Belle Lily

176Report
Belle Lily

Note de l'auteur : si vous n'êtes pas fan des histoires où la majorité des personnages ont peu ou pas de morale, veuillez ne pas lire ceci. Tu as été prévenu. Passez votre chemin si ce concept ne vous intrigue pas. Il y a des gens maléfiques et foutus dans cette histoire. Le fils sexuellement actif peut être le moindre des maux.
Ce n'est pas une histoire d'amour légère. Son compagnon "Juicy J" est beaucoup plus optimiste et léger. N'hésitez pas à lire cette histoire (sur la sœur de Lilly) si vous préférez ce style.
Celui-ci est également un conte en couches avec plusieurs personnages. Un personnage mineur peut dire quelque chose qu'un autre personnage majeur tire d'un autre plus tard. Les choses sont liées. Si vous voulez un conte plus simple avec seulement deux personnages, ne lisez pas ceci.

Merci pour l'édition à Todger65.


Belle Lily

Chapitre 1

Lily pleurait. La gifle que sa mère lui a donnée a provoqué l'effondrement de la femme de 36 ans. Bien que la douleur de la gifle n'ait pas été la principale cause de ses larmes, son monde s'effondrait. Elle soupçonnait son mari, Judd, d'avoir une liaison. Lilly a également fait quelque chose qu'elle a juré à sa sœur jumelle qu'elle ne ferait jamais - aller voir leur mère pour obtenir de l'aide.

« Prends-toi Lilly ! Sa mère, Darla, l'a réprimandée. « C'est toi qui l'as provoqué !

Lilly a essuyé ses larmes et a hoché la tête en reniflant, elle a pu rassembler une réponse calme: "Je ne sais tout simplement pas quoi faire."

« Vous ne savez pas quoi faire ? Je vais vous dire quoi faire », a déclaré Darla en pointant son index sur le visage de sa fille,« vous sortez et vous faites ce qui est nécessaire pour rendre cet homme jaloux et réaliser ses erreurs.

"Je n'ai pas de preuve qu'il est -", a répliqué Lilly.

« Oui. Votre intuition. Tu sais que c'est vrai, l'interrompit Darla.
Lilly hocha la tête une fois de plus, regardant le sol. Sa vie sexuelle et celle de Judd étaient tombées dans les toilettes, il travaillait plus tard dans le cabinet d'avocats, son corps s'était amélioré, devenant plus sexy qu'il ne l'était déjà, provoquant souvent des fantasmes de masturbation chez Lilly alors qu'elle était allongée seule tard dans la nuit. Elle a même vu des morceaux de poils pubiens dans la salle de bain, sur le sol autour des toilettes ou de la poubelle. Elle devina qu'il faisait sa toilette et qu'il avait dû rater quelques poils.

Les larmes coulant à nouveau, Lilly a demandé: "Qu'est-ce que je fais?"

« Tu trouves un homme, tu l'emmènes au lit et tu couches avec lui. Judd sentira son eau de Cologne, il le remarquera, il comprendra les choses et il reviendra vers vous en rampant. Les hommes comme lui me dégoûtent », a déclaré Darla, faisant grimacer sa fille à ses mots durs.

«Ils épousent quelqu'un, mais ont toute une écurie de femmes à côté. À la seconde où leur femme solitaire à la maison le comprend et dort, il se sent menacé; il ne veut pas perdre cette petite femme, sa maison et ses jouets lors d'un divorce. Il va donc changer. Tout comme votre père », a déclaré Darla, parlant de son expérience personnelle.

Lilly était assise à la table de la cuisine, frottant ses tempes palpitantes. "Je ne sais tout simplement pas", a déclaré à travers les larmes.

« Cherchez des opportunités. Appelle ta cousine, Marie, elle couche avec son mari depuis qu'ils sont ensemble », a expliqué Darla, se versant plus de café dans la cuisine derrière Lilly.

Un million de pensées traversaient la tête de Lilly. Elle a remis en question sa logique pour aller voir sa mère pour obtenir de l'aide. Cependant, elle n'avait pas d'amis, pas de vie sociale, personne vers qui se tourner. Elle ne voulait pas aller parler à un psychiatre ou à un conseiller de ses problèmes, alors elle a cédé et a parlé à la seule personne qu'elle avait promis à sa sœur de ne pas faire. Lilly a alors pensé à sa jumelle, Jessica, ayant fui la Floride peu après avoir eu 18 ans et vivant maintenant à Los Angeles. Ils n'avaient pas parlé depuis un certain temps; Lilly ne voulait pas accabler Jessica avec ses problèmes.

L'idée d'avoir des relations sexuelles avec un autre homme faisait pleurer Lilly encore plus. Elle était incroyablement timide et introvertie. Elle supposait que rencontrer quelqu'un par elle-même serait presque impossible.

"Je vais appeler Marie et lui dire de t'appeler, car je sais que tu n'as probablement pas le courage de le faire toi-même," Darla roula des yeux depuis la cuisine. « Vous deux pouvez faire du shopping, sortir, Marie peut vous installer avec une de ses amies. Je ferai tout le travail pour toi, cette fois.

« Si ton mari idiot ne comprend pas que toi aussi tu couches, alors tu es seule. Cela vous servira bien pour épouser un salaud comme lui », a déclaré Darla en posant son café sur la table.

"Comprenez vous?" Darla a demandé un sourire suffisant sur son visage.

Lilly hocha la tête une fois de plus, soupirant pour elle-même. "Bien, maintenant partez, j'attends de la compagnie."

Lilly a fait ce qu'on lui avait dit et est rentrée chez elle. Quelques minutes plus tard, elle arriva, se dirigea directement vers sa chambre, ferma la porte et pleura en s'asseyant sur le lit. Elle s'est ressaisie et a finalement laissé les conseils de sa mère s'imprégner. "Peut-être que ça marcherait, comme ça l'a fait avec papa", pensa-t-elle.

En se levant, debout devant le miroir de la salle de bain, elle remarqua que ses racines rouges se montraient. Elle a décidé de mettre une nouvelle couche de teinture noire si elle et Marie sortaient. Lilly secoua la tête, regardant son visage, mécontente de sa peau pâle et blanche. Elle sourit, observant son sourire en dents de scie corrigé. Sa supraclusion n'était pas aussi grave qu'elle l'était à l'adolescence, son mari complimentant son sourire blanc nacré, ses incisives légèrement proéminentes et sa "jolie petite bouche" comme il l'appelait au début de leur relation. Maintenant, Lilly ne se souvenait pas de la dernière fois que Judd l'avait complimentée.

Lilly étudia sa bouche, elle était légèrement petite, mais avait de belles lèvres charnues. Elle se souvenait de ses années d'adolescence, suçant la bite de Judd, l'écoutant la pressant avec suffisance de "sucer cette bite de cheval". Sa bouche lui faisait mal après, mais elle aimait chaque seconde, et chaque centimètre de celle-ci.

Judd était avec qui elle avait perdu sa virginité. Ils ont commencé à se fréquenter au lycée. Lilly le regardait jouer au football depuis les gradins, pensant à quel point elle avait de la chance de l'avoir, pas les pom-pom girls. Elle se souvient que Judd lui avait dit il y a longtemps que lorsqu'elle avait commencé à se présenter à ses jeux en 10e année pour le regarder, il se demandait s'il avait déjà couché avec elle. À l'âge de 17 ans, Lilly était enceinte de leur seul enfant, Jake.

Lilly fixa ses yeux vert clair dans le miroir, souriant légèrement, contente que son visage ait l'air encore assez jeune – presque pas de rides, et un peu enfantin en apparence. Elle se faisait encore régulièrement carder à l'épicerie lors de l'achat de vin. Elle s'est même trompée d'étudiante à la bibliothèque voisine lors d'une de ses séances de chasse aux livres il y a quelques mois. Ce sourire s'estompa rapidement lorsqu'elle repensa à Judd.

Elle a demandé pourquoi elle l'avait épousé. Elle se demanda si c'était à cause de sa grosse « bite de cheval » comme il l'appelait. Lilly pensa à sa personnalité. Judd était arrogant, arrogant, fonceur et un leader avide de pouvoir. Il était tout le contraire de Lilly. Elle était calme, réservée, douce et une suiveuse, pas une dirigeante. Elle se sentait en sécurité avec lui, comme s'il était en contrôle, comme s'il prenait soin d'elle. Elle est restée avec lui. Elle a suivi Judd dans le même collège, couchant avec lui, tout au long du chemin, puis l'épousant peu de temps après l'obtention de son diplôme.

Ses parents aident avec plaisir à élever leur fils, Jake, tandis que Lilly et Judd terminent leurs études. Judd est allé à l'école de droit; Lilly a élevé Jake, travaillant des emplois à temps partiel ici et là pendant que les parents de Judd continuaient à participer. Il n'a pas fallu longtemps à Judd pour gravir les échelons dans un cabinet d'avocats d'affaires à Miami, déménageant sa famille dans un quartier chic, payant pour Lilly faire ligaturer ses trompes, payer des soins dentaires correctifs et payer pour la vie luxueuse qu'ils mènent maintenant.

Lilly secoua la tête une fois de plus. Il était temps pour elle d'inspecter son corps. Se déshabillant, debout nue devant le miroir de sa salle de bain, elle regarda son corps pâle. Elle était un sablier maigre de 5 pieds 8 pouces. Elle n'était pas trop sinueuse, un peu petite et avait des seins ronds, guillerets, de taille moyenne avec de petits mamelons. Elle passa ses doigts dans ses cheveux noirs teints, laissant ses mèches tomber sur ses seins, avant de repousser les cheveux par-dessus son épaule.

Se tournant sur le côté, elle observa ses fesses et ses cuisses. Ils n'étaient pas trop musclés ou toniques; cependant, elle était fière de son cul rond.

"Pourquoi ne pourrais-je pas simplement proposer des relations sexuelles plus souvent?" se demanda-t-elle en remettant ses vêtements. Elle connaissait la réponse - elle ne voulait pas déranger Judd, elle ne voulait pas le déranger au cas où il serait trop occupé ou aurait trop de choses en tête. Lilly voulait qu'il fasse les premiers pas pour qu'elle sache sans aucun doute qu'il voulait du sexe.

Plus tard dans la nuit, avant de dormir, Lilly a pensé à Judd et à elle il y a neuf ans sur la plage un soir pour célébrer leur cinquième anniversaire.

"Chut, chut, tu dois être calme bébé", a déclaré Judd, roulant sur elle dans le sable, alors que le clair de lune brillait sur eux.

Se mettant à genoux, il la releva, se leva et marcha jusqu'à l'eau. Lilly gémit aussi doucement qu'elle le pouvait, passant ses mains sur les énormes biceps et les épaules de Judd, tandis qu'il la faisait rebondir dans l'eau. Il l'avait convaincue de venir sur cette plage isolée cette nuit-là. Elle était nerveuse à l'idée de se faire prendre, mais a fait confiance à son leadership et s'est soumise à lui.

« Qu-qu-qu'en est-il des requins ? » Lilly a réussi à demander entre deux respirations.

"Je vais juste l'effrayer avec ma bite de cheval, bébé", a plaisanté Judd.

« Ah ! Oui!" cria-t-elle dans la nuit d'été humide.

Lilly secoua le souvenir de sa tête, pleurant pour s'endormir.



Chapitre 2

Lilly a passé plus de temps avec sa cousine, Marie, la semaine suivante qu'elle ne l'avait fait depuis des années. Marie l'a emmenée faire du shopping, lui achetant des robes courtes sexy, de nouveaux produits de maquillage et des chaussures. La grande blonde aux gros seins savait exactement quoi acheter et chercher.

Lilly ne se sentait pas sexy, mais Marie lui a assuré qu'elle l'était. "Wow, je fais du bon travail", sourit Marie, mettant la touche finale au maquillage des yeux de Lilly. Le rouge à lèvres rouge vif, le fard à paupières de style fumé et ses cheveux peignés longs et séparés au milieu étaient tout à fait différents de l'apparence plus intime habituelle de Lilly.

"Nous allons passer une excellente soirée", a déclaré Marie en sautant dans sa voiture. La tante Darla de Marie l'avait informée de la situation de Lilly. Marie était heureuse d'aider sa cousine.

« Nous rencontrons deux amis ce soir. Ils sont frères. Je serai le rendez-vous de Ronnie et tu seras celui de Rodney », a expliqué Marie en conduisant.

"Mmm, il va t'aimer !" dit-elle en tapotant la cuisse nue de Lilly, sa robe courte rose vif remontant.

"Je n'arrive pas à croire que je traverse ça", pensa Lilly en regardant par la fenêtre côté passager. Elle a à peine vu Judd la semaine dernière, quand elle l'a fait, il n'y a pratiquement pas eu de mots échangés. Elle voulait qu'il lui arrache ses vêtements et l'emmène, mais il n'a montré aucun intérêt à interagir avec elle. La plupart des nuits ont été passées à pleurer pour s'endormir, après que Judd soit rentré tard. Tout cela l'a amenée à croire que le plan dérangé de sa mère dérangée pourrait en fait avoir un certain mérite et pourrait en fait amener Judd à en tenir compte davantage.

***

Rodney a percuté Lilly par derrière, sa main l'immobilisant par le cou, l'autre agrippant sa taille. Elle criait de plaisir et de douleur – mais surtout de douleur.

« Ah ! » Elle cria une fois de plus, ses mains agrippant ses draps, ses jointures devenant blanches. Il était énorme, il était puissant, c'était une pure brute.

Une autre poussée puissante en elle, et il gémit, laissant son col douloureux. Lilly n'arrivait pas à croire qu'elle allait jusqu'au bout, mais l'odeur de Rodney remplissait sa chambre.

Une autre heure passa et Rodney dégoulinait de sueur sur le dos de Lilly, la tenant par les poignets, la frappant à plusieurs reprises, secouant violemment le lit. Les yeux de Lilly roulèrent à l'arrière de sa tête, ses seins pendants tremblant à chaque impact violent. "S'il te plait travaille, s'il te plait travaille, s'il te plait remarque ça," se dit-elle, sentant son corps se tendre, souhaitant de toutes ses forces que Rodney soit Judd.

La grande brute gémit à nouveau, glissant sa queue, la caressant plusieurs fois et pulvérisant du sperme sur tout le dos de Lilly. Il avait fini, enfin.

"A plus tard," dit Rodney en rassemblant ses vêtements, en trouvant ses clés.

Lilly était allongée là, reprenant son souffle, le sperme séchant sur son dos. Elle était si proche de jouir, en pensant à Judd et à ce plan, mais n'a jamais été en mesure de le réaliser.

Un peu plus tard, elle s'est glissée hors du lit, a essuyé le sperme de son dos avec certains de ses vêtements sales et s'est remise au lit, toujours nue. Elle était bien réveillée, dans la chambre sombre, quand Judd arriva enfin à la maison, sans rien dire, sans remarquer qu'elle était nue.

***

Rodney était là tous les deux jours pendant le mois suivant. Il quittait la salle de gym et allait chez Lilly, la cognant contre le mur de la douche. Il venait parfois après minuit, quand Judd était à la maison, Lilly le rencontrant dehors, rebondissant sur lui dans sa voiture, espérant que son mari l'entendrait ou le verrait. Rien n'a fonctionné.

Lilly s'est retrouvée à en profiter, se sentant mieux, pensant que peut-être que si Judd dormait, elle l'était aussi, et ils étaient maintenant à égalité.

Rodney a laissé des shorts de sport, des caleçons, Lilly dormait nue d'habitude, ne prenant pas la peine de laver le sperme de son visage ou de son dos - mais rien n'a fonctionné. Il n'y a eu aucun changement dans le comportement de Judd.
Lilly se retrouva une fois de plus chez sa mère. « Tu sais au fond de toi que tu es une pute. Commencez à agir comme ça ! Darla la gronda encore.

"Je ne suis pas une pute !" Lilly a pleuré.

« Oh, ne me donne pas ça. Oui, vous l'êtes. Vous ne l'avez tout simplement pas encore réalisé. Sortez et couchez avec quelqu'un proche de Judd, comme un client ou un partenaire commercial. Il va sûrement comprendre », a expliqué Darla en prenant une gorgée de vin.

Lilly a commencé à pleurer, elle ne savait pas à qui s'adresser. Elle ne connaissait aucun des contacts d'affaires de Judd. Heureusement pour elle, l'occasion s'est présentée.



chapitre 3

Il y avait de rares occasions, peut-être une fois par an, où Judd invitait Lilly à un événement avec lui. Habituellement, l'un de ses clients ouvrait un nouvel immeuble de bureaux, une nouvelle entreprise ou venait de fermer une propriété, etc. Judd était l'un des avocats qui a supervisé certaines de ces transactions commerciales. Il a été invité à des inaugurations de temps en temps. Lilly, qui se méfiait maintenant de Judd, supposait qu'il l'invitait seulement à se faire passer pour un homme gentil et axé sur la famille à un client particulier.

Lilly a choisi l'une des robes sexy que Marie lui a achetées, sans recevoir un seul compliment de Judd, et l'a accompagné.

Ajustant sa robe dans le miroir de la salle de bain de l'hôtel où se tenait le dîner et la fête, ses lèvres se retroussèrent en un petit sourire : « Je vais trouver quelqu'un de plus proche de Judd ce soir. Je vais l'emmener au lit.

Le peu de confiance qu'elle a gagnée a été perdue lorsqu'elle est rentrée dans la salle des congrès, voyant ses assistants avoir doublé de taille, son introversion a commencé. Cela allait être un défi pour Lilly de se convertir avec quelqu'un, encore moins un étranger. , dans l'espoir que cela mène au sexe.

Elle a regardé Judd extraverti, discuter et rire avec Don. Il vivait dans le même quartier et était associé du cabinet d'avocats. Lilly a pensé à lui parler, mais elle était trop nerveuse. En regardant autour de la pièce, elle vit trois personnes qu'elle connaissait.

Elle a vu Wayne et Denise, le couple qui vivait à côté, et elle a vu Ronnie. Elle était surprise de le voir là, ne sachant pas comment il était lié à cet événement. Elle s'éclaircit la gorge et tapota le bras de ce grand homme noir par derrière.

"Oh hey! Lilly n'est-ce pas ? dit Ronnie. Lilly sourit et hocha poliment la tête.

"Comment allez-vous?" Il a demandé.

"Je vais bien. Toi? Comment êtes-vous associé à cela ? » a demandé Lily.

"Super!" Ronnie a répondu, beaucoup plus amical et optimiste que son jeune frère, Rodney. "Eh bien, je fais du marketing et des ventes pour le propriétaire de l'entreprise qui a acheté cette propriété et développé le centre commercial. J'ai donc été invité à l'événement aussi. Tu?"

"Mon, euh," Lilly fit une pause, pensant qu'elle ne voulait pas que Ronnie sache qu'elle était mariée, mais pensa que cela n'avait pas d'importance, "le mari fait partie du cabinet d'avocats qui a fait la diligence raisonnable. Des trucs comme ça », a répondu Lilly.

"Oh génial, génial", a déclaré Ronnie en jetant un coup d'œil au décolleté de Lilly. "Voulez-vous du punch ?"

Lilly jeta un coup d'œil à Judd, le voyant rire, toujours en train de parler à l'un de ses partenaires. "Bien sûr," sourit-elle.

Lilly se sentait mal à l'aise au milieu de la salle de congrès bondée. Tout le monde parlait, interagissait avec les autres, et elle restait simplement là, attendant le coup de poing qui tardait à arriver. Elle regarda la table et vit Ronnie parler et rire avec Denise – sa voisine.

Lilly avait toujours été un peu envieuse de Denise. C'était une magnifique brune avec une silhouette sinueuse, de gros seins et des cheveux longs et épais. Sa personnalité était aussi quelque chose d'admirable. Extravertie, aimable, drôle, charmante, extravertie, tout ce que Lilly n'était pas. Denise se maquillait à peine, elle n'en avait pas besoin, un peu d'ombre à paupières, c'était ça. Lilly, suivant la tutelle de maquillage de Marie, a senti que la sienne était collée. Denise était aussi très gentille avec le fils de Lilly, Jake, peut-être même un peu trop gentille. Lilly trouvait souvent Jake debout près de la clôture qui séparait leurs arrière-cours, parlant et riant avec Denise. Parfois, il allait nager là-bas. Lilly a supposé que Jake, qui avait quelques années de moins que le fils de Denise comblait simplement un vide pour elle.

Plusieurs minutes passèrent, pas de coup de poing, pas de Ronnie. Elle regarda là où elle l'avait vu pour la dernière fois, il était parti. Lilly quitta la grande pièce, déçue, se sentant idiote, voulant un peu d'air frais pendant quelques minutes. En descendant le couloir, le bruit de la foule devenant de plus en plus silencieux alors qu'elle se dirigeait vers une sortie, Lilly entendit un nouveau son.

Il venait du stockage le plus proche. Lilly y colla son oreille, écoutant des gémissements, des grognements et des gifles. Elle haleta et ouvrit lentement la porte du placard pour jeter un coup d'œil à l'intérieur. Ses yeux s'écarquillèrent quand elle vit Denise, complètement nue, accroupie de haut en bas sur la bite de Ronnie, ses mains se calant juste en dessous de sa poitrine. Ses mains étaient derrière sa tête, il souriait en regardant Denise rebondir sur lui, la bouche ouverte, le visage tordu de plaisir.

Lilly ferma silencieusement la porte d'entrée et retourna rapidement dans la grande salle de banquet. Elle s'est immédiatement approchée de Wayne, le mari de Denise, et lui a dit bonjour.

***

Wayne a souri, allongeant doucement Lilly sur le dos dans son lit. "Je te veux depuis que j'ai emménagé dans la maison de cette garce", a-t-il dit, se référant à sa femme. Il embrassa sa bouche, puis lécha le long de son cou, jusqu'à ses seins.

"Je vais profiter de ça", a déclaré l'avocat à l'air suffisant, la fin de la quarantaine, suceur de sang. Après que Lilly ait dit bonjour, une heure plus tard, ils étaient de retour chez Wayne, sur son insistance, nus et au lit. Lilly voulait que cela se produise dans son lit, mais s'est dit que c'était bien, puisque c'était juste à côté de chez elle.

« Et Denise ? a demandé Lily.

«Je lui ai envoyé un texto pour lui faire savoir que je ne me sentais pas bien et que je rentrais chez moi. Je suis sûr qu'elle se fera conduire par quelqu'un », a déclaré Wayne, épinglant les mains de Lilly. Atteignant de l'autre côté de son lit, il trouva sa ceinture.

"Prêt?" a demandé Wayne. Lilly déglutit et hocha la tête. Wayne a attaché ses poignets à l'un des rails de la tête de lit.

Cela a duré des heures, bien après minuit. Il la dominait, la giflait, la mangeait et la baisait royalement. Lilly pensait que si seulement c'était Judd qui faisait ça, ce serait incroyable. Mais ce n'était pas Judd, c'était un imbécile avec qui il travaillait à côté qu'elle espérait que Judd viendrait la chercher et la trouverait là-bas. D'une manière déformée et psychotique, Lilly pensait que se faire prendre la rapprocherait de Judd.

Elle avait mal quand elle est partie. Lilly sortit en boitant de la porte d'entrée de Wayne, voyant une étrange voiture garée dans son allée. La voiture tremblait et se balançait d'avant en arrière. Lilly entendit les cris étouffés d'une femme qui jouissait. Elle a supposé que c'était Denise et Ronnie mais n'était pas sûre. Elle est rentrée chez elle, s'est douchée, est montée dans un lit vide. Elle a recommencé à pleurer. 30 minutes plus tard, Judd est enfin arrivé.



Chapitre 4

« Ah ! » Lilly cria de douleur. Elle était à quatre pattes sur le lit de Wayne, ligotée, fessée avec une ceinture. Ses fesses et son dos avaient de gros petits rouges dessus.

"Prends-le! Putain!" cria Wayne en la fouettant à nouveau.

« Je ne suis pas une pute », pensa Lilly. Sa liaison avec Wayne durait depuis un mois. C'était début mars. Wayne l'a encore fouettée. Elle y était habituée. Elle avait été attachée, bâillonnée, giflée, sodomisée, urinée dessus – Wayne était dégoûtant.

Quelque part au fond de son esprit, surtout après être rentrée tard pour trouver Judd endormi ou pas du tout là, elle a apprécié ça. Elle aimait être prise et dominée de cette façon. Mais cette stratégie ne fonctionnait pas.

Wayne était au-dessus d'elle, se frottant contre elle aussi fort qu'il le pouvait, sa main sur sa gorge, ses mains liées au-dessus de sa tête. Il jouissait à nouveau, sauf cette fois; il l'étouffait trop fort. Les yeux de Lilly roulèrent à l'arrière de sa tête, elle ne pouvait pas respirer. Finalement, Wayne relâcha sa prise et roula d'elle. Il l'a déliée et lui a demandé de nettoyer sa queue.

« Non, je dois y aller. Nous avons terminé », a déclaré Lilly en saisissant ses vêtements.

"Fait? Que veux-tu dire?" dit Wayne.

"Je pars. Nous en avons fini avec ça », a expliqué Lilly en enfilant sa chemise.

« Si tu pars, je dirai à ton mari que tu m'as séduite. Je lui dirai que tu m'as saoulé, et – », a déclaré Wayne.

"Vas-y," l'interrompit Lilly, sortant par la porte, le laissant sans voix. Elle a regardé dans leur jardin et a vu Denise, allongée sur une chaise près de leur piscine, riant tout en parlant sur son téléphone portable avec quelqu'un, inconsciente et ne se souciant pas de ce qui se passait chez elle. Lilly se demandait pourquoi eux aussi étaient toujours mariés.

***

Lilly est allée voir sa mère le lendemain. Elle était à court d'idées. Elle pleurait, disant qu'elle avait échoué, que rien ne fonctionnait et que rien ne changeait les choses. Elle a reçu une autre gifle, suivie par sa mère lui rappelant qu'elle était une pute et qu'elle devait agir comme telle.

Lilly a commencé à contrer Darla, insistant sur le fait qu'elle n'était pas une pute, mais n'a pas pris la peine.

« Frappez-le là où ça fera le plus mal. Son sang », a déclaré Darla.

"Quoi? Qu'est-ce que tu racontes?" dit Lilly à travers les larmes.

« Sa chair et son sang », dit Darla en haussant un sourcil. Lilly regarda confus.

« Son fils, Lily. Sa chair et son sang. Frappez-le là-bas et il le remarquera, il sera le plus blessé, il sera mastic dans votre main pour penser que vous avez eu recours à votre propre enfant pour vos besoins », a déclaré Darla.

"Pensez à quel point il serait humilié de savoir que vous vous êtes abaissé à ce niveau. ‘Qu’est-ce que j’ai fait ?’ gémira-t-il. ‘Comment ai-je pu la pousser à faire ça ?’ criera-t-il. Ensuite, il vous en parlera, peut-être verra si vous pouviez tous les deux obtenir des conseils et réparer tous ces dégâts », a expliqué Darla.

Lilly regarda sous le choc, la bouche ouverte, les larmes arrêtées.

"Jake ressemble exactement à Judd. N'est-ce pas? Ses épais cheveux noirs, ses yeux magnifiques, son sourire éclatant, ses traits ciselés. Ooh je parie que ça brûlera si bien, mmm, » Darla ferma les yeux, savourant ses mots.
Lilly se leva, tournant le dos à sa mère, regardant dans son jardin. Elle ne savait pas quoi répondre. Elle secoua la tête et murmura : « Je ne peux pas.

« Vous ne pouvez pas ? Vous ne pouvez pas? Ne me donne pas ça !" Darla fit pivoter Lilly pour lui faire face. « Aucun homme sain d'esprit ne pourrait te résister ! Aucun homme ne pourrait y résister ! Darla a écarté le bouton de sa fille, les boutons ressortant. Elle a ensuite baissé le soutien-gorge, révélant les seins de Lilly.

"Comprenez vous? Aucun homme, pas même ton fils ! Darla a attrapé les seins de Lilly, les serrant fort et s'est penchée de près, "pas même votre père", a-t-elle ricané avant de relâcher les seins de Lilly.

Darla a récupéré plus de vin de son réfrigérateur, se versant un autre verre à 11h.

"Sortez", a-t-elle dit à Lilly.

Lilly ferma la bouche, ajusta son soutien-gorge, remonta sa chemise, attrapa ses clés et son sac à main et partit sans dire un mot à sa mère folle.

De retour à la maison, Lilly s'est assise sur le lit de Jake, pensant à l'étudiant de première année, espérant qu'il allait bien à l'école à Atlanta. Elle a essayé de garder son sang-froid aussi longtemps qu'elle le pouvait, mais en quelques minutes, elle a recommencé à pleurer, repensant à ses actions horribles des deux derniers mois, pensant à son fils, à quel point elle l'aimait. Elle ne lui ferait jamais de mal comme ça.

Lilly se retourna, essuya ses larmes, tenant fermement l'un des oreillers de Jake. Elle finit par s'endormir, ignorant ses regrets, ignorant les conseils de sa mère. Jake serait à la maison dans deux semaines pour les vacances de printemps.



Chapitre 5

Lilly s'est réveillée quelques heures plus tard, toujours sur le lit de Jake. Les pensées de la suggestion de sa mère ont inondé son esprit une fois de plus. Elle songea à rappeler Wayne, mais décida de ne pas le faire. Elle en avait fini avec ça.

Des pensées de colère envers Darla revinrent dans son esprit une fois de plus. Si seulement sa sœur, Jessica, était au courant de son échec.

***

"Promettez-vous?" Jessica, 18 ans, a demandé à sa sœur plus jeune de 10 minutes, Lilly.

"Je promets," dit Lilly.

Ce jour était leur 18e anniversaire. Ils avaient conclu un pacte pour éliminer leur mère de leur vie. Ils détestaient la façon dont elle les traitait, ils détestaient la façon dont elle traitait leur père bien-aimé, au fond ils la détestaient.

Ici, les deux jumelles se tenaient, nues, dans leur chambre, se tenant la main, faisant leur pacte. "Commençons", a déclaré Jessica.

De la teinture noire coulait dans leurs cheveux roux ; ils n'auraient plus la même couleur de cheveux que leur mère. Ils ne compteraient plus sur elle, n'auraient plus besoin d'elle ou ne seraient plus proches d'elle. Jessica partait, s'enfuyait à travers le pays. Lilly emmenait son bébé et traversait la ville avec les parents de Judd.

Ils se douchèrent ensemble, nettoyant leurs cheveux fraîchement teints. Ils se séchèrent, enroulant des serviettes autour de leur corps.

Ils ont fait leurs valises ensemble. Jessica a conduit Lilly chez Judd. Ils se tenaient la main, se regardant dans les yeux à l'extérieur de la voiture de Jessica. Ils ont partagé un long, lent et affectueux baiser d'adieu. Jessica est partie, Lilly est entrée dans sa nouvelle maison.
Jessica est partie et n'a jamais regardé en arrière. Lilly s'est cachée à travers la ville, évitant sa mère comme la peste. Darla a déménagé un peu à Tampa Bay, son mari, le père de Lilly, quittant finalement la sorcière quelques années plus tard - personne ne sait où il s'est enfui. 10 ans ont passé, Darla était depuis retournée à Miami. Par culpabilité, Lilly l'a cherchée; ses tentatives pour faire amende honorable et reconstruire une relation avec sa mère ont évidemment conduit à plus de douleur.

La voici assise dans la chambre de son fils, sa mère lui ayant suggéré de commettre des actes désespérés et dérangés.

***

Une semaine plus tard, Lilly se promenait le long de la même plage où elle et Judd avaient fait l'amour lors de leur 5e anniversaire. Elle était seule, pensant au divorce. Elle pensa à sa tante qui se trouvait à Atlanta. Peut-être qu'elle pourrait rester avec elle, si son mariage avec Judd prenait fin. Elle pensait que ce serait bien. Jake est allé à l'université là-bas; peut-être qu'ils pourraient traîner quelques-uns.

Elle pensa à la suggestion de Darla, la secouant de sa tête à chaque fois. Il n'y avait rien qui la ferait même essayer de séduire Jake.

Une heure plus tard, son monde s'effondrait encore plus.

Elle l'a entendu dès qu'elle est entrée chez elle – les gémissements et les cris d'une femme en plaisir. "Ça y est," pensa-t-elle solennellement, "c'est comme ça que ça va finir."

Judd l'appelait par son nom, la percutant par derrière, se tenant à côté de leur lit. Elle était grande, 6 pieds, de longues jambes, une peau brun foncé et des cheveux noirs. « Fernande ! Oui!" cria Judd en lui tapant le cul plusieurs fois. Lilly avait vu son mari avec l'une des nombreuses femmes qu'il avait dans son écurie.

Lilly s'est immédiatement enfuie, est montée dans sa voiture et a filé. Elle a trouvé un parking à proximité, s'est arrêtée et a commencé à sangloter.

Puis la rage est venue - la rage aveuglante et incontrôlable. Elle a commencé à claquer son poing dans le volant, puis à claquer la console centrale, puis à lancer tout ce qu'elle pouvait trouver, et enfin, à crier.

Il n'avait pas remarqué ses propres indiscrétions parce qu'il était trop occupé à dormir. Elle se sentait incroyablement stupide. La haine pour sa mère et elle-même l'a consumée.

Appuyant sa tête sur le volant tandis que, sanglotant, une pensée lui traversa l'esprit. Le mot insensé de sa mère résonnait dans sa tête. Lilly serra les poings et serra les dents, prononçant ces mots à haute voix ; "sa chair et son sang".



Chapitre 6

Julie, une mère célibataire de 39 ans, a passé ses mains de haut en bas sur le torse musclé de Jake, 19 ans, en lui souriant. Ses jambes étaient verrouillées autour de ses fesses toniques, le maintenant en place pendant qu'il travaillait. Elle regarda son corps, gémissant intérieurement, admirant sa poitrine, son ventre, ses bras et une autre chose. Jake sourit à Julie, sortit sa queue d'elle, la laissant reposer sur son ventre plat.

"Mmm, une si belle bite", a plaisanté Julie avec son jeune amant.

Jake sourit, rougit et secoua la tête avant de la replonger en elle. Couché sur elle, roulant ses hanches, il la sentit se tendre sous lui, embrassant son cou, espérant lui apporter un autre orgasme.

Julie était l'une des nombreuses femmes de l'écurie de Jake. Il y avait une femme qu'il a rencontrée au gymnase, une autre mère célibataire dans la trentaine, c'était un mannequin de fitness qui était souvent à l'extérieur de la ville, mais ils s'entraînaient parfois ensemble, puis avaient une séance de sexe après l'entraînement.

Il y avait un senior à son université avec qui il a commencé à coucher sa première semaine en première année. Elle s'appelait Gisèle et elles s'entendaient très bien, s'utilisant pour le sexe. Gisèle dit à Jake qu'elle était avec quelqu'un, mais qu'elle avait besoin de sortir avec quelqu'un pour se débarrasser des gens. Apparemment, elle était dans une relation qu'elle voulait garder secrète. Jake a compris et l'a aidée lorsqu'elle était disponible.

Il y avait un professeur dans l'une de ses classes, marié, la trentaine, qui l'emmenait dîner de temps en temps, puis couchait avec lui. Jake a laissé les femmes mariées venir à lui, il n'a pas osé initier les choses. Il l'a appris lorsqu'il a perdu sa virginité à 16 ans.

Le fils de Denise a deux ans de plus que Jake. Quand il est parti pour l'université, les flirts et les affections que la femme plus âgée a donnés à Jake ont augmenté. Elle s'est faufilée plusieurs fois. Ils ont eu des relations sexuelles dans la chambre d'amis du sous-sol où Jake traînait fréquemment après avoir nagé dans sa piscine, regardé la télévision et s'être séché. Jake pensait que Denise se sentait seule, mais appréciait chaque seconde avec elle. Elle lui a appris tant de choses merveilleuses.

Julie jouissait à nouveau; saisissant le dos puissant de Jake pendant que le jeune étalon travaillait. Il ressemblait exactement à son père. Cheveux noirs, corps musclé grand et ciselé. Il avait les yeux verts comme sa mère. Il y avait aussi une autre différence clé entre Jake et son père.

« Ah ah ! » Julie a crié, quand soudain Jake s'est arrêté, s'est assis et a atteint son téléphone qui sonnait.

"Que faites-vous?!?" Julie fit semblant de l'embêter.

"Salut maman!" Jake a répondu au téléphone avec enthousiasme.

Julie roula des yeux, "Tu vas arrêter de faire l'amour pour parler à ta mère au téléphone ?"

Jake l'ignora, roulant sur Julie, assise sur le côté de son lit. "Oui je suis bien. Je serai bientôt à la maison, donc ce sera une belle pause. Comment allez-vous?"

"Je vais bien. Je pensais juste dire bonjour », a déclaré Lilly, retenant ses larmes.

"Vous êtes sûr? Est-ce que tout va bien?" demanda Jacques.

"Ouais, je ne me sens pas trop bien", a répondu Lilly avec la vérité. Elle ne se sentait pas bien, pas émotionnellement.

"Je suis désolé. Nous ne manquerons pas de nous retrouver quand je serai là-bas. I’m guessing Dad will be busy,” Jake said.

“Yeah, he will be. I’m looking forward to seeing you,” Lilly said. They chatted a bit more and the call ended.

Julie entered the room, wiping her forehead, sitting on Jake’s lap, still naked. “I think that’s actually kind of adorable that you did that,” she told him, kissing his forehead.

"Merci. And sorry, but she’s my mom, you know? She’s pretty important to me,” Jake said, smiling at Julie.

“You’re a sweet guy,” She said, kissing him again. That was the other difference between Jake and his father – he wasn’t a scumbag like Judd.

Later that night Gisele was on her back, her mystery man on a date of his own, the 22 year old, grunting as Jake plowed into her. "Oui!" she cried out, Jake’s twin bed in his dorm room banging against the wall.

***

Lilly planned it out. Anger in her heart, she planned out how she would try to seduce her son. She no longer cared if Judd caught them in the act, she wanted vengeance. The fact that she would be sleeping with a younger, better version of her husband, was satisfying enough. She would spend his entire spring break with him. Buying a couple thong bikinis to wear while they hung out in the pool, she hoped would spark some sort of desire in him.

They always got along, but the relationship was strictly platonic. He was just Jake to her. She no doubt was just mom – nothing more than that. Lilly was hoping, in her hatred toward Judd, to change that. As the week toward Jakes arrival counted down, she wondered several times if she was just a demented as her mother.

“There, you look even hotter,” Marie said, fixing Lilly’s hair. Marie cut bangs into Lilly’s hair. They came just past her eye brows. Combined with her smoky eye makeup, it made her look even younger and sexier.

Each night she entered a sort of meditative trance. Thinking of Jake, thinking of his body, imagining his penis was as impressive as Judd’s, picturing him in the pool with her, picturing him holding her in bed. He would be home soon, she would be ready.



Chapitre 7

“Hi sweety!” Lilly said, throwing her arms around Jake, her braless breasts, smashing against his chest as he picked her up off the ground.

“Hi mom, I missed you,” He said, sitting her feet back on the carpet. “Dad around?”

“Nope still working. But that’s ok, I’ve already got dinner fixed.”

“You look great. I like your hair,” Jake said.

Lilly was sitting on his lap, her small exercise shorts, riding up her thigh. She wasn’t wearing underwear. Jake was driving his spoon into his bowl; his other arm instinctually went around his mother’s waist, holding her while they sat. Lilly noticed something different about him. Her affection seemed to not make him feel uncomfortable. Jake went with it, letting her play with his hair, or ear while he ate. She wondered if he just missed her or if he had matured a bit.

Thanking him for the compliment, she kissed his cheek, teasing his hair a bit. After dinner she led him to the couch, holding his hand, sitting next to him. She put his feet in his lap. Jake smiled politely, “Want me to rub them?” This was also something new. Something he had never offered to do, it was quite grown up for him.

“I’d love that,” Lilly answered. They chatted a bit about his semester, but mostly remained quiet, enjoying each other’s company.

When Lilly returned from the bathroom a little later, she straddled him, taking him by surprise. Jake smiled, playing it off, his arms extended to his sides, his head leaning back on the cushion.

Lilly sat on him, running her hands over his face, neck, shoulders and arms. “Still working out?”

“Mmhmm,” Jake answered, his eyes closed, enjoying a woman’s touch.

“Wow,” Lilly thought feeling his large, hard, biceps. “You feel good,” she said, immediately embarrassed.

Jake chuckled, “Thanks mom.”

Lilly continued exploring his upper body. With one hand massaging his shoulder, seeing his eyes still closed, she brought her other hand to her shirt, pulling it upward, revealing part of her left breast.

“No,” she thought, “calm down, don’t scare him off.” Pulling her shirt down, she decided to nuzzle into his neck a bit; perhaps placing a kiss or two on it to see if that had any effect. Jake moaned slightly, releasing a sigh of happiness.

Lilly sat back up, looking at his face, thinking how much it reminded her of her husband’s. "Vous ok?" Jake smiled, looking into her eyes, surprising her.

“Yeah, fine. Just thinking about how much you look like your father,” Lilly said. “Except better,” she quietly admitted.

“Thanks mom,” Jake smiled once more, closing his eyes, relaxing.

Just then Judd arrived home, Lilly not bothering to get off Jake’s lap. Seeing his father arrive, Jake stirred, sitting up, causing Lilly to move to her side, letting him stand. He greeted his father, chatting a bit, talking about school, talking about the basement and how there was a new paint job to check out. Judd gave Jake a wink, suggesting he sleep down there, he’d be alone in the event he wanted to bring a girl over. Jake just blushed, looking down, nodding.

“So you sleeping down there?” Lilly asked, after Judd said his goodnights and headed to bed.

Jake shrugged, “Yeah I guess. Might as well.”

“I think I’ll join you,” Lilly said.

“Ok great. It might be chilly down there,” Jake replied.

A little later, after the dry dishes were put away, Lilly headed to the basement. She walked in on Jake undressing.

"Pardon!" she said after seeing her son in only his boxers.

“It’s ok, mom,” He laughed. Lilly smiled, watching him fold his clothes. She felt uncomfortable. His large defined muscles eclipsing his father’s, his tight boxer shorts showing off a sizeable budge, didn’t help matters.

Jake climbed into the queen size bed, his hands going behind his head. “You going to wear pajamas?” Lilly asked.

“Oh, well this is usually what I sleep in now. I can put on a shirt if you like,” Jake said, starting to rise.

“No, no, this is fine,” Lilly said, putting her hand on his chest, preventing him from getting up. “Perfect,” she smiled, guiding him back on the mattress.

She climbed in bed with him, his massive arm holding her close, her hand trailing up and down his chest. She couldn’t believe how she felt. Lilly thought this would be difficult for her. She wanted to kiss his face, his body, so badly.

“Um are these boxers too small for you? If so, we can get some new ones while you’re here,” Lilly said, her hand sliding over his six pack abdomen.

“No they are fine,” He said, his eyes closed.

“Are you sure, sweety,” Lilly asked quietly, her fingers pulling at the waistband, letting it snap back against Jake’s body.

She looked for a reaction, only to see his eyes remaining closed, and another smile on his face. Lilly curled up into his arms, figuring that this was enough for one day.

***

Lilly looked at herself in the mirror the next day, rotating slowly, looking at the tiny black bikini she had put on. All of her butt cheeks were exposed. She sighed, hoping this would cause something, anything to happen.

Jake’s eyes lit up with surprise when he saw his mother emerge from the basement door which led out the pool area.

“Hi,” she said, smiling, handing him a towel. “Lay down and I’ll do you.”

"Hein?" Jake asked.

“On the lounge chair, I’ll rub the suntan lotion on you,” Lilly said.

“Oh, right, ok,” Jake replied.

Lilly sat on his butt and began rubbing the lotion in, slowly going over every back muscle with care. “Up,” she said, getting off her seat, standing next to him. Jake stood, extending his arms, as his mother rub lotion up and down his torso, slowly pausing at his chest. Their eyes met, slight smiles came across their face.

“You have a great body, Jake,” Lilly quietly said, rubbing lotion on his arms.

“Do me?” She asked, sitting the lotion down, laying on her tummy. Jake paused, looking her over.

He sat on her thighs, running his lotion covered hands all over her back, and then switched to her thighs, his eyes glued to her bare ass. He stopped, thinking his task was complete.

“Everywhere, please. I don’t want to burn this,” Lilly said, wiggling her hips from side to side, and then flexing her butt muscles.

“Sure,” he said, lathering up his hands once more. He placed them on her cheeks, his large hands covering most of them. He took his time, slowly going over each one, covering it in suntan lotion, massaging it in deeply.

After a few moments, he got up, set the lotion down, adjusted his swim trucks, and smiled down at her.

Lilly lathered up her front, stomach, and chest, after seeing Jake already on the other side of the pool, fiddling with the cleaning net. She smiled, watching him gather up a few bugs and leaves that had fallen in. Through her large dark sunglass, she watched him, admiring his glistening body, picturing herself on her knees kissing and running her tongue over his stomach before going further south. She shook the image from her, attempting to maintain control of her mind.

After soaking some sun for a bit, Lilly spoke up, “Join me?” she stood, extending her hand to Jake.

He smiled and took her hand, following her into the pool. Within minutes they had made their way to the deep end, Jake’s arms extending to his sides, his head resting on the edge of the pool. Lilly was straddling him, just like on the couch the previous night, except her feet were locked behind him. She was, again, running her hands over his upper body.

Jake was enjoying it. His eyes closed, relaxing at his mother’s slow and sensual caresses of his body. It was something that happened frequently for him, just not with his mom, but he liked it either way. He loved having his body admired, appreciated, and worshipped by women.

“Nice bikini by the way,” Jake spoke up, opening his eyes, bring a hand to his mother’s waist.

“You like it? It’s not too revealing is it?” Elle a demandé.

“Yeah I like it. It’s just right for you,” He smiled, twirling his index finger around the string of fabric at her hip. He followed the fabric to the middle, his thumb caressing the thong. He released it, his hand gliding across Lilly’s butt, and resumed extending his arm to his side.

“You got a nice body, mom. You really do. You’re quite a sexy little thing,” He smiled, eyes closing one more, soaking in the sunlight.

Lilly’s heart was racing, “Well, th-thank you, sweetie,” she managed to get out.

Jake kissed her cheek, and un-wrapping her legs from his waist, pushed off, diving under the water. He emerged and climbed out of the pool, toweled off a bit and sat back in the sun.

Lilly remained in the pool, entering another meditative state, focusing on her goals and her wants. She swam over to the other side closer to where Jake was lounging. “We’re going to do it, sweetie. It’ll happen, I know it will,” she told herself, sliding her fingers down into her bottoms.

“Mmm, yes, It’s going to happen,” she said in her head, beginning to furiously rub her clit as she watched Jake lay there. “It’ll make things right once more,” she thought.

She immediately pulled her hand away from her crotch, when Judd arrived, home early from golf, “Jake come on let’s go!” he called out to his son.

They were going to an afternoon Miami Heat game, Jake had somehow forgotten about it.

“I’ll see you later tonight,” Jake told his mother, smiling, looking back to her as he walked inside.

***

Lilly felt unbelievably stupid, looking at herself bikini clad body in the mirror shortly after Jake and Judd left. “This is crazy,” she said out loud. “I’m not a whore.”

She chastised herself for attempting to masturbate in Jake’s presence. She sat on the edge of the bed, shaking her head, thinking about how she should just file for divorce and move on.

Later that night, she didn’t sleep in Jake’s bed, instead lying awake in her own, waiting for Judd to get home – as usual. It was later than she expected. She assumed Judd took his son to dinner after the game.



Chapitre 8

The next day she looked down at the bikini thinking she could give it to her cousin, Marie, but knowing it probably wouldn’t fit her well-endowed chest. Lilly opted to just bury it in her top drawer amidst her panties and socks.

Judd had taken Jake golfing that day, letting him sleep in the prior day. She saw neither of them until dinner time. It was pleasant, Jake chatting away about school, sports, and so on. He and his father got along fairly well.

Lilly still felt ashamed and stupid about her behavior in the pool, so she didn’t flirt or make inappropriate moves on her son. Jake played things cool, never asking her to sit on his lap, or making comments or moves on Lilly either.

Halfway through his week home, Lilly was restless. She was pacing in her bedroom after Jake had gone to the basement to sleep. Judd still wasn’t home, no surprise there, but over the past few days, desires, motives, anger had built up. She quickly removed her pajamas, underwear, bra, and headed toward Jake’s actual room down the hall.

“This is stupid, this is stupid! I’m not a whore,” She whispered, going through his drawer for a large t-shirt of his to put on. She found a plain white one, put it on, straightened it out, pulling it down to her thighs a bit and made her way to the basement.

***

“Hi sweetie,” she cleared her throat, standing in the guest room door way. Jake was lying on the bed, an arm above his head, reminding Lilly of a pose some sort of Ancient Greek deity might make for a statue.

“Oh hey, how are you?” Jake smiled.

“Good, I thought I’d sleep down here tonight, if that’s ok,” Lilly said, slowly approaching the bed.

“Oh course. Climb on in,” He said, sliding over, pulling a sheet back.

“Ahh there we go,” Jake groaned, putting his arm around his mother, pulling her in, feeling her warmth. Lilly smiled, resting her head on his bare chest, her hands instinctually trailed over his glorious body.

She closed her eyes, breathing him in, her hand gliding over his abs. She kissed his chest, slowly at first, which led to another kiss, and another. His chest was so well formed and hard. Lilly listened to Jake inhale slowly. She looked at his closed eyes and began kissing her way down to his stomach. Her mouth was quivering over it, guilt and regret leaving her mind – she wanted this man.

Nuzzling his stomach, followed by placing several kisses on it, caused Jake to moan, “Ah yeah.”

Lilly smiled, “Feel nice?”

“Yes it does,” he said, pulling her up, closer to his body, her head resting next to his. Doing this caused the t-shirt she was wearing to come up some, exposing her butt. Jake didn’t seem to notice and kept running his hand up and down her back.

He paused, lifting the shirt so his hand could get to her bare skin. Lilly was stuck in place, his large, warm hands gliding over her bare spine, stopping at the small of her back and going back up. He had no idea she wasn’t wearing panties. One inch or less movement southward of his hands, he certainly would.

“Mmmm,” Lilly moaned in his ear.

“Feel nice?” Jake asked like she did several minutes earlier.

“Oh yes,” Lilly breathed into his neck.

“Hey Jake you up pal?” His father asked, opening the door at the top of the stairs, Lilly gasping.

“Uh, yeah, what’s up?” Il a demandé.

“Game is on, if you want to watch it,” Judd said.

“Sure, dad, yeah,” He said, sitting up. Lilly slid off him, watching him put a shirt on it.

“We’ll hang out some more, later mom,” Jake smiled cheerily, putting his shirt on over his shoulders, kissing her cheek and leaving.

She felt foolish again, walking around the pool area in the backyard. Lilly looked over into Denise and Wayne’s, knowing that Wayne wouldn’t have the guts to tell Judd of their little affair. She sat on the lounge chair, looking up at the moon, reminding herself to research the divorce process tomorrow.

***

The night before Jake was to return to school, Lilly had been drinking. She had resumed her normal ways the past couple days, avoiding anything sexual or flirtatious with Jake. But the hate, the anger toward Judd, the horny desire to commit the ultimate betrayal had built up once more.

“Let’s go swimming!” She excitedly told Jake, standing in her tiny bikini in the living room, after chugging another glass of wine.

“Nah, it’s kinda late isn’t it?”

“Nope, come on! We’ll have fun, let’s go!” Lilly said, grabbing his arm, pulling him along.

“Ok, ok! Let me change first,” He said.

“No you don’t have to,” Lilly said, but it was too late, he had already made his way to the basement door.

Lilly went to the kitchen, grabbing the bottle, and began chugging from it, moaning as she did. Her hand went into her bottoms, rubbing her clit as she chugged the wine, pretending it was a cock she was drinking from. She sat the bottle down and stumbled her way to the back yard.

She did a cannon ball into the pool, splashing Jake even more. She tackled him, splashed him, climbed onto his back, wrestled with him. Finally he grabbed her and took her to the deep end, her legs wrapped around his waist.

Quieting down, the crickets chirping, they stood there, Jake resting against the wall of the pool. Lilly looked into his eyes for a moment, before reaching behind her, undoing her bikini top clasp, and sliding it off her shoulders, revealing her breasts to Jake.

“Mom,” He looked to the sky, away from her.

“Oops,” she smiled.

“You ok mom? You’ve been acting a bit different this week,” Jake said, still not looking at her breasts.

“I’m great!” Lilly lied.

"Êtes-vous sûr? If you need someone to talk to – ”

“I said I’m fine!” Lilly snapped, grabbing his face and planting a long, sloppy, drunken kiss on Jake’s mouth. Afterward, she felt dizzier, her head spinning, laying her head on Jake’s shoulder.

“Here, mom, let’s get you inside. I think it’s enough fun for tonight,” Jake said, pushing her gently away and guiding her to the shallow end. He put his arm around her waist, assisting her indoors. He grabbed a towel and held her, drying her off, guiding her down to his bed.

“I love you,” He said, kissing her forehead. “Just rest here a bit, I’ll grab some water.”

Lilly wasn’t awake much longer. Her bikini top was still floating the pool.



Chapitre 9

After breakfast the next morning. Lilly quietly apologized to her son, who had slept in his bedroom upstairs. Jake brushed it off, telling her everything was fine, he loved her and he’d call her when he arrived safely back at school.

He arrived later that day, called his mother, and then called one of his professors, asking her if she was busy that night. She said she wasn’t, took Jake to dinner, and then rode him to mutual orgasms in her car.

Lilly was alone in the basement guest room, crying that night, missing her son, feeling foolish once more. The next morning she packed some things and headed to her Aunt Janet’s house, who also lived in Atlanta, about 40 minutes from Jake’s school. Lilly didn’t want to see him though; she didn’t want to see anyone. She left Judd a note saying she was headed to her Aunt’s for awhile.

She told her Aunt of her marital problems. Janet listened and comforted her, something she wished her mother had done.

After two weeks of staying there she figured she would call Jake.

***

"Oui! Yes!” the blonde senior, Gisele, was bouncing up and down on Jake’s cock in his dorm room. She collapsed on him, shaking with pleasure.

“Glad I could help,” Jake said. “Who is the mystery man you are attempting to throw people off the scent of anyway?”

Gisele got off him, cum dripping out of her pussy, “My uncle.” She grabbed her clothes.

"Vraiment?" Jake said, slightly unsure she was telling the truth.

“Yep, since I was 18 and came here. He and I both date and have sexual partners so people in our family don’t think things are going on between us. I told you because I trust you not to tell anyone, you’re a great guy. Plus I’m graduating soon and I’ll be out of here!” Gisele said, sliding her thong up her legs.

“Huh, wow,” Jake said. He was shaken from his trance when his mother called.

Gisele, smiled, kissing his cheek goodbye. “See you later.”

***

He had dinner with his mother the night before she left. Jake told her he wished she would’ve called earlier so they could’ve hung out more. Lilly said she need some time alone.

They hugged each other goodbye and that was it. She lay awake in bed thinking about how horrible her mother was and how she was no better for actually considering going through with the advice she received.

She went home the next day, her mind restarted, refresh, and reorganize. She was going to be a normal person now. She was going to file for divorce from Judd, because he was having an affair. Lilly searched for some lawyers, thinking about how Janet suggested she move in with her for awhile.

A few weeks later the papers were drawn and everything was in place. She knew the battle before her was just beginning. Lilly now slept in the basement, avoiding Judd as much as possible. She knew he would lawyer up and try to get away with as much as he could. She didn’t care; she just wanted it to be over. She was still unsure how she was to tell Jake.

Looking out at the pool that night, she thought of him once more. She saw them playing in the pool, she saw herself remove her top, she saw Jake grab her breasts, sucking hungrily away at them. Lilly shook the thought from her head and headed inside.

The next few weeks were the loneliest weeks she had ever experienced. Lilly mostly packed some smaller items and kept to herself, crying herself to sleep most nights. “Why doesn’t he want me?” She’d ask herself about Judd.

Rolling over in the bed, wearing one of her son’s t-shirts, Lilly thought about how good it’d be see him again. Jake would be home for summer break in a couple weeks.



Chapitre 10

He was here at last. Lilly flung her arms around him, realizing she forgot to wear a bra, as her breasts smashed into his body. He sat her back down on the carpet, “I missed you too,” he smiled.

She took him out for a nice dinner, still not telling him about the divorce proceedings. She wore a dress that Marie bought her, gaining glances and compliments from Jake.

She gave him a peck on the lips, after her foot massage, heading into the kitchen to pour them some wine. “I’ll meet you downstairs for a movie, sweetie,” she said.

Jake agreed and headed down stairs. Lilly was enjoying herself, not thinking of anything sexual, only that she was feeling great with this younger, better, version of her soon-to-be ex-husband. After using the bathroom, checking her makeup, she got the wine bottle and headed to the basement.

The sliding door that led out to the pool was open. Lilly heard voices and laughter. Her happy mood faded when she saw Judd laughing and flirting with Denise at the fence that separated their yard. She pictured Judd agreeing to meet up with her later. Only it wasn’t Judd, it was Jake. Rage and jealously filled her mind when she watched Denise laugh and pat Jake’s, in her mind, Judd’s huge arm. Denise waved good bye and headed to her own pool, Jake making his way inside.

“What were you doing?” Lilly glared at Jake.

“Oh yeah, that was Denise, just chatting a little,” Jake said, kicking his shoes off.

“What does she want?” Lilly growled.

"Hein? Nothing, just saying hello. Are you ok mom?” Jakes said.

“You are hanging out with me tonight and not her, do you understand?” Lilly ordered, thoughts of her worthless husband talking to other women in a similar manner that Jake did over took her, she saw Judd behind Denise, slamming into her, calling her name, like he did with Fernanda.

“Mom, relax, it’s ok,” Jake said, sitting on the bed, putting his hands up.

“NO IT’S NOT!” Lilly yelled, lunging after Jake.

She landed on him pushing back on the bed, she grabbed his shirt, clinching it in her fists, kissing his face, attempting to land a kiss on his mouth, but Jake was squirming too much.

"Maman!" He shouted, trying to push her off.

“WHY DON’T YOU WANT ME!” she yelled to Judd.

Lilly pulled him in for several hard kisses on the mouth, Jake attempting to push her off him. “WHY DOESN’T HE WANT ME!”

“Mom, wait!” Jake said, finally pushing the smaller woman off him. “Just relax, ok? It’s alright,” Jake said trying to soothe her. He was failing. She was out of breath, panting heavily, having realiz

Articles similaires

The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

Le pacte du diable par mypenname3000 Droit d'auteur 2013 Chapitre vingt-six : L'Ordre de Marie-Madeleine Visitez mon blog à www.mypenname3000.com. « Entrez », ai-je dit à mes confrères en les invitant dans ma chambre d'hôtel. Ce n'était pas vraiment ma chambre d'hôtel. Hier soir, quand j'ai pris l'avion pour SeaTac depuis Miami, Providence m'a conduit à un expert en sinistres nommé Curtis à la réclamation des bagages de l'aéroport. Nous avons flirté en attendant nos bagages et il m'a invité dans sa chambre d'hôtel. Quand la Providence vous donne un logement, avec un mec mignon en prime, vous ne dites pas...

6 Des vues

Likes 0

Papa ne peut plus dire non à sa copine

Ma mère avait un copain quand j'étais très, très jeune. Il aimait jouer avec des jeunes filles et il jouait avec moi dans le dos de ma mère. Cela a créé des pulsions sexuelles en moi qui revenaient constamment en grandissant. Cela a causé beaucoup d'angoisse et de problèmes mentaux du fait que je ne savais pas comment me soulager de ces envies, mais je savais qu'il devait y avoir un moyen de satisfaire ces envies et de me soulager. Des années plus tard, ma mère a épousé Bruce, mon nouveau beau-père. Nous avons eu une vie de famille très agréable...

353 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

654 Des vues

Likes 0

La nouvelle vieille maison de Will : 3e partie

Plus tôt ce jour.... Salut, je suis Rachel Phillips, j'appelle le révérend Greene ? Attendez s'il vous plaît dit calmement la femme qui répondait au téléphone. Après une minute d'attente, l'opératrice a repris le téléphone, Rev. Greene va vous parler maintenant. Merci dit Rachel. Après environ une demi-minute, Rachel a entendu et le vieil homme tousser puis a commencé à parler dans le téléphone. Bonjour, c'est le révérend Greene, du site Web « Bonjour, révérend Greene. Je m'intéresse à votre organisation et j'ai quelques questions auxquelles vous voudrez peut-être répondre. Eh bien, pourquoi ne lisez-vous pas le site Web, la plupart des...

569 Des vues

Likes 0

Mise à jour inachevée de la troisième partie du camp

Jonas : - Céleste je... je... je suis... Celeste:- Jonas ce n'est pas ta faute, ça ne l'a jamais été, toutes les choses que tu as faites n'ont jamais été toi, il t'a contrôlé, t'a transformé en quelque chose que tu n'es pas Jonas:- Mais .. Celeste:- Non mais c'est monsieur, à la fin tu deviens le héros, tu dois finir ça, finir de lancer pour de bon, protéger le camp et te protéger Jonah:- Mais toi..je..je.. Celeste:- Je connais Jonah et il est trop tard pour faire quoi que ce soit, je veux que tu fasses une chose pour moi, Jonah...

287 Des vues

Likes 0

Cris collants

Elle mesurait environ 5 pieds 6 pouces, principalement des jambes, avec une belle peau bronzée, des cheveux bruns jusqu'aux épaules. Elle avait une belle poitrine quelque part autour de 36 ou 38 Full C. qu'elle avait sur une jupe noire courte fuck me et un débardeur rose. Des chaussures noires sexy de 3 pouces. Nous sommes sortis pour un bon dîner, puis nous sommes allés voir un film de filles séveux. Il était temps de la ramener chez elle. Je me sentais un peu déçu par ce point, je n'obtenais aucune indication qu'il y aurait un jour un deuxième rendez-vous. Nous...

357 Des vues

Likes 0

Propriété des hors-la-loi du diable (partie 3)

Chapitre 4 : Briser Hannah commence Tout comme Hannah le pensait, les motards sont retournés directement au bar. Ils n'étaient partis que depuis environ une heure, mais quand ils sont entrés dans le parking, Hannah a remarqué qu'il y avait au moins 10 autres motos assises là. Son cœur battait de terreur alors qu'elle était ramenée dans la grande taverne, avec les autres hors-la-loi juste derrière elle. Il y avait plusieurs motards qui traînaient dans le salon et buvaient des bières, mais dès qu'ils ont vu Hannah, ils se sont levés et l'ont suivie à l'arrière. Va te mettre sa salope...

797 Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

727 Des vues

Likes 0

Explorations nudistes part1

J'ai récemment découvert le nudisme en surfant sur Internet. J'ai toujours su qu'il existait, mais je pensais que c'était surtout un truc de plage européenne, mais j'ai réalisé qu'il y avait des endroits nudistes aux États-Unis. J'ai décidé de vérifier en ligne pour voir s'il y en avait à proximité. J'étais choqué pour découvrir que trois plages nudistes étaient à moins de deux heures de moi. Le plus proche était à environ 45 minutes et était situé sur des terres domaniales et aurait été patrouillé par des gardes du parc. Le suivant, à environ 2 heures de route, se trouvait sur...

601 Des vues

Likes 0

3 soeur maléfique

Soudain, trois lettres spéciales me sont venues à l'esprit. W.T.F imprudemment était sous la douche avec moi et mon esprit s'est empressé de penser à ce qu'Izzy avait dit avant de dîner. -si vous obtenez ne serait-ce qu'une pipe imprudente, je dirai à tout le monde dans cette pièce ce que vous avez fait avec cette femme- merde marmonnai-je Max je sais que tu es en colère et je suis désolé. Je sais que ce que j'ai fait était mal mais je suis désolé. Je me suis rendu fou en pensant si toi et moi espérons que tu me pardonneras.tout d'un...

524 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.