Bob Sluts Sa Femme Trophée Très Volontaire

403Report
Bob Sluts Sa Femme Trophée Très Volontaire

BOB SLUTS SA FEMME DE TROPHÉE TRÈS VOLONTAIRE






LE RÉCEPTICLE DE BITE VOLUPTUEUX :

Bob a regardé par la fenêtre avant de sa maison et a regardé sa femme, Vicky, guider sa voiture de sport de luxe dans la longue allée circulaire et la garer juste après la porte d'entrée.

Lorsque le Jag s'est arrêté, elle est sortie et il a vu son corps ridiculement bien construit onduler autour de l'arrière du véhicule et se diriger vers la porte d'entrée, se balançant de manière provocante sur ses bottes à talons aiguilles de 5 pouces. C'était un spectacle de durcissement de piqûre à voir.

Elle était vêtue d'une combinaison orange absolument moulante qui était une taille trop petite pour son empilement extravagant de courbes féminines.

Son entrejambe charnue pressait fort contre le tissu sévèrement étiré, attirant érotiquement l'attention sur sa lucrative de classe mondiale aux lèvres gonflées.

La fermeture à glissière avant de la longueur du monticule pubien a été tirée jusqu'au bas de ses seins tremblants en forme de torpille, mettant en valeur un maximum de décolleté qui met l'eau à la bouche.

Toute la tenue éblouissante montrait ses courbes incroyables d'une manière presque vulgaire, un look dérivé du code vestimentaire de piqûre taquin auquel Vicky a toujours adhéré, et un qu'elles ont toutes les deux apprécié à fond.

Le sentiment de Bob était que si vous avez une femme trophée qui ressemble à une star du porno, elle devrait s'habiller en conséquence et afficher sa superbe silhouette voluptueuse de toutes les manières possibles.

Le spectaculaire corps décoré d'orange était surmonté d'un visage magnifique et sensuel. Ce visage époustouflant, auréolé de longs cheveux noirs épais, avait toujours une expression «je suis faisable», qui allait parfaitement avec ses costumes risqués.

Il ne se lassait jamais de la tenue époustouflante qu'elle portait et de l'attention qu'elle attirait. Sa femme pulpeuse avait toujours l'air d'aller quelque part pour se faire baiser, et son corps super somptueux et parfaitement tonique semblait pouvoir supporter tout ce qu'on lui demandait.

Bob n'aimait pas seulement baiser le magnifique ensemble d'actifs féminins de sa succulente épouse, il aimait également regarder ce corps outrageusement empilé se faire travailler, longtemps et durement, et être totalement violé et pillé par la bite de son utilisateur.

Et, dans une heure à partir de maintenant, il allait pouvoir faire les deux, le baiser, et le regarder se faire violemment violé et débauché, à la limite absolue.

La vie était belle !

Dans sa main se trouvait une boîte à vêtements. Ce soir, c'était le renouvellement, après une interruption de trois mois, de leurs séances d'orgies sexuelles bi-hebdomadaires régulières avec son ex-beau-frère, Rich Edgar.

Afin d'égayer davantage les débats sexuels sales et classés XXX de cette soirée, elle était sortie acheter une tenue alléchante à porter pour l'occasion. Une qui séduirait et inspirerait à la fois son mari et Rich pour vraiment lui donner un examen minutieux et mémorablement méchant, une qui laisserait ses orifices béants et son corps couvert de leur sperme et de son jus cuntal.

Bob lui a ouvert la porte et lui a demandé: "Salut bébé, as-tu trouvé quelque chose d'aussi pécheur à porter ce soir que la tenue que tu portes en ce moment?"

"Absolument", a-t-elle répondu, avec un sourire très suggestif, "vous deux, vous allez adorer", puis elle lui a donné un baiser français complet, humide et gênant pour souligner le point.

Bob lâcha sa bouche large et pleine de lèvres avec enthousiasme, obtenant un goût complet de sa cavité buccale chaude et juteuse, sachant que, dès que Rich l'aurait baisée puis joui dedans, ce soir, aucun homme ne serait prêt à l'embrasser à nouveau. pour le reste de la soirée.

Quand elle a finalement tiré sa tête en arrière, il a dit: «Fantastique, j'ai hâte de le voir sur toi. Maintenant, vous feriez mieux de vous dépêcher et de vous préparer. Rich a appelé et a dit qu'il allait être là une demi-heure plus tôt, et qu'il veut vraiment un morceau de vous, dès qu'il arrive », l'a informée son mari, alors qu'il lui donnait une gifle forte et piquante. .

"Eh bien, je ferais mieux de monter et de me préparer pour l'occasion", a-t-elle ri, puis l'a encore embrassé sexuellement avant de monter les escaliers pour se préparer en vue d'être ravie et totalement démolie par ses deux partenaires sexuels excités.

LE COQ ENVOYANT :

Alors qu'elle montait l'escalier, sa bouche salivait à l'idée de voir, d'utiliser et d'être utilisée par l'énorme bite de son ex-beau-frère.

Son outil déformant l'esprit mesurait 12 pouces de long et était aussi épais que son avant-bras. Elle était absolument amoureuse de l'autocollant de chatte géante et en était amoureuse depuis la première fois qu'elle l'avait vu, puis l'avait grossièrement enfoncé dans ses trois orifices.

L'énorme ravageur de la chaîne sexuelle lui avait donné une baise, cette première nuit, comme elle ne l'avait jamais fait auparavant et il avait continué à le faire, sans faute.

Depuis que la prodigieuse gaffe était entrée dans son corps, elle était totalement entichée de la grosse tranche de viande masculine, tout comme si elle était une adolescente amoureuse. Elle n'a jamais cessé de penser à cette putain d'arme prodigieuse et passait des heures chaque jour à rêver de la remettre en elle.

Cette convoitise toujours présente qu'elle ressentait pour le gigantesque appareil violeur féminin existait, malgré le fait qu'il était attaché à un coureur de jupons laid, mal élevé, odieux, abusif verbalement, physiquement dominant, sexuellement impitoyable et complètement insensible. Sans sa bite massive, elle aurait trouvé Rich totalement répugnant et dégoûtant.

Atteignant la chambre principale, elle jeta la boîte à vêtements sur le lit, se déshabilla et entra dans sa baignoire à jets et profita de l'eau bouillonnante pendant qu'elle fermait les yeux en pensant à ce qui s'était passé au cours de la dernière année qui avait conduit jusqu'au viol consenti auquel elle allait se soumettre volontairement ce soir.

================================================= ====

Elle avait été présentée à Rich et à sa bite envoûtante par sa très belle sœur aînée, Sheila.

Shelia était une agente immobilière extrêmement prospère de 28 ans qui possédait sa propre entreprise. Elle sortait avec Rich, qui était également agent immobilier, depuis quelques semaines avant que Vicky ne les rencontre dans un restaurant.

Shelia avait déjà dit à Vicky qu'elle sortait avec un nouveau petit ami, mais, quand Vicky avait posé les yeux sur lui cette nuit-là, elle avait été choquée de constater que le compagnon de sa sœur était extrêmement peu attrayant, et c'était gentil.

Il était très grand et assez bien bâti, mais il était l'antithèse absolue du beau, et avait agi, ce soir-là, aussi mauvais qu'il en avait l'air.

Le lendemain, elle s'était arrangée pour déjeuner avec Sheila et, pendant qu'ils attendaient leur nourriture, elle lui avait demandé, sans ambages, ce qu'elle pouvait trouver chez un type aussi laid, grossier et odieux.

Sheila avait une explication simple et emphatique. Elle a dit à Vicky que Rich avait de loin la plus grosse bite qu'elle ait jamais vue et que, si Vicky avait des relations sexuelles avec lui, elle réaliserait immédiatement à quel point c'était complètement différent d'être prise par un organe sexuel masculin géant.

Sa sœur lui a conseillé, en termes clairs, qu'elle devrait réserver son jugement sur l'apparence de Rich jusqu'à ce qu'elle ait son dong en elle. Jusqu'à ce qu'elle ait expérimenté une bite de cette taille pour elle-même, elle ne comprendrait jamais à quel point le sexe était fantastique et satisfaisant avec un outil de grande taille, peu importe à quel point son propriétaire était laid et dégoûtant.

Le lendemain, Vicky, intriguée et toujours sexuellement agressive, avait décidé d'abaisser ses normes d'apparence physique jusqu'au dernier échelon de la chaîne alimentaire, afin de pouvoir savoir si ce que sa sœur lui disait était vrai. .

Elle avait appelé Sheila et lui avait dit qu'elle voulait voir par elle-même si ce qu'elle avait dit à propos de se faire baiser par un pénis géant était vrai, en ayant des relations sexuelles avec le nouveau petit ami de Sheila, dès que possible. Sa sœur a immédiatement accepté de faire en sorte que Rich la baise.

Une semaine plus tard, les deux sœurs étaient dans l'appartement de Sheila, à la fois leurs corps nus, enroulés autour de chacune des jambes de Rich, léchant sans vergogne son énorme sac de couilles, et l'épaisse tige de sa bite, et son anus, alors qu'elles sucaient à tour de rôle le tête de sa viande comme si c'était une sucette géante.

Quelques minutes plus tard, elle a fait introduire brusquement son démolisseur de chatte dans son canal cuntal chaud et humide. Au moment où le petit ami avait tiré sa liasse dans son orifice bien étiré, elle avait développé un béguin incroyable pour sa queue et ne voulait pas qu'il la lui retire, jamais.

Elle est rentrée chez elle ce soir-là complètement accro à l'immense queue du petit ami laid et avait hâte de la remettre dans ses trois récipients.

Au cours du mois suivant, les trois ont eu quatre autres de ces séances de sexe érotiques et sales. Dans chacun des rendez-vous galants, elle s'était fait fourrer le dong incroyablement gros, des trois façons et, dans le processus, il avait réussi à la transformer en une quasi nymphomane.

De plus, pendant que sa sœur se relayait avec le bélier rigide, Rich demanda à Vicky de lui lécher les couilles et la langue de son anus pendant qu'il baisait les passages de porte avant et arrière de Sheila haletant. Les deux sœurs avaient également organisé pour lui des spectacles de filles à filles, le laissant les cul-à-bouche à sa satisfaction obscène.

Au cours de ces séances sauvages, elle avait découvert que Rich était un imbécile arrogant et sale d'esprit qui savait exactement à quel point son énorme dong à la peau sombre était une attirance pour toutes les femmes.

Il était pleinement conscient de la façon dont les femmes folles s'en remettaient et exploitaient avec bonheur leur condition gratuite de clitoris, sans pitié et avec une totale insensibilité. L'homme savait juste comment rendre le sexe sale.

Vicky n'était pas différente de toutes les autres femmes qu'il avait conquises, et depuis ce premier jour, elle avait été immédiatement prête et disposée à le laisser faire tout ce qu'il voulait d'elle, généralement d'une manière très humiliante, juste pour obtenir son long, gros joystick poussé avec force à l'intérieur de son corps chaud et avide de bite.

Ces séances de sexe exaltantes et sordides avaient transformé son béguin pour la bite en un amour profondément lubrique, et elle s'était rapidement retrouvée désespérément accro au boner de la taille d'un club de Rich.

Puis le plaisir s'est brusquement arrêté lorsque Shelia a annoncé qu'elle allait épouser Rich. À la grande consternation de Vicky, elle a été soudainement complètement coupée du merveilleux dispositif de rut, à la suite d'événements inattendus et rapides.

JE VEUX REGARDER:

À peu près au même moment où Sheila avait commencé à sortir avec Rich, Vicky avait rencontré Bob, un homme d'affaires prospère issu d'une famille très riche, un homme de 20 ans son aîné.

Deux mois après le mariage de Shelia, Vicky avait épousé Bob.

Son nouveau mari était beau, suave et très séducteur. C'était un amant habile qui savait comment appuyer sur tous ses boutons, exactement de la bonne manière.

Vicky avait épousé Bob pour la sécurité et le statut social qu'il représentait. Elle l'aimait aussi beaucoup, mais d'une manière complètement différente de celle qu'elle aimait la batte de baseball d'un coq de Rich. Cet amour l'a fait baver et être prête à accomplir des actes sexuels très méchants et pervers.

Peu de temps après le mariage de Bob et elle, ils étaient allés dîner avec Sheila et Rich et ils avaient tous passé un bon moment. Même s'ils étaient aux antipodes, les deux maris s'entendaient extrêmement bien.

Deux mois plus tard, elle et Bob étaient à la maison en train de regarder un film cochon dans lequel une belle star du porno européenne blonde et empilée se faisait baiser durement par deux jeunes hommes bien membrés qui s'amusaient beaucoup à lui mettre de la viande, dur, profond et sans arrêt.

L'action du cinéma se déroulait dans des toilettes publiques pour hommes. Dans les scènes de clôture, les deux acteurs avaient leur victime sexuelle aux gros seins courbée à la taille. Ses mains agrippaient les côtés d'une merde d'apparence sale, et sa tête était posée au-dessus du bol ouvert qui était aux deux tiers rempli d'eau d'apparence jaunâtre.

Pendant que l'un d'eux le lui donnait dans la chatte et le cul, l'autre lui avait attrapé une poignée de cheveux et lui avait enfoncé le visage dans l'eau trouble des toilettes.

Pendant les scènes de clôture, Bob s'était penché et lui avait chuchoté à l'oreille: "J'aimerais te voir te faire baiser comme ça, bébé."

"Voudriez-vous maintenant, chérie", a-t-elle répondu, surprise par cette révélation inattendue de son mari très distingué.

« Absolument, avait-il répondu, ce serait génial. Votre corps est bien, bien meilleur que le sien et vous avez toujours l'air d'avoir besoin d'une baise bien méchante, et j'aimerais vous voir l'obtenir. En fait, chaque fois que je te vois, je pense à un gars qui te monte et te fous en l'air.

« Êtes-vous vraiment sûr que vous voudriez me voir devenir folle et utilisée comme ça », avait-elle demandé, avec une excitation croissante ?

« Je ne pouvais pas penser à quelque chose de mieux que ce serait, ma chérie. Seriez-vous prêt à me laisser regarder un mec vous baiser », a-t-il demandé ?

"Je serais prête à faire tout ce que vous voudriez que je fasse", a-t-elle répondu en pressant son corps brûlant contre le sien et en commençant à lui caresser l'entrejambe.

"Même laisse un abruti utiliser ta tête comme un piston de toilette," demanda-t-il en regardant attentivement son visage.

"Si c'est ce que tu voulais que je fasse, je le ferais en un clin d'œil", ronronna-t-elle sexuellement.

Se pressant contre lui, elle a demandé: "Alors, avez-vous quelqu'un en tête pour me mettre sous et laissez-les me rut et me faire jouir, et me tirer leur sperme."

"Eh bien, c'est le problème, chérie, et je n'ai pas été en mesure de trouver une bonne réponse à cela, jusqu'à présent", a-t-il dit en fronçant les sourcils.

À la fin du film, tous deux avaient été complètement excités par la discussion. Ils avaient éteint le lecteur DVD et commencé à discuter des alternatives qu'ils avaient pour trouver quelqu'un pour la baiser juste devant lui.

Bob a expliqué que, peu importe avec qui cela aurait été fait, les séances de sexe devraient être gardées un secret à toute épreuve que personne ne découvrirait jamais.

Cette exigence rendait la tâche encore plus difficile à accomplir, mais Vicky, bien sûr, savait qu'elle avait une solution parfaitement viable à leur dilemme --- sa sœur et son beau-frère extrêmement bien membré.

Faire un échange de femme avec Sheila et Rich remplirait complètement l'exigence de secret et permettrait également à Vicky de satisfaire le désir de Bob de la voir se faire baiser, presque instantanément.

Bien sûr, heureusement, cela signifiait aussi que Vicky plaireait au voyeurisme de son mari, en utilisant la chose qu'elle aimait le plus passionnément dans la vie, le ravageur d'orifices monstre de Rich.

Ayant la meilleure de toutes les réponses possibles, elle a dit à son mari: "Que diriez-vous de voir si ma sœur et son mari aimeraient se joindre à nous dans une orgie d'échange de femme."

"Mon dieu, je n'y avais pas pensé. Ils seraient une solution parfaite. Nous pourrions tout garder dans la famille », a ri Bob avec enthousiasme.

Tous les deux étaient tellement excités par la solution probable qu'elle avait trouvée, qu'ils se sont mis par terre et ont eu le meilleur sexe qu'ils aient jamais eu, alors qu'elle se baissait sans retenue et était très sale pour lui.

Comme elle avait rendu service à son mari très heureux cette nuit-là, elle a pensé à cette aubaine inattendue et à ce que cela signifiait. Sachant à quel point Rick était un connard, elle savait qu'une fois que les choses auraient commencé, Rich ferait tout ce qu'il pouvait pour la déboucher totalement devant son mari et s'assurer que Bob verrait plus de choses lui être faites qu'il n'avait jamais rêvé possible. .

Mais elle ne se souciait pas des manières obscènes que Rich la traiterait et l'utiliserait. Au fur et à mesure que les choses devenaient plus torrides et qu'elle devenait plus salope, elle savait que Bob deviendrait bientôt tellement accro à regarder chaque chose grossière et torride qui était faite, qu'il n'abandonnerait jamais volontairement.

Soudain, sa vie était complètement revenue sur la bonne voie

Le lendemain, elle a appelé Sheila et s'est arrangée pour déjeuner avec elle. Après avoir avalé quelques verres de vin, elle avait dit à sa sœur ce qu'elle et Bob avaient en tête.

Sheila s'est immédiatement réchauffée à l'idée. Elle aimait Bob et aimait l'idée d'avoir à nouveau des relations sexuelles avec Vicky. Et, bien sûr, ils savaient tous les deux que, étant donné cette deuxième opportunité d'utiliser le corps de Vicky, Rich sauterait à l'idée et serait heureux d'être lui-même grossier, comme un porc, se nourrissant par le bas.

Ils ont convenu que Vicky devrait dire à Bob que Sheila était à bord et qu'il devrait aller parler à Rich de l'échange de femme, quatre contre quatre, idée d'orgie en guirlande.

Après avoir quitté le restaurant, elle avait appelé Bob de sa voiture et lui avait dit que Sheila était à bord. Il avait immédiatement appelé Rich et s'était arrangé pour le rencontrer pour boire un verre ce soir-là.

Cette nuit-là, Bob et Rich avaient rapidement accepté l'accord d'échange de femme. Quand Bob est rentré à la maison ce soir-là, il a confirmé à Vicky que c'était une affaire conclue et que Rich aimait l'idée et avait hâte de lui mettre la viande.

Il lui avait également dit que lors de la discussion avec Rich, en tête-à-tête, il avait appris, pour la première fois, à quel point son beau-frère était vraiment un sale type pourri. À la suite de la réunion, il avait estimé que Rich était au bas de l'échelle de la société, à tous égards.

Mais il lui a assuré que, pour lui, l'apparence grossière de Rich et sa conduite encore pire allaient doubler son plaisir. Il voulait, plus que tout, la voir laisser un vilain con comme Rich l'utiliser, de toutes les manières possibles

Le lendemain matin, Rich l'avait appelée. "Bonjour, magnifique chatte clitoridienne chaude. Je suis heureux de voir que vous avez enfin trouvé un moyen de remettre ma bite dans vos orifices, et je voulais juste vous dire que j'ai été surpris que cela vous ait pris si longtemps.

"J'ai vraiment manqué de mettre ton corps magnifique en ornière, et j'ai hâte de clouer à nouveau ton cul chaud, mais bon, juste devant ton mari."

ORGIES D'ÉCHANGE DE FEMME :

Quelques jours plus tard, les quatre avaient passé le week-end ensemble sur un lit king-size dans un motel de San Francisco, tout le monde s'amusant à forniquer.

Pendant les deux jours, non-stop, l'orgie d'entretien du pénis, la bouche et la langue de chaque femme ont été mises au travail pour lécher les boules et les anus pendant que l'autre se faisait baiser, des trois façons.

De plus, ils se sont fait un 69, généralement avec les hommes debout à chaque extrémité de leur corps en sandwich, baisant leur chatte et leur anus juste au-dessus ou juste sous leur nez, leur donnant à tous les deux une vue très rapprochée de ce qui était fait à leur frère . Ce fut une expérience folle et complètement gratifiante pour tous.

Ce week-end méchant et orgasmique était suivi de fêtes de baise bihebdomadaires régulières, alors que les couples alternaient entre les maisons, ayant des relations sexuelles salaces et sales ensemble dans les lits de maître les uns des autres.

Les choses n'auraient pas pu être meilleures pour Bob. Il avait pu regarder sa femme au corps somptueux se faire baiser au-delà de toute croyance par un imbécile laid et odieux.

De plus, il a pu mettre sa viande à la sœur légèrement moins voluptueuse et super chaude de Vicky, ou il faisait double équipe avec chaque femme, avec Rich, tandis que l'autre mettait son visage au milieu de l'action.

Au fil du temps, le plaisir de Bob a considérablement augmenté alors qu'il regardait sa femme à la recherche de star du porno se faire traiter de plus en plus brutalement par Rich, à la fois verbalement et physiquement.

Vicky, bien sûr, obtenait avec plaisir les services de la magnifique bite dont elle était si amoureuse, et était très disposée à supporter tous les mauvais abus de Rich afin de pouvoir obtenir son écarteur d'orifice en elle, de toute façon il voulait aussi.

COMPLICATIONS CRIMINELLES :

Puis un soir, après cinq mois de cet amusement sordide et coupable, Sheila ne s'est pas présentée avec Rich pour une séance. Rich leur a dit qu'elle était malade.

Vicky et Bob n'y pensaient pas. Cette nuit-là, elle n'a pas eu à partager les deux bites avec sa sœur et, par conséquent, elle a été totalement blitzée, car Rich, sans la présence de sa femme, a vraiment intensifié son assaut sur les parties de son corps et était encore plus odieux, grossier. et exigeant que jamais.

Il l'avait traitée comme si elle était une pute ordinaire et elle avait été totalement pillée alors qu'elle s'était fait double pénétration toute la nuit. Bob n'aurait pas pu être plus heureux du spectacle qui avait été organisé avec elle.

Vicky avait appelé sa sœur le lendemain matin, pour vérifier qu'elle allait bien, et elles avaient convenu de se retrouver pour le déjeuner.

Au cours du repas, Sheila a avoué à Vicky que, juste après son mariage avec Rich, elle avait bêtement fait de lui un associé à 50% dans sa société immobilière et, au cours des derniers jours, elle avait découvert qu'il la volait.

Elle a dit à Vicky qu'il avait pris certaines de ses affaires et les avait conclues par l'intermédiaire de la société immobilière de son cousin. À la clôture, il avait pris 75% de ses revenus de commission pour lui-même et avait donné à l'entreprise de son cousin 25% de la commission pour le traitement des transactions détournées.

"Tu veux dire qu'il est en train de te voler," avait haleté Vicky ?

"Oui. C'est un menteur, un tricheur, pas un bon bâtard. Et je vais probablement finir par divorcer et le poursuivre en justice », avait déclaré Sheila avec insistance. "Et, en plus de ça, j'ai découvert que le SOB me trompait avec notre secrétaire."

À la fin du déjeuner, Sheila avait annoncé à Vicky qu'elle n'allait plus participer aux séances de sexe. Mais elle a donné à Vicky son entière bénédiction pour continuer les séances sans elle, si elle le voulait aussi.

Vicky était rentrée chez elle ce jour-là, abasourdie par cette tournure radicale des événements. Elle était dans un véritable dilemme quant à ce qu'elle devait faire. Rich se révélait être un personnage encore pire qu'elle et Bob l'avaient pensé.

Elle était consternée à l'idée que quelqu'un qui volait de l'argent à sa sœur l'avait baisée. De plus, elle était particulièrement en colère d'apprendre que le sale type trompait également Sheila et elle.

Elle et Bob s'étaient assis ce soir-là et avaient pleinement discuté de la situation. Elle lui avait immédiatement demandé s'il pensait qu'ils devraient arrêter d'avoir des soirées sexuelles avec Rich, dans les circonstances, même si elle avait l'approbation de Sheila pour continuer à les faire sans elle.

Bob compatissait extérieurement avec elle à propos de la tournure des événements mais, personnellement, il n'était pas du tout dérangé par ce que Rich avait fait.

Il aimait trop regarder sa femme se faire baiser par Rich pour laisser le fait que le connard se révélait être un criminel de droit commun faire toute la différence. En réalité, dans son esprit, cela rendait la baise encore plus chaude.

D'ailleurs, elle était assise là à discuter de tout ça, vêtue d'un short blanc et d'une chemise nouée sous ses énormes seins, et portant des chaussures compensées. La seule chose à laquelle il pouvait penser était la nécessité de trouver quelqu'un d'autre pour l'aider à la baiser, si les choses avec Rich ne fonctionnaient pas.

Avec de forts encouragements de son mari à continuer les séances de sexe, comme d'habitude, sa soif de la bite qui bâillonne la gorge de Rich l'a emporté. Criminelle ou pas, elle voulait le dong magique de la belette lowlife en elle.

Une semaine plus tard, le fluage couché et ciselé était monté entre ses cuisses et le lui donnait plus fort et plus sale que jamais, Bob observant chaque mouvement avec une attention soutenue.

Après que Rich ait crémé chacune de ses cavités sexuelles, cette nuit-là, Bob avait collé sa bite dans le réceptacle de sperme vide et y avait injecté sa propre bourre.

Trois mois plus tard, Sheila a dit à Vicky qu'elle avait demandé un divorce rapide et qu'elle poursuivait Rich pour vol et fraude. Son avocat avait inclus la société immobilière du cousin de Rich dans le procès, ainsi que ses deux partenaires.

Cette fois, Vicky avait dit à Bob que, pour le bien de sa sœur, elle devait arrêter d'avoir des séances de sexe et interrompre complètement Rich. Poursuivre les séances, dans ces circonstances, reviendrait à tromper sa sœur.

Bob était d'accord avec elle à contrecœur et avait appelé Rich et lui avait parlé de la décision qu'elle avait prise.

ANNULER LA DÉCISION / ORGIES SECRÈTES :

Après avoir coupé Rich, Vicky eut bientôt de graves douleurs de sevrage. Bob avait le même problème lui-même, d'autant plus que, si cela avait été laissé à lui, ils n'auraient jamais arrêté les séances de sexe avec l'ex-beau-frère, en premier lieu.

Ayant connu une si bonne orgie sexuelle, ils étaient comme des toxicomanes ayant besoin d'une solution, ils ont rapidement commencé à envisager de trouver d'autres couples avec qui faire une orgie, ou même de l'emmener à Los Angeles et de la traîner dans les bars échangistes et de laisser les mecs la draguer jusqu'à ce qu'ils trouvent quelque chose de viable. candidats pour la baiser.

Au fil des jours, Bob et elle ont même commencé à avoir des discussions sérieuses sur la possibilité d'appeler Rich et de recommencer les séances de sexe, et de les garder secrètes de Sheila.

Vicky a finalement décidé de demander conseil au sein de la famille. Sheila, Vicky et leur mère, Yvonne, étaient très très proches et se racontaient à peu près tout.

Sa mère savait tout sur les arrangements d'échange de leur femme et, bien sûr, elle avait été assez proche de Rich pour tout savoir sur lui, de sa simplicité à son comportement odieux et grossier.

En fait, après que Sheila l'ait surpris en train de la voler, Yvonne l'avait grondé », en termes clairs, dans une engueulade très animée.
.
La mère de Vicky avait 46 ans et semblait en avoir 26. Elle et Vicky ressemblaient en fait à des sœurs, au lieu d'être mère et fille.

Ils mesuraient la même taille de 5 pieds 5 pouces et avaient exactement le même poids. Leurs corps incroyables étaient un match parfait, presque comme des jumeaux. La seule vraie différence entre les deux était qu'Yvonne avait une longue et épaisse crinière de cheveux blonds dorés, par rapport à la version noir charbon de Vicky.

Sheila et Vicky avaient toutes deux hérité de leurs beaux visages sensuels ; cheveux luxueux; corps luxuriants, et leurs lèvres serrées et charnues, profondeur maximale, chattes clitoridées chaudes, de leur mère opulente, extrêmement tentante et sur-sexuée.

Le premier mari d'Yvonne, le père de la fille, était décédé il y a de nombreuses années. Il lui avait laissé beaucoup d'argent et elle avait élevé seule les deux filles.

Les splendides atouts féminins de sa mère avaient attiré de nombreux hommes, au fil des ans, et elle était sortie avec beaucoup d'entre eux, mais avait attendu jusqu'à il y a quatre ans pour se remarier.

Son deuxième mari était un pétrolier très riche du nom de Mark Davis qui l'a installée dans le luxe. Ses affaires l'éloignaient beaucoup ce qui lui procurait un maximum de liberté.

Frustré, mais plein d'espoir, Bob avait convenu qu'elle devrait parler à sa mère de tout et voir ce qu'elle en pensait et lui demander conseil.

La mère et la fille avaient convenu de se rencontrer pour déjeuner dans leur restaurant chic préféré. Ils s'étaient chacun rendus à l'établissement dans des voitures séparées et tous deux étaient arrivés en même temps.

Ils s'étaient fait un câlin, avaient jeté leurs clés de voiture au voiturier, puis s'étaient pavanés habillés comme deux sexpots érotiques, et avaient l'air de se taquiner le mieux.

Sa mère portait une robe dorée moulante d'une seule pièce qui était très courte, très serrée et avait un décolleté profondément échancré qui révélait un décolleté très agité.

La robe ultra-sexy qui sautait aux yeux était faite d'un matériau d'aspect presque métallique qui s'accrochait à son corps comme une seconde peau, s'enroulant sous ses magnifiques fesses d'une manière émouvante à l'entrejambe masculine. Ses chaussures à talons aiguilles de cinq pouces étaient d'une couleur parfaitement assortie.

Vicky portait une jupe courte, extrêmement serrée, mi-cuisse, violet pastel brillant et un haut violet assorti qui plongeait juste au-dessus de ses mamelons. Elle avait l'air d'être la fille de couverture d'un magazine sur les fesses et les seins. Ses fesses étaient également bien serrées de la manière la plus alléchante et la plus accrocheuse possible.

Les deux corps magnifiquement enveloppés avaient créé un air de tension sexuelle dans le restaurant alors qu'ils se dirigeaient vers leurs sièges. Lorsqu'ils s'étaient assis dans la cabine circulaire et avaient croisé les jambes, on pouvait entendre tout le monde dans la pièce expirer en même temps.

Les deux femmes portaient des porte-jarretelles et des nylons de créateurs, donc pour les tables juste en face de leur stand, la vue sur leurs jupes courtes était spectaculaire et très révélatrice.

Après qu'on leur eut apporté un magnum de champagne très frais et qu'ils eurent bu le premier verre du délicieux raisin, Vicky alla droit au but : « Mère, je suis ici pour obtenir et suivre vos conseils sur mon désir de renouveler l'expérience. séances de sexe avec Rich.

«Je veux tellement que la bite du bâtard revienne en moi que je ne peux pas le supporter. De plus, Bob a déjà clairement indiqué qu'il est tout à fait d'accord pour que je revienne à l'arrangement sexuel que nous avions avec Rich.

"Vous savez que j'ai seulement choisi d'arrêter de laisser Rich me baiser par respect pour la situation de Sheila, malgré le fait qu'elle m'ait dit qu'elle n'avait aucun problème à ce que nous continuions sans elle.

"Malgré ce qu'elle a dit, je sais qu'elle aurait été contrariée si je n'avais pas interrompu Rich."

Frustrée, elle avait poursuivi : "Mais, maman, je suis à un point où je me rends compte que j'ai fait une terrible erreur en arrêtant les séances de sexe et maintenant j'envisage fortement de les renouveler, mais en gardant le secret pour Sheila."

Elle regarda directement Yvonne dans les yeux et lui demanda : « Alors, maman, je te pose la question, que dois-je faire ?

"Voulez-vous que je sois franc avec vous chérie", lui a demandé sa mère, très sérieusement? "Oui, bien sûr que je le fais", a-t-elle répondu.

"Eh bien, d'abord, j'ai découvert, dès le début, que Rich était un sale type dégoûtant et répugnant qui m'a complètement dégoûté."

"Maintenant, je comprends de vous et de votre sœur que la taille extraordinaire de sa bite surmonte toutes ses nombreuses lacunes grossières mais, ne l'ayant pas expérimenté par moi-même, je ne peux pas offrir une opinion constructive à ce sujet."

«Mais, puisque vous êtes tellement accroché à la bite de Rich, je pense que vous n'avez pas d'autre choix que de renouveler l'arrangement et de laisser le vilain SOB vous labourer à votre guise. Si je me sentais comme toi, c'est exactement ce que je ferais.

"Je suis d'accord avec vous, cependant, que cela devrait être caché à votre sœur, mais vous ne devriez pas vous sentir coupable de votre décision de renouveler l'arrangement. En réalité, le fait que vous vous fassiez baiser par cette boule visqueuse n'aura aucun effet sur votre sœur. Croyez-moi, elle ira très bien.

"Maintenant, juste pour vous faire savoir que je ne parle pas par ignorance, j'ai quelque chose à vous dire que, jusqu'à présent, je ne vous ai jamais dit à aucune de vous les filles."

"Après mon mariage avec Mark, il m'a présenté à son ami personnel de longue date, le sénateur Harding. Le sénateur m'a fait comprendre, lors de notre rencontre, qu'il avait le béguin pour moi.

« Un jour, Harding m'a fait une passe dans son bureau. Je n'ai pas résisté à ses avances et, du coup, il a fini par me baiser sur son bureau, puis dans sa salle de bain.

"C'était il y a presque quatre ans et le sénateur me baise régulièrement depuis, et Mark n'en sait rien."

"Ma vie sexuelle secrète m'a rendu heureux et cela n'a pas du tout blessé Mark. Nous dînons toujours régulièrement avec Harding, et cela n'a posé de problème ni au sénateur ni à moi. C'est pourquoi mon conseil est d'y aller et de ne plus perdre de temps à vous priver du plaisir que vous voulez. .”

Vicky a répondu avec un étonnement heureux: «Merde, mère, je n'ai jamais rêvé que tu trompais ton mari. Sachant cela rend ma décision beaucoup plus facile. Je pense que nous devrions porter un toast à nos deux activités sexuelles secrètes.

Ils remplissaient leurs verres, les trinquaient, buvaient le liquide. Puis Vicky a jeté son verre, a mis sa main derrière le cou de sa mère, a tiré son visage vers elle et lui a donné un baiser rapide et humide pour lécher les amygdales.

Quand ils ont écarté leurs lèvres, elle a dit à sa mère: "Allons aux toilettes." They both got up and undulated to the back of the restaurant with arms around each other’s waists.

Once they were inside the woman’s room, they walked to the very back stall, went in together, closed the door and locked it, then threw themselves into each others arms and began, what turned out to be a forehead to knees mutual kiss and lick fest.

After a long, tit to tit, body exploration, Vicky had removed her mother’s panties and stuffed them in her mouth, bent her over the commode, got behind her, on her knees, and ate her crotch from clit to anus.

When she had her mother boiling hot and gasping for breath, they changed positions and Yvonne returned the favor.

Her mother had pulled Vicky’s panties off, sat her on the toilet seat, knelt between her spread thighs and mouthed her pussy, greedily and noisily while Vicky squirmed on the toilet seat.

After many minutes of tongue tiring orifice lapping, they got up and straightened their clothes, put a layer of fresh lipstick right over the cuntal juice that was covering their lips, then returned to their booth with sex clouded eyes and glistening mouths.

Stirred with passion, they drank some more champagne. After a long swallow Vicky said, “So, mother, since you are letting Senator Harding bang you, do you want to take a turn with Rich and find out for yourself exactly what it’s like to be taken by a giant penis, and see if it affects you the same way it has Sheila and I?”

“Well I am tempted, but I still can’t come to grips with letting that ugly, rotten, thieving bastard fuck me, big dicked or not. So you are going to have to keep asking me that question until you catch me hard up enough to be willing to let the despicable crook ball me.”

Vicky had then snuggled up to her hot mother and said, “I hope you are going to be hard up pretty soon, because you are really missing out on something special?”

“Well, sweetheart, if you keep eating and tonguing me the way you just did, you may convince me to do it sooner rather than later.”

They left the disappointed restaurant crowd, asses swinging in unison, got in their respective cars and drove away very hot and pleased with themselves.

======================================================

RENEWAL OF THE SEX SESSIONS:

She snapped out of her memory trance, jumped out of the tub, toweled off and went into the master bedroom.

She put on a black garter belt, then pulled on some black fishnet stockings, attaching the designer tops to the garter straps. When the nylons were securely in place, she slipped into a pair of flaming red, 5 inch, stiletto heeled shoes.

She then pulled on a pair of black, lacy, bikini panties, and then patted them smoothly into place with her hands, making sure that the fleshy crotch was snuggly covered.

She went over to the bed and opened the dress box and pulled out a flaming red dress. She stepped into it, pulled it up her body, slipped her arms through its spaghetti straps, then slid the back zipper up.

The tiny one piece dress came up to just above her nipples and the hem came to just below her crotch.. Exposed below the hem were her lush thighs, the tops of the fishnets and the black garter belt straps.

She grabbed a 6 inch wide black belt out of the box and strapped it tight around her waist, then went over and looked in her full length mirror. Very pleased at what she saw, she then turned from side to side to get a look at the profile of her body’s huge, jutting tits and her fully rounded ass.

She could see that she had chosen the perfect outfit for the fucking she was in for tonight. The black belt accented the outfit and her body, perfectly, and added just the right amount of cheap earthiness to the scene.

She went in the bathroom and brushed out her thick, luxurious black hair, then applied a full coat of brilliant red lipstick.

As she applied the cosmetic, she heard Rich come in the front door and now her husband and ex-brother-in-law were both downstairs, ready and waiting for her to descend into the living room and put on a sex show with them, and for them.

She went to the full length mirror for one last look as she girded herself to go downstairs and be the star of tonight’s virtual porn show.

At that moment, down in the living room, her anxious ex-brother-in-law said to her husband, “You better go upstairs and tell your slut wife that she needs to get her ass down here and start giving me some relief. I haven’t had one of her blow jobs in a long time, and I am hot to sink my tool past her tonsils and start watching her suck my cock.”

Bob jumped up and bounded up the stairs, went into their bedroom, where he found her in front of the mirror, and asked, “You about ready for action babe. Rich is hot to trot, and so am I.”

She turned and modeled her outfit for him, “Like my new purchase on me honey?”

“God damn, do I ever. Shit, you look like you’re even more ready to get fucked than ever. Man you are going to look sensational getting used and abused tonight. Rich is going to love the hell out of it,” he said, with an impressed and anxious smile.

He smacked her on the ass and said, “Damn, let’s trot you downstairs and get some cocks in you.”

When they got to the living room Rich was sitting in the middle of the couch with nothing on but his black shoes and socks. His ass was perched on the edge of the couch with his thighs spread wide and his 12 inch cock at full mast.

Her mouth watered as she looked at the magnificent prick, and she heard Rich say, “God damn, Bob, you wife looks just like a streetwalking bimbo. The bitch could get herself fucked for money, dressed like that.”

Hus eyes roved over her body before he told her sternly, “Assume the position, Cunt, and put on a cock swallowing show for me and your husband.”

She went over and knelt in front of his cock, got on her hands and knees, then crawled forward until her lips were touching the head of the massive dong.

Bob quickly sat in the stuffed chair that was sitting perpendicular to her body so he could see the oral action, from a perfect vantage point.

He watched her part her lips and open her mouth wide, then move forward taking three inches of the rigid dong into her mouth, letting it slide slowly across her wet tongue.

She then rocked her body back letting her lips slide back across the three inches of rock hard meat that slid out of her mouth, and then reversed her body’s direction and this time took in four inches of prick flesh on its inward trip.

On the following trip into her mouth the huge head banged up against her tonsils. Then the fun began and both men were fascinated as she gradually began working the monster dong down her throat.

Neither man ever tired of this deep throat, cock sucking action that she performed so well. Vicky was the only woman Rich had ever known who could get it in balls deep with her nose buried in his thick black pubic hair and her lips fully stretched around the base of the long thick shaft, without gagging herself. In fact very few women could swallow it at all.

Being on her hands and knees, with her body horizontal to the floor gave her the perfect angle of attack to swallow his monster sword.

When the swollen meatpole was almost fully down her throat, the pressure of the shaft made her eyes and throat bulge. She looked like a wide-eyed mackerel that was in the process of trying to swallow a fish that was much bigger than it was.

As she worked hard to get it all down her throat, Rich said to Bob, “God damn, man, that is a sight to behold, ain’t it. That bitch flat out knows how to swallow cock,” and he reached down her back and gave her ass a hard smack of encouragement.

When she finally had it in to full depth, with black pubic hair sprouting out from around her stretched lips, she began rocking her body back and forth, fucking herself nastily with the immense mass of rock solid male meat.

After some time had passed, Rich said, “Bob, you get behind her and start squat fucking her pussy and anal passage a little, and get them warmed up and stretched out a little for me. I want to start fucking her in a couple of minutes.

Bob jumped up, stripped off his pants and briefs, and got behind her. He pulled her panties down to her knees and quickly slipped his cock into her already steaming hot cuntal channel.

After he had reamed it good, for a couple of minutes he switched to her anus and drove the cuntal juice dripping cock up her ass and started pounding it home. His violent thrusts caused her face to get mashed up against Rich’s pubic mound, even harder, as she gorged herself on Rich’s beefy sausage.

When her lower orifices had been warmed up, Rich put the heel of his hand on her forehead and pushed her away from him, his cock leaving her mouth with a loud suctioning noise.

Bob dismounted and the two of them dragged her to her feet, roughly, then Rich led her into the kitchen where they lifted her up and lay her on her side on the kitchen table.

Rich got behind her ass, slipped his hand under her top thigh and lifted it up, fully exposing her clamshell pussy. He then and eased the head of his dick into the wet, loosened cuntal slit, and began easing his stiff meat into her.

Her eyes were closed as she felt the enormous shaft widen her channel, as the head forced its way through the flowing cuntal juices, seeking maximum depth.

She groaned loudly as the huge tool plowed her. When it stopped half way in, Rich quickly pulled it back then rammed it forward driving the steely weapon in another two inches.

The smiling, sleazy owner of the over-sized dong kept repeating the process until his entire shaft was buried in her womanhood. Both he and she let out a sigh of passion when his balls slapped against her ass cheeks, and the dong had fully taken her.

Bob, with a tit in one hand and the fingers of his other hand all stuffed into her mouth, also let out the same kind of sigh as he watched his wife’s spectacular body get skewered by the crude, and crooked real estate agent.

Rich then began fucking her good. After five minutes he pulled out of her steaming pussy and repeated the process with her anal channel. That still very tight opening took his tool in, a half an inch at a time, as he pounded it up her ass, mercilessly.

When her back door had been conquered, he began alternating ramming his boner into each lower orifice, alternating between them on each thrust.

Then he said to Bob, “Let’s roll her over on her back and finish this slut off. They pulled out of her, put her on her back, with her crotch hanging off of on edge of the table and her head hanging off of the other side.

Rich grabbed his shaft and placed the head of his dick against her anus, grabbed a hip in each hand and drove it in, hard.

Bob guided his pecker into her upside down, open mouth and shoved it in, up to his balls. He then grabbed a tit in each hand and used them as leverage as he began fucking her face and deep throating her.

Vicky was in sex heaven as the two men plundered her two cooperative and very pleased sexual openings. The two attackers could hear her muffled moans of passion as the two shafts had their way with her, completely. She soon rewarded them by having multiple climaxes.

She took a pounding for almost ten minutes before each of their guns emptied themselves into the channel they were using, flooding her with their hot, sticky jism, as her hot body bucked with another volcanic climax.

Rich had Bob bring him the biggest butt plug they had in the house and when he pulled his cock out of her anus he stuck the butt plug right in the vacated, gapping cavity, in order to keep all of his cum in her for later use.

For the next two hours Rich orchestrated the complete debauching of her -- with Bob’s help, or while Bob watched. In the process, they managed to turn her into a helplessly responding, pure fuck object.

Her body and clothing were soaked and slick because both men shared a fetish. They did not like to have sex with naked women. Basically, the only thing they ever completely removed from a woman, during all aspects of sex, was her panties.

They loved to take a woman dressed the way she came, and just make a total mess out of her and her clothing.

They would pull her tits out, when they wanted to use them, and her skirts were usually up around her waist, but they would fuck her and use her, keeping her clothes on the whole time.

As a last step in this night of pure raunch, Rich sat naked in the middle of the couch and had her backup over his thighs, in the reverse cowgirl position,

He then pulled the butt plug out of her ass and plugged the now vacated, gapping anal opening, with the head of his pecker.

He then had Bob pull up a chair right in front of her so he could watch the action.

He had her press her body down and slowly sink his massive dong up into cum well lubricated anal channel.

When the dong was all the way in, he had her put her feet up on the couch, on each side of his thighs. Assuming that position spread her thighs wide apart.

Rich then told her to use her feet and thighs to lift her body and start bouncing it up and down on his cock.

Bob watched her do what she was told and start running his dong in and out of her anal passage, totally fucking herself. Her mouth was open, her eyes were closed and she was groaning with pleasure as she squewered herself with the rigid pole of male meat.

After about three minutes Bob heard Rich tell her, “Get off of me and get down on your knees and get yourself a full taste of your ass, babe.”

Bob watched her dismount and kneel on the floor between the creep’s thighs, grab the base of the huge shaft in both hands, and go down on the, cum and cuntal juice coated dong, then began bobbing her head as she sucked on the nasty tool, with a passion.

Rich then had her remount him and then they went through the same process a half a dozen times before he finally bucked her off and let her pitch forward, face first onto the floor.

He quickly stood up, grabbed a fist full of her black hair, brought her to a kneeling position right in front of his cock, grabbed his dripping tool with the other hand, aimed it at her, gave it a couple of strokes, and then watched it explode in her face.

Rich was a one man bukake show. The volume of cum he shot off was in direct proportion to the size of his cock. Vicky was immediately covered with a mask of white, creamy jism, as the first massive cum shot splattered right between her eyes.

The second volley bounced off of her forehead and sent streams of the sticky goo up into her hair. The third drenched her nose and chin, and the fourth creamed her neck and the think spunk started flowing down onto her jutting boobs.

When he was through, she looked like a half a dozen guys had shot their loads into her face.

Bob, totally turned on by the hosing his wife had gotten, jumped up, jacked his cock a few times and sprayed his sperm onto her breasts.

Leaving her on her knees, looking like a cum sundae, as she licked her lips, Rich quickly dressed and hit the road.

Bob sat down on the chair in front of her and said, “Damn, honey, it is good to have Rich back. You have never looked more fucked in your life.”

Articles similaires

The Devil's Pact Chapitre 26 : L'Ordre de Marie-Madeleine (fixe)

Le pacte du diable par mypenname3000 Droit d'auteur 2013 Chapitre vingt-six : L'Ordre de Marie-Madeleine Visitez mon blog à www.mypenname3000.com. « Entrez », ai-je dit à mes confrères en les invitant dans ma chambre d'hôtel. Ce n'était pas vraiment ma chambre d'hôtel. Hier soir, quand j'ai pris l'avion pour SeaTac depuis Miami, Providence m'a conduit à un expert en sinistres nommé Curtis à la réclamation des bagages de l'aéroport. Nous avons flirté en attendant nos bagages et il m'a invité dans sa chambre d'hôtel. Quand la Providence vous donne un logement, avec un mec mignon en prime, vous ne dites pas...

6 Des vues

Likes 0

Papa ne peut plus dire non à sa copine

Ma mère avait un copain quand j'étais très, très jeune. Il aimait jouer avec des jeunes filles et il jouait avec moi dans le dos de ma mère. Cela a créé des pulsions sexuelles en moi qui revenaient constamment en grandissant. Cela a causé beaucoup d'angoisse et de problèmes mentaux du fait que je ne savais pas comment me soulager de ces envies, mais je savais qu'il devait y avoir un moyen de satisfaire ces envies et de me soulager. Des années plus tard, ma mère a épousé Bruce, mon nouveau beau-père. Nous avons eu une vie de famille très agréable...

353 Des vues

Likes 0

Cris collants

Elle mesurait environ 5 pieds 6 pouces, principalement des jambes, avec une belle peau bronzée, des cheveux bruns jusqu'aux épaules. Elle avait une belle poitrine quelque part autour de 36 ou 38 Full C. qu'elle avait sur une jupe noire courte fuck me et un débardeur rose. Des chaussures noires sexy de 3 pouces. Nous sommes sortis pour un bon dîner, puis nous sommes allés voir un film de filles séveux. Il était temps de la ramener chez elle. Je me sentais un peu déçu par ce point, je n'obtenais aucune indication qu'il y aurait un jour un deuxième rendez-vous. Nous...

357 Des vues

Likes 0

Mise à jour inachevée de la troisième partie du camp

Jonas : - Céleste je... je... je suis... Celeste:- Jonas ce n'est pas ta faute, ça ne l'a jamais été, toutes les choses que tu as faites n'ont jamais été toi, il t'a contrôlé, t'a transformé en quelque chose que tu n'es pas Jonas:- Mais .. Celeste:- Non mais c'est monsieur, à la fin tu deviens le héros, tu dois finir ça, finir de lancer pour de bon, protéger le camp et te protéger Jonah:- Mais toi..je..je.. Celeste:- Je connais Jonah et il est trop tard pour faire quoi que ce soit, je veux que tu fasses une chose pour moi, Jonah...

288 Des vues

Likes 0

Propriété des hors-la-loi du diable (partie 3)

Chapitre 4 : Briser Hannah commence Tout comme Hannah le pensait, les motards sont retournés directement au bar. Ils n'étaient partis que depuis environ une heure, mais quand ils sont entrés dans le parking, Hannah a remarqué qu'il y avait au moins 10 autres motos assises là. Son cœur battait de terreur alors qu'elle était ramenée dans la grande taverne, avec les autres hors-la-loi juste derrière elle. Il y avait plusieurs motards qui traînaient dans le salon et buvaient des bières, mais dès qu'ils ont vu Hannah, ils se sont levés et l'ont suivie à l'arrière. Va te mettre sa salope...

797 Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

727 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

800 Des vues

Likes 0

Tout n'allait pas avec

Tout ce qui ne va pas avec Was It Rape If You Liked It? par TiedUpHeart Fiction, Bondage et restriction, Cruauté, Domination/soumission, Drogue, Homme/Adolescente, Sexe Oral, Viol, Réticence, Romance, Fessée, Adolescent, Virginité, Écrit par des femmes, Jeune Introduction: Lise, une étudiante en deuxième année, s'est impliquée avec Alex, qui avait déjà terminé ses études secondaires. Lise a rompu avec Alex. Mais qui sait ce qui peut arriver lors d'une fête ? 1 : Faire la fête ? Chapitre I - Lise « Lise ! Lisa ! Élisabeth ! » Alex m'a appelé quand je suis passé. J'ai continué à marcher à vive allure, mettant de la distance entre...

657 Des vues

Likes 0

3 soeur maléfique

Soudain, trois lettres spéciales me sont venues à l'esprit. W.T.F imprudemment était sous la douche avec moi et mon esprit s'est empressé de penser à ce qu'Izzy avait dit avant de dîner. -si vous obtenez ne serait-ce qu'une pipe imprudente, je dirai à tout le monde dans cette pièce ce que vous avez fait avec cette femme- merde marmonnai-je Max je sais que tu es en colère et je suis désolé. Je sais que ce que j'ai fait était mal mais je suis désolé. Je me suis rendu fou en pensant si toi et moi espérons que tu me pardonneras.tout d'un...

525 Des vues

Likes 0

JJ : Retrouvailles avec papa

Il regardait un film au sous-sol, la lumière bleue scintillante donnant à son visage un air un peu extraterrestre. Maman l'avait renvoyée de la salle familiale, elle avait une sorte de soirée vin avec ses amis. Papa aimait généralement être laissé seul lors des soirées vin de maman... quelque chose à propos des niveaux d'œstrogènes trop élevés. Elle savait qu'il était un peu grincheux aujourd'hui, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas prêté attention à elle. Ses amis étaient au camp d'été et elle s'ennuyait et se sentait seule. Elle s'approcha du canapé et s'appuya contre le dossier, frottant paresseusement...

371 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.