Le Chevalier et l'Acolyte Tome 3, Chapitre 8 : Dangers nécromantiques

627Report
Le Chevalier et l'Acolyte Tome 3, Chapitre 8 : Dangers nécromantiques

Le chevalier et l'acolyte
Tome 3 : La passion barbare
Chapitre huit : Dangers nécromantiques
Par mypenname3000
Droits d'auteur 2016

Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci.

Thrak – Ruines de Murathi, la Fédération de Larg

"Tu es sûr que tu vas bien ?" a demandé Faoril en me frottant les épaules. "Cette pierre avait l'air lourde."

"Très bien," soupirai-je, savourant la façon dont ses doigts massaient mes épaules, soulageant la tension. «Ce n'était qu'un coup d'œil. L'ecchymose ne palpite presque pas.

"Vous devez être prudent", a poursuivi Faoril.

Ses doigts s'enfoncèrent profondément dans les muscles de mon cou, soulageant la douleur de la pierre délogée qui me frappa. Je me suis penché en arrière sur ses seins nus pendant qu'elle travaillait, mes jambes tendues vers le feu. Après notre première journée complète à chercher les ruines, nous n'avions toujours pas trouvé l'épée. Mais il restait encore quatre temples à rechercher avant de nous étendre.

— C'est l'orc en lui, Faoril, dit Serisia. Le fantôme de ma femme s'agenouilla entre mes cuisses, sa main fraîche caressant mon sexe de haut en bas. Chaque fois qu'elle atteignait la pointe, elle jouait avec mon piercing à la bite en os.

Je savourais le plaisir qui traversait mon corps quand elle faisait ça.

"Oui, tu es un si grand, fort et puissant guerrier orc," dit Faoril. Ses mamelons étaient durs contre mon large dos. "Mais cela ne veut pas dire que vous pouvez prendre une pierre d'une demi-tonne pour vous effondrer le crâne."

"Mais c'est un crâne si épais", a gloussé Serisia. Son visage pâle me fixait, encadré par ses cheveux châtains doux. Les piercings osseux parsemant le visage de ma femme décédée ont transformé son expression douce et féminine en quelque chose à la fois espiègle et féroce.

Quelle femme incroyable elle était.

J'ai caressé ses cheveux bruns tandis que les doigts de Faoril s'enfonçaient plus profondément. Même sans que la roche lâche ne se détache de mon épaule droite et de mon dos, fouiller les ruines était un travail fatiguant. Mais le contact des deux femmes a permis d'atténuer la tension.

« Où as-tu appris à faire ça avec tes doigts ? » J'ai demandé.

"Xera m'a appris."

Ma bite palpitait, imaginant la grande et plantureuse elfe passant ses mains sur le corps de Faoril. Les oreilles de Xera se tordaient quand elle s'amusait. J'adorerais la baiser, mais l'elfe riait toujours quand j'en parlais, se vantant que sa bite était plus grosse que la mienne.

Cela ressemblait à de la vantardise. Quand elle est entrée en chaleur ensuite, j'aimerais voir si c'était vrai. Peut-être en la regardant baiser Faoril ou Serisia. Je gémis, fermant les yeux et essayant d'imaginer l'elfe avec cette bite.

"Que pensez-vous de?" demanda Sérisia. "Parce que ta bite a l'air d'être faite d'acier Valyan."

— Il pense à Xera en train de me masser, ronronna Faoril. "A-t-elle une bite dans ton fantasme ?"

"Une bite", gémis-je, incapable de bannir l'image de Xera et de sa bite

« Comme c'est coquin », gloussa Serisia, puis elle se pencha et lécha lentement et longuement la couronne de ma bite. Sa main était peut-être froide, mais sa langue était chaude. Je gémis alors que l'esprit finissait de lécher le sommet de ma bite, sa langue s'enfonçant dans ma fente pour ramasser du précum salé. « Pourquoi une femme avec une bite te rend-elle si dur ? »

— J'ai entendu dire qu'un érudit nommé Ersaz l'avait surnommée l'illusion érotique, répondit Faoril. « Nous recherchons de nouvelles expériences, et il n'y a rien de plus nouveau pour nous, races bisexuelles, qu'une race hermaphrodite. Des corps féminins luxuriants arborant la partie du corps la plus masculine. C'est une image puissante, contrastée, impossible.

"Peut-être," gémis-je, l'idée me brûlant la tête.

"C'est aussi une idée géniale pour les femmes", a gloussé Faoril. "Croyez-moi. Xera était populaire dans le Magery quand elle était en chaleur. Et quand elle m'a massé, elle avait sa bite.

Je gémis, ma bite palpitant alors que Serisia l'aspirait dans sa bouche. Sa bouche montait et descendait, sa langue tourbillonnait pendant qu'elle suçait. J'ai fermé les yeux, passant ma main dans ses cheveux bruns alors que j'imaginais Xera debout, ses oreilles tremblant alors qu'elles sortaient de ses cheveux verts, tandis qu'une énorme bite sortait de son aine.

— La puissante bite de Gewin, ai-je grogné.

Ma bite a éclaté dans la bouche de Serisia. Le fantôme haleta sous le choc. Je n'ai jamais explosé aussi facilement. Sa bouche suçait fort, buvant tout mon sperme pendant que je frissonnais dans l'étreinte de Faoril. Elle me serra dans ses bras, ses lèvres mordillant mon cou tandis que ses mains douces frottaient ma poitrine balafrée.

"Quelqu'un est excité," ronronna Faoril alors que le dernier jet de mon sperme inondait la bouche de succion de Serisia.

— Oui, ai-je grogné.

Serisia leva la bouche. Elle a chevauché mon corps, sa chatte chaude frottant sur ma hampe encore dure, et a embrassé Faoril par-dessus mon épaule. Du coin de l'œil, j'ai vu leurs langues roses se caresser, faire passer mon sperme salé entre elles.

C'était un autre spectacle chaud.

Ma bite palpitait sous la chatte grinçante de ma femme alors qu'elle gémissait dans la bouche de Faoril. Ma bite me faisait mal. Sa chair était si chaude, et c'était enivrant de voir leur langue passer mon sperme d'avant en arrière comme une gâterie savoureuse.

Mes mains ont attrapé la taille de ma femme. J'ai soulevé son corps froid, ma bite pointant vers le haut, puis j'ai claqué le fantôme sur ma bite. Ma femme et moi avons tous les deux gémi alors que sa chair engloutissait ma bite. Elle était serrée, agrippant ma bite tandis que le piercing de ma hampe caressait les parois de sa chatte, ajoutant un autre picotement de plaisir dans ma bite.

"La chatte de Slata," haleta Serisia après avoir rompu le baiser avec Faoril. "Il est insatiable ce soir."

"Les gars aiment toujours regarder les filles faire boule de neige", a souri Faoril. « C'est quelque chose que les femmes mages apprennent dès le début de leur apprentissage. Saoria et moi avions l'habitude de faire ça et de les faire..." Faoril soupira. « Putain de merde. Cela ne disparaîtra-t-il jamais ?

"Quoi?" Je gémis alors qu'elle reculait, me permettant de poser ma tête sur ses genoux.

« Saoria était mon amie. Ou alors je pensais. Mais quand elle a réussi le test et que j'ai eu mon... malheureux échec, elle n'a plus eu besoin de moi. Faoril s'élança davantage, puis se mit à califourchon sur mon visage. «Je suis trop excitée pour perdre du temps à penser à elle. Mange ma chatte, Thrak. J'adore quand tu le fais. Tu me fais jouir si fort.

"Parce que tu as un goût si délicieux," grognai-je alors qu'elle s'avançait, me chevauchant. J'ai tiré sur ses cuisses, sa chatte effleurant mes lèvres.

"Oh, ton mari a du talent," haleta Faoril alors que ma langue tourbillonnait dans ses plis tandis que ses poils pubiens bouclés chatouillaient mes lèvres. Sa saveur épicée a rempli ma bouche. « Merci de l'avoir entraîné. »

"C'était un étudiant enthousiaste", haleta Serisia, sa chatte se serrant et se relaxant sur ma bite alors qu'elle montait et descendait. « Il avait hâte de tout apprendre à l'université.

Faoril a gloussé puis a haleté alors que j'enfonçais ma langue profondément dans ses profondeurs chaudes. Mes mains serraient son petit cul alors qu'elle s'écrasait sur mon visage. J'ai gémi et grogné dans sa chatte alors que Serisia glissait de plus en plus vite sur ma bite, faisant bouger sa chatte dégoulinante de haut en bas tout en roulant ses hanches et en faisant tourbillonner ma bite à travers ses plis.

"Mmm, oui, j'adore le monter", a haleté Serisia. "C'est bien d'être sous lui, mais ici, je peux contrôler sa bite."

"J'aime la façon dont vos seins rebondissent", gémit Faoril. "Et ces piercings au mamelon."

"Vous devez percer le vôtre", a insisté Serisia.

Faoril haleta. J'imaginais les doigts de ma femme tirant sur son mamelon. Puis Serisia laissa échapper un couinement de plaisir, sa chatte se serrant sur ma bite alors que Faoril devait me rendre la pareille. Les deux femmes gémirent alors qu'elles chevauchaient mon visage et ma bite.

"Ils sont amusants à jouer avec", a admis Faoril.

Faoril bougea, se penchant en avant alors qu'elle étalait sa chatte chaude sur mon visage. Le son humide et claquant du baiser atteignit mes oreilles. Ma bite me faisait mal alors que j'imaginais Serisia glisser sa chatte de haut en bas de ma bite tandis que Faoril avait ses bras enroulés autour de ma femme, l'embrassant fort.

"J'adore ce son," gémis-je entre les coups de langue de la chatte de Faoril. Mes mains ont serré plus fort son cul, déplaçant sa chatte sur mes lèvres jusqu'à ce que je trouve son clitoris.

J'ai léché le nœud. Elle gémit dans la bouche de Serisia. Ma langue a tournoyé autour du nœud avant que je n'aspire son clitoris sensible dans ma bouche. Je l'ai sucé et grignoté pendant qu'elle se tortillait, son cul fléchissant sous mes mains tâtonnantes.

Ses gémissements étouffés s'amplifièrent. Son jus s'est déversé dans ma bouche alors que je continuais de grignoter et de sucer. Un violent frisson parcourut son corps. Elle se hissa sur moi alors que son orgasme éclatait en elle. Ma bite palpitait dans la chatte de ma femme pendant que je faisais jouir Faoril.

« Oh, oui », a haleté Faoril, rompant le baiser avec ma femme. — La chatte poilue de Slata, oui. Oh wow. Continue de sucer mon clitoris. Oh oui. Je jouis à nouveau. Thrak, merveilleux orc. Oh oui. Oh putain." Faoril hurla. "Sérisia. Oh, suce mes tétons. Dieux, oui, c'est merveilleux.

Serisia a écrasé sa chatte sur ma bite, ne s'élevant que de quelques centimètres. Elle s'était penchée pour téter les mamelons de Faoril tout en frottant son clitoris contre mon pubis. Son aine a glissé à travers mes poils pubiens raides alors que sa chatte se serrait et se détendait sur ma bite.

J'ai retiré mes mains du cul de Faoril et j'ai saisi Serisia. Je serrai fort puis la fis glisser de haut en bas sur ma bite, faisant travailler cette gaine chaude et humide sur ma bite. J'avais mal à l'intérieur d'elle. Mes couilles bouillis, impatientes de se décharger dans sa chatte.

« Trop », haleta Faoril, glissant de mon visage et frissonnant à côté de nous sur les couvertures.

Serisia sourit alors qu'elle se penchait en avant, drapant ses seins sur ma poitrine. Ses piercings aux tétons frottaient sur ma peau cicatrisée pendant que nous nous embrassions. Elle gémit, sa chatte se serrant sur ma bite alors qu'elle savourait les jus épicés de Faoril.

Sa langue s'enfonça dans ma bouche alors qu'elle jouissait. Sa chatte a massé ma bite. Le tunnel de chair chaud et spasmodique envoyait des secousses de plaisir le long de ma hampe jusqu'à mes couilles. J'ai gémi, mes mains se serrant sur ses fesses, puis j'ai fait irruption dans ses profondeurs chaudes.

Je grognai dans le baiser alors que mes hanches se soulevaient. Mon sperme a bouilli dans la chatte du fantôme. Serisia frissonna sur moi. Elle s'est nourrie de sperme. C'était ce qui la laissait rester corporelle et avec moi le plus longtemps possible.

C'était aussi ce qui finirait par la rendre folle si elle restait trop longtemps. Elle était à cheval entre l'amour et la folie. Je ne savais pas combien de temps elle pourrait tenir le coup, mais je chérirais chaque instant que nous aurions jusqu'à ce qu'elle doive passer à la prochaine vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Chevalier errant Angela

Nous nous sommes séparés pour explorer les ruines après avoir rompu notre jeûne le lendemain matin. Notre deuxième journée complète de recherche. J'avais encore mal depuis hier. Nous avons laissé nos chevaux paître dans notre camp au sommet d'une colline alors que nous descendions sur la place du temple.

Les temples de Murathi étaient gigantesques et la place qu'ils entouraient pouvait s'adapter à la plupart des villes du monde. Les orcs qui avaient construit Murathi à partir des énormes pierres qu'ils extrayaient avaient été ambitieux. Et les temples étaient des œuvres d'art.

Ils avaient empilé la pierre en hauteur et formé de grandes pièces voûtées. Après le premier jour de nos recherches, quelques heures seulement après notre arrivée après midi, Faoril s'était jetée sur l'architecture et elle, Thrak et Serisia avaient passé la soirée à en parler des merveilles.

L'orc était une énigme. Il était plus instruit que Sophia, et elle a été élevée avec les meilleurs tuteurs, puis instruite par la prêtresse de Saphique.

Bien sûr, Sophia détestait apprendre, alors c'était peut-être pour ça qu'elle n'en savait pas autant.

"Soyez en sécurité", a déclaré Xera alors qu'elle se dirigeait vers le prochain temple qu'elle prévoyait de rechercher.

— Toi aussi, dit Sophia. L'acolyte et moi chercherions un autre temple tandis que Thrak et Faoril, assistés de Serisia, prendraient le troisième.

La journée devenait déjà chaude. Le mythe des terres orques comme étant toujours fermées en hiver était absurde. L'été était arrivé et il faisait tout aussi chaud qu'à Secare, mais avec l'avantage d'avoir plus de mouches.

De grosses mouches.

J'en ai giflé un, un gros truc noir plus gros que le bout de mon pouce. Comment ont-ils survécu aux hivers glacials ?

La place devant les temples massifs était couverte d'herbe dépassant des pavés plus petits. Il y avait des parties de la place où la terre s'était déversée des collines environnantes, formant de petites montées d'herbe pure qui s'étendaient comme les tentacules d'un kraken massif vers le centre de la place.

Il était impossible de dire quel temple était à Pater. Aucun n'avait de marques indiquant quel dieu était adoré où. Nous pensions que le morceau de l'épée du Haut Roi serait dans le Temple de Pater.

« Vous descendez du dieu Pater », lança soudainement Sophia alors que nous passions dans l'entrée.

"Quoi?" demandai-je en regardant autour de moi. "Bien sur que je le suis. Tous les humains descendent de Pater et de Slata lorsqu'elle a donné naissance aux races à duel sexué lors de la création.

J'ai scanné le temple. Il faisait sombre, éclairé par des rayons de soleil brillant traversant de petits trous dans le toit. La poussière dansait dans l'air, illuminée par ces flèches. Le sol était couvert de terre emportée par diverses ouvertures dans les murs de pierre tandis que l'air sentait le renfermé, le musc.

Morte.

"Non, je veux dire, tu es un descendant du Haut Roi, et il était le fils bâtard de Pater."

— Pater en avait beaucoup, ai-je haussé les épaules. « Je suis sûr que tu as du sang de Pater en toi. C'est une divinité excitée. J'ai ri. « Le dieu de la paternité doit produire de nombreux descendants. La plupart des dieux sont ses enfants, même sa femme Slata et votre déesse. Et il a engendré des anges, des démons, des éclairs, des muses et des dizaines de héros.

"Je sais, mais tu as plus de son sang qu'un humain moyen," contra Sophia. Puis elle éternua. « Ooh, je déteste être ici. Tant de poussière. Elle éternua à nouveau.

J'ai ri.

"Quoi?" demanda-t-elle.

« Tu es si mignon quand tu éternues. Votre nez se contracte et votre visage se plisse.

"Eh bien, je suis contente que mon—" ses mots s'interrompirent alors qu'elle éternuait à nouveau. Ses yeux se remplirent de larmes alors qu'elle éternuait encore deux fois. Elle se redressa, essuyant ses yeux rougis. « Je suis content que ça te plaise. »

"Allez, je pense que c'est l'autel."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Yeux de feu

L'armée d'orques morts-vivants que j'avais animée a trébuché avant nous dans les ruines. Je me tenais au sommet de la colline où Angela et sa bande avaient établi leur camp. Leurs chevaux s'étaient enfuis à la première odeur de morts-vivants. Leurs hennissements de terreur ressemblaient presque à des cris d'enfants.

Cela m'a rappelé certaines de mes expériences. Les enfants avaient beaucoup de vitalité et étaient fascinants à vivisecter.

Le simulacre s'agenouilla à proximité alors que je préparais mon sort. Elle me regarda tracer un cercle magique à cinq branches dans un endroit plat, sillonnant le sol dur. Puis j'ai gratté les marques des arcanes, me concentrant sur la vie, avec de l'air et de la terre pour lier l'esprit à ma volonté.

Mon cercle prêt, je suis entré dedans et j'ai bu une fiole de jus de chatte. L'énergie magique a bouilli à l'intérieur de moi et a déclenché ma magie. Il a coulé hors de moi dans le cercle. Une lumière noire brillait autour de moi. Le cercle projetterait mon sort plus loin et le renforcerait.

La magie s'abattit sur les ruines pour trouver le fantôme, dépassant la lente marche des orcs morts-vivants qui seulement maintenant avaient atteint la grande place devant les temples en ruine. Ma magie était en quête, à la recherche de l'ondulation en réalité laissée par le fantôme – une piste.

Ma magie l'a trouvé et a viré vers un temple du côté est de la place. Il a pénétré la pierre. Le fantôme fantôme aux côtés de son mari et Faoril. Le mage devrait être la première cible du saccage du fantôme. Elle était trop dangereuse.

Mon sort s'abattit sur l'esprit. Elle n'a pas pu résister. La nécromancie était ma spécialité. Ses cris purs de peur et de douleur qui résonnaient à travers mon sort étaient si satisfaisants alors que je lui ôtais son humanité et laissais sortir la vraie nature d'un fantôme – la colère contre ceux qui vivaient encore.

Je souris en mettant fin à mon sort. Elle se déchaînerait maintenant. L'âme de la femme était folle de devenir un fantôme.

Ma bite était dure. J'ai quitté le cercle, impatient de voir le carnage que j'avais déclenché.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Xérathalasie

J'étudiai le temple, mes yeux cherchant tout ce qui pourrait conduire à un passage caché. J'avais travaillé soigneusement à travers le temple pendant la dernière heure, ignorant la poussière qui remplissait l'air et enduit mon corps nu.

Je me suis penché vers l'autel, une dalle de pierre massive taillée dans la même roche sombre. Mes doigts caressaient les marques d'outils martelées dans la surface. L'endroit était un mélange de brut et de remarquable. Les pierres ont été grossièrement taillées et manœuvrées en place par la force brute, mais la construction était raffinée et avancée, formant une structure qui semblait aussi bien construite que les villes dont j'avais été témoin dans le Magery.

Mon doigt a couru le long du bas de la pierre où il a rencontré le sol. Je n'ai senti aucun espace ou mouvement d'air.

Je soupirai en me redressant. Mes oreilles tremblaient. J'ai gelé. Avais-je entendu un homme parler sur le vent.

J'ai ralenti mon cœur et me suis concentré sur mes oreilles. Le son était faible, un murmure faisant un bruit inintelligent. La magie était dans l'air. Un mage a travaillé des sorts. Je n'ai pas reconnu la voix. Ce n'était pas Faoril et il n'avait pas le grondement graveleux d'un orc. La cadence du discours m'a rappelé Fireeyes, mais cette voix était plus grave que le sorcier mort.

J'ai jeté un coup d'œil autour de moi. La lumière passait à travers un trou dans le mur au-dessus de ma tête. Je grimpai agilement sur les pierres, serrant mon arc non cordé dans une main. Mon carquois de flèches s'entrechoqua tandis que je grimpais le long du mur, mes doigts et mes orteils creusant dans les fissures et les entailles de la pierre.

J'ai atteint le sommet. La lumière du soleil était brillante pour mes yeux et je grimaçai alors qu'ils s'adaptaient. Une odeur nauséabonde de mort m'envahit. Je grimaçai et respirai par la bouche alors que je montais plus haut sur les murs du temple, mes yeux cherchant la source de l'odeur et de la magie.

A mi-hauteur, le cadavre chancelant d'un orc trébucha sous moi, suivi d'un autre. Mon estomac voulait se révolter. La nécromancie dansait dans les airs. Pas étonnant que la voix me rappelle Fireeyes. C'était le genre de chose qu'un homme immonde aurait fait.

J'étais content que ma flèche l'ait tué.

J'ai rapidement tendu mon arc alors que les cadavres trébuchaient sous moi. Le bois craquait lorsque je le pliais pour attacher la ficelle. Ensuite, j'ai tiré une flèche et l'ai tirée sur le premier orc zombifié. La flèche enfoncée dans son épaule.

Le cadavre ne le sentit même pas alors qu'il trébuchait vers l'avant.

Mon arme serait inutile contre ça. Mais je pouvais sonner l'alarme et alerter mes compagnons. J'ai inspiré et j'ai crié.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Acolyte Sophie

"Avez-vous entendu que?" ai-je demandé à Angela alors qu'elle s'agenouillait devant l'autel.

"Entendre quoi?" elle a demandé.

"Je ne sais pas. J'ai cru entendre un cri. Je fronçai les sourcils en jetant un coup d'œil à l'entrée du temple. « Est-ce qu'on devrait vérifier ? »

"Je pense que j'ai trouvé quelque chose," haleta Angela. « Il y a un tunnel sous l'autel. J'ai juste besoin de soulever cette pierre.

Je me suis détourné de l'entrée et j'ai regardé Angela alors qu'elle saisissait une grande pierre au sol. Il s'écrasa contre les pierres voisines alors qu'elle le soulevait et le soulevait sur le côté. Un trou s'est ouvert en dessous. Il faisait sombre et un musc terreux s'élevait des profondeurs.

"Il y a un tunnel," sourit Angela. « Je pense que nous l'avons trouvé.

« Et la lumière ? » ai-je demandé alors qu'Angela tombait dans le tunnel.

« Tu ne peux pas faire de la lumière avec ta magie ? » demanda Angela alors qu'elle se tenait dans le tunnel. Il était étroit et les racines des plantes passaient à travers le côté.

« Euh... ? » J'ai froncé les sourcils. Puis-je faire une lumière? Y a-t-il eu un sort qui a fait ça ? Je pense qu'il y avait. J'ai glissé ma main dans mon peignoir et frotté mon mamelon. Je pouvais contrôler mon sein et faire couler mon lait à volonté. Je frissonnai alors que mon doigt devenait collant avec mon lait maternel. J'ai levé la main. "Saphique, laisse mon lait béni briller le chemin."

J'ai haleté de plaisir alors que les perles de lait maculant mes doigts brillaient d'une douce lumière rose. Je suis tombé dans le tunnel, la lumière se répandant autour de nous. J'ai levé mon doigt vers le haut pendant que nous poussions dans le tunnel.

C'était étroit et étroit. Thrak aurait eu du mal à se faufiler ici. Même Angela et moi avons dû nous esquiver. Je parie qu'un orc devrait ramper pour passer ici. Les côtés du mur étaient en terre avec des pavés au-dessus de notre tête.

« Il y a quelque chose à venir, » haleta Angela avec admiration. "C'est réfléchissant."

J'ai jeté un coup d'œil au-delà d'elle. Il y avait un bloc de pierre au bout du passage, un autel sur lequel quelque chose brillait. Je fronçai les sourcils, luttant pour voir. La pièce n'était pas si grande, formant un T. Elle était faite d'un métal argenté et sertie d'un gros rubis.

"Est-ce que c'est ça?" J'ai demandé. "Ça ne ressemble pas à une épée."

Angela le ramassa et frissonna. Il s'est niché dans la paume de sa main. La crainte emplit ses yeux et ses cheveux roux brillèrent de feu pendant un moment. L'énergie s'est répandue autour de moi et s'est mélangée à ma lumière. Pendant un instant, le rose brûla en rouge avant que l'énergie ne nous dépasse.

"C'est un morceau," murmura Angela. "La poignée et la poignée." Elle toucha le rubis puis les branches ramifiées du crossguard. "Le pommeau manque, et la lame, mais nous avons trouvé la première pièce."

« Plus que quatre à faire. » L'excitation battait dans mon cœur. Si ce petit fragment détenait un tel pouvoir, que contiendrait l'épée entière ? « Vous pouvez tuer Dominari avec ça. Tu vas réussir, Angela.

Angela m'a serré dans ses bras.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compagnon Mage Faoril

Un frisson parcourut ma peau. J'ai levé la tête et j'ai balayé mon regard. Ma main tira sur la poche de ma robe et saisit une fiole de sperme. Mes sens se sont réveillés. J'ai ressenti de la magie. Un chaman orc nous avait-il trouvés ? Était-ce un survivant des Ghost Wolves cherchant à se venger ?

Serisia a crié: "Non!"

Le fantôme convulsa. Sa chair devint translucide pendant un moment, puis redevint solide alors qu'elle criait. Elle tomba à genoux, le dos cambré. Thrak, de l'autre côté du temple en ruine, fit volte-face, la main posée sur sa hache.

"Exploiter!" grogna Serisia, sa voix tordue et grave. "Mon mari. Il est à moi."

J'ai avalé mon sperme pendant que le fantôme gonflait. Son visage est devenu laid, tordu, avec seulement des vestiges de Serisia enterrés là-dedans. Ses cheveux sont devenus noirs et cassants. Ses seins se sont affaissés et se sont ridés tandis que ses longs membres sont devenus aussi tordus qu'une araignée.

« C'est mon mari que vous volez ! » Serisia gronda en me balançant une main griffue.

J'ai envoyé ma magie, tourbillonnant de l'air pour l'agripper et soulevant des pavés pour me protéger. La magie s'est précipitée hors de mon corps, contrôlant les éléments alors que le fantôme fou hurlait sa rage. Sa main devint translucide et traversa le vent et les rochers.

Puis est devenu solide et m'a frappé.

La douleur a explosé sur mon côté. Je suis tombé dans les airs en hurlant. La paroi rocheuse du temple s'est précipitée sur moi et—

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Thrak

Faoril a percuté le mur avec un bruit sourd et charnu, puis est tombé mou sur le sol. Du sang maculait sa tête et ses cheveux, se déversant sur le sol en pierre à moitié exposé de la piscine. Le fantôme tordu de ma femme s'est retourné contre moi, ses yeux d'un rouge flamboyant.

« Pensez-vous que je la laisserais m'usurper ! » ragea-t-elle, sa voix résonnant à travers la tempe alors qu'elle marchait vers moi. "Tu es mon mari. Elle ne peut pas t'avoir. Personne ne peut."

« Serisia », criai-je, mon cœur hurlant dans ma poitrine. « S'il vous plaît, que faites-vous ? »

Sa main m'a balayé. J'ai plongé à droite en roulant sur les pavés et je suis revenu accroupi. Elle a encore basculé. Je me précipitai vers la droite, ignorant la poussée de douleur alors que ses griffes acérées déchiraient ma chair.

Elle a gonflé, atteignant facilement le double de ma taille. « Aucune femme ne peut vous avoir. Tu es à moi! L'endroit idéal pour vous est avec moi! Tu ne mérites pas la vie sans moi.

Mon cœur a coulé. Elle avait succombé à sa folie. Je ne savais pas que ça arriverait si vite. Je pensais qu'il y aurait des signes avant-coureurs. Il est temps pour Serisia de réaliser son danger et de passer à autre chose avant de devenir un monstre déterminé à tuer ceux qu'elle aimait.

Mon cœur s'est brisé lorsque ses mains glissantes ont déchiré le sol derrière moi alors que je courais vers Faoril. Ma femme était vraiment partie. Elle ne s'en remettrait jamais. Tout ce que je pouvais espérer, c'était un exorcisme, pour la ramener dans le plan astral où elle pourrait trouver la paix. Elle est restée trop longtemps. Je l'ai trop serrée. Je lui ai apporté ça. J'ai détruit ma femme avec mon chagrin égoïste. Je l'ai gardée liée à ce monde, ancrée ici. Les morts n'appartenaient pas au monde des vivants. Je n'aurais jamais dû la laisser devenir un fantôme.

— Je suis désolé, Serisia, criai-je en me penchant pour ramasser le corps flasque de Faoril. Elle saignait encore, donc elle était toujours en vie.

"Tu l'aimes plus que moi !" beugla Serisia.

Ses mots faisaient plus mal que ses griffes.

Je suis sorti du temple à la lumière du jour. Une horde de cadavres traînants des Loups Fantômes que j'avais massacrés dans ma rage me faisait face. La terreur s'empara de mon cœur. Comment mes victimes pourraient-elles être ici ? Je les ai tous reconnus. Je les avais tous tués. Leurs corps portaient les blessures indubitables de la hache sur mon dos.

Je détestais la rage. J'ai détesté ce qu'il m'a fait faire. Comment cela m'a fait tuer même ceux qui avaient éclaté de peur et s'étaient enfuis, non plus des menaces. Beaucoup de ces cadavres portaient des blessures dans le dos, coupés en fuyant.

« Je vais vous tuer tous les deux ! » grogna Serisia. « Je vais vous entraîner dans la mort et vous punir, Thrak ! Tu es mon mari! Comment oses-tu aimer cette pute plus que moi ! Vous souffrirez tous les deux !

J'ai esquivé alors que l'un des cadavres d'orcs me balançait avec une épée rouillée tandis que Serisia filait après. Je tenais Faoril dans mon bras gauche, berçant son corps mou contre ma poitrine tandis que ma main droite tirait ma hache. Je l'ai balancé d'une main, coupant mes victimes alors que je fuyais ma femme.

Je ne laisserais pas Faoril être davantage blessé.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Chevalier errant Angela

J'ai boosté Sophia et elle s'est précipitée hors du tunnel. Mon cœur battait d'excitation. J'avais trouvé le premier morceau de l'épée de mon ancêtre. L'espoir m'a remonté le moral. J'allais conquérir Dominari. Une telle puissance battait au pommeau. Même dans ma poche de ceinture, je pouvais sentir le pommeau débordant d'énergie.

« Angèle ! » Sophia hurla et plongea soudainement. Quelque chose bougea au-dessus d'elle. Une odeur nauséabonde, comme un cadavre laissé au soleil pendant des jours, agressa mon nez.

J'ai sauté et j'ai accroché le haut du tunnel. Mon armure claqua tandis que je me hissais hors du trou et dégainais mon épée. Sophia s'est enfuie d'un orc chancelant. Elle laissa échapper un autre cri alors que l'orc lui lançait une hache rouillée.

Il y avait quelque chose qui clochait chez l'orc. Il est entré dans la lumière du soleil traversant une fente dans le mur du temple et j'ai grimacé. Sa peau basanée était gonflée de pourriture. Du sang séché a durci son corps à cause des blessures profondes laissées par une hache. Il ressemblait à l'un des orcs que Thrak avait tués lorsque les loups fantômes nous ont attaqués.

— C'est un zombie, cria Sophia en se précipitant vers moi.

Elle a plongé devant moi lorsque le cadavre de l'orc a levé sa hache et a balancé dans un coup lourd et maladroit qui l'a laissé complètement ouvert à l'attaque. J'ai paré et j'ai balancé ma lame, mordant son côté gonflé. L'air vicié empestait, le ventre se dégonflait comme une outre perforée.

J'ai combattu l'envie de vomir à cause de la puanteur.

"J'ai besoin que tu enchantes ma lame, Sophia," criai-je alors que le cadavre attaquait à nouveau sans bruit. Des étincelles ont illuminé les ruines sombres alors que je déviais sa lame. "Les zombies ne sont pas affectés par les armes ordinaires."

— Bien, marmonna Sophia en se recroquevillant derrière moi. "Je dois toucher ta lame pour faire ça."

"Le tunnel. Voyons à quel point c'est stupide.

Sophia s'est enfuie de moi. J'ai bloqué une autre attaque et je suis sorti, attrapant le zombie dans l'estomac. Je l'ai repoussé. Le cadavre trébucha, luttant pour garder son équilibre, puis je me retournai et me précipitai vers Sophia. Je suis passé par-dessus l'embouchure du tunnel et j'ai atterri, tourbillonnant alors que le zombie chargeait après.

Il n'a pas remarqué le trou.

Il s'y écrasa, le bouchant à moitié avec sa masse, une jambe dans le trou, l'autre pliée et tordue à un angle par rapport à son corps au-dessus du trou. Le zombie se débattit, luttant pour sortir son corps du trou.

Sophia, sa robe entrouverte, couvrait ses mains de son lait maternel. Le liquide crémeux sentait bon, bannissant momentanément l'odeur de l'orc. Sophia a enduit le lait sur ma lame et a scandé : « Saphique, la déesse vierge qui aime toutes les femmes, bénis cette arme afin qu'elle puisse protéger son porteur. Que cette épée brille de mille feux, un phare pour défendre toutes les femmes.

Une teinte rosâtre imprégnait mon épée. L'orc sortit son corps puant du trou. J'ai basculé. Ma lame a traversé son corps. La magie noire qui animait le cadavre prit fin et il tomba en morceaux devant moi. Je jetai un coup d'œil hors du temple. Plus de zombies erraient sur la place du temple.

« Viens », ai-je crié.

Sophia a sorti son poignard enchanté. Il brillait en rose, signalant un danger. Peut-être que je devrais la faire porter plus souvent pour nous avertir. J'ai chargé vers l'entrée, Sophia à la suite. Thrak, Faoril et Xera étaient en difficulté.

J'ai fait irruption dans la lumière du jour et j'ai coupé mon épée à travers un autre zombie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Xérathalasie

Mon arc était inutile. Et je doute que mon couteau se porte mieux.

Les zombies que j'ai frappés ont grimpé sur le côté du temple après moi. J'ai grimpé plus haut et j'ai atteint le toit, courant vers l'avant du bâtiment. J'avais besoin de trouver Faoril ou Sophia. Leur magie serait nécessaire.

J'ai atteint le bord du temple et j'ai haleté.

Sur la place du temple en contrebas, Thrak s'est frayé un chemin à travers la horde d'orcs zombies, le faoril mou serrait dans son bras. Il a balancé sa hache dans des arcs puissants. Son arme était aussi banale que la mienne, mais elle était brutale, coupant les membres et le torse, laissant un tas de morceaux se tordant alors qu'il fuyait quelque chose d'encore pire.

Un esprit tordu a déchiré des pavés et les a lancés à travers la place de Thrak. Ils s'écrasèrent sur l'orc, explosant avec des fissures acérées. La chose était tordue et monstrueuse, dominant la moitié de la hauteur du temple sur lequel je me tenais. C'était une femme ratatinée et tordue.

— Serisia, murmurai-je avec horreur.

La magie chuchotant dans le vent venait de l'esprit. Le nécromancien qui a envoyé les zombies a harnaché Serisia et a transformé le pauvre et doux esprit en folie. Elle a déliré alors qu'elle tentait de tuer son mari et Faoril.

Des pas craquaient derrière moi.

Je me suis retourné et j'ai tiré une flèche par réflexe. Il a pris le zombie dans la poitrine. Aucun sang n'a coulé. Le zombie n'a même pas bronché ou remarqué ma flèche. Lui et un deuxième orc mort, la moitié de son crâne manquant, s'avancèrent sur moi. Je jette mon regard autour de moi. Angela a jailli d'un temple voisin suivie de Sophia. L'épée du chevalier brillait en rose et fendit facilement un zombie.

Sophia a enchanté l'épée du chevalier. Pourrait-elle bénir mon arc ?

Je me précipitai sur le côté du temple, les zombies suivant maladroitement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Yeux de feu

Je souris alors qu'Angela sortait du temple, son épée enchantée par la magie divine. Elle a coupé un zombie avec un seul bras, puis a pivoté et a coupé une seconde. Elle était compétente et avait une grande endurance. J'avais déjà été témoin de ses prouesses une fois.

Je ne ferais pas deux fois la même erreur. J'ai avalé une fiole de jus de chatte du simulacre et j'ai soulevé mon simulacre et moi-même sur un temple voisin pour avoir les hauteurs. cria Angela, faisant signe à l'orc barbare. Il portait le corps flasque du mage.

Le fantôme avait déjà valu l'effort déployé pour l'invoquer.

Sans le mage pour interférer, je pourrais libérer les éléments en toute sécurité. Le feu s'accumula dans ma main, puis je lançai une boule de chaleur crépitante sur Angela. Le chevalier a pivoté et a plongé, son armure scintillant alors que ma magie s'écrasait sur les pavés et mettait le feu à l'herbe sèche poussant à travers les fissures.

J'ai froncé les sourcils. Elle avait des réflexes rapides.

J'ai lancé plus de feu, l'air dansant autour des balles. Angela esquiva et se faufila alors que mes boules de feu explosaient autour d'elle. Comment cette maudite femme a-t-elle si bien bougé ? Elle avait de la vitesse, de l'endurance et de l'agilité, et la force de son épée était inégalée.

Elle me lança un regard noir alors que j'envoyais un vent la fouetter pour ligoter la salope. Elle a coupé son épée à l'instant précis où mon vent l'aurait frappée. L'enchantement de l'épée a séparé mon sort et le vent a explosé.

Cela l'a renversée, mais elle a atterri en roulis et est remontée.

There was more about her. I sent out life magic to probe at her, a divining spell. I was missing something about this female knight. My magic wrapped around her as I continued hurling fireballs while directing my zombies to swarm her.

The god Gewin wreathed her. She had participated in a ritual. A powerful one, and the warrior god had blessed her limbs and skill, increasing her reflexes and strength. I would have to use even more spectacular magic to take her down.

I down another vial.

“Master,” the Simulacrum said behind me. “The elf.”

My eyes were drawn to Xerathalasia. She raced along the temples, chased by a pair of my zombies, and rushed towards Sophia. The acolyte cowered behind a piece of fallen ruin. A primal growl escaped my lips. Pain flared in my chest and belly. This body had never felt the elf-bitch's arrows, but the agony and humiliation of dying to the elf was seared into my soul.

I sent my magic at the elf. Angela could wait.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Xerathalasia

“Can you enchant my bow?” I shouted as I raced towards Sophia. She huddled behind a stone, watching fire rain down from a nearby building. The necromancer stood atop there, a naked, bald woman beside him.

A simulacrum. Her face appeared familiar. Was it the same simulacrum that had been with Fireeyes? Why would she be here? Why would another mage want to kill us?

“I can,” Sophia nodded, her hand darting inside her robe to fondle her breast.

A wind ripped across the plaza. The grass bent. The necromancer's voice screamed on the wind. I gasped as it struck me like a solid object. The world spun about me and then I crashed into the side of a temple.

A bone snapped in my leg. Agony flared as I crashed to the ground. My hands clenched about nothing. I had lost my bow in the tumble. I pushed myself up, glaring at the warlock standing atop the temple. Fire billowed in his hand as he stared at me.

Even from here, his eyes burned like coals. Like Fireeyes's. Somehow he had found a new body, younger and stronger, to inhabit. And he wanted me dead.

I forced myself to dive into the temple's half-collapsed entrance as the fire burst outside, the heat rolling over me. I screamed, crawling deeper and deeper into the temple as the stones cracked and groaned. Fire washed through the walls. The stones glowed cherry red.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Thrak

I ignored the fireballs slamming into the temple. The heat rippled across the battlefield. I hoped Xera was still alive. But I had to get Faoril to Sophia. She was the only one that could heal her, and we desperately needed her magic.

Behind me, Serisia gibbered, no longer coherent. She was utterly consumed by her madness as she rampaged after me. Stones crashed around me. But I was almost to Sophia. I swung my ax and cut down a zombie between us.

I only hoped it wasn't too late to—

The world exploded behind me.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Acolyte Sophia

Danger hurtled from every direction. Poor Xera might be dead. The mad mage on the rooftop kept hurtling his fire down. The heat washed over me as I huddled, my dagger gripped in one hand. Thrak, carrying Faoril, raced towards me.

Behind him something foul hurled stones. The face was twisted and ugly, but I could see traces of Serisia's beauty. My stomach sank. Poor Thrak. I had hoped this would never happen. But phantoms always went mad in the end, turning on those they loved out of jealousy.

I shoved my hand into my pouch and pulled out the ampoule of holy milk I had made after meeting Serisia. My body trembled as the spirit loomed large, racing closer. Thrak dodged a stone, then cut down an orc zombie.

A fireball exploded behind him.

I screamed as Thrak and Faoril were thrown forward. They landed hard, Faoril rolling limply across the ground and lying on her back. The entire side of her head was covered in blood. She was badly hurt before the fireball threw her.

“Mine!” Serisia gibbered, froth pouring from the spirit's mouth.

Her clawed hand reached out and seized Thrak as he struggled to rise. The orc roared in pain as the spirit's claws sank into his flesh. She lifted him up into the air, her mouth open wide. It was full of teeth.

Serisia prepared to eat her husband.

I threw my ampoule of Holy Milk. It was blessed by Saphique. It was potent stuff. It could break curses and exorcises spirits. The bottle glinted as it twisted through the air. It reached the arch of its height and begin to plummet.

My stomach sank. I didn't throw it hard enough.

It was the only one I had. Why didn't I make more. I had the spare ampoules.

I tensed as the ampoule hurtled towards the ground. My stomach curled. I held my breath, not even flinching as a fireball burst nearby. Serisia's mouth opened wider as she pushed her struggling husband entire upper body into her cavernous opening.

The glass struck the spirit's shin. It shattered. Pink light flared as the milk washed over the spirit's leg. Serisia let out a howl. Black energy appeared around the spirit, billowing like an inky, foul smoke. The pink light crashed into the smoke. The smoke swirled around beams of radiance, struggling to consume it.

But Saphique's light burned majestic.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Fireeyes

My eyes scanned for Angela. I had lost her trying to kill the elf. I had no idea if Xera was even dead. I hoped she was. I threw a fireball at the orc then kept my search. Serisia's gibbering grew triumphant as she seized him.

“Where are you, Angela?” I snarled. “Do you see her?”

“No, Master,” the Simulacrum calmly answered.

“Las-damn her. Where could she have gone.”

Smoke drifted across the plaza from the many fires my magic had started. It obscured some of the ground. I sent wind to sweep across the plaza and gather up the smoke. What was hidden was revealed. Angela wasn't hiding in the smoke.

“Where—”

Magic exploded from Serisia. Pink light flooded across the plaza. My control over the Phantom vanished, ripped away by the Goddess Saphique. The spirit let out a last, maddening gibber, and then she billowed away to the Astral Realm.

My eyes spotted Sophia where she huddled. The bitch had exorcised Serisia.

Fire crackled on my fingers. I knew who had to die next.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Thrak

The pink light engulfed me.

<em>I'm free, Thrak,</em> Serisia whispered in my mind as I fell to the ground. <em>I'm so sorry. Ce n'était pas moi. The voice made me do it. But I'm free. Sophia did it.</em>

I grunted as I crashed into the ground. I looked up, tears burning in my eyes as the monstrous, twisted thing that had been my wife billowed like steam. The pink light wafted it away. The steam diffused, fading into nothingness.

<em>I love you, Thrak.</em> Serisia's voice was so faint. <em>I am glad for every heartbeat we had. I know she'll take care of you. Je t'aime. I'll be waiting for the pair of you. Watching... loving...</em>

“No!” I screamed, my hands reaching up, trying to grab the fading mist. But you couldn't clutch vapor. The mist spilled out from between my fingers before vanishing. “No!” My fist slammed into the ground. She was gone.

Vraiment. Irrevocably. Gone.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Journeyman Mage Faoril

I jolted into consciousness. My mouth stained with sweet, creamy milk. I bolted up, staring at the wide-eyed face of Sophia. Energy suffused my body. I was alert and strong. There was no pain in my body. The soreness of the last two days of searching, the lingering ache from days spent riding a horse, to the massive blow to my head that had plunged me to unconsciousness had all vanished.

Sophia held a vial clutched in her hand. She had used a potion on me. There must not have been time for the acolyte to use her healing magic.

“Where's Serisia?” I demanded, trying to get my bearing. J'étais dehors. Fire crackled across the plaza. Zombie orcs lumbered towards us. Thrak was nearby, sobbing on his hands and knees as he punched the paving stones, blood matting his side.

“Exorcised,” Sophia answered. “Listen, there's a mage. He's throwing fireballs down at us.”

Sophia pointed at a man who threw a fireball. The air hissed as it streaked right at us. I sent out my magic. Stones shuddered as a wall of earth ripped up before us. The fire crashed into the wall, flames licking over the top.

“Who is that?” I demanded.

“I have no idea,” Sophia countered.

“Stay here,” I told her. I pulled out another vial of cum and downed it, adding to my reserves of power. “I'll deal with the mage.”

Sophia emphatically nodded her head, her green eyes trembling.

“And...find Angela. I don't know what happened to her.”

“I will,” I answered.

I strode out from behind the barrier. Another fireball streaked down. I summoned the wind, catching the ball and deflecting it into a pair of zombies. Their dead flesh burned like wax candles, consuming the zombies.

Smiling, I lifted into the air. I did not recognize the mage. He was Thosian and young, with a face tanned by the sun. He had broad shoulders and the frame of a man who spent his days laboring in the field instead of one who spent his time in study.

And he had a Simulacrum.

Fireeyes's Simulacrum.

“You're him,” I gasped. “Fireeyes.”

“I am,” the man answered, a grin spread across his young face.

He found a way to transfer his soul. Greedy excitement filled me. “How did you do that?”

Fireeyes laughed and sent his magic crashing into mine.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Knight-Errant Angela

I heaved myself up onto the roof of the temple. When Fireeyes stopped attacking and switched to Xera, I took the chance, darting down the side of the temple and reaching the back. Then I climbed. It was hard. My fingers ached, two bleeding from the rough stones.

I had ignored the pain and made the top.

The mage dueled with Faoril, who flew on the winds. Fire and wind exploded between the two, filling the air with ear-splitting detonations. My ears rang. I flinched against the powers unleashed. The building trembled beneath my feet.

I drew my sword and advanced on his back.

“Master,” the Simulacrum shouted as I advanced.

My stomach tensed. I charged, raising up my sword.

The mage never turned, focused on his duel with Faoril. The pair poured all their magic into killing each other. My boots crunched on the stone. My armor jingled. The mage kept ignoring me. I had a perfect shot at his back.

It wasn't honorable. But this man was dangerous. He may have killed Xera. If he noticed me, he would rip me apart with his magic. I was lucky to survive the onslaught at a distance. I had never moved with such dexterity before.

Gewin's guidance had been on me. The blessing I received the night before I departed on my Quest had kept me alive.

“Master!” There was something approaching urgency in the Simulacrum's voice. Emotion crossed her face.

She bent down and came up with a dagger. Without a word, she rushed at me, lunging with the sharp weapon.

My sword swung. I cut the naked simulacrum down. She fell in a spray of blood at my feet. I leaped over her and thrust my sword through the back of the mage. He stiffened and let out a gurgling gasp. He threw a look over his shoulder.

“How?” he gasped, blood bubbling on the corners of his mouth. “Where?”

I kicked him off my sword. His body fell and landed hard on the paving stones below, bursting like a rotten melon.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Xerathalasia

It was quiet around the fire. We had found the first piece of the sword, but no one wanted to celebrate. Sophia sat cuddled up to Angela as the pair both stared into the fire. Thrak was alone, his eyes red with grief, and Faoril was buried in Fireeyes's book.

How much vitriol did the warlock have to steal another man's body after he died. What did Angela do to receive this man's enmity? Why had he hunted us across the Magery? He was dead, hopefully for good, along with his Simulacrum.

But we would never discover his motivations.

“So that's how he did it,” Faoril suddenly announced.

“What?” J'ai demandé.

Sophia and Angela sat up, glancing at Faoril. Thrak didn't move.

“Fireeyes,” Faoril said. “He used what he dubbed a phylactery, a container that held his soul when he died.”

Faoril paused and then opened a pouch. She pulled out a pair of pendants. The pouch had belonged to Fireeyes. We let Faoril attend to his belongings. Angela let out a gasp, her eyes locked on one of the pendants studded in garnets.

Its twin was about Angela's neck.

“This one,” Faoril said, touching a pendant with a large, black gem set in it. “I think his soul is in here, waiting for a vessel. The Simulacrum must have smuggled the amulet away and then found her master a new host. I think that's what caused the spiritual disturbance Sophia felt weeks ago. It was Fireeyes's soul warring with the soul of the poor man he possessed.”

“Destroy it,” Thrak rumbled.

Faoril tossed the amulet into the fire. It roared brighter and brighter as Faoril poured her magic into it. A scream raced out of the fire. The flames momentarily burned blackish-green, and then they completely extinguished.

“No more Fireeyes,” Sophia whispered.

“Where did you get that broach?” Angela asked, her cheeks pale.

“From Fireeyes, of course,” Faoril asked. “Don't worry. It's destroyed.”

“No, the one you didn't throw in the fire.”

Faoril frowned at the second necklace, encrusted with garnets.

“Angela has one just like that,” Sophia gasped. I nodded in agreement.

“Lady Delilah gave it to me,” Angela whispered, pulling out its exact match from beneath her armor. “What does that mean?”

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

King Edward IV – Shesax, The Kingdom of Secare

I paced outside of my wife's bedchamber. Her moans echoed inside along with the midwife's muffled voice. How long did labor take? It had been hours. Almost the full day had past. The sun had already set. Night wearied on.

I reached the end of the hallway and turned to walk back.

Lady Delilah stood before me. J'ai commencé. Where had she come from?

“Your majesty,” the magnificent woman bowed, her red hair curling about the shiny pauldrons of her armor. “I have found him.”

“What?” I asked, my mind struggling to focus. “Oh, the next assassin?”

“One more subtle than Fireeyes,” Lady Delilah purred as she strolled up. “One that will kill Angela at the right moment. So stop your worrying.”

I glanced at the door to my wife's bedchamber. That was hard. My son was being born while the very threat to his life and rule, Angela, was out there questing to find the pieces of her ancestor's sword. Why didn't I just have her killed instead of listening to this mad plan to begin with?

“Who?” I demanded. “Who is this assassin?”

“A changeling,” Lady Delilah answered with a smile. “You know how well they are at deception and seduction. My contacts tell me he is in the southern Magery. Right along Angela's path once she finishes her business in the orc lands.”

“You mean, once she has found the first piece of the High King's sword?” I growled.

“One out of five. Relax, your majesty.”

“How can I relax when—”

The door opened and the midwife stepped out, wiping her hands free on a cloth. “You're majesty, you have a healthy son.”

Through the door I could hear his wails. Excitement beat in my heart. I walked past Lady Delilah and stepped into the room. My wife, her face wan, held a small bundle wrapped in cloth, his pink face peeking out of the swaddling.

“My son,” I whispered as I moved to the bed, awe beating through my heart. He was so tiny. I sat on the bed, leaning over to look at him. His eyes were closed but his mouth opened wide. “Henry. One day you will be king. And no one, especially not an upstart knight, will take that from you.”

END of Book 3

Articles similaires

Conte sexy de partenaires intimes-01

C'est une histoire de premier rapport sexuel avec Roji, son premier partenaire intime. C'est l'histoire de mon ami Deepak Kumar. Deepak Kumar est un personnage important dans mon histoire. Il présente une belle histoire de sa vie sexuelle dans cette histoire. L'histoire telle que décrite par mon ami très proche Deepak Amis, je suis Deepak, j'ai été bon dans mes études jusqu'à l'âge de dix-huit ans. J'étais un étudiant brillant. Jusqu'à ce moment-là, je n'avais pas d'amis spéciaux et je n'étais impliqué que dans des études sans aucune autre activité. Je suis le seul enfant de mes parents. Mes gardiens étaient...

596 Des vues

Likes 0

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

550 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

547 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec April

J'ai rencontré April pour la première fois quand j'avais 16 ans. Nous étions ensemble dans la fanfare de notre lycée, elle avait le même âge que moi, mais elle avait déjà des seins énormes. Je jure qu'ils devaient être au moins des DD. Rien que d'y penser me suffisait pour pouvoir me masturber, ce que je faisais beaucoup à cet âge. Nous étions de bons amis, mais je n'ai jamais réussi à trouver le courage de l'inviter à sortir. Si j'avais eu les couilles, je l'aurais fait, pas seulement parce qu'elle avait le meilleur rack que j'ai jamais vu, et pas...

520 Des vues

Likes 0

Guerre contre Geminar partie 3

Désolé, il a fallu si longtemps pour sortir cette partie de l'histoire. Mon ordinateur portable est tombé en panne et a dû le faire réparer. J'espère que cela valait la peine d'attendre. J'ai essayé de sortir cela dès que possible, j'ai peut-être raté quelques erreurs, donc je m'excuse à l'avance. Je me suis réveillé avec la tête qui tournait et des bourdonnements d'oreilles. J'ai eu l'impression que quelqu'un me regardait, puis cela m'est revenu comme un raz-de-marée. J'étais attaqué par la fille aux cheveux rouges dans le body soyeux quand je parlais à la reine. J'ai réalisé que j'étais resté au...

508 Des vues

Likes 0

L'histoire de Robert chapitre 12

Après la danse (((Sonnerie))) (((Sonnerie))) Une forte sonnerie envahissante s'est installée sur moi, j'ai attrapé le téléphone, emmêlé dans des petites filles nues. Bonjour? « Bonjour Robert » Marcus a dit gaiement, « Réveillez les filles d'Erik et envoyez-les à leur grand-père qu'elles ont une journée de préparation à faire, et rejoignez-moi sur le balcon pour un café. Nous avons de la logistique à couvrir. J'ai gentiment donné un coup de coude et embrassé les petits anges réveillés en les tirant du lit. Ils rassemblèrent leurs robes comme je trouvais une robe. Alicia, Tawny, Sam et Shelly ont roulé dans mon coin chaud maintenant...

483 Des vues

Likes 0

Parkview High

Parkview High School était un lycée normal. Tout ce que vous attendez de nos jours. Mais il était sur le point d'être une histoire différente avec ce lycée. Jack était un étudiant ordinaire là-bas. Il avait quinze ans, il commençait tout juste à connaître les environs et tout. Il n'avait pas beaucoup pensé aux filles jusqu'à ce jour. C'était le jour où il avait vu ces filles. Bien sûr, personne ne s'en douterait au premier coup d'œil en les regardant. Elles ressemblaient à toutes les autres adolescentes. C'est un groupe de trois filles qui est au centre de cette histoire. La...

389 Des vues

Likes 0

Petite chose cassée

Petite chose cassée DarksX pour sexstories.com Je pourrais demander à maman de me laisser venir vivre avec toi après leur mariage, tu sais, a déclaré Ava alors qu'elle était assise de côté sur le canapé surdimensionné que j'avais devant ma télévision. La jeune adolescente s'est réveillée tard, a pris un bol de céréales pour le petit-déjeuner, puis est venue au salon me faire de la compagnie pendant qu'elle vérifiait ses devoirs du week-end sur sa tablette. Je me suis assis sur le fauteuil inclinable confortable sur le côté droit de la grande salle de télévision, perpendiculairement à l'endroit où elle était...

470 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

418 Des vues

Likes 0

La nouvelle vieille maison de Will : 3e partie

Plus tôt ce jour.... Salut, je suis Rachel Phillips, j'appelle le révérend Greene ? Attendez s'il vous plaît dit calmement la femme qui répondait au téléphone. Après une minute d'attente, l'opératrice a repris le téléphone, Rev. Greene va vous parler maintenant. Merci dit Rachel. Après environ une demi-minute, Rachel a entendu et le vieil homme tousser puis a commencé à parler dans le téléphone. Bonjour, c'est le révérend Greene, du site Web « Bonjour, révérend Greene. Je m'intéresse à votre organisation et j'ai quelques questions auxquelles vous voudrez peut-être répondre. Eh bien, pourquoi ne lisez-vous pas le site Web, la plupart des...

336 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.