goûter ma saveur sur ma culotte et cela ajoutait à l'excitation. À côté de moi, sœur Agnès ronflait doucement, son joli visage noir de charbon à quelques centimètres du mien. La langue d'Isabella me goûtait partout, aspirant mes lèvres dans sa bouche, effleurant mon clitoris. Ses doigts écartèrent doucement mes lèvres ouvertes puis sa langue se tortilla dans mon trou.

Oh mon Dieu, c'était tellement incroyable. J'ai saisi la couette verte et j'ai rejeté ma tête en arrière pendant que Sœur Isabella faisait plaisir à ma chatte. Oh, putain, sa langue était si merveilleuse. Je voulais lui dire à quel point elle me faisait ressentir du plaisir, mais la culotte fourrée dans ma bouche m'a réduit à des grognements et des gémissements. J'étais si près de jouir, mes hanches commençant à se tordre alors que mon plaisir montait. Sa langue entrait et sortait de mon trou, son nez frottait doucement contre mon clitoris, chaque contact me rapprochait de plus en plus jusqu'à ce que je crie dans ma culotte alors que j'inondais le visage d'Isabella.

Isabella a donné un dernier coup de langue à ma chatte, puis elle s'est déplacée vers le bas, embrassant ma souillure, soulevant mon cul et glissant un oreiller sous moi. Son souffle était chaud sur mon cul, et ses doigts écartèrent doucement mes fesses et je haletai dans ma culotte alors que sa langue touchait mon anus plissé. Un frisson coquin me picotait alors qu'elle me lâchait le cul.

Sa langue a encerclé mon trou du cul, puis s'est appuyée contre l'anneau serré. Sa langue pressait et pressait puis poussait le sphincter, se tortillant à l'intérieur de mon cul. Je gémissais à nouveau dans la culotte, sentant un deuxième orgasme se construire. Ses doigts se sont levés et ont pincé mon clitoris dur, faisant rouler ma petite bosse entre ses doigts, envoyant des secousses électriques dans tout mon corps qui se tordait.

Putain, Isabella savait comment faire plaisir à une femme. Elle me rapprochait de plus en plus d'un deuxième sperme, et il se préparait à être plus gros que le dernier. Sa langue glissait dans et hors de mon trou du cul, tourbillonnant autour de mon anus serré. La salope coquine faisait mon cul et ma chatte était si incroyable. Ce sentiment incroyable de libération se construisait et se construisait, doux Jésus, je devenais si proche, puis le délicieux frisson, les muscles se crispant dans mon cul et ma chatte, l'électricité traversant mon corps.

J'étais haletante et Isabella rampait sur mon corps. Elle a retiré ma culotte de mes lèvres puis m'a embrassé doucement sur les lèvres et j'ai pu goûter la saveur aigre de mon cul. Puis Isabella se pelotonna contre moi, posa sa tête sur ma poitrine et s'endormit.

Trois nonnes, pensai-je en serrant la tête d'Isabella contre ma poitrine. Marc n'aurait aucune chance.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Alors que je faisais du jogging sur Shaw Road, jeudi matin, mon esprit continuait à dériver vers l'appel téléphonique de Willow hier et la nouvelle explosive qu'elle m'avait annoncée. Karen était enceinte. Par le démon Lilith, pas moins. Son bébé grandissait rapidement, presque une semaine de croissance par jour, selon Willow. Le stress de l'enfant qui grandissait avait laissé Karen dans un tel état d'affaiblissement qu'elle était à peine consciente la moitié du temps.

« Nous avons pensé qu'il valait mieux faire avorter l'embryon », avait expliqué Willow, « puis Lilith est apparue. Elle nous a avertis que la vie de Karen était liée à l'enfant qui grandissait en elle. Si l'enfant mourait, Karen le ferait aussi.

C'était frustrant. Nous ne pouvions rien faire. Depuis que j'ai fait mon Pacte, je ne m'étais jamais senti aussi impuissant. Pas même quand Karen était sur moi, essayant d'exorciser mes pouvoirs. J'étais encore capable de lutter pour invoquer Lilith. Mais ni Mary ni moi ne pouvions rien faire d'autre qu'attendre que Karen accouche et s'inquiéter du genre de problème que causerait la chose qui grandissait en elle.

Hier soir, nous nous sommes assis pendant une heure avec Karen et la seule fois où elle s'est réveillée, elle nous a souri avant de retomber inconsciente. Nous avons demandé au personnel de l'hôpital de ne pas signaler sa grossesse inhabituelle et de garder l'une des salopes avec elle en tout temps. La colère brûlait dans mon estomac alors que je regardais ma Karen allongée si apathique, toutes ces machines attachées à son corps. Colère contre Lilith et colère contre moi-même pour avoir été si stupide.

Cette nuit-là, quand Lilith a proposé d'échanger les secrets de la magie pour le simple prix de baiser Karen, je n'ai même pas hésité. Quel mal pouvait-il y avoir à laisser le démon la baiser ? Lilith a formé une bite à partir de son clitoris et m'a dit à quel point elle était tellement excitée. Elle n'avait pas eu de femme sur sa bite depuis des siècles. Je pouvais comprendre ce besoin désespéré de descendre chez certaines filles. Tous les gars l'ont compris. Je ne me suis même pas rendu compte que Lilith pourrait avoir un plan caché en tête lorsqu'elle a baisé Karen.

Mais c'était un démon et Mary et moi avions appris une leçon importante. Un démon ne fait jamais rien à moins que cela ne lui profite d'une manière ou d'une autre. Ils trouveront un moyen de le tourner à leur avantage. Alors pourquoi le diable m'a-t-il donné la capacité d'invoquer Lilith en premier lieu. Ce n'était pas par gentillesse ou sens du fair-play. D'après ce que Karen m'a dit, Warlock n'avait pas invoqué de démons ni utilisé de magie depuis des milliers d'années. Le diable veut quelque chose de moi. Il a besoin de quelque chose que moi seul peux faire, quelque chose que seul un sorcier lui donne. Et la vraie question est, est-ce que ça va me profiter ou me mordre dans le cul à la fin comme le simple accord de Lilith est devenu.

Je pariais qu'il me mordrait le cul.

Lorsque Mary et moi revenions du club, nous avons vu arriver plusieurs camions de déménagement. Nos familles suivaient nos ordres et emménageaient. Nous avons envoyé les salopes pour aider et la culpabilité de ma mère m'a poussé à transporter des cartons dans sa nouvelle maison. Mary pensait que ce serait drôle de regarder et de faire des commentaires inutiles jusqu'à ce que ma mère lui enfonce une boîte dans les bras et que Mary, avec un froncement de sourcils, se sente coupable d'aider aussi facilement que moi.

À midi, nos familles ont été installées et nous étions tous réunis à la maison pour manger les délicieux sandwichs à la salade d'œufs que Désirée avait préparés pour le déjeuner. Les sandwichs étaient si bons que j'ai décidé de pardonner à Désirée de s'être abstenue de porter des cartons avec le reste d'entre nous.

« Sandy, Mark et moi avons besoin que vous veniez avec nous cet après-midi », a dit Mary à ma mère en engloutissant son sandwich. "Nous devons lier quelques pilotes."

À trois heures, nous avions rendez-vous avec le responsable des ressources humaines d'Alaska Airlines pour sélectionner nos pilotes. Nous avons acheté un Gulfstream IV à ce milliardaire hier et Mary et moi avons convenu qu'avoir nos pilotes liés par le sort Zimmah est la voie la plus sûre. De cette façon, nous n'avions pas à nous soucier qu'une nonne atteigne notre pilote et la fasse écraser notre avion avec nous dedans.

"Oh, bien sûr", a répondu ma mère. "Je suppose que le déballage peut attendre."

"Oh, nous avons beaucoup de temps", a déclaré Betty en tapotant affectueusement le poignet de ma mère.

Betty était la... euh... petite amie de maman, je suppose. J'avais du mal à envelopper mon cerveau autour de ma mère et de Betty. Pendant toute ma vie, ma mère a été une chrétienne stricte et c'était surprenant de découvrir qu'elle avait trompé mon père avec Betty Cooley ces dernières années. Et maintenant que mon père était mort, et que maman et Betty, avec un petit coup de pouce de Mary, avaient emménagé ensemble.

« Nous devrions faire un bar-ba-que », a suggéré Sean, mon futur beau-père. "Une belle réunion de famille une fois que tout le monde s'est installé." Il avait Felicity, l'esclave sexuelle que Mary lui avait donnée, dandinée sur ses genoux. Felicity était vêtue de la tenue d'écolière la plus salope et coquine que j'aie jamais vue. Sean était un professeur de lycée et il semblait qu'il travaillait pendant toutes ces années sans agresser ses élèves avec Felicity.

"Ohh, ça a l'air amusant", intervint Missy. Missy était la petite sœur de Mary, toujours au lycée, qui ressemblait presque au portrait craché de Mary. La principale différence, autre que l'âge, était les cheveux blonds fraise clairs de Missy par rapport aux cheveux auburn plus foncés de Mary.

"Lundi?" J'ai demandé à Mary, en pensant à ce que nous pourrions avoir des plans pour ce jour-là.

"Vous avez programmé ces essais pour lundi, n'est-ce pas?" Marie m'a demandé. Après que nous soyons rentrés de l'hôpital hier soir, j'ai passé deux heures à appeler les services de police du comté de King et de Thurston pour organiser un nouveau groupe de femmes pour attirer plus de gardes du corps. Avec nos familles à protéger et une religieuse qui rôde, je voulais plus de protection.

"Ouais, nous pouvons avoir le bar-ba-que au Sparks Stadium et tout le monde peut nous aider à évaluer de nouveaux gardes du corps", dis-je en hochant la tête.

"Bien sûr, ça a l'air amusant", a déclaré George. George était le petit ami de Shannon.

Shannon rit, secouant ses cheveux roux et chatouilla son petit ami. "Quelqu'un juste une fois pour baiser de jolies filles."

"Eh bien, il y a une question à laquelle nous devons nous occuper", a déclaré Mary. "Mark et moi avons des ennemis puissants et ils utiliseraient nos proches contre nous."

Antsy, ma petite sœur renifla. « Parlez-moi de ça », marmonna-t-elle. Les religieuses nous avaient attaquées à travers Antsy, essayant de nous séparer de Mary et moi-même.

"Oui, c'est pourquoi nous devons vous protéger avec le lien de Zimmah", a conclu Mary.

La famille est montée à l'étage et s'est entassée dans notre chambre. Il y avait ma mère, sa petite amie Betty et leur esclave sexuelle, Joy. Et Antsy et son esclave sexuelle, Via. Puis la famille de Mary a éclipsé la mienne. Son père et son esclave sexuelle. Sa sœur aînée Shannon et son petit ami, et leur esclave sexuelle, Starla. Et la petite Missy, son petit ami Damien, et leurs deux esclaves sexuelles Dawn et Mme Corra. Mme Corra était l'enseignante de Damien avant que je fasse d'elle l'esclave sexuelle de Damien, et pourtant il l'appelait toujours Mme Corra pendant qu'il la dirigeait.

Mary et maman se sont déshabillées et allongées côte à côte sur le lit, toutes deux belles. Mary était la beauté de la jeunesse, des seins guillerets et un visage frais. Maman était une MILF chaude à quarante-trois ans. Elle possédait la beauté mûrie de la maturité, son corps toujours serré comme celui d'une fille de dix-huit ans grâce à son exercice quotidien, ses seins toujours aussi beaux et son visage sexy et confiant.

J'ai rampé sur ma mère, les bras tendus. "Mon garçon a bien grandi," sourit-elle, m'attirant dans son étreinte, ses mains agrippant ma bite et la guidant vers sa chatte.

À côté de nous, Sean rampait sur le corps de sa fille. "Tu es si belle, Mary," murmura-t-il.

"Oh papa!" Mary sourit, le tirant vers le bas et enroulant ses jambes autour de sa taille. "Hmm, enfonce cette bite dure dans la chatte de ta douce fille!"

J'étais dans la chatte de ma mère, en train de baiser ma bite dans et hors d'elle alors que ses lèvres capturaient les miennes dans un baiser. J'ai parcouru son corps avec mes mains, trouvant ses seins et les serrant. Ses mamelons étaient durs alors que je frottais ma main dessus. Les hanches de ma mère se sont levées pour répondre à mes poussées, broyant son clitoris dans mon os pubien. Elle se sentait tellement incroyable. C'était le con d'où je venais, pensai-je. Et cette mauvaise pensée rendait le sexe plus excitant.

"Tu aimes ma chatte, papa ?" Mary roucoula. Elle ressemblait à une petite fille avec son père, lui demandant s'il aimait sa robe.

"Ouais, Mary," gémit-il en pénétrant dans sa chatte. "Tu te sens si serré."

"Est-ce que ça vous semble familier?" demanda Mary avec un sourire malicieux. "Est-ce que ça ressemble à la chatte qui a chevauché ta bite quand tu avais les yeux bandés lundi?"

Sean gémit. "C'était toi? Oh, mec, c'était incroyable.

"Aussi incroyable que ça ?" a demandé Marie. Son père gémit bruyamment. Je n'étais pas sûr de ce que faisait Mary, mais son père semblait trouver ça incroyable.

Toute la situation était trop excitante pour que je dure longtemps. Nos familles nous regardaient baiser nos parents. Mes poussées devenaient effrénées. "Oh mon Dieu, maman. Vous vous sentez si bien. Je suis... ohhh putain... je vais jouir !

"Donne-le-moi, Marc !" ma mère gémissait comme une prostituée aveugle.

J'ai martelé sa chatte plus fort, mes couilles se resserrant, puis je gémissais et mon sperme inondait la chatte de ma mère. Sa chatte s'est contractée autour de ma bite et elle a haleté lorsque son orgasme l'a submergée. Je me suis effondré sur elle, appréciant la sensation de sa chatte alors que ma bite se ramollissait, la chaleur de son corps alors qu'il se pressait sous moi. Je capturai ses lèvres dans un baiser, puis me tournai pour regarder Mary se faire baiser par son père.

Mary me regarda, un sourire aux lèvres. Son père grogna sur elle, la baisant de plus en plus vite. Il s'est levé sur ses bras, claquant dans la chatte de ma fiancée, puis son corps s'est tendu et il a gémi en inondant la chatte de sa douce fille. Mary tremblait sous lui, ses seins se soulevant alors qu'il venait dans sa douce chatte.

J'ai quitté ma mère et Sean a quitté sa fille. Les deux femmes sont allongées là, le sperme suintant de leurs chattes fraîchement baisées. Mary et moi avons convenu de lier les familles de l'autre. Nous ne voulions pas faire de nos familles des esclaves, juste pour les protéger, alors nous avons dit à nos familles qu'elles pouvaient ignorer nos ordres. Il a laissé nos proches avoir leur libre arbitre.

Shannon était la première, rampant entre les jambes de ma mère et prenant un coup de jus de chatte de ma mère et de mon sperme. J'ai marmonné "Zimmah" et j'ai senti l'énergie me lier à Shannon.

Antsy a rampé sous les jambes de Mary et a léché la chatte de ma fiancée, rassemblant un globe épais de sperme incestueux et de jus de chatte. « Zimmah », a entonné Mary et j'ai vu le frisson passer entre les deux femmes.

Un par un, les membres de notre famille ont été liés. Betty et ma mère par Mary, et la famille de Mary par moi. Pauvre Sean, il n'aimait pas goûter mon foutre, peu importe la beauté de la chatte qui le contenait. Et Damien a juste fermé les yeux, a pris le plus petit coup de langue qu'il a pu, puis s'est envolé en crachant. Puis Missy a suivi, puis Dawn, Mme Corra et Starla. Jusqu'à ce qu'il ne reste que George et que tout le monde se tourne vers lui.

« Shannon », a déclaré George. "Avant de faire vraiment partie de cette famille, je veux vous poser une question."

"D'accord?" dit Shannon, un sourire stupéfait, plein d'espoir et incrédule jouant sur ses lèvres, sa bouche s'ouvrit et ses yeux larmoyants d'émotion. Je me suis souvenu de ce même regard sur le visage de Mary quand je lui ai proposé.

George tomba à genoux, saisit sa main et embrassa sa paume. « Shannon, ces deux dernières années ont été les plus heureuses de ma vie. Je t'aime Shannon. Tu es mon monde. L'âme la plus gentille et la plus douce que j'aie jamais rencontrée. Will… » La voix de George se brisa et il se racla la gorge. "Veux-tu m'épouser?"

"Oui," murmura Shannon, les larmes coulant de ses yeux. "Ah, oui, oui, oui !"

George a sorti une bague en or rose sertie d'un gros diamant. Des diamants plus petits étaient assis dans la bande. La main de Shannon trembla lorsque George glissa la bague à son doigt. Quand il se leva, elle jeta ses bras autour de lui et le couple s'embrassa. Les femmes dans la pièce avaient toutes les yeux embués. Quand George a rompu le baiser, il a rampé entre les jambes de ma mère et n'a pas hésité à le lécher.

Alors que Mary et moi nous habillions pour notre rendez-vous, nous avons vu une orgie familiale impromptue commencer. Tout a commencé quand Missy s'est serrée contre son père en disant : « C'est à mon tour de me faire baiser ? avec un énorme sourire espiègle sur son visage.

"Mais..." bredouilla Sean. Sean était sous mes ordres d'être disponible pour baiser Mary pour le sort Zimmah et était réticent à baiser sa plus jeune fille. Mais Missy avait cent livres d'enthousiasme d'adolescente et, avec l'aide de son esclave sexuelle Dawn, a repoussé Sean sur le lit. Elle a chevauché son père, guidant sa bite dure vers sa chatte serrée d'adolescent, et a commencé à le chevaucher, en utilisant toute la technique que je lui ai apprise pour plaire à un homme.

George et Shannon se sont glissés sur notre balcon privé et le couple nouvellement fiancé a baisé passionnément sur notre causeuse. Betty et Antsy étaient sur le lit en train de s'embrasser à côté de Sean et Missy pendant que ma mère regardait avec tendresse. Damien avait les gros seins de sa Mme Corra autour de sa bite alors qu'il regardait sa petite amie, Missy, chevaucher son père. Via, Joy et Starla se sont glissées dans une guirlande sur le sol, chaque salope dévorant la chatte de l'autre.

J'ai soupiré en partant. "Il y aura d'autres orgies", a consolé Mary en se serrant contre moi.

"Je n'ai baisé aucun de leurs esclaves sexuels," gémis-je. "Eh bien, j'ai baisé Felicity, mais pas les cinq autres."

« Plein de temps pour ça, Mark », réprimanda Mary en me poussant dans les escaliers. « Mais nous avons la rencontre avec les architectes et votre entretien avec le pilote. Je suis sûr que tu trouveras une jolie nouvelle femme à baiser.

Je souris, Mary trouvait toujours le bon côté d'une situation. "Eh bien, c'est le plan."

Avant de monter à SeaTac au siège d'Alaska Airlines, nous avons eu une réunion avec un architecte pour concevoir notre manoir. Mary leur parlait au téléphone depuis une semaine, élaborant les spécifications, et les architectes avaient leurs premières conceptions prêtes. Ils ont fait du bon travail, concevant un grand manoir central et cinq petites maisons d'hôtes pour que nos familles puissent vivre à l'arrière de la propriété. Il y avait aussi une écurie, Mary voulait avoir des chevaux, une piscine et un vaste aménagement paysager. Mary apporta quelques brèves corrections et les architectes commencèrent à dessiner les plans. Avec un peu de chance, dans un mois, nous pourrions commencer à lancer la construction.

Les bureaux d'Alaska Airlines étaient situés sur International Boulevard au sud de l'aéroport SeaTac. J'ai garé la Mustang et j'ai demandé à 01 et 09, nos gardes du corps pour le voyage, d'attendre dans la voiture blanche de la patrouille d'État de 01. J'ai pris le bras de Mary et ma mère nous a suivis. L'intérieur était bien meublé, le logo esquimau d'Alaska Airlines estampé sur le sol du hall et quelques plantes en pot parsemaient les coins.

"Comment puis-je vous aider monsieur?" demanda la réceptionniste, une grosse femme d'âge moyen nommée Angela.

« Oui, nous sommes ici pour voir M. Ledford », dis-je. "Je suis Mark Glassner."

La réceptionniste a appelé à l'étage et nous a envoyés seuls. "Étage quatre, allez à gauche de l'ascenseur. Vous ne pouvez pas manquer son bureau.

« Tu te souviens du dernier ascenseur que nous avons emprunté ? » demanda Mary avec un sourire narquois alors que j'appuyais sur le bouton du quatrième étage.

"Pas de salope d'ascenseur cette fois", ai-je ri. C'est ainsi que nous avons rencontré Violet, une de nos salopes. J'ai pris sa virginité dans l'ascenseur de l'hôtel Four Seasons, je crois, à Seattle.

Ma mère m'a regardé, un froncement de sourcils sur son beau visage. "Quoi?"

« Ce n'est rien, Sandy, lui assura Mary. "Juste une blague intérieure."

"Oh, bien sûr," dit Sandy avec un hochement de tête.

L'ascenseur a sonné et nous sommes descendus au quatrième étage. Le bureau de Monroe Ledford se trouvait au bout d'un couloir, à travers un espace ouvert plein de cabines, contre le mur ouest du bâtiment. Il avait une femme à l'air timide pour secrétaire avec le nom inhabituel de Richmal. « Il vous attend, monsieur Glassner.

"Richmal, ignore tout son étrange que tu entends, d'accord," dit Mary avec un sourire amical.

"Oh, bien sûr, mademoiselle," couina Richmal.

Monroe avait un bureau spacieux, un grand bureau en acajou et un mur recouvert de classeurs. Sept femmes vêtues de vestes et de pantalons de pilote bleus étaient blottis dans le coin en train de parler entre elles et nous lançaient des regards curieux lorsque nous entrions. Monroe sortit précipitamment de derrière son bureau, un homme costaud dans un costume coûteux. Son visage était rond, gras pendant sous ses mentons, et de grandes lunettes noires dominaient son visage.

« Ravi de vous rencontrer en personne, M. Glassner », salua Monroe. "J'ai rassemblé les candidats comme vous l'avez demandé, monsieur."

« Merci, vous pouvez attendre au bureau de votre secrétaire et ne pas entrer ici avant notre départ », lui dis-je en serrant sa main moite.

"Ah, bien sûr, monsieur", a ri Monroe. "Eh bien, ce sont tous d'excellents pilotes et vous ne serez pas déçu de celui que vous choisirez."

« Très bien, mesdames, alignez-vous », dit brusquement Mary.

Ma mère, un peu mal à l'aise, s'est mise à table. « Ça va, maman », ai-je demandé alors que Mary alignait les pilotes.

"C'est juste... écrasant de voir comment vous prenez le contrôle de la situation", a admis maman. "Et tu vas, quoi... baiser ces femmes ?"

J'ai haussé les épaules. « Pas tous », ai-je admis. Plusieurs femmes n'étaient tout simplement pas assez jolies. Bien sûr, c'étaient de belles femmes, mais Mary et moi avions nos normes. « Ils vont s'amuser, maman. Alors détends-toi, d'accord ?

Elle soupira. "D'accord, Marc." Elle se tortilla sur son siège. "Bon sang, je deviens tellement coquine," marmonna-t-elle en regardant les femmes.

« Peut-être, maman », lui ai-je dit en lui frottant l'épaule. "Mais c'est très amusant, n'est-ce pas ?" demandai-je avec un sourire.

Ma mère a ri et m'a embrassé le dos de la main. « Ta fiancée va commencer sans toi », fit remarquer maman.

Je levai les yeux vers les deux jolies femmes qui passaient la porte. "D'accord, déshabillez-vous", ordonna Mary aux cinq autres. « Et sois prêt à te faire baiser. Vous voulez tous nous plaire et être choisis pour faire partie de nos pilotes. Je me suis approché d'elle et elle a chuchoté : « Est-ce que tout va bien avec ta mère ?

"Ouais, maman n'est tout simplement pas habituée à tout ça," répondis-je.

Les pilotes se déshabillaient. Tous portaient les sous-vêtements les plus ennuyeux, j'ai été déçu d'apprendre. Nous avons envoyé deux autres emballages; l'un avait une vilaine cicatrice de césarienne et le cul de l'autre était couvert de cellulite et avait l'air aussi ridé qu'un pruneau. The remaining three were gorgeous women in their late twenties and early thirties.

Joslyn was a black-haired woman, willowy, with dark, Mediterranean complexion and brilliant green eyes. She had a nice set of round breasts topped with dusky nipples. Her belly buttoned was pierced with a small, golden charm set with a ruby and her pussy was shaved, revealing fat, dark pussy lips.

Duana was another black-haired woman, tall with Nordic cheekbones. Her breasts were small and perky and she had a thick, black bush between her legs. Her legs were toned and tanned from sunbathing, there were patches of pale flesh around her breasts and her crotch from her bikini.

Lynda was a strawberry-blonde with deep, blue eyes. She was short and curvy, with large, pillowy breasts with some of the biggest, fattest nipples I had ever seen, each pierced with a thick, gold ring. Her pussy was shaved, save for a triangular patch of reddish hair above her clit.

I walked over and hefted Lynda's large breast, feeling the weight and gave her nipple piercing a tug bring a soft gasp to Lynda's mouth. Mary was running her fingers through Duana's thick bush, the tall woman shuddering as Mary must have found her clit or maybe her wet hole. Joslyn was looking a little lonely and so was my mom, so I pulled her to me and whispered in her ear.

Joslyn swayed back to my mom. Mom swallowed, licking her lips as the dusky beauty reached her and sat on her lap. “I...I have a girlfriend,” my mom protested, as Joslyn kissed at her throat.

“It's just sex, Mom,” I said, pushing Lynda down to her knees. “I have a girlfriend, too.”

Mary giggled as Duana was unbuttoning her blouse, exposing Mary's freckled breasts. The tall pilot sucked Mary's nipple into her lips. “Betty knows you love her, that's all that matters, Sandy. Everything else is just fun.”

My zipper rasped down and eager hands reached into my pants, pushing down my boxers, to find my hardening cock. Mom relaxed and was kissing Joslyn, her hands sliding up to cup the dusky woman's breast and rolling her dark nipples between her fingers while Joslyn purred in pleasure. Lynda's mouth engulfed my cock, sucking my dick until I was fully hard in her mouth. I looked down at her pillowy tits and just had to feel those about my cock.

I pulled my cock from her mouth, grabbed the fat ring pierced through her left nipple and pulled Lynda to her feet and led her over to a chair and set down. “You ever given a guy a titty fuck?” I asked her.

She smiled wickedly. “A few.”

Lynda knelt down and placed her pillowy tits around my cock, squeezing them about my shaft and started to slide them up and down. Her gold rings piercing her nipples swung up and down, glinting in a shaft of sunlight that fell across her tits. Her blue eyes stared up at me, eager to please, and her strawberry-blonde hair fell loosely about her shoulders, a splash of color against her pale skin.

Mary sat in the sit next to me, spreading her legs and cooing in pleasure as Duana dove into her cunt, licking stiffly at her pussy. “C'mon, slut, you can do better,” Mary complained. “Your a woman, just lick and touch me wherever you'd like to be touched down there.”

“Okay,” Duana murmured and spread Mary's lips open and licked her tongue through Mary's slit, sliding her tongue into Mary's wet pussy. She swirled her tongue around the sucked Mary's labia into her mouth, rolling the wrinkled lips between her lips as Mary moaned in appreciation.

“Getting better,” Mary encourage, then sighed in pleasure. “Definitely getting better.”

I glanced back to see my mom was sitting on the desk, her jeans pulled off, her firm ass flexing as she squirmed in pleasure. I guessed Joslyn must be going down on her. My mom pulled her loose, striped shirt over her head exposing her smooth back and white bra. She reached behind her and unclasped the bra. As the white material fell away, I could just see the slope of her right breast and the hint of her pink nipple.

“Ohh, that feels nice,” Mom moaned on Joslyn's tongue. Her arms moved and I realized mom was playing with her breasts.

“How's your titty fuck?” Mary asked with a smile.

“Nice,” I told her. Lynda's tits felt amazing on my cock as she formed a tight tunnel between her soft tits. I started fucking my hips up, rubbing my cock faster through the valley of her breasts. Mary's eyes were fixed on my cock, the head would appear up from between her tits then disappear back down. Pre-cum glistening on the tip, smearing on Lynda's melons.

“Is Duana giving you good head?” J'ai demandé.

Mary rolled her eyes. “She's getting better! She...ohhh, yeah. She's definitely getting better,” Mary purred.

“Oh, man!” gasped Mom. “Oh, Mark, her tongue feels so amazing. I can't wait to try some of what she's doing to my pussy on Betty when I get home! Oh, wow! Mmmhh, oh crap! Yes, yes, oh yes!”

Lynda started licking my cock head when it got close to her lips, her tongue roughly sliding across the tip sending a shudder of pleasure through my body. Another lick, another shudder, and then my cock was back in the pillowy softness of her breasts and then was back out and another delicious lick, another delicious shudder. “Fuck that's amazing!” I gasped. “Keep licking, slut!”

Lynda giggled. “Glad you...” lick, “...like it!”

Mary was panting next to me, grinding her cunt into Duana's face. “Oh yes, fucking suck my clit, whore! Oh, fuck! Oh fucking shit! Here it comes, slut! Drink my cum!”

My mom sat in the chair on the other side of me, naked and flushed. Her eyes focused on my cock appearing and disappearing between Lynda's breasts. I was getting closer and closer to cumming. My balls were so close to flooding Lynda's breasts with my creamy spunk. Just a few more licks and...I groaned, my face clenched as I spilled onto her tits.

“Fuck, that was nice!” I moaned.

Lynda was panting, to, white cum coating her face and tits. She released her breasts and my cock slid out of her tight embrace. Mary knelt down and licked a line of my cum up Lynda's tit. Then she looked at my mom, hefted Lynda's other, cum covered tit invitingly. My mom licked her lips and then knelt down and licked my cum up Lynda's breast, up to her neck and then she was kissing Lynda on the lips.

My cock was achingly hard watching my mom and my fiancee lick my cum off this woman. They were pressing her down onto her back, their tongues devouring my cum. Mary licked her way up to Lynda's face as Mom licked back down to her breasts, sucking a fat nipple and gold ring into her mouth as Mary kissed Lynda on the lips. Then Mary was straddling her face as Mom licked lower and lower, down to Lynda's shaved cunt.

“Duana, lick my mom's cunt,” I ordered and then I grabbed willowy Joslyn and bent her over the desk.

Joslyn's cunt was shaved bare, her labia large and engorged and felt amazing as I rubbed the head of my cock on them before I found her hot, wet hole and slid inside her, groaning as her velvet cunt swallowed my cock.

“Ohh, that feels great,” Joslyn moaned. “Umm, you got a nice feeling cock, stud.”

“You got a nice feeling cunt,” I moaned, pulling back and thrusting in again and again. “Fucking wet and tight, just the way I like my pussy!”

“Then give me a good fucking, lover!” Joslyn purred. “I could use a nice cum! Haven't had one yet, today!”

“You have to cum everyday, slut?” J'ai demandé.

“If not, then the day was wasted.” I liked her philosophy. If I haven't came a dozen times in a day, it was definitely wasted. “I need a nice, fat cock to stretch my poor little pussy until I explode!” she panted.

I started thrusting faster and faster, enjoying her wet depths. I glanced behind me, Mary was riding Lynda's face and my mom was devouring Lynda's cunt. Duana knelt behind my mom and started fingering her cunt. Duana bent her head down, planting her face between my mom's ass cheeks and began to rim Mom's ass. What a naughty slut.

“I'm going to pee in your mouth, and you're going to love it, right slut?” Mary asked.

“Oh yes,” moaned Lynda. “I've masturbated so many times to water sports vids! Fill my mouth with your delicious pee.”

Mary sighed as her urine splashed into Lynda's mouth, the pilot drinking her piss eagerly. I slammed into Joslyn's cunt faster and faster as I watched my fiancee piss into another woman's mouth. When Mary finished pissing, she moaned as Lynda licked her pussy clean, her tongue digging through Mary's slit. Lynda was moaning beneath Mary, her body writhing and fresh cunt juices flooded my mom's mouth as she came.

My mom drank all of Lynda's juices and then shuddered on Duana's tongue. “Yes, oh yes, I'm cumming! Umm, that feels so amazing!” Mom turned around, stroking Duana's face. “Oh, thank you for that amazing orgasm.”

I came in Joslyn's cunt as I watched my mom french kiss Duana, her face sticky with Lynda's juices. Mary's ass jiggled beneath her bunched up skirt as she ground her pussy on Lynda's face, her unbuttoned blouse slid off her right shoulder, exposing her pale, freckled shoulder. Her auburn hair, tied in a ponytail, swayed about as she tossed her head about, her moans of pleasure growing louder and louder.

My mom's ass was pointing at me, as tight as any teenagers, her hairy bush matted with desire, her pussy pink and swollen with pleasure. I knelt behind her, running my hands about her firm cheeks. Mom broke her kiss with Duana and glanced over her shoulder at me, her eyes falling onto my hard cock.

“You're so beautiful, Mom,” I murmured.

“Prettier than your fiancee?” my mom asked with a grin.

“A close second, Mom.” My cock was poking at her tight ass, sliding down, leaving a streak of pre-cum across her firm cheeks and down through her silky hair. I found her hot, wet hole, rubbing my cock's head on her swollen labia, enjoying the feel of her silky nether lips.

“Umm, good answer, son,” Mom groaned as my cock entered her slowly.

“He's the best!” moaned Mary. “Umm, this slut sure knows her way around a snatch! You keep doing that and...ohhh that's nice! Fuck, fuck, yes! C'est ça! Oh, God, I'm cumming! You nasty, fucking slut! Ohh, that was nice.”

“Thank you for fulfilling my fantasy,” moaned Lynda as Mary crawled off of her.

Mary pressed her body against my back, hugging me from behind as I fucked my mother. Her breasts were soft pillows topped with her hard nipples, her silky bush tickled my ass. Her arms wrapped around my waist and her lips were wet on my neck.

“Who are you thinking of keeping for our pilots?” she whispered into my ear.

“Lynda for sure,” I moaned. “Those fucking nipple rings.”

Mary laughed. “I love a slut that drinks my piss.”

“Joslyn is the prettiest,” my mom moaned, thrusting her hips back into my cock. With Mary pressed behind me, I couldn't fuck Mom as hard I liked, but goddamn my mom knew how to work her hips to get a man off.

Joslyn was beautiful, with her dusky, Mediterranean skin her brilliant green eyes. “She was a great fuck,” I pointed out.

Mary nipped at my ear. “Joslyn and Lynda then.”

“Yeah,” I panted. “Mmh, Mom, you know how to fuck!”

Mom laughed, a rich throaty laugh, slamming her ass back into me. “You're not to bad yourself. Umm, my baby boy grew up to have a nice cock!”

“Cum in your slutty mom's pussy,” Mary whispered into my ear. “Fill her up with delicious spunk.”

“Give me your cum, Mark!” Mom moaned. “Fill your mommy's womb with your sperm. It's so wonderful to have you back inside me! Oh, crap! Crap!”

My balls were tightening, my orgasm was building. I felt Mom's cunt spasm on my cock as she came, slamming her ass back into me and I groaned, “Fuck, that feels so amazing, Mom! Oh, fuck! Here it fucking cums!” My balls unloaded, flooding the very pussy that made me with a flood of cum. Mom slumped forward, rolling onto her back, her legs spread obscenely open, my cum oozing out and matting her brown fur.

“Joslyn and Lynda, you're going to be our pilots,” I ordered. “You'll live at the hanger, stay within fifteen minutes of the plane at all times. You will love Mary and myself as your masters, and love each other. Duana, never speak of this to anyone, you can get dressed and go.”

Joslyn moved over to Lynda and stroked her face. “I never noticed how beautiful you are,” she whispered and kissed Lynda with passion.

“Ladies,” I barked, interrupting their kiss, “get over her and take a lick from my mom's cunt.” Lynda was first, bending down and taking a single lick as I uttered, “Zimmah,” and felt the energy run from my mom into Lynda and myself, binding Lynda's to me permanently. Lynda stared at me in awe as Joslyn took her place and took her lick and was bound to me.

“You two, go home gather your stuff and head to Thun Field, hanger 18,” I told her and pulled a pair of keys out of my pocket, tossing it to them. “The Gulfstream has already arrived. From now on, you'll live in the plane. There's a comfy bed for the two of you too enjoy, internet, satellite TV. Just remember, always be within fifteen minutes of the plane.”

“Yes, Master,” Lynda nodded and then gave Joslyn a wicked smile. “A bed to share, huh? I'm sure we can find some stimulating way to pass the time.”

My phone rang and I fished it out of my pocket, glancing at the caller ID. “You found Brandon?” J'ai demandé.

“I found out where he went,” Doug Allard answered. Doug was a P.I. hired by Brandon Fitzsimmons to spy on us, causing all sorts of problems when Brandon sent the media the results of his spying. We caught Doug and turned him to our side and sent him after Brandon. “He flew from San Francisco to London and from there he caught a plane to Toulouse, France. He landed in Frances about two hours ago.”

“What's in France?” I asked aloud, frowning.

“The book,” Mary grasped. “One of the books is in France.”

My stomach sank. Who knew what sort of problems Brandon having the book would cause. “Doug, Brandon's headed for Rennes-le-Château, the Motherhouse of an order of nuns. The Order of Mary Magdalena. You must stop him from getting a book, the Magicks of the Witch of Endor. Do whatever it takes to stop him.”

“Okay, Mr. Glassner.”

I wanted to go after Brandon myself. But he was going into the heart of the lion's den, the Motherhouse of the Nuns. Who knew how many of those bitches would be there. It was far too dangerous for either Mary or myself to go anywhere near Rennes-le-Château.

“Mary, where was that third book at?”

“Um, with some noble. An Altgrave, I think he was called.” She grabbed her phone. “In Cologne, Germany.”

“I need to speak with him, make sure he understands not to let Brandon so much as see that book.”

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

“Hey, Kaeden,” Illness, the barkeep at the Lucky Cowgirl greeted me as I sidled up to the bar.

Illness wasn't the name he was born with, just the name everyone called him. “Because I'm so Ill, man, you know, cool,” he would say in his gravely, burnt-out voice, sounding like an aging rocker who partied to hard in his twenties and lived to regret it.

“A pint of Sam Adams,” I said, sighing as I sat down on the barstool.

“You one of the...” He left the end of his question hanging. The empty look in my eyes answered his question. “Rough, man. Real rough.” He finished filling the pint and set it down in front of me. “So, did it really happen?”

I shrugged. My PBA rep told me not to talk about it. Fuck, I'm not even sure what really happened. One minute, I was storming this Mark Glassner house on loan to the FBI, and the next thing I knew Mark Glassner was leading me and rest of my SWAT unit out of the house. And then this fine-ass girl, naked, with bubble-gum pink hair and this voluptuous Latina were leading me upstairs and fucked my brain out.

And now I was probably out of a job. And maybe facing prison time. Accepting sexual favors as a bribe, Internal Affairs called it. So here I was, back at the Lucky Cowgirl, to drown my sorrows. I hadn't been in for two weeks and I was hoping to get lucky like the last time I was here, to maybe take my mind off my problems with some female companionship. Hell, maybe that gal would be back.

Nearly two weeks ago, on a Friday, this vivacious blonde name Erin had waltzed in, flirting outrageously with me and a few of my drinking buddies. We were drawn to her, she was just so fucking sexy in her tight jeans and revealing top. And she just ate our attention, touching us, laughing at our bad jokes. I grew more and more bold and soon it was just me and her at the bar and she let my hands roam everywhere. When I whispered in her ear that I wanted to fuck her brains out. She laughed and suggested the bathroom. I gave her a good fucking all while this creep listened to us from the next stall.

And then she asked me to go get some drinks and I waited at the bar while she cleaned herself up. And waited, figuring she had to reapply her make-up. You know women. When she did emerge, she was with this other guy, her arm wrapped around him, clinging tightly to him. They clearly knew each other, her boyfriend maybe and I just stood at the bar like an idiot realizing that the guy must have been the creep in the next stall. They were like playing at cheating or something. It was straight out of letters to Penthouse.

After the day I had, I wouldn't mind banging Erin again. Her guy could watch for all I cared. I just needed something nice to happen to me, today. I just needed something pleasant to help me forget what a shithole my life just became. All the hard work, all the sacrifices to become a SWAT officer. It cost me my marriage to Sally and a few girlfriends since. All of it flushed down the shitter and I couldn't even begin to understand why any of us did it.

“Why so down, handsome?” a tall, African American woman asked, sitting on the barstool next to me. Her accent was strange, like she was an actual African, from Nigeria or something. She was beautiful, young, with coal-black skin and short, curly hair. Her lips were big and smiling beautifully.

I snorted. “I'm in a lot of trouble.”

“Oh, how sad,” she consoled, placing her hand on my arm, stroking me gently. “Maybe I could make it all better.”

“Oh, how?” I asked, eying her up and down. She was fucking gorgeous.

She smiled promisingly. “What are you drinking?”

“Sam Adams.”

“Buy me one, and we'll see if I can't make you forget all about your problems,” she promised, her fingers running up my arm to my biceps. “Mmhh, you work out. I love a man with big muscles.”

“I'm a SWAT officer,” I told her. Some women got off on banging cops, badge bunnies we called them. And the way this woman's eyes lit up, she was definitely a badge bunny.

“How exciting,” she purred. Illness set a pint before her and she took a deep gulp. “It must be very stressful, all that danger.”

“Oh, very stressful,” I said with a shrug. “But, I live for the danger.” I used that BS on so many ladies, they lapped it up.

Her laugh was throaty and exciting. “And how do you relieve all that stress. I bet it just gets bottled up inside you, begging to be released.”

“Oh, I could think of a few ways to relive the pressure,” I smiled.

“Your hand, non?” she asked archly.

I laughed, it felt good to laugh. “Sure, but there are definitely more pleasant ways to relieve the pressure.” I took a drink of my beer. “Of course, they require someone's assistance.”

She sipped her beer, her pink tongue licking foam off her upper lip. “I have been told I am very skilled at relieving stress.”

My cock was rock hard in my pants. God, I loved this bar. I had never met a girl as easy as Erin, but this African chick was giving that slut Erin a run for her money. Well, it worked last time, so I leaned over and whispered, “I want to fuck your brains out. Right now.”

She stood up, her smile eager, and took my hand. She was aggressive as she pulled me across the bar to the men's room and pulled me inside. She took me to the last stall. Memories of Erin bent over the toilet as I fucked her from behind flashed in my mind. Would this mysterious Black woman's cunt feel as good as Erin's had.

Christ I didn't even know her name.

But that didn't matter as she kissed me as soon as we were in the stall, my hands reaching down and knead her ass through her short skirt. I lifted the skirt up and she wasn't wearing any panties, the naughty little slut. Her tongue was fierce as she frenched me, aggressively exploring my mouth as her hands fumbled at my belt. She pulled my cock out, stroked it a few times then broke the kiss. I was panting hard as she pulled her dress over her head, exposing her lithe, coal-black body. She took her fingers, slid them between her black breasts, down to her black bush and shoved them up inside her, coating them with her juices.

“See how wet I am for you,” she moaned. “Fuck me!”

I didn't need to be told twice and I pinned her against the side of the stall, her legs wrapping about my waist as I plunged into her Black pussy. She moaned as I fucked her hard, pounding away at her cunt. I needed this. I needed to forget my problems. All that mattered right now was how amazing her cunt felt on my cock as I fucked her tight, wet depths.

“Fuck your tight, slut,” I moaned. Any girl as easy as her, badge bunny or not, was a slut. “Love how you feel on me.”

“Umm, your cock is stirring me up,” she moaned. “Umm, spear me, stud! Ohh, I love having a nice shaft spearing inside me!”

Her hips were fucking me back, matching the furious rhythm. I needed to cum so bad. I didn't care if she came, I just needed to feel that sweet release as I spilled inside her. She was so tight, my cock felt like it was in a vice, trying to squeeze out my cum. I was getting closer and closer to cumming inside her.

“Yes, yes, oh God I'm gonna cum!” I moaned. Her legs were wrapped so tightly about me I couldn't pull out if I wanted to. I slammed once more into her and felt that shuddering release as my cum spilled into her.

Her finger was on my forehead, drawing with her sticky finger as she whispered, “Shama,” into my ear and everything went still. I stared blankly at the woman and she smiled in satisfaction. All that mattered to me was doing exactly what this woman told me too.

“Good,” she muttered, pushing me back, my cock pulling out of her. “I am Sister Agnes.” I nodded my head as she gave me my instructions.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

The Drunken Pugilist may be the emptiest bar I had ever seen at happy hour. One old man sipped a pint at the bar while a board barkeep was watching the Mariners play the Angels. A fond smile crossed my face as I remembered Sean, my ex-husband, getting so excited during their '95 season and how crushed he had been when the Mariners lost to the Indians and ended the Mariners World Series hopes. Mary was only one, then, and Missy wasn't even a thought, yet.

Focus, Theodora, I told myself. Kurt stole your family from you, no use dwelling on that, now. You need to stop this Mark from destroying other families.

Sister Isabella followed me in. We let Providence guide us. Each of us opened the phone book, to the listing of bars, figuring guys as in trouble as these SWAT officer were would be drowning their sorrows. So we closed our eyes and jabbed our fingers down on the page. Isabella and I both got the Drunken Pugilist and Sister Agnes chose the Lucky Cowgirl.

I scanned the bar, the only other people were the two men sitting at a booth in the back, almost hidden in the shadows. I could see their auras, blacker than the shadows, the aura of a Thrall enslaved by a Warlock. It was clear that Mark had given the men an order that must have rewritten parts of their personality. Well, they were cops and I could imagine the sort of orders Mark must have given. “Let me commit crimes,” he probably ordered, or, “I can't do anything wrong.”

Both guys looked miserable as we approached, a pitcher of beer sat between them and a few empty shot glasses. Both were fit, broad shoulder man. A swarthy Mexican with a thick mustache that ruined an otherwise handsome face, and a squashed-face white guy with a crew cut.

“Hi, boys,” Isabella purred with her sexy, Latina accent.

The Mexican's eyes lit up when he saw us. “Hello, ladies,” he said with a smile, and motioned to the booth. “Care to cheer up a pair of cops having a bad day?”

“Christ, Riz, do you have to flirt with every chick?” the White guy asked.

“Hey man, why should I deprive my charm from any beautiful woman,” Riz protested. “Ignore him, he's married and forgotten how to treat such heavenly creatures as yourselves.”

“Riz?” I asked, and then Isabella sat down next to him, leaving me with the White guy.

“Because his real name is pretty stupid,” the White guy said and a grin mo

Articles similaires

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

929 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

924 Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

866 Des vues

Likes 0

Mandy aime cuisiner

Mandy et moi sommes mariés depuis environ vingt-quatre ans. C'est une magnifique brune de 45 ans et quelque chose qui mesure 5'6 130 lb et a une silhouette parfaite de 34C - 24 - 35. Après la naissance de notre enfant unique, Mandy a pris environ 25 livres, mais dans l'ensemble endroits, son cul incroyable et une ligne de buste augmentée. Compte tenu de nos vingt-quatre ans de mariage, notre activité sexuelle s'est installée en quelque sorte une fois par semaine et consiste le plus souvent en Mandy demandant, je fais du sexe oral avant de faire quoi que ce soit...

821 Des vues

Likes 0

Parkview High

Parkview High School était un lycée normal. Tout ce que vous attendez de nos jours. Mais il était sur le point d'être une histoire différente avec ce lycée. Jack était un étudiant ordinaire là-bas. Il avait quinze ans, il commençait tout juste à connaître les environs et tout. Il n'avait pas beaucoup pensé aux filles jusqu'à ce jour. C'était le jour où il avait vu ces filles. Bien sûr, personne ne s'en douterait au premier coup d'œil en les regardant. Elles ressemblaient à toutes les autres adolescentes. C'est un groupe de trois filles qui est au centre de cette histoire. La...

759 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

775 Des vues

Likes 0

Faire un monde meilleur... le jour de notre mariage

La matinée avait été frénétique, avec des cheveux et du maquillage à faire, mais le prosecco a aidé à atténuer le stress. Mais alors que sa sœur Lucy l'a aidée à enfiler la robe, Leanne était impatiente de commencer sa nouvelle vie de femme mariée. Ça et le fait que ce soir elle serait baisée par l'énorme bite noire de Darrell, il prendrait sa virginité à la place de son mari. Elle aimait la sensation de la lingerie sexy qu'elle portait sous sa robe de mariée et pouvait attendre de laisser Darrell le voir, elle avait aussi hâte de voir Matt...

784 Des vues

Likes 0

Marion (1)

Marion (1) Ne lisez pas cette histoire si vous êtes de nature religieuse Lorsque ma fille m'a présenté son futur mari, j'ai dû admettre que j'étais un peu déçue. Il était comptable. De construction mince, mesurant environ 5 pi 9 po et avec ces lunettes de comptable que les hommes portent toujours. D'un autre côté, il a fait une bonne conversation, et plus important encore, il a semblé rendre ma jeune fille naïve heureuse. L'une des plus grandes erreurs de ma mère et de celle de sa mère a été d'envoyer Marion dans une école catholique solide pour y être éduquée...

1.2K Des vues

Likes 0

Ma première expérience gay_(2)

Introduction C'était vendredi soir et j'étais assis à la maison en train de regarder du porno comme d'habitude. Quand j'ai décidé de regarder Craigslist, ce que je faisais habituellement parce que toutes les bites qui avaient besoin de sucer m'excitaient tellement. Ce soir finirait par être un peu différent de la plupart des nuits cependant. J'ai fini par boire quelques verres et publier ma propre annonce, ce que je n'avais jamais fait auparavant. J'ai posté mon annonce en disant que j'avais 26 ans et que je cherchais une belle grosse bite à sucer. Maintenant, à ce stade de ma vie, je...

728 Des vues

Likes 0

Nouvelle vie part2

Je suis la putain de 13 ans de Jack depuis un mois maintenant. Depuis qu'il m'a violée dans le caniveau la nuit après la mort de mes parents et que je suis restée seule, nous avons emménagé dans un appartement. La vidéo qu'il avait faite de Big Jack, son pénis de 10 pouces, prenant ma virginité puis mon viol collectif à plusieurs reprises par ses camarades de gang vendu pour une menthe afin qu'il ait pu payer le loyer et m'acheter des vêtements pour m'aider avec Entreprise. Quand il m'a violée, il pensait que j'avais environ 16 ans - ce n'est...

840 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.