Fanny Hill : Mémoires d'une femme de plaisir Lettre première - Partie 7

239Report
Fanny Hill : Mémoires d'une femme de plaisir Lettre première - Partie 7

Lors de ma visite à Londres pour mes études où nous avions une vieille maison ancestrale, je suis tombé sur un trésor familial. Entre autres choses, j'ai également trouvé une montagne de livres, de laiteries et de notes dans le trésor qui contenait des livres classiques, séculaires, érotiques, des romans et des magazines probablement collectés par mes ancêtres. Ils sont tous intemporels et précieux. C’est une lecture incontournable pour tous les amateurs d’érotisme. Je les partage sur ce site, profitez de la partie 6 de Lettre la Première

-----------------------

MÉMOIRES D'UNE FEMME DE Plaisir.

Lettre la première - Partie 7

C'était alors un grand jour. J'étais assis sur le lit, dont les manteaux étaient tous arrachés ou roulés par l'agitation de nos mouvements, à cause de la chaleur étouffante du temps ; je ne pouvais pas non plus me refuser un plaisir qui me sollicitait si irrésistiblement, comme cette belle occasion de régaler ma vue de tous ces trésors de beauté juvénile dont j'avais joui, et qui gisait maintenant presque entièrement nu, sa chemise étant parfaitement ajustée. feu follet, dont la chaleur de la pièce et la saison m'ont permis de comprendre les conséquences. Je me suis penché sur lui, vraiment amoureux ! et j'ai dévoré tous ses charmes nus avec seulement deux yeux, alors que j'aurais pu en souhaiter au moins cent, pour le plus grand plaisir du regard.

Oh! pourrais-je peindre sa silhouette telle que je la vois maintenant encore présente à mon imagination transportée ! toute une longueur d’une beauté virile parfaite à la vue. Pensez à un visage sans défaut, rayonnant de toute la floraison initiale et de la fraîcheur printanière d’une époque où la beauté est des deux sexes, et que le premier coup d’œil sur sa lèvre supérieure commençait à peine à distinguer.

L'écartement de la double moue rubis de ses lèvres semblait exhaler un air plus doux et plus pur que celui qu'il aspirait : Ah ! quelle violence ne m'a-t-il pas coûté de retenir le baiser si tenté !

Puis un cou délicieusement tourné, orné derrière et sur les côtés de ses cheveux, jouant librement en boucles naturelles, reliait sa tête à un corps de la forme la plus parfaite et de la contexte la plus vigoureuse, dans lequel toute la force La virilité était dissimulée et adoucie en apparence par la délicatesse de son teint, la douceur de sa peau et la rondeur de sa chair.

La plate-forme de sa poitrine blanche comme neige, disposée dans des proportions viriles, présentait sur le sommet vermillon de chaque paupière l'idée d'une rose sur le point de souffler.

Sa chemise ne m'empêchait pas non plus d'observer cette symétrie de ses membres, cette précision de forme, dans leur chute vers les reins, là où finit la taille, et où commence le renflement arrondi des hanches, là où la peau, lisse, lisse, et d'un blanc éclatant, brunit sur l'étendue d'une chair ferme, charnue et mûre, qui se fronçait et se formait en fossettes à la moindre pression, ou sur laquelle le toucher ne pouvait pas s'appuyer, mais glissait dessus comme sur la surface de l'ivoire le plus poli. .

Ses cuisses finement façonnées, et d'une rondeur luisante et fleurie s'effilant peu à peu jusqu'aux genoux, semblaient des piliers dignes de soutenir cette belle silhouette, au fond de laquelle je ne pouvais, sans quelques restes de terreur, quelques tendres émotions aussi. , fixe mes yeux sur cette terrible machine à cracher, qui peu de temps auparavant, avec une telle fureur, avait enfoncé, déchiré et presque détruit mes parties molles et tendres, qui n'avaient pas encore fini de me brûler sous les effets de sa rage. ; mais voyez-le maintenant ! la crête tombée, inclinant sa tête vermillon à demi-capuchon sur une de ses cuisses, calme, souple et apparemment incapable des méfaits et de la cruauté qu'il avait commis. Puis la belle croissance des cheveux, en boucles courtes et douces autour de leur racine, leur blancheur, leurs veines ramifiées, la douceur souple de la tige, alors qu'elle était raccourcie, enroulée et rétrécie en une épaisseur de squob, languissant, et né d'entre les cuisses, par son appendice globulaire, ce merveilleux trésor de douceurs de la nature, qui rivait autour et se pinçait dans les seules rides connues pour plaire, perfectionnait la perspective ; et tous ensemble formaient le tableau animé le plus intéressant de la nature, et sûrement infiniment supérieur à ces nudités fournies par les peintres, les statuaires ou tout autre art, qui s'achètent à des prix immenses, tandis que leur vue en réalité La vie n'est guère goûtée souverainement que par le petit nombre que la nature a doté d'un feu d'imagination, chaleureusement dirigé par une vérité de jugement vers la source, les originaux de la beauté de la composition inégalée de la nature, avant tout l'imitation de l'art. , ou la portée de la richesse pour payer leur prix.

Mais tout doit avoir une fin. Un mouvement fait par ce jeune angélique, dans l'apathie du sommeil, replaça sa chemise et ses vêtements dans une posture qui cacha ce trésor à la vue plus longue.

Je me couchai alors, et portant mes mains vers cette partie de moi, dans laquelle les objets que je venais de voir avaient commencé à soulever une mutinerie qui prévalut sur eux, mes doigts s'ouvrirent maintenant un passage facile ; mais je n'ai pas eu longtemps le temps de considérer la grande différence entre la servante et la femme maintenant finie, avant que Charles ne se réveille et se tourne vers moi et me demande gentiment comment je m'étais reposé ? et, à peine me laissant le temps de répondre, il imprima sur mes lèvres un de ses baisers brûlants de ravissement, qui projeta une flamme dans mon cœur, qui de là irradia dans toutes les parties de moi : et bientôt, comme s'il avait fièrement voulu se venger du Après avoir examiné toutes ses beautés nues, il rejeta les couvertures de lit et, remontant ma chemise aussi haut que possible, prit à son tour pour régaler ses yeux de tous les cadeaux que la nature avait accordés à ma personne ; ses mains occupées aussi résonnaient avec intempérance sur chaque partie de moi. La délicieuse austérité et la dureté de mes seins naissants encore immatures, la blancheur et la fermeté de ma chair, la fraîcheur et la régularité de mes traits, l'harmonie de mes membres, tout semblait le confirmer dans sa satisfaction de son marché : mais Curieux d'explorer les ravages qu'il avait causés au centre sensible de son attaque trop féroce, non seulement il y dirigea ses mains, mais, avec un oreiller placé en dessous, il me plaça favorablement pour son objectif d'inspection gratuite ; alors, qui peut exprimer le feu dont ses yeux brillaient, ses mains brillaient ? tandis que des soupirs de plaisir et de tendres exclamations entrecoupées étaient tous les éloges qu'il pouvait prononcer. À ce moment-là, sa machine se leva avec raideur vers moi, souleva et sortit le pan de sa chemise, qui s'enlevant violemment, me laissa voir dans son état le plus élevé et sa bravoure : il le sent lui-même, semble satisfait de son état. et, souriant d'amours et de grâces, saisit une de mes mains et la porte, avec une douce contrainte, vers cet orgueil de la nature et son plus riche chef-d'œuvre.

Je me débattais faiblement, je ne pouvais m'empêcher de sentir ce que je ne pouvais saisir, une colonne de l'ivoire le plus blanc, magnifiquement striée de veines bleues, et portant, entièrement décapée, une tête du vermillon le plus vif : aucune corne ne pourrait être plus dure ou plus rigide. ; mais il n'y a pas de velours plus doux ni plus délicieux au toucher ; Bientôt, il guida ma main plus bas, vers cette partie dans laquelle la nature et le plaisir gardent leurs réserves de concert, si bien attachées et accrochées à la racine de leur premier instrument et ministre, qu'il n'est pas impropre qu'il puisse être appelé leur porteur de bourse aussi : là il me fit sentir distinctement, à travers leur enveloppe moelleuse, le contenu, une paire de balles arrondies, qui semblaient jouer au dedans et échapper à toute pression, mais la plus tendre, du dehors.

Mais maintenant, cette visite de ma main douce et chaude, dans ces parties si sensibles, avait tout mis dans une fureur si incontrôlable, que dédaignant toute autre prélude et profitant de ma posture commode, il fit tomber la tempête là où je m'attendais à peine patiemment. , et où il était sûr de le poser : peu à peu, je sentis l'insertion raide entre les lèvres divisées et cédantes de la blessure maintenant ouverte pour la vie ; où l'étroitesse ne me faisait plus souffrir insupportablement, et n'offrait pas plus de difficulté à mon amant que ce qui augmentait son plaisir, dans l'étreinte étroite de cette gaine tendre et chaude, autour de l'instrument auquel il était si délicieusement ajusté, et qui, maintenant rentré chez moi, m'a tellement gorgé de plaisir, qu'il m'a parfaitement étouffé et m'a coupé le souffle : puis les coups de couteau ! les baisers innombrables ! tout cela était une joie inexprimable ! et cette joie perdue dans une foule de bonheurs encore plus grands ; mais c'était un désordre de nature trop violent pour durer longtemps : les récipients ainsi remués et intensément chauffés bouillirent bientôt et éteignirent pour ce moment le feu : pendant que tout ce badinage et ce divertissement avaient jusqu'ici consumé Le matin, il devint une sorte de nécessité de réunir le petit-déjeuner et le dîner en un seul.

Dans nos intervalles plus calmes, Charles a donné sur lui-même le récit suivant, dont chaque trait était vrai. Il était le fils unique d'un père qui, ayant un petit poste dans le fisc, survivait un peu trop à ses revenus, et qui avait donné à ce jeune gentilhomme une éducation très mince : il ne l'avait élevé dans aucun métier, mais celui du design. d de subvenir à ses besoins dans l'armée, en lui achetant une commission d'enseigne ; c'est-à-dire, pourvu qu'il puisse réunir l'argent, ou l'obtenir avec intérêts, ces deux clauses étant plutôt à souhaiter qu'à espérer de sa part. Son père imprévoyant avait laissé ce jeune homme, et un jeune très prometteur, atteindre l'âge de la virilité, ou du moins s'en approcher, au plus près de l'oisiveté, et n'avait d'ailleurs pris aucune peine pour lui donner ne serait-ce que les pressentiments communs. contre les vices de la ville et les dangers de toutes sortes qui y attendent les inexpérimentés et les imprudents. Il vivait chez lui et à discrétion avec son père, qui avait lui-même une maîtresse, et pour le reste, pourvu que Charles ne lui demandât pas d'argent, il était d'une indolente bonté avec lui : il pouvait mentir quand il le voulait. d : n'importe quelle excuse suffirait, et même ses réprimandes étaient si légères, qu'elles portaient avec elles plutôt un air de connivence à l'égard de la faute, qu'un quelconque contrôle ou contrainte sérieux. Mais, pour subvenir à ses besoins d'argent, Charles, dont la mère était morte, avait à ses côtés une grand-mère qui le nourrissait et ne l'aidait pas peu à le gâter. Elle avait une rente considérable pour vivre, et partageait très régulièrement tous les shillings qu'elle pouvait épargner, à son chéri, au non-petite brûlure d'estomac de son père, qui était vexé, non qu'elle nourrisse par ce moyen. l'extravagance de son fils ; mais qu'elle préférait Charles à lui-même, et nous verrons trop tôt quel tour fatal une jalousie mercenaire pouvait opérer sur le sein d'un père.

Charles était cependant, grâce à l'affection somptueuse de sa grand-mère, très suffisamment capable de garder une maîtresse aussi facilement contente que mon amour me le rendait ; et ma chance, car c'est ainsi que je dois toujours l'appeler, me jeta sur son chemin, de la manière ci-dessus racontée, au moment même où il en cherchait une.

Quant à son caractère, sa douceur même le faisait paraître né pour le bonheur domestique : tendre, naturellement poli et doux ; ce ne pourrait jamais être sa faute, si jamais des secousses ou des animosités troublaient un calme qu'il était si habile à maintenir ou à rétablir par tous les moyens. Sans ces qualités grandes et brillantes qui constituent un génie ou qui sont propres à faire du bruit dans le monde, il avait toutes ces humbles qualités qui composent le mérite social le plus doux : le simple bon sens, rehaussé de toutes les grâces de modestie et de bonhomie. , l'a rendu, sinon admiré, ce qui est beaucoup plus heureux, universellement aimé et estimé. Mais comme rien, si ce n'est les beautés de sa personne qui avaient d'abord attiré mon regard et fixé ma passion, je n'étais pas non plus alors juge de ce mérite intérieur, que j'eus ensuite pleinement occasion de découvrir, et que peut-être, dans Cette saison de vertige et de légèreté aurait très peu touché mon cœur, si elle avait été logée chez une personne qui n'était pas le délice de mes yeux et l'idole de mes sens. Mais revenons à notre situation.

Après le dîner, que nous mangeons au lit dans le désordre le plus voluptueux, Charles se leva, et me quittant passionnément pendant quelques heures, il se rendit en ville, où, se concertant avec un jeune avocat avisé, ils se rendirent ensemble chez moi. feu la vénérable maîtresse, d'où je m'étais enfui la veille seulement, et avec qui il était déterminé à régler ses comptes d'une manière qui couperait tout compte rendu de ce côté-là.

En conséquence, ils partirent ; mais à propos, le Templier, son ami, en réfléchissant aux informations de Charles, trouva raison de donner une autre tournure à leur visite, et au lieu d'offrir satisfaction, de l'exiger.

Une fois entrées, les filles de la maison se rassemblèrent autour de Charles, qu'elles connaissaient, et depuis le début de ma fuite, et leur parfaite ignorance qu'il m'ait jamais vu, n'ayant pas le moindre soupçon de son existence. complices de ma fuite, ils se rattrapaient à leur manière ; et quant à son compagnon, ils le prirent probablement pour un nouveau cul : mais le Templier arrêta bientôt leur audace en s'enquérant de la vieille dame, à laquelle il dit, avec un air grave de juge, qu'il avait quelque affaire à faire. régler.

Madame fut immédiatement mandé, et les dames étant priées de vider la chambre, l'avoué lui demanda sévèrement si elle ne savait pas, ou n'avait pas leurré, sous prétexte d'embaucher comme servante, une jeune fille. , qui vient de sortir du pays, s'appelle Frances ou Fanny Hill, me décrivant avec autant de précision qu'il le pouvait à partir de la description de Charles.

C'est le propre du vice de trembler devant les enquêtes de la justice : et Mme Brown, dont la conscience n'était pas entièrement claire à cause de moi, aussi connaisseuse qu'elle l'était de la ville, aussi éculée qu'elle l'était pour affronter tous les dangers. de sa vocation, ne pouvait s'empêcher d'être alarmé par cette question, surtout lorsqu'il parlait ensuite d'un juge de paix, de Newgate, du Old Baily, des actes d'accusation pour tenue d'une maison désordonnée, du pilori, du charrette et de tout le processus de cette nature : celle qui, il est probable, imaginait que j'avais déposé une dénonciation contre sa maison, eut l'air extrêmement vide et commença à faire mille protestations et excuses. Cependant, pour abréger, ils emportèrent triomphalement ma boîte remplie d'objets, que si elle n'avait pas eu peur, elle aurait pu leur disputer ; et non seulement cela, mais aussi l'autorisation et l'acquittement de toutes les demandes sur la maison, au prix d'un bol d'arack-punch, dont le traitement, ainsi que le choix des commodités de la maison, étaient offerts. , et non accepté. Charles jouait toujours le rôle de compagnon de hasard de l'avocat qui l'avait amené là-bas, car il connaissait la maison et ne semblait en aucun cas intéressé par l'affaire, mais il avait le plaisir collatéral d'entendre tout ce que je lui avais dit vérifié. , dans la mesure où les craintes de cette pute lui permettaient d'entrer dans mon histoire, qui, si l'on peut le deviner par la composition dans laquelle elle est entrée si facilement, n'est pas petite.

A continué. à la partie 8

-----------------

Remarques;

1. Lors de ma visite à Londres pour mes études où nous avions une vieille maison ancestrale, je suis tombé sur un trésor familial. Entre autres choses, j'ai également trouvé une montagne de livres, de journaux intimes et de notes dans le trésor qui contenait des livres classiques, séculaires, érotiques, des romans et des magazines probablement collectés par mes ancêtres. Ils sont tous intemporels et précieux. C’est une lecture incontournable pour tous les amateurs d’érotisme.

2. Les auteurs originaux de la plupart de ces histoires/lettres ou articles sont morts depuis longtemps ou anonymes.

3. Mémoires d'une femme de plaisir, plus connue sous le nom de Fanny Hill, est un roman érotique du romancier anglais John Cleland, publié pour la première fois à Londres en 1748. Écrit alors que l'auteur était dans la prison pour dettes de Londres, il est considéré comme « le premier original anglais ». la pornographie en prose et la première pornographie à utiliser la forme du roman". C’est l’un des livres les plus poursuivis et interdits de l’histoire.

Le livre illustre l’utilisation de l’euphémisme. Le texte ne contient pas de « gros mots » ni de termes scientifiques explicites pour les parties du corps, mais utilise de nombreux procédés littéraires pour décrire les organes génitaux. Par exemple, le vagin est parfois appelé « la bouche du bas », ce qui est également un exemple de déplacement psychologique.

Articles similaires

Famille propriétaire - CH3 : Pas de retour en arrière

Ceci est la suite d'une histoire sur une famille qui se soumet à son voisin noir. Si vous n'aimez pas les histoires sur l'homosexualité, l'interracial, l'inceste, la bestialité ou le jeune sexe, passez à autre chose. Si vous aimez ces sujets, profitez-en. J'apprécie les critiques CONSTRUCTIVES. Les deux jours suivants se ressemblaient beaucoup. J'ai travaillé chez Ty pour apprendre ses investissements et améliorer son système de classement, si vous pouvez appeler cela un système. D'après ce que j'ai pu dire, il est entré dans l'argent qu'un membre de sa famille lui avait laissé alors qu'il était à l'université. Il a travaillé...

1.5K Des vues

Likes 0

Belle Lily

Note de l'auteur : si vous n'êtes pas fan des histoires où la majorité des personnages ont peu ou pas de morale, veuillez ne pas lire ceci. Tu as été prévenu. Passez votre chemin si ce concept ne vous intrigue pas. Il y a des gens maléfiques et foutus dans cette histoire. Le fils sexuellement actif peut être le moindre des maux. Ce n'est pas une histoire d'amour légère. Son compagnon Juicy J est beaucoup plus optimiste et léger. N'hésitez pas à lire cette histoire (sur la sœur de Lilly) si vous préférez ce style. Celui-ci est également un conte en couches...

1.2K Des vues

Likes 0

Fête à la piscine_(1)

Hé, tout le monde, a crié Gene, regardez ça, juste avant de faire un saut périlleux sauvage du plongeoir dans la piscine de son jardin !!! Le reste de la foule lui a fait une ovation debout simulée et Tom a crié : Je lui donnerais un trois et demi à celui-là, et tout le monde a éclaté de rire, puis a recommencé à faire la conversation et à boire son verre ! C'était la foule habituelle, les quatre couples qui s'étaient liés d'amitié depuis qu'ils avaient emménagé dans le lotissement il y a une vingtaine d'années. En été, c'était la natation et...

1.1K Des vues

Likes 0

Une soeur et le héros de sa meilleure amie

C'est ma toute première histoire, dites-moi ce que vous en pensez s'il vous plait. Je m'appelle Jack, je mesure 6'1 '' et je suis déchiré, je veux dire déchiré, de toutes ces heures passées au gymnase. J'avais l'habitude de lutter à l'école et j'ai été champion poids lourd mes deux dernières années d'école. Après l'école, je suis allé au MMA et à l'âge de 20 ans, j'étais champion de MMA. J'ai les yeux bleus et les cheveux bruns que je garde courts. Quoi qu'il en soit, revenons à l'histoire. Je vis avec ma mère et ma sœur, qui a 3 ans...

913 Des vues

Likes 0

L'histoire d'Ann partie 2

L'histoire d'Ann partie 2 Ann n'était pas du tout mal à l'aise à l'arrière de ce véhicule et avec les orgasmes qui venaient d'avoir lieu, ainsi que celui qui la suçait actuellement, cela l'a encore amenée à un point culminant tremblant. Elle aimait ça, quand son mari tordait et jouait avec ses mamelons, mais ce qu'elle aimait encore plus, c'était quand il jouait avec eux et suçait sa chatte, en particulier son clitoris. Les hommes qui l'avaient prise étaient apparemment très doués pour faire plaisir aux femmes. Elle était allongée là, incapable de bouger et était tellement épuisée par trois orgasmes...

870 Des vues

Likes 0

Maintenant, qu'est ce que je fais?

J'ai grandi dans une ville de taille moyenne, une famille de classe moyenne et surtout à l'abri de la vie de la grande ville de Chicago à quelques heures de là. Nous n'avions pas de rave parties ni d'orgies, mais nous les connaissions bien sûr. J'étais l'aînée de trois ans et j'ai toujours été très protectrice envers ma petite sœur. Ma famille et moi avons essayé d'éloigner d'elle les réalités de la vie urbaine du mieux que nous pouvions. Le monde s'est vraiment ouvert pour moi lorsque je suis parti à l'université de Northwestern University. J'ai trouvé les tentations de la...

686 Des vues

Likes 0

Omegle Chat #1 - Grand-père et Mariah font un tour en voiture

Remarque : Malheureusement, l'histoire est incomplète car la connexion sur Omegle a expiré. Ceci est complètement inédit par moi. Apprécier. xxxxxxxxxxxx Étranger: ((femme de 19 ans (peut aller beaucoup, beaucoup plus jeune) à la recherche d'un homme plus âgé pour l'inceste RP comme mon père, mon oncle ou mon grand-père)) Vous : Quel est votre âge, sale salope ? Étranger : ((Tout ce qui est en dessous de 17, pas de limites)) Vous : La bite de grand-père vient de pousser dans son pantalon. Quand est-ce que sa petite-fille de 11 ans vient lui rendre visite ? Étranger : ((Oh d'accord ! Voulez-vous que je vous donne...

723 Des vues

Likes 0

Oh maintenant il me dit !!

C'est ma première histoire et c'est 100% vrai. J'espère que je vais bien pour ma première fois.. Donc, à l'époque, j'allais chez mon oncle et il avait un fils qui avait un an de plus que moi (j'avais environ 12 ans, peut-être). C'était un garçon magnifique !! Cheveux bruns et beaux yeux bleus, il mesurait environ 5'5 et ​​avait un très bon corps :). Il s'appelait Ryan et j'étais amoureux, pas au début mais il a grandi avec moi. Nous avons passé tellement de temps ensemble et même si j'étais jeune, je savais ce que je voulais et c'était LUI !...

534 Des vues

Likes 0

Mom Eyes The Kids Chapitre neuf et dix

Diana n'était pas sûre si cela se voyait, mais elle avait l'impression de haleter comme un chien alors qu'elle se dirigeait vers sa fille nue alors que la fille s'allongeait de manière si provocante sur son lit. Et d'après les regards avenants que l'adolescente lui lançait de ses yeux sensuels et baissés, Diana était à peu près sûre que la fille était aussi enthousiaste qu'elle. Diana s'assit sur le côté du lit. Son plan initial avait été de séduire la fille de la même manière qu'elle avait Jimmy, en commençant par demander à quelle fréquence Holly se branlait avec une inquiétude...

481 Des vues

Likes 0

Daniel Loup Partie 6

Daniel Loup Partie 6 Chapitre 10 Quelques heures plus tard, Daniel et le reste de son Cadre sont entrés dans la clairière pour trouver la Famille Moïse. Mal, le chef de famille, a fait ce que Will avait dit et a commencé son histoire en ne laissant rien de côté. Daniel a lu la note que Will avait laissée. Trois des soldats les plus proches de la taille des filles leur ont donné des pantalons et des chemises supplémentaires. Le caporal Chivey a été chargé de les escorter jusqu'à Fox Wood. Il a choisi deux hommes et est parti avec la...

452 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.