Catherine - Première partie._(1)

972Report
Catherine - Première partie._(1)

Lentement, Catherine se réveille de son lit en sentant l'air froid de la Californie inonder sa chambre. Elle se lève du lit seulement pour sentir les carreaux froids sur le sol. S'éloignant de son lit, elle se prépare pour l'école. En entrant dans la salle de bain, elle se rappela la nuit dernière quand elle s'était touchée pour la première fois. C'était une expérience étrange, elle avait entendu des discussions et des rumeurs concernant la masturbation mais elle ne l'avait jamais fait elle-même, ou plutôt, à elle-même. En regardant dans le miroir, Catherine a vu une fille aux cheveux bruns et aux yeux bruns, une poitrine un peu développée qui semble un peu inhabituelle pour une personne de dix-huit ans. Elle s'était retrouvée à errer dans l'expérience de la nuit dernière.
Tout avait commencé avec la nuit inhabituellement froide qui dans la salle de bain carrelée avait semblé beaucoup plus froide que cela avait rendu ses mamelons légèrement plus sensibles quand elle avait commencé à se déshabiller, à entrer dans le bain chaud, elle s'était sentie assez détendue et en sécurité . Pour en revenir à ce que son amie lui avait appris à faire, vous glissez un doigt à l'intérieur, trouvez le clitoris et concentrez-vous dessus.
Elle avait passé pas mal de temps avec son doigt dans son vagin avant de finalement le trouver, donnant une quantité habituelle de plaisir d'un simple toucher, un léger halètement s'était échappé de son corps surpris. Lentement, son doigt glissa le long de ses jambes, se rapprochant de ses cuisses à ses lèvres. Elle a utilisé deux doigts de sa main gauche pour maintenir les lèvres ouvertes tandis que l'index de sa main droite essayait de localiser son clitoris une fois de plus. Lentement, elle le trouva, la faisant haleter une fois de plus. Elle l'a ensuite touché à nouveau et a commencé à le pincer et à le piquer violemment tandis que sa main gauche avait formé trois doigts et a commencé à s'insérer et à se retirer à un rythme de plus en plus rapide. Sa respiration devenait de plus en plus superficielle, elle ferma les yeux, écoutant l'eau clapoter, tout d'un coup ses muscles s'étaient tendus, ses orteils recourbés et le gémissement le plus fort s'était échappé d'elle en écho dans la salle de bain.
Elle s'y reposa un instant, son doigt droit revenant à l'endroit qui l'avait rendue si faible, il était extrêmement sensible et délicat ce qui lui fit échapper un gémissement. Elle ne pensait pas que les femmes s'amusaient autant, elle avait découvert une toute nouvelle possibilité. Cependant, elle en viendrait à regretter cette décision, Catherine a toujours eu un corps extra sensible, sa masturbation n'avait fait que rendre sa chatte plus sensible que jamais. Ayant fini de se brosser les dents, elle avait décidé de prendre une douche en raison de la température froide à l'extérieur. Entrant dans la douche et ouvrant l'eau, elle fut accueillie par une température glaciale qui la força à respirer, s'écartant de la pomme de douche. Elle s'en rendit compte avec ses mamelons qui excitaient maintenant sa chatte, un peu humide. Entrant dans l'eau chaude, elle ne put s'empêcher de passer ses mains dessus, ce qui la fit se sentir coquine. Continuant la dernière fois qu'elle s'était masturbée, elle a permis aux doigts de sa main gauche d'écarter ses lèvres et sans avertissement cette fois, ses trois droites ont plongé à droite, localisant le clitoris sur-le-champ. Elle s'était sauvagement attaquée, mais elle était sous contrôle. Sentant un rythme commencer à se former, elle plongea ses trois autres doigts dedans. Elle sentit pour une fois à quel point elle pouvait être serrée. Ses parois poussant contre ses six doigts, elle continua à les plonger dedans et dehors jusqu'à ce qu'elle commence à sentir un autre orgasme se développer, elle commença à aller de plus en plus vite. Sans s'en rendre compte, elle gémissait à haute voix et avant longtemps, elle avait explosé sur ses doigts. Elle resta là un moment, puis glissa lentement vers le sol de la douche. Ses jambes étaient trop faibles pour obéir à ses ordres, elle était assise là à bout de souffle, se sentant comme si cette fois elle avait ressenti l'orgasme beaucoup plus fort.

Avant longtemps, elle avait rassemblé ses forces pour continuer sa journée. Elle se sécha les cheveux, se changea en un soutien-gorge et une culotte bleu clair assortis. Elle a relevé une mini-jupe blanche et boutonné sa flanelle noire et blanche sur le débardeur blanc qui se détachait légèrement sur sa peau, ainsi qu'une veste en laine rouge foncé.
En entrant dans la cuisine, elle trouva son bol de céréales avec du lait sur le côté de la table à manger avec une carte de sa mère. "Hey Cathy, je vais travailler tard ce soir, sois sage et reste avec un ami pour ce soir, maman d'amour." La note avait lu.
La mère de Catherine est monoparentale, lorsque M. Lucas avait découvert que Mme Lucas était enceinte de Catherine, il l'avait quittée. Cependant, elle était déterminée à être une mère et était donc la création de Catherine. En mangeant des céréales, Catherine a remarqué que son entrejambe ressentait une sorte de sensation de démangeaison, il semble qu'elle était encore excitée par les événements survenus plus tôt, ce qui rendait sa culotte humide. Elle s'est sentie digérée et les avait enlevées et les avait déplacées dans le panier à linge. .

Elle jeta un coup d'œil à l'heure et le bus serait là dans une minute. Elle a décidé d'aller à l'école sans porter de culotte, elle ne voulait pas que sa mère trouve de la vase étrange sur trop de vêtements. En ouvrant la porte, Catherine sentit le froid glacial aller contre et dans l'étui de sa jupe, en elle. En montant dans le bus, elle a été accueillie avec un certain réconfort en entendant le bourdonnement du moteur et elle était reconnaissante d'être à l'abri du froid. En regardant autour d'elle dans le bus, elle a trouvé sa meilleure amie Annora. Elle et Annora sont amies depuis la sixième année, maintenant elles sont seniors. Ils avaient un groupe mais les gens vont et viennent, que ce soit dans une autre école ou juste dans un groupe différent. Quoi qu'il en soit, Catherine était ravie de partager son expérience scandaleuse avec Annora qui était en fait celle qui lui avait tout raconté.
« Alors tu l'as vraiment fait ? Annora dit incrédule, "tu t'es vraiment foutu la cervelle ?" Elle a continué à rire.
"Ouais, c'était juste bon tu sais. Et merci pour le 'truc' pour trouver le clitoris." dit Catherine en réponse.
"C'était un jeu de mots ?" Annora dit sarcastiquement, "Je vais devoir te tuer maintenant." Dit-elle en faisant semblant d'attaquer Catherine mais n'atterrit qu'avec des chatouilles. Tout en se tortillant, Annora avait entrevu l'intérieur des cuisses de Catherine. "Oh mon Dieu," Annora fit signe à Catherine de l'entendre murmurer. « tu ne portes pas de sous-vêtements ? » demanda Annora en rougissant légèrement.
Prise, Catherine ne savait pas quoi lui dire mais la vérité. Catherine décida de hocher la tête.
"Tu- wow, d'accord," dit Annora pendant que Catherine commençait à se camoufler en tomate. "tu es fou!" Annora s'exclama un peu trop fort pour le confort de Catherine.
"Je- ce n'était pas intentionnel, je ne voulais juste pas que ma mère découvre que je me baisais, tu sais." Catherine tenta de s'expliquer.
"Euh hein." Annora a répondu avec un sourire narquois alors que le bus commençait à s'arrêter à l'école.
"Je te parlerai plus tard giclée." dit Annora en sortant du bus pour son premier cours, le tir à l'arc.
En sortant du siège du bus, Catherine a vu le liquide que sa chatte avait laissé sur le siège et l'a ignoré. En sortant du bus, Catherine fut de nouveau accueillie par l'amertume du vent, marchant rapidement dans l'école, elle sentit quelque chose suinter le long de ses cuisses. Elle savait que ce n'était pas bon mais elle était de nouveau excitée.

Le premier cours pour Catherine serait la réalisation de films. Elle avait adoré le cours facultatif, cependant, comme le professeur n'était pas là et que le sous-marin faisait un travail à moitié nul, la classe était passée de "éclairante" à "une perte de temps".
En entrant dans sa classe, elle a été accueillie par le bruit typique de la salle de classe, les exclamations fortes et la musique des écouteurs étant trop forte pour leur propre bien. Bien que Catherine ne connaisse personne de la classe en raison des différences de niveau scolaire, elle avait déjà aimé ça, mais sans le professeur pour décomposer les films avec enthousiasme, elle était misérable. La cloche retentit, signalant une fois de plus aux étudiants de s'asseoir et de fermer leur gueule. Une fois de plus, le sous-marin, M. Owen, était entré et avait vérifié les absences et avait commencé le film. Catherine commençait seulement à ressentir une sensation de picotement à l'intérieur de ses cuisses, elle pouvait pratiquement sentir la vase sortir d'elle et coller au siège. Elle avait besoin de se libérer, levant la main pour que le sous-marin le remarque. "Oui, Mlle Catherine?" M. Owen a répondu.
« Puis-je utiliser les toilettes, s'il vous plaît ? Catherine a demandé aussi gentiment qu'elle le pouvait. "Non, tu ne peux pas. Le cours venait de commencer depuis quelques minutes, j'aurais dû l'utiliser à la maison." dit froidement M. Owen.
Catherine ressentit de l'effroi et de la peur, elle crut qu'elle allait exploser. Dans les deux sens. Mais elle a décidé qu'elle avait vraiment besoin de prendre soin de son envie, enlevant sa veste, elle l'avait utilisée comme couverture pour ses jambes. C'était à la fois chaleureux et cela avait fourni de l'intimité.
Catherine connaissait les risques et son cœur était dans sa gorge, mais si elle ne prenait pas soin de ses besoins, elle pourrait en fait tomber dans le coma et mourir. Alors, prenant sa chance, elle ne prit pas le temps de s'échauffer et glissa deux doigts de sa main gauche. La froideur de ses doigts la fit frissonner. Sa chatte était humide, serrée, chaude et avait vraiment envie d'être baisée. Elle a commencé doucement pour voir si ça l'attirait, personne ne l'avait remarqué. Elle glissa un doigt de plus de sa main gauche et commença à travailler. Entrant et sortant, elle pouvait entendre le clapotis de ses jus se mélanger, craignant que cela ne fasse du bruit, elle ralentit mais son corps en voulait plus et vite. Ses mamelons étaient devenus raides et sa chatte est devenue plus humide, elle a réalisé comment elle pouvait obtenir des résultats plus rapidement. Elle devrait impliquer ses mamelons, en recommençant le processus, ses trois doigts gauches ont commencé à sonder le clitoris à un rythme régulier et pour cela, elle a permis à un gémissement silencieux de s'échapper. Laissant discrètement sa main droite régner librement sur son mamelon gauche, elle a commencé à pincer le mamelon avec ses mains froides en forçant un espace hors d'elle. En pinçant plus fort et en faisant rouler ses mamelons entre son pouce et son index, elle accéléra un peu avec ses trois doigts, et là elle le sentit, le rythme avait payé, elle approchait de l'orgasme plus tôt qu'avant. Grâce à une variété de facteurs, son orgasme est accéléré. En entendant à nouveau le bruit familier de la boue, Catherine s'amusait trop pour s'en soucier quand tout à coup, elle se tendit. Ses yeux se fermèrent étroitement, ses orteils s'étaient de nouveau recourbés et elle allait avoir le gémissement le plus fort mais elle contenait son volume.

Extrayant ses doigts, de ses taches, elle posa la tête en essayant de reprendre son souffle. La pièce avait maintenant une odeur de chatte, d'une certaine manière, elle avait revendiqué son territoire.
Après le cours de cinéma, elle se sentait beaucoup mieux. Revécu, et effectivement de bonne humeur. Malgré la douleur et la sensibilité de son mamelon et de son vagin, elle pouvait mieux se concentrer sur le reste de ses sujets. Elle était reconnaissante que ce soit une demi-journée, en raison de la journée de formation du personnel. Malheureusement, elle ne pourrait pas raconter son aventure à Annora en classe aujourd'hui, elle devrait lui raconter un autre jour. Epuisée et tendre, elle souhaitait sentir le confort de son lit. Mais elle ne pouvait pas. Elle s'était souvenue du mot de sa mère, elle allait devoir dormir chez Annora.

Voyageant dans le champ, elle a trouvé Annora avec son T-shirt vert et son short noir moulant avec ses cheveux noirs attachés en arrière et ses yeux bruns brillant au soleil.
"Salut Annora !" Catherine a crié aussi fort qu'elle le pouvait à travers le terrain. Tirant sa flèche tirée dans son carquois, Annora se retourna avec un sourire vibrant. "Tu es venu!" dit-elle en souriant. "Tout d'abord, c'est ce qu'elle a dit." Catherine a répondu en riant, rappelant son aventure plus tôt dans la matinée. "Deuxièmement, je viens à toutes vos compétitions, quand est-ce que le spectacle est terminé?" demanda Catherine.
"Le spectacle est dans une dizaine de minutes," annonça Annora.
"D'accord, va botter des fesses." Catherine a répondu: "Oh, deux choses que je dois vous dire." dit Catherine avec urgence.
"Faites cette chose et faites-le vite, l'entraîneur se dirige par ici." Annora avertit Catherine.
"D'accord, ma mère ne sera pas à la maison avant demain et elle n'aime toujours pas l'idée que je sois tout seul, alors puis-je rester avec toi ce soir ?" demanda Catherine.
"Bon sang ouais, je te verrai plus tard alors. Souhaitez-moi bonne chance." Annora a dit à la hâte et s'est enfuie avec son équipe en signalant que Catherine devra être aux gradins.

Alors que Catherine déteste admettre que presque personne ne vient jamais regarder ces matchs de qualification, elle était toujours excitée par le fait que si un vent est fort, on pouvait voir son tendre vagin. Sur ce, une fois de plus, elle sentit quelque chose paresser le long de ses jambes. Elle était en conflit avec le fait de rester et de regarder Annora ou d'aller se terminer et de manquer le spectacle,
Elle a décidé de se contenter des deux, elle s'est assise au plus haut où aucun spectateur ne la verrait et les joueurs seraient trop loin pour la voir dans les moindres détails mais comme ça au moins elle est là pour un soutien moral et elle peut finir ses besoins corporels.
Couvrant ses jambes une fois de plus, elle avait plus de liberté cette fois et donc elle les avait écartées un peu en laissant l'air froid régner dessus, ses mamelons s'étaient à nouveau raidis. Décidant d'aller avec son mamelon droit cette fois, Catherine s'est mise directement au travail.
Glissant trois doigts et pompant rigoureusement sa chatte, elle décida d'y glisser son petit doigt. Allant droit sur son clitoris, elle gémit plus fort qu'elle ne l'aurait souhaité et continua de le faire pendant que sa chatte s'étirait pour accueillir ses quatre doigts, ses doigts droits pinçant son mamelon droit cette fois, elle le frappa de toutes ses forces en forçant un halètement bruyant hors d'elle. Le vent transportant la froideur la rendit encore plus sauvage, bientôt ses hanches commencèrent à rouler à son rythme, ses yeux étaient fermés et elle sentit son apogée arriver très bientôt, elle alla plus vite et enfonça ses doigts plus profondément dans sa chatte à chaque fois jusqu'à ce qu'elle orgasme et éjacule à travers les sièges devant elle, mettant une main derrière elle, elle se stabilisa tout en retirant ses doigts de sa chatte,
Une fois qu'elle eut suffisamment rassemblé ses forces, elle décida de se rapprocher pour surveiller Annora. Espérant sur la clôture fermant la zone de tir à l'arc, Catherine s'est assise au sommet de la clôture, elle a décidé de pimenter les choses et avait écarté son genou, elle a senti son suintement couler le long de sa chatte délicate et tendre, mais elle a attendu qu'Annora se retourne et être surpris,

La fin du premier chapitre.

Articles similaires

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

2.1K Des vues

Likes 1

Oh comme l'amour a des griffes acérées, partie 3

Je l'ai regardé avec une confusion se répandant sur mon visage avant de dire: «Tu es quoi? Darren m'a fait un sourire de chat du Cheshire en répondant: Je suis un lémurien. Je fronce les sourcils en fronçant les sourcils. Avec ce sourire collé à son visage, je pouvais dire qu'il aimait chaque minute de ma confusion. Finalement, je n'en pouvais plus et j'ai dû demander: Qu'est-ce que c'est que ça? Son sourire s'est agrandi en un sourire J'ai un sale secret que je veux que vous deviniez alors qu'il répondait: Oh, ça va être tellement amusant d'expliquer ce que je...

1.7K Des vues

Likes 0

Bob Sluts Sa Femme Trophée Très Volontaire

BOB SLUTS SA FEMME DE TROPHÉE TRÈS VOLONTAIRE LE RÉCEPTICLE DE BITE VOLUPTUEUX : Bob a regardé par la fenêtre avant de sa maison et a regardé sa femme, Vicky, guider sa voiture de sport de luxe dans la longue allée circulaire et la garer juste après la porte d'entrée. Lorsque le Jag s'est arrêté, elle est sortie et il a vu son corps ridiculement bien construit onduler autour de l'arrière du véhicule et se diriger vers la porte d'entrée, se balançant de manière provocante sur ses bottes à talons aiguilles de 5 pouces. C'était un spectacle de durcissement de piqûre...

1.7K Des vues

Likes 0

Le paradis des bikinis

C'est la deuxième histoire de la série, Trempé à travers est l'endroit où tout commence ...... La soirée passée avec beaucoup de confusion, Debbie est redescendue après s'être séchée et changée. Elle portait ses vêtements amples et baveux d'intérieur habituels et elle a agi comme si les événements qui venaient de se produire après son retour détrempé de l'école ne s'étaient pas produits. Je ne savais pas si je devais en parler ou non, vu que j'étais censé être le gardien, le responsable. Alors que la soirée touchait à sa fin, nous nous sommes tous les deux dit bonne...

1.7K Des vues

Likes 0

Plus qu'elle n'avait négocié pour la partie 2

PLUS QU'ELLE NÉGOCIAIT POUR LA PARTIE 2 La partie 1 décrit «JB», une fermière veuve et aisée qui a un ami qui lui avoue (en état d'ébriété) qu'elle a le fantasme d'être retenue avec une barre d'écartement et que JB la surprend, la retient, la taquine puis la libère et la laisse furieuse à propos de tout l'incident…. Ramenant mon sac de friandises à mon camion, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en l'entendant crier et m'insulter pendant toute la promenade. Je suppose que mon scénario de viol était peut-être un peu trop pour elle. Eh bien, elle appellera soit...

1.6K Des vues

Likes 0

Déménagement dans la partie 1

Les écoles sont finies et nous aussi.. Ma mère a acheté une nouvelle maison beaucoup plus près du travail.. Elle n'est jamais vraiment là, elle reste pratiquement au travail.. Ou avec son nouvel amant qu'elle pense que je ne connais pas.. s'installer dans de nouveaux endroits est quelque chose que nous faisons souvent.. J'espère juste que c'est le dernier.. La voiture s'est arrêtée devant notre nouvelle maison, les camions avaient presque fini de tout décharger dans la maison quand nous sommes arrivés, me laissant dans la voiture où ma mère est allée les signer. Le trajet a été assez long, alors...

1.5K Des vues

Likes 0

Domination sur faible

Karen a mis fin à ses dix-huit ans. Elle a cinq frères et sœurs, elle était l'aînée. Ils avaient une situation financière difficile comme beaucoup d'autres personnes ces derniers temps. Il était temps pour elle de chercher parfaitement un emploi avec une chambre à louer ou quelque chose comme ça. En raison de mauvaises conditions, elle ne pouvait pas se permettre beaucoup de choses. Pourtant, c'était une belle fille. Même avec sa petite taille de 5 pieds (1,65 m), elle avait des jambes longues et minces incroyables, des bras fins avec de longs doigts. Heureusement, sa mère a réussi à lui...

1.6K Des vues

Likes 0

Cris collants

Elle mesurait environ 5 pieds 6 pouces, principalement des jambes, avec une belle peau bronzée, des cheveux bruns jusqu'aux épaules. Elle avait une belle poitrine quelque part autour de 36 ou 38 Full C. qu'elle avait sur une jupe noire courte fuck me et un débardeur rose. Des chaussures noires sexy de 3 pouces. Nous sommes sortis pour un bon dîner, puis nous sommes allés voir un film de filles séveux. Il était temps de la ramener chez elle. Je me sentais un peu déçu par ce point, je n'obtenais aucune indication qu'il y aurait un jour un deuxième rendez-vous. Nous...

1.5K Des vues

Likes 0

JJ : Retrouvailles avec papa

Il regardait un film au sous-sol, la lumière bleue scintillante donnant à son visage un air un peu extraterrestre. Maman l'avait renvoyée de la salle familiale, elle avait une sorte de soirée vin avec ses amis. Papa aimait généralement être laissé seul lors des soirées vin de maman... quelque chose à propos des niveaux d'œstrogènes trop élevés. Elle savait qu'il était un peu grincheux aujourd'hui, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas prêté attention à elle. Ses amis étaient au camp d'été et elle s'ennuyait et se sentait seule. Elle s'approcha du canapé et s'appuya contre le dossier, frottant paresseusement...

1.5K Des vues

Likes 0

The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

Le pacte du diable par mypenname3000 Droit d'auteur 2013 Chapitre vingt-six : L'Ordre de Marie-Madeleine Visitez mon blog à www.mypenname3000.com. « Entrez », ai-je dit à mes confrères en les invitant dans ma chambre d'hôtel. Ce n'était pas vraiment ma chambre d'hôtel. Hier soir, quand j'ai pris l'avion pour SeaTac depuis Miami, Providence m'a conduit à un expert en sinistres nommé Curtis à la réclamation des bagages de l'aéroport. Nous avons flirté en attendant nos bagages et il m'a invité dans sa chambre d'hôtel. Quand la Providence vous donne un logement, avec un mec mignon en prime, vous ne dites pas...

1.3K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.