Le gode de mes filles, partie 4

94Report
Le gode de mes filles, partie 4

Les deux semaines suivantes se sont déroulées presque sans drame. Nicole avait renoncé à me faire pression pour que je la baise, et nous profitions quotidiennement d'une activité sexuelle généreuse. Les choses ont à peine ralenti quand elle a eu ses règles. Les branlettes et les pipes étaient toujours administrées avec une grande régularité. Elle était heureuse de me laisser lui doigter le cul et le clitoris, mais ne me laissait pas s'approcher de son trou de chatte. De façon inattendue, j'ai trouvé que cette petite ficelle qui pendait à elle était un spectacle étrangement érotique.

Il ne se passait pas une journée sans que nous ne nous masturbions ensemble à un moment donné. C’était devenu notre rituel du coucher, même si nous nous étions déjà couchés plusieurs fois dans la journée. Elle adorait utiliser son gode sur elle-même pendant que je regardais, et me faisait souvent le faire entrer et sortir d'elle pendant qu'elle jouait avec son clitoris. J'étais constamment surpris par ma libido incessante lorsqu'il s'agissait de ma fille. Je n’étais pas toujours excitée, même quand j’étais adolescente. Je suppose que les choses auraient pu être différentes si j'avais eu un accès illimité à une jeune fille de 17 ans, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à l'époque.

J'ai aussi aimé à quel point nous pouvions être décomplexés face à nos pulsions sexuelles les unes avec les autres. Un soir, Nicole est venue dîner avec un débardeur deux tailles trop petit et sans soutien-gorge en dessous. Je pouvais voir chaque courbe de ses petits seins fermes, ainsi que le soupçon de ses aréoles roses et la bosse de la taille d'un caillou de chaque mamelon succulent apparaissant à travers le tissu étroitement tendu. À un moment donné, je me suis assis, j'ai sorti ma bande et j'ai commencé à me branler juste à table pendant que je la regardais manger. Elle a agi comme si c’était aussi normal que si je lui avais demandé de me passer le sel.

Elle insistait pour que je lui lèche le trou du cul à chaque fois que je lui tombais dessus, ce qui n'était certainement pas un problème pour moi. Tous les quelques jours, je la trouvais en train de m'attendre face contre terre quelque part dans la maison, tenant son cul ouvert et voulant que je jouisse sur son trou du cul. Elle avait utilisé Jeffy plusieurs fois, me suçant la bite pendant qu'elle revivait ses expériences de baise pubère. Nous avions tous les deux pris l’habitude de porter peu ou rien à la maison. Nous nous mettions si souvent nus ensemble qu'il devenait impossible de porter des vêtements quand nous n'étions que deux. Je ne me lassais jamais de voir ma fille nue se promener dans la maison aussi fière que possible de son jeune corps chaud.

Nicole a ramené à la maison un bulletin composé principalement de A avec quelques B parsemés. Elle a été promue sur la ligne de départ de son équipe de football. Nos activités illicites ne semblaient affecter ses performances dans aucun domaine de sa vie réelle. En fait, des résultats récents pourraient suggérer que les choses se sont améliorées depuis que j’ai commencé à la tripoter. J’ai même remarqué que je n’avais plus besoin de lui rappeler de s’occuper de ses tâches ménagères comme avant. La lessive était faite, les dîners étaient préparés, la chambre était toujours propre. J’avais un peu peur qu’elle se sente plus comme une épouse que comme une fille, mais je ne voulais pas perturber le nouveau flux que nous avions établi.

Alors que j'étais assis à mon bureau, l'image de Nicole sortant de la douche ce matin-là revenait encore et encore dans mon esprit. Personne ne pouvait rendre le séchage aussi sexy qu'elle. Nous n’avons pas eu le temps de nous amuser à ce moment-là, mais je savais que nous serions l’un contre l’autre dès mon retour à la maison ce soir-là. Je me demandais si elle voudrait ma langue dans son cul ou ma bite dans sa gorge. Probablement les deux. Mon attention s'est de nouveau portée sur la boîte qui se trouvait discrètement au pied de mon porte-manteau.

Mara, notre réceptionniste, l'avait apporté avec le reste de mon courrier. Elle ne savait pas que la boîte pour laquelle elle avait signé auprès de FexEx contenait un cadeau pour ma fille, ni que le cadeau était un tout nouveau gode.

J'ai été tenté de l'ouvrir immédiatement, mais je savais que dès que je le ferais, quelqu'un ferait irruption dans mon bureau. Je ne voulais pas avoir à expliquer pourquoi on me livrait des jouets sexuels au travail. J'avais hâte de surprendre Nicole avec ça. J'ai vérifié l'horloge et j'ai vu qu'il n'était que 14 heures. Trois heures de plus, un trajet qui lui a coûté la vie, et ensuite je pourrais voir l'expression de joie perverse sur le visage de ma petite fille. J'ai constaté avec frustration que ma bite était à nouveau dure. Passer une journée sans au moins une demi-douzaine d’érections spontanées était devenu pour moi une impossibilité physique. J’ai décidé que je n’allais pas faire de travail de toute façon et j’ai renoncé plus tôt avec une excuse pour emmener ma fille chez le médecin. Personne ne savait que c’était plutôt jouer au docteur.

J'ai été dur tout le chemin du retour en attendant de surprendre Nicole avec son nouveau jouet sexuel. J'ai eu encore plus de mal quand j'ai franchi la porte et j'ai failli trébucher sur son sac à dos et ses baskets qu'elle avait laissés au milieu du hall parce que je savais que cela signifiait qu'elle rentrait de l'école. J’avais prié pour que ce ne soit pas un jour d’entraînement de football. Je me suis dirigé vers ma chambre sur la pointe des pieds, je me suis déshabillé et j'ai ouvert la boîte.

C'était l'un de ces godes géniaux qui l'avaient intriguée lors de notre premier shopping en ligne ensemble. Il était formé de verre teinté rose dans un tourbillon abstrait à la fois phallique et féminin. Il y avait une grosse extrémité avec un nez effilé pour sa chatte, l'autre extrémité étant plus petite et enroulée de manière à être parfaitement positionnée pour chatouiller (ou pénétrer) son anus. J'avais hâte de la voir devenir folle d'elle-même avec ça !

Je suis allé nu dans sa chambre et j'ai ouvert la porte, prêt à la surprendre. Mais c'est moi qui ai eu la surprise alors que je restais là, bouche bée, devant deux culs nus succulents. Deux filles étaient sur le lit de Nicole, à quatre pattes, face à moi. J'ai reconnu le trou du cul et les lèvres de la chatte de la fille de gauche, mais pas celles de celle de droite. Les doigts travaillaient dans la chatte familière, tandis que le gode de ma fille entrait et sortait lentement de l'étrange de droite. J'ai alors entendu de petits gémissements et j'ai réalisé qu'ils regardaient une sorte de porno sur l'ordinateur portable de Nic.

J'étais trop abasourdi pour réagir assez rapidement et me retirer. La fille de droite regarda par-dessus son épaule. Les yeux de Becca s'écarquillèrent et elle poussa Nicole du coude en disant "Ton père!" dans un murmure étouffé.

"Je sais, n'est-il pas un véritable étalon ?" Nicole a répondu sans détourner les yeux de la vidéo sur son ordinateur portable. C’est à ce moment-là que cette rencontre inattendue prend une vilaine tournure.

"C'est vrai, bébé, suce la bite de papa juste comme ça." Ce petit dialogue ringard provenait de la vidéo porno qu'ils regardaient. Il m'a fallu une seconde pour réaliser que c'était ma propre voix que j'entendais.

"Non!" Becca poussa Nicole encore plus fort. "Ton père est là!"

Nicole regarda autour d'elle et son sourire disparut instantanément avec tout le sang sur son visage. Pâle comme un fantôme, elle cherchait ses mots. Tous deux étaient trop surpris pour même essayer de cacher leur nudité. J'étais trop abasourdi pour cacher ma rage à l'amie de ma fille. J'ai pu voir entre eux et j'ai eu un aperçu de la vidéo. Nicole me faisait une pipe vigoureuse sur son écran d'ordinateur. Elle a dû nous enregistrer à un moment donné avec la caméra de son ordinateur portable. Et elle montrait ce moment privé entre nous à son amie pendant qu'ils se masturbaient tous les deux.

Les conséquences de tout cela ont déclenché une série d’explosions émotionnelles dans mon esprit. Mon ventre se serra, ma poitrine me fit mal et je sentis une sueur couler tout le long de mon dos. Becca savait tout. Nicole m'avait trahi. La seule chose que je lui ai jamais demandée, c'était de garder ce que nous faisions juste entre nous. Elle avait trahi ma confiance non seulement en cela, mais aussi en faisant un enregistrement secret de nous. Elle avait créé des preuves matérielles de mes crimes. Des preuves qui pourraient m'envoyer en prison. Et elle le partageait avec sa petite salope lesbienne d'amie. En quelques battements de cœur paniqués, ma fabuleuse vie est soudainement devenue foutue au-delà de toute reconnaissance.

"Jouis pour moi, papa." La vidéo était toujours en cours de lecture. "Je veux manger chaque goutte de ton sperme."

Je me suis retourné, nu et dur, tenant le nouveau jouet sexuel de ma fille dans ma main, et je suis sorti.

"Papa, attends!" J'ai entendu Nicole appeler, mais sa voix ne m'atteignait pas vraiment. « Ne sois pas en colère. Laissez-moi simplement vous expliquer.

À ma porte, j'ai regardé en arrière et je l'ai vue debout dans le couloir, l'air désemparée. Instinctivement, ma bite fléchit à la vue de la sensualité souple de son corps nu. J'aurais dû baiser la petite garce quand j'en avais l'occasion, parce qu'elle m'a vraiment baisé.

"Papa, s'il te plaît..."

Je suis allé dans ma chambre et j'ai fermé la porte derrière moi

J'ai saisi ma bite dure, la caressant lentement dans l'obscurité silencieuse de ma chambre. J'étais seul, comme je l'avais été ces trois dernières nuits. J'ai essayé de me concentrer sur les pensées de Jessica, la petite chose sexy qui travaillait dans notre service marketing. Elle montrait plus de décolleté que d'habitude ces derniers temps. J'imaginais Jessica entrant dans mon bureau, se penchant sur mon bureau et léchant ses lèvres rouge rubis.

«J'ai besoin de votre approbation pour la nouvelle campagne publicitaire», ronronne-t-elle d'un ton séduisant.

"Vous obtiendrez ma signature juste après m'avoir montré vos seins succulents."

"Je ferai tout ce qu'il faudra." Jessica déboutonne lentement son chemisier alors que ma main s'accélère sur ma bite. Elle porte un soutien-gorge rose à froufrous en dessous, qu'elle baisse pour exposer ses seins nus. Ils sont plus petits que prévu, mais néanmoins séduisants. En fait, ils ressemblent aux seins de ma fille. D’un coup, je découvre que ce n’est plus Jessica à moitié nue dans mon bureau, c’est Nicole.

J'ai lâché mon érection et j'ai frappé le matelas avec frustration. Chaque fois que j'essayais de me branler au cours des deux derniers jours, les pensées de ma fille finissaient par empiéter sur mon fantasme. Peu importe à quel point j'ai travaillé dur pour la faire oublier en tant qu'objet sexuel, elle a continué à apparaître. J'ai essayé de me lancer dans le porno, mais cela ne m'a rappelé que le moment où nous le regardions ensemble et partions. Si je ne jouissais pas bientôt, j'allais commencer à le perdre.

Nicole était déjà partie pour l'école au moment où je suis descendu le lendemain matin. L'odeur du pain grillé persistait dans l'air, mais elle avait nettoyé après elle, c'était comme si elle n'avait jamais été là. Je ne l’avais vue que quelques fois en passant depuis ce jour, et quand je l’avais fait, je ne pouvais pas me résoudre à la regarder. Quand j’ai pensé à ce qu’elle avait fait, j’ai eu une douleur intense au ventre et tout ce que je voulais, c’était l’attraper et la secouer. Pire que de la voir, c'était la nuit où je l'ai entendue pleurer dans sa chambre. Je détestais être en colère contre elle, mais c'était la seule chose que je pouvais ressentir après qu'elle ait trahi ma confiance comme elle l'avait fait.

La scène se répétait encore et encore dans mon esprit alors que je me rendais au travail. Debout là, devant la porte de sa chambre, nue et dure, essayant de comprendre pourquoi je regardais deux beaux culs nus. J'ai été plus que surpris de découvrir ma fille en train de se masturber avec sa meilleure amie Becca. Surpris, mais pas déçu. Le cul de Becca était légèrement plus large que celui de Nicole, mais lisse et accueillant. Elle avait le gode de ma fille enfoui dans sa chatte, tandis que Nicole se débrouillait avec juste ses doigts. Avant que les possibilités de cette situation ne puissent s'épanouir, j'ai réalisé qu'ils regardaient un enregistrement vidéo de Nicole me faisant une pipe. La confiance entre nous s’est brisée à cet instant et mon monde est devenu un enfer.

J'étais en colère contre elle. J'étais en colère contre moi-même. Comment ai-je pu tout laisser aller aussi loin ? Comment ai-je si complètement perdu de vue ce qui est si manifestement bien et mal ? Comment puis-je être aussi bouleversé tout en ayant une érection en me rappelant ce moment redouté ? J'ai massé ma bite à travers mon pantalon pendant que je conduisais, en pensant à Nicole et Becca assises nues sur le lit. Ils se font face, un peu timides, s’exposant ainsi pour la première fois. Ils écartèrent les jambes, chacun curieux de savoir ce qu’il y avait entre les jambes de l’autre. Ils rient en se regardant se masturber, échangeant des compliments occasionnels ou laissant échapper un gémissement de plaisir sincère. J'arrive à ma sortie et je force ma main sur le volant. Je ne vais plus me permettre de penser à ma fille comme ça !

N'ayant rien à espérer en rentrant à la maison, la journée de travail s'éternisait, comme les trois dernières. Jessica ne montrait pas beaucoup de décolleté, mais ses seins étaient toujours fabuleux dans le haut moulant qu'elle portait. Même si j’ai essayé, je n’ai pas réussi à susciter beaucoup d’enthousiasme pour eux. Après le déjeuner, j'ai ouvert la galerie de photos sur mon téléphone portable. J'ai accédé aux photos que Nicole m'avait envoyées. J'ai regardé la chatte nue de ma fille, deux doigts la tenant ouverte pour que je puisse voir tous les plaisirs qu'elle avait à offrir. Mon pouce a plané sur le symbole de la poubelle. Son humidité brillait dans les plis roses de sa chair délicate. Cela m'a rappelé à quel point elle s'était ouverte à moi de tant d'autres manières.

Cela a dû être une chose effrayante pour elle. Depuis des années, elle nourrissait un désir interdit pour son propre père. Elle se méprisait d'être un monstre pervers, mais cela n'arrêtait pas son désir de la bite de papa. À un moment donné, elle a décidé d'agir. Qui sait combien de scénarios elle avait joué dans sa tête pendant qu'elle était allongée dans son lit, doigtant sa chatte mouillée et complotant comment me transformer de parent en amant. Puis elle a bougé et en a fini avec l'un d'eux. "Papa, s'il te plaît, aide-moi à acheter un gode pour que je puisse baiser ma chatte excitée."

Avec le recul, j’aurais dû voir cela pour ce qu’il était : un stratagème calculé pour me séduire et me faire violer une alliance morale enracinée dans les sociétés civilisées depuis des millénaires. Et je suis tombé directement dans son piège. Étais-je si crédule ? Ou si désespéré d'amour ? Ou tout simplement stupide ? Quoi qu’il en soit, j’avais volontairement suivi Nicole sur le chemin sombre qu’elle empruntait. Mais je ne pouvais pas lui reprocher ce que j’avais fait. C'est moi qui lui ai acheté le gode. Je l'ai regardée l'utiliser; J'ai mis mes doigts en elle; Je me suis branlé devant elle ; Je lui ai sucé les tétons. Et c'est moi qui ai léché la chatte de ma fille et l'ai fait jouir sur mon visage. Ce n’était pas juste de tout mettre sur elle. J'étais l'adulte et j'étais seul responsable de mes actes dépravés de passion incestueuse. J'ai rangé mon téléphone et je suis retourné au travail, essayant d'ignorer les pulsations de ma bite dure.

La maison était calme quand je suis rentré à la maison. Jeffy n'était plus dans le salon. Il avait disparu le lendemain des faits. Je ne trouvais pas non plus le gode de Nicole traînant près du lavabo de la salle de bain ou sur le comptoir de la cuisine comme avant. J’ai écouté à la porte de sa chambre, mais il ne semblait pas qu’elle y soit. J’étais tenté de regarder à l’intérieur, mais je ne pouvais pas me résoudre à le faire. Mon Dieu, j'étais si pathétiquement faible. Je savais que si je voyais son jouet sexuel posé sur son lit, j'abandonnerais. Je ne pouvais pas nier qu’il en faudrait bien moins que cela. Un soutien-gorge négligemment laissé sur le sol, une culotte sale drapée sur le bord de son panier, l'odeur de son parfum préféré. Je ne pourrais pas résister et je me retrouverais à nouveau sur ce chemin sombre.

Je suis allé dans ma chambre, je me suis changé et je me suis dirigé vers un bar. Je ne savais même pas vers lequel j'allais. N’importe qui ferait l’affaire.

Quatre heures plus tard, je me déplaçais de manière instable dans la maison, me cognant contre les meubles et jurant sous mon haleine à indice d'octane élevé. J'ai atteint ma chambre et je me suis arrêté. Aucune lumière ne venait de dessous la porte de Nicole. Pas de musique, ni de tapotement sur un clavier, ni de bourdonnement d'un vibrateur. J'ai senti une force magnétique m'attirer vers la porte de sa chambre. Je m'y appuyai, y appuyai mon front et essayai de calmer mon esprit.

Elle était si proche et pourtant tant de choses nous séparaient. Ce n’était pas vrai. C'était moi qui nous séparait comme ça. Moi et ma stupide conscience. La même conscience qui a tout foutu en l'air pour m'empêcher d'agresser ma propre fille. Ma fille douce, sexy, excitée et perverse. J'aurais pu entrer là-dedans avec ma bite sortie et elle m'aurait sucé avec plaisir comme si de rien n'était. Je pourrais la repousser sur son lit, ma main autour de sa gorge, et me frayer un chemin entre ses jambes et elle ne se battrait même pas. Cette petite salope adore la bite. Elle me prenait un coup dur et en demandait plus. J'ai ouvert mon pantalon et sorti ma bite. Aussi perdu que j'étais, l'idée de baiser ma petite fille suffisait à me rendre dur comme un roc. Cette salope ne faisait que m'utiliser, alors pourquoi ne devrais-je pas l'utiliser ?

J'ai ouvert sa porte, déterminé à lui donner une leçon que j'aurais déjà dû avoir maintenant. J'ai allumé la lumière et j'ai traversé la pièce en titubant. Mon pantalon est tombé et m'a fait trébucher. Je suis tombé sur le lit de Nicole. Le lit vide de Nicole. J’ai regardé autour de moi avec des yeux larmoyants, mais elle n’était pas là. Il devait séjourner chez un ami. Probablement en train de baiser le visage de Becca comme la pute lesbienne qu'elle est.

Je me suis assis, j'ai passé mes doigts dans mes cheveux et j'ai essayé de chasser le brouillard de mon crâne. Pas de soutiens-gorge jetés sur le sol. Le panier était vide. Aucun jouet sexuel laissé sur le lit.

La seule putain de nuit où Nicole aurait pu obtenir ce qu'elle voulait et elle n'était même pas là. Putain de conneries. C'est bien pour elle. La lumière s'est estompée. Du haut du plafond, je me regardais en train de m'allonger sur le côté et de m'évanouir sur le lit de ma fille.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Le week-end s'est déroulé à peu près de la même manière que les jours précédents. Nicole m'évitait, ou peut-être que c'était moi qui l'évitais. Quoi qu’il en soit, la relation entre nous s’est envenimée. J'étais énervé de pouvoir, malgré ma stupeur ivre, me rappeler ce que j'aurais fait si elle avait été à la maison ce soir-là. J'étais plutôt un sac de merde, peu importe comment je le regardais. J'ai failli violer ma propre fille. Bien sûr, elle aurait été une victime volontaire, mais cela ne change rien au mal qui était dans mon cœur pendant ce moment noir.

Le pire, c’est que je ne savais pas où aller à partir de là. Je ne voulais pas que les choses restent comme elles étaient, mais je voulais quand même être en colère. Je méritais d'être en colère. Quelque chose devait changer. J'ai dû changer. Mais je ne savais pas de quelle manière ni comment.

Quand je suis rentré du travail mardi, il y avait une enveloppe sur la table de la cuisine avec le mot « Papa » écrit dessus de la main de Nicole. Je me suis soudainement senti malade. Était-ce une lettre me disant qu'elle sortait seule ? Ou pire. J'ai déchiré l'enveloppe et lu la simple note à l'intérieur. «Je sais que tu me détestes en ce moment, mais nous devons parler. Je ne te blâmerais pas si tu ne voulais plus jamais me parler, mais s'il te plaît, retrouve-moi chez DiGeorgio pour un dernier rendez-vous. Je t'aime, papa (même si tu n'y crois pas)"

Juste une autre de ses manipulations calculées. J'ai jeté le mot et je suis parti. Je ne suis pas allé bien loin avant de faire demi-tour et de relire la note. Il était clair qu'elle souffrait. Nous l’étions tous les deux. Cela n’avait aucun sens pour moi de garder cette rancune pour toujours. Oui, elle a fait une erreur – une grosse erreur – mais j'avais fait plus que ma part dans cette affaire entre nous. Elle n’aurait jamais eu l’occasion de commettre son erreur sans toutes celles que j’avais faites avant cette nuit-là. C'était peut-être une bonne chose que cette affaire malsaine se termine brutalement. Aucun de nous n’aurait eu la force, ni le sens, d’y mettre un terme tout seul.

Il est temps pour moi d’être adulte et de faire ce qu’il faut pour mettre toute cette folie derrière nous.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Je me tenais sur le trottoir devant le restaurant, essayant de me ressaisir avant d'entrer. Je n’avais jamais été aussi nerveuse lors d’un vrai rendez-vous, encore moins lors d’un rendez-vous avec ma propre fille. Le restaurant était situé au sommet de la tour d'un hôtel 5 étoiles. Au moins, nous aurions une vue fantastique sur la ville. Je me demandais pourquoi elle avait choisi un endroit aussi chic. Nos soirées ensemble étaient généralement beaucoup plus décontractées que celle-ci. Là encore, ce n’était pas exactement l’une de nos soirées de rendez-vous normales. Je me suis préparé et je me suis dirigé vers l'intérieur.

Le maître d’hôtel m’a conduit à notre table et Nicole m’y attendait. Elle se leva à mon approche et un sentiment d'irréalité m'envahit.

Elle portait une robe de cocktail noire, qu'elle avait dû acheter spécialement pour cette occasion. Il était court, descendant à peine jusqu'à mi-cuisse. Ses jambes galbées étaient gainées de bas transparents qui donnaient à sa peau un éclat soyeux dans les basses lumières du restaurant. La robe serrait sa taille et ne laissait aucun doute sur la souplesse du corps qui se trouvait en dessous. Le décolleté plongeait bas entre ses seins, présentant un décolleté de bon goût. L'éclat saphir du collier que je lui avais offert pour son seizième anniversaire a attiré mon attention alors que mon regard se levait.

Nicole avait les cheveux coiffés dans un style élaboré, contrairement à tout ce que j'avais jamais vu sur elle auparavant. C’était normalement une fille simple et pragmatique qui ne perdait pas de temps à se préparer et à poser comme le font certaines filles. Elle avait tout donné ce soir. Allant même jusqu’à se maquiller. Je suis sûr que Becca a joué un rôle dans tout cela, car je ne pense pas que Nicole possédait autre chose qu'un eye-liner et un brillant à lèvres. L'effet était captivant. Ce n’était pas ma petite fille qui se tenait devant moi, c’était une femme.

"Je ne savais pas si tu viendrais", dit-elle alors que nous nous asseyions, mes yeux toujours fixés sur la vision captivante de l'autre côté de la table.

"Comme vous l'avez dit dans votre note, nous devons parler."

Le sommelier est arrivé à ce moment-là et a présenté une bouteille de vin à mon inspection.

"La dame a sélectionné une nouvelle offre intéressante d'un vignoble biologique local." Après avoir hoché la tête avec mon approbation, il a habilement ouvert la bouteille, m'a présenté le bouchon et en a versé un échantillon. J’ai toujours été mal à l’aise avec ce rituel car je ne connaissais rien au vin. J'ai fait les mouvements et le sommelier nous a servi un verre à tous les deux. Apparemment, elle avait l'air suffisamment sophistiquée pour que personne dans la salle ne puisse dire que Nicole était mineure. "Profitez", dit-il en s'inclinant.

J'ai siroté mon vin. "Bon choix."

Elle attrapa son verre, s'arrêtant pour voir si j'allais la gronder et lui dire qu'elle était trop jeune pour boire. Ma fille n’était plus trop jeune pour quoi que ce soit, semblait-il. Elle but une gorgée, pinça les lèvres et posa le verre.

"Je suis désolée", commença-t-elle, incapable de me regarder dans les yeux.

"Je sais que vous êtes. Et moi aussi." Ma voix n’était pas plus sévère que désolée.

«Mais ce n’était pas comme si je l’avais dit à n’importe qui. Ce n'était que Becca. Je lui fais plus confiance qu'à moi-même. Nous n’avons aucun secret l’un pour l’autre.

"Alors j'ai vu."

"Même si je ne lui avais pas dit, elle l'aurait compris tôt ou tard."

"Violer ma confiance en lui disant était déjà assez grave, Nicole, mais tu nous as secrètement enregistré et tu lui as montré ça." Mon sang commençait à se réchauffer alors que j'étais obligé de parler des détails de sa trahison.

« Je sais que je n’aurais pas dû faire ça. Ça allait juste être pour moi, alors Becca… Non, tu as raison, c'était tout simplement faux et je suis désolé. Vraiment, vraiment désolé.

Le serveur est venu avec du pain et des menus. Aucun de nous n'a parlé alors qu'il planait à proximité. Nicole avait l'air d'être sur le point de pleurer, mais elle retenait ses larmes.

« Ne peux-tu pas me pardonner et laisser les choses redevenir telles qu’elles étaient. Je ne ferai plus jamais quelque chose de pareil, je le promets.

"Ce n'est pas aussi simple." J'ai mis un morceau de pain dans mon assiette, même si je n'avais aucune envie de le manger. « Il va me falloir du temps avant de pouvoir à nouveau te faire confiance. Et je me demande toujours à qui d’autre tu pourrais en parler.

«Je ne le dirai jamais à personne, je le jure!» La passion qu’elle mettait dans ses paroles permettait de la croire facilement.

« Je pourrais peut-être arriver à un point où je pourrai à nouveau te faire confiance, mais notre secret est déjà dévoilé. Et je ne pourrai jamais faire confiance à Becca pour ne rien dire.

« Elle ne le fera pas. Pas dans un million d'années."

"C'est facile à dire maintenant que vous êtes amis. Que se passe-t-il si vous vous disputez ou si vous vous séparez lorsque vous partez à l’université ? »

"Nous serons amis pour toujours, quoi qu'il arrive", a insisté Nicole, mais la conviction n'était pas là dans sa voix.

« Rien n’est éternel, chérie. Tu le sais. Comme cette chose entre nous. J'ai bu plus qu'une gorgée de vin. "C'était amusant pendant que ça durait, mais cela devait prendre fin à un moment donné, donc c'est aussi bien que cela se soit produit maintenant comme ça au lieu que ce soit quelque chose de pire."

"Pire comment?"

"Une bagarre, une grossesse, je vais en prison."

J'ai regardé ma fille jouer avec ses couverts pendant que cela pénétrait. "Ce ne serait pas vraiment si grave si je tombais enceinte." Elle garda sa voix basse en disant cela. Malgré son apparence, son immaturité transparaissait.

«Oui, ce serait le cas. Le fait qu’on ne puisse pas voir cela prouve seulement que les choses devaient s’arrêter. Je suis toujours très en colère contre toi, mais je veux profiter de cette opportunité pour revenir à la façon dont les choses devraient être entre nous.

"Je ne veux pas revenir là-dessus." L'humidité brillait dans ses yeux alors qu'elle me regardait. La douleur et le désespoir étaient suffisants pour me poignarder le cœur. "Et je ne pense pas que tu le veuilles vraiment non plus."

Je détestais qu'elle ait raison. En surface, je pouvais me tromper en croyant que je voulais faire la bonne chose. Mais au fond, je la voulais comme jamais auparavant. Je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer ma bite entre ses seins, ou ses jolies lèvres peintes glissant de haut en bas de mon corps. Plusieurs fois déjà, je m'étais demandé si ma copine portait une culotte sous cette robe moulante, ou pourrais-je simplement la soulever et voir sa petite chatte parfaite attendant de me plaire ? J’étais une excuse dégoûtante pour un homme, et nous le savions tous les deux.

« Être adulte, c’est en partie comprendre qu’on ne peut pas avoir tout ce qu’on veut. »

Elle avait l'air découragée alors qu'elle prenait son vin. Après deux gorgées peu distinguées, elle posa le verre et parut plus résolue. Nicole m'a fixé avec un regard si plein de désir que cela m'a fait mal à la poitrine.

"Excusez-moi", murmura-t-elle en se levant de table. J'ai regardé son délicieux cul alors qu'elle partait, capable d'imaginer à quoi il ressemblait nu – quelque chose qu'aucun père ne devrait être capable de faire avec autant de précision et de détails que moi.

Le serveur est revenu pour me demander si je voulais commander. J'avais complètement oublié que nous étions là pour un repas. Je lui ai dit que j'avais besoin de quelques minutes et il s'est poliment retiré. J'ai fini mon vin et j'ai pensé à commander quelque chose de plus dur pour m'aider à m'en sortir avec mes convictions intactes, aussi maigres soient-elles.

Je faisais la bonne chose. Je ne pouvais pas manger la chatte de ma fille et jouir dans sa bouche tous les jours et être en même temps un père pour elle. C'était la meilleure chose pour elle. Faites une rupture nette et revenez à une vie normale. Une vie normale, ennuyeuse et misérable, souffrant de la torture de connaître les plaisirs qui sont facilement à notre portée mais incapables de les prendre. Mon Dieu, pourquoi ai-je ouvert cette boîte de Pandore en premier lieu ?

Le maître d’hôtel se glissa jusqu’à la table et déposa une enveloppe. "De la part de la jeune femme."

Mes mains tremblaient lorsque je l'ouvrais. Il y avait une note écrite à la hâte à l’intérieur. "Une dernière fois, et je ne te dérangerai plus jamais." L'enveloppe contenait une carte-clé pour une chambre d'hôtel.

La raison pour laquelle elle avait choisi cet endroit chic était soudainement claire. Elle avait prévu de me mettre dans une chambre d’hôtel tout le temps. Aussi ennuyé que j'étais par ses manipulations, j'étais encore plus contrarié qu'elle ait dépensé autant d'argent pour son plan. Une nuit lui aurait coûté trois mois de baby-sitting et de promenade de chien. J'ai fait signe au serveur, payé le vin et laissé un pourboire généreux pour la peine.

Ce fut un court trajet en descendant quatre étages avec l'ascenseur. J'ai trouvé la chambre au bout du couloir. Peut-être que je pourrais obtenir un remboursement, surtout une fois que j'ai fait remarquer au directeur qu'il avait loué une chambre extrêmement chère à un mineur. J'ai frappé, j'ai glissé la clé dans la fente et j'ai ouvert la porte.

"Nicole", ai-je appelé juste à l'intérieur de la porte. "Cela n'arrive pas, alors récupérez vos affaires et allons-y." Il n’y a eu aucune réponse. "Nicole?"

J'ai regardé dans la salle de bain en passant et j'ai vu qu'elle était vide. Quelques pas plus loin et je pouvais voir dans la pièce. Ce que j'ai vu m'a arrêté net sur le coup.

Nicole se tenait de l’autre côté de la pièce, devant la baie vitrée. Les rideaux étaient ouverts, offrant une vue imprenable sur les lumières de la ville derrière elle. Mais ce n’est pas ce qui a retenu mon attention. Ma fille était la vision même du sexe personnifiée.

Ses cheveux et son maquillage envoûtants étaient les mêmes que précédemment, mais la robe moulante avait disparu. Un caraco blanc en dentelle pendait à ses épaules lisses. Il y avait de petits nœuds pour le fermer sur le devant, mais ceux-ci étaient laissés défaits, laissant le milieu de son torse exposé. Je ne pouvais voir que le moindre soupçon de ses tétons apparaissant sur les bords du négligé vaporeux.

Mes yeux parcoururent son ventre plat. Le monticule rasé de ma fille était nu. Pas de culotte, pas de string, juste une chatte nue. J'ai caressé les contours sensuels de son sexe avec mon regard, notant comment son pli féminin faisait allusion aux plaisirs infinis qu'il contenait. L'effet était encore renforcé par les bas blancs qui montaient jusqu'aux cuisses et qui enveloppaient ses jambes finement toniques. Comme si cela ne suffisait pas, elle portait une paire de talons hauts qui ont transformé ma fille adolescente en une femme très désirable.

"Nicole…" m'entendis-je dire avec un gémissement plaintif.

"Je ne vais pas discuter avec toi, papa," dit-elle en se dirigeant vers le lit avec une grâce séduisante. "Je suis d'accord avec tout ce que tu as dit, et je sais que tu as raison sur le fait que les choses entre nous devaient finalement prendre fin." Elle s'allongea sur le lit king-size. La camisole s'est ouverte, me donnant une vue sur ses seins exquis. « Mais nous ne pouvons pas laisser cela se terminer comme cela s’est produit. Juste une nuit de plus pour que nous puissions finir les choses comme nous le souhaitons.

Elle se glissa sur le lit alors que je la regardais, impuissante. Son corps se tordait en prévision du mien. Je devais sortir de cette pièce à la seconde même, sinon je serais perdu. Elle posa ses pieds sur le lit, cambra son corps en soulevant ses fesses du matelas, puis ouvrit grand ses jambes.

"Viens me baiser, papa."

Je restais là, sachant qu'elle m'avait. "Nicole, je ne peux pas..."

"Je te veux en moi, papa. Je veux sentir ta bite au fond de ma chatte. Elle poussa ses hanches vers moi, me submergeant de la vision tentante de ses lèvres passionnées. "Je sais que tu veux me baiser, papa. C'est ta dernière chance. Une dernière nuit ensemble.

"Nicole, ne fais pas ça..."

"Regarde ça." Elle écarta la chatte, s'offrant effrontément à moi. "Tu veux cette chatte, n'est-ce pas, papa ? C'est bon pour vous de le prendre. Nous le voulons tous les deux. Ne me considère pas comme ta fille, considère-moi simplement comme une chatte serrée et humide que tu veux baiser avec ta grosse bite dure.

C'était une torture et elle le savait.

"Je t'aime papa. Vous saviez dès le début que cela allait aboutir. Tu voulais me baiser bien avant que je te demande ce gode, tu ne pouvais tout simplement pas l'admettre – même pas à toi-même. Ma fille a plongé un doigt dans son trou invitant, puis a goûté l'humidité qui s'y accrochait. « Voici votre chance. Prends-le."

J'ai regardé la chatte ouverte de ma fille. Elle avait raison. J'étais attiré par elle avant qu'elle ne commence sa séduction délibérée. En tant que père, j'ai refusé de le reconnaître, mais en tant qu'homme, je l'ai ressenti. J'ai remarqué quand ses seins ont commencé à bourgeonner. J'ai remarqué la courbe séduisante de ses fesses bien avant que la puberté ne commence à la transformer d'une enfant en une jeune femme. Le contact accidentel de ses longues jambes lisses contre ma peau nue m'avait excité d'une manière que j'avais trop honte d'accepter. Étais-je une aberration, ou est-ce que tous les hommes nourrissaient un désir interdit pour leurs propres filles ? No matter the answer, there was no getting away from the fact that on some primal level I had always wanted to fuck my baby girl.

She clearly wanted it, but could I go through with it? Did I have the strength to take what I wanted, or was I too weak to do the right thing? Whatever choice I made in that moment somehow made me less of a man. No one I knew wouldn’t judge me with disgust and derision. I’d deserve their unmitigated contempt. The question was, could I live with that?

As my conscience wrestled with itself, my body hadn’t remained idle. Of course my cock was hard, that was an inevitable result of animal biology. But I further realized that I had unbuttoned and removed my shirt as I had been silently debating myself. There was no longer any point in trying to use an impotent intellect to keep me from doing what I wanted to do…what I needed to do.

I undid my pants and pulled them down, along with my boxers, in one quick motion. Nicole moaned with expectation as my stiff cock sprang into view. She knew she had won.

“I am going to take it,” I said. My confident tone sounded strange even to me. This isn’t the way a father talks to his daughter. “And once I do, it’s mine. Comprendre?" I moved forward and climbed onto the bed.

“Yes, Daddy,” she groaned and spread herself wider.

“And I don’t mean just your cunt. Your whole body…” I crawled up between her legs. “Your whole self…”

Nicole lowered herself flat on the bed and reached out to me with open arms. “Yes…” she breathed.

“This isn’t just fooling around anymore,” I growled as I moved atop her. “You’re mine.” I kissed her lips. “You’re my daughter.” Another kiss. “My lover.” A deeper kiss. “My everything.” Her tongue was in my mouth. I took this as acceptance of the proposal.

A moment later I was insider her.

It had come about so effortlessly, so naturally, that I all but missed the instant that it happened. My cock was inside my daughter’s pussy. She made a noise that was more of a sob than anything else. I pushed my body tighter and my cock sank deeper. I might have let out my own sob in answer to hers.

I was never much of a ladies’ man, but I’d had my share of women back in the day. Nothing came remotely close to the feeling of being inside my daughter’s pussy. I had loved her mother more than any other woman, but not even she could compare to what I was experiencing in that moment. I had become untethered from earthly reality and entered a realm of pure pleasure that I was certain I’d never enter again as long as I lived.

“Oh, Daddy,” Nicole wept beneath me. "Je t'aime." Her whispered words were carried on warm breath into my ear. “I’ll love you always and forever.”

“I love you, too, baby.” I pushed into her even though I couldn’t go any deeper. I wanted to fuse my entire being with hers, to become part of her and for her to be a part of me. And yet, we already were in so many ways. It was no longer an abstract matter of biological chemistry, it was an emotional and physical reality.

“Your cock is inside me, Daddy.” Nicole wrapped her legs around my waist and her arms around my neck. “It’s really happening. I’ve been dreaming about this since I was a little girl. I wanted you to fuck me even before I knew what fucking was.”

It was all too much. “I’m going to cum.” I was embarrassed that it was happening so fast and my words came out like an apology.

“Cum inside me, Daddy,” she pleaded. “Fill my cunt.”

Without moving, without having made a single thrust, I began spewing my seed deep inside my daughter’s pussy. With my face buried against my girl’s graceful neck, I emptied my cock into her. The profound sense of satisfaction was beyond comprehension. I would have thought it impossible to know such sublime joy and not be rendered unconscious by the experience. My orgasm seemed like it wouldn’t end. Pulse after pulse seized me, pumping spurt after spurt of sperm-laced semen into my daughter’s womb.

Nicole clung to me with loving devotion, accepting everything I had to give and willing to take more. Her lips touched my neck, my ear, my cheek as I poured myself into her cunt. Sex had always been pleasing, but this was a whole other level of what it meant to be alive. My cock convulsed several more times after I had spent my entire load. My daughter massaged my flexing manhood with her inner muscles, milking it lovingly until I went still.

“Oh my God, Daddy,” Nicole whimpered as I lay atop her trying to make sense of what just happened. “I’m cumming, too.” Her nails dug into my back and brought about the most exquisite pain I’d ever known. “I’m cumming on your cock.”

She bit into my shoulder and screamed. I felt my girl’s body tense. Her legs clamped tight around my waist, her pussy gripped my engorged cock like a vice. I could actually feel the spasms racking her vagina as she orgasmed. I held her close and hoped she was experiencing an exultation that matched my own from seconds before.

Nicole let out a guttural moan, bucked her hips, and raked her fingernails down my back. “Again,” she panted. “I’m cumming again! Ohhhhhh! Fuck!” She rode out her second orgasm, which seemed at least as intense as the first.

We were both out of breath despite the fact that we had barely moved. Years of pent up yearning, lust, and forbidden desire had done the work for us. Even though I had just cum, I never wanted to take my cock out of my daughter’s pussy.

“Oh, Daddy, that was amazing.” Her mouth found mine and we shared a tender exchange of tongues. “No one has ever made me cum like that, and no one but you ever could.”

“You’re incredible,” I told her with all the sincerity I could muster. “If I had known how good your pussy felt, I would have started fucking you years ago.” I was worried I might have said the wrong thing until I heard her laugh.

“All that matters is that you’re fucking me now.” She slid her hands down my sweaty back and grabbed my ass. “So, how about you really fuck me this time?”

“Great minds think alike.”

I drew my cock back and eased it into her. With any other woman I would have been going soft at this point, but with my daughter there was no chance of that happening. The little noises she made as I slowly worked in and out of her pussy let me know she was appreciating my efforts.

She opened her eyes and looked up at me. “I’m just now realizing that I’ve never been fucked by a real man before. I’ve only ever fucked boys. What a big difference…uuuuh mmmm…”

God, what a sexy bitch I’d raised. I hooked one of her legs and pulled it up toward her head. She cried out with surprised delight, and voluntarily lifted the other after I’d given her a few good pumps. And just like that, I had my girl folded double below me. That position made her cunt even tighter than it already was, and her squealing giggles were all the encouragement I needed to pound her harder and harder.

“Fuck my slutty pussy, Daddy! Fuck my pussy with your big, hard cock!”

“Oh, don’t worry, young lady,” I said. “I am going to fuck you like you deserve to be fucked. You wanted Daddy’s cock, now you’re going to get it.” I rammed hard into her. As soon as I did I worried that I may have hurt her, but she took it like a champ and begged for more. So I gave it to her.

Each punishing thrust pushed her down into the mattress. The way she was doubled over caused the air to be forced out of her lungs with each beat of our harsh lovemaking. Every time I slammed home, she gave out a cute grunt and demanded more.

“That’s it, fuck me! As hard as you want, Daddy! Make me your dirty fuck toy!”

My baby clenched her cunt muscles tight around my plunging cock. I could feel the sloppy mix of our combined sex fluids frothing and spilling out of her pussy and soaking my balls. The maids were going to have a real mess to deal with by the time we were done. Nicole’s grunts began climbing the scale and I knew she was approaching another climax. I didn’t think it was possible for me to cum again so soon, but hearing her about to orgasm triggered my own.

“Give it to me, Daddy! Ne vous arrêtez pas ! Ne vous arrêtez pas ! Juste là! Oui! Yes, yes, yeeeeesssss!”

“Fuck, baby! Prends-le! Take my cum! Fuuuuuck!”

We had often made ourselves cum at the same time when we were masturbating together, but those times didn’t come close to matching the thrill of our first simultaneous orgasm while fucking. Mine was over in what seemed like a flash, while my daughter’s played out over the course of a good ten to fifteen seconds. I continued steadily pumping my cock into her quivering hole as she floated higher and higher on each successive wave of ecstasy she was experiencing. Sure it was good for me to finally get what I had always secretly wanted, but it was even more gratifying to know that I was giving my girl something she had wanted so badly for so long.

I let her legs down and we were kissing again. As she wiggled beneath me, I thought I was going to slip out of her a few times, but she managed to keep a hold of me with her with her strong, young pussy.

“You have no idea how many times I dreamed of being under you like this,” she gasped between kisses. “I never thought it would really happen.” She kissed my neck and sucked my earlobe. “And now you’re on top of me…and inside me. It’s even better than I imagined.”

She had sold this night as our one last chance to be together in this way, but we both knew that this was only the beginning of a new, more dangerous, phase of our relationship. I suspect she had planned this all along. She knew me well enough to be able to play me like a well-tuned instrument. But I couldn’t really complain. She was only seducing me into doing something I already wanted and was too much of a coward to do on my own. That time was over. I had what I wanted and I wasn’t giving it up.

“You’re Daddy’s little whore now,” I said. The words were coarse, but they were spoken with love.

“I am,” she whispered. “Now and forever.”

“Turn over,” I told her. “Daddy’s going to fuck you like the naughty little puppy that you are.”

She smiled and complied without hesitation. It felt good when my cock slid out of her, and it would feel even better slipping back in.

Nicole shed the camisole that had ended up in a tangled mess around her shoulders. This left her in nothing but white stockings and high heels. She was my own personal underage porn star. She got on all fours and presented her backside to me like an obedient child. I had seen her in this pose many times, but the view was more enticing than it had ever been now that I could follow through on whatever filthy urge it inspired.

My daughter’s pussy was swollen from being roughly fucked for the past ten minutes or so. I’d seen her excited, but never quite like this. Her ass cheeks were shiny with the wetness that had leaked from her during our lovemaking. My most recent load that I’d deposited in her was seeping from her tight fuck hole and drooling down from her pussy lips to soak the sheets below. If I only had a camera.

I moved in behind her, took hold of her hips and directed the head of my cock toward that gooey opening of hers. I hadn’t lost any of my rigidity and penetrated her without difficulty. The shiver ran down my spine as I once again sank into my daughter’s heavenly embrace. Why had I denied myself this for so long? And why should my darling girl be deprived of the full and unrestrained love of her adoring father? Every dad should be so lucky to share such mutual devotion with his daughter.

Pulling back slowly, I gazed in awe at the sight of my penis emerging from my little girl’s grasping vagina. I watched with equal delectation as it disappeared inside her just as slowly.

“Oh, Daddy, that feels so fucking good,” she moaned and did her best to look at me over her shoulder. “Your cock is way better than my dildo.”

“And your pussy is way better than my right hand.”

“Or my mouth?”

“Hmm, that’s a close second.” I gently continued to fill her to the hilt, then draw back inch by inch, feeling every second of our union as keenly as I could. “My little girl is such a talented cocksucker.”

“And I’ll only get better if you help me practice.”

She was looking for definite confirmation from me that this was more than a one-time thing. I wasn’t going to let her off that easy.

“The view from back here reminds me of when I walked in and found you and Becca on your bed with your asses in the air.”

Nicole hid her face in the pillow and flexed her inner muscles around my shaft.

“That was a hell of a shock,” I jabbed my cock into her with a quick motion.

“I know, Daddy,” her voice took on that plaintive tone she used when she wanted to be forgiven for doing something bad. “I’m sorry about…about everything.”

“I’m still angry with you for telling your friend about us.” This was punctuated with another hard thrust.

“But you don’t understand, Becca and I don’t have any secrets from each other. We share everything.”

“Including your dildo.” I grabbed a fistful of hair and pulled her head up off the pillow.

“Yes! She taught me how to masturbate. Becca was the first one to put her fingers inside me. And she was the first person who ever kissed my pussy.”

I had picked up the pace some, but was still fucking her with controlled strokes. “And that justifies you betraying my trust and telling her about us?”

“We tell each other everything. She told me how she lost her virginity to her cousin when she was thirteen. And how she sneaks out onto her parents’ balcony at night and spies on them fucking while she makes herself cum. And also about how she has a huge crush on you and has always wanted your cock almost as much as me.”

“Was she the one who gave you the idea for this whole thing?” I let go of her hair and grabbed her hips tighter, needing to make sure I had plenty of leverage for the fucking we were building toward.

“It was my idea…but Becca talked me into going through with it.” She tossed her hair to the side, then reached down between her legs and began playing with her clit. “Mmm, Daddy, you fuck me so good.”

I had a choice. I could either blame this mess on Becca, or I could thank her for it. I looked down at my daughter’s naked body rocking forward and back each time I plunged my cock into her tight cunt and there was no doubt I owed her my thanks.

“It was her idea to make the video,” Nicole confessed in a series of short gasps. “Now that she’s seen your cock, she wants to fuck you even more.”

“I’ve got enough trouble dealing with one teenaged lesbian slut, last thing I need is another one.”

“We’re not lesbians…not really…only with each other sometimes…God, I love your cock so much…fuck me harder, Daddy…”

As happens so often with the two of us, what she wanted was exactly what I wanted too. I picked up my rhythm. Our bodies slapped together. The violent sound of naked flesh meeting naked flesh filled the room, along with her girlish moans.

“You drove me crazy,” I scolded her. “Walking around in your little panties, or nothing at all. I wanted to throw you down on the spot and fuck you like crazy every time I saw you.” The bed was bouncing in time with our increasingly manic tempo. “I’d watch you stick that dildo in your tight little pussy and all I could think about was how much I wanted it to be my cock instead.

“This is everything I dreamed about…” I could barely make out her whimpering words as her body jolted repeatedly under my onslaught, “to wrap my cunt around my Daddy’s big, hard cock and fuck you and cum again and again…uhhhh, yes!”

I hadn’t been sure it was possible, but I was about to cum again. Maybe I wasn’t as old as I thought after all.

“Cum inside me, Daddy! Never stop cumming inside me!”

Her cries brought me off in a primal rush unlike anything I’d ever known with any other woman. There was something about emptying your balls into your own daughter that was singularly unique. I wasn’t about to explore the dark, psychological dimensions of what was behind it and instead simply enjoyed the new sensations emanating from my cock and suffusing my whole body.

As I my convulsions waned, and I deposited my last pulse of sperm deep in my girl’s well-fucked vagina, her orgasm suddenly took hold of her. All I wanted to do was collapse on the bed and bask in the contentment of complete satisfaction, but I owed it to my daughter to give her at least as good as I got. I dug deep for reserves of energy I hadn’t needed since I was a virile youth and pounded my baby’s cunt for all I was worth. Her ascending howls of carnal joy spurred me on even as my head began to swim.

“Daddy! Putain ! My! Cunt! Papa! Papa! Aaaaiiiieeee!”

More followed, but she’d reached a rarified pinnacle of ecstasy that prevented her from forming coherent words. An inarticulate string of noises that approximated language spilled out of her mixed with moans and cries.

“Cuuuuummming!” Nicole buried her face in the pillow and screamed her way through a body quaking orgasm that was sure to leave her as spent as I was.

The two of us fell flat on the bed side by side. Our lungs heaved, preventing either of us from speaking for some time. After a few minutes, Nicole rolled onto her side and cuddled up against me. Yes, I’d missed screwing around with her the past several days, but I think I missed this most of all. I put my arm around her and drew my girl closer. Her fingers combed leisurely trails through my chest hair as she nuzzled my neck and pressed her now sticky mound against my bare hip. I could feel the residual heat emanating from her crotch.

“When you walked in on me and Becca masturbating to that video of you, I thought I’d lost you forever. I never felt worse in my life.” She kissed my shoulder and rubbed her cunt against me. “But now I’m happier than I’ve ever been. Before all this, I didn’t know if I’d be able to get you to fuck me. It’s what I wanted more than anything, but you sometimes seemed really freaked out about what we were doing.” She climbed on top of me, mashing her pussy down over my limp cock. “I was afraid this wasn’t going to work and that after tonight you’d never talk to me again.” Her lips found mine and we shared a long kiss with a sensual exchange of tongues. “You were mad at first, weren’t you? Then you gave in to how you really felt. You stopped thinking and took what you wanted all along.”

"Je l'ai fait." I ran my hands up the outsides of her thighs, over her taut buttocks, and up her back slick with a light sheen of sweat. “I know how wrong it is for a man to want his daughter in the way that I do, much less do the things with her that I’ve done.” I urged her upward so that I could take one of her modest breasts into my mouth and suckle her. “But I can’t resist you. No matter how hard I tried to do the right thing, I had to have you.”

“And you do have me, Daddy. All of me.” She shifted her shoulders and fed me her other breast. “Whenever you want. However you want me.”

“You’ll be going off to college before you know it. You’re going to meet a lot of guys you’re going to want to fuck, sweetie.”

She laughed in that endearingly dismissive way she had. “I haven’t even looked at another guy since that night you jerked off next to me in the dark. Tu te souviens de ça ? I still get goosebumps when I think about it.”

“All I’m saying is that you might not always feel the way you feel right now, and that I won’t stand in your way when you realize that you’re done messing around with an old guy and are ready to take on some young studs more your speed.”

“For such a smart guy, you can be a real idiot sometimes.” She settled down on top of me, resting her cheek on my shoulder. “Your cock is the only one for me, Daddy.”

“I’ll just have to take your word for it, my little princess.”

Nicole pushed herself up so she could look me in the eye. Her expression was serious.

“I love being your little princess, but I want to be more than that.” She bit her lower lip, scared to go on. “I want to be the wife that you never had.”

“Sweetie, don’t–”

“I know it sounds weird,” she quickly interrupted before I could complete my objection, “but I only started realizing how much you’ve given up for me all these years. It must have been so lonely for you sometimes. You could have been out having the time of your life and fucking a different hot chick every night instead of staying home to take care of me. It makes me sad to think about how many nights you spent over the years jerking off all alone in your room by yourself.”

I kissed the tip of her nose. “Hey, you of all people should know how much I like jerking off. But, honestly, it didn’t feel like a sacrifice to me. I had you, and as long as I could make you happy and keep you safe, that was more than I could ever ask for. I’ve had a great life and there’s no reason for you to feel like you owe me anything.”

“That’s fine, as long as you understand that I’m not going to pay any attention to that noise. I’m going to take care of you.” Her body began making sensual movements on top of me. “And I’m going to love you the way that a woman loves a man…” She rotated her hips and the next thing I knew my cock was once again sliding inside of her (I hadn’t even realized I was hard again already). “I’m going to love you the way a wife loves a husband.” She slowly eased down my length until I was as deep as I could go. “And I’m going to fuck this cock every night no matter what you say.”

“Looks like I don’t have a choice then…”

She shook her head and smiled one of her biggest smiles.

“No you don’t.” She willfully caressed my cock with her pussy. “Now shut up and put some more of your hot cum in my horny little cunt, Daddy.”

“Anything you want, baby girl. Anything you want.”

Articles similaires

PRENDRE MA PHOTO_(1)

…Molly était une belle maman au corps chaud. Elle avait un point sexuel super élevé dans sa vie quand elle était plus jeune. Les souvenirs de l'événement ont refait surface lorsque son jeune fils a voulu essayer son nouvel appareil photo numérique, en voulant prendre des photos… d'elle…. ….Moly…. … Je ne m'en étais pas rendu compte au début, mais j'étais vraiment très excité sexuellement à ce sujet. Il m'est lentement revenu à l'esprit de me faire prendre en photo et du jour le plus sexuellement excitant de ma vie…. …. J'étais obsédé par la caméra quand j'étais jeune, j'adorais me...

444 Des vues

Likes 0

Une livraison très non PC

J'ai toujours apprécié les charmes d'une femme plus âgée, mais rencontrer Michelle m'a fait changer d'avis à propos des filles plus jeunes. Elle avait 22 ans, environ 5'2 pieds nus, environ une taille 12 (uk), de longs cheveux noirs et des yeux marron foncé. Elle portait des vêtements amples et des lunettes, pour être honnête, ce n'était pas une fille à laquelle on prêterait beaucoup d'attention si on la voyait dans la rue. à l'époque, je travaillais pour un grand magasin d'informatique et je passais mes journées libres à chasser les milfs ! J'avais 35 ans et les seules femmes qui m'intéressaient...

130 Des vues

Likes 0

Mon cadeau de contrôle mental

J'ai un don de contrôle mental. Au moins, je pense que c'est un cadeau. Au départ, je pensais que c'était une malédiction. Le contrôle mental est très limité en termes d'objectif et de durée, mais il a des effets à long terme. De plus, je ne contrôle pas vraiment. En fait, personne n’a le contrôle. Alors, est-ce vraiment du contrôle mental ? Confus? Je vais essayer de t'expliquer. Je m'appelle Charles, mais presque tout le monde m'appelle Chuckie, d'après un personnage des dessins animés « Les Razmoket ». Je déteste cette émission. Tout était normal pour moi quand j'étais enfant. Mes...

119 Des vues

Likes 0

Danse avec une concubine, première partie

Il fut un temps où la magie et les sorcières étaient la norme, où les énigmes mystiques terrorisaient la terre. Autrefois, je les considérais comme des fables, des contes à raconter pour endormir les enfants, mais il s'est avéré que c'était loin d'être le cas. Mon histoire commence un jour comme les autres ; Je me suis réveillé au son de l'alarme de mon téléphone qui criait les paroles de ma chanson préférée, « Feeding the undead » de Bloodbath. Je suis un métalleux, allez comprendre. J'ai appuyé sur le bouton snooze et je me suis assoupi pendant environ 15 minutes...

75 Des vues

Likes 0

Le lutteur partie 2

Le lutteur partie 2 Merci à tous ceux qui ont voté pour la première partie, cela m'a vraiment donné envie de terminer l'histoire comme je l'avais initialement prévu. La deuxième partie se déroule des années plus tard. Kate regardait depuis la foule comme elle le faisait souvent, c'était la première fois, même si depuis la naissance de son premier enfant avec Adams, cela faisait un moment. Elle était extrêmement fière de son homme mais elle voulait attendre qu'Alison, sa fille, puisse profiter de l'occasion de son premier événement. Son 5ème anniversaire était passé il n'y a pas longtemps et elle était...

42 Des vues

Likes 0

Mom Eyes The Kids Chapitre neuf et dix

Diana n'était pas sûre si cela se voyait, mais elle avait l'impression de haleter comme un chien alors qu'elle se dirigeait vers sa fille nue alors que la fille s'allongeait de manière si provocante sur son lit. Et d'après les regards avenants que l'adolescente lui lançait de ses yeux sensuels et baissés, Diana était à peu près sûre que la fille était aussi enthousiaste qu'elle. Diana s'assit sur le côté du lit. Son plan initial avait été de séduire la fille de la même manière qu'elle avait Jimmy, en commençant par demander à quelle fréquence Holly se branlait avec une inquiétude...

328 Des vues

Likes 0

Histoire parallèle du Pacte du Diable : le sexting

Le pacte du diable par monnom de plume3000 Droit d'auteur 2013 L'histoire parallèle du Pacte du Diable : le sexting Remarque : cela se produit au chapitre 13 pendant que Mary envoie un SMS à Alice au lit, raconté du point de vue d'Alice. Il sert également de prologue au chapitre 14. Bip! Bip! Bip! « Sonne l'alarme, pudding », marmonna mon mari, Dean, d'un air endormi. Bip! Bip! Bip! J'ai essayé de l'ignorer, voulant dormir un peu plus longtemps. Dean s'est déplacé puis a tendu la main vers moi et a déclenché l'alarme. Il m'embrassa sur la joue, sa barbiche me grattant le...

173 Des vues

Likes 0

Charles aide sa mère à ressentir à nouveau du plaisir Chapitre 9

Mots de l'auteur : C'est le dernier chapitre de Charles, je voudrais remercier ceux qui ont apprécié cette histoire et même si je ne peux rien écrire de nouveau tant que j'ai pas terminé ma longue liste de projets, on ne sait jamais. J'étais peut-être nouveau ici, mais j'espère laisser un impact durable à ceux qui ont lu mon histoire, et on ne sait jamais, peut-être que Charles, Sue, Bruce et Emily reviendront. Merci Tombée de la nuit. Sue s'habilla rapidement et tranquillement, il ne lui fallut pas longtemps pour sentir une flaque humide se former dans sa culotte alors qu'une...

100 Des vues

Likes 0

Les drapeaux à damiers me font baiser.

À la fin du 200e tour de la course modifiée NASCAR Oswego Fall Classic 1973, le drapeau à damier a flotté sur ma Vega n°2 à gros bloc. Probablement 10 000 des 15 000 personnes présentes dans les tribunes m'encourageaient. Soit les autres ne m’aimaient pas, soit ils espéraient simplement que leur pilote préféré gagnerait. Une autre victoire de course était dans les livres avec mon nom dessus. C'était ma sixième victoire de la saison sur quatre pistes différentes du programme de la tournée du Nord-Est. C'était une bonne chose que la course se soit terminée ce tour-là, car je sentais...

73 Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.