Le bûcheron et la fée

769Report
Le bûcheron et la fée

La sueur s'est accumulée le long de son front comme une foule le vendredi noir. Sa hache hurla en coupant l'air. Morceau après morceau de bois noueux déchiré à chaque coup puissant. La hache a pénétré le noyau fibreux des bûches avec force et facilité. Le bûcheron a continué. La plupart du temps inconscient de son bel environnement. Les arbres le surplombaient en un cercle presque parfait. Leurs feuilles cireuses projettent de longues et profondes ombres sur le sol de la forêt. Autour de lui, le cycle de la décadence, du renouveau et de la vie était évident. De gros champignons bulbeux aux têtes engorgées glissèrent à travers la terre dans l'air humide. De petites créatures à fourrure se sont battues, ont baisé et ont cherché de la nourriture. La canopée des arbres les protégeant des yeux voraces ci-dessus. Le bûcheron était dans une clairière. Un cercle parfait d'herbe et de fleurs. Les papillons et autres insectes se sont éparpillés partout, caracolant de fleur en fleur, sondant chacun profondément et buvant longuement et durement le doux nectar.

Deux yeux, aussi bleus et aussi sombres que le ciel crépusculaire aperçus des branches inférieures d'un arbre épais. Le feuillage cachait la créature. Son regard était centré sur le dos du bûcheron. Chaque fois, sa hache remontait les muscles de son dos et ses bras se tordaient et se cambraient, créant de grands monticules et des vallées dans sa peau. Ils s'emboîtaient comme les épaisses cordes tressées des navires de la flotte royale. Les yeux regardaient les diamants du travail couler le long de son dos refroidissant sa peau. Ils ont vu son pantalon jaune délavé, déchiré et déchiré en bas, se remplir d'épais muscles de la cuisse collés à chaque coup bas. Ils regardaient ses jambes, plantées fermement dans le sol, un peu comme les mastodontes qui l'entouraient. Ils regardaient ses lèvres douces sucer la peau de l'eau à chaque fois qu'il avait besoin d'une pause. Ils regardaient ses doigts courir dans ses cheveux trempés à chaque fois qu'il pensait à se repositionner. Ils ont observé son visage et sa poitrine quand il s'est retourné et s'est dirigé vers la lisière de la forêt. Ils n'ont pas pu s'arracher quand il a sorti sa bite et s'est soulagé près de leur arbre. Ils ont regardé pendant des heures.

Le soleil était bien sur sa descente vers la terre avant que la créature ne bouge. L'air chaud de midi avait commencé à se tourner vers le répit frais du soir. Les oiseaux dans les arbres étaient plus gais et les créatures à fourrure plus actives. La créature commença à se défaire de sa cachette, d'abord une jambe délicate et galbée, musclée mais souple, suivie d'une autre d'une élégance égale. Une robe pudique faite avec les teintes de la forêt printanière, diverses nuances de feuilles vertes découpées en longues bandes ont été tissées ensemble entrelacées par de belles fleurs multicolores. Des taches de polka blanches, rouges, jaunes et violettes parsemées autour du vert frais. Un cercle de vignes rouge vif est enroulé autour du milieu de la robe, signe que cette créature est une fée. Elle flotte presque jusqu'au sol de la forêt, sans même déranger les feuilles mortes sur le sol, elle semble presque surgir de la terre plutôt que de descendre dessus. Une paume fermement dans la terre, elle maintient son corps au ras du sol. Jambes écartées comme un guerrier caché prêt à tendre son embuscade.

La lumière du soleil enflamme ses cheveux, les mèches blondes dansantes captent la lumière et jouent avec. Le faire tourner et se mélanger avec lui de telle sorte que son visage, avec ses courbes douces et ses yeux époustouflants, devienne juste une autre tache de luminosité éblouissante, peu importe où elle se trouve. Ses petites lèvres sont serrées avec appréhension. Elle n'a jamais vu d'humain. Elle se rapproche presque en brisant la ligne des arbres. Pendant tout ce temps, elle regarde ne jamais détourner les yeux de l'homme et de son dos musclé. Chaque coup de hache adoucit son anxiété et calcifie sa curiosité. Elle se tient debout près d'un arbre, maintenant plus intriguée qu'effrayée. Continue de regarder. Elle aurait été assez contente de simplement regarder. L'homme, sentant la présence d'un autre, se retourna rapidement comme un collecteur d'impôts reniflant un entrepôt à grains caché. Dix minutes, dix heures, dix secondes. Ils se regardèrent.

Au bout d'un certain temps, la fée sourit : heureuse de la façon dont les choses étaient et remplie de la joie et de la grâce que seuls les plus beaux êtres de la terre pouvaient ressentir. Elle ouvrit ses lèvres rouges et en sortit un rire joyeux et maladroit. Le rire de quelqu'un qui se reposait et qui a soudainement commencé à être chatouillé. Le rire a retenti dans la forêt longtemps après qu'il se soit arrêté, mais le sourire est resté. Le bûcheron se tenait comme la victime d'un basilic. Le manche de sa hache à moitié levé devant sa poitrine et son visage de manière protectrice. Son centre de gravité était légèrement derrière ses pieds presque comme si son corps avait commencé à fuir mais ses pieds étaient occupés à se curer le nez. Il souleva encore le manche tandis qu'elle s'avançait. Elle ne se balançait pas de manière séduisante, ni ne flottait. Elle a à moitié trébuché et a grimpé sur de petits objets. Elle a rebondi de rocher en rocher. Regardant vers le bas pour voir où ses pieds allaient à chaque pas. Levant les yeux pour sourire à l'homme après chaque pas. Le visage de l'homme a commencé à s'adoucir, le manche s'est abaissé et son dos s'est déplié à mesure qu'elle se rapprochait. Au lieu de la peur darwinienne, la crainte commença à se glisser sur ses joues tachées de soleil. Ses yeux sont devenus plus grands et plus ronds au fur et à mesure que l'adrénaline se neutralisait et que son corps revenait d'un vol et d'un combat simultanés, qui est la plupart du temps immobile et piétiné par les chevaux, pour ravir la crainte.

Elle n'atteignit que son menton. Maintenant à portée, elle jeta ses bras autour de lui. Appuyant son visage contre son torse poilu et moite. Ses bras faisaient un tiers de la taille des siens, mais tout aussi définis. Elle réussit à peine à s'enrouler autour de sa poitrine et de ses bras amples. Le bûcheron a lâché la hache. Maintenant, avec ses bras autour de lui, il ressentait moins d'appréhension. Préférant ne pas fermer les yeux, il baissa les yeux sur ses émeraudes bleu ciel alors qu'elle regardait dans ses yeux bruns perçants.

"Je n'ai jamais rencontré d'humain auparavant", nota-t-elle joyeusement.

"Je n'ai jamais rencontré de fée auparavant" répondit-il.

Elle le lâcha et recula de quelques pas pour voir tout son corps. En même temps, ils s'inspectaient mutuellement en s'imprégnant des corps de l'autre. Bien que les deux espèces soient très similaires en termes de topographie, il existe de subtiles différences dans la structure osseuse et la texture de la peau. Les fées n'ont pas besoin de pores, leur peau est une porcelaine malléable. La fée a remarqué à quel point, contrairement aux fées mâles, les muscles de l'homme mâle sont gros et collés, une couche de graisse saine adoucit sa poitrine baissière. Elle est consciente de la quantité de peau qu'elle peut voir, alors elle libère le sort qui maintient sa robe tissée ensemble. Des morceaux de feuilles et de fleurs tombent sur le sol de la clairière. Les yeux de l'homme baissent également, mais ils s'arrêtent une fois sur ses seins, vifs, bulbeux et invitants. De petits mamelons roses pointent des monticules de chair chauds. Ses yeux baissent une fois de plus vers l'espace entre ses jambes où il peut juste espionner le haut de ce qu'il suppose être son vagin. Elle n'avait pas de poils autres que la cascade dorée sur sa tête. Son pantalon se gonfle vers l'extérieur près de son entrejambe alors que son pénis commence à gonfler. Elle est intriguée par le mouvement, confuse par ce qui le cause. Elle induit la même magie qui dénouait sa robe sur son pantalon. Ils se desserrent plutôt qu'ils ne se démontent mais l'effet est le même et ils lui glissent jusqu'aux feuilles. Son sexe s'avance comme un pin dans un verger de pommiers.

Ils passent tous les deux beaucoup de temps à admirer les traits de l'autre. Les yeux parcourant sans culpabilité tout le corps de l'autre. Le bûcheron s'avance et prend la fée par la main.

"Ils m'appellent Griz" dit-il, sa voix profonde et froide comme le rugissement d'une cascade qui se trouve de l'autre côté d'une colline.

Elle rayonne sur son grand visage "Je n'ai pas de nom, mais je suis la fée de la couleur Jaune" explique-t-elle.

Sa voix est plus gaie et vigoureuse, plus comme le crépitement sporadique d'une douche printanière froide sur le toit en tôle d'un abri en bois.

Il se penche et prend un bouton d'or de sa tige, le lui tendant. Elle le prend dans sa main, un sourire se dessine sur son visage comme le soleil levant.

"Vous pouvez m'appeler Buttercup" admet-elle.

"Buttercup, veux-tu s'il te plait me montrer ta magie ?" il demande.

Elle hoche la tête, secouant sa crinière, étalant la lumière réfléchie à travers la forêt. Griz sent la brise se lever et lui lécher la nuque, sans avertissement, des milliers de papillons qui avaient apparemment été cachés dans l'herbe jusqu'à la cheville éclatent dans les airs, leurs petites ailes projetant des bouffées de pollen et de graines dans l'air. Leurs ailes étaient blanches ou jaunes, avec de beaux motifs verts. Ils s'envolèrent dans les airs en se mélangeant et autour, une torride spirale chaotique de beauté. Comme une comète traversant le ciel du jour vers le haut, ils sont passés au-dessus des arbres, puis sont descendus hors de vue. Griz remarqua à peine que renoncule l'avait tiré loin de la clairière, fermement vers les arbres. Ne s'en rendant compte qu'une fois que le dernier des papillons fut hors de vue. Il baissa les yeux sur son pas et vit que les fleurs rouges, violettes et orange restaient mais que les fleurs jaunes et les fleurs blanches avaient toutes disparu.

Une fois au-delà de la limite des arbres, ils s'écrasèrent maladroitement le long du sol de la forêt jusqu'à ce que Bouton d'Or s'arrête devant un petit arbre. Le ciel au-dessus était clair et bleu, un jour ce serait un autre mastodonte de la forêt. Il poussait dans l'espace où se dressait autrefois un grand chêne, mais le tronc noueux était parallèle à la terre. Abritant déjà des multitudes de créatures effrayantes et de villes microbiennes. Elle posa ses mains sur la tige des jeunes arbres et ferma les yeux, lentement d'abord avec un gémissement la tige commença à gonfler, là où il y avait autrefois une ou deux feuilles maintenant il y en avait dix. Le sommet du jeune arbre a tiré vers le haut pour atteindre le ciel. Il a défié férocement la gravité, supportant son propre poids en élargissant son tronc. L'écorce craquait sa surface, protégeant l'écorce charnue, fortifiant la force de l'arbre actuel. Buttercup ne s'est pas arrêté tant que l'arbre n'était pas absolument colossal. De loin l'arbre le plus massif de la forêt. Elle posa une main contre la base de l'arbre, chuchotant dans son cœur. L'arbre frissonna, laissant tomber une petite averse de feuilles.

« Qu'est-ce que tu lui as dit ? » demanda Griz.

"Je lui ai donné un nom" a-t-elle expliqué "Je lui ai dit qu'il s'appellerait la bite de Griz"

Elle prit sa main une fois de plus, en riant comme elle le faisait, et l'emmena pour trouver quelque chose d'autre à montrer. Ils marchèrent à travers la forêt, ne disant pas grand-chose, mais appréciant la présence l'un de l'autre. Il est possible que la fée ait pu lire dans ses pensées et lui ait permis de lire les siennes, afin qu'ils puissent se connaître rapidement. Ou peut-être qu'ils n'ont tout simplement pas ressenti le besoin de parler. Buttercup conduisit Griz à un petit ruisseau, se frayant un chemin à travers les troncs des grands arbres. Ses origines étaient probablement une petite source dans une montagne ou un glacier en train de fondre. Le ruisseau transportait des brindilles et des feuilles d'un endroit à un autre, l'humidité luxuriante de ses côtés abritant des vers, des grenouilles et de petites créatures tortueuses. Le ruisseau coulait le long de petites pierres les faisant culbuter, les lissant en œufs ignés. Buttercup et Griz se sont agenouillés ensemble et ont bu de ses eaux glacées et rafraîchissantes. Savourant la fraîcheur alors qu'ils sirotaient avidement. Quand elle eut bu à satiété, elle se mit à jouer avec l'eau, la faisant s'arquer vers le haut en petits becs faisant gicler Griz dans l'œil, ou la narine. Par espièglerie, il la poussa dans les eaux et elle s'écrasa dans la boue. Ses jambes s'écartèrent et elle rejeta la tête en arrière, riant joyeusement. Griz a ri aussi mais a également pris le temps de regarder son monticule pubien, voyant sa fente humide, légèrement ouverte et rose. Il pouvait voir clairement qu'il ressemblait beaucoup à un humain et cela le remplissait d'un sentiment de joie mêlé de luxure.

Elle sauta hors de l'eau, souhaitant que la boue et l'humidité la quittent, cela tomba comme une pluie boueuse. Avec une grâce surprenante, elle sauta dans les branches basses d'un arbre voisin, grimpant efficacement en se balançant de branche en branche, d'arbre en arbre. Le soleil s'était déjà couché et Griz courut pour la suivre alors qu'elle filait dans la canopée basse. Parfois, il devait se fier au son d'elle effleurant les feuilles ou à son rire pour savoir où courir. Il était épuisé au moment où il traversa une limite forestière et pénétra dans la clairière dans laquelle ils avaient commencé. Il courut lourdement dans l'herbe et trébucha, tombant d'abord sur le dos puis tombant en position assise. Son visage était au niveau de son ventre. Elle gloussa de pure joie à la scène amusante accroupie devant lui. Plusieurs fois, elle a cessé de rire, tentant de feindre un visage impassible et plusieurs fois, elle a échoué, éclatant à nouveau. Finalement, elle se contrôla, son expression perplexe ne changea pas du tout.

"Avant que je te montre mon cadeau, as-tu de la magie, Griz ?" demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté.

Il la regarda impassiblement puis il la tira vers l'avant et autour de sorte que son dos soit devant sa poitrine, entre ses jambes musclées. L'herbe lui chatouillait le trou du cul, faisant un peu saillir son fier pénis, la piquant dans le bas du dos. Il posa une main sur son dos doux, rassemblant ses cheveux dans l'autre et les enroulant autour de son épaule. Admirant le clair de lune jouer le long de ses boucles alors qu'elles glissaient vers le bas et sur sa poitrine. Il reposa son autre main sur son épaule et commença à chercher des muscles avec ses pouces. Son dos était assez semblable au dos d'un humain. Il pouvait sentir les tendons et les muscles se tendre et se relâcher sous ses doigts puissants. Son sang magique stimulé par la pression, rétablit l'élasticité et la relaxation des muscles rayés sur son dos. Sa tête baissa de plaisir. Yeux fermés. Ses pouces explorèrent sa chair laiteuse, trouvant les nœuds et les soulageant. Profondément et durement ses doigts fouillèrent. Il la tira sur le côté puis sur le ventre. Dans le bas du dos, ses doigts parcouraient. Son souffle était distant. Incarnation totale de la détente. Il atteignit ses fesses. Ferme, rond et chaud. Il a passé plus de temps à travailler les muscles là-bas, les éloignant les uns des autres et ensemble. Appréciant la sensation dans ses mains et regardant son magnifique trou du cul et ses lèvres de chatte s'ouvrir, puis disparaître de la vue. Au bout d'un moment, ne voulant pas prolonger son accueil. Il déplaça ses mains le long de ses jambes, effleurant l'intérieur de sa cuisse avec son pouce. Il fut récompensé par un petit frisson. Il cajola l'extérieur de ses cuisses avec une forte poigne, voulant qu'elles soient guéries du stress qu'elles subissaient. Ses mollets forts ont reçu le même traitement à l'extérieur. Ses pieds ont été totalement explorés, chaque orteil, chaque muscle et chaque tendon a reçu une caresse ferme et douce. Il remonta les jambes en examinant attentivement les muscles à l'intérieur de ses jambes. Vers le haut il est allé, cheville, mollet, genou, cuisse et enfin entrejambe.

Il était maintenant complètement excité, ses yeux étaient toujours fermés et il décida de risquer un regard. Alors il a utilisé ses mains pour fendre ses délicieuses fesses. Il baissa le visage pour mieux voir. Il vit un trou du cul brun doux, pulsant un peu alors que ses mains l'ouvraient mais les muscles essayaient de le garder fermé. C'était presque un clin d'œil. Un peu plus bas, il pouvait voir ses lèvres, maintenant assez humides, un liquide clair s'était échappé et avait coulé sur l'herbe en dessous, à moitié attaché à sa moitié sur l'herbe. Il vit qu'elle était prête, ses lèvres scintillaient au clair de lune alors que les petites gouttes de rosée d'amour réfractaient la pâle lumière. Elle poussa un léger soupir et il leva les yeux, croisant son regard alors qu'elle avait maintenant la tête levée et le regardait par-dessus son épaule. Sans rompre le contact, il s'avança vers elle à quatre pattes, et elle écarta son corps pour que sa poitrine soit sous la sienne. Ils ont verrouillé les lèvres. Sa langue se précipita dans sa bouche et la sienne dansa autour de la sienne alors qu'elle cherchait à explorer ses dents et sa langue. Il s'abaissa sur elle pour qu'ils soient dans une étreinte plus profonde et plus intime. Leurs jambes étaient entrelacées avec sa jambe droite entre ses deux jambes, frottant contre son monticule et sa jambe droite emprisonnant sa bite très excitée contre son ventre. La chaleur semblait s'accumuler dans l'air frais de la nuit. Leurs mouvements lents devinrent plus rapides, moins contrôlés, plus primitifs. Ses mains parcouraient son corps jusqu'à ses seins. Elle suça vicieusement sa langue, enroulant ses bras autour de son dos et attrapant son cul. Leurs jambes commencèrent à se tortiller alors qu'ils s'écrasaient l'un contre l'autre. Sa main parcourait son dos en grattant doucement les muscles montagneux. L'autre main agrippa ses fesses en serrant et en relâchant.
Il commença à embrasser son visage, puis son cou. Assez agressive, sa langue très mouillée. Il était en train de lécher son chemin le long de sa poitrine alors que sa main trouvait son mamelon et commençait à le peaufiner. Alors qu'il passait devant sa clavicule, ses fesses devenaient trop loin pour qu'elle puisse jouer avec, alors elle a déplacé sa main et a pris la tête de son pénis en jouant avec entre son index et son pouce. Il attrapa son mamelon avec ses lèvres, faisant tourner sa langue autour de lui, jouant avec. Il pouvait sentir la chaleur alors que le sang se précipitait dans le mamelon, le rendant de plus en plus dressé. Il arqua son dos contre sa main, essayant de forcer les doigts plus bas. Il s'arrêta une seconde, laissant échapper un grognement sourd qui résonna profondément dans sa poitrine. Avec une aisance obscène, il la souleva physiquement dans les airs, laissant tomber son visage sur son entrejambe. Il lui força une jambe par-dessus son épaule et leva les yeux vers sa chatte trempée. Avidement, il y força son visage à aspirer le copieux jus qui coulait de ses lèvres trempées.

Elle attrapa son pénis très engorgé, enfonçant la tête dans sa bouche. Elle roula sa lèvre supérieure sur ses dents et tira un peu la langue. La tête nichée entre ses lèvres et sa langue. Tétant doucement, elle aspira le liquide pré-éjaculatoire hors de lui et dans sa gorge. Ajoutant de la salive, sa tête a commencé à s'incliner de haut en bas, adorant sa virilité. Sa bouche était chaude, humide et serrée. Parfait pour qu'un pénis trouve un foyer. Elle montait et descendait, son nez touchant presque ses testicules flasques. Sa langue faisait de la spéléologie, au plus profond d'elle. Goûter les jus acidulés qui se cachaient au plus profond des murs roses. Son menton et son visage étaient trempés, un mélange de sa salive et surtout de son humidité. Il léchait au-delà du trou jusqu'à son trou du cul, y plongeant sa langue puis léchait jusqu'à son clitoris. Il prit le clitoris entre ses lèvres et le suça. Choisir de ne pas bouger, juste téter. Finalement, elle a commencé à broyer ses hanches en rythme contre son visage, se branlant essentiellement alors que son petit clitoris reposait entre ses lèvres. Il a pris ses mains et les a enroulées autour de ses jambes, son index gauche dans sa chatte trempée, il a commencé à taquiner son trou du cul. Deux de ses doigts droits sont entrés côte à côte dans sa chatte en essayant de trouver la douce paroi spongieuse de son point G. Ses hanches giratoires s'écrasaient contre ses doigts, chaque coup amenait son index plus profondément dans son anus. Chaque fois qu'elle bougeait, ses doubles doigts stimulaient l'endroit en elle qui se sentait si bien. Son clitoris était toujours niché dans sa bouche. Elle devait respirer fortement alors elle retira sa bouche d'autour de son outil. Appuyant sa tête sur sa cuisse alors qu'elle reculait et avançait de plus en plus fort.

Elle gémissait fortement, des souffles vigoureux s'échappaient de sa poitrine comme des lapins fuyant les chiens. Ses doigts agrippèrent ses cuisses en les tenant bien trop serrés, devenant blancs aux jointures. Les ongles s'enfoncèrent dans sa peau, faisant couler du sang. Sans avertissement, elle se leva d'un bond, laissant immédiatement tomber ses genoux au sol à côté de son bassin. Sans même viser, elle s'enfonce entièrement sur sa magnifique bite. Et commence à battre de haut en bas. Ses fesses claquent contre son ventre. Les fesses claquent ensemble alors qu'elles se soulèvent de son ventre, révélant son trou du cul juste avant qu'elles ne se referment. Elle le frappe avec plus de poids qu'elle ne semble en avoir. Il ferme les yeux, allongé pour profiter de la baise. Sa tête est haute, ses mains sont placées en arrière sur sa poitrine pour que ses seins soient face au ciel. La lune est une voyeuse de la baise sordide qui se déroule dans le paisible trou de la forêt.

Son estomac commence à trembler et il peut sentir ses muscles se contracter et se relâcher à un rythme spasmodique. Les lèvres de sa chatte serrent sa queue. Elle essaie désespérément de prendre le train du plaisir, mais elle perd la sensation et commence à ralentir. Insatisfait de la façon dont les choses se passent, Griz se retire et la force à reculer pour que son cul soit en l'air, exposé à la lune. Il saisit sa bite et la fourre à l'intérieur. Il commence à la pilonner sauvagement, essayant de s'enfoncer de plus en plus profondément dans sa poitrine. Son visage est pressé contre la saleté, mais aucune plainte ne sort de sa bouche. Elle sourit, appréciant la sensation de se faire bien baiser pour la première fois de sa vie. Griz a l'impression qu'il martèle depuis très longtemps et se demande pourquoi il n'est pas encore venu. Il devient distrait assez longtemps pour se souvenir d'une histoire qu'il a entendue dans son adolescence virile à propos des fées de la forêt qui ont reçu les mêmes cadeaux que les fées de la montagne et de la rivière avec le don magique supplémentaire d'être la meilleure baise que n'importe quel homme ou femme humain. aura jamais. Leurs sucs vaginaux amortissent les nerfs du pénis de telle manière que l'envie d'éjaculer est réprimée mais que la sensation de plaisir est accrue. Leur salive, d'autre part, force de plus en plus de sang à circuler dans un vagin, apportant un plaisir oral intense à tout clitoris qu'elles sucent.

Satisfait que ce soit la réponse à la raison pour laquelle il ne viendra pas, Griz décide de ralentir et de profiter de son temps. Il se retire une fois de plus, renversant Renoncule sur son dos. Il la pénètre et guide son visage vers elle. Explorant à nouveau sa bouche avec sa langue, mais d'une manière beaucoup plus réservée. Leurs mains parcourent le corps de l'autre, traçant des motifs sur leur peau du bout des doigts. Une de ses mains redescend sur ses fesses. Elle lui fend les joues et commence à jouer avec son trou. Elle sent sa bite monter à l'intérieur d'elle, faisant un compliment à la sensation. Subtilement, elle le glisse à l'intérieur. Massant l'intérieur de son sphincter, elle fait rouler le doigt. Nouveau dans la sensation, il arrête de la baiser pendant un moment. Juste profiter de la sensation de quelque chose dans son cul pour la première fois. Elle commence à se broyer en lui tout en le baisant avec son doigt, presque comme si elle chevauchait simultanément sa bite et le baisait avec la sienne. Elle est massivement excitée par la sensation et peut se sentir inondée, sa bite est imbibée de jus. Même sa jungle de poils pubiens ressemble à un orage traversé.

Après un certain temps, il attrape ses mains et les lève au-dessus de sa tête, les tenant là. Il se penche un peu et remonte ses genoux vers sa poitrine pour que son bassin pivote vers le haut. Utilisant sa main libre, il sort sa tête et la pose doucement contre son trou du cul. Son trou du cul est très lubrifié par le liquide suintant de sa chatte chaude et humide. Lentement, il s'enfonce, ses yeux se plissent de douleur. Au début c'est juste la tête. Ne pas aller jusqu'au bout semble incroyablement douloureux. Puis il apparaît suivi peu après par un centimètre de sa hampe. Impatient, il pousse le reste à l'intérieur d'elle, la faisant crier de douleur. Il se rattrape et s'arrête, honteux. Il attend, sans savoir quoi faire. Il regarde son visage se détendre. Ses genoux commencent à se balancer de haut en bas et il sent qu'elle se baise minutieusement contre lui. Son pénis est absolument paradisiaque. Il utilise une main pour recueillir l'humidité de sa chatte et en enduit sa bite. Cela aide beaucoup plus il y a de lubrifiant moins ça lui fait mal. Elle commence à aller de plus en plus vite jusqu'à ce que son amplitude de mouvement soit totalement limitée, alors il prend son signal pour commencer à la baiser. Au fond de son cul, il enfonce. Elle aime la sensation de sa bite poussant contre ses entrailles. C'est tellement intime et intense. La sensation est mitigée, ça fait mal mais pas autant, plus un inconfort étrange car son sphincter essaie de se fermer mais n'y arrive pas. Il libère ses mains afin qu'il puisse planter les siennes fermement de chaque côté d'elle pour un meilleur effet de levier. Elle promène une main délicate le long de son corps jusqu'à son clitoris et commence à le frotter. Profiter de la stimulation multiple. Elle glisse quelques doigts à l'intérieur. En les retirant, elle regarde l'humidité s'y accrocher en formant des cordes alors qu'elle ouvre et ferme ses doigts. Elle porte sa main à son visage et le regarde dans les yeux alors qu'elle met chaque doigt dans sa bouche et les lèche pour les nettoyer. Son autre main est toujours dans la position qu'elle était, mais n'est plus retenue, elle ferme les yeux et appuie son visage sur son bras. La main redescend sur son clitoris et commence à le frotter furieusement.

Le frisson frappe son corps comme un tremblement de terre, elle sent les muscles de son ventre se tordre et se convulser. Son sphincter anal se resserre et ses jambes se tordent spasmodiquement. Cette fois, elle s'en sort. La stimulation de l'air froid de la nuit sur ses mamelons, sa main sur son clitoris, un vide peu profond où sa bite était autrefois dans son vagin et le bonheur inconfortable de la hampe dans son cul suffisent à la mettre en état de choc. Son corps tremble et frémit de petites giclées d'éjaculat qui jaillissent de son vagin comme une fontaine. Elle en imbibe sa poitrine et son visage. Il s'agrippe à ses hanches en essayant de s'accrocher au spectacle de rodéo. Ses mains poussent sur sa chatte désespérée de se baiser plus fort en essayant de presser le plaisir de plus en plus. Peu à peu, elle descend, un petit frisson ici et là toutes les deux secondes. Elle le tire hors d'elle avec un doux plop. Elle rampe hors de sous lui et se retourne. Les yeux toujours fermés, elle recueille comme par magie une grosse boule de rosée dans les feuilles environnantes, elle y respire et la laisse se blottir dans ses mains comme une bassine. Elle se penche et lave doucement le jus et les matières fécales invisibles de son pénis avant de se pencher pour le sucer à nouveau.

Elle le regarde dans les yeux alors qu'elle force le tout dans et hors de sa gorge. Au bout d'un moment, elle pousse sa poitrine vers l'arrière pour qu'il se couche sur le dos dans l'herbe. Elle monte sur lui et glisse sa bite encore dure dans sa caverne lisse. Elle commence à rebondir de haut en bas. Yeux fermés. Il tend la main et saisit ses seins, jouant avec eux et les massant. De temps en temps, elle s'arrête et tremble lorsqu'une réplique la frappe. Elle recommence à respirer lourdement et commence à le baiser plus fort. Ses mains sur ses épaules pour le soutenir, elle bat son pénis profondément dans ses plis. Tronçonner et broyer comme un chat retenu contre sa volonté. Il est au nirvana, sa main est enroulée autour de son cul avec un doigt dans son trou du cul. Chaque fois qu'elle monte, ça sort, chaque fois qu'elle descend, ça rentre. Soudain, il la tire vers le bas pour que son visage soit à côté du sien, il enroule ses bras autour d'elle en resserrant sa poitrine. Ses mouvements sont restreints, elle est donc obligée d'être à sa merci. Il entre et sort d'elle avec un abandon téméraire. Entre eux deux, ils deviennent extrêmement moites, leurs corps pressés l'un contre l'autre un terrain fertile pour l'humidité. La surface lisse lui permet de commencer à glisser horizontalement plus facilement, ajoutant une dimension supplémentaire à la baise verticale. Sa poussée sporadique lui fait savoir qu'il est proche, elle sait instinctivement qu'elle doit se préparer à sa charge de sperme.

Elle se redresse et s'éloigne de lui, embrassant son torse jusqu'à son ventre, puis enfin sa queue. Elle embrasse la tête puis le dos de celui-ci. Elle caresse l'espace où le prépuce rencontre la hampe avec le bout de sa langue, envoyant des frissons le long de sa colonne vertébrale. Elle l'embrasse jusqu'aux couilles, prenant chacune dans sa bouche et suçant doucement. Elle continue vers le bas, nettoyant sa souillure avec sa langue et atteignant finalement son trou du cul. Elle joue doucement avec, le sondant et le narguant, s'enfonçant un peu plus profondément à chaque fois. Sa main se lève et caresse doucement sa hampe. Il lève ses genoux au-dessus de sa tête et les élargit pour qu'elle ait un meilleur accès. Au bout d'un moment, elle remonte le baiser et remplace sa langue par un doigt. Sa langue va à sa bite et prend tout dans sa bouche. Le doigt sonde autour de la cavité anale en marchant le long de la paroi supérieure à la recherche de l'ampoule de la taille d'une noix qu'elle sait être là. Elle trouve sa prostate et commence à la traire. Sa bouche fervente continue ses soins. Sucer et sucer son pénis comme un glaçon un jour d'été. Il commence à baiser en elle, essayant de coller son pénis dans son crâne.

Il va de plus en plus vite jusqu'à ce qu'il explose. Il n'y a pas assez de place dans sa tête pour tout le sperme. Il jaillit de chaque côté de sa bite, explosant sur son ventre et ses testicules. Elle continue de sucer et de sucer, avalant tout ce qu'elle peut, léchant le reste avec appréciation. Totalement épuisé, il ne peut rien faire d'autre que profiter de la sensation de la langue douce qui lèche autour de lui en drainant le dernier de son sperme. Rassasiée, elle rampe sur le côté de son corps et pose sa tête sur sa poitrine. Elle baisse les yeux et voit que son pénis est toujours aussi dur.

Articles similaires

Notre première rencontre partie 1

C'était une froide nuit d'octobre. La cheminée brûlait et nous avons eu un couple pour prendre un verre. Nous nous sommes assis avec désinvolture à regarder le feu et à nous demander ce que l'autre pensait. J'ai jeté un coup d'œil à ma femme, Stacie. Elle était partie dans un tout autre monde. Le silence a été rompu par Heather demandant à Stacie ce qu'elle pensait ? Stacie a répondu avec un petit rire: Oh, rien d'important. En fait, je me demandais à quoi ressemblait ta vie sexuelle ? Vous auriez pu frapper Bill et moi pendant qu'ils commençaient à rire...

2K Des vues

Likes 0

Mes envies, besoins et envies

Je ne t'ai pas vu en personne depuis plus de quinze ans, mais je te vois dans mes rêves jour et nuit. Je pense à la nuit que nous avons eue ensemble et à la façon dont je veux me rattraper. J'étais jeune et inexpérimenté quand nous étions ensemble ce soir-là. Je ne savais pas quoi faire, alors je n'ai rien fait. Je veux effacer ça de ta mémoire et en faire un nouveau avec toi, qui te fera sourire à chaque fois que tu y penses. Je te veux. J'ai besoin de toi. Je désire vraiment être avec toi. J'ai...

2.1K Des vues

Likes 1

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

2.1K Des vues

Likes 1

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire la même chose que tous les autres gars. Vous savez parler à des filles de l'État en espérant que je puisse préparer quelque chose à mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé au groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

2K Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

2K Des vues

Likes 0

Mandy aime cuisiner

Mandy et moi sommes mariés depuis environ vingt-quatre ans. C'est une magnifique brune de 45 ans et quelque chose qui mesure 5'6 130 lb et a une silhouette parfaite de 34C - 24 - 35. Après la naissance de notre enfant unique, Mandy a pris environ 25 livres, mais dans l'ensemble endroits, son cul incroyable et une ligne de buste augmentée. Compte tenu de nos vingt-quatre ans de mariage, notre activité sexuelle s'est installée en quelque sorte une fois par semaine et consiste le plus souvent en Mandy demandant, je fais du sexe oral avant de faire quoi que ce soit...

1.9K Des vues

Likes 0

Prostituée

Fbailey histoire numéro 213 Prostituée Ma femme et moi aimons jouer un petit rôle dans notre mariage. Mes deux jeux de rôle préférés sont la Little Catholic Schoolgirl et le Streetwalker. J'adore quand ma belle femme enfile une tenue d'écolière catholique qu'elle a achetée lors d'un vide-grenier l'été dernier. Habituellement, je suis le Head Mater et je dois la punir pour quelque chose. Elle s'y met vraiment aussi. C'est sûr que ça fait du très bon sexe après. Maintenant, le Streetwalker permet à ma grande femme élancée d'acheter des choses qu'elle ne porterait jamais normalement. Lors d'une vente de garage, elle...

1.8K Des vues

Likes 0

Faire un monde meilleur... le jour de notre mariage

La matinée avait été frénétique, avec des cheveux et du maquillage à faire, mais le prosecco a aidé à atténuer le stress. Mais alors que sa sœur Lucy l'a aidée à enfiler la robe, Leanne était impatiente de commencer sa nouvelle vie de femme mariée. Ça et le fait que ce soir elle serait baisée par l'énorme bite noire de Darrell, il prendrait sa virginité à la place de son mari. Elle aimait la sensation de la lingerie sexy qu'elle portait sous sa robe de mariée et pouvait attendre de laisser Darrell le voir, elle avait aussi hâte de voir Matt...

1.9K Des vues

Likes 0

Ma première expérience gay_(2)

Introduction C'était vendredi soir et j'étais assis à la maison en train de regarder du porno comme d'habitude. Quand j'ai décidé de regarder Craigslist, ce que je faisais habituellement parce que toutes les bites qui avaient besoin de sucer m'excitaient tellement. Ce soir finirait par être un peu différent de la plupart des nuits cependant. J'ai fini par boire quelques verres et publier ma propre annonce, ce que je n'avais jamais fait auparavant. J'ai posté mon annonce en disant que j'avais 26 ans et que je cherchais une belle grosse bite à sucer. Maintenant, à ce stade de ma vie, je...

1.7K Des vues

Likes 0

GANGBANG SURPRIS

Bien que cela se soit produit il y a près de 15 ans, je bande toujours quand j'y pense. J'ai décidé qu'il était temps de le partager avec le reste du monde. Cette histoire est vraie. Désolé, il n'y a pas de bites monstrueuses, mais je pense que la vérité est de toute façon plus chaude. Ma femme, appelons-la Suzy, avait 19 ans quand nous nous sommes mariés et j'étais son premier. Je l'ai encouragée à rechercher sa propre sexualité et pendant un moment elle a résisté. Suzy mesure 5 pi 6 po et pèse environ 118 livres de fraise blonde...

1.8K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.