Petite chose cassée

472Report
Petite chose cassée

Petite chose cassée

DarksX pour sexstories.com

"Je pourrais demander à maman de me laisser venir vivre avec toi après leur mariage, tu sais", a déclaré Ava alors qu'elle était assise de côté sur le canapé surdimensionné que j'avais devant ma télévision. La jeune adolescente s'est réveillée tard, a pris un bol de céréales pour le petit-déjeuner, puis est venue au salon me faire de la compagnie pendant qu'elle vérifiait ses devoirs du week-end sur sa tablette.

Je me suis assis sur le fauteuil inclinable confortable sur le côté droit de la grande salle de télévision, perpendiculairement à l'endroit où elle était assise, et j'ai regardé une course de Formule 1. Ma semaine avait été chargée avec un mélange de travail dans l'entreprise, de séances d'entraînement supplémentaires au gymnase et de nombreuses autres choses que je devais faire pour effacer mon emploi du temps et avoir du temps libre pour ma nièce. Donc, depuis qu'elle est arrivée, j'ai profité autant que possible de mon temps libre. Même sa proposition soudaine n'a pas réussi à me sortir de la zone calme et paresseuse dans laquelle je me suis retrouvé avec plaisir.

« Ta mère dit qu'elle ne se remariera qu'après tes dix-huit ans. C'est quoi ? Dans quatre ans ? À ce moment-là, tu iras à l'université. Même si je savais que c'était hautement improbable, je ne m'y opposerais pas du tout, car j'aimais beaucoup passer du temps avec elle. Je n'ai jamais eu d'enfants, je n'en ai jamais voulu. Merde, je n'étais même pas marié. Avoir Ava là-bas, c'était presque comme avoir une fille, mais en mieux. Elle était brillante, douce, obéissante et très, très mature – une enfant qui a été forcée de grandir trop vite.

"Trois ans et dix mois, mais c'est vrai. J'espère que je pourrai déménager bien avant ça, cependant. Je ne supporte plus ma mère ou son petit-ami."

C'était comme si nous avions la même vieille conversation, je dis à sa mère qu'elle a fait de son mieux après que mon frère les ait abandonnés, se présentant une fois par an, parfois, pour nous faire savoir qu'il était en vie puis disparaître à nouveau de nos vies . C'était tout à fait un mensonge, car je savais que sa mère était aussi un gâchis. Ava restait avec moi pendant deux semaines car sa mère avait décidé de se rendre en Floride. Elle voulait s'amuser avec son nouveau petit ami au milieu d'une pandémie, ne se souciant pas de son travail de barman, laissant simplement sa fille avec son beau-frère aisé. La jeune fille avait demandé à rester pour ne pas avoir à se mettre en quarantaine et à perdre encore plus de sa première année de lycée déjà troublée, et il n'y avait aucune chance que je dise non à tout ce qu'elle me demandait, surtout quelque chose comme ça.

Nous n'avons pas suivi la conversation, cependant. Nous ne parlions plus parce que quelque chose avait attiré mon attention avant que cela ne se produise. Son short était trop grand pour elle, intentionnellement, pour le rendre plus confortable. Si elle avait été dans une autre position, ça aurait été bien, mais sous cet angle, je pouvais clairement voir qu'Ava n'avait pas de culotte. J'ai été absolument fasciné par ce que j'ai vu pendant deux bonnes minutes avant de revenir à la réalité et de décider de faire ce qu'il fallait. Ça, ou je finirais par faire quelque chose que je regretterais bien plus tard.

« Ava, tu sais que je t'aime comme si tu étais ma propre fille, n'est-ce pas ? Tout en faisant de mon mieux pour continuer à la regarder dans les yeux, j'ai essayé d'abandonner tous les fantasmes méchants qui se formaient dans mon cerveau.

Elle leva les yeux de l'écran de la tablette, ses grands yeux marrons et ses sourcils expressifs élevés à cause de ma soudaine démonstration d'affection. Ses joues pleines étaient rouges et un sourire timide et mignon apparut sur ses lèvres.

"O-Oui, je le veux." Elle a dit, en posant la tablette sur ses genoux, "Je ne peux pas dire que je t'aime comme si tu étais mon propre père parce que ce serait un euphémisme", a-t-elle poursuivi avec un petit rire, "Tu es beaucoup plus cool."

« Merci », dis-je en riant aux dépens de mon propre frère et en m'arrêtant là, car je ne voulais pas lui rappeler les mauvais souvenirs qu'elle avait de son père. « Donc, je vais vous dire cela avec nos deux meilleurs intérêts à l'esprit, et j'espère que vous comprenez que mon intention n'est pas de vous faire honte ou quoi que ce soit… » J'ai continué avec ce qui était encore un autre mensonge partiel de ma part. Je voulais voir sa réaction quand j'ai dit ce que j'allais dire car, de là où j'étais assis, je pouvais parfaitement voir les monticules gonflés et nubiles de sa jeune chatte se montrer sous les jambes lâches de son short de pyjama.

« Humm… Ok… je t'écoute, » dit Ava, l'air inquiète, sa petite bouche pleine de lèvres pas complètement fermée, ses deux grandes dents de devant apparaissant d'une manière qui la rendait toujours si adorable.

"Vous savez que vous pouvez vous sentir aussi à l'aise ici que dans votre propre maison, et cela ne changera jamais. Mais, il y a certaines parties de vous qu'il vaut mieux que je ne voie pas, car même si je suis votre oncle, Je suis toujours un homme..."

« Euh ? » Elle plissa un peu les yeux comme pour essayer de comprendre ce que je disais, ses jambes toujours pliées et partiellement ouvertes.

Elle ne portait rien de plus qu'un t-shirt et un short en flanelle gris clair qui, dans cette position, étaient très révélateurs. Et, de toute évidence pour moi maintenant, même si je n'avais jamais remarqué cela auparavant, les culottes ne faisaient pas partie de ses vêtements de nuit. Je pouvais même voir les quelques poils pubiens qu'elle avait là. Je ne serais pas capable d'exprimer avec des mots à quel point il était difficile pour moi d'arrêter de regarder, à quel point je devais rassembler ma volonté pour pouvoir faire la meilleure chose à part arrêter de regarder et la laisser faire.

"Chérie, je peux voir ton... Là-bas," dis-je avec un soupçon de sourire sur mes lèvres.

Ava se couvrit instantanément de ses petites mains, laissant sa tablette tomber sur la moquette. Ses yeux sont devenus encore plus grands, ses joues plus rouges, et elle m'a regardé, ne sachant pas quoi dire.

« Je suis désolé, petite fille, j'ai eu tort de le souligner comme ça… » J'ai commencé à dire, et elle a parlé avec moi.

« Je suis désolé ! Ce n'était pas exprès, je suis désolé ! Elle laissa échapper comme si elle pouvait mourir de honte, assise avec ses jambes repliées sous elle.

« Tu n'as pas besoin d'être désolé, ma chérie. Si quoi que ce soit, c'est de ma faute, car je ne pouvais pas m'arrêter de regarder. J'ai répondu honnêtement après avoir remarqué à quel point elle avait du mal à comprendre ce que j'avais dit, me sentant complètement honteuse.

Ava baissa les yeux. Ses longs cheveux bruns ondulés avec des reflets naturels étaient presque un rideau sur son joli visage. Nous sommes restés silencieux pendant un moment jusqu'à ce que je parle à nouveau, le bruit des voitures de course retentissant dans toute la pièce, "Encore une fois, je suis désolé, ma chérie."

Ava prit une grande gorgée d'air, "C'est bon," murmura-t-elle à peine. Elle n'a pas attrapé sa tablette, a juste gardé la tête baissée, regardant ailleurs que mon visage. J'ai baissé le volume de la télé au cas où elle voudrait dire autre chose, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour arranger les choses après l'avoir mise dans un tel embarras. Après tout, tout était de ma faute, pas de la sienne. N'importe quel oncle normal aurait simplement détourné le regard et lui aurait ensuite dit de s'habiller de manière appropriée, de ne pas la regarder pendant quelques minutes tout en fantasmant sur le fait de la plaquer contre le canapé et de la baiser.

"Oncle Allen..." dit-elle à voix basse.

« Oui, chérie », et pour une raison étrange, mon propre cœur de trente-huit ans a commencé à battre plus vite juste à la façon dont elle a doucement prononcé mon nom.

« Tu n'as pas pu t'empêcher de regarder ? Ses longs et épais cils battaient tandis qu'elle clignait nerveusement des yeux.

Même si elle utilisait le ton le plus grave et le plus rauque de sa jeune voix sexy, je savais qu'elle ne me taquinait pas, et son doute était sincère. Ava avait de graves problèmes avec l'apparence de son petit corps, sa forme mince, ses hanches suffisamment larges pour que ses cuisses minces forment un bel espace évident là où elles se connectaient à son entrejambe, un petit mais parfaitement en forme de cœur… Ces détails a rendu son petit corps si parfait pour moi, car quelqu'un qui appréciait les petites filles délicates était un tourment pour elle. En particulier, la façon dont sa poitrine était un peu plate, ses seins naissants pas plus gros que des oranges. Cela a profondément blessé son estime d'elle-même, vu que presque toutes les autres filles de sa classe arboraient déjà de "gros cruches", comme elle l'avait elle-même souligné quelques nuits auparavant lorsqu'elle était arrivée chez moi pour passer la semaine. Cela, combiné à la catastrophe de sa vie à la maison, avec un père disparu et une mère en désordre, l'a fait grandir comme une adolescente brisée.

"Ava..." J'ai passé un peu de temps à réfléchir à la façon dont je répondrais à ce qu'elle avait demandé, puis j'ai compris que puisque j'avais commencé en étant sincère, je devais finir avec ça aussi. Tout le mal que j'aurais pu faire était déjà fait. "Tu es magnifique, et même si tu es ma nièce et que je t'aime, je suis toujours un homme."

« Magnifique… » elle m'adressa un sourire timide, suivi d'une moquerie, « c'est la première fois que j'entends ça. Ava m'a fait un demi-sourire, plutôt un sourire d'autodérision.

"Je sais que tu ne croiras rien de ce que je dis ; quant à toi, je ne suis probablement qu'un vieil homme, mais pour certains d'entre nous, rien ne sera jamais aussi tentant, beau qu'une fille délicate comme toi."

Avec ses adorables joues encore rouges, elle m'adressa un sourire timide et me regarda dans les yeux pour la première fois depuis le début de cette conversation. "Tu dis ça parce que tu m'aimes bien."

"Je t'aime à cause de qui tu es, pas à cause de ton apparence. Tu n'as aucune idée du nombre de belles femmes avec qui j'ai eu des relations, et elles étaient…"

"Pas ton genre...?"

"Oui, ça. C'est le moins qu'on puisse dire", et j'ai ri, "donc si je dis que tu es magnifique, je le pense vraiment", et dès que j'ai dit la dernière phrase, j'ai réalisé à quel point ça sonnait comme si je draguais sa.

« C'est pour ça que tu es toujours célibataire ? Ava a demandé avec un ton qui a rendu notre conversation confidentielle.

"L'une des raisons, oui," répondis-je, surpris par la façon dont une conversation qui était devenue si tendue se transformait maintenant en quelque chose de si personnel et intime. « Il est difficile de trouver quelqu'un qui soit tout comme vous… » Encore une fois, une alarme retentit dans mon cerveau, me criant d'arrêter de frapper ma propre nièce. Autant elle était belle, délicate, ayant ce ton de soumission qui sonnait comme de la musique à mes oreilles, elle n'était pas pour moi. N'importe quoi entre nous finirait terriblement, et je le savais. Probablement encore pire que mes relations précédentes, à la différence que je l'aimais vraiment. Je devais désamorcer la bombe que j'étais en train de planter dans la seule relation que j'avais et dont je me souciais vraiment. "Un jour, quelqu'un sera très chanceux et heureux d'être avec vous. Donnez-lui du temps et arrêtez de penser moins à vous-même."

Pendant un instant, j'ai pensé qu'elle était sur le point de pleurer, tellement émue qu'elle avait compris ce que j'avais dit. Ava a juste inspiré profondément et a tristement baissé les yeux, réfléchissant. « Comment diable les gens avaient-ils traité cette fille ? » me suis-je demandé, au point que de simples mots gentils pouvaient presque la faire pleurer ?

"Oncle Allen..." Ava avait l'air en conflit, pas très sûre de devoir continuer ce qu'elle disait, mais quand je l'ai regardée curieusement, la mignonne petite fille a continué. « Alors, ça veut dire que tu aimerais continuer… Euh… à me regarder ? Je veux dire, mon corps… »

Mon cœur continua, battant à nouveau fort. Ava avait la tête penchée d'un côté, essayant d'avoir l'air encore plus mignonne et y parvenant. J'étais celui qui me sentait très en conflit maintenant, mais je ne pouvais pas m'arrêter.

"Oui, je le ferais," dis-je en me penchant en avant et en posant mes coudes sur mes genoux. "Mais ce ne serait pas la bonne chose à faire," ajoutai-je en me débattant, mais je le fis. Je ne savais pas avec certitude où Ava allait avec ça, mais le simple fait de l'imaginer me rendait dur comme un roc.

"Je sais que non… Mais si personne d'autre ne le savait… Je veux dire, tu as toujours tant fait pour moi… Tu es la personne que j'aime le plus au monde. Si tu aimes me regarder…" Avant même que je puisse dire quoi que ce soit, Ava était à moitié assise, à moitié allongée sur le canapé comme avant, les jambes pliées et légèrement écartées.

J'aurais pu et dû dire quelque chose. J'aurais pu empêcher mes yeux de se diriger presque instantanément vers cette partie intime, délicate et magnifique du corps d'Ava, mais je ne l'ai pas fait.

"Ava…" J'ai commencé par ce que je lui dirais de ne pas faire ça, de respecter ma nièce et combien elle était jeune, quelque chose que je ne ferais jamais pour aucune autre femme. Cependant, j'ai été fasciné par ce que je pouvais voir des monticules pleins de l'endroit secret qu'elle partageait avec moi.

"Peux-tu le voir?" » Demanda-t-elle d'un ton chuchoté mais urgent, timide, et elle écarta un peu plus les jambes.

"Je le verrais mieux si tu bougeais un peu ton short…"

"Comme ça?" Avec un doigt, elle a tiré la jambe de son short sur le côté, laissant encore plus d'espace pour mes yeux à explorer, et maintenant je pouvais voir les lèvres délicates, petites et rouges de sa chatte immaculée.

J'ai mis une main sur ma bouche, "Oui, chérie…" J'ai dit, alors que dans mon esprit, j'aurais aimé qu'elle n'obéisse pas, mais c'était déjà trop tard.

"Aimez-vous?" » Demanda-t-elle timidement, observant curieusement ma réaction, sa timidité s'opposant à l'avidité avec laquelle je la regardais.

"Oui… Tu es magnifique jusque dans les moindres détails," dis-je dans ma barbe. Pendant qu'elle me faisait un petit sourire, j'ai demandé : « Qu'est-ce que ça fait de me laisser te voir comme ça ?

"J'aime le regard sur ton visage… me fait du bien…"

« Je suis content d'entendre ça. Est-ce que ce sera notre secret, alors ?

"Oui. Je ne le dirai jamais à personne. Je sais que c'est très mal..." Ava baissa encore les yeux, ses gros cils couvrant presque complètement ses grands yeux marrons, mais elle me regarda à nouveau, "mais tu peux me regarder comme autant que tu veux, d'accord?"

"D'accord," dis-je avec un sourire.

Inutile de dire que je ne suis jamais retourné à regarder la course. Il y avait quelque chose de beaucoup plus excitant qui se passait plus près de moi.

Nous sommes restés à nous regarder pendant que je baissais constamment les yeux pour admirer la chatte de ma jeune nièce, alors qu'elle me l'exposait avec plaisir. Elle tenait servilement la jambe de son short sur le côté, me laissant l'admirer, et j'ai remarqué à quel point elle tremblait nerveusement en le faisant, ses yeux fixés sur moi. J'ai réalisé qu'Ava ne bougerait pas et ne dirait rien, attendant juste que je lui dise la suite.

« Es-tu vierge, petite fille ?

"O-Oui…"

« Alors je suis le premier à te voir comme ça ?

"Le premier… Jamais…"

J'ai respiré profondément.

« Est-ce que vous vous touchez ? » ai-je demandé, et ce fut à son tour d'inspirer bruyamment, essayant de faire face à sa honte.

"Je l'ai fait une couple de fois… ça ne me semble pas bien…" L'embarras suintait de ses mots.

"Pourquoi?"

« Je… » Sa voix trembla et elle détourna le regard.

"Allez dis moi."

« Je ne m'aime pas beaucoup… Je-Ça ne marche tout simplement pas.

"Oh… Petite fille…" dis-je d'un ton apaisant. « Je t'aime bien… Voudrais-tu te toucher pour moi ?

« U-Oncle Allen… »

« Je te le demande… Tu ne le feras pas pour moi ?

Ava a commencé à respirer encore plus fort, et quelques secondes plus tard, elle est allée chercher sa fente vierge avec la main qui ne tenait pas son short sur le côté, touchant maladroitement son petit clitoris avec deux de ses doigts. La jeune fille ferma les yeux, déplaçant lentement le bout de ses doigts de haut en bas du nœud, pendant que je le regardais avec amusement.

« C'est magnifique… » dis-je dans ma barbe, et elle me regarda dans les yeux, ses sourcils vacillant, ne prenant clairement aucun plaisir à cela autre que de savoir qu'elle satisfaisait mon souhait.

Au bout d'un moment, j'ai réalisé qu'elle semblait plus intéressée par ce qui se passait dans mon pantalon que par ce qu'elle s'était fait. J'étais si dur que ça me faisait mal, et c'était tout elle. J'ai senti qu'elle voulait poser des questions à ce sujet, qu'elle était curieuse. Alors je me suis penché en arrière sur mon siège d'une manière encore plus apparente, et ses yeux marron se sont agrandis.

"C'est tout pour toi," dis-je avec assurance.

Ava ouvrit la bouche, puis elle mordit sa lèvre inférieure délicieusement pleine, ses yeux rêveurs.

« En avez-vous déjà vu un ? Je lui ai demandé.

"Seulement dans les vidéos..." murmura-t-elle avec embarras.

« Voulez-vous en voir un qui est difficile à cause de vous ? »

Elle arrêta de se toucher et hocha instantanément la tête.

J'ai éteint la télé et j'ai baissé la ceinture de mon short de nuit pour libérer mon érection palpitante. Je palpitais, avidement, d'une manière que je ne me suis pas sentie depuis très, très longtemps, même si je sortais encore plusieurs fois par mois, presque à chaque fois avec une femme différente mais attirante. L'effet qu'elle avait sur moi était indescriptible, et s'il n'y avait pas eu toute la situation, j'aurais déjà essayé d'être à l'intérieur d'elle. Sa timidité, la façon dont elle avait l'air si vulnérable en s'exposant, en se soumettant à moi, un gars très dominateur, c'était excitant à la limite.

"Je-c'est gros..." déclara-t-elle, la bouche partiellement ouverte.

« C'est au-dessus de la moyenne, oui, mais vous rendez les choses aussi difficiles que je ne me souviens pas qu'elles l'aient été auparavant », dis-je en caressant toute sa longueur pour qu'elle puisse voir.

"Vraiment…?"

"Oui..." Et j'ai continué à le faire, me branlant lentement pour qu'elle voie, et elle avait l'air hypnotisée par ça. La regardant presque haleter, la voyant devenir visiblement excitée aussi, j'ai commencé à ressentir des envies que je savais de plus en plus difficiles à retenir. "Chérie?"

"Oui…?"

« Si on ne s'arrête pas maintenant, je ne sais pas si je serai capable de me retenir… »

Ava haleta, sa respiration visiblement irrégulière. Elle n'avait pas bougé d'un pouce de l'endroit où elle était restée, ses jambes fines toujours écartées, faisant son entrée si joliment exposée à mes yeux, jusqu'à ce que je dise cela, et qu'elle ferme ses jambes. J'ai ressenti un mélange de déception et de soulagement qui m'a envahi. Je ne pourrais pas montrer ma vraie nature à ma nièce, la prendre. C'était pour le mieux, pensai-je. Mais alors…

« Que feriez-vous… Si vous ne pouviez pas vous retenir ? Demanda-t-elle timidement, un peu effrayée même.

"Je devrais te toucher ou te faire me toucher, et Dieu sait ce qui se passerait après ça."

« Est-ce que ce serait notre secret, encore ? » demanda Ava, ayant toujours du mal à garder le contact visuel, nerveuse, semblant encore une fois timide.

Tout le reste s'est passé très vite. Après qu'Ava ait dit cela, j'ai ressenti une envie que je n'étais plus capable de contrôler.

Je me suis levé, et j'ai laissé tomber mon short, m'en libérant. Ava sursauta et ses yeux s'écarquillèrent, ignorant mon membre fièrement dressé et regardant profondément dans le mien pendant que je me dirigeais vers le canapé. Je me suis assis de côté sur le canapé et très près d'elle, face à elle. Les épaules de la petite fille se sont resserrées, tendues, mais elle n'a même pas mentionné de bouger ou de me dire d'arrêter.

Ava m'a regardé, les lèvres tremblantes, alors que je posais mes mains sur ses hanches et la tirais vers moi, la faisant glisser, allongée sur le canapé avec ses jambes pliées et écartées, puis j'ai lentement commencé à tirer son short de flanelle vers le bas. Je pouvais l'entendre respirer anxieusement comme moi. La jeune fille a soulevé ses hanches pour que je puisse la déshabiller plus facilement de son bas de pyjama, et je me suis réjouie à la vue de son bas de corps nu, de son ventre plat, des courbes de son bassin qui conduisaient à cette oh si belle jeune chatte coiffée avec une fine ligne de ses poils pubiens bruns. Elle a juste respiré fort et m'a regardé pendant que je la bougeais à volonté, écartant ses jambes devant moi, me laissant juste faire ce que je voulais. Je passai mes mains sur la peau douce comme un bébé de l'intérieur de ses cuisses pendant que ses yeux me regardaient à tour de rôle, la manipulant ainsi que ma bite dure et palpitante.

J'ai cherché une indication qu'elle ne serait pas d'accord avec ça, car je me souciais d'elle. Je voulais l'avoir, être en elle, mais je ne voulais pas la violer. Bien que, dès que j'ai eu une vue plus rapprochée de sa jeune entrée, je suis tombé sur une confirmation brillante et humide de ce qu'elle ressentait.

"Oh, petite fille, tu es si mouillée..."

"Ne dis pas des choses comme ça, s'il te plaît..." supplia Ava gentiment, honteuse.

« Vous savez où cela va, n'est-ce pas ? » ai-je demandé, mon pouce caressant les poils pubiens clairsemés de haut en bas.

Elle parut incertaine pendant une seconde. J'ai imaginé tout ce qui a traversé l'esprit de ma nièce adolescente à ce moment-là, quel message elle me donnerait si elle disait oui. Je regardai ses petites mains trembler, agrippant fermement le canapé. On ne s'admirerait plus le corps de l'autre. Dès que je la touchais intimement comme ça, je n'arrêtais pas jusqu'à ce que j'aie ce que je voulais, et je savais qu'elle en était très consciente. Je savais que je lui faisais prendre une décision qui affecterait le reste de nos vies, mais j'avais besoin d'être sûr… Et Ava, ses yeux plongés dans les miens, visiblement encore plongés dans ses pensées et remplis de doute, hocha lentement la tête.

J'ai inspiré profondément et j'ai laissé mon pouce glisser de là où il se trouvait, faisant une ligne descendante en direction de son sexe sensible. Dès que mon pouce a touché son petit clitoris, la jeune fille a haleté, et à nouveau quand il a doucement caressé ses lèvres, si chaudes, humides, invitantes.

« Oh… Petite fille… » Je gémis, plein de satisfaction, et j'ai déplacé mon pouce à nouveau, jusqu'à son clitoris, puis vers le bas, lentement, sentant le toucher doux de son entrée, un peu de ses lèvres s'écartant et laissant Je vois à quel point sa chatte vierge était vierge.

Ava trembla partout, haletante, m'offrant la partie la plus intime de la sienne, et je ressentis une sorte d'excitation que je n'avais jamais ressentie auparavant. Je savais parfaitement que ce que je faisais n'était pas bien. C'est moi qui étais censé m'occuper d'elle, pas profiter de sa fragilité comme ça… ne pas les laisser sortir, ne pas se laisser aller au plaisir d'être prise si tôt… La façon dont cette petite chose cassée m'offrait ce qu'elle avait de plus précieux pour elle… Je ne savais pas si je méritais tout ça, mais j'étais sûr que je récompenserais ce qu'elle m'a donné décuplé.

Je l'ai regardée, admirant la vue de ce petit corps tremblant, ses cuisses tremblantes d'appréhension, et je pouvais voir les marques de ses petits tétons dépassant sous le t-shirt blanc.

"Mon amour, dis-moi la vérité..." dis-je en faisant doucement des cercles, en massant son petit clitoris et en la regardant fermer les yeux, lui mordant la lèvre inférieure et la faisant paraître encore plus rouge qu'elle ne l'a toujours été.

"Euh?" La question est sortie comme un beau petit gémissement.

« Est-ce que vous l'avez fait exprès ? Vous m'avez laissé vous voir exprès ? » Je lui ai demandé, sans jamais m'arrêter, profitant de la sensation de son amour sous mon doigt, et de l'autre main, j'ai caressé l'intérieur de la cuisse de sa jambe droite.

"N-Non… Je te promets que je n'ai pas…" répondit Ava en haletant, ses sourcils expressifs se fronçant pendant qu'elle essayait de faire face à ce qu'elle ressentait. "M-Mais je suis content de l'avoir fait… Nnh… Je n'aurais jamais imaginé… Quelqu'un comme toi s'intéresserait à une fille comme moi…"

Je m'arrêtai, ses yeux grands ouverts. Je l'ai tirée vers moi, la faisant haleter, puis je l'ai tournée, l'ai soulevée et je l'ai mise de côté sur mes genoux. Avec son petit visage surpris très près du mien, je la pris par les joues d'une main tandis que je sentais l'humidité de sa jeune fente sur ma cuisse.

"Quelqu'un comme moi?" ai-je demandé, mon visage si proche du sien que nous étions presque en train de nous embrasser. Le doux parfum de ses longs cheveux bruns était enivrant.

"Oui," dit-elle, évitant mon regard, "Plus vieux, beau, riche… Qui a eu des rendez-vous avec une centaine de belles femmes… J'ai rencontré certaines de tes copines… Je ne suis rien comparé à elles…"

J'ai pris une de ses jambes en l'écartant un peu, et j'ai recommencé à la toucher, toujours doucement, toujours en la savourant. « Si tu ne veux pas croire quand je dis que tu es magnifique, là-haut avec les plus belles filles que j'ai eu le plaisir de voir de ma vie, reconnais au moins ceci : ce que tu me donnes en ce moment, ce moment, elles le feraient ne pourra jamais me donner. Ils ne seraient jamais aussi spéciaux pour moi que toi, et toi, te donnant à moi comme ça…"

Je l'ai embrassée. Légèrement d'abord, puis encore, et la maladresse avec laquelle elle l'a reçu n'avait rien à voir avec le fait que nous étions apparentés. J'étais absolument certain que j'étais la première personne à l'embrasser. Gardant mes lèvres sur les siennes et arrêtant mon mouvement sur sa chatte pendant une seconde, je la laissai se concentrer sur ce qui se passait. Ava ouvrit ses lèvres, accueillant ma langue, imitant mes mouvements, et quand je remarquai qu'elle commençait à s'y adonner, à se détendre, j'enroulai un bras autour d'elle et laissai sa tête reposer sur mon épaule. J'ai juste aimé sentir son corps fondre autour du mien pendant que je lui caressais la cuisse, et comme ça, nous sommes restés à nous embrasser passionnément pendant quelques minutes.

Lorsque notre baiser s'est finalement rompu, Ava avait un regard rêveur dans ses yeux. À ce moment-là, je savais qu'elle était entièrement prise par moi, et je serais probablement capable de lui faire tout ce que je voulais à ce moment-là. Le sentiment est venu comme une vague, me submergeant, exaltant, mais suivi d'une pointe de responsabilité. Cependant, il était trop tard pour avoir des sentiments paternels envers elle. À ce moment-là, je ne pouvais la voir que comme une belle jeune femme que je voulais être la mienne.

"Es-tu prêt?" lui ai-je demandé à voix basse et à voix basse.

Ava recommença à respirer rapidement, sa petite poitrine se soulevant. Elle m'a regardé et a réfléchi, et je pouvais sentir un million de choses traverser son esprit. J'ai juste attendu, lui donnant autant de temps qu'elle en avait besoin. Il était facile de voir que la réponse serait oui, alors qu'elle me regardait passionnément dans les yeux. Puis, comme avant, elle fit oui de la tête.

« Oncle Allen ? » Demanda-t-elle pendant que je lui retirais son t-shirt. Elle ne m'a pas arrêté, mais j'ai vu sa réaction changer un peu et elle a mis un bras autour de ses petits seins.

"Oui, ma chérie," dis-je en lui prenant doucement le bras et en le posant pour que je puisse voir ces petits monticules parfaits dont elle avait si honte. Ils avaient l'air tendre, couronnés de petits mamelons brun clair, et semblaient très sensibles.

« Tu promets que tu m'aimeras toujours après ça ? demanda Ava dans un mélange de peur et de toute l'excitation qu'elle ressentait.

"Si quoi que ce soit, je t'aimerai plus," dis-je en l'allongeant sur le canapé et en retirant le t-shirt vert foncé que je portais, "Rien ne changera entre nous, mais si c'est le cas, ce sera pour le mieux . Je promets,"

Dès que je me suis allongé sur elle, elle a enroulé ses bras autour de mon cou et m'a embrassé doucement, « ok… »

Me positionnant entre ses jambes, qu'elle m'a aussitôt ouvert, j'ai pris mon membre dur en main, et j'ai commencé à frotter son extrémité de haut en bas de sa petite fente. Nos yeux étaient verrouillés l'un contre l'autre et je pouvais sentir à quel point la fille tremblait.

"Comme vous le savez peut-être déjà, la première fois fait mal… J'essaierai d'être aussi doux que possible. Mais plus tard, si vous pensez que vous ne l'aimez pas, j'adorerais réessayer jusqu'à ce que vous le fassiez… Et vous le ferez. Faites-moi confiance », ai-je dit en picorant des baisers partout sur le joli petit visage d'Ava. C'était un étirement, non seulement de pouvoir la dépuceler mais déjà de demander une deuxième fois, mais je me sentais suffisamment en confiance pour essayer.

"D'accord," dit-elle en riant, "accord."

Ava était à moi, pensai-je. Elle était vraiment à moi. Je la faisais mienne.

Après l'avoir positionné doucement entre les lèvres trempées et humides de sa chatte, j'ai commencé à l'enfoncer très lentement, d'avant en arrière, en essayant d'être aussi prudent et doux que possible, aussi doucement qu'elle le méritait. L'entrée d'Ava était aussi étroite que je pouvais l'imaginer, sinon plus. Même si elle était naturellement lubrifiée, j'ai eu du mal à entrer en elle sans forcer, alors j'ai commencé à augmenter la pression très prudemment. La petite fille serra les dents, et le malaise était partout sur son joli visage. Jusqu'à ce que, tout à coup, la tête de ma bite pénètre en elle.

« Ungh ! » Ma petite fille ferma fortement les yeux, et il était évident que ça faisait mal.

J'ai arrêté de bouger. Le tenant en place, j'ai commencé à embrasser le front d'Ava, puis ses lèvres, ses épaules, sa clavicule, pendant qu'elle respirait fort, essayant de supporter l'intrusion de mon gros truc épais dans son entrée étroite et vierge. Je voulais baisser les yeux, voir mon membre s'étendre, étirer cette minuscule fente parfaite et se frayer un chemin à l'intérieur, mais lui faire comprendre qu'elle était aimée à ce moment-là était plus important que d'affirmer ma domination sur son corps. Au bout d'un moment, j'ai touché son front avec le mien et j'ai demandé : « Puis-je commencer à bouger, petite fille ? »

Elle m'a regardé dans les yeux, respirant fort, et elle a fait oui de la tête.

J'ai poussé un peu plus à l'intérieur d'elle, faisant se contorsionner son joli visage de douleur et de gémir, puis à nouveau. Elle était si, si serrée. Serré comme je n'avais jamais ressenti auparavant.

"U-Oncle Allen..." Ava a appelé mon nom, pleurant presque, "J'ai l'impression que tu es sur le point de me déchirer là-dedans..."

"Voulez-vous que je m'arrête?" ai-je demandé, entrant et sortant à nouveau légèrement, la faisant grimacer.

Ava me regarda, les yeux humides, tandis que je respirais fort, essayant de me contenir. Elle m'a regardé pendant une seconde et elle a secoué la tête.

« Non. Je le veux aussi… »

« Qu'est-ce que tu veux, petite fille ?

« S'il vous plaît, ne me faites pas le dire… »

"J'aimerais l'entendre."

"Je… je veux que tu me baises," dit Ava avec sa jolie voix tremblante.

"Vraiment?" J'ai recommencé à bouger, la faisant gémir, sentant sa chatte se serrer autour de moi comme si sa vie en dépendait, « Tu veux que je te baise la chatte ? Comme ça ?

"O-Oui..." cria-t-elle en réponse, grognant encore plus tandis que je commençais à m'enfoncer lentement mais sûrement de plus en plus profondément en elle à chaque mouvement. "Ahh-Aïe…"

J'ai pris un de ses petits seins dans ma main, et je l'ai massé, caressé, joué avec son petit et dur mamelon entre mes doigts pendant que je commençais à bouger mes hanches un peu plus vite, et je la sentais devenir plus humide.

"Ungh-Ungh-Uhhh…" Ses petits gémissements pleurés commencèrent à remplir la grande salle blanche.

« Oh, Ava… Tu n'as aucune idée à quel point tu es délicieuse. dis-je en me réjouissant tout au long de ce moment, son corps petit et délicat sous le mien, ses bras si serrés autour de mon cou, sa petite voix sonnant plus fort et reconnaissant chacun de mes mouvements... La façon dont son entrée se sentait, la façon dont elle se serra autour de mon membre, si chaud, si tendre…

J'ai commencé à prendre le rythme, à entrer et sortir d'elle plus rapidement, un peu plus profondément à chaque fois. J'étais déjà plus qu'à mi-chemin, plus à chaque poussée. Elle enfouit son visage dans mon cou et gémit juste plus fort, se laissant sentir et ne me demandant jamais d'arrêter ou d'aller plus doucement avec elle.

« Ungh ! Ughh ! Uhhh ! Oh ! Oh mon Dieu ! U-Unnn… Oncle Al-len !

« C'est ça, bébé ! Juste un peu plus ! » dis-je en la serrant fort. J'ai fait de mon mieux pour assouvir mon besoin d'être à l'intérieur d'elle sans l'enfoncer trop profondément ou brutalement.

Bientôt, je l'ai enfoncé en elle, la bossant, à un rythme si rapide que ma petite fille a commencé à se balancer d'avant en arrière, laissant échapper de longs gémissements.

« Huuu-uuungh ! Aau-uuuugh ! Huuuu-uuuuuh !"

Ava a gardé son petit visage sur mon cou, et elle m'a fait savoir tout ce qu'elle ressentait par le ton aigu de sa voix. Je pouvais entendre la douleur et l'inconfort qu'elle ressentait, mais je pouvais aussi sentir à quel point elle accueillait ce que je lui faisais par la façon dont elle le prenait, sans aucune réticence. Elle s'est juste enroulée autour de moi et l'a senti et m'a donné du plaisir, car elle savait que je voulais que ce soit. Nous pouvions tous les deux entendre les bruits humides venant de la façon dont je martelais son entrée vierge, à quel point elle était humide et à quel point elle me serrait fort.

Normalement, quand je sentais un orgasme monter si vite, je m'arrêtais, je changeais la position de la fille et je continuais, le faisant durer plus longtemps. Je ne lui ferais pas ça. Pas maintenant. Maintenant, je voulais y arriver et lui donner la meilleure fin possible pour sa première fois, en laissant tout ce que j'avais en elle.

"A-Ava! Putain! Ahhhh!" J'ai commencé à plonger dans et hors d'elle plus avidement, rudement, dans un rythme plus espacé, et je me suis assuré de la regarder dans les yeux pendant que je le faisais.

"Hungh! Huuuuh! Guuuuuh !!" Ava m'a regardé avec son visage déformé par une douce agonie, la bouche ouverte, et je pouvais voir dans ses yeux qu'elle savait ce qui allait se passer. Ma petite fille a commencé à respirer encore plus vite en prévision.

Puis j'ai éclaté dans un puissant orgasme, secouant tout ce que j'avais, jaillissant tout mon sperme au plus profond d'elle à chacune des poussées finales.

Elle me regarda avec ses grands yeux marrons larmoyants, observant intensément le plaisir qu'elle me procurait. Mon sperme a inondé ses entrailles. Even though she still had her teeth clenched tight, as the intrusion probably felt as agonizing for her as it was at the beginning, I could notice how satisfied she felt about it all. She recognized what her little body was capable of giving me.

I let myself fall on top of her shaking petite body, panting, and I wrapped her in my arms. My little girl shook to the core under me, and she gasped when I finally took it out of her. I kissed Ava's lips, caressing her cheeks, watching her breathing slowly going back to normal after a while. She looked exhausted.

"Comment allez-vous?" J'ai demandé.

"I… I feel good."

"Vraiment?"

"Yes… It hurts, but… But I'm glad I could give it to you…"

"You have no idea how happy you just made me."

"Did I?" She said, tilting her head to one side, a delighted look on her sweaty and tired little face.

"Yes. Very. I'll make you feel good too, soon as we can give it another try."

She looked at me with a beautiful smile on her face, one full of meaning.

"I feel good already… But we can try again anytime you want," and Ava tenderly kissed me on the lips. "I had no idea I could make you feel this good, but now that I do… I'm all yours."

In an instant, I forgot all about the fact that she was my niece or how young she was. The only thing I could think of was how much I would fight, from that moment on, to keep her around me, and gratefully so. I wanted her. Just for me.

DarksX for sexstories.com - Don't copy or republish without permission.

**********

Like it? Vote positive and leave me your thoughts in a comment.

Articles similaires

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

550 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

547 Des vues

Likes 0

Parkview High

Parkview High School était un lycée normal. Tout ce que vous attendez de nos jours. Mais il était sur le point d'être une histoire différente avec ce lycée. Jack était un étudiant ordinaire là-bas. Il avait quinze ans, il commençait tout juste à connaître les environs et tout. Il n'avait pas beaucoup pensé aux filles jusqu'à ce jour. C'était le jour où il avait vu ces filles. Bien sûr, personne ne s'en douterait au premier coup d'œil en les regardant. Elles ressemblaient à toutes les autres adolescentes. C'est un groupe de trois filles qui est au centre de cette histoire. La...

389 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

418 Des vues

Likes 0

La nouvelle vieille maison de Will : 3e partie

Plus tôt ce jour.... Salut, je suis Rachel Phillips, j'appelle le révérend Greene ? Attendez s'il vous plaît dit calmement la femme qui répondait au téléphone. Après une minute d'attente, l'opératrice a repris le téléphone, Rev. Greene va vous parler maintenant. Merci dit Rachel. Après environ une demi-minute, Rachel a entendu et le vieil homme tousser puis a commencé à parler dans le téléphone. Bonjour, c'est le révérend Greene, du site Web « Bonjour, révérend Greene. Je m'intéresse à votre organisation et j'ai quelques questions auxquelles vous voudrez peut-être répondre. Eh bien, pourquoi ne lisez-vous pas le site Web, la plupart des...

336 Des vues

Likes 0

Le roi 3

2070, orbite terrestre. King C'était sympa Doc, merci pour tout ( Le roi meurt ). Doc Holiday Au revoir Mr Sims. Le 24e siècle, espace de la Fédération. En souhaitant bonne chance à Steve et à sa famille et en montant dans son navire, Kevin quitte la base stellaire 12 pour commencer sa nouvelle vie au 20e siècle. Il est sur le point d'utiliser la même technique que le capitaine James T Kirk a utilisée lorsque lui et son équipage ont voyagé dans le temps lorsqu'il a été contacté par un autre navire. Naturellement, Kevin est surpris lorsque le...

345 Des vues

Likes 0

Femme et soeur baisée dur

C'est Ali. Je suis un homme marié de 32 ans. Je suis marié et ma femme Niha a 28 ans et elle est femme au foyer. C'est une belle dame. Où qu'elle aille, les mecs qui l'entourent ne la quittent pas des yeux. J'ai beaucoup de chance de l'avoir. Sa taille est 36-28-40. Elle a une poitrine agréable et ferme et un cul rond et pétillant qui se balance pendant qu'elle marche et de nombreuses personnes dans la rue attendent pour regarder le moment de son cul pendant qu'elle se dirige vers le marché voisin. Elle porte toujours du Sari et...

298 Des vues

Likes 0

Ma meilleure amie soeur_ (3)

Ma meilleure amie soeur Je m'appelle bouba. Je suis juste votre adolescent moyen de 16 ans qui traverse toutes les merdes hormonales que les adolescents traversent. Im 6,6 et non dans la meilleure forme de ma vie. Ma vie peut être un enfer vivant et respirant de temps en temps. Assez à propos de moi. Je vais vous raconter une histoire sur ma vie sexuelle avec la sœur de ma meilleure amie. Je les considère comme ma deuxième famille car je connais toute leur famille depuis la 5e année. C'était une belle matinée pour un samedi qui allait bientôt être merdique...

278 Des vues

Likes 0

L'histoire de Robert chapitre 12

Après la danse (((Sonnerie))) (((Sonnerie))) Une forte sonnerie envahissante s'est installée sur moi, j'ai attrapé le téléphone, emmêlé dans des petites filles nues. Bonjour? « Bonjour Robert » Marcus a dit gaiement, « Réveillez les filles d'Erik et envoyez-les à leur grand-père qu'elles ont une journée de préparation à faire, et rejoignez-moi sur le balcon pour un café. Nous avons de la logistique à couvrir. J'ai gentiment donné un coup de coude et embrassé les petits anges réveillés en les tirant du lit. Ils rassemblèrent leurs robes comme je trouvais une robe. Alicia, Tawny, Sam et Shelly ont roulé dans mon coin chaud maintenant...

484 Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

480 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.