Partie victorieuse 4

634Report
Partie victorieuse 4

"Venir à mon bureau."

Victor raccrocha le téléphone et se leva. A présent, le bureau s'était vidé de la plupart des gens. Carmine était même parti à six heures. Entrant dans le bureau de son patron, il vit Meredith assise sur sa chaise derrière son bureau.

Elle leva les mains et arqua les doigts. Victor s'est armé pour sa course finale sur la demande en mariage. "Quel sera notre emploi du temps la semaine prochaine Victor ?"

« Un appel lundi pour sortir à Leethon. C'est un hôpital qui envisage de mettre à niveau Dellis 9. Jeudi et vendredi, deux réunions à Wendlewood juste en haut de la rue.

« Changez le vendredi en jeudi ou mercredi. J'ai ma mère qui vient en ville.

"Je vois."

Meredith fit le tour du bureau et s'appuya contre lui pour lui tendre la main. « Viens, Viktor. Il s'avança en attrapant une main. Elle l'attira intimement face à face pour qu'il soit pressé contre ses seins. Son haleine fraîche et mentholée et son Chanel flottaient légèrement en duel.

Avec le fard à paupières épais qu'elle portait, ses yeux jaunes semblaient particulièrement brillants alors qu'elle le fixait. « Avez-vous pensé à mon offre récemment ? Je suis très curieux de savoir si des questions ont été soulevées lors de votre décision.

« Tu l'as dit à ta mère ? » demanda-t-il sèchement.

Elle cligna des yeux. "Mon offre Victor." Elle se pencha pour lui mordre le nez.

Il tira sa tête en arrière en soufflant ses cheveux noirs ondulés de sa bouche. "Pas encore Meredith." Il lui fit reculer et la regarda. Ses yeux noisette jaune brillaient humide et contrastaient avec son bronzage olive bronzé profond. "Tu l'as dit à ta mère ?" Il a demandé à nouveau clairement.

Ses parents adoptifs étaient des Israéliens sans enfant qui lui avaient méticuleusement appris tout ce qu'ils savaient, et étaient la raison pour laquelle le sociopathe sans émotion n'était pas sur un F.B.I. liste de cas maintenant.

Meredith fit une pause en soutenant son regard avant de répondre. Derrière lui, sa main s'est égarée de son dos à son cul. « Elle sait que j'ai envisagé le mariage. Elle voulait des enfants de moi depuis un certain temps maintenant. Elle vous connaît, et bien que vous soyez un Gentil, vous êtes… d'accord. Elle pense que si vous devez être le seul, alors elle ne discutera plus. Tant que les quotas sont remplis, elle sera d'accord.

Victor a ri, ses parents ont activement essayé de le convertir pendant les vacances chaque année. "Eh bien, n'est-ce pas sexy. Je suppose qu'il n'y a pas de gentil Juif pour toi.

Elle a essayé de le mordre à nouveau. "Non." Elle entra pour un baiser et attrapa ses lèvres. "Tu es meilleur."

Elle s'assit plus loin sur le bureau et se pencha pour l'embrasser à nouveau. Sa main serpenta vers le bas, libérant sa longueur durcissante. Avec une technique expérimentée, elle le redressa et le fit glisser le long de l'intérieur de ses cuisses.

Son sexe toucha quelque chose de lisse, chaud, charnu et humide. "Ww qu'est-ce que tu fais ?" Assis comme elle était, il ne se souvenait pas qu'elle ne portait pas de culotte.

Elle se pencha sur lui en sautant du bureau sur sa queue. Elle se tenait sur son épaule et autour de son cou tandis que ses grosses jambes musclées glissaient de chaque côté de lui. Le mouvement le surprit alors que sa bite montait en elle, son trou saisi et agrippé à lui. Enfin, leurs hanches se rencontrèrent dans la position debout inconfortable. Elle prit une longue et profonde inspiration alors que sa chatte palpitait autour de lui. Il pouvait sentir qu'elle était déjà très proche. "Merci d'avoir accepté mon offre. Je pense que vous serez très satisfait de notre décision. Nous offrons un excellent service.

Meredith pensait avoir conclu l'affaire.

« Écoute… » protesta-t-il alors qu'elle commençait à se frotter contre lui. Ils luttèrent tous les deux alors qu'elle rebondissait sur lui et il essaya de l'attraper. "Écouter." Dit-il en arrêtant son corps alors que ses hanches tournaient encore. "Vous le faites mal."

Victor recula et la fit pivoter. Sa bite brillait et il était choqué qu'elle soit déjà venue sur lui d'une manière ou d'une autre. Il s'est déplacé rapidement, l'a retournée, a penché ses fesses heureuses, a exposé ses énormes petits pains arrondis et l'a enculée avant qu'elle ne puisse l'arrêter.

"Non. Nous devrions avoir un enfant. On m'a dit--" Meredith a plaidé l'air découragé tout en luttant avec lui essayant de faire demi-tour, mais il s'est tenu à l'extérieur de ses jambes et l'a piégée.

Victor a poussé plus bas sur elle en poussant sa tête vers le bas et en continuant à glisser plus profondément. "Tais toi. Je t'en donnerai un quand je serai bon et prêt. Il a pris de la vitesse dans son cul épais et a commencé à la baiser plus vite dans un rythme impitoyable qui a envoyé des ondes de choc le long de la chair exposée.

Alors qu'il poussait dans son cul, Meredith a protesté et elle a essayé de sortir de sous lui. Ses mouvements l'ont aidé à atteindre rapidement l'apogée des taquineries précédentes avec Carmine.

Après avoir repris son souffle, il a essayé de faire la loi. « Ce week-end, je vais réfléchir à votre offre. Je dois prendre le temps d'y réfléchir pleinement. Je sais que nous sommes ensemble depuis un certain temps, mais des questions comme est-ce que j'emménage- »

"Oui." Elle est intervenue.

« … Ou de l'argent ? Ou une assurance ? Vous gardez ça ? Combien d'enfants? Est-ce que nos chiens s'aiment ?

Meredith se figea alors qu'elle essayait de suivre ses questions jonglantes.

Victor a continué. « Nous avons beaucoup de choses à penser, n'est-ce pas ? »

"Oui." dit-elle lentement.

Rentrer à la maison comme d'habitude était une affaire tranquille. Il vivait dans un complexe d'appartements de beaux duplex pour jeunes actifs et jeunes familles depuis qu'il avait un chien. Son week-end a été lent et sans incident.

Le dimanche matin, Victor s'est levé tard mais a emmené Simon son talonneur australien rouge blond pour une course. Sur le chemin du retour, il a récupéré le journal.

"Hey vous! Qu'est-ce que tu fais?" dit Taris en attrapant Victor promenant Simon dans le parking.

Taris était un blond foncé aux longues jambes avec un bronzage orange. Aujourd'hui, elle portait un débardeur et un petit short de sport qui montraient à quel point ses jambes étaient longues.

Elle s'est approchée et s'est accrochée à Simon le mack. « Je viens de recevoir le papier. Je vais voir ce que Dan Henninger et Steve Forbes pensent du monde.

Victor baissa les yeux sur son débardeur. Taris était une main pleine décente mais elle avait un vrai beau cul et aujourd'hui son short la rendait célèbre.

Elle leva les yeux distraite. "OMS?"

Victor lui a fait signe du WSJ. "Le papier. Je vais lire le journal.

Elle inclina la tête vers lui. "Oh... ça a l'air ennuyeux."

Victor se pencha en arrière pour ne pas ressembler à un pervers. "Tu sais que les Chinois ont une vieille malédiction" Puissiez-vous vivre à une époque intéressante "."

Il la regarda prendre une demi-seconde pour y réfléchir avant de rejeter ce qu'il avait dit. « Hein, eh bien quand tu as fini, pourquoi ne viens-tu pas ? J'ai besoin de ton aide pour quelque chose.

Viktor soupira. Taris était une jolie fille qui avait cruellement besoin d'un petit ami et le considérait comme le gentil remplaçant. Sa propre morale l'a empêché de charger le gat et de se convertir en une relation complète. Alors, comme d'habitude, elle profitait de la confusion et l'entraînait à faire du bénévolat.

Elle remarqua son expression dubitative. « Ne vous inquiétez pas, cela ne prendra que quelques minutes. Nous pourrons boire du vin et je commanderai une pizza. dit-elle debout.

« C'est… d'accord, et à quatre heures ? »

Elle montra ce qui lui sembla être des ongles parfaitement fins. "Non, je dois sortir pour un rendez-vous."

Les besoins névrotiques des femmes manquaient parfois à Victor et Taris était toujours bon pour le réveiller. "D'accord, huit ?"

Elle le regarda avec méfiance. "Pourquoi si tard?"

Victor haussa les épaules. "Qu'est-ce qu'un bon moment Taris?"

« Hum, vers deux heures. Je suppose que je pourrais en faire un déjeuner tardif et commander quelque chose.

Meredith, contrairement à Taris du régime d'accouchement, est une excellente cuisinière.

"D'accord Taris, ça sonne bien." dit Victor en se retournant.

"Tu n'oublieras pas ?" Elle a appelé.

Elle ne pouvait pas voir son sourire. "Non, ne t'inquiète pas."

"Génial, je vais commander quelque chose de bien, je le promets."

À deux heures, Victor avait tout fini et avait sorti ses vêtements pour sa visite commerciale du lundi. En lisant le journal local du dimanche et le WSJ, il a appris la merde stupide que les gens du gouvernement faisaient pour s'occuper pendant que les vrais problèmes augmentaient.

Curieusement, Simon l'a alerté de l'heure et il s'est approché pour voir ce que Taris devait faire.

Taris ouvrit la porte au premier coup malgré sa radio assourdissante. À l'intérieur, des sacs à emporter étaient posés sur la table.

"Alors on peut manger d'abord qu'en penses-tu ?"

"Bien sûr..." dit Victor en entrant.

Les burritos qu'elle a eus ont essayé d'être bons malgré le fait qu'ils soient végétaliens. Victor se demanda pourquoi elle les avait achetés à dix dollars pièce.

"Eh bien, c'était super…" dit Victor en cherchant quelque chose d'autre à manger.

Pensant qu'il était prêt à travailler, elle se leva. "Droite! Eh bien, je voulais que vous vérifiiez l'évier ici. Elle l'a conduit. «Je l'ai déjà nettoyé là-dessous. J'ai changé le filtre mais plus rien ne sort. Voir?" dit-elle en ouvrant l'eau.

"D'accord, donne-moi une minute." Victor est monté et a jeté un coup d'œil.

Une minute s'est transformée en quinze alors qu'il essayait de dévisser et de revisser le filtre que quelqu'un d'une flexibilité incroyable a coincé.

Au cours d'une publicité, Taris s'est promené dans la cuisine. « Donc, Rorsiac joue au Metreon le week-end prochain. Tu veux aller au bar après ?

"Euh… je ne peux pas vraiment, et je ne peux plus vraiment sortir non plus." dit Victor en s'arrêtant pour la regarder.

"Quoi...?"

"Une fille que je vois a décidé qu'elle voulait être exclusive maintenant, alors..." Victor s'interrompit.

Taris devint sérieuse et un peu effrayante alors qu'elle se déplaçait pour se tenir au-dessus de lui. "Quoi? Je veux dire, qu'est-ce que tu veux dire par elle a décidé ?

"Eh bien, c'est quelqu'un que je connais depuis un moment et je suppose que c'est devenu si je devais partir ou en faire plus que ce que nous avions."

Elle s'arrêta pour deviner le sens caché. "Alors tu viens de la baiser," dit-elle avec les mains sur les hanches. "... Et voulait partir, maintenant ELLE te veut... pour elle-même."

"Ouais, je suppose..." marmonna Victor surpris de sa compréhension intuitive de sa vie.

"Alors une autre femme... Je suis content que tu ne sois pas gay." Elle sourit avec ironie en regardant sans voir. « Je me demandais pourquoi vous vous déplaciez si lentement. C'était comme si tu ne flirtais que lorsque tu t'ennuyais ou que tu étais ivre.

« Je préfère prendre les choses comme elles viennent.

Elle s'approcha de lui et s'accroupit pour se mettre à son niveau. "Moi aussi. Je ne peux pas dire que je suis trop content." Elle le fixa. "Les hommes trichent généralement pour une fille comme moi."

"Bien..." dit lentement Victor en se demandant ce qu'elle faisait. Sa bite plus consciente se réveillait aux insinuations qui circulaient.

« Pas que je pense que tu le ferais… » ajouta-t-elle pensivement. "Mais ... c'est la partie que j'aime." Elle posa une main sur la cuisse de Victor en contemplant. "En fait, je suis presque curieux de savoir qui pourrait t'avoir sur moi. Je pourrais te faire beaucoup mieux, tu sais.

Quand ses doigts ont commencé à errer, Victor s'est traîné pour sortir de sous l'évier mais s'est figé quand sa main a juste glissé le long de sa cuisse sur lui alors qu'il se tortillait. "Allez, laissez-moi..."

Taris se déplaça lentement comme dans un rêve et amena son autre main vers sa fermeture éclair. « Non, laisse-moi juste. Pendant que vous êtes ici, faites comme si vous étiez un plombier. Dit-elle. "Ayons un fantasme."

Sa bite traître a fait défection de son pantalon avec son soutien. Une fois en l'air et libérés, ses couilles ont également demandé l'amnistie.

Taris était comme un enfant tirant et jouant avec ses nouveaux amis, apprenant leurs secrets. "C'est énorme. C'est comme le plus grand. Pourquoi n'avez-vous jamais... ? » Elle le regarda d'un air blessé.

Victor soupira et lui lança le regard "Je ressens ta douleur" que les hommes maîtrisent vraiment quand une femme a les couilles. "Regarder. Ce n'est pas que je ne t'aime pas. C'est juste que je mets du temps à m'en sortir. Donc, je ne me contente pas de le sortir ou de devenir trop insistant à moins que j'aie le temps. De plus, les filles ont parfois mal avant que j'aie fini, certaines sont trop petites pour tenir, une petite fille asiatique a pleuré et a refusé, et à cause de complications probables, je ne laisse pas vraiment les femmes entrer dans mon cercle d'intimité très souvent, d'accord ? »

Taris eut un regard déterminé et laissa tomber son visage sur lui et découvrit de première main qu'il était plus qu'une bouchée. "C'est comme une canette de coca."

"Ouais, c'est trompeusement grand, je suppose parce que c'est plus plat. J'oublie parfois à quel point c'est grand.

"Je peux le faire. Si elle peut, je peux. Elle a dit et a essayé à nouveau avec seulement un peu plus de chance.

Victor la laissa continuer pitoyablement comme un chat essayant de prendre un cheval, jusqu'à ce qu'elle recule finalement.

"Eh bien, je suppose que tu dois t'entraîner ou quelque chose comme ça. Ne t'en fais pas. Il a dit bouger pour le ranger. La performance de Taris était malheureusement à la hauteur du parcours.

"Cela doit être nul pour ne pas être assuré d'une bonne baise. J'ai toujours été jaloux de ça avec les gars, ils s'en tirent toujours.

« Ouais, je suppose que ça a aussi changé ma vision du sexe. Je ne suis pas toujours en train d'essayer de me mouiller la bite car c'est rare le premier soir sans beaucoup de préparation. dit Victor en fermant son pantalon. "Je suis devenu plus sélectif parce que le sexe était un processus plutôt qu'un événement."

Taris l'arrêta alors qu'il se tortillait et essayait de sortir. "Attendez." Elle se leva et baissa son short. "Je peux le faire."

Sa chatte était chauve et d'en bas, il pouvait voir combien de fesses pendaient derrière elle.

"Pas à moins que vous n'ayez des relations sexuelles fréquentes." Victor la regarda le chevaucher. "Vous savez qu'il faut deux nuits de suite pour ouvrir une fille... vous voyez, c'est comme une chaise qui ne rentre pas." Sa bite ne pouvait que pousser son trou. Des parties comme le coin ou les côtés de la pointe sont entrées, mais pas la totalité. "Ne rebondis pas." dit-il avant qu'elle ne les blesse tous les deux.

Elle avait l'air désespérée. "Je ne peux pas dire aux gens que j'ai laissé un bon gars s'enfuir parce que sa bite était trop grosse."

Victor sourit. "Vous n'avez pas trop."

"Les filles… au travail… déjà… savent pour toi, mec." Taris le fit entrer et se figea. "Oh merde."

Victor la regardait. Sa chatte n'était pas assez humide mais elle commençait à se détendre. "Oui, ça s'améliore au fur et à mesure que vous bougez."

Elle baissa les yeux vers lui, effrayée. "Je ne pense pas pouvoir."

Victor haussa les épaules. "Autorise moi."

Victor glissa plus loin dans la cuisine alors qu'elle marchait sur lui en crabe, puis il s'assit, lui releva les jambes et commença à les rouler.

Avec ses jambes sur ses épaules, il s'enfonça lentement en elle. Comme par magie, son corps s'ouvrit et s'étira sous son poids. « Tu ne vas pas… ralentir. » Taris protesta. "Slaa..Naaa…" Elle est venue alors que son corps passait en mode crise.

Après seulement quelques coups de reins, et quelques centimètres gagnés, elle tenta de l'arrêter après avoir joui deux fois. "Je suis désolé mais s'il te plaît ne le fais pas. Oh mon Dieu! Tu vas me tuer.

"Ils disent tous ça."

Taris s'agita de panique. "Non, je veux dire... Aaaarugh aaaaahhh." Elle est venue bruyamment alors que sa chatte essayait de le serrer. « Merde, arrête. S'il vous plaît, s'il vous plaît, je suis déjà venu. Elle a plaidé.

Victor savait ce qu'il faisait quand il l'a forcée. Ses coups étaient un long six courts, et sous lui, la chatte impuissante de Taris a jailli de nombreuses fois avec apparemment chaque coup alors qu'elle bafouillait et s'accrochait à lui.

Enfin, le dernier coup toucha ses hanches contre les siennes, longtemps après que son col de l'utérus eut été écarté.

Victor baissa les yeux sur la créature tremblante et impuissante sous lui alors qu'elle se contractait et frissonnait de sueur. "Maintenant, je pense que tu as fini." dit-il en se retirant d'elle. C'était un gâchis, mais elle n'aurait pas pu durer avec lui jusqu'à la grande finale.

« Aarraahh ? » elle se gargarise alors qu'il se retire d'elle.

"Reposez-vous et vous serez de retour à ce que les hommes attendent dans une semaine, je pense." dit-il en la regardant. Victor vérifia rapidement son robinet avant de partir. "Oh oui, ton évier fonctionne."

Articles similaires

Les drapeaux à damiers me font baiser.

À la fin du 200e tour de la course modifiée NASCAR Oswego Fall Classic 1973, le drapeau à damier a flotté sur ma Vega n°2 à gros bloc. Probablement 10 000 des 15 000 personnes présentes dans les tribunes m'encourageaient. Soit les autres ne m’aimaient pas, soit ils espéraient simplement que leur pilote préféré gagnerait. Une autre victoire de course était dans les livres avec mon nom dessus. C'était ma sixième victoire de la saison sur quatre pistes différentes du programme de la tournée du Nord-Est. C'était une bonne chose que la course se soit terminée ce tour-là, car je sentais...

351 Des vues

Likes 0

Rencontrer Taylor à nouveau au parc

Cela faisait plusieurs mois que Taylor et moi étions ensemble, et au fil du temps, j'ai fini par voir mon ancienne petite amie. J'essayais de mettre cette expérience derrière moi, mais chaque fois que je faisais l'amour, il me semblait toujours que je finissais par penser à Taylor. J'étais obsédé par elle, au point que je passais devant sa maison en voiture, espérant désespérément pouvoir la croiser. J’avais commencé à réaliser que je ne la reverrais jamais, mais je continuais à emmener mon chien se promener autour du lac tous les jours, parfois même deux fois. Encore une fois, je ne...

329 Des vues

Likes 0

Journal de Wartime Comfort House - Jour 7 Saucisse britannique

J'avais demandé à Mlle Yamaha d'amener la jeune mère coréenne Maple pour nourrir ma faible épouse locale chaque fois que je venais consommer avec Cherry, en plus de ses tétées quotidiennes régulières. Je savais que la nourriture supplémentaire aiderait Cherry à devenir plus forte. J'ai également été intrigué par l'orgasme de ma femme après avoir répandu mes graines et ramolli, alors j'ai décidé de laisser ma virilité dans son ventre à chaque fois que j'ai atteint mon apogée. Je serais excité en embrassant passionnément ma femme tout en caressant ses seins fermes en pleine croissance (presque le bonnet B maintenant) et...

1.1K Des vues

Likes 0

L'histoire d'Ann partie 2

L'histoire d'Ann partie 2 Ann n'était pas du tout mal à l'aise à l'arrière de ce véhicule et avec les orgasmes qui venaient d'avoir lieu, ainsi que celui qui la suçait actuellement, cela l'a encore amenée à un point culminant tremblant. Elle aimait ça, quand son mari tordait et jouait avec ses mamelons, mais ce qu'elle aimait encore plus, c'était quand il jouait avec eux et suçait sa chatte, en particulier son clitoris. Les hommes qui l'avaient prise étaient apparemment très doués pour faire plaisir aux femmes. Elle était allongée là, incapable de bouger et était tellement épuisée par trois orgasmes...

944 Des vues

Likes 0

Catherine - Première partie._(1)

Lentement, Catherine se réveille de son lit en sentant l'air froid de la Californie inonder sa chambre. Elle se lève du lit seulement pour sentir les carreaux froids sur le sol. S'éloignant de son lit, elle se prépare pour l'école. En entrant dans la salle de bain, elle se rappela la nuit dernière quand elle s'était touchée pour la première fois. C'était une expérience étrange, elle avait entendu des discussions et des rumeurs concernant la masturbation mais elle ne l'avait jamais fait elle-même, ou plutôt, à elle-même. En regardant dans le miroir, Catherine a vu une fille aux cheveux bruns et...

880 Des vues

Likes 0

Inattendu..Partie 2

« Que se passe-t-il ici ? La voix résonna dans la pièce et elle sut immédiatement qui c'était, son frère. Emyd pivota calmement sur le lit et parla calmement. Hey Josh, euh Aria est tombée dit-il en se levant. Aria a essayé de se cacher sous les couvertures. mmhmm Josh se tourna vers Emyd Les jeux en bas, tu viens ? Il a demandé. « Ouais » dit-il en faisant quelques pas vers la porte, puis se tourna vers Aria « Tu devrais rester au lit pendant un moment, tu sais, juste au cas où… » Alors qu'il sortait et quittait...

814 Des vues

Likes 0

Anges et démons : 1

Il y a une bataille pour le cœur en moi, une bataille pour mon âme, voyez-vous. Car je suis le dernier Instinct. Avant même ma création, ils étaient mon peuple. Nous étions des êtres anciens qui se sont frayé un chemin hors de l'abîme qui a précédé tout. Nous étions l'incarnation de l'instinct primal pur et bientôt l'instinct d'approbation s'est manifesté et nous avons commencé à créer des choses. Après un millénaire, mon peuple s'est ennuyé, alors tous sauf un sont passés à une nouvelle existence. Mon père était le créateur du troisième rocher et le seul qui a choisi de...

693 Des vues

Likes 0

Le Sex Shop – histoire 16

Tout d'abord, je m'appelle Lucy et j'ai 24 ans, 5 pieds 5 avec de longs cheveux blonds épais, des seins de 32b et je pesais à l'époque environ 110. La plupart des gens diraient que j'étais bien monté, mon ex a toujours dit que j'étais bien baisable. Je n'ai pas trouvé difficile d'avoir des gars. Ils sont juste venus me voir et j'ai eu du mal à dire non. Jeune, vieux, beau, laid, maigre ou gros. S'ils avaient une bite, j'en avais besoin en moi. Je travaillais au bordel depuis un peu plus de quatre mois et je baisais toujours le...

613 Des vues

Likes 0

Gare d'Anton.

Désolé les gens qui font une pause avec Link car je suis TOTALEMENT perplexe et j'ai pensé à une nouvelle idée pour une histoire, Kai, avec ses longs cheveux bruns bouclés avec l'aide de la brise, fouetta la nuque. Ses longs cils, qui cachaient presque ses yeux bleu ciel, empêchaient la saleté de pénétrer dans ses yeux. Alors que le cheval se cabrait devant elle, Kai leva les bras devant elle et s'inclina doucement devant le cheval. Ses mouvements rapides étaient vifs et Kai ne savait pas si elle pouvait casser le cheval ou non. Après environ une minute, le cheval...

601 Des vues

Likes 0

Mom Eyes The Kids Chapitre neuf et dix

Diana n'était pas sûre si cela se voyait, mais elle avait l'impression de haleter comme un chien alors qu'elle se dirigeait vers sa fille nue alors que la fille s'allongeait de manière si provocante sur son lit. Et d'après les regards avenants que l'adolescente lui lançait de ses yeux sensuels et baissés, Diana était à peu près sûre que la fille était aussi enthousiaste qu'elle. Diana s'assit sur le côté du lit. Son plan initial avait été de séduire la fille de la même manière qu'elle avait Jimmy, en commençant par demander à quelle fréquence Holly se branlait avec une inquiétude...

552 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.