Démon partie 4

1.8KReport
Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte.

"Oh c'est toi." J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits.

"Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais?" Il a demandé gentiment.

"Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose." Je lui fis signe d'entrer. "Tu as été occupé," dis-je, ignorant le petit pincement au cœur de mon cœur. Je suis allé dans la cuisine pour voir quelle nourriture je pouvais faire.

"J'ai fait ce que vous avez demandé." Il a répondu. "J'ai une question cependant. Pourquoi est-ce que je ne me sens pas mal à propos des coups d'un soir ? Avant, je me sentais mal, maintenant je me sens juste…"

"Indifférent. Vient avec les pouvoirs." En parlant de pouvoirs, je pense qu'il a gagné son deuxième lot de pouvoirs. Peut-être une manipulation du temps ? Non, c'est trop tôt.

"Ne t'inquiète pas pour me nourrir, je peux manger plus tard." Il a interrompu le concours de regard que j'avais avec le réfrigérateur ouvert.

« Ça va me faire gagner du temps. » Je fermai le réfrigérateur. « Tu sais quoi ? Je vais habituellement courir le matin. Tu veux venir avec moi ? J'ai regardé ce qu'il portait.

"Bien sûr, je suis à terre. Tu veux que je parte pendant que tu te changes ?"

"Pas nécessaire," dis-je en passant ma chemise de nuit par-dessus ma tête, lui montrant volontairement mon corps complètement nu. Je veux dire, si je voulais le baiser à nouveau, j'ai besoin qu'il pense que c'est lui qui l'a initié.

Il rougit d'un rouge vif et fixa mon corps. "Tu es sûr que tu ne veux pas que je parte ? Je serai juste dehors, "

"Tu peux, mais j'ai presque fini," dis-je en retirant le soutien-gorge de sport du canapé et en enfilant un jogging. "De plus, maintenant, je suis habituée à ce que les gars regardent mon corps, donc qu'il soit nu ou non n'a pas d'importance pour moi. C'est fait. Tu vois? Pas vraiment un problème."

"Alors ok." Son visage s'est émoussé, redevenant lentement normal. « Allons-y, je suppose.

Alors que nous nous tournions autour de Bassline, j'ai commencé à comprendre ce que Korra disait. Pendant que nous courions, elle faisait sérieusement tourner les têtes. Elle était comme une star du porno, sans les chirurgies. Les mecs la regardaient bouche bée de l'autre côté de la rue, en particulier ses seins et ses fesses. Je veux dire, elle m'a attrapé plusieurs fois, souriant et rougissant à chaque fois que je regardais. C'est presque comme si elle ignorait tout le monde sauf moi.

« Alors, comment va ton nouveau condo ? » Elle a dit juste assez fort pour que je l'entende alors que nous ralentissions pour marcher.

"C'est bon je suppose. Je veux dire, mes nouveaux meubles et mon argent sont arrivés, maintenant j'attends juste mes vêtements." J'ai essuyé une goutte de sueur sur mon visage.

« Puis-je passer bientôt? J'aimerais le voir. »

« En fait, ouais ! J'allais juste te demander si tu peux venir à ma pendaison de crémaillère ce soir.

"Ouais, je n'ai rien de prévu." Elle ajusta ses leggings. « Quand est-ce ? »

« Commence à sept heures, j'ai aussi de la restauration et des boissons, donc pas besoin d'en apporter. »

"D'accord, je serai là. Tu veux appeler une voiture ? J'ai fini de courir et je ne veux pas rentrer à pied." Elle fouilla dans la couture de son pantalon de jogging et sortit son téléphone.

"Bien sûr," dis-je. Je pourrais certainement tenir la course en arrière, et je suis très certainement sûr que Korra le pourrait aussi, mais je suppose qu'elle s'ennuyait juste.

Environ dix minutes plus tard, le trajet était là, Max et moi sommes montés sur la banquette arrière, lui étant à gauche et moi au milieu, le protégeant du conducteur.

"Tout d'abord, j'y ai pensé," dis-je dans un presque murmure, à peine audible pour lui. « Je pense que tu as gagné ta deuxième série de pouvoirs. J'ai frotté la marque sur son bras, projetant de l'énergie du bout de mes doigts dans la marque, le forçant à grimacer suffisamment fort pour que le conducteur l'entende.

« Est-ce que tu vas bien là-bas ? » Le chauffeur a interrogé.

« Il s'est juste fait très mal au bras. Il ira bien quand nous rentrerons à la maison.

"Oh. Ok. Je vais prendre un raccourci alors."

"J'apprécierais ça," dis-je, pensant aux pouvoirs utiles à donner à Max. Après avoir trouvé un ensemble assez bon, je me suis préparé pour le rituel.

« Êtes-vous prêt pour cela ? Êtes-vous sûr de vouloir cela ? Il hocha la tête en silence et posa sa main sur la mienne.

"D'accord, je ferais normalement ça pendant que tu dors parce que tu ne le sentirais pas. S'il te plaît, sois indulgent avec moi. Je vais faire vite." chuchotai-je en dessinant des formes dans l'air, seulement pour qu'elles se transforment en un symbole bleu vif. J'ai attrapé le symbole et l'ai claqué sur la marque précédente sur son bras.

"AHH !!! PUTAIN !!!!" Il cria.

"Pardon pardon." dis-je, caressant doucement son bras, essayant de l'apaiser et de le réconforter. La douleur n'était que le début. « À quelle distance sommes-nous ? Il perd son emprise. » J'ai demandé calmement au chauffeur alors que Max commençait à trembler et à grogner.

« Qu'est-ce que tu veux dire, 'perdre son emprise' ? Il allait bien il y a une seconde. Mais d'accord, je suppose que je vais me dépêcher- » Le conducteur fut interrompu par Max qui vomissait partout sur le siège passager.

« QU'EST-CE QUI LUI EST ARRIVÉ ? » Le chauffeur a perdu sa merde.

"Ne vous inquiétez pas. Faites-moi payer un supplément. Mais ça ne fera qu'empirer à partir d'ici." dis-je calmement.

« Putain. » Et le chauffeur a marché dessus. Après environ une minute et deux feux rouges, nous sommes arrivés à la porte. Je suis sorti du côté droit de la voiture et j'ai fait une boucle pour l'aider.

"Où sommes-nous?" Il gémit presque tristement. Le cerveau et le corps de Max sont réarrangés et modifiés de force pour s'adapter à ses nouveaux pouvoirs, et il prenait l'outil.

"Nous sommes chez moi," dis-je de la voix la plus douce que je pouvais rassembler.

"Merde ça." C'était presque comme s'il était ivre de merde et qu'il prenait de la cocaïne en même temps. Dès que j'ai enlevé sa ceinture de sécurité et l'ai soulevé hors du siège, j'ai entendu une voix étrange mais familière. L'entraînant pour faire face à cette voix, j'étais à la fois décimée par la colère et imprégnée de peur.

— Te voilà, prisonnier. J'ai levé les yeux pour voir un visage que j'espérais ne plus jamais revoir. L'ascenseur dans lequel nous nous trouvions s'est éloigné par hasard, presque comme s'il faisait la queue pour une pièce de théâtre.

« Non ! Je n'ai pas besoin de toi ici Orion ! Pas maintenant ! Jamais ! Il était le meurtrier de ma mère.

« Oh, s'il vous plaît. N'agissez pas comme l'enfant que vous êtes. Écoutez-moi et laissez sortir cette moitié adulte de vous. »

« Va te faire foutre ! Je matérialisai mon épée dans ma main libre.

"Je n'essaye pas de te battre." Il leva le bras et fit un signe de la main. À cet instant, j'ai été projeté en l'air. J'ai percuté un pilier avec une grande force, assez pour provoquer une hémorragie interne abondante. Alors que la gravité s'emparait de moi, me tirant au sol, j'ai vu Max se précipiter vers moi. Dès que j'ai touché le sol, j'ai poussé contre le sol et je me suis envolé vers lui, l'attrapant dans les airs. Ne pensant qu'à garder son corps fragile aussi indemne que possible, j'ai atterri sur mes pieds, seulement pour m'effondrer à genoux, crachant une quantité malsaine de sang.

"En fait, tu es si faible, que si nous devions nous battre, tu perdrais en un clin d'œil. Tu es si faible, tu dois utiliser des humains humbles pour exécuter tes ordres."

« Va te faire foutre, Orion. J'ai craché plus de sang dans ses chaussures.

« Heureusement pour vous, je vais honorer votre demande. Nous aurons cette discussion demain. Ne vous inquiétez pas. Je vais vous trouver. » Et il est parti dans un torrent de plumes.

"Non, tu ne le feras pas," dis-je alors que je commençais le rituel de guérison, redressant ma colonne vertébrale, réparant mes reins, reformant mes poumons et remplaçant les tissus endommagés de mon cerveau. Puis, alors que j'étais sur le point de le guérir, il ouvrit les yeux.

« Ughh. Où suis-je ? » J'avais l'impression d'avoir dormi huit heures. Sauf qu'il faisait encore jour. Lumière du jour large et brûlante. Je plissai les yeux à la lumière éblouissante.

« Bien. Vous êtes réveillé. Ne vous surmenez pas, vous avez… une méga-gueule de bois. » Korra a parlé. En la regardant, j'étais sous le choc. Ses vêtements étaient déchirés, il y avait du sang partout sur elle, mais il n'y avait pas de coupures.

"Korra-" commençai-je.

"Je vais bien. Nous devons y aller. Maintenant." Sa voix devint furieuse. « Quelqu'un a trouvé mon emplacement. Il… Ce.. » Elle a fait un geste autour d'elle, « n'est plus en sécurité. J'ai besoin de récupérer mes affaires. Reste ici. » Elle m'a doucement laissé sur le sol, et alors qu'elle me déplaçait, j'étais tellement excité au mouvement que j'avais l'impression d'avoir le cas de vertige le plus violent au monde. "Tu ne pouvais pas bouger de toute façon." Elle a couru dans le manoir. Le manoir qui regorgeait de femmes il n'y a pas deux jours. Combien de choses ont changé ces deux derniers jours. J'ai commencé à me perdre dans la pensée de la façon dont je pourrais utiliser mes nouveaux pouvoirs, lesquels pouvoirs, cependant, je n'en ai aucune idée.

"Je suis de retour," dit Korra du côté exactement opposé d'où elle était partie. J'ai évidemment sauté. J'ai essayé de me retourner et j'ai été accueilli par du vomi lorsque j'ai terminé.

« Ahem. Vous avez l'air différent. » Je me racle la gorge. Et elle l'a fait. Elle portait une armure de chevalier, sauf qu'elle était faite de cristaux noirs et rouges. Elle avait également une petite sacoche qui émettait régulièrement une douce lumière rouge.

« Pas l'objectif principal. Où est votre appartement ? »

« 5126, chemin Harold. Pourquoi ? »

« Merde. Trop loin pour une courte portée. Et vous n'êtes pas dans une condition pour une longue portée. »

"Quoi?"

« Nous ne pouvons pas nous téléporter là-bas. Hm. Vesp viendra nous chercher. »

"Qui est Vesp-" commençai-je alors que j'étais interrompu par un sifflement trop aigu pour être entendu, mais assez fort pour être ressenti. En réponse au coup de sifflet était un rugissement. Un rugissement de gorge profonde, bass, effrayant. Et puis dans un nuage de fumée, une créature de la taille d'un cheval est apparue. C'était presque comme un mélange entre un dragon et un renard. « C'est un Coaxe. Mon familier personnel. Hé mon pote ! Comment ça va ? » Le cajoleur s'est jeté sur elle comme un chiot qui n'a pas vu son propriétaire depuis des semaines. "Elle est avec moi depuis quelques années maintenant. Est-ce que ça va si on te monte fille?" Vesp a répondu avec un cri de joie.

"Non, je ne peux pas." Je ne roulais pas là-dessus. Certainement pas.

"Quoi ? On n'a pas le temps de s'occuper de ton cul de chatte."

"Quoi?!" Je ne l'ai jamais entendu parler comme ça !

"Marguerite upsy!" Elle m'a soulevé comme un sac de Cheetos. Elle n'était pas si forte non plus. Je me suis allongé à l'arrière de Vesp. "Voici l'emplacement Vesp." Les yeux bleus de Korra sont devenus d'un rouge éclatant et les yeux de Vesp se sont rapidement adaptés. Vesp ronronna d'accord alors que Korra sautait devant moi. "Prêt à partir?"

"Pas vraiment, pourrions-nous prendre une pluie-" Je n'ai pas pu finir cette phrase alors que nous nous lancions à une bonne dizaine de mètres dans les airs. Puis dès que nous étions au sommet du saut de Vesp, nous avons décollé à la vitesse d'une fusée. Tout était flou pendant une vingtaine de secondes. Les arbres étaient comme des balles qui défilaient, et un trajet de deux heures a été effectué. Je ne pouvais pas supporter ça, même si je n'étais pas "méga-gueule de bois". J'ai vomi pour la troisième fois aujourd'hui. Je suis surpris d'avoir mangé assez de nourriture pour fournir cette quantité de vomi.

"Quel étage?" Elle a agi comme si les balles à travers un comté étaient un événement régulier.

"Top. West End." Qui a eu l'énergie de durer pour créer des phrases cohérentes ?

"Bâtard chanceux," dit-elle alors que je m'évanouis à nouveau.

« Est-ce que tu vas être éveillé pour ta propre fête ? » J'ai été réveillé avec Korra sur ma bite. « Ça ne vous dérange pas, n'est-ce pas ? »

"Pas du tout," dis-je, baillant et appréciant la sensation qui m'était donnée, "mais j'ai besoin de garder mon orgasme pour plus tard, je ne veux pas encore l'utiliser."

"Tu sais, tu peux juste rendre ta bite plus dure et produire du sperme en masse." Dit-elle en rebondissant doucement sur ma bite semi-dure.

"Ça ne fait rien." J'ai commencé à la forcer, contrant le mouvement doux qu'elle a fait.

"Vous savez, le reste de la fête est là-bas, et ce ne serait pas juste si l'hôte abandonnait la fête." Elle a commencé à accélérer, essayant de me faire jouir, au prix d'accélérer le sien. "Unnhh. Oh mon Dieu. Fuuuck." Elle se pencha et frotta rapidement son clitoris. C'est à ce moment-là que j'ai eu un flash-back sur hier quand j'ai baisé Katt, l'agent immobilier. J'ai essayé de faire la même chose maintenant avec Korra.

"Euh, non merci." Elle s'arrêta de bouger.

"Pourquoi?"

"Je garde ça sous clé pour ne pas tomber enceinte." Elle m'a regardé avec un visage de désaccord très doux et maternel.

« Ahh. D'accord. Cool. Je vais garder ça à l'esprit. »

« Je suis content que vous compreniez, mais je veux toujours… »

"Ouais ok." Je l'ai retournée et je suis devenue missionnaire. J'accélérai mon rythme pour que moi et elle puissions atteindre l'orgasme, en gardant une main sur son clitoris, une main sur son sein gauche et son sein droit dans ma bouche. Je léchais, suçais et mordillais sa poitrine jusqu'à ce qu'elle jouisse. Son orgasme était super puissant, avec des spasmes comme si elle avait une crise, et sa chatte se serrait si fort que je suis venu beaucoup plus vite que j'aurais dû. J'ai éclaté en elle, la forçant à avoir encore plus de spasmes. Je me suis effondré sur elle, l'embrassant dans le cou alors que nous descendions de nos sommets.

« Je pense que nous devrions retourner à la fête. Elle gémit dès qu'elle le put.

"Ouais, tu as raison," dis-je en enfilant une chemise et un short de mon placard.

« Tu y vas en premier. Je vais rester un peu en arrière. »

"D'accord. A tout à l'heure." J'ai ouvert la porte après avoir fini de me changer.

//

Il s'avère que, comme à chaque fête, vous invitez quelques personnes et quarante se présentent.

« Vous avez une fête de malade, Max !

"Merci," dis-je à une personne dont je n'avais aucune idée de son identité. J'ai décidé d'aller à la table de poker de fortune, car quelqu'un avait apporté quelque part une table de poker portable.

"Je suis partant!" dis-je en m'asseyant avec mon tournevis, le déposant à côté de moi alors que je laissais tomber une liasse de billets devant le croupier. J'ai jeté un coup d'œil au jeu de cartes et il me semblait que je pouvais voir une image fantôme de la carte du dessus. C'était un as de pique. J'ai poussé une idée du croupier à me traiter en premier, afin que je puisse obtenir cette carte. Trente secondes plus tard, la main de chaque personne était distribuée avec ses cartes. Comme j'avais auparavant regardé une carte du haut du jeu, j'ai pensé que je pouvais regarder la main de chaque personne parce que leur main était composée de deux cartes, mais s'évasait pour qu'ils puissent voir les deux cartes. Dans ce scénario, je pourrais probablement voir les cartes dans les mains de chaque personne. Et peut-être les cartes communes.

As et Valet, deux et trois, quatre et six, et une Dame et deux. Je donne un as et un trois. La pile communautaire avait une Dame, un As, un Deux, un Trois et un autre As. Tant que je jouais bien, je pouvais gagner. Ou je pourrais jouer ce bon marché. Ça aussi. Je n'ai jamais entendu parler d'une règle qui dit qu'on ne peut pas forcer tout le monde à faire tapis. En fait, ça me rapportera bien cinquante mille. Après tout, je suis dans un quartier riche.

« Des paris ? » Le concessionnaire a demandé.

"Je vais faire tapis," dis-je.

« Voilà pour l'élément de surprise. Moi aussi. Le gars à côté de moi a dit.

"Pourrait aussi bien. All-in."

"Fuck it. All in."

« Voulez-vous juste aller directement à la révélation ? » dit le marchand.

"Bien sûr, pourquoi pas?" dis-je d'un air suffisant en retournant mes cartes avant qu'elles ne soient révélées.

« Arrogant, je vois. La fille deux places devant moi ricana. « Voyons si vous êtes assez bon. Et le croupier a révélé les cartes, seulement pour me faire gagner avec un full.

« Aha ! Le mien ! Merci d'avoir joué ! » J'ai encaissé mes jetons pour le pot. « Nous jouerons plus tard ! » dis-je en me levant de table.

J'ai continué à me promener dans la fête, à bavarder, à apprendre le potentiel… des indulgences.

"Max !" J'ai entendu une voix familière derrière moi alors que je discutais avec l'un de mes invités.

"Katt ?!" Je me suis retourné pour voir la fille qui m'a montré l'appartement. « Excusez-moi. C'est un vieil ami. »

"Vieil ami?" Elle a plaisanté alors que je m'approchais d'elle.

« Je préférerais de loin te parler plutôt qu'Amanda.

« Oh ? Qu'est-ce qu'elle a que je n'ai pas ? » Elle gloussa alors que nous marchions vers l'une des chambres.

"Une vraie putain de personnalité."

« Aïe. Elle a l'air fade et difficile à qui parler.

"Parle-moi de ça."

"Je veux juste dire merci pour mardi. Ce n'était pas seulement incroyable, mais j'ai réalisé mon souhait." Elle posa sa main sur son bas-ventre. "Je peux le sentir."

"Je suis contente." J'ai fait un sourire léger mais honnête.

« Euh… » Elle essaya de briser le silence. « Eh bien, je suppose- » elle n'a pas eu la chance de finir sa phrase car un grand craquement s'est produit.

« Descends Katt ! » criai-je en le reconnaissant comme le son de mon propre pistolet. La seule qui saurait où se trouve cette arme était Korra. Des cris ont rempli l'appartement alors qu'un autre coup était tiré. "Bon sang ! Korra a des ennuis !" J'ai juré.

"Je vais aller aider !" Katt a bondi du sol.

"Non!" Je l'ai maintenue pendant qu'elle se débattait contre moi. "Je ne veux pas perdre deux personnes pour le prix d'une !" lui sifflai-je à l'oreille. Son visage montrait un mélange de choc, de compréhension et de réalisation. Elle a cessé de se débattre. "Fais juste comme si tu étais mort. Je reviendrai. Je te le promets." Je me suis levé, suis sorti de la pièce et me suis dirigé vers les escaliers du deuxième étage menant à la chambre principale. Vers mon adversaire. Sans le savoir, vers ma mort.

——————

Lacune ici. Désolé ça fait si longtemps. J'avais d'autres trucs de la vie à gérer

Articles similaires

Honneur du devoir

J'ai senti la brise froide effleurer mon visage et mes genoux me brûler les mollets alors que je prenais de la vitesse en descendant le trottoir. À seulement un kilomètre et demi de chez moi, je commençais juste ma course nocturne, heureuse que l'été soit de retour. Je détestais les hivers parce que je passais plus de temps dans une salle de sport ou que je m'entraînais pendant les heures les plus chaudes de la journée. La seule mauvaise chose était que je me sentais en quelque sorte chagrin d'y avoir pensé, rien de mal et d'amusant ne se produirait jamais...

1.8K Des vues

Likes 0

Ouah

Cela faisait environ deux mois que j'avais changé d'école et déménagé dans mon nouveau quartier. Je n'étais pas le plus beau gosse, mais je suppose que c'est vrai que la personnalité compte le plus parce que j'avais beaucoup d'amies et d'amies. C'était un autre dimanche après-midi ennuyeux quand j'ai entendu frapper à la porte. Comme je dormais, je me levai lentement et allai répondre à la porte. À la porte se trouvait une de mes amies Tabatha ou Tabby en abrégé. Nous avons bavardé près de la porte pendant un moment, puis je l'ai invitée à entrer. Nous sommes allés dans...

1.1K Des vues

Likes 0

Éduquer Anna (Partie 1)_(0)

Anna avait 15 ans, même si sa famille a toujours dit qu'elle en avait l'air 19, avec de longs cheveux blonds, des yeux noisette et une silhouette mince mesurant 5' 11 et des seins 38D qu'elle tenait de sa mère. Bien qu'Anna ait été l'une des premières développeurs, elle a toujours été timide et soucieuse de son corps, étant la plus grande de sa classe, elle a toujours été pointée du doigt pour les blagues et les taquineries de ses camarades de classe. Ce n'est que lorsqu'elle était à la maison qu'elle pouvait vraiment se détendre et être elle-même. La plupart...

286 Des vues

Likes 0

Ma mère excitée prt1

Chapitre un: « Walter ! » Patty écarta ses longs cheveux blonds ondulés de ses yeux et lança un regard furieux à la porte de la chambre de son fils. Walter, je sais ce que tu fais là-dedans ! Je suis absolument marre de t'écouter te branler dans ta chambre tous les jours ! Walter, écoutes-tu? Son fils adolescent n'a pas répondu. Le battement rythmique a continué plus fort que jamais, le bruit de la tête de lit qui frappe contre le mur tandis que Walter frappait avec impatience sa queue, agitant son poing de haut en bas de son bite raide et douloureuse...

178 Des vues

Likes 0

Maman Franken; ou, ma mère Frank

Maman Franken; ou, ma mère Frank INTRODUCTION : Maman passe le week-end dans le dortoir de son fils et les choses se passent autrement... Bien sûr, étant un étudiant de première année, le seul cours d'art disponible était l'équivalent du dessin 101. Il n'y avait aucun test pour cela. Le jour où on m'a demandé de dessiner un cheval en perspective à deux points, j'ai appelé maman en larmes, la suppliant de me tirer d'affaire de cette mauvaise décision. Maman, étant pragmatique, a refusé, me réconfortant en me conseillant de lui accorder plus de temps. Peu de temps après, ma fortune...

161 Des vues

Likes 0

Les vraies aventures d'Alice -Prologue-_(1)

Les vraies aventures d'Alice - Prologue - AUCUN sexe réel dans ce chapitre mais il y en aura beaucoup dans les prochains chapitres Je suis resté vierge jusqu'à ................ Tout le monde a 18 ans ou plus dans cette aventure. Je ne précise peut-être pas l'âge exact mais ils ont tous 18 ans et plus. J'ai été convaincue d'écrire mon histoire dès l'âge de dix-huit ans par ma fille Barbara. J'espère que vous apprécierez le premier chapitre de mon aventure. Ma vie a changé en 1974 et à 41 ans, je suis toujours en forme. En 1974, j'étais l'aîné de douze...

947 Des vues

Likes 0

Cupids Curse partie 1

Encore une fois, je fais le même rêve; c'est toujours la même pièce froide et morne. Au début, il semble toujours noir, mais grâce à quelques bougies autour de la pièce, je peux voir dans la pièce voisine où il y a toujours un canapé rouge, où une femme étrange attend ma compagnie. Je ne peux jamais entendre sa voix, mais pour une raison quelconque, je sais qu'elle m'appelle. Alors que je sors du lit pour venir vers elle, je ressens la même douleur aiguë dans mes yeux, mais je n'arrête jamais de bouger, peu importe l'intensité de la douleur, comme...

889 Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

1.8K Des vues

Likes 0

Le réparateur chapitres 3 et 4

Chapitre 3 Chérie, je suis à la maison Jimmy s'est d'abord réveillé pour se retrouver avec Jane et son bois du matin serré contre ses fesses douces, il s'est penché un peu et a commencé à embrasser doucement son cou puis son oreille. Mmm, gémit-elle doucement alors qu'elle tournait la tête à mi-chemin pour voir qui l'embrassait. Jimmy l'embrassa doucement sur les lèvres puis commença à manipuler son mamelon gauche. Rien n'a fait avancer Jane plus vite que quelqu'un qui s'occupe de ses mamelons. Elle laissa tomber sa main sur son cul et trouva l'une des bites les plus grosses et...

2K Des vues

Likes 0

Mandy aime cuisiner

Mandy et moi sommes mariés depuis environ vingt-quatre ans. C'est une magnifique brune de 45 ans et quelque chose qui mesure 5'6 130 lb et a une silhouette parfaite de 34C - 24 - 35. Après la naissance de notre enfant unique, Mandy a pris environ 25 livres, mais dans l'ensemble endroits, son cul incroyable et une ligne de buste augmentée. Compte tenu de nos vingt-quatre ans de mariage, notre activité sexuelle s'est installée en quelque sorte une fois par semaine et consiste le plus souvent en Mandy demandant, je fais du sexe oral avant de faire quoi que ce soit...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.