Ranchland - (Le réel) Chapitre 3

480Report
Ranchland - (Le réel) Chapitre 3

Mes excuses pour avoir mal posté le premier chapitre 3. Je vais devoir arrêter de faire ça aux petites heures du matin. Pour rattraper ce bordel, je travaille sur un quatrième chapitre, que je posterai dès que je pourrai.
___________________________________________________________________________________

Ranchland - (Le réel) Chapitre 3

Il était tard dans l'après-midi lorsque Ben et Amy arrivèrent à la maison de Ranchland. Amy avait appliqué plus de crème anti-démangeaisons qui avait soulagé Ben, et combinée à de nombreux bains froids pour réduire la chaleur de sa peau brûlée, son coup de soleil s'est transformé en la peau sèche et desquamante de la guérison. Amy gloussa en regardant son oncle gratter la peau qui démangeait de ses poils pubiens et de son sac de noix. Sa bite semblait échapper aux tortures de la perte de peau
.
Assez régulièrement, elle avait été réveillée le matin juste avant que le léchage de sa chatte par Ben ne la conduise à un point culminant abrutissant. Autant elle détestait se l'admettre, autant leurs scores officieux au concours de succion et de léchage étaient presque à égalité, Ben ayant peut-être une légère avance.

Ben dormait seul dans son lit depuis quatre nuits, et alors qu'il appréciait les raisons d'Amy de le laisser avoir tout le lit pour lui tout seul afin de ne pas irriter sa peau brûlée, il s'est retrouvé à se réveiller toute la nuit alors qu'il cherchait le corps mou de sa nièce à côté du sien. Il avait toujours l'impression qu'il manquait quelque chose et il avait du mal à se rendormir.

Amy aussi a raté le corps fort de son oncle à côté d'elle dans la nuit. C'est donc avec un sentiment de confusion qu'elle s'est réveillée vers deux heures du matin pour sentir quelque chose de lourd reposer derrière elle. Se retournant pour voir ce qui avait envahi son lit double, elle était à la fois ravie et inquiète de trouver son oncle Ben allongé sur les couvre-lits.

"Oncle Ben?" s'enquit-elle d'un air endormi. "Est-ce que ça va? Qu'est-ce qui ne va pas?"

« Mmm ? Rien, petit, " Ben a répondu à sa demande d'une voix groggy, " Tu m'as juste manqué. Je me suis réveillé, et tu n'étais pas là, et je n'ai pas pu me rendormir. Alors je suis venu ici, pour être à nouveau près de toi. Dois-je y aller ? »

"Ouais . . . non . . . Je veux dire . . . ah l'enfer ! Tu me manques aussi, mais ce lit n'est pas assez grand pour nous deux. Et si on retournait tous les deux dans ton lit ? suggéra-t-elle, et ils s'installèrent dans le lit de Ben, se pelotonna l'un contre l'autre et profitèrent du meilleur sommeil que l'un ou l'autre ait eu depuis des jours.

Ben et Amy devenaient tous deux impatients de consolider à la fois l'exploitation de Ranchland et les intérêts d'Amy dans le Montana. Il a fallu près d'une semaine pour prendre les dispositions nécessaires pour déplacer une partie de son troupeau à Ranchland, puis répertorier la propriété auprès d'un agent local du Montana. Ben avait accepté qu'Amy prenne sa camionnette et sa remorque, se rende au vieux ranch et rapporte tout ce qu'elle veut garder. Avec une liste d'articles en tête, Amy a contacté certains des revendeurs pour se débarrasser du reste. Puis elle partit, espérant être de retour à Ranchland dans les deux semaines.

Pour Ben, les jours passaient lentement, il avait du mal à maintenir son enthousiasme avec sa nièce pas là. De la même manière, Amy s'inquiétait pour son oncle, même si elle était bien consciente qu'il vivait seul depuis qu'elle était une petite fille, et était tout à fait capable de s'occuper de lui-même. Les effets de son coup de soleil plutôt malheureux s'étaient dissipés, ne laissant aucun effet secondaire notable. Elle avait même réussi à le sucer une ou deux fois de plus par jour où il lui avait mangé la chatte. Mais il y avait aussi eu des jours où elle avait été mangée plus qu'il n'avait été sucé. Pendant son absence dans le Montana, leurs escapades amoureuses et sexuelles lui ont vraiment manqué.

À la fin de la première semaine, Amy avait répertorié l'ancien ranch et l'agent était très enthousiaste à l'idée de trouver quelqu'un pour faire une offre raisonnable, de préférence pendant qu'elle était encore dans l'état. Le tri des meubles, des souvenirs et des effets personnels lui a pris plus que quelques jours, et la livraison des articles qu'elle voulait vendre l'a occupée, en courant entre divers revendeurs. Ce fut le soir de son neuvième jour de retour que le téléphone sonna et elle y répondit avec lassitude. La voix à l'autre bout du fil était Ben, ce qui lui a considérablement remonté le moral.

"Bonjour?" elle a parlé au téléphone.

« Salut, petite. J'ai pensé que je t'appellerais pour voir comment tu allais. » La voix de Ben parcourait les nombreux kilomètres qui les séparaient. « Comment ça se passe là-bas ? »

"Oncle Ben! Dieu, mais ça fait plaisir de t'entendre ! Ne me dis pas que tu es encore monté sur le stand et que tu as une autre brûlure ? » Amy a taquiné son oncle.

« Eh bien, oui, je l'ai fait. J'ai parcouru la plage, je veux dire. Mais cette fois, j'ai brûlé mon cul au lieu de mon ventre ! lui a-t-il répondu.

"Connard! Je vais revenir à une créature croustillante, n'est-ce pas ? Bon sang, une fille prend quelques jours de congé, et tout va en enfer ! Que vais-je faire de toi, vieil homme ? On dirait que je ferais mieux de ranger les choses ici très rapidement, pour que je puisse revenir et garder mon oncle préféré ! »

"Vieil homme? Qui appelez-vous « Vieux » ? » Ben a répondu. « Je peux vous suivre n'importe quel jour, et vous le savez ! Nous avons déjà compris que je peux manger ta délicieuse chatte aussi souvent que tu peux me sucer la bite, sinon plus ! Pas mal, pour un Old Geezer, je dirais », a plaisanté Ben à la légère. Il y eut une courte pause, puis Ben continua. « Combien de temps avant que tu ne sois à nouveau à la maison, Petite ? C'est plutôt calme ici, et j'ai besoin de quelqu'un pour m'aider à prendre soin de cette immense maison de ranch vide.

"Je devrais être à la maison à cette heure la semaine prochaine, j'espère" l'informa Amy. « À peu près tout ce qu'il me reste à faire est de charger un quart de mon troupeau et de sortir d'ici, puis de prendre des dispositions pour que quelqu'un charge le reste après mon départ. Le gars de l'immobilier pense qu'il pourrait avoir une offre à venir, et j'aimerais être ici si c'est le cas. Pourquoi? Qu'est-ce qu'il y a, tu te sens seul avec moi ? Amy a répondu.

« Eh bien, si la vérité est connue, Petit », a poursuivi Ben, « en fait, c'est un peu seul ici. Non, pas tout à fait vrai. C'est beaucoup de solitude. Bon sang. Fille, mais tu me manques ! Cuisiner pour une personne est ennuyeux, et dormir seul dans cet immense lit ne suffit pas. Je ne suis pas encore tout à fait sûr de ce qui m'arrive. Tu penses que j'ai peut-être été amoureux d'une certaine jeune femme, ou quelque chose du genre ? »

"Vous? Amoureux? Cela ressemble à l'une de ces maladies rares qui font le tour, pour moi. Je me demande si c'est quelque chose que je t'ai donné" taquina Amy avec un petit rire à son ton. « Vous devrez demander à Doc Smith de vous regarder et de noter ce qu'elle dit. Je pense que je suis en train de tomber avec ça aussi. Ne lui parlez simplement pas de nos coups de soleil, ou nous n'en entendrons jamais la fin ! » La voix aimante d'Amy répondit à son oncle.

« Non, je vais garder ça pour moi. D'ailleurs, Doc Smith ne le croirait pas de toute façon ! Mais j'ai hâte que tu rentres à la maison. Je n'aurais jamais pensé que je me sentirais comme ça, mais tu as ressuscité quelque chose en moi que je n'avais pas ressenti depuis très, très longtemps. Maintenant que je le ressens, je ne suis pas pressé de le laisser partir. Peux tu croire ça?" Ben a avoué.

« Umm, ouais, je peux, Ben. Comme je l'ai dit, je pense que j'ai le même problème. Dès que je pourrai sortir d'ici, je me précipiterai vers tes bras forts et aimants. . . entre autres. Vous pensez pouvoir attendre aussi longtemps ? La chaleur et l'amour dans la voix d'Amy ont transcendé les kilomètres sans perdre un degré de sincérité.

« Puis-je attendre ? Est-ce que Toronto a encore une bousculade chaque année? Question stupide! Mais fais-moi une faveur ? Appelez-moi dès que vous êtes sur le point de partir? Cet endroit ressemble à un vent Chinook voyou qui l'a soufflé, et si ma nièce rentre à la maison à ce désastre, les balles brûlées par le soleil seront le cadet de mes soucis ! Ben a réprimandé
.
« Ouais, je t'appellerai dès que j'aurai tout réglé, oncle Ben. S'occuper juste de mon oncle préféré pour moi ? S'il te plaît? Je l'aime beaucoup, tu sais. Amy pouvait entendre le désir de Ben pour elle, et ses propres besoins et désirs pour lui montaient dans son cœur.

"Le plus drôle, c'est que tu aimes ton oncle, et tout" répondit doucement Ben, "parce que de la façon dont je l'entends, il t'aime aussi. Sa nièce lui manque vraiment, alors tu ferais mieux de rentrer à la maison dès que possible, avant qu'il ne fasse quelque chose de vraiment stupide ! Sais ce que je veux dire?"

"Bien sûr. Pas trop inquiet pour lui, mais il lui manque quelque chose de terrible », a roucoulé Amy. « Je t'aime, Ben. Je ferais mieux d'y aller, car il semble que demain sera chargé. Plus vite je m'occuperai de toutes ces conneries, plus vite nous pourrons être à nouveau ensemble.

Ils se sont dit au revoir et Amy s'est assise et a contemplé sa nouvelle vie avec son oncle. Déménager aussi loin signifiait qu'elle quitterait définitivement la maison qu'elle avait toujours connue, mais avec ses parents maintenant morts, il ne lui restait plus grand-chose. Peut-être que tout recommencer était vraiment la meilleure chose qu'elle pouvait faire.

Ben a passé les jours suivants à s'occuper du ranch, à déplacer le troupeau d'un pâturage à un autre et à nettoyer la maison du ranch avant le retour de sa nièce. La plupart des corvées étaient routinières et cela lui laissait le temps de réfléchir au changement de direction que sa vie l'emmenait. Avoir une nièce était nouveau pour lui ; tomber amoureux d'elle était merveilleux. Le fait que l'amour soit réciproque le rendait encore meilleur.

C'était en fin de matinée à la fin du voyage de deux semaines d'Amy que le téléphone a sonné dans la maison de Ranchland, et Ben a presque plongé pour le récepteur, il avait tellement anticipé l'appel d'Amy.

"Bonjour?" Ben a parlé au téléphone.

« Bonjour, boulettes de viande ! Je parie que vous ne pouvez pas deviner qui c'est ? Amy le salua.

« Umm, ça sonne comme la méchante sorcière de l'Ouest ! Suis-je proche ? » Ben taquina.

"Bien essayé quand même! Comment va mon oncle préféré ? s'enquit Amy.

"Seule, excitée et sa nièce lui manque", a répondu Ben. "Où diable êtes-vous, de toute façon?"

« Je viens de passer les douanes à Milk River. Il m'a fallu un peu de temps pour faire passer les chevaux, mais je devrais être parti d'ici à midi. Combien de temps y a-t-il d'ici à Ranchland, à peu près ? » Amy voulait savoir.

« Cela ressemble à environ cinq heures et un peu, si vous prenez l'autoroute vingt-trois à Monarch, puis allez vers l'ouest sur la route Granum. Cela vous fera gagner environ vingt minutes par rapport à la voie Fort MacLeod. Faire le tour de Calgary et aller à Bragg Creek vous fait gagner encore une demi-heure, si vous pouvez battre le trafic de l'après-midi. Dites-vous quoi ; appelle-moi quand tu passeras par Cochrane, et j'aurai le souper qui t'attendra quand tu arriveras ici », lui dit Ben.
« Merci, oncle Ben, mais ce que j'ai en tête a meilleur goût que le souper ! C'est tout ce à quoi j'ai pu penser depuis que j'ai quitté Grasslands ! Ma culotte est tellement mouillée qu'elle colle à ma chatte !" Amy grogna de convoitise.

"Oh vraiment? Vous pensez que je traîne avec un short parfaitement sec ? Je dois faire attention, ou mon gland pourrait se coller dessus ! Amy, je veux que tu conduises en toute sécurité en rentrant à la maison, mais je veux toujours te sentir dans mes bras dès que tu le peux », a répondu Ben. "Oh, et au cas où j'aurais oublié de le mentionner, je t'aime, petit", a-t-il ajouté.

« Je t'aime aussi, Ben. A voir dès que je peux. Au revoir."

Après midi, tout ce à quoi Ben pouvait penser était de ramener sa nièce à la maison. Il a dérivé à travers ses corvées, et sa concentration n'était tout simplement pas moi. Oh, il les a bien fait, mais pas aussi complètement qu'il le ferait habituellement. Il a également terminé le nettoyage du ranch, accordant plus d'attention à ce travail car il savait qu'Amy procéderait à une inspection rapide. Lorsque le téléphone a sonné juste avant cinq heures, Ben a décroché le combiné à la deuxième sonnerie. Amy venait de quitter Cochrane et il savait qu'elle serait de retour dans l'heure. L'excitation dans sa voix était impossible à contenir ; même Amy pouvait l'entendre bavarder comme un petit enfant, et cela la fit rire lorsqu'elle réalisa à quel point elle était importante pour son oncle. Cette découverte a laissé en elle un sentiment de chaleur et de flou.

Le vieux pick-up s'est finalement arrêté dans la cour, et Ben était dehors comme un coup de feu. Dès qu'elle a vu son oncle courir vers elle, Amy a halé la plate-forme jusqu'à ce qu'elle s'arrête brutalement, a sauté par la porte et a sauté dans les bras en attente de son oncle, enroulant ses jambes autour de sa taille dans le processus. Le tenant fermement, elle pressa ses lèvres ouvertes contre les siennes, cherchant sa langue et l'enlaçant avec la sienne. Il la tenait si fort qu'elle avait peur de s'évanouir par manque d'air, mais elle s'en fichait. Elle pouvait aussi sentir le bout de sa bite à travers son pantalon alors que son érection devenait évidente, et elle savait qu'elle le voulait, tellement. Mais les chevaux devaient être déchargés et mis à l'écurie avant toute autre chose. Ben a conduit la jument d'Amy à la grange, et elle l'a suivi avec le jeune poulain que sa jument avait mis au monde le printemps précédent.

Avec les chevaux pris en charge, Ben a commencé à conduire Amy vers la maison, mais elle l'a ramené à l'un des râteliers à foin de la grange, alors qu'il la regardait d'un air interrogateur, elle a défait les attaches de sa chemise, l'a jetée sur un côté, puis l'a chassé avec son soutien-gorge.

« Ben, j'ai attendu trois semaines pour te baiser, et maintenant que j'en ai la chance, je n'attends plus une seconde ! Viens ici et aime-moi, toi Meat-Ball, toi ! Ben n'avait plus besoin de convaincre, et il faillit arracher sa chemise sans défaire les boutons-pression, puis attrapa sa nièce et la tint dans ses bras, l'embrassant avec insistance et insistance, leurs langues échangeant de la salive comme deux habitants du désert mourant de soif. Ses mains étaient sur ses seins presque instantanément, faisant rouler ses mamelons entre ses pouces et ses index. Amy gémit bruyamment avec une approbation vigoureuse alors qu'elle embrassait son oncle avec autant de désir et de désir que le sien. Elle poussa fermement ses hanches pour que Ben sente sa bite dure à travers son jean. Sa virilité bombée l'a fait frotter sa chatte contre sa hampe en prévision de son entrée éventuelle dans sa chatte dégoulinante. Même la sensation du tissu satiné de sa culotte glissant sur son clitoris était si bonne, surtout après ne pas avoir été avec Ben pendant deux semaines, et le jus qui suintait de son trou ne faisait que rendre le tissu plus glissant contre elle.
Les mains d'Amy avaient migré vers le renflement palpitant du pantalon de son oncle et l'avaient frotté doucement et sensuellement. Mon Dieu, elle voulait sentir cette virilité massive au fond d'elle. Elle défit le bouton de son pantalon, puis fit glisser la fermeture éclair vers le bas, sa bite dure poussant contre son short dans une tentative désespérée de liberté. Mais avant qu'elle ne puisse accrocher ses pouces à sa ceinture, elle sentit le bouton et la fermeture éclair de son propre jean relâcher leur emprise sur son propre ventre, et les doigts de son oncle commençaient à faire glisser les derniers restes de ses vêtements sur ses jeunes hanches lisses. Alors que ses mains parcouraient ses fesses, l'air frais s'infiltrait entre ses cuisses et faisait picoter sa chatte humide alors qu'elle était lavée dans le soulagement de la liberté et de l'exposition. Elle a aidé Ben à la déshabiller en remuant ses hanches et ses fesses, en lui ôtant son pantalon et sa culotte alors qu'ils tombaient au sol, puis a tiré son pantalon et son short pour rejoindre le sien où ils reposaient.

Amy pressa une fois de plus son jeune corps contre celui de son oncle, sentant la longueur durcie de sa bite se pousser le long de sa fente inondée, sur son clitoris, au-delà de l'entrée de sa chatte, et enfin s'immobiliser juste avant son bouton de rose. La chaleur de sa hampe combinée au désir luxurieux qui couvait dans son entrejambe était suffisante pour susciter un profond gémissement d'anticipation de ses lèvres.

Ben pouvait sentir l'humidité de la chatte de sa nièce alors qu'elle se frottait lentement les hanches, enduisant sa hampe de son jus. La douceur de sa peau alors qu'elle libérait puis recapturait son gland le rendait presque fou de désir. Dieu, mais il voulait sentir sa bite au fond d'elle ! Lui accorderait-elle la joie de lui donner sa chatte, ou saisirait-elle sa hampe dans l'étroitesse de son trou du cul ? À ce moment-là, Ben ne savait pas et s'en fichait. Il savait qu'ils allaient bientôt se baiser à nouveau après avoir été tous les deux aussi excités pendant deux semaines ; où elle l'avait emmené en elle ressemblait à une question académique.

« Ben, j'espère que ça ne vous dérange pas de vous salir un peu », murmura Amy à son oreille, « parce que j'ai commencé mes règles il y a deux jours. Mais je veux tellement ta bite à l'intérieur de moi ! Elle a glissé sa main entre ses jambes et a enroulé ses doigts autour du membre palpitant de son oncle, guidant la pointe le long des creux profonds de son entaille alors qu'elle l'humidifiait suffisamment pour prendre sa bite dans son entrée. Visant sa bite vers l'ouverture de sa chatte, elle a glissé sa tête à l'intérieur de son canal d'amour, puis l'a laissé faire le pas suivant. En réponse, Ben a commencé à glisser lentement sa hampe dans les profondeurs de sa chatte bouillante.

Ben et Amy ont tous deux gémi d'extase appréciative alors que leurs corps s'unissaient à nouveau. Pendant que Ben se tenait à l'intérieur de sa chatte, Amy a commencé à secouer ses hanches d'avant en arrière, faisant glisser sa délicieuse hampe dans et hors de sa chatte, et se perdant dans le bonheur capiteux de sa bite s'ouvrant et étirant sa chatte une fois de plus. Elle se souvint brièvement de la nuit où elle lui avait donné sa virginité, mais cela ressemblait à sa première fois encore, mais sans que la douleur de sa cerise ne soit pénétrée et rompue. Sa rêverie fut brisée par le son de son oncle gémissant dans son oreille.

« Mon Dieu, mon petit, mais tu m'as manqué ! » Ben gémit. « Ton corps contre le mien m'a manqué, le goût de tes lèvres, le gonflement de tes seins contre mes mains et ma poitrine, et cette chaleur brûlante de ta belle jeune chatte enroulée autour de ma bite. Baise-moi doucement et lentement, et fais gicler ma bite en toi, te remplissant de sperme chaud !

« Ben, tais-toi et baise-moi ! J'ai rêvé que tu étais en moi tous les jours depuis deux semaines. Maintenant que je t'ai à nouveau dans ma chatte, tu te sens tellement mieux que tout ce que je pouvais imaginer ! Baise-moi profondément et laisse-moi chevaucher ta bite dure. Je veux te pomper jusqu'à ce que tu fasses jaillir ton sperme en moi, pendant que je fais gicler mon jus sur tes couilles ! Amy grogna de convoitise.

Bientôt, les poussées de Ben correspondaient à celles de sa nièce, et la chaleur de son sexe égalait ses propres flammes de passion. Avec une envie croissante, il pouvait sentir ses couilles commencer à se soulever alors que sa bite s'apprêtait à faire exploser sa graine bouillante au plus profond de la chatte brûlante de sa nièce. Il pouvait aussi sentir ses murs commencer à flotter alors qu'ils tiraient sa hampe plus profondément en elle, lui tirant désespérément le sperme. Elle a commencé à haleter pendant que son corps commençait à trembler et à trembler, et le frémissement de ses muscles lui a dit qu'ils étaient sur le point de jouir à l'unisson. Sentir sa chatte exiger de plus en plus sa bite était suffisant pour l'envoyer sur le bord. Son gland a giclé la première corde de son sperme dans le ventre d'Amy alors qu'elle laissait échapper un cri extatique de libération. Elle martela ses hanches contre les siennes, glissant la longueur de lui dans et hors d'elle, puis le pressa profondément dans sa chatte sans bouger, alors qu'elle sentait jaillir après giclée de son sperme chaud remplir sa chatte de convoitise. La prise de conscience subconsciente que Ben lui donnait sa graine productrice de vie l'a remplie de joie orgasmique, et elle a senti sa propre fille gicler de son trou de baise, lavant et inondant sa tige lancinante et sur ses couilles, puis bavant sur elle propres cuisses. Les sensations combinées ont fait exploser son corps dans l'extase climatique alors qu'elle partageait le sperme de son oncle, et le sien avec lui aussi.

Avec le dernier de son sperme lavant maintenant l'intérieur de la chatte de sa nièce, Ben a lentement continué à pomper sa bite dans et hors d'elle là où elle s'était arrêtée car son orgasme avait interrompu sa capacité à contrôler ses muscles. Amy le tenait presque assez fort pour causer de la douleur, et il se délectait de son étreinte constrictive. Cela faisait trop longtemps qu'ils n'avaient pas été ensemble comme ça. Il n'était pas pressé de perdre les sensations excitantes de sa chatte autour de sa bite, ou le délicieux picotement de ses parois glissant sur les crêtes de son gland. Mon Dieu, si c'était physiquement possible, il tuerait pour pouvoir rester dans sa chaleur pendant des jours !

La lueur de la baise de son oncle est descendue sur Amy, et elle a serré contre elle l'homme qu'elle aimait, ne voulant jamais le sentir séparé d'elle aussi longtemps qu'elle vivrait. Elle pouvait sentir leurs jus combinés suinter d'elle et couler sur son aine, puis le long de ses propres jambes. Se penchant juste assez pour regarder entre leurs corps toujours connectés, le résidu de son flux ensanglanté recouvrait ses cuisses et la base de sa bite.

"Bon sang, Ben, je laisse bien sûr un champ de bataille en désordre", a commenté Amy, "mais j'avais tellement besoin de toi! Je vais devoir te nettoyer, n'est-ce pas ?

« Je ne me précipiterais pas trop, Petite, si j'étais toi. Cela fait trop longtemps que je ne vous ai pas eu, et je vous garantis que dès que vous nous aurez lavés, je vais faire un autre gâchis. Ben inspecta à nouveau le désordre, puis ajouta : « Je suppose que cela signifie que nous ne sommes pas sur le point de devenir parents, n'est-ce pas ? Bien sûr, j'espère que ces pilules contraceptives feront effet, car ne pas être dans votre chatte fantastique n'est tout simplement pas une option pour moi. Chaque fois que tu me fais jouir, c'est mieux qu'avant. Et chaque fois que vous jetez votre sperme sur moi, cela m'excite plus que je ne l'ai jamais été. Avec cela, Ben a attaqué les lèvres douces et boudeuses d'Amy avec les siennes, ce qui était difficile à faire quand ses propres lèvres étaient déjà attaquées par celles de sa nièce.

Rompant leur baiser, les deux ramassèrent leurs vêtements et se dirigèrent vers la maison. Amy a déposé les vêtements dans la buanderie, puis a rencontré Ben dans la salle de bain, où il avait réglé la température de la douche, et attendait sa nièce. Elle avait pris les deux peignoirs dans le placard du couloir et deux serviettes dans le placard à linge de la salle de bain. Puis elle poussa son oncle dans la douche et le rejoignit.

Ben a fait mousser le corps d'Amy de la tête aux pieds, en accordant une attention particulière à son cul et à sa chatte, ainsi qu'à ses seins fermes et guillerets. C'était presque instinctif pour lui de lui tordre les tétons jusqu'à ce qu'ils deviennent turgescents et érigés. Amy gémit de plaisir, d'autant plus que cela faisait deux semaines entières que son oncle n'avait pas passé autant de temps à faire plaisir à son jeune corps. Quand il a fait mousser du savon entre ses fesses, elle pouvait sentir son doigt taquiner comme chatouillant son trou du cul, ce qui l'a fait penser à quel point sa bite dure se sentirait bien dans son intestin. Mais c'était son lavage de sa chatte qui se sentait le mieux. Les doigts de Ben ont légèrement frotté son clitoris, puis ont commencé à caresser la vallée de sa fente et à explorer légèrement son entrée. Elle retint son souffle en attendant que son doigt se glisse dans sa chatte, et il ne l'a pas déçue. Avec l'écoulement de son jus, Ben glissa facilement à l'intérieur de son canal d'amour, trouvant et frottant légèrement sur les crêtes qui marquaient son point G alors que la doublure veloutée de son vagin le caressait et tirait sur lui.

« Ben, fais-moi jouir. Fais-moi gicler pour toi », a supplié Amy. Ses douces exigences l'ont inspiré à faire plaisir à sa nièce comme elle le souhaitait. Tout en doigtant sa délicieuse chatte, il la tenait fermement, embrassant ses lèvres à fond et avec un désir exigeant qui brûlait l'âme même d'Amy. Ce ne fut que quelques minutes avant qu'elle commence à lutter pour respirer alors que les picotements dans son clitoris s'infiltraient dans tout son corps. Saisissant la main de Ben et enfonçant fermement ses doigts dans sa chatte, son corps a commencé à trembler, puis a été secoué de spasmes après spasmes de bonheur extatique alors que son orgasme explosait, et elle grogna bruyamment et avec luxure tandis que la sensation accablante de son sperme la traversait.

Cette délicieuse lueur post-orgasmique a traversé la conscience d'Amy, puis s'est atténuée lentement alors qu'elle retrouvait son contrôle musculaire une fois de plus. S'appuyant contre l'épaule de Ben, elle a commencé à faire mousser son corps, en commençant par le cou et en descendant le long de sa poitrine et de son ventre. Ben attendait qu'elle lave sa bite semi-érigée quand elle l'a retourné et a laissé l'eau en cascade le rincer. Il y avait un réel sentiment de déception en lui alors que sa nièce continuait de la nuque et le long de sa colonne vertébrale. Mais quand elle commença à glisser ses doigts sur ses fesses et entre ses joues, il sentit son sexe se raidir un peu plus. Tout comme il l'avait fait, elle caressa légèrement son trou du cul avec ses doigts, puis commença à lui masser les couilles. Les sensations étaient électrisantes, et quand Amy a tendu la main autour de lui et a commencé à savonner et à caresser sa bite, il était au paradis. À tout le moins, il attendait avec impatience une bonne branlette alors qu'Amy faisait glisser sa main lisse et douce de haut en bas de sa hampe, frottant la crête de son gland de manière à rendre sa bite encore plus dure. Puis, sans aucun avertissement, elle est tombée à genoux, a rincé le savon de sa bite et l'a avalé entre ses lèvres jusqu'à ce qu'elle ait la moitié de sa bite dans sa bouche.

Ben a juste regardé la tête d'Amy se balancer de haut en bas sur sa bite, ses siphons et sa succion étant presque suffisants pour le faire jouir. Mon Dieu, mais cette fille pourrait donner la meilleure tête et la meilleure chatte qu'il n'ait jamais eu. Il s'appuya contre le mur de la douche et s'abandonna à elle. En réponse, elle inspira profondément, puis avala la bite de son oncle aussi loin que possible dans sa gorge. Ses doux gémissements ont vibré sur la bite de Ben, et cela l'a fait sortir à moitié de sa tête. Elle le tint dans sa gorge aussi longtemps qu'elle le put, jusqu'à ce qu'elle manque d'air et doive inspirer à nouveau. Les poumons pleins, elle le reprit dans sa gorge et gémit ou fredonna une fois de plus. Amy a répété cette technique jusqu'à ce qu'elle puisse sentir la bite de son oncle s'épaissir et se contracter. Avec un dernier remplissage de ses poumons, elle glissa toute la longueur de sa bite en elle, puis gémit bruyamment. Entre les vibrations et la saisie de ses muscles œsophagiens, Ben ne pouvait plus se retenir, et il a explosé giclée après giclée de son sperme chaud dans la gorge d'Amy, remplissant son ventre exigeant de sa semence. Ce n'est que lorsque ses couilles se sont senties complètement épuisées qu'Amy a relâché sa prise sur sa bite. Lentement, elle laissa cette masse de virilité échapper à son contrôle oral, drainant et avalant chaque goutte de son sperme, jusqu'à ce que sa bite sorte de sa bouche et reste suspendue devant ses yeux dans un état de demi-douceur.

« Putain de merde, petit », a déclaré Ben lorsqu'il a repris son souffle, « j'avais presque oublié à quel point tu es un bon enculé ! Mais ce n'est pas juste de se faufiler sur un gars quand il ne s'y attend pas, d'accord ? »

Amy s'est levée et a grogné à l'oreille de son oncle : « Connerie ! Tu manges ma chatte sans me prévenir, alors pourquoi devrais-je te donner un indice avant de sucer ta bite ? Ou préférez-vous que je ne fasse plus ça ?

« Non, non, j'aime la façon dont tu me suces, Amy. Et tu as raison de dire que je mange ta chatte. Mais je ne peux pas m'en empêcher quand ta magnifique chatte m'appelle, toute humide et soyeuse, et quand tu fais gicler ton sperme, je me sens comme un ivrogne avec une pleine bouteille de vin. Un goût et je ne peux pas m'arrêter. Pourtant, peut-être que nous ne devrions pas nous faufiler l'un sur l'autre ? »

"Quoi? Et ça me manque de me réveiller au milieu d'un sperme dur tous les matins ? » Amy a presque sifflé. « C'est peu probable, Ben. Rien de moins que la façon dont tu me manges à la première heure du matin, et je préfère ne pas me réveiller du tout ! Les yeux d'Amy brillèrent d'indignation alors qu'elle tentait de retrouver son calme. « Ben, j'adore sucer des bites ; spécifiquement votre bite. J'aime le goût du sperme et la sensation qu'il glisse dans ma gorge. Mais si tu préfères que je ne fasse pas ça. . . "

"Hey! Petit! Vous êtes à la maison depuis une petite heure, et nous nous battons ? Ce n'est pas ce que j'avais en tête », s'excusa Ben. « J’ai été vraiment seul sans toi ces deux dernières semaines. Ne pas t'avoir ici du tout m'arracherait le cœur. Et je suis désolé, Amy. Je suis hors de propos ici. Ben se pencha et aida sa nièce à se remettre sur pied, puis la regardant profondément dans les yeux, il ajouta : « Pardonne-moi, petite ? S'il te plaît?"

Amy ne pouvait pas rester en colère contre son oncle. Au fond d'elle, elle savait qu'elle l'aimait trop.

« Ouais, je te pardonne, grosse boulette de viande ! » elle gargouilla alors qu'elle enroulait ses bras autour de son cou et le tenait fermement contre elle. "Mais je vais quand même te sucer à chaque fois que j'en ai l'occasion, tu sais", a-t-elle ajouté. Puis elle l'embrassa profondément, faisant tournoyer sa langue partout où elle pouvait accéder à l'intérieur de sa bouche.

Amy a finalement rompu son baiser, mais pas son emprise. Les bras forts de Ben autour d'elle étaient si bons. Elle n'a jamais voulu qu'il la lâche. Pressant ses tétons durs contre sa poitrine, elle supplia doucement : « Pourrais-tu attendre que j'aie fini mes règles avant de me réveiller avec ta bouche en train de sucer ma chatte ? Mon clitoris devient hyper sensible quand j'ai mes règles, au point d'être très inconfortable. Je ne peux même pas me toucher pendant mon mois. Mais cela ne veut pas dire que je n'aime pas quand tu manges ma chatte. D'accord?"

« Deal » et Ben ont coupé l'eau alors qu'il faisait sortir sa nièce de la douche, puis a commencé à sécher tendrement et affectueusement son jeune corps. Amy ronronnait absolument avec la magnifique attention que son oncle lui portait, et elle lui rendit la pareille quand ce fut à son tour de le sécher. Au moment où il s'y attendait le moins, elle embrassa légèrement le bout de son sexe flasque, puis le regarda dans les yeux, l'amour de son cœur rayonnant dans son âme.
Pour célébrer le retour d'Amy, Ben avait préparé des entrecôtes, des pommes de terre et des légumes frais du jardin. Il ne restait plus qu'à les faire cuire sur le gril. Pendant qu'il s'occupait de cette corvée, Amy a mis la table, fait une salade et a versé deux verres de vin qu'elle a trouvés dans la crête. Dès que la viande était prête, ils se sont assis pour manger et pour discuter des détails du voyage d'Amy. Elle a informé son oncle de tout ce qu'elle avait accompli et lui a demandé si l'agent immobilier avait appelé. Ben n'avait rien entendu de ce qu'il savait, mais s'est levé pour vérifier le répondeur pour de nouveaux messages. Il n'y avait rien.

La discussion a changé de sujet, avec le sort du troupeau Longhorn leur premier sujet. Ben était tout à fait disposé à éloigner le troupeau d'Amy, mais a souligné que le mélange des deux types pouvait entraîner des problèmes. Tant qu'ils les gardaient séparés, cependant, il ne pouvait prévoir aucun problème réel. Dans son esprit, il a décidé que le meilleur endroit pour le bétail d'Amy serait dans la section immédiatement au sud du ranch. Amy a écouté son argumentation et était d'accord avec ses idées. Le premier chargement de son bétail arriverait dans les deux ou trois jours, et le reste au cours des deux semaines suivantes. À ce moment-là, le téléphone a sonné et Ben a répondu. L'appel était pour Amy, de son agent immobilier.

"Bonjour?" Amy a répondu. "Qui? . . . Oh salut . . . euh-huh. . . mm-hum. . . d'accord, combien ? . . . non, pas moyen. . . écoutez, je veux le vendre, pas le donner. . . non, mais envoyez-leur une contre-offre d'un virgule sept cinq, et voyons s'ils sont sérieux, ou s'ils ne font que taper sur les pneus. . . non, je ne vais pas tomber aussi bas. . . le résultat, comme je vous l'ai dit la semaine dernière, est toujours de un virgule six. Rien de moins que cela, et vous pouvez le renvoyer. . . ouais, je comprends ça, mais je ne cours pas partout sur le continent pour des offres stupides. C'est ce que vous obtenez le grand rouleau de quarts à faire. . . non, j'apprécie ce que vous dites, mais mon temps vaut de l'argent aussi. Je vous ai donné les critères. Si je dois faire votre travail, je chercherai aussi une bonne partie de la commission. . . oui, je n'ai aucun problème à ce que vous appeliez, mais si l'offre ne répond pas aux critères, ne perdez pas le quart, à moins que vous ne pensiez sérieusement qu'une autre contre-offre en vaut la peine. . . pas de problème, Jackson. J'apprécie ce que vous avez fait jusqu'à présent. Vendons simplement ce terrain, d'accord ? . . . ouais, c'était bien de t'entendre. Rester en contact?" Amy raccrocha lentement le téléphone, puis se rassit à nouveau pour son souper. Elle avait un air pensif sur le visage.

"Problèmes?" a demandé Ben.

"Hein? Ah non, pas vraiment. Jackson had an offer come in on the Montana ranch, but it’s way too low. At one-point-one, I won’t even think about it. That land’s worth at least two, and with the herd moving here, it should be a quick possession for whoever buys it. That alone has to be worth a couple of grand, as they can get right into production as soon as they move in” Amy explained.

“Maybe it’s none of my business, but what did you plan to do with the funds? Investing here is a little different than it is in Montana. I do know an excellent financial advisor in Vancouver, if you’re interested. She’s made the difference between success and failure for this ranch” Ben volunteered.

“Actually, I spent some time thinking about that on my way back” Amy replied. “How much are we looking at to get that grain and hay set-up going? You mentioned the two sections on the other side of the road for that. If I’m bringing in two hundred head, they’ll need something to winter over with. It won’t happen this year, but maybe next?” Amy wanted to know.

“If I can get Harold Shantz to plow and seed it, then combine it in the fall, we’d be looking at maybe five-hundred thousand for seed, silos and grain mixing bins, and whatever else I’ve forgotten. Figure on a four year return until break-even, and we start making money in the fifth one. Pourquoi? You thinking of investing that kind of money in grain?” Ben quizzed.

“I’m thinking seriously about it,” Amy responded, “but it’ll depend on how much I realize from the land sale. I sold off three horses when I was down there, and that’ll pay for most of the cattle transport. Except for a couple of other loose ends, I’m pretty well caught up with all the other expenses. Anything that I’ve sent to the resellers should pay for itself. So, if Ranchland is about to become my new home, I figured that helping it grow would be a good idea. That’s if you think you can stand having me hanging around for a decade or three” Amy opined.

“Three decades, huh? That’s a lot of pussy to eat, even for a horny old bugger like me. Not sure I’ll be able to keep up, but I’m more than willing to give it my best shot” Ben teased. Amy caught the twinkle in his eye, and felt a similar gleam inside her that was accompanied by a knowing smile on her face.

“Thirty years of eating me out every morning, huh?” she teased. “You realize, of course, that I’m gonna suck your cock every time you eat me, and in thirty years, you’ll look like a piece of spaghetti; half an inch around, and three yards long! Shit, I gotta see how you’re gonna stuff that back in your pants!”

“You horny little minx!” Ben chuckled. “You really think you can suck cock that much? I mean, with a body like yours, I can be pretty horny myself for quite a few decades, no problem. But that’s a lot of cum for one girl to swallow. Think you’re up to it?” Ben teased back. Amy appeared to give his challenge some serious thought before she answered his hypothetical question.

“I guess there’s only one way to find out, isn’t there? You want to start now, or wait until after supper?” she quipped. Both of them had a knowing smirk on their faces. The thought of Amy sucking him off that often was getting Ben’s cock excited and semi-erect. Amy envisioned taking her uncle’s thick cock down her throat at every opportunity, and she felt her panties becoming wet against her pussy. What a welcome challenge this would be, for both of them!

Once the dishes were cleared and washed, Amy realized that she was exhausted from her trip home, and told her uncle that she was ready for bed. Ben’s eyes lit up with lustful anticipation until his niece informed him that she really needed to get some sleep. She could see the disappointment in his eyes, and felt badly about not being able to make love with him. Ben understood, but still wanted to be with his niece, even if it was only to sleep. Just holding her close to him was thrill enough after missing her so much over the previous two weeks. Amy crawled into bed, and Ben curled up behind her spoon-style. She was asleep almost before her head hit the pillow. The lulling sound of her soft breathing was enough to send Ben off to slumber-land within minutes.

It was two in the morning when Ben woke with a start. At first, he couldn’t figure out where he was, then he felt Amy’s soft lips sliding up and down his hard cock. His first reaction was to ask her what she was doing, but that was a dumb question. He lay quietly, enjoying the feeling of his niece sucking him as her tongue swirled around his cockhead, then down the length of his shaft. As she slid his cock out from between her lips, she kissed his tip, then slurped almost his full length back inside her mouth, slowly bobbing up and down on him. Ben wondered if she would swallow him, and while he looked forward to the heady sensations that gave him, he also wanted to be buried deep inside her.

“Come up here, Little One” he whispered. “I need to taste those luscious lips of yours, especially when I bury that hard cock you’re sucking deep inside you.” It was an offer Amy couldn’t refuse, and she let Ben slip out of her mouth as she eased herself into his waiting arms, then locked her lips on his.

“No fair, Uncle,” she cooed, “you get to eat me until I cum, but you know I can’t refuse having your hard cock inside me, no matter how good your cream tastes!” With that declaration made, she kissed him again, hard and demandingly, all the while shifting herself so that she was poised over top of his throbbing cock. Guiding him to her entrance, she slowly impaled herself until she had taken his full length inside her steaming hot cunt, then began to rock her hips slowly.

Ben could feel her heat as well as her wetness, and the velvety soft walls of her cunt massaged his hard cock in a way that only his niece could. She slid rhythmically on his shaft, her vaginal muscles gripping him as she let him withdraw, then easing of as she reclaimed his cock. At the bottom of each stroke, Amy would wiggle her hips sideways, rubbing her clit against Ben’s pubic bone, and sending a tingling through her entire pussy. That tingle also induced her to ride him a little faster, until she was literally riding him like he was a wild horse. The pounding of her cunt on Ben’s cock drove him wild, as his hips thrust to meet her rhythm. He began to feel the tell-tale signs in his cock, and as Amy’s breathing became shallower, Ben knew they were both going to cum simultaneously. Amy began to mewl, softly at first, then louder and louder as she pumped her uncle’s cock in and out of her cunt with more urgency, until she screamed with the onset of her climax. When Ben’s first spurt of his boiling seed spurted out of his cock and into Amy’s fluttering cunt, it triggered an explosion of light and feeling that engulfed her whole body. In a final surrender to her ecstasy, she slammed herself down on to Ben’s cock as hard and as deep as she could, her body convulsing in spasms as he shot rope after rope of heated goo inside her. His own orgasm was so intense that he thrust himself up and deeply into his niece’s love canal, moaned loudly as the lust of their lovemaking captured all his senses, and lifted her weight off the bed and held her onto him by the sheer hardness of his cock.

In their post-coital bliss, the two collapsed onto each other as that magical glow filled their consciousness. It was all that Amy could do to keep from crushing her uncle wit her full weight, while Ben held his niece tightly to him, struggling to catch his breath while feeling her heart pound in her chest, and against his. He kissed her neck, cheek, and ears softly with little butterfly kisses. The texture of her skin, the smell of her hair, and the warmth of her body felt so good to him; he never wanted to let her out of his arms.

“God, Amy,” Ben whispered in her ear when he had finally caught his breath, “remind me never to complain about being attacked like that, ever again! Damn, but that felt good! Is that what it’s like for you when you wake up while I eat you out?”

“Close enough, Ben” Amy replied softly. “A woman’s cum is different from a man’s, in that it spreads through her whole body with an intensity that can’t be described. It sure does feel good, though, even if it is the first thing she’s aware of in the day.”

"Vraiment? I never thought about it before; about a woman’s climax, I mean. Wow! If it’s that intense, you have any idea of how much danger your little pussy is going to be in every morning? Just the thought that I can start your day off with that much pleasure gets me all worked up and horny.”

“Mmm, it really is a great way to start the day,” Amy agreed, “but I’d appreciate it if you’d wait for a couple of days until my period’s finished. Speaking of which, I’ll bet we’re a mess. Let me go get a cloth and clean you off.”

“No, I think I’d rather clean up in the morning,” Ben directed her, “and enjoy the warmth of you laying beside me for the rest of the night. Besides, these sheets are overdue for the laundry, and now I have no excuse to ignore them any longer. I can live with the temporary mess. What I can’t seem to live with is missing you, and your fantastic love. We’re becoming a good team, you and I. Might be a part of why I love you, my precious Little One.” Ben softly and tenderly kissed his niece. “How about you get some more sleep?”

“No problem, Ben,” Amy managed to tell him, “but I do love you, maybe more than you’ll ever know. Good night, my love.” She was asleep within seconds.

“Good night, my Little One” Ben managed to reply, just before sleep overtook him, too.

Amy woke later that morning to the sensation of he uncle curled up behind her, spoon style, his semi-erect cock pressing against her ass crack, and his arm over her waist with one hand on her breast. She felt warm and protected in his grasp, and pushed her body a little tighter to Ben’s. The rhythm of his breathing indicated that he was still asleep, and she had no desire to awaken him from a rest that he probably needed more than he would ever admit. Sliding her own hand over his and holding him to her, she drifted back into a dream-like state between sleeping and awakening. Every muscle in her body relaxed, leaving Amy feeling at peace with the world, swept up in her uncle’s love. She lay in their bed for a couple of hours, dozing on and off, until Ben started to moan softly as he made the transition from sleep to consciousness.

Feeling his niece’s hand holding him to her breast, he softly squeezed her firm orb, then lightly flicked a finger over her semi-turgid nipple. Her ass engulfing his semi-hard cock reminded him of just how wonderful her young body felt against his. As wakefulness seeped into his brain, the thought of licking Amy’s pussy until she either woke or climaxed, crossed his mind. God, how he loved the taste of her delicious nectar. But she’d asked him to refrain for a couple more days, and he was determined to honour her request. He didn’t like not tasting her, but it became more important to consider her needs and wishes.
Leaning over her gently, Ben softly kissed Amy’s exposed ear several times, until she began to stir and waken. As she rolled her head to grant him closer access, he teased her nipple until it became fully erect and hard as a diamond under his finger.

“Morning, Little One,” he whispered as he licked her earlobe, “sleep well?”

“Mmm, yeah, I did” Amy moaned in response. “It feels like it’s time to get up . . . especially if you’re a hardening cock pressed against someone’s ass” and with that, Amy reached behind her and began stroking her uncle’s thick cock, convincing it that she had holes for it to fill. Suddenly, she rolled over so that she was facing her uncle, kissing him hard and demandingly. Ben felt her guiding his hard cock along the length of her slit, smearing his cockhead with her juices, then aiming him towards her entrance. As he gently slid his cock into her hot and wet cunt, Amy moaned in delight. As soon as she had his entire shaft buried in her velvety wet pussy, she pushed her hips tightly to his, broke their kiss, and gazed lustfully into his eyes.

“Now tell me, Uncle,” she growled softly, “doesn’t my cunt feel better than just humping my ass? Isn’t this more like how you’d like to start the day?”

“Truth?” Ben queried. “If it was up to me, I’d love to start the day with you cumming all over my face, and letting me feel you twitching and shuddering as I ate that perfect pussy of yours. After what you told me earlier this morning, about a woman’s cum? All I can think of is sucking you every morning. And before you say anything else, I do love to be deep inside you like this. I love to cum in you, and I especially love to feel you cum all over my cock. The only reason I didn’t lick your pussy this morning was because you asked me not to; not until your . . . flow was over. But as soon as it is, well, you know what you can expect . . . à droite?"

“Mmm, I think I’m gonna like that!” Amy exclaimed. “I should be finished in a couple of days. But until then, would you be willing to fuck me?”

“Amy, I could happily fuck you until the cows come home!” Ben declared.

"Vraiment? God, that sounds awesome!” She kissed Ben as passionately as any woman can kiss, then added, “By the way, my ‘cows’ are scheduled to arrive home the day after tomorrow. You’ve got your work cut out for you, lover!”

Ben didn’t say a word. He just slowly began to thrust his hips, as his niece returned his thrusting rhythm with her own.

The next two days would be something they’d both remember for a long, long time.

Articles similaires

GANGBANG SURPRIS

Bien que cela se soit produit il y a près de 15 ans, je bande toujours quand j'y pense. J'ai décidé qu'il était temps de le partager avec le reste du monde. Cette histoire est vraie. Désolé, il n'y a pas de bites monstrueuses, mais je pense que la vérité est de toute façon plus chaude. Ma femme, appelons-la Suzy, avait 19 ans quand nous nous sommes mariés et j'étais son premier. Je l'ai encouragée à rechercher sa propre sexualité et pendant un moment elle a résisté. Suzy mesure 5 pi 6 po et pèse environ 118 livres de fraise blonde...

383 Des vues

Likes 0

La nouvelle vieille maison de Will : 3e partie

Plus tôt ce jour.... Salut, je suis Rachel Phillips, j'appelle le révérend Greene ? Attendez s'il vous plaît dit calmement la femme qui répondait au téléphone. Après une minute d'attente, l'opératrice a repris le téléphone, Rev. Greene va vous parler maintenant. Merci dit Rachel. Après environ une demi-minute, Rachel a entendu et le vieil homme tousser puis a commencé à parler dans le téléphone. Bonjour, c'est le révérend Greene, du site Web « Bonjour, révérend Greene. Je m'intéresse à votre organisation et j'ai quelques questions auxquelles vous voudrez peut-être répondre. Eh bien, pourquoi ne lisez-vous pas le site Web, la plupart des...

333 Des vues

Likes 0

Femme et soeur baisée dur

C'est Ali. Je suis un homme marié de 32 ans. Je suis marié et ma femme Niha a 28 ans et elle est femme au foyer. C'est une belle dame. Où qu'elle aille, les mecs qui l'entourent ne la quittent pas des yeux. J'ai beaucoup de chance de l'avoir. Sa taille est 36-28-40. Elle a une poitrine agréable et ferme et un cul rond et pétillant qui se balance pendant qu'elle marche et de nombreuses personnes dans la rue attendent pour regarder le moment de son cul pendant qu'elle se dirige vers le marché voisin. Elle porte toujours du Sari et...

293 Des vues

Likes 0

Notre première rencontre partie 1

C'était une froide nuit d'octobre. La cheminée brûlait et nous avons eu un couple pour prendre un verre. Nous nous sommes assis avec désinvolture à regarder le feu et à nous demander ce que l'autre pensait. J'ai jeté un coup d'œil à ma femme, Stacie. Elle était partie dans un tout autre monde. Le silence a été rompu par Heather demandant à Stacie ce qu'elle pensait ? Stacie a répondu avec un petit rire: Oh, rien d'important. En fait, je me demandais à quoi ressemblait ta vie sexuelle ? Vous auriez pu frapper Bill et moi pendant qu'ils commençaient à rire...

540 Des vues

Likes 0

La propre histoire de Margo 2 - Carlo

Nous avons commencé à nous embrasser et, bien sûr, je l'ai laissé caresser mes seins. Je n'étais pas sûre de ce qu'il savait de ma volonté de faire autre chose, mais il a posé sa main sur ma jambe et je lui ai permis de passer la main sous ma jupe et de frotter ma cuisse au bord de ma culotte. C'est alors que je me tournai légèrement et posai ma main sur le renflement de son pantalon. Sa respiration s'accéléra alors que je l'y frottais vigoureusement. Bien sûr, il a pris cela comme une permission de jouer avec ma chatte...

385 Des vues

Likes 0

Le paradis des bikinis

C'est la deuxième histoire de la série, Trempé à travers est l'endroit où tout commence ...... La soirée passée avec beaucoup de confusion, Debbie est redescendue après s'être séchée et changée. Elle portait ses vêtements amples et baveux d'intérieur habituels et elle a agi comme si les événements qui venaient de se produire après son retour détrempé de l'école ne s'étaient pas produits. Je ne savais pas si je devais en parler ou non, vu que j'étais censé être le gardien, le responsable. Alors que la soirée touchait à sa fin, nous nous sommes tous les deux dit bonne...

239 Des vues

Likes 0

Le Chevalier et l'Acolyte Tome 3, Chapitre 8 : Dangers nécromantiques

Le chevalier et l'acolyte Tome 3 : La passion barbare Chapitre huit : Dangers nécromantiques Par mypenname3000 Droits d'auteur 2016 Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci. Thrak – Ruines de Murathi, la Fédération de Larg Tu es sûr que tu vas bien ? a demandé Faoril en me frottant les épaules. Cette pierre avait l'air lourde. Très bien, soupirai-je, savourant la façon dont ses doigts massaient mes épaules, soulageant la tension. «Ce n'était qu'un coup d'œil. L'ecchymose ne palpite presque pas. Vous devez être prudent, a poursuivi Faoril. Ses doigts s'enfoncèrent profondément dans les muscles de...

619 Des vues

Likes 0

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire la même chose que tous les autres gars. Vous savez parler à des filles de l'État en espérant que je puisse préparer quelque chose à mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé au groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

535 Des vues

Likes 0

Nouvelle vie part2

Je suis la putain de 13 ans de Jack depuis un mois maintenant. Depuis qu'il m'a violée dans le caniveau la nuit après la mort de mes parents et que je suis restée seule, nous avons emménagé dans un appartement. La vidéo qu'il avait faite de Big Jack, son pénis de 10 pouces, prenant ma virginité puis mon viol collectif à plusieurs reprises par ses camarades de gang vendu pour une menthe afin qu'il ait pu payer le loyer et m'acheter des vêtements pour m'aider avec Entreprise. Quand il m'a violée, il pensait que j'avais environ 16 ans - ce n'est...

383 Des vues

Likes 0

Je n'ai jamais su son nom

Je n'ai jamais su son nom ….Une épouse solitaire…. une maison à la campagne…. un beau réparateur…. une tempête…. une route inondée qui s'éloigne de la maison…. une averse continuelle…. les lumières s'éteignent et il n'y a plus qu'à attendre. La maison devient froide sans chauffage électrique. Que peuvent-ils faire pour se réchauffer en attendant ? L'esprit d'une femme commence à fantasmer. ….Son mari capitaine de vaisseau ne rentre à la maison que deux fois par an. Elle obtient une grande couverture à mettre sur eux pendant qu'ils attendent sur le canapé. Il fait plus sombre dehors. Elle a des bougies…...

342 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.