Guerre psychologique

897Report
Guerre psychologique

La voix est venue par la porte. "La thérapie par aversion consiste à forcer quelqu'un à arrêter un comportement social indésirable en l'associant à quelque chose de négatif..." J'ai frappé à la porte en l'interrompant. Par exemple. David vient d'arriver en retard. parlez entre vous un instant." il y eut une pause et elle ouvrit la porte, entrant dans le couloir. Je la regardai de haut en bas. c'était une femme très attirante. Elle était mince, mais pas maigre, et certainement pas grosse. Son corps était bien proportionné, avec au moins des seins en bonnet C et un joli cul. Elle mesurait peut-être 5 pieds 6 sur mes 5 pieds 10. J'ai regardé son visage. Elle avait un charme féminin, malgré ses 33 ans, avec des traits pointus. , un nez retroussé et légèrement pointu, de fines lèvres roses et des cheveux noirs jusqu'aux épaules. Si j'étais honnête, j'avais un énorme béguin pour elle.

Elle avait également les mains sur les hanches et avait l'air sévère. "J'en ai marre de ça, David ! Chaque leçon que tu arrives en retard ! Je sais que ce n'est pas le bus, parce que je sais que tu conduis ! alors quelle est la raison ? tu penses pas que la psychologie est importante?"

"C'est 10 minutes." lui ai-je dit avec incrédulité.

"C'est toujours 10 minutes ! et c'est même si tu prends la peine de venir ! Tu as 18 ans pour l'amour de Dieu ! c'est pathétique !" siffla-t-elle. "Sortez d'ici, et ne vous embêtez pas à revenir !" elle s'est retournée et est rentrée dans la salle de classe et je suis restée là un moment, en colère. J'étais tenté de me précipiter là-dedans, mais soudain j'ai eu une meilleure idée. Je souris et me retournai, retournant à ma voiture.

J'ai marché lentement, et quand je l'ai atteint, je me suis glissé dedans. C'était un TVR Tuscan que mes parents avaient acheté avant de mourir. Ma famille était extrêmement aisée et mon héritage couvrait facilement tous les frais. c'était une bonne chose aussi, puisque je vivais seule. J'ai allumé le moteur et filé dans la rue, dérapant sur la route principale et la maison.

Quand je suis arrivé, je suis sorti calmement de ma voiture et j'ai fait signe à mon voisin, Sel. "Salut David. Comment vas-tu ?" Il a demandé. J'ai souri.

"Je vais bien, merci. Toi ?" J'ai demandé. Il a souri en retour.

"Je ne peux pas me plaindre." il s'est retourné et s'est dirigé vers sa maison, et moi la mienne. C'était un joli 2 étages au bout d'un cul-de-sac, avec une conversion en loft. Il y avait une grande cuisine/salle à manger/arrière-salle, un bureau, la pièce de devant, une salle de bains et un couloir au 1er étage. le 2ème avait 5 pièces de rechange et 2 salles de bains, et tout le loft était une grande chambre principale.

Je me suis dirigé directement à travers la cuisine et à l'arrière, vers une remise à outils dans le grand jardin de style toscan. Une fois là-bas, j'ai attrapé du ruban adhésif, des attaches zippées et un peu de corde avant d'entrer dans la maison. J'ai pratiqué mes nœuds sur le manche d'une brosse, en m'assurant qu'ils étaient bien serrés. Après 2 heures, je suis entré pour ma deuxième leçon.


Le reste de la journée passa vite. il y avait 3 cours par jour, 2 de 240 minutes et un de 50 minutes à 1h30. Aujourd'hui, le collège sort à 3h45. Quand ce fut fini, je montai dans ma voiture et l'amenai au parking, me garant juste à l'extérieur de la salle de classe de mes professeurs de psychologie et attendis. Je me cachais chaque fois qu'un professeur partait, mais à part les quelques instants passés sous le tableau de bord, personne ne me voyait. Enfin, je savais que c'était juste ma cible là-bas. Le parking était vide, il faisait noir à l'extérieur et la seule lumière que je pouvais voir dans le collège était sa chambre. J'ai démarré la voiture et j'ai allumé mes phares. Elle a levé les yeux alors que j'arrivais juste devant la fenêtre et a commencé à faire clignoter mes phares.

Dès que je l'ai fait, elle a commencé à avoir une crise et j'ai rapidement coupé le moteur et j'ai couru dans sa chambre, l'ai attachée et mis du ruban adhésif sur sa bouche avant de la ramener à ma voiture. J'ouvris le coffre et la jetai dedans, fermant le couvercle et rentrant chez moi aussi calmement que possible. J'étais extrêmement excité et j'avais un peu d'adrénaline qui me traversait. Je me suis assuré que personne ne regardait quand j'ai ouvert ma botte et l'ai sortie. Je me suis dirigé directement à l'intérieur, heurtant accidentellement sa tête contre le cadre de la porte et l'assommant. J'ai été soulagé lorsqu'elle a cessé de bouger et de se tordre dans mes bras, et que les cris ont cessé, mais déçu, je dois attendre pour m'amuser. Je voulais qu'elle soit éveillée pour ça.

Je l'ai emmenée dans le grenier et sur le lit, déliant ses mains et les attachant rapidement aux quatre coins avec des attaches zippées. Quand j'ai eu fini, j'ai descendu les escaliers. J'ai tenu l'autre dans ma main et je suis allé dans la cuisine pour prendre quelques bières et une bouteille de vodka et je suis remonté, juste assis là à jouer avec le couteau que j'avais placé sur la table de nuit plus tôt. J'ai allumé la télé et j'ai attendu.


Il était 7 heures lorsqu'elle s'était enfin réveillée. Elle était inconsciente depuis une demi-heure. Elle ouvrit les yeux groggy, et après un moment ils s'écarquillèrent de peur et elle commença à se tirer les mains et les pieds. Je souris alors que les attaches zippées se resserraient. "Bonjour Emma." l'ai-je salué en faisant rouler la pointe du couteau sur le bout de mon doigt. "Tellement gentil de ta part de te réveiller." marmonna-t-elle, et j'arrachai la bande.

"Lâchez-moi, maintenant!" Elle a crié.

"Tellement fougueux." dis-je en rampant au bout du lit et vers elle. Je léchai sa joue et m'arrêtai près de son oreille. "Mais ça va changer. Je n'ai jamais voulu te blesser, tu sais, mais je n'avais pas le choix. Tu m'as blessé aujourd'hui. Profondément. Tu m'as humilié." je lui ai dit. Je me suis assis et j'ai caressé son visage et elle n'arrêtait pas de crier à l'aide. "Oh, personne ne t'entendra. Mes parents, Dieu ait leur âme, ont fait équiper ma chambre de la meilleure insonorisation possible. Apparemment, ils détestaient que je joue de ma guitare si fort." elle a commencé à sangloter de défaite.

"S'il te plait, ne fais pas ça..." supplia-t-elle.

"Je dirais que je ne veux pas, mais ce serait mentir." Je me suis de nouveau penché près de son oreille. "Je vais te faire l'amour." Je mordillai légèrement son lobe d'oreille. "Jusqu'à ce que tu m'en redemandes." J'ai fini. Ses sanglots augmentèrent de volume. Je me suis assis sur sa taille et je l'ai regardée dans les yeux. Ils étaient d'un beau bleu. "De si beaux yeux. Qui sait, peut-être que je finirai peut-être par t'aimer." je lui ai dit. Je passai lentement mes mains le long de ses flancs, pensant juste en moi-même que c'était maintenant tout à moi.

Après quelques minutes à lui caresser les côtés, j'ai pris le couteau et l'ai tenu contre ses vêtements. J'ai appliqué une légère pression et ça a commencé à déchirer son chemisier et son pull, révélant un soutien-gorge en dentelle blanche. Je lui souris doucement alors que je déchirais les manches et retirais les hauts de sous elle. "Tu as un corps merveilleux, Emma. Tu ne devrais pas le cacher autant." je lui ai dit. apparemment, c'était les vêtements qui la rendaient un peu plus potelée qu'elle ne l'était. Elle avait le contour le plus faible d'un pack de quatre. J'ai retiré l'étiquette de son soutien-gorge et j'ai vu qu'ils étaient 36C. Je tirai sur le fermoir avant, tâtonnant un peu jusqu'à ce qu'il se détache. J'ai coupé les bretelles et je l'ai de nouveau jeté sur le côté.

Elle a lutté, essayant manifestement de se couvrir alors qu'elle me suppliait d'arrêter. Je me penchai et commençai à embrasser sa mâchoire, me déplaçant lentement le long de son cou et de sa poitrine. Sa peau était merveilleusement lisse et sans imperfections. Elle avait une fine couche de sueur à force de se débattre et ses seins vacillaient. enfin, j'ai embrassé le haut de sa poitrine. Je m'arrêtai et regardai son visage. elle me regardait avec des larmes coulant sur ses joues. J'ai lentement sorti ma langue de ma bouche et je l'ai abaissée très doucement sur sa poitrine. J'étais extrêmement excité de voir qu'elle portait toujours son pantalon de travail, alors que je léchais toute la surface de son sein gauche avant de prendre son mamelon dans ma bouche.

C'était peut-être une fois et demie la taille de ma vignette. J'ai enroulé ma langue autour de lui alors qu'il se raidissait dans ma bouche, et j'ai sucé doucement. J'ai pris autant de son sein dans ma bouche et j'ai sucé jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que son mamelon, ce que je me brossais à nouveau les dents avant de répéter. Je serrais doucement l'autre pendant que je suçais. J'ai continué à faire ça pendant un bon moment, jusqu'à ce qu'elle arrête de se débattre. J'ai levé les yeux avec son sein toujours dans ma bouche et elle était allongée, la tête en arrière, soutenue par les oreillers et les yeux fermés, pleurant des larmes silencieuses. Elle avait pleuré sa gorge à vif.

J'ai baissé la main gauche et l'ai glissée à travers la taille de son pantalon. Je me suis senti au-dessus de ses sous-vêtements pendant un moment, glissant juste un doigt de haut en bas sur l'entrejambe et sentant une humidité. Mes yeux s'écarquillèrent et j'ouvris ma bouche, lui souriant. "Quelqu'un s'amuse. Je suis content." J'ai repris le couteau et me suis glissé pour couper son pantalon. elle a essayé faiblement de fermer ses jambes, mais j'ai ignoré la tentative. Lorsque le pantalon s'est détaché, elle s'est retrouvée dans une culotte en dentelle blanche assortie. Un buisson de cheveux noirs pointait sur les côtés si épais qu'il poussait légèrement la culotte vers le haut. Je lui souris. "Quelqu'un devrait vraiment commencer à se raser." je lui ai dit. J'ai coupé les côtés de la culotte de ses belles hanches pleines, révélant le buisson aux yeux de tous.

Je me suis agenouillé entre ses jambes et je l'ai caressée des genoux jusqu'aux cuisses. Je me suis penché et j'ai lentement léché la couche supérieure de son buisson, en frissonnant. "Quelqu'un s'amuse vraiment." J'ai de nouveau baissé la tête et tiré ma langue pour qu'elle soit raide. j'ai poussé et il est entré dans sa fente, écartant les lèvres. J'ai léché les plis roses de haut en bas. elle sentait un peu bizarre et avait un goût prononcé pour elle. Je me suis assis. « À quand remonte la dernière fois que vous avez correctement nettoyé ici ? J'ai demandé. Elle ferma la bouche hermétiquement et me regarda avec défi. "J'ai dit, RÉPONDEZ-MOI !" J'attrapai son visage d'une main et relevai sa tête.

"Mange moi." elle m'a tiré dessus. Je rejetai sa tête dans l'oreiller et souris.

"Oh, je le ferai. Cela ne fait que retarder temporairement le processus." Je me suis levé et je suis allé dans une salle de bain attenante. J'ai attrapé la poubelle vide et j'ai versé de l'eau dedans, je l'ai simplement rincée et remplie à nouveau. J'ai ensuite attrapé une bouteille de gel douche et une débarbouillette et je suis revenu à l'intérieur. Elle m'a regardé et m'a lancé un regard noir. J'ai posé la poubelle et j'ai enlevé mes propres vêtements jusqu'à ce que je me retrouve nu. Elle haleta alors que je me tenais fièrement devant elle. J'ai attrapé ma bite de 9 pouces dans ma main et je n'ai pas pu fermer mon poing complètement autour d'elle. je l'ai tenu devant elle d'un air moqueur. "C'est ce que je vais utiliser pour te montrer que je t'aime. Pour te montrer qu'à partir de maintenant, tu es à moi, et à moi seul." Je reculai et pris le seau, me dirigeant vers sa taille.

Je soulevai ses hanches et m'assis entre ses jambes, posant son cul sur mes cuisses. J'ai pris le gant de toilette et j'ai commencé à la brosser. elle a haleté à l'eau froide, et quand j'ai retiré le tissu, j'ai vu qu'elle suintait ses fluides. Je mis un doigt sous le flux, en recouvrant une bonne quantité et le portai à mon visage, le mettant dans ma bouche et savourant le goût sucré. J'ai appliqué une fine couche de gel pendant que son jus s'infiltrait sur mes genoux. ma bite était dure comme de l'acier quand je l'ai senti, et je poussais fort dans le bas de son dos.

J'ai essuyé le gel, m'assurant que tout était bien avant de me pencher et de la lécher expérimentalement. Elle avait un goût merveilleux maintenant. J'ai posé le seau, le gel et le chiffon à côté du lit et j'ai recommencé à lui lécher la fente. J'ai lapé son jus qui coule et après une minute j'ai trouvé son clitoris. J'ai commencé à le rouler entre 2 doigts et j'ai poussé ma langue dans sa fente, en m'assurant que ma bouche couvrait tout. Après quelques instants, elle a commencé à se débattre et un fort jet de son sperme a été tiré directement dans ma bouche. J'ai avalé alors qu'il coulait dans ma bouche, et quand il s'est arrêté, j'ai gardé une bouchée et j'ai glissé de son corps jusqu'à son visage. Elle regardait de côté, honteuse. Je posai un doigt sur son menton et la tournai pour qu'elle me fasse face. elle n'opposa aucune résistance.

Je l'ai embrassée et elle a haleté. Dès qu'elle l'a fait, j'ai ouvert la bouche, libérant les fluides, et je ne l'ai pas bougé jusqu'à ce qu'elle avale. J'ai doucement poussé ma langue dans sa bouche et une fois de plus elle n'a pas résisté, acceptant presque. Je reculai et lui caressais la joue. "Tout ce que je veux, c'est nous apporter du plaisir à tous les deux. Et j'aime le goût de ton sperme, alors j'ai pensé partager." je lui ai dit. Je l'embrassai à nouveau et me positionnai en son centre. J'ai poussé vers l'avant et sa chatte trempée semblait presque m'aspirer. C'était si serré aussi ! ça me va mieux qu'un gant. Je l'ai tenu là et j'ai fouillé dans un tiroir à côté de mon lit jusqu'à ce que je trouve une bouteille qui cliquetait quand elle bougeait.

Je me suis tenu les boules au fond d'elle et j'ai secoué 2 pilules. « Vous n'êtes pas déjà sous pilule, n'est-ce pas ? je lui ai demandé. Elle lança un regard noir mais secoua la tête. J'ai placé les deux sur sa bouche et elle a avalé à contrecœur. Je me penchai et l'embrassai à nouveau alors que je glissais lentement hors d'elle. J'aimais la sensation de ses parois exerçant une pression constante et chaude sur ma bite raide. Je m'assis un peu et baissai les yeux pour voir qu'elle avait l'air très étirée. Alors que je poussais à nouveau, elle ne put retenir le gémissement qui s'échappa. Je l'embrassai à nouveau, construisant lentement un rythme. chaque fois que je poussais, je savourais la sensation de ses muscles qui s'étiraient pour m'accommoder, et ses gémissements. quand je me suis retiré, j'ai adoré la sensation de caresser que j'ai eue. J'ai pris mon temps, ce qui semblait m'aider à durer. Après 20 minutes de baise lente et régulière, je me suis penché sur son oreille.

"Alors tu m'apprends la psychologie, et maintenant tu vas m'apprendre à avoir des relations sexuelles. Qui savait que mon professeur serait avec qui j'ai perdu ma virginité ? Et tout ça parce qu'elle ne pouvait pas la garder au frais." J'ai reculé jusqu'à ce que je sois à environ 2 pouces de son visage. Ses yeux étaient fermés et elle gémissait dans sa barbe, haletant. elle semblait retenir ses mots et j'ai baissé les yeux tristement alors que je continuais à pousser. "Je n'ai jamais voulu te faire de mal. Tu ne m'as juste pas donné le choix. Peut-être que maintenant tu apprendras qu'il ne faut pas me désobéir." je lui ai dit. J'accélérai le rythme et elle gémit bruyamment.

"Merde!" elle gémit et je souris à nouveau.

"Je savais que tu t'amusais." haletai-je d'une voix rauque. J'ai encore augmenté le rythme et elle a commencé à se tordre et à pousser ses hanches contre mon corps. J'ai continué à augmenter le rythme jusqu'au point où elle se débattait dans les affres d'un orgasme. alors qu'elle se tordait, j'ai senti mes couilles se resserrer et avoir cette sensation de chaleur. Je l'ai embrassée durement et j'ai tiré ma charge en elle. 1,2,3,4,5,6,7 jaillissent, la remplissant. Je me suis effondré sur elle pendant une seconde et j'ai roulé sur le côté. Je haletai et tentai de reprendre mon souffle. Quand j'ai baissé les yeux, j'ai vu mon sperme s'écouler lentement d'elle et j'ai recommencé à bander. Je souris, mais me levai tandis que mon estomac gargouillait. "Quelque chose à manger mon amour?" demandai-je en me penchant et en lui caressant la joue. Elle vient de me regarder avec des yeux tristes.

"Pourquoi?" demanda-t-elle simplement.

"Parce que je te voulais." ai-je répondu en me retournant et en sortant de la pièce, sans prendre la peine de mettre des vêtements. Je descendis et fis le tour en fermant les rideaux. Ma voisine a rougi en me voyant et j'ai fait un signe de la main effronté avant de fermer les rideaux. La porte était déjà verrouillée. Je suis allé à la cuisine et j'ai sorti le hachis du réfrigérateur, faisant rapidement des spaghettis bolognaise. J'en ai fait assez pour nous deux et je l'ai monté à l'étage. Quand je suis arrivé, elle m'a regardé avec ses yeux tristes. J'ai eu une érection quand j'ai revu sa forme nue, mais je me suis retenu. Je me suis assise et je l'ai soutenue avec quelques oreillers supplémentaires sous la tête et je l'ai nourrie.

Elle a mangé à contrecœur quand j'ai serré sa poitrine douloureusement après qu'elle me l'ait recrachée. Je lui ai lancé un regard sévère et j'ai continué à la nourrir jusqu'à ce qu'elle ait fini, et j'ai mangé le mien. Il était maintenant 11 heures et j'avais de nouveau l'université le lendemain matin. J'ai eu une autre baise rapide d'elle, terminant à 11h45, et je me suis allongée avec mes bras autour de sa taille, ma main serrant doucement son sein et mon autre reposant sur sa cuisse. Elle avait fermé les yeux et respirait légèrement. elle se déplaçait légèrement comme dans un cauchemar. « Non, s'il te plaît, Dave ! Laisse-moi partir ! S'il te plaît ! » supplia-t-elle dans sa barbe. « Si tu m'aimais, tu ne ferais pas ça ! il y eut une autre pause. "S'il vous plaît, laissez-moi partir !" je me suis souri. Peut-être qu'elle serait brisée avant que je pense. Sur ce, je suis allé me ​​coucher.





Je me suis réveillé le lendemain matin à 7h30. Je me suis levé et j'ai pris une douche, sans prendre la peine de détacher Emma, ​​et 15 minutes plus tard, j'étais lavé et propre, entièrement vêtu d'un jean bleu et d'une chemise noire moulante. J'ai récupéré mon ordinateur portable en bas et je suis allé sur le site Web de l'école avec l'e-mail. J'ai mis l'adresse e-mail d'Emma et lui ai fait taper son mot de passe. Quand elle l'a fait, je l'ai repris et j'ai envoyé un e-mail disant qu'elle était malade et qu'elle ne serait pas là pendant quelques jours, peut-être une semaine ou deux. J'ai demandé à quelqu'un de laisser une note au tableau pour informer les classes et leur faire écrire leur nom pour montrer qu'ils étaient arrivés. Quand cela a été fait, je l'ai pelotée et l'ai embrassée pendant un court moment avant de partir.

Je suis arrivé à l'heure et j'ai terminé ma leçon du matin à 11h40. heureusement pour moi, un mardi je n'avais que les règles du matin et ensuite j'étais absente toute la journée. Cela aurait pu être mon imagination, mais je pourrais aussi jurer qu'un certain nombre de filles me regardaient chaque fois que j'entrais dans une pièce ou que je me penchais sur la peinture.

Je suis rentré chez moi et je me suis arrêté en chemin pour prendre quelques hamburgers de McDonald's, de la crème glacée au chocolat et un paquet de 20 cigarettes de chez sainsburys. Je suis rentré 5 minutes plus tard et me suis dirigé directement vers le loft, après avoir une fois de plus verrouillé la porte.

Quand je suis entré, Emma m'a regardé avec un regard désespéré. « Si je te délie les mains, tu promets de ne rien essayer ? je lui ai demandé. Elle hocha la tête, ses yeux brillaient un peu plus fort. J'ai posé le McDonald's et j'ai pris mon couteau, coupant lentement la fermeture éclair. Elle vient de le mettre à ses côtés. J'ai coupé l'autre. Elle frotta ses poignets, qui avaient des lignes rouges à cause de sa lutte. Au moment où je bougeais, elle a essayé de me saisir. J'ai été plus rapide cependant, et j'ai attrapé ses mains. je la regardais tristement. « Pourquoi devez-vous me tester ? » je lui ai demandé. Je secouai la tête et attrapai une autre cravate dans le tiroir, attachant ses mains derrière son dos et l'aidant à s'asseoir. "Sandwich McChicken, big mac ou quart de livre ?" je lui ai demandé. Elle m'a regardé avec ces yeux tristes et tristes.

"le sandwich McChicken, s'il vous plaît." demanda-t-elle fatiguée. J'acquiesçai et pris la boîte, l'ouvris lentement et la portai à sa bouche. elle a pris une bouchée et j'ai regardé alors qu'elle fermait les yeux et que son estomac grondait pendant qu'elle mâchait. Elle l'a englouti et je lui ai donné des frites et je l'ai aidée à siroter le coca light. Je ne voulais pas qu'elle grossisse, après tout. J'ai mangé le quart de livre et le big mac, n'ayant pas acheté de frites pour moi. J'ai ensuite bu un peu de mon coca. J'ai alors enlevé mes vêtements et je me suis assise nue à côté d'elle. elle s'appuya sur moi, fatiguée. de toute évidence, c'était un effort pour elle de s'asseoir avec les mains derrière le dos. J'ai bougé pour être derrière elle et elle était entre mes jambes, prenant une des cigarettes et un briquet. J'ai demandé si elle en voulait un et elle a secoué la tête par la négative.

Je haussai les épaules et allumai, prenant une longue bouffée. J'enroulai mes bras autour de sa taille, les posant sur son ventre, et m'allongeai légèrement pour être à 45 degrés par rapport à la tête de lit. J'ai caressé son corps comme si j'avais ma cigarette, aimant la sensation de ses seins et la sensation grossière de son buisson. J'ai brièvement caressé l'idée de le raser, mais j'ai décidé de lui laisser ce choix. Je caressais ses lèvres et poussai un doigt à l'intérieur, le balançant doucement d'avant en arrière jusqu'à ce qu'elle se tortille contre moi. J'ai finalement fini ma cigarette et j'ai coupé la fermeture éclair, avant de lui tirer rapidement les bras devant et de les nouer à nouveau. Je me glissai entre ses bras et sa poitrine, pour qu'ils soient enroulés autour de moi et la repoussai pour qu'elle se rallonge.

Je me penchai en avant et capturai ses lèvres, laissant mes doigts l'amener jusqu'à l'orgasme. Je l'ai sentie commencer à frissonner et j'ai su qu'une autre seconde de mes doigts et elle jouirait. Je souris et poussai ma bite durement. Dès qu'il passa ses lèvres, elle cria très fort. "Oh!!!" cria-t-elle, et je sentis son sperme éclabousser mon entrejambe. Je la regardai, me redressant jusqu'à ce que ses bras soient autour de mon cou.

"J'aime quand tu viens." lui dis-je, avant de l'embrasser à nouveau. Je suis allé à un rythme décent et j'ai juste continué à apprécier la sensation de ses muscles intérieurs glissant et serrant la longueur de ma bite. J'ai pris son sein dans ma bouche et j'ai commencé à lécher et mordiller son mamelon. elle est venue après seulement 5 minutes et a poussé ma tête contre sa poitrine, haletant et gémissant de plus en plus fort. Elle a commencé à bouger ses hanches vers moi en rythme, évidemment pas en contrôle d'elle-même, alors qu'elle gémissait et fléchissait ses mains sur mon dos avec ses yeux fermés et un froncement de sourcils sur son visage. J'ai juste continué à pomper et à profiter de la sensation.

J'avais mes mains de chaque côté de sa poitrine sur le lit avec ma tête enfouie entre ses beaux monticules alors que je sentais mes couilles monter et que cette sensation de serrement commençait. Je l'ai regardée et elle a ouvert les yeux, me regardant. "Je t'aime." J'ai haleté en venant en elle et elle a recommencé à pleurer. Je me suis allongé dans ses bras et je l'ai tenue pendant qu'elle pleurait.

Je me suis levé à 1h30 et j'ai coupé les liens sur ses jambes. Elle se tenait devant moi, la tête baissée, apparemment honteuse, mais acceptant qu'elle ne pouvait pas s'échapper. Je souris et effleurai les côtés de son ventre jusqu'à ce qu'elle me regarde. Je l'ai alors tirée sur mes genoux et l'ai embrassée. elle a commencé à rendre le baiser à contrecœur, et sa langue a effleuré la mienne avec hésitation. Je souris dans le baiser et reculai, suçant sa langue jusqu'à la dernière minute, et me levai. Je l'ai conduite à la salle de bain et j'ai commencé à faire couler le jacuzzi pour elle. Je me suis assuré qu'il faisait chaud. Elle s'est assise dans la baignoire alors qu'elle se remplissait juste en me regardant.

J'ai continué à essayer de lui parler, mais elle ne voulait pas répondre, ce que j'ai accepté avec un soupir. Je lui ai dit tout ce qu'il y avait sur moi pendant qu'il se remplissait et après. Elle était allongée dans l'eau pendant que je parlais, et après un court laps de temps, j'ai commencé à la savonner. J'ai passé plus de temps sur ses seins et sa chatte pendant que je brossais les gros globes et les massais doucement. elle gémissait encore et ses mains semblaient être près de sa chatte sous les bulles, mais je ne pouvais pas le dire. J'ai massé ses seins pendant 10 minutes avant de m'arrêter et de les rincer. Je l'ai alors fait se lever. Elle l'a fait et l'eau a coulé de son corps alors que je prenais une autre boule de gel douche sur mes doigts et que je la massais dans sa chatte poilue. Elle gémit et ses jambes vacillèrent un peu comme moi. J'ai enfoncé quelques doigts et savonné ses entrailles.

Je l'ai fait asseoir dans l'eau et j'ai lavé le gel avec mes doigts. Je l'ai fait se relever pour vérifier mon travail, et j'ai poussé un doigt en elle à nouveau. Elle était en quelque sorte toujours tendue. J'attrapai une serviette et la sortis de la baignoire, la séchant avec des seaux pleins de soin et d'attention. Quand elle fut sèche, je la ramenai au lit.

"S'agenouiller." j'ai commandé, et elle l'a fait. J'ai attrapé ma bite et l'ai tenue près de ses lèvres. sans réfléchir, elle se pencha en avant et commença à le sucer. Au début, c'était presque comme si elle exécutait les mouvements, mais après seulement une minute, elle m'a fait passer entre ses bras pour qu'elle puisse me tirer plus profondément en elle. c'était évidemment gênant, mais elle devenait de plus en plus passionnée au fur et à mesure. Elle a commencé à me caresser avec sa langue rugueuse, léchant la tête et la pressant contre le bout. À un moment donné, elle a essayé de me pousser dans sa gorge, mais elle s'est étouffée. Elle l'a fait plusieurs fois de plus, mais n'arrivait pas à comprendre et grâce au sexe, j'ai réussi à tenir pendant une heure. je tenais sa tête entre mes mains. "Je jouis de l'amour !" J'ai haleté et elle a commencé à sucer de plus en plus fort. Finalement, j'ai éclaté ma charge directement dans sa gorge avec un gémissement, et elle l'a lapée.

Je sortis de ses bras quand j'eus fini et reculai. Elle s'est levée et m'a souri de façon sexy, en s'avançant. « Emma ? » ai-je demandé, un peu confus. la lumière était revenue dans ses yeux et elle avait presque l'air ravie, comme si elle me voyait pour la première fois et que c'était le coup de foudre. J'étais très confus. Je n'aurais jamais pensé que ça arriverait aussi vite !

"oui mon amour?"

"Que fais-tu?" elle a levé la tête autour de mon cou et a pressé son corps contre le mien, regardant innocemment.

"Rien amour." elle m'embrassa profondément, me tirant vers sa bouche, et sauta, enroulant ses jambes autour de moi, juste au-dessus de ma taille. Je gémis et attrapai son cul à deux mains pour la tenir debout. J'ai adoré la sensation de son cul! c'était plein mais pas gras. Je devenais de nouveau dur alors qu'elle continuait à m'embrasser, et je suis tombé contre le mur avec un bruit sourd. Je fus bientôt dur comme l'acier. Elle s'est retirée et m'a souri avec amour en se baissant sur ma bite. Elle haleta en glissant le long de mon corps et utilisa ses jambes pour la pousser de haut en bas alors que je me levais. J'étais heureux qu'elle ait l'air sincère et je me tournai pour qu'elle soit dos au mur. Je la poussai fort contre lui et l'embrassai passionnément, ses mains parcourant mon dos et les miennes pétrissant ses fesses. J'ai poussé un doigt dans sa petite bague serrée et elle a gémi bruyamment dans ma bouche.

Je l'ai baisée plus vite et plus fort que jamais auparavant et elle a gémi et crié. Il y avait une friction chaude dans sa chatte que j'aimais. Je l'ai martelée comme un marteau-piqueur contre le mur, secouant toutes les photos et peintures accrochées dessus, même mon acoustique. Il est tombé avec un claquement, mais je m'en fichais alors que je martelais mon professeur hurlant. Elle s'est serrée contre moi alors qu'elle venait encore et encore, laissant une flaque sous moi sur le sol. J'ai glissé douloureusement sur mon dos et elle a retiré ses mains de derrière moi, les plaçant sur ma poitrine et me chevauchant comme un cheval. Elle hurlait de plaisir alors que ses seins rebondissaient avec un abandon sauvage. J'ai finalement joui, mais seulement quelques giclées cette fois, et j'ai attaché les pieds d'Emma ensemble avant de l'emmener au lit et de l'allonger.

Nous nous sommes lentement endormis avec elle en me disant combien elle m'aimait.



C'est maintenant un mois plus tard. J'avais laissé Emma reprendre le travail le lundi suivant sa transformation. Chaque jour, elle me faisait déjeuner dans sa classe, et pendant les cours, elle me faisait toujours des clins d'œil et des bisous. La fille à côté de moi, une fille très attirante et athlétique avec des seins en bonnet B, avait l'air plutôt choquée et impressionnée la première fois, et maintenant elle me regardait curieusement pendant le cours. Cependant, Emma était maintenant à moi. Après l'université, elle tirait directement sur le mien et sautait sur mes os dès que nous avions franchi la porte et souvent avant. Je réfléchissais maintenant à qui pourrait être ma prochaine cible...

J'adore le syndrome de Stockholm...

Articles similaires

Mes envies, besoins et envies

Je ne t'ai pas vu en personne depuis plus de quinze ans, mais je te vois dans mes rêves jour et nuit. Je pense à la nuit que nous avons eue ensemble et à la façon dont je veux me rattraper. J'étais jeune et inexpérimenté quand nous étions ensemble ce soir-là. Je ne savais pas quoi faire, alors je n'ai rien fait. Je veux effacer ça de ta mémoire et en faire un nouveau avec toi, qui te fera sourire à chaque fois que tu y penses. Je te veux. J'ai besoin de toi. Je désire vraiment être avec toi. J'ai...

2.1K Des vues

Likes 1

Guerre contre Geminar partie 3

Désolé, il a fallu si longtemps pour sortir cette partie de l'histoire. Mon ordinateur portable est tombé en panne et a dû le faire réparer. J'espère que cela valait la peine d'attendre. J'ai essayé de sortir cela dès que possible, j'ai peut-être raté quelques erreurs, donc je m'excuse à l'avance. Je me suis réveillé avec la tête qui tournait et des bourdonnements d'oreilles. J'ai eu l'impression que quelqu'un me regardait, puis cela m'est revenu comme un raz-de-marée. J'étais attaqué par la fille aux cheveux rouges dans le body soyeux quand je parlais à la reine. J'ai réalisé que j'étais resté au...

2K Des vues

Likes 0

Mon devoir patriotique

Je viens d'une famille de militaires. Bien que je ne me sois pas joint, j'ai toujours soutenu ceux qui le font. Un week-end, j'ai vraiment eu la chance de les soutenir, avec la bénédiction de mon mari ! Il était dans l'armée et il comprenait parfaitement ce qui se passait, l'encourageait presque. Nous voyagions à travers Dallas en rentrant de vacances. Nous nous sommes arrêtés dans un hôtel pour la nuit car nous n'étions pas pressés et avons passé la soirée à nous détendre un peu. Nous sommes descendus au bar de l'hôtel pour un dîner tardif et quelques boissons. Pendant...

1.9K Des vues

Likes 0

Famille propriétaire - CH3 : Pas de retour en arrière

Ceci est la suite d'une histoire sur une famille qui se soumet à son voisin noir. Si vous n'aimez pas les histoires sur l'homosexualité, l'interracial, l'inceste, la bestialité ou le jeune sexe, passez à autre chose. Si vous aimez ces sujets, profitez-en. J'apprécie les critiques CONSTRUCTIVES. Les deux jours suivants se ressemblaient beaucoup. J'ai travaillé chez Ty pour apprendre ses investissements et améliorer son système de classement, si vous pouvez appeler cela un système. D'après ce que j'ai pu dire, il est entré dans l'argent qu'un membre de sa famille lui avait laissé alors qu'il était à l'université. Il a travaillé...

1.7K Des vues

Likes 0

Combat de chat 22 changements

TERMES tinton - 2 1/2 secondes spectre - 2 1/2 minutes Toton -   2 1/2 heures minton -  2 1/2 jours jourcon -  2 1/2 semaines Malant -  2 1/2 mois quantité  -  2 1/2 ans galant -  2 1/2 siècles Metson - 2 1/2 pouces maclon - 2 1/2 pieds heckson - 2 1/2 milles tetson -  2 1/2 acres unité -    2 1/2 cc Personnages Bill Axor (alias Ambrose) - Clan du Lion, Cit-Chac-Coh King Tomco Traxor - Le père décédé de Bill, clan Lion Roi Tobias Traxor - frère mort de Bill, clan Lion Reine Trianna Axor - La mère...

1.7K Des vues

Likes 0

Plus qu'elle n'avait négocié pour la partie 2

PLUS QU'ELLE NÉGOCIAIT POUR LA PARTIE 2 La partie 1 décrit «JB», une fermière veuve et aisée qui a un ami qui lui avoue (en état d'ébriété) qu'elle a le fantasme d'être retenue avec une barre d'écartement et que JB la surprend, la retient, la taquine puis la libère et la laisse furieuse à propos de tout l'incident…. Ramenant mon sac de friandises à mon camion, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en l'entendant crier et m'insulter pendant toute la promenade. Je suppose que mon scénario de viol était peut-être un peu trop pour elle. Eh bien, elle appellera soit...

1.7K Des vues

Likes 0

Domination sur faible

Karen a mis fin à ses dix-huit ans. Elle a cinq frères et sœurs, elle était l'aînée. Ils avaient une situation financière difficile comme beaucoup d'autres personnes ces derniers temps. Il était temps pour elle de chercher parfaitement un emploi avec une chambre à louer ou quelque chose comme ça. En raison de mauvaises conditions, elle ne pouvait pas se permettre beaucoup de choses. Pourtant, c'était une belle fille. Même avec sa petite taille de 5 pieds (1,65 m), elle avait des jambes longues et minces incroyables, des bras fins avec de longs doigts. Heureusement, sa mère a réussi à lui...

1.6K Des vues

Likes 0

Cris collants

Elle mesurait environ 5 pieds 6 pouces, principalement des jambes, avec une belle peau bronzée, des cheveux bruns jusqu'aux épaules. Elle avait une belle poitrine quelque part autour de 36 ou 38 Full C. qu'elle avait sur une jupe noire courte fuck me et un débardeur rose. Des chaussures noires sexy de 3 pouces. Nous sommes sortis pour un bon dîner, puis nous sommes allés voir un film de filles séveux. Il était temps de la ramener chez elle. Je me sentais un peu déçu par ce point, je n'obtenais aucune indication qu'il y aurait un jour un deuxième rendez-vous. Nous...

1.5K Des vues

Likes 0

JJ : Retrouvailles avec papa

Il regardait un film au sous-sol, la lumière bleue scintillante donnant à son visage un air un peu extraterrestre. Maman l'avait renvoyée de la salle familiale, elle avait une sorte de soirée vin avec ses amis. Papa aimait généralement être laissé seul lors des soirées vin de maman... quelque chose à propos des niveaux d'œstrogènes trop élevés. Elle savait qu'il était un peu grincheux aujourd'hui, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas prêté attention à elle. Ses amis étaient au camp d'été et elle s'ennuyait et se sentait seule. Elle s'approcha du canapé et s'appuya contre le dossier, frottant paresseusement...

1.6K Des vues

Likes 0

Mise à jour inachevée de la troisième partie du camp

Jonas : - Céleste je... je... je suis... Celeste:- Jonas ce n'est pas ta faute, ça ne l'a jamais été, toutes les choses que tu as faites n'ont jamais été toi, il t'a contrôlé, t'a transformé en quelque chose que tu n'es pas Jonas:- Mais .. Celeste:- Non mais c'est monsieur, à la fin tu deviens le héros, tu dois finir ça, finir de lancer pour de bon, protéger le camp et te protéger Jonah:- Mais toi..je..je.. Celeste:- Je connais Jonah et il est trop tard pour faire quoi que ce soit, je veux que tu fasses une chose pour moi, Jonah...

1.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.