Intentions incestueuses partie 1

282Report
Intentions incestueuses partie 1

Ceci est basé sur une histoire d'essai, elle a été légèrement modifiée et les noms et lieux ont été modifiés. Je réalise également que mon orthographe et ma grammaire ne sont pas parfaites, mais si vous remarquez quelque chose d'important que je dois corriger, faites-le-moi savoir. Apprécier!



J'ai perdu ma virginité quand j'avais dix ans. Mon demi-frère Devin m'a montré un nouveau « jeu » pendant que nos parents étaient absents. Nous étions jeunes et ne comprenions pas vraiment ce que nous faisions. Comme vous pouvez l’imaginer, pendant les cinq années qui ont suivi, il y a eu une gêne entre nous. Nous n'avons jamais parlé de ce jour et avons fait comme si cela ne s'était jamais produit, nous avions un accord tacite. Je me réconfortais souvent en affirmant que nous n’étions pas vraiment liés, mon père avait épousé sa mère. Au fil du temps, nous nous sommes éloignés, à l'école je le voyais mais je n'avais jamais de contact direct, à la maison c'était pareil avec des bavardages coupés pour garder papa et Carol heureux. Nous avons également mûri davantage, je me suis aminci et ma poitrine a atteint une température moyenne de 36°C, il est devenu plus grand, ses cheveux noirs ont poussé et ses angles et ses muscles ont été définis. Pendant cinq ans, nous nous sommes évités et n'avons jamais parlé de ce jour.

Trois semaines après mon seizième anniversaire, mes parents nous ont laissés seuls à la maison pour aller au cinéma et dîner. J'ai essayé d'éviter des situations comme celle-ci en me rendant chez des amis, mais cette fois, le préavis était extrêmement court et j'étais donc coincé à la maison. Nous sommes restés dans des parties séparées de la maison. Je faisais la vaisselle dans la cuisine pendant qu'il faisait ses devoirs dans sa chambre. Je me souviens avoir été exaspéré par toute la vaisselle que je devais laver, alors j'ai allumé mon iPod pour passer le temps.
Peu de temps après, Devin est entré et j'ai évité de le regarder directement. Il remplit un verre de glace puis se dirigea vers l'évier pour le remplir. Je me suis tendu et je me suis approché pour qu'il passe l'eau à froide. Soudain, il a tiré le col de ma chemise et a glissé quelque chose dans le dos. J'ai crié et je me suis retourné alors qu'une humidité glaciale glissait le long de ma colonne vertébrale. J'ai enlevé mes écouteurs et j'ai soulevé ma chemise, laissant un gros morceau de glace tomber sur le sol et se briser. Je me tournai pour regarder directement Devin qui riait si fort qu'il avait besoin du comptoir pour se soutenir. Je l'ai regardé.
"Espèce d'idiot! J'espère que vous comptez nettoyer ça ! Dis-je sèchement en lui lançant mon torchon. Il rit encore plus et tomba au sol. J'ai grogné et je suis sorti en trombe de la pièce.
« Attends Kas ! Je suis désolé." Dit-il entre deux rires en se levant pour me suivre. À vrai dire, je n’aurais pas dû réagir de manière excessive, mais ma fierté en a été blessée.
« Kas ! » Il a rappelé en me rattrapant dans le couloir.
"S'en aller!" Je me retournai brusquement pour le regarder. Même s'il était évident qu'il trouvait ça drôle, je pouvais dire qu'il était vraiment désolé.
"Kas, je suis désolé," commença-t-il en se rapprochant. "C'était un moment d'immaturité." » dit-il comme excuse.
Je me suis moqué. "Toute votre vie a été un moment d'immaturité." Dis-je froidement. Soudain, tout enfantillage quitta son visage et il m'attira vers lui, pressant nos corps l'un contre l'autre, me prenant complètement par surprise.
Avec des yeux très sérieux et une voix ferme, il dit : "Je pense que nous savons tous les deux à quel point je peux être mature." Mon estomac s'est tombé et je me suis rapidement éloigné. Il n’était pas censé parler de ça.
"Laisse-moi tranquille." Dis-je à bout de souffle. J'ai gardé les yeux rivés sur le sol, mais il n'est pas parti.
"Arrête de prétendre que cela n'est jamais arrivé, Kas." il a dit.
"Qu'est-ce qui n'est jamais arrivé?" Ai-je demandé bêtement, souhaitant qu'il laisse tomber ça tranquille.
"Que nous n'avons jamais baisé." Dit-il avec une simplicité brutale. Je le regardai sous le choc.
« Nous étions petits… nous n'en avions aucune idée¾ »
"Qu'est-ce qu'on faisait?" Il a fini de m'interrompre. "Non, je pense que nous en savions assez." dit-il avec un sourire méchant. Ses yeux parcouraient mon corps tout au long de mon corps, s'attardant sur ma poitrine puis se levant pour rencontrer mes yeux.
"Nous avions tort." Dis-je en reculant vers le mur alors qu'il se rapprochait.
"Étions-nous?" Demanda Devin distrait alors qu'il regardait ma bouche et réduisait la distance entre nous. Il a tenu mon visage entre ses mains puis a frotté son pouce sur mes lèvres, me faisant frissonner. "Tu n'as aucune idée… comment…" sa voix s'éteignit alors qu'il baissa une de ses mains et la glissa dans mon jean, me plaquant contre le mur. Je restais paralysé, ne sachant pas trop quoi faire. Il m'a regardé avec des yeux remplis de désir puis m'a embrassé comme aucun frère et sœur ne devrait le faire. Lourd et dur. Instinctivement, mon corps bougea contre le sien et je sentis sa dureté. Il m'a serré plus fort aussi et m'a embrassé dans le cou alors que le bout de ses doigts froids parcourait la longueur de mon dos.
"Attendez! Arrêt!" J'ai haleté. Il m'a regardé avec une curiosité impatiente. "Nous ne pouvons pas." J'ai dit en m'éloignant. "C'est faux, et si papa et Carol le découvraient ?" Ai-je demandé alors que la sensation de nausée revenait dans mon estomac.
"Kas, ils ne le sauront jamais." Il a essayé de me rassurer, l'air frustré, mais je n'étais pas si facilement rassuré.
"Bien." Dit-il après une longue pause. "Si tu ne veux pas, je vais juste aller me masturber dans le salon." Il a dit. Comme je ne répondais pas, il m'a relâché et a traversé le couloir jusqu'au salon. Je me ressaisis et retournai dans la cuisine pour finir la vaisselle. La glace avait fondu et mon iPod était tombé par terre. Je savais que j'avais fait la bonne chose, mais le fait qu'il revienne sur le sujet m'a fait culpabiliser. Alors que je plaçais une assiette dans le lave-vaisselle, j'entendis quelque chose. J'ai fait une pause et le son est devenu plus fort, me faisant rougir une fois que j'ai réalisé ce que c'était. Devin était dans la pièce voisine en train de se masturber.
Il gémissait et sursautait sans relâche. J'ai toujours soupçonné qu'il se masturbait mais c'était la première fois que je l'entendais. Je suis retourné au travail en me disant que c’était un garçon et que c’est ce que font les garçons. Rien d'étrange ou d'extraordinaire. Mais à mi-chemin des plats, les gémissements de Devin devinrent plus forts et plus agréables. Une douleur soudaine a commencé à se développer sous mon ventre et j'ai essayé de l'ignorer. Trois minutes plus tard, je me demandais combien de temps il pourrait me tenir éveillé. J'ai glissé une main dans mon short et j'ai glissé mes doigts les plus longs contre mon clitoris. C'était si bon et je me suis appuyé contre le comptoir pour me soutenir. Contrairement à Devin, j'ai travaillé pour supprimer mes gémissements et j'ai plutôt construit à partir des siens. J'ai commencé à me demander à quoi il pensait quand il a crié, me faisant sursauter.
« Oh mon Dieu Kas ! Kas ! Il cria. L’entendre prononcer mon nom ainsi m’a fait frissonner tout le corps et je me suis senti faible. J'ai porté mon autre main jusqu'à ma poitrine et j'ai saisi sa rondeur charnue. Mes propres mains ne me satisfaisaient plus et je laissai échapper un petit gémissement frustré alors que la douleur augmentait. J'ai commencé à chercher des choses qui restaient en moi : une bouteille de vin vide, le manche d'une spatule, une banane verte. Rien ne semblait suffisant alors je me suis contenté de la banane. J'ai réalisé que c'était soudainement calme et je ne savais pas combien de temps cela faisait. Je me suis retourné pour voir Devin debout dans la porte et me regardant. J'ai failli sursauter mais je lui ai plutôt lancé ce que j'espérais être un regard interrogateur et ennuyé.
"Que veux-tu?" J'ai demandé en réalisant trop tard que ce n'était pas la bonne question. Il a souri malicieusement, s'est éloigné du cadre de la porte et s'est dirigé vers moi.
"Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça?" » a-t-il demandé en désignant la banane que je n'avais pas réalisé que je tenais toujours.
"Euh... le manger ?" Dis-je en feignant la confusion.
"Euh-hu." Dit-il d'un air dubitatif. Il s'est approché et a pris le fruit de ma main. Je me raidis pour ne pas trembler et espérai que je n’étais pas rouge. J'aimais mes lèvres qui étaient sèches, un mouvement instinctif qui peut être mal pris. Cependant, Devin ne semblait pas en phase avec cela et gardait plutôt son regard attentif sur moi. Il sentait le moût et le sexe ou la chambre de mes parents après avoir passé du temps là-dedans. Je l'ai regardé casser un morceau de banane et le glisser dans sa bouche sensuelle. La douleur s’est accrue et je ne pouvais plus bouger et j’étais sûr que respirer allait tout révéler. Il en ôta un autre petit morceau et le porta à mes lèvres. Sans y penser, j'ai ouvert la bouche et il l'a enfoncée. J'ai mâché et il m'a souri. Il a mangé un autre morceau et m'a offert le dernier en jetant la peau à la poubelle. Je l'ai vu atterrir parfaitement sans heurter les côtés.
Alors que je me retournais, Devin prit fermement mes épaules puis m'embrassa fort, j'étais sur le point de m'éloigner quand sa langue se glissa entre mes lèvres, me prenant par surprise. Sa langue glissa chaleureusement contre la mienne et il transféra le fruit que je mangeais encore dans sa bouche puis l'avala en me tenant fermement.
"À quoi penses-tu?" » a-t-il demandé et je l'ai senti pressé contre mon ventre. Ses yeux étaient sombres et beaux et je me demandais comment je n'avais jamais remarqué cela auparavant. J'ai lentement réalisé qu'il m'avait posé une question et qu'il attendait une réponse.
«J'ai besoin de…» J'ai commencé à essayer de me concentrer sur ma réflexion. "Je dois... finir la vaisselle." Dis-je lointainement pendant qu'il pressait ses lèvres lisses sur mon poignet puis sur ma paume, puis prenait mon majeur et le suçait doucement avec sa langue le laissant glisser lentement tout en me regardant sciemment dans les yeux tout le temps. Il ne devrait pas faire ça, pensai-je alors dit à voix haute. "C'est tellement faux."
"C'est pourquoi ¾" il s'arrêta pour embrasser mon cou, "C'est vrai ¾" il embrassa ma bouche touchant à peine mes lèvres, me donnant envie de plus. "putain de sexy." » finit-il puis lécha de manière séduisante l'arête de mon nez. « Penses-y Kas. Nous pourrions rendre cela amusant. Tu pourrais venir dans mon lit la nuit. il a dit
« Nous ne pourrions pas le cacher éternellement. » Dis-je surpris d'y avoir pensé.
"Pourquoi pas? Imaginez le futur lorsque nous rentrerons à la maison pour les vacances. Ou chaque fois que tu en as marre de ton mari. Il a glissé sa main dans ma ceinture. "Nous pourrions baiser toute la nuit." Dit-il d'une voix rauque. Ses doigts glissèrent à l'intérieur de moi et j'attrapai sa chemise. "C'est juste du sexe, Kas. Juste deux personnes qui se font plaisir. Il a dit et a courbé ses doigts à l'intérieur pour frapper quelque chose de si bon que cela m'a fait sursauter et crier. J'ai dû m'empêcher de venir à ce moment-là. Il a déplacé ses doigts à l'intérieur de moi, me faisant gémir sans réfléchir. Soudain, il m'a relâché et je suis resté tremblant pendant qu'il se mettait à genoux devant moi et faisait glisser mon short et ma culotte mouillée de mes hanches. C'était surréaliste, j'étais exposé dans ma cuisine pendant que mon frère commençait à me faire l'amour. J'ai baissé les yeux alors qu'il plaçait son visage entre mes cuisses et sentais son souffle chaud sur mon vagin suivi d'une langue humide. J'ai gémi puis j'ai attrapé ses cheveux noirs à pleines mains pendant qu'il me suçait, me léchait, me mordillait et me mangeait. Il a attrapé mes fesses puis m'a poussé plus près en inclinant la tête pour enfoncer davantage sa langue. J'ai presque crié alors que mes nerfs devenaient fous et que je pouvais à peine me tenir debout alors que la pression montait.
"D-Devin." J'ai hésité à l'avertir que j'étais prêt à venir. Il s'est éloigné et m'a regardé avec un pur désir.
"Va t'allonger sur le canapé." » demanda-t-il soudain. Je suis sorti de mon short et me suis retourné pour obéir, alimenté par le désir. C'était juste du sexe. Il m'a suivi dans le salon et m'a aidé à m'allonger sur le canapé. C'était doux et frais sous ma peau brûlante. Je suis restée docile pendant qu'il retirait ma chemise, détachait habilement mon soutien-gorge et les jetait tous les deux de côté. Il gémit puis prit mes seins dans ses mains pour les caresser. Je n'avais jamais imaginé que je pouvais me sentir aussi bien. Les mains et les lèvres de mon frère sur tout mon corps, un acte interdit, mais tellement beau.
Ses lèvres chaudes saisirent le bout de mon sein et ses dents pointues le mordirent tandis que sa langue massait le bout. Après quelques instants longs mais trop courts, il s'écarta pour se tenir à côté du canapé. Il ôta son T-shirt Greenday, révélant son torse maigre en bronze. Pas si musclé mais pas si mince, parfait. J'avais hâte de le sentir pressé contre mon propre corps. J'ai regardé avec des yeux vitreux alors qu'il enlevait son boxer, me révélant sa bite de 9 pouces. Ce n’était pas du tout ce dont je me souvenais. Ses mains l'entourèrent et il tira dessus tandis que ses yeux parcouraient mon corps nu. La douleur était insupportable maintenant et je me tortillais. Il a pris ma main et a forcé mes doigts autour et m'a guidé dans un mouvement de va-et-vient. J'ai été surpris de voir à quel point c'était chaud et dur. Il m'a laissé prendre le relais et sa tête s'est retournée alors qu'un fort gémissement quittait sa gorge. Le sentir et le voir m’a fait m’inquiéter de la façon dont cela allait s’intégrer en moi. Alors que j'y pensais, ma conscience criait depuis quelque part très loin, mais c'était trop loin pour que je me soucie de ce qu'elle avait à dire.
Il a fallu des siècles avant que ses mains ne touchent mes cuisses, les ouvrant pour qu'il puisse se glisser entre elles. Il s'est aligné en soulevant doucement mes hanches puis lentement il a poussé sa pointe palpitante à l'intérieur de moi. J'ai agrippé le tissu autour de moi et j'ai poussé un grand cri de douleur et de plaisir soulagé. Mon frère était en moi. Il poussa plus loin et gémit de chaleur. J'ai secoué sous lui, savourant chaque sentiment. Une douleur insupportable contrebalancée par un plaisir extrême. Je me suis déplacé sous lui et il m'a regardé étrangement et a expiré : « Oh mon Dieu, oui ! Faites ça.
J'ai tremblé sous lui et il a commencé à bouger contre moi en glissant dedans et dehors. Je gémissais et gémissais à chaque poussée et je me suis penché pour frotter mon clitoris alors qu'il me frappait plus vite. Il n'y avait pas de préservatif ni de vêtements pour séparer notre peau, juste la fine couche de sueur scintillante recouvrant nos corps nus alors qu'ils s'emboîtaient magnifiquement. J'ai commencé à me demander si nous pouvions vraiment continuer comme ça pour toujours, il viendrait dans ma chambre la nuit et me baiserait pendant que nos parents gémissaient et baisaient dans la pièce voisine.
Devin bougeait plus vite maintenant, il n'y avait plus de douceur lorsqu'il bougeait. Il respirait fort et haletait alors que j'étais allongé dans un coma provoqué par le désir et que je me mordais la lèvre inférieure. Il m'a attiré vers lui comme une possession et a baisé plus fort, me faisant crier.
"Devin… Devin." J'ai supplié, je ne savais pas si je le suppliais de s'arrêter ou d'avancer plus vite.
"Kas… Kas… bébé." J'ai gémi entre mes pantalons, me pressant de rester avec lui. Il m'a embrassé passionnément pendant que nos corps bougeaient avec une urgence frénétique. Le canapé grinça pour protester contre nos actions. Il a commencé à me lécher, ma bouche, mon cou, ma poitrine. Il y avait des bruits d'aspiration alors qu'il frappait contre moi et nos jus se mélangeaient et coulaient lentement comme du miel.
"Devin… oh mon Dieu !… baise-moi." J'ai scandé et il était plus qu'heureux de se conformer. Son corps était si chaud et solide, parfaitement capable de me soutenir dans mon état de faiblesse. Il m'a soulevé pour que nous soyons en position assise et sa main a tenu mon cou sous mes cheveux. Il m'a soulevé par les hanches et m'a abaissé sur sa queue et j'ai regardé son visage désireux.
"Kas bébé… viens avec moi." Dit-il en me serrant plus fort. Je me laissai emporter par les vagues de plaisir et sentis mon corps lâcher prise. Nous avons haleté ensemble, son cœur battant contre mes seins jusqu'à ce que finalement il crie et qu'une chaleur m'emplisse, me faisant crier son nom et venir aussi. Il m'a relâché et m'a laissé retomber alors qu'il continuait à me remplir et mes entrailles se sont accrochées à lui. Mes longs cheveux s'accrochaient à mon corps humide tout en serrant fermement mes seins.
Trop tôt, l'orgasme a disparu, j'en voulais un autre mais je n'étais pas sûr que mon corps puisse en produire un si peu de temps après le premier. Devin s'est allongé à côté de moi et nous avons respiré ensemble, épuisés. Ses bras s'enroulèrent autour de moi, me tirant aussi et je sentis sa bite non semi-dure reposer contre mon ventre plat. Soudain, j'ai réalisé ce que nous venions de faire et je me suis assis.
« Dévin ! » J'ai crié. Il a roulé des yeux et m'a regardé.
« Bon sang ! Pas si fort."
"Tu… tu es entré en moi!" J'ai accusé.
"Ouais…" dit-il sans comprendre pourquoi j'étais si bouleversé.
«Je… je ne prends pas de contraception et tu ne portais pas de préservatif!» J'ai expliqué en commençant à paniquer.
"Donc?"
"Et si je tombe enceinte ?!" M'écriai-je.
"Alors," commença-t-il en plaçant une main sur mon ventre. "Nous aurons quelque chose pour nous rappeler notre première… deuxième fois ensemble." Il sourit paresseusement dans ses cheveux humides et ébouriffés. J’ai été surprise de voir à quel point il était calme et, étrangement, cela m’a un peu détendu, même si je ne voulais toujours pas d’enfant à 16 ans. Il a levé la main, a pris une mèche de mes cheveux entre ses doigts et l’a caressée.
"La prochaine fois, j'utiliserai un préservatif si cela peut te faire sentir mieux." » Dit-il d'un ton désinvolte. J'ai remarqué qu'il avait dit « la prochaine fois ». Il se releva et embrassa le haut de mon sein gauche et poussa un soupir de satisfaction. La sensation de ses lèvres sur ma peau devenait si familière et essentielle. "En parlant de la prochaine fois…" commença-t-il puis m'embrassa sous le cou. "J'ai des projets pour la prochaine fois."

Articles similaires

Mes envies, besoins et envies

Je ne t'ai pas vu en personne depuis plus de quinze ans, mais je te vois dans mes rêves jour et nuit. Je pense à la nuit que nous avons eue ensemble et à la façon dont je veux me rattraper. J'étais jeune et inexpérimenté quand nous étions ensemble ce soir-là. Je ne savais pas quoi faire, alors je n'ai rien fait. Je veux effacer ça de ta mémoire et en faire un nouveau avec toi, qui te fera sourire à chaque fois que tu y penses. Je te veux. J'ai besoin de toi. Je désire vraiment être avec toi. J'ai...

2.1K Des vues

Likes 1

Guerre contre Geminar partie 3

Désolé, il a fallu si longtemps pour sortir cette partie de l'histoire. Mon ordinateur portable est tombé en panne et a dû le faire réparer. J'espère que cela valait la peine d'attendre. J'ai essayé de sortir cela dès que possible, j'ai peut-être raté quelques erreurs, donc je m'excuse à l'avance. Je me suis réveillé avec la tête qui tournait et des bourdonnements d'oreilles. J'ai eu l'impression que quelqu'un me regardait, puis cela m'est revenu comme un raz-de-marée. J'étais attaqué par la fille aux cheveux rouges dans le body soyeux quand je parlais à la reine. J'ai réalisé que j'étais resté au...

2K Des vues

Likes 0

Mon devoir patriotique

Je viens d'une famille de militaires. Bien que je ne me sois pas joint, j'ai toujours soutenu ceux qui le font. Un week-end, j'ai vraiment eu la chance de les soutenir, avec la bénédiction de mon mari ! Il était dans l'armée et il comprenait parfaitement ce qui se passait, l'encourageait presque. Nous voyagions à travers Dallas en rentrant de vacances. Nous nous sommes arrêtés dans un hôtel pour la nuit car nous n'étions pas pressés et avons passé la soirée à nous détendre un peu. Nous sommes descendus au bar de l'hôtel pour un dîner tardif et quelques boissons. Pendant...

1.9K Des vues

Likes 0

Bob Sluts Sa Femme Trophée Très Volontaire

BOB SLUTS SA FEMME DE TROPHÉE TRÈS VOLONTAIRE LE RÉCEPTICLE DE BITE VOLUPTUEUX : Bob a regardé par la fenêtre avant de sa maison et a regardé sa femme, Vicky, guider sa voiture de sport de luxe dans la longue allée circulaire et la garer juste après la porte d'entrée. Lorsque le Jag s'est arrêté, elle est sortie et il a vu son corps ridiculement bien construit onduler autour de l'arrière du véhicule et se diriger vers la porte d'entrée, se balançant de manière provocante sur ses bottes à talons aiguilles de 5 pouces. C'était un spectacle de durcissement de piqûre...

1.7K Des vues

Likes 0

Famille propriétaire - CH3 : Pas de retour en arrière

Ceci est la suite d'une histoire sur une famille qui se soumet à son voisin noir. Si vous n'aimez pas les histoires sur l'homosexualité, l'interracial, l'inceste, la bestialité ou le jeune sexe, passez à autre chose. Si vous aimez ces sujets, profitez-en. J'apprécie les critiques CONSTRUCTIVES. Les deux jours suivants se ressemblaient beaucoup. J'ai travaillé chez Ty pour apprendre ses investissements et améliorer son système de classement, si vous pouvez appeler cela un système. D'après ce que j'ai pu dire, il est entré dans l'argent qu'un membre de sa famille lui avait laissé alors qu'il était à l'université. Il a travaillé...

1.7K Des vues

Likes 0

Combat de chat 22 changements

TERMES tinton - 2 1/2 secondes spectre - 2 1/2 minutes Toton -   2 1/2 heures minton -  2 1/2 jours jourcon -  2 1/2 semaines Malant -  2 1/2 mois quantité  -  2 1/2 ans galant -  2 1/2 siècles Metson - 2 1/2 pouces maclon - 2 1/2 pieds heckson - 2 1/2 milles tetson -  2 1/2 acres unité -    2 1/2 cc Personnages Bill Axor (alias Ambrose) - Clan du Lion, Cit-Chac-Coh King Tomco Traxor - Le père décédé de Bill, clan Lion Roi Tobias Traxor - frère mort de Bill, clan Lion Reine Trianna Axor - La mère...

1.7K Des vues

Likes 0

Plus qu'elle n'avait négocié pour la partie 2

PLUS QU'ELLE NÉGOCIAIT POUR LA PARTIE 2 La partie 1 décrit «JB», une fermière veuve et aisée qui a un ami qui lui avoue (en état d'ébriété) qu'elle a le fantasme d'être retenue avec une barre d'écartement et que JB la surprend, la retient, la taquine puis la libère et la laisse furieuse à propos de tout l'incident…. Ramenant mon sac de friandises à mon camion, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en l'entendant crier et m'insulter pendant toute la promenade. Je suppose que mon scénario de viol était peut-être un peu trop pour elle. Eh bien, elle appellera soit...

1.7K Des vues

Likes 0

Domination sur faible

Karen a mis fin à ses dix-huit ans. Elle a cinq frères et sœurs, elle était l'aînée. Ils avaient une situation financière difficile comme beaucoup d'autres personnes ces derniers temps. Il était temps pour elle de chercher parfaitement un emploi avec une chambre à louer ou quelque chose comme ça. En raison de mauvaises conditions, elle ne pouvait pas se permettre beaucoup de choses. Pourtant, c'était une belle fille. Même avec sa petite taille de 5 pieds (1,65 m), elle avait des jambes longues et minces incroyables, des bras fins avec de longs doigts. Heureusement, sa mère a réussi à lui...

1.6K Des vues

Likes 0

Cris collants

Elle mesurait environ 5 pieds 6 pouces, principalement des jambes, avec une belle peau bronzée, des cheveux bruns jusqu'aux épaules. Elle avait une belle poitrine quelque part autour de 36 ou 38 Full C. qu'elle avait sur une jupe noire courte fuck me et un débardeur rose. Des chaussures noires sexy de 3 pouces. Nous sommes sortis pour un bon dîner, puis nous sommes allés voir un film de filles séveux. Il était temps de la ramener chez elle. Je me sentais un peu déçu par ce point, je n'obtenais aucune indication qu'il y aurait un jour un deuxième rendez-vous. Nous...

1.5K Des vues

Likes 0

JJ : Retrouvailles avec papa

Il regardait un film au sous-sol, la lumière bleue scintillante donnant à son visage un air un peu extraterrestre. Maman l'avait renvoyée de la salle familiale, elle avait une sorte de soirée vin avec ses amis. Papa aimait généralement être laissé seul lors des soirées vin de maman... quelque chose à propos des niveaux d'œstrogènes trop élevés. Elle savait qu'il était un peu grincheux aujourd'hui, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas prêté attention à elle. Ses amis étaient au camp d'été et elle s'ennuyait et se sentait seule. Elle s'approcha du canapé et s'appuya contre le dossier, frottant paresseusement...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.