La punition du maître

85Report
La punition du maître

Elle n'a jamais compris comment il l'avait découvert. Elle avait été si prudente ! Mais il l'a fait et maintenant c'était l'enfer à payer. Est-ce que ça valait le coup? Son badinage avec un autre amant avait été merveilleux. Ahurissant parfois. Jamais aussi bonne qu'avec son Maître mais elle avait apprécié le contrôle qu'elle avait exercé sur son amant secret, employant des tactiques qu'elle avait apprises de son propre Maître.

Mais ces souvenirs s'estompaient alors qu'elle faisait face au dédain glacial de son Maître. Elle l'avait su à la minute où elle avait vu son e-mail, son e-mail secret, ouvert sur l'ordinateur. Il contenait tous les échanges érotiques, les notes et les communications des heures et des lieux de rencontre et les cyber-revues de toutes leurs rencontres. "Préparez-vous", furent les seuls mots prononcés par son Maître. Elle savait que cela signifiait qu'elle devait se baigner et s'habiller avec les vêtements qu'il lui donnerait. Elle se précipita vers la salle de bain, démarrant la douche et disposant ses articles de toilette. Elle choisissait ses cosmétiques et ses parfums avec soin, choisissant ceux qui avaient plu à son Maître dans le passé. Après sa douche, elle s'est rapidement maquillée, s'est coiffée et est allée dans la chambre pour voir ce qui avait été préparé.

C'était étrange. Une robe d'été, vieille, oubliée depuis longtemps au fond de son placard, était posée, ainsi qu'un string en dentelle et des talons à lanières. Elle s'habilla, enfila le collier de cuir disposé avec les vêtements. Elle rejoignit son Maître, prit la boisson qu'il lui avait préparée et se dirigea vers la voiture. Alors qu'elle sirotait, elle se rendit compte que le cocktail était beaucoup plus fort que d'habitude mais elle n'osa pas se plaindre, plutôt le but plus rapidement qu'elle ne l'aurait fait autrement, tant son agitation était grande sur ce qui allait arriver. Au moment où ils atteignirent leur destination, elle était un peu ivre à cause de l'alcool fort, ayant du mal à marcher droit dans les sandales à talons hauts. C'était un hôtel, celui qu'ils avaient déjà utilisé lors des récréations précédentes. Pas d'arrêt pour le dîner ou la conversation, juste directement dans une pièce.

À l'extérieur de la pièce, Maître a rapidement noué un bandeau autour de ses yeux, a attaché une chaîne à son collier et a déverrouillé la porte, la tirant derrière lui alors qu'il entrait dans la pièce devant elle. « La voici, les garçons ! La salope du soir ! Elle a faim de bite étrange alors j'ai pensé que je lui fournirais ce qu'elle veut. Elle se lécha nerveusement les lèvres alors que le rire rencontrait les paroles de son Maître. "Ce soir, elle n'est pas un animal de compagnie à dorloter. Elle a prouvé qu'elle était une chienne en chaleur alors ce soir c'est NOTRE chienne !

« Alors pourquoi est-elle encore habillée ? demanda une voix. « Débarrassez-vous de ses vêtements ! cria un autre. Elle sentit le tiraillement de la laisse alors que son Maître la tirait vers lui. DÉCHIRURE! Oh mon Dieu! Elle pensait. Il me déshabille ! "Allez les gars, prenez quelque chose et aidez-moi à déshabiller la chienne !" Plus de mains saisissant et déchirant sa robe. Elle se tenait là, impuissante, alors qu'ils tiraient et déchiraient ses vêtements, riant et lui serrant brutalement les seins et les fesses. Malgré sa peur et son humiliation, elle pouvait sentir sa chatte commencer à s'humidifier. Peut-être qu'elle était vraiment une garce en chaleur ! Elle devait l'être parce que ce traitement brutal l'excitait, à sa grande honte.

« À genoux, salope ! Il y a des bites à sucer ! Trouvez-les, sortez-les et commencez à sucer ! Elle tomba à genoux alors qu'il tirait la laisse vers le bas. « Tout en bas, salope ! Rampez et trouvez-les, tous. Je veux que chaque bite dans la pièce te baise le visage avant que tu aies fini ! Elle laissa tomber ses mains sur le sol et rampa, humiliée, fouinant jusqu'à ce qu'elle trouve les jambes de quelqu'un. Elle se leva, tirant la ceinture de sa boucle, tâtonnant avec le bouton pression et la fermeture éclair du jean moulant. CLAQUE! Elle sursauta, sentant la piqûre d'une cravache sur son cul. "Plus rapide! Allez, salope, nous savons tous que tu connais n'importe quelle bite… sors-la ! Suce-le ! Nous voulons tous voir et entendre comment une petite salope menteuse suce une bite. CLAQUE! CLAQUE! La récolte piquait ses fesses encore et encore. En gémissant, elle dézippa précipitamment le jean et réussit à sortir la grosse bite de ses limites. Elle l'avala, léchant et suçant désespérément alors qu'elle tirait sur le jean, essayant de le baisser et de le relâcher suffisamment pour trouver les couilles de l'homme.

Elle sentit la main de l'homme à l'arrière de sa tête, agrippant douloureusement ses cheveux alors qu'il enfonçait profondément sa bite engorgée dans sa bouche. Bâillonnée, elle priait pour que le cocktail reste bas, voulant que son réflexe nauséeux se détende face à cet assaut. Il ne lui a pas fallu longtemps pour sentir ses couilles commencer à se resserrer, ses gémissements et ses cheveux tirés lui disant qu'il était sur le point de jouir. "Vaporiser la chienne sur le visage!" rit son Maître. "C'est notre salope de sperme pour la nuit et je veux la voir recouverte de sperme collant!" À cela, ses cheveux furent brutalement tirés en arrière, faisant sortir sa bite de ses lèvres, seulement il était un moment trop tard et la première corde de sperme collant recouvrit sa langue, une fois de plus, la faisant bâillonner. Il a tiré complètement et a utilisé sa main pour pomper sa charge sur son visage. Elle pouvait le sentir couler de son nez, de ses lèvres, de son menton. Alors que les pulsations ralentissaient, elle le sentit la tirer plus près, frottant sa bite à travers le sperme sur son visage, faisant un masque collant sur ses lèvres et ses joues.

"Qui est le suivant?" demanda son maître. « Allez-y, salope ! Les hommes attendent ! Rampez jusqu'au suivant et recommencez !" Elle fit ce qu'on lui disait, ses genoux déjà douloureux, alors qu'elle rampait, comme un chien jusqu'à ce qu'elle rencontre une autre paire de jambes vêtues. Elle n'a pas attendu la piqûre de la récolte cette fois; elle libéra la ceinture, soulagée de trouver un pantalon au lieu d'un jean moulant. Elle déboutonna, ouvrit la fermeture éclair et, alors que le pantalon ample tombait, arracha le slip de ses hanches et engloutit sa bite. Heureusement, sa bite était plus courte, donc bâillonner n'était pas un problème, mais elle était plus épaisse et elle pensait que les côtés de sa bouche se fendraient alors qu'il enfonçait son épaisse dureté dans sa bouche.

"Baise-moi, sa bouche est aussi chaude que dans mes souvenirs!" gémit-il. Elle devenait de plus en plus excitée, malgré son traitement brutal. Elle savait qu'elle pouvait sucer tous les hommes dans la pièce, puis les sucer encore et encore. Alors qu'elle suçait et buvait, elle glissa un doigt dans sa bouche, le mouillant, puis le glissa derrière ses testicules, dans son cul, massant sa prostate. Il sursauta de surprise mais avant qu'il ne puisse protester, sa bite commença à éclater. Elle était prête cette fois et rejeta sa tête en arrière, secouant habilement sa bite sur son visage et sa langue. Alors qu'elle laissait le sperme glisser de ses lèvres, elle frotta son membre adoucissant sur tout son visage, épaississant encore le masque de sperme. "Je dois m'asseoir !" dit-il en titubant vers une chaise.

De retour sur ses mains et ses genoux, elle a rampé jusqu'à ce qu'elle trouve un autre homme, libère sa bite déjà rigide et commence à sucer. Elle trouvait plus facile de prendre la tête dans sa gorge et pensa qu'au moins une bonne chose venait de ce qu'il avait découvert mon amant. J'apprends enfin la gorge profonde ! À présent, sa culotte était imbibée de son jus et elle avait envie de se pencher et de chatouiller son clitoris jusqu'à ce qu'elle jouisse. Cependant, elle ne l'a pas fait, sachant que c'était interdit jusqu'à ce que le Maître lui donne la permission. Elle savait à quel point il était mécontent d'apprendre son infidélité et espérait qu'elle pourrait lui plaire suffisamment ce soir pour qu'il lui permette au moins un orgasme !

Elle a perdu le compte des bites qu'elle a sucées. Certains étaient durs, baisant sa bouche sans pitié, d'autres étaient passifs, exigeant qu'elle fasse tout le travail et leur donnant un orgasme. L'un d'eux lui a giflé le visage encore et encore avec sa bite pendant qu'il jouissait, faisant jaillir le jus gluant dans ses cheveux puis utilisant ses longues mèches comme un chiffon pour nettoyer le reste de son jus de sa bite et de sa main. Elle n'était jamais vraiment sûre de savoir laquelle des bites qu'elle suçait était celle de son maître et cela l'a surprise. Elle a toujours pensé qu'elle pourrait facilement choisir le sien parmi une foule. "C'est tout, salope. Ce n'est pas assez mais pour l'instant tu as assez de foutre sur toi pour ressembler à la salope de sperme que tu es vraiment !"

C'était vrai. Elle ne pouvait qu'imaginer à quoi elle ressemblait, avec du sperme coulant sur son menton, son cou et sur ses seins. Elle savait que ses cheveux en étaient emmêlés, des vrilles humides et collantes accrochées à son cou et à ses épaules. Le sperme était tout ce qu'elle pouvait sentir, sa lèvre supérieure couverte et dégoulinante. Elle commençait à s'habituer au goût, après avoir eu au moins une demi-douzaine d'hommes qui lui avaient tiré leur premier coup sur la langue, prenant apparemment un grand plaisir à ne pas l'avertir de ce qui allait arriver.

« Arrête de sourire, connard ! Vous pensez que vous avez terminé? Occupez-vous et trouvez une autre bite à sucer ! Je veux que toutes les bites de la pièce soient dures et prêtes pour le deuxième tour en ce moment!" "Elle a recommencé à ramper frénétiquement, à la recherche d'une bite à avaler. Bite après bite, elle les a encore une fois sucées jusqu'à la dureté, en utilisant toutes les compétences qu'elle a jamais acquises avec sa langue et ses doigts pour engorger chaque bite qu'elle trouvait.

"Ok, qui est prêt à la baiser?" demanda son Maître. « Je veux passer en premier ! » dit une voix. "Elle peut encore sucer pendant qu'elle est baisée, mets-la sur le lit !" dit un autre. Elle sentit le coup sec de la laisse, la tirant sur le sol. Trébuchant, elle essaya de se relever, seulement pour entendre son maître grogner : « Reste sur tes mains et tes genoux, salope ! Rampe plus vite !" Elle se précipita pour obéir, suivant la traction du collier. Des mains rugueuses la soulevèrent jusqu'au lit puis elle sentit des cordes encercler ses chevilles et ses poignets. Ses bras ont été étendus au-dessus de sa tête, des cordes fixées, puis ses jambes ont été brutalement écartées et fixées, pendant que des mains serraient ses seins, pinçaient ses mamelons, frottaient sa motte, doigtaient sa chatte et son trou du cul. Soudain, elle entendit la dentelle se déchirer alors que sa culotte était arrachée de son corps. Le tissu tremblait douloureusement entre ses fesses alors qu'ils tiraient et tiraient. La douleur s'est rapidement calmée alors que la dentelle délicate cédait et se déchirait en lambeaux. Elle sentit le poids du lit se déplacer alors que l'un semblait s'agenouiller entre ses cuisses écartées. "Poussez un oreiller sous son cul!" et avec cela, les mains s'enfoncèrent dans ses fesses molles, la soulevant du lit alors qu'un oreiller était entassé sous elle.

Avant qu'elle n'ait eu le temps de s'assimiler, elle sentit une grosse bite s'enfoncer dans son vagin. Elle était reconnaissante pour la longue séance de succion de bite car elle l'avait laissée humide et glissante. Même avec cette lubrification, elle pensait qu'elle s'était fendue en deux alors qu'il martelait sa viande jusqu'à la garde encore et encore et encore. Il grogna et marmonna « Laisse tomber cette chatte ! Donne le moi! Je sais que tu le veux!" D'autres ont répondu "Baise-la!" "Ram cette chatte!" "Donne-lui bien !" "Tu sais qu'elle le veut, salope infidèle !"

Des mains étaient partout sur son corps, serrant, pinçant, frottant, ainsi que des bites sur ses seins, frottant son visage, rivalisant toutes pour attirer l'attention de sa bouche. Elle tournait frénétiquement la tête d'avant en arrière, essayant de lécher et de sucer toutes les bites dures qui lui piquaient le visage. L'homme qui travaillait sur elle se raidit, puis grogna "Prends ça, salope, prends mon sperme!" alors que ses derniers coups libéraient un flux de jus d'homme dans sa chatte. A peine sortit-il qu'un autre prit sa place. Elle pouvait sentir la première charge de sperme sortir de sa chatte, couler dans la fente de son cul, alors qu'il enfonçait sa bite profondément en elle. Cette bite était encore plus longue que la première et elle s'est dit, je ne peux pas le supporter, je ne peux pas supporter cette longueur !

Mais prenez-le, elle l'a fait, distraite du plaisir/douleur qu'elle ressentait par les nombreuses bites qui exigeaient toujours l'attention de sa bouche. Elle pouvait goûter le sperme qui recouvrait encore son visage alors qu'ils frottaient leurs bites dedans puis poussaient les bites enduites de sperme dans sa bouche. Elle était au-delà du dégoût habituel qu'elle avait pour le foutre, dans une zone où lécher, sucer et avaler étaient des réflexes naturels pour les bites exigeantes. Le deuxième homme est venu ce qui ressemblait à des seaux de jus chaud dans son vagin et étrangement, elle s'est demandée comment peut-il lui en rester autant? Je pensais que tout le sperme dans la pièce était sur mon visage…

La bite suivante à prendre en charge était plus petite, plus fine que les autres, et sa chatte allongée lui semblait caverneuse. « Déliez-lui les chevilles ! » il a ordonné. Après cela, il a soulevé ses jambes par-dessus ses épaules, a sorti sa bite de sa chatte lâche et s'est arrêté. Elle n'a pas eu longtemps à se demander ce qu'il faisait car il est devenu évident qu'il avait enduit sa bite de lubrifiant lisse avant de la positionner à l'entrée de ses fesses. Elle s'est tendue à l'intrusion et a reçu une forte gifle sur son cul exposé alors qu'il aboyait « Détendez-vous ! Je vais te baiser le cul que tu le veuilles ou non ! Maintenant, détendez-vous ce cul ou je trouverai une plus grosse bite pour me l'ouvrir en premier !"

Désespérément, elle essaya de détendre son sphincter et l'instant d'après, sentit sa bite glisser devant cet anneau serré. Son maître lui avait pris le cul plusieurs fois auparavant mais était toujours doux, s'arrêtant pour lui permettre de s'habituer à son invasion. Pas cet homme, cependant, il a enfoncé ses boules de bite profondément dans son cul, grognant de satisfaction. "C'est mieux! Beau cul serré, aaahhhhh ! Uumph uumph uumph !" il gémit alors qu'il la pilonnait sans pitié. Curieusement, malgré cet assaut indésirable, elle sentit plus de sang se précipiter dans sa région inférieure, ses lèvres se gorgeant encore plus à mesure que son excitation augmentait. Son jus coulait, se mêlant au sperme sortant de sa chatte, dégoulinant sur sa tige de piston. Elle a toujours su qu'elle appréciait la stimulation anale douce mais n'avait jamais imaginé que cela la rapprocherait si près de l'orgasme, en particulier lorsqu'elle était brutalement violée comme ça. Elle gémit et se tordit alors qu'elle continuait à sucer la bite qui se présentait à sa bouche, ayant du mal à se concentrer sur autre chose que l'invasion douloureusement agréable de son cul.

Elle sentit sa bite gonfler alors qu'il se raidissait, serrant douloureusement ses cuisses alors qu'il enfonçait encore plus sa bite, et elle sentit les giclées chaudes de sperme alors qu'elles montaient profondément dans son cul. « Euh euh euh ! Sentez ce sperme chaud, salope! Umph ! Tu aimes te faire enculer, n'est-ce pas ! » Alors que sa bite rétrécissait, elle glissa de son cul, suivie d'une traînée de sperme. Elle le sentit couler sur son cul, à la fois soulagée et consternée par le vide qu'elle ressentait. Elle avait honte de son plaisir, réalisant qu'elle était vraiment une salope de sperme si elle accueillait le viol de son cul.

Elle n'a pas eu le temps de réfléchir à cela alors qu'il bougeait et a été remplacé par un autre coq, soucieux de goûter à son cul maintenant béant. Elle sentit une grosse tête de champignon pousser, pousser, puis sauter devant son trou du cul, dans son cul. Encore une fois, elle fut momentanément reconnaissante que son Maître leur ait fourni du lubrifiant à utiliser avant de lui baiser les fesses. Bien que plus courte que la dernière bite, la grosse tête lui avait fait mal en entrant, tout en l'excitant encore plus. Il semblait prendre plaisir à le faire sortir puis à l'intérieur, puis à nouveau, puis à nouveau, tenant ses chevilles suffisamment hautes pour soulever ses fesses du lit. Il devait regarder l'action.

"Regarde ça! Sa chatte dégouline toujours et pas seulement de notre foutre non plus ! Cette chatte est grande ouverte, implorant une bite ! Elle aime se faire enculer ! POPULAIRE! Dans. POPULAIRE! Encore dehors. "Essayez ceci" entendit-elle dire son Maître, puis sentit un gros œuf s'insérer dans son vagin. Il y avait un cordon attaché qui était évidemment relié au contrôle vibrant parce que l'œuf a commencé à bourdonner sauvagement dans sa chatte. Elle a crié en le sentant, et la bite dans son cul a cessé de sauter et a commencé à marteler puissamment. "Oh merde! Éteignez ce truc ! Ça fait vibrer son cul et ça me fait jouir ! Même si les vibrations se sont arrêtées, il a continué à marteler en elle, écartant ses jambes et donc ses joues aussi loin qu'il le pouvait pour pousser aussi profondément qu'il le pouvait. "Trop tard!" il a broyé. "Uhhhh, unhhhh, unhhh, AAAAHHHHHHH !" cria-t-il en finissant de remplir son cul de jus d'homme chaud.

Son membre ratatiné sortit pour la dernière fois et un autre homme prit sa place. « Que se passe-t-il si tu lui mets ça dans le cul ? Il a demandé. "Découvrons-le!" "Attendez, essayez plutôt ça." Elle entendit son Maître dire. L'œuf a été retiré de sa chatte jaillissante et quelque chose d'autre a été pressé contre son trou de bonde. Il était froid et lubrifié et s'est glissé dedans et l'a remplie autant que n'importe quelle bite l'avait fait jusqu'à présent. Un plug anal ! "Tournez-en le bout, ça vibre." et les vibrations l'ont secouée du plus profond de son cul. Elle a senti une bite épaisse et plus courte à l'entrée de sa chatte, puis elle a été enfoncée profondément en elle. « Mmmmmmm, aaahhhh, putain de merde ! C'est GOOOODDDD!" dit-il, alors qu'il enfonçait sa bite en elle encore et encore et encore. Elle pensait qu'elle pouvait jouir de la sensation d'un cul vibrant et de sa grosse bite frottant si efficacement son point G, mais ne pouvait se concentrer sur aucune sensation unique grâce à la ligne interminable de bites se frottant son visage, chacune cherchant à entrer dans sa bouche chaude. .

La grosse bite n'arrêtait pas de pomper et elle sentit le lit céder quand un homme chevaucha sa poitrine. Elle s'attendait à ce qu'une autre bite soit poussée contre son menton mais fut surprise quand elle la sentit entre ses seins. Elle s'est rapidement rendu compte qu'il lui tournait le dos, ce qui a été confirmé lorsqu'elle l'a entendu dire : « Lèche ce cul, salope ! Je parie que tu sais vraiment bien lécher le cul… »Bien sûr, elle sentit ses fesses remonter sur son visage, presque assise sur elle, alors elle tira la langue, atteignant ce qu'elle ne pouvait pas voir. "Aaaahhhhhh" soupira-t-il, alors qu'elle rencontrait son trou du cul avec sa langue. "Rim, salope ! Enfonce ta langue dans mon cul ! Elle léchait, piquait et lapait du mieux qu'elle pouvait depuis sa position couchée. Il l'aida en se rapprochant d'elle, sa masse l'étouffant presque. « Lèche-lui le cul ! Laissez-nous vous voir lui lécher le cul ! elle a entendu d'autres chanter.

Elle pouvait sentir sa main, caressant sa bite alors qu'elle le bordait. Soudain, elle le sentit gicler son sperme chaud sur ses seins et son ventre alors que son trou du cul semblait aspirer le bout de sa langue à l'intérieur. « Aaahhhh aaahhhhh uunnnhhhhh ! Merde! C'est bon!" il a mordu, alors que le dernier de sa charge coulait sur ses mamelons. Il a claqué sa bite ramollie contre ses mamelons durs, les pinçant avant de s'éloigner d'elle. « Laisse-moi essayer ça ! Je n'avais jamais léché mon trou du cul auparavant ! dit un autre. Rapidement, il monta à bord d'elle et les poils de son cul lui chatouillèrent le nez alors qu'elle le léchait et le caressait avec sa langue. "Merde! Vous avez raison! Elle est géniale à ça !" il a grogné. Il gémit et bougea son cul dans un putain de mouvement alors qu'elle enfonçait sa langue raide dans l'ouverture serrée comme une petite bite. Elle sentit sa bite dure danser contre sa poitrine alors qu'il bougeait, et imagina les cordes d'étirement pré-éjaculatoires entre la tête et ses seins. Il s'éloigna finalement de sa langue sondeuse pour caresser sa bite sur sa poitrine couverte de sperme. Avant qu'il ait fini, la bite dans sa chatte a convulsé et a tiré une autre liasse profondément en elle. L'homme baisant ses seins se retourna et remplaça la bite qui venait de sortir de sa chatte.

Elle a perdu la notion du temps. Il semblait que chaque bite dans la pièce baisait sa chatte, son cul et sa bouche au moins deux fois. De plus en plus d'hommes s'asseyaient sur son visage, présentant leurs trous du cul poilus pour sa langue exploratrice. Quand son cul était en train d'être baisé, les hommes assis lui baisaient la chatte avec le doigt, et c'était parfois comme deux ou trois mains différentes alors que les doigts poussaient, branlaient et exploraient sa chatte dégoulinante. Elle n'était pas sûre de pouvoir sortir, mais elle savait qu'elle ramperait et en serait heureuse quand ils auraient fini. Elle n'avait pas encore eu d'orgasme mais elle avait eu la baise de sa vie. Elle a pleuré le fait qu'elle était incapable de jouir en baisant seule. Comment les autres femmes ont-elles fait cela ? Néanmoins, elle passait le meilleur moment de sa vie, appréciant la liberté d'être "forcée" de se soumettre à toutes les dépravations qu'ils lui imposaient, des choses dont elle fantasmait secrètement mais qu'elle n'avait jamais pensé apprécier en réalité, n'avait jamais eu le courage exprimer à haute voix. C'était le viol de style gang-bang de ses fantasmes les plus profonds et les plus sombres et, comme elle faisait confiance à son Maître pour la protéger de tout mal ou blessure réelle, elle s'est permise de profiter de l'accomplissement sans peur ni regret.

Alors que la dernière bite quittait son corps, elle entendit les bruits d'hommes se doucher et utiliser l'eau du lavabo pour nettoyer le sperme d'eux-mêmes. Elle sentit alors les liens retirés de ses poignets. Elle était allongée là, épuisée et endolorie, souhaitant un seul bon orgasme. Elle entendit le bruit de l'objectif de l'appareil photo qui cliquait, sachant que son Maître recueillait des preuves photographiques de son corps couvert de sperme. « Nettoyez-vous ! » ordonna-t-il en lui lançant une serviette. C'était insuffisant pour ses besoins mais elle fit du mieux qu'elle put, essuyant le sperme séché de son visage et de son cou, de ses seins, de son ventre et de ses cuisses. Elle ne pouvait rien faire pour ses cheveux, ils étaient emmêlés et emmêlés de sperme. Elle avait envie d'enlever son masque et d'aller aux toilettes pour se laver correctement, mais savait que son Maître s'opposerait à ce qu'elle le fasse sans sa permission. De plus, d'après le bruit des choses, la salle de bain était pleine, toutes les serviettes et débarbouillettes probablement utilisées par les hommes alors qu'ils se préparaient à s'habiller. Elle a travaillé à se nettoyer et les a entendus parler, s'habiller et remercier son Maître encore et encore d'avoir réalisé le fantasme de toute une vie, puis finalement partir, un par un. Elle avait écouté mais n'avait pas essayé de discerner les voix, sachant qu'elle ne découvrirait probablement jamais qui était là, qui avait récolté la récompense du viol de sa personne au nom de la punition. Après leur départ, son Maître lui a dit d'enlever son masque, ils rentraient chez eux. Elle se demandait ce qu'elle allait porter, elle était nue et ses vêtements étaient en lambeaux. Il a résolu son dilemme en lui tendant un imperméable léger. Elle l'enfila, noua la ceinture et le suivit hors de la pièce.

Sur le chemin du retour, elle repensait à la soirée. Elle savait que son Maître avait mis en place le viol collectif comme punition pour avoir joué sans permission. Elle pensait, cependant, que la punition n'était pas aussi sévère qu'il l'avait prévu. Même si elle n'a jamais pu jouir, elle a été baisée à fond, elle pouvait toujours sentir le sperme couler de sa chatte et de son cul, avait sucé tout le monde dans la pièce au moins deux fois et, dans l'ensemble, avait énormément apprécié la soirée. Elle s'est dit, quand je me doucherai, je me retirerai tranquillement pour soulager l'oppression dans mes reins. Je lui laisserai croire que j'ai souffert de sa dureté mais elle a secrètement envisagé de le laisser la "rattraper" pour qu'elle puisse avoir une autre nuit de débauche ! Elle appréciait son amant secret et pensait le rencontrer bientôt pour réclamer tous les orgasmes qu'elle avait ratés ce soir. Elle savait qu'il n'était plus un "secret" mais pensait que son Maître ne soupçonnerait jamais qu'elle le recontacterait.

C'était un amant si doux, son animal de compagnie. Si désireux de plaire, si soumis à toutes ses demandes. Il l'avait souvent suppliée de s'asseoir sur son visage, et ne venait que lorsqu'elle le lui permettait, léchant toujours le gâchis gluant qu'il faisait. Elle ferma les yeux et l'imagina léchant tout le sperme collant de son corps, le suçant de sa chatte dégoulinante, massant ses muscles fatigués et endoloris. Demain, elle a décidé. Je me lèverai tôt et je lui donnerai rendez-vous demain !

Quand ils sont rentrés à la maison, elle s'est dirigée vers la douche pour se nettoyer et se préparer à aller au lit. « Encore une chose, mon animal de compagnie. Je veux que vous téléchargiez toutes les photos que j'ai prises ce soir. Je pense que tu devrais voir ma salope de sperme en action. Elle était surprise, elle avait supposé qu'elle ne verrait pas ces plans, car elle était rarement autorisée à savoir qui étaient les acteurs dans leurs petites "scènes". Elle avait entendu le déclic de l'obturateur de l'appareil photo de temps en temps pendant la soirée, avait remarqué le flash, mais n'y avait pas trop réfléchi. À contrecœur, elle se dirigea vers l'ordinateur et inséra le disque. Elle était curieuse de savoir qui avait été là, mais épuisée et collante, désireuse d'une douche et d'un lit. Elle a copié les fichiers et était sur le point de les fermer lorsque son Maître a de nouveau parlé : « Regardez-les. Je veux que vous examiniez attentivement chacun d'entre eux et que vous décidiez si la punition était suffisamment sévère.

Curieuse, elle a fait ce qu'on lui disait, examinant attentivement chaque prise de vue. Elle accordait peu d'attention aux visages des hommes, se concentrant plutôt sur ses propres actions, se souvenant de la succion et du léchage, sa chatte répondant à nouveau en voyant les alambics de sperme dégoulinant de ses lèvres et de ses cheveux. Elle voulait se dépêcher pour pouvoir entrer dans la douche non seulement pour se nettoyer mais aussi pour descendre. Ses doigts démangeaient de frotter son clitoris jusqu'à ce que l'apogée tant attendue la rattrape. Puis il y a eu les plans d'elle se faisant attacher au lit, se faisant baiser. Maintenant, elle regardait les hommes. Oui, elle connaissait le premier qui l'avait baisée, le second en revanche lui était moins familier. Attendez! Qui était ce troisième ? Le premier à l'avoir enculée ? Oh mon Dieu! Elle pensait. C'était lui!

L'homme qui lui avait si brutalement baisé le cul, ne montrant aucune pitié, la manipulant brutalement, lui parlant comme si elle était la plus basse des salopes… c'était son amant ! Son amant secret; l'homme qu'elle avait trouvé si doux et soumis, si attentionné. L'homme qu'elle avait prévu de rencontrer demain pour apaiser ses muscles fatigués et son ego affaissé. Il était passé d'amant doux à Dom brutal en une seule journée.

Alors que les larmes lui montaient aux yeux, elle réalisa qu'elle l'avait perdu; elle avait perdu l'homme doux et gentil qu'elle avait si soigneusement cultivé. Il ne se soumettrait plus jamais à elle, il était plutôt devenu l'un des "joueurs" que son Maître utilisait pour ses plaisirs voyeuristes. Elle leva les yeux vers son Maître, vit son petit sourire.

Maintenant, elle comprenait la véritable profondeur de la punition du Maître.

Articles similaires

Je suis éveillé - Partie 2

S'ACCORDER À SON NOUVEAU JEU J'avais passé les dernières semaines depuis la sortie du lycée à sortir avec Ronnie. J'ai même pu passer plusieurs nuits avec elle dans son condo au centre-ville. Ma mère n'était pas elle-même stricte d'habitude. Après avoir été absente de la maison plusieurs jours, elle ne m'a pas du tout questionné. Je pense que cela avait beaucoup à voir avec ma sœur aînée Katrina qui me couvrait. Elle passait autant de temps chez Ronnie que moi. Elle et Mel, l'assistante de Ronnie, s'y prenaient ensemble. La semaine dernière, Katrina avait reçu une invitation de Ronnie, pour qu'elle...

1.1K Des vues

Likes 0

Le paradis des bikinis

C'est la deuxième histoire de la série, Trempé à travers est l'endroit où tout commence ...... La soirée passée avec beaucoup de confusion, Debbie est redescendue après s'être séchée et changée. Elle portait ses vêtements amples et baveux d'intérieur habituels et elle a agi comme si les événements qui venaient de se produire après son retour détrempé de l'école ne s'étaient pas produits. Je ne savais pas si je devais en parler ou non, vu que j'étais censé être le gardien, le responsable. Alors que la soirée touchait à sa fin, nous nous sommes tous les deux dit bonne...

777 Des vues

Likes 0

Sis me laisse II

Inutile de dire que j'étais très préoccupé le reste de la journée et de la nuit. Rien que la pensée du petit cul de ma sœur m'excitait déjà, mais l'avoir léché était le paradis. C'était comme d'habitude pour Sis et moi pendant les deux jours suivants. Maman rentrait du travail à l'heure et papa a rapidement suivi. Nous étions également à l'école, donc il était difficile de trouver du temps seul. Chaque nuit, cependant, je fantasmais sur ma sœur et notre petit jeu se terminant généralement par une séance de branlette rapide qui me laissait plus frustré qu'autre chose. Heureusement, une...

732 Des vues

Likes 0

Papa ne peut plus dire non à sa copine

Ma mère avait un copain quand j'étais très, très jeune. Il aimait jouer avec des jeunes filles et il jouait avec moi dans le dos de ma mère. Cela a créé des pulsions sexuelles en moi qui revenaient constamment en grandissant. Cela a causé beaucoup d'angoisse et de problèmes mentaux du fait que je ne savais pas comment me soulager de ces envies, mais je savais qu'il devait y avoir un moyen de satisfaire ces envies et de me soulager. Des années plus tard, ma mère a épousé Bruce, mon nouveau beau-père. Nous avons eu une vie de famille très agréable...

679 Des vues

Likes 0

Belle Lily

Note de l'auteur : si vous n'êtes pas fan des histoires où la majorité des personnages ont peu ou pas de morale, veuillez ne pas lire ceci. Tu as été prévenu. Passez votre chemin si ce concept ne vous intrigue pas. Il y a des gens maléfiques et foutus dans cette histoire. Le fils sexuellement actif peut être le moindre des maux. Ce n'est pas une histoire d'amour légère. Son compagnon Juicy J est beaucoup plus optimiste et léger. N'hésitez pas à lire cette histoire (sur la sœur de Lilly) si vous préférez ce style. Celui-ci est également un conte en couches...

480 Des vues

Likes 0

Sexe fidèle

Ses baisers descendirent le long de son cou, ne s'arrêtant pas avant qu'il n'atteigne ses seins. Il prend l'un des gros seins dans sa main, le massant délicatement. Ses lèvres se déplacent vers son mamelon gauche, le suçant à la seconde où ses lèvres l'enveloppent. Sa main libre traîne sur son ventre, jusqu'à son pantalon. Il pousse sa main à l'intérieur brutalement alors que sa main atteint sa destination. Ses mains passent sous le tissu connu sous le nom de sa culotte, la doigtant à ce moment-là. Il libère sa main de sa poitrine, enlevant lentement son pantalon. Une fois qu'ils...

389 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

Le pacte du diable par mypenname3000 Droit d'auteur 2013 Chapitre vingt-six : L'Ordre de Marie-Madeleine Visitez mon blog à www.mypenname3000.com. « Entrez », ai-je dit à mes confrères en les invitant dans ma chambre d'hôtel. Ce n'était pas vraiment ma chambre d'hôtel. Hier soir, quand j'ai pris l'avion pour SeaTac depuis Miami, Providence m'a conduit à un expert en sinistres nommé Curtis à la réclamation des bagages de l'aéroport. Nous avons flirté en attendant nos bagages et il m'a invité dans sa chambre d'hôtel. Quand la Providence vous donne un logement, avec un mec mignon en prime, vous ne dites pas...

354 Des vues

Likes 0

Enfoncer la mère de mon ami

« Alicia, qu'est-ce que tu fais ce soir ? J'ai demandé à ma sœur. Je vais traîner avec mon pote chez lui « Tu penses que tu pourrais me glisser ça ? Comment s'appelle-t-il ? Je l'ai toujours protégée, et maintenant qu'elle a 16 ans, il va y avoir beaucoup de gars qui essaient de profiter d'elle. Même moi, je pense qu'elle est canon, et c'est ma sœur. « Ne t'inquiète pas, je pense qu'il est gay. En fait, gay. Tu sais ? » J'étais pressé, je n'avais plus le temps de l'interroger. Soyez en sécurité ai-je crié alors que je franchissais la porte...

105 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

1.1K Des vues

Likes 0

DÉMON

« Et restez dehors ! » J'ai été expulsé du seul endroit que j'appelle chez moi. Cette fois, je ne reviendrai probablement pas en rampant vers Rebecca. Je sais très bien que j'ai merdé en la choisissant, et il n'y a pas de retour. « Puis-je au moins avoir mes vêtements ? » J'ai appelé depuis le trottoir, mais la seule réponse que j'ai eue a été une porte claquée. Elle allait probablement les vendre de toute façon. Mince. J'ai bousculé les poches de ma veste, essayant de trouver les clés de ma voiture de sport. Trouvant mes clés dans la poche gauche de mon pantalon, j'ai...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.