Honneur du devoir

950Report
Honneur du devoir

J'ai senti la brise froide effleurer mon visage et mes genoux me brûler les mollets alors que je prenais de la vitesse en descendant le trottoir. À seulement un kilomètre et demi de chez moi, je commençais juste ma course nocturne, heureuse que l'été soit de retour.

Je détestais les hivers parce que je passais plus de temps dans une salle de sport ou que je m'entraînais pendant les heures les plus chaudes de la journée. La seule mauvaise chose était que je me sentais en quelque sorte chagrin d'y avoir pensé, rien de mal et d'amusant ne se produirait jamais en courant tard dans la nuit. J'ai vécu dans l'Utah pour l'amour de Dieu !

J'étais en congé de maladie depuis près d'un an maintenant. J'ai raté l'action, la montée d'adrénaline qui frappe votre système vous faisant vous sentir si vivant lorsque vous êtes en danger et que vous vous battez pour votre vie. Faire partie des équipes me manquait, j'étais très bon pour éliminer les mauvais éléments de ce monde. Sans compter que depuis que je n'étais plus dans les phoques, ma santé avait baissé, il était important que je la maintienne, cela me faisait du bien.

J'approchais de l'hôpital, donc je m'approchais de deux miles de chez moi. J'ai vérifié ma montre jusqu'à présent, je faisais du bon temps.

Mes mollets me brûlaient, mon souffle commençait à être saccadé, ma poitrine se soulevait alors que je courais. Je suis passé devant l'hôpital, j'ai toujours pensé qu'il devrait être mieux éclairé dans les environs. Je veux dire que c'était un hôpital et j'avais plus l'impression d'être dans un film d'horreur avec les lumières qui en sortaient et l'ambulance garée à l'extérieur.

J'avais dépassé l'hôpital et je me dirigeais vers le petit parc juste au nord, bien qu'il ne s'agisse pas d'un grand parc, il offrait beaucoup d'herbe courante, des arbres, quelques jouets pour que les enfants puissent jouer et ramper partout. J'ai pensé à courir dans le parc ou je me suis demandé si je devais rester sur mon chemin dans la rue et dans le quartier.

Tout d'un coup, je me suis retourné, j'ai pris de la vitesse, la douleur entrant dans mon corps est ce qui m'a fait sortir de ma rêverie pour réaliser ce qui m'avait fait changer de cap, j'avais entendu un cri féminin.
J'ai descendu la colline à la recherche de la source du cri à vous glacer le sang que vous n'entendez normalement que dans un film d'horreur. Alors que j'arrivais à une rangée d'arbres et à une partie plus boisée du parc, j'ai commencé à entendre des voix masculines rugueuses, trois d'entre eux.

Dire certaines des choses les plus vulgaires que j'ai jamais entendues. Ils étaient apparemment perdus dans tout ce qu'ils faisaient, il n'a pas fallu longtemps pour mettre deux et deux ensemble et en obtenir quatre. Ces merdes se préparaient aussi, ou étaient déjà en train de violer une femme qui avait été dans le parc. Ou ils l'avaient amenée ici pour être violée ?

Je suis un gars et pendant un instant des pensées sales se sont glissées dans ma tête comme la plupart des hommes auxquels j'avais pensé, mais je n'avais jamais et n'agirais jamais en conséquence. Je m'étais rapproché une fois ou deux, me souvenant d'une fois où j'avais emmené une jolie fille pour une soirée, retournant à sa place entre ses jambes sur le point de la foutre en l'air et d'entendre le mot NON !

J'avais voulu être si proche de donner une leçon à la fille taquine, ses raisons étaient sa raison, alors je me suis habillé et suis parti avec le pire cas de boules bleues de ma vie.

Un autre cri plein de terreur m'envahit dans la nuit.

"NON!"

Cela m'a sorti de mes pensées avec une autre série complète de sanglots avec les mots de…
« S'il te plaît, ne fais pas ça, oh mon Dieu, s'il te plaît, ne fais pas ça aussi moi ! »

J'ai ralenti en essayant de contrôler ma respiration et j'ai commencé à me diriger vers un bouquet d'arbres plus épais. Arrivant enfin aux arbres, j'ai fermé les yeux puis les ai rouverts aussi lentement que possible pour tirer le meilleur parti de ma vision nocturne.

Alors que je me concentrais là, il y avait principalement trois formes énormes, avec deux pattes très affamées qui en sortaient. Celui qui était au sol, vraisemblablement entre ses jambes, avait les cheveux coupés courts, son short baissé. Je pouvais voir son cul blanc brillant coller dans l'air, d'où le tango un a obtenu le surnom de thumper.

Les gars à sa gauche avaient une longue barbe avec des cheveux courts, son t-shirt remonté J'ai donné à tango 2 le surnom de rover alors que sa langue bavait.

Le 3ème gars que j'ai regardé, il n'y avait rien de remarquable chez lui, jeune comme les 2 autres, des cheveux courts et un short en jean et un t-shirt, c'est lui qui la retenait. Tango 3 était la sentinelle, il était celui dont je m'occuperais en premier.

Quand j'étais dans les équipes, c'était mon travail de gérer l'entrée et les sentinelles. J'étais petit, trapu et tout à fait ce que j'avais toujours été, même sans entraînement. J'ai fait un petit tour autour des arbres, j'ai sorti la seule arme que j'avais sur moi, un couteau de ma chaussure de tennis. Comme j'ai pris le moins de temps possible, j'ai fait le tour du groupe en se plaçant derrière la sentinelle en ouvrant lentement la lame pour qu'aucun son ne soit fait.

J'ai commencé à ramper léopard derrière lui. De cette façon, Panpan ne me verrait pas par-dessus son dos. Rover était tellement perdu dans l'action que ses yeux étaient vitreux que je ne pensais pas qu'il pouvait voir quelque chose qui se passait. J'y étais presque, j'ai pris le couteau avec ma main gauche en forme de coupe vers le bas et j'ai mis ma droite au bout du couteau pour que je puisse obtenir un entraînement puissant de tout mon poids en abaissant le couteau.

J'étais juste derrière la sentinelle, je me suis levé sur mes genoux et j'ai descendu le couteau d'un mouvement rapide jusque dans la nuque, comme si j'avais éliminé tant de sentinelles quand j'étais sur le terrain. Le couteau enfoncé dans les secondes a semblé ralentir, le couteau a sectionné la colonne vertébrale et la sentinelle est tombée au sol, morte et sans un bruit.

De ma vision périphérique, le rover avait finalement remarqué que quelque chose n'allait pas et j'ai vu sa jambe voler vers mon visage. J'ai ramené mon corps vers la droite en attrapant sa jambe et j'ai commencé à me soulever en gardant l'élan qu'il avait, il a commencé à tomber en arrière en perdant l'équilibre et au sol.

Je suis ensuite remonté par-dessus sa jambe et je suis descendu avec mon genou sur sa jambe en utilisant le poids de mon corps pour descendre en lui cassant la jambe avec un claquement audible qui a brisé le son de la nuit calme. Puis j'ai senti une brûlure dans mon côté, en regardant autour de moi pour voir que le thumper était entré dans le jeu et que mon couteau m'avait coupé les côtes.

Je me suis lancé et sur lui ; écartant le couteau avec mon bras gauche et le sentant glisser le long de mon poignet et couper ma chair. Nous avons heurté le sol, moi au-dessus de lui, chassant une partie de l'air de ses poumons dans une inspiration puissante. Il a roulé avec et je l'ai dépassé, mais avant qu'il ne puisse vraiment se relever, j'ai pivoté vers lui, j'ai attrapé son cou en le tordant, puis en remontant rapidement avec mon poids derrière moi, lui claquant le cou jamais aussi facile que de le tordre les films.

Puis, alors que je me retournais, j'ai senti un coup de poing sur mon omoplate droite, mais il a disparu. Dans la nuit, j'ai aperçu la lueur du couteau sur le sol, j'ai balancé mon bras vers le bas, je l'ai ramassé et j'ai roulé.

En revenant face au rover, un sourire s'étala sur mon visage et mes dents brillaient au clair de lune.
La peur est entrée dans ses yeux comme il se doit. J'ai été perdu au moment où je me suis précipité en avant en passant le couteau sur son cou en coupant la jugulaire, puis en me retournant pour ramener le couteau dans son côté sous la cage thoracique. Je l'ai retiré alors qu'il tombait au sol, le sang jaillissant, je l'ai essuyé sur ses vêtements, puis je l'ai plié et remis dans ma chaussure.

Le temps est revenu aussi moi, ce qui avait semblé être des minutes s'était produit en si peu de temps !
Je me suis approché de la fille allongée sur le sol, la lune frappant son visage meurtri, elle était magnifique. Elle remontait son ennuyeux pantalon de costume recouvert de pastel et se préparait à s'asseoir.

Elle était en désordre mais d'autant plus belle, ses cheveux brun foncé ébouriffés. Son haut de gommage déchiré et révélant une poitrine galbée vêtue d'un soutien-gorge en dentelle blanche. Elle m'a regardé avec de la peur dans les yeux, je me suis laissé tomber près d'elle et j'ai murmuré que tout va bien, j'ai tué les hommes, personne ne vous fera le moins de mal à moi. Elle regarda autour d'elle pour voir les hommes en tas tout autour d'elle, des sanglots secouant à nouveau sa petite silhouette.

Son souffle était un murmure de cheval, remarquant les marques d'ecchymoses sur sa gorge. Elle a croassé ma maison là-bas en pointant aussi sa gauche, s'il vous plaît, ramenez-moi à la maison.

J'avais pensé à appeler la police mais je n'avais pas de téléphone sur moi. Alors je me suis rapproché, j'ai mis mon bras gauche sous ses jambes et mon droit sous son cou. J'étais pendant une seconde inquiète qu'elle panique à propos des hommes qui la touchent, mais elle ne l'a pas fait. Alors je nous ai soulevés tous les deux du sol alors qu'elle agrippait mon cou fermement et poussait sa tête dans l'espace dans mon cou.

J'ai marché dans la direction qu'elle avait indiquée sachant que ma maison était trop loin et qu'elle n'avait pas demandé à aller à l'hôpital où j'aurais probablement dû l'emmener. J'ai marché avec elle à travers les arbres, alors que nous sortions, les maisons ont commencé à prendre forme quelques minutes plus tard.

Je lui ai demandé où elle habitait, elle m'a chuchoté l'adresse à l'oreille car elle pouvait à peine parler. Nous nous sommes approchés de sa maison, j'ai contourné le portail et l'ai ouvert du mieux que j'ai pu avec ma main droite en essayant de ne pas la laisser tomber. J'ai remonté son porche et j'ai ouvert la porte. En entrant, je pouvais voir un canapé à ma gauche. Je l'ai portée là-bas et je l'ai posée.

Elle s'était endormie, comment je ne sais pas, je ne pensais pas qu'il m'avait fallu si longtemps pour la faire venir ici. Moi aussi, je me sentais tellement fatigué que le sang couvrait mon bras et ma chemise en était trempée. J'ai marché un peu dans sa maison, j'ai trouvé une lumière allumée et j'ai trouvé la cuisine ouverte. Là, j'ai trouvé ce que je cherchais un gant de toilette, j'ai retiré ma chemise trempée et l'ai jetée dans la poubelle. J'ai nettoyé ma blessure sur le côté et le bras. Ils n'étaient pas profonds et les deux s'étaient à peu près coagulés.

Je me suis lavé un peu plus en retirant la sueur des hommes de mon corps, en jetant le gant de toilette dans la poubelle avec la chemise et en éteignant la lumière. J'avais pensé à appeler la police mais j'avais tellement sommeil que j'avais besoin de rentrer à la maison. Alors que je marchais vers la porte, je l'ai ouverte pour sortir quand je l'ai entendue me demander de ne pas la quitter.

Je n'avais pas réalisé qu'elle s'était réveillée, je suis retournée vers le canapé dans l'obscurité, sa voix était si déchirée.

« S'il te plaît, reste avec moi, a-t-elle croassa, je ne veux pas être seul ce soir ! »

J'allai m'asseoir à côté d'elle ; elle a tendu la main et m'a tiré vers le bas alors je me suis allongé derrière elle. Elle s'est repoussée dans mes bras et les a enroulés autour d'elle et a dit.

« Je me sens en sécurité dans tes bras, tiens-moi, protège-moi ! »

Avec ça, je pense qu'elle s'est rendormie, j'étais tellement fatiguée de redescendre de l'adrénaline et je me suis endormie profondément. Je me suis réveillé au son doux du ronflement, en sentant la chaleur du corps souple pressé contre moi et le soleil traverser les stores. La vue de la nuit précédente est revenue dans ma tête et mon bras et mes côtes me faisaient très mal. Mon sang venait à la fois du bras et de la blessure à mon côté, principalement de mon bras parce qu'elle l'agrippait.

Je laissai échapper un léger grognement de douleur alors qu'elle se retournait en se réveillant et tombant presque du canapé. Elle s'est levée, m'a regardé pendant une seconde, puis a sauté dans l'action en sautant de la pièce en disant que votre blessure restait là tout de suite. Elle revint dans la pièce avec un sac qu'elle avait mis sur un nouveau t-shirt car son ancien avait été déchiré et probablement couvert de mon sang toute la nuit.

Elle a sorti les fournitures et a commencé à prendre soin de moi en étant si douce, je n'avais jamais eu ça d'un doc avant qu'il ne s'agisse généralement de mettre un bandage ou autre et de vous mettre à l'écart pour la prochaine viande. Elle nettoya les plaies et me regarda alors qu'elle finissait de me regarder dans les yeux. Donc la nuit dernière n'était pas un cauchemar, j'avais tellement espéré que ça l'était.

"Comment vas-tu?"

"Ça va?"

demandai-je en lui effleurant de ma main libre les joues. Je ne l'avais pas bien regardée la nuit dernière pour dire qu'elle était tout simplement magnifique était un euphémisme !

Cette dame avant moi était un ange, une peau blanche et douce, des yeux bleu clair, des cheveux noirs tombant dans son dos en vagues, une petite silhouette avec un buste qui était grand pour sa silhouette et les lèvres les plus espiègles avec le bas gros et arrondi sortant de haut.

Son visage était meurtri, j'étais triste de le voir, tout comme sa gorge, à part qu'elle allait bien. Elle avait presque fini avec ce qu'elle faisait, les blessures se sentaient beaucoup mieux, elle avait dû mettre un agent anesthésiant ou quelque chose sur elles.

« Est-ce que ça va, j'ai demandé ? »

« Est-ce que je suis arrivé à temps ? »

Elle a de nouveau levé les yeux vers moi et a dit Dieu merci, je sais ce qui se serait passé si tu ne t'étais pas montré. Tout ce qu'ils ont eu le temps de faire était de me brutaliser un peu et de me sentir un peu. Je suis endolori mais sinon indemne, il était si près de me violer si tu ne t'étais pas montré quand tu l'as fait.

Une larme a coulé sur son visage et elle est tombée en arrière. Je l'ai rattrapée, je l'ai encore soulevée et je l'ai prise dans mes bras. Elle se blottit beaucoup comme elle l'avait fait la veille ; elle a levé les yeux dans mes yeux.

« S'il vous plaît, si cela ne vous dérange pas, tenez-moi un peu, je me sens tellement en sécurité dans vos bras. »

J'étais plus que disposé et heureux de répondre à sa demande. Nous sommes assis là dans le calme pendant un certain temps, je pouvais sentir son corps chaud contre le mien, et son souffle chaud alors qu'il sortait de sa bouche dans mon cou. Je n'ai pas pu m'en empêcher, c'était si mal mais si bon que j'étais excité.

J'ai essayé de m'éloigner un peu d'elle et de ses courbes, aucune femme n'avait le droit de traiter des courbes aussi fines que celles-ci. Mais au fur et à mesure que je glissais elle s'est mise en jachère et si possible se rapprochant. Son corps moulant dans le mien ses jambes, venant autour des miens, elle se leva et descendit sur mes genoux. Je n'ai pas pu m'en empêcher, ma hampe sentant ses fesses fermes alors qu'elle glissait vers le bas.

Elle m'a regardé dans les yeux et a ri, elle s'est soulevée un peu puis est redescendue très lentement. Elle leva le menton et approcha ses lèvres très lentement des miennes, sentant son souffle chaud sur mon visage. Je m'avançai et nos lèvres se rencontrèrent, elle traça très lentement du bout des doigts les ongles glissant les plaines dans ma poitrine nue. Je sentis sa langue glisser sur mes lèvres et je les écartai alors qu'elle poussait sa langue dans ma bouche et ma langue repoussait la sienne en faisant une danse.

Mon bras est venu jusqu'à la partie légèrement dénudée de son dos, sentant la chair douce et chaude sous mes doigts. Je fis glisser mes mains de haut en bas un peu, jusqu'en haut de sa chemise jusqu'en bas de ses gommages encore abîmés. Nous continuâmes à nous embrasser pendant de longs instants, notre respiration devenant laborieuse ; J'ai commencé à sentir ses seins monter et descendre dans ma poitrine nue, la chaleur venant de son corps réchauffant mon âme.

Je commençai à faire glisser mes baisers le long de ses joues et jusqu'à son cou en prenant soin de brosser un peu et en regardant son cou meurtri pour ne pas la blesser, souhaitant que ces salauds soient toujours en vie pour que je puisse les tuer à nouveau. Revenant à ses lèvres et amenant mes mains autour de ces monticules doux pressés si fort contre ma poitrine, je pouvais sentir les mamelons s'avancer dans ma poitrine. J'ai pris le dessous et l'ai frotté à travers le tissu, provoquant un gémissement de sa part alors qu'elle m'embrassait en retour avec ferveur.

« Dieu, emmenez-moi au lit ! »

Je l'ai ramassée sans plus tarder comme je l'avais fait la nuit dernière et je l'ai portée dans le couloir qu'elle m'a dirigé tout le chemin en arrière et sur la gauche. J'entrai dans sa chambre la partie la plus féminine de la maison. L'allongeant sur le lit, elle m'a tiré avec elle, je suis monté sur elle et elle a commencé à pousser contre moi alors que nous recommencions à nous embrasser. J'ai frotté mes mains du haut de ses épaules, jusqu'en dessous de ses cuisses et je les ai remontés lentement.

Déplaçant son poids, elle a poussé sur le côté de moi et j'ai roulé sur le côté, elle m'a suivi en montant à cheval sur mon corps. Je pouvais sentir la chaleur de ses reins, elle était en feu, elle a cambré le dos et a mis ses mains sur le dessous de la partie inférieure de sa chemise et l'a soulevée d'elle. Levant les yeux vers ces seins chauds que j'avais sentis écrasés contre ma poitrine, je me levai et en pris un dans ma bouche.

Ses mains saisissant l'arrière de ma tête me tiraient contre elle, alors qu'elle enroulait un peu ses doigts dans mes cheveux. J'ai sucé l'un puis l'autre en déposant des baisers dans la chair la plus douce que j'aie jamais ressentie et en utilisant mes mains pour jouer avec leur partie inférieure qui était sensible. J'ai embrassé chaque morceau de chair que je pouvais avec ma bouche même entre les monticules mous, faisant sortir ma langue et la glissant entre les monticules blancs. Elle a glissé son corps vers le bas et a commencé à m'embrasser pendant que mes mains exploraient sa chair douce exposée et son ventre ferme jusqu'à son cul dur comme de la pierre.

Je l'ai attirée contre moi en me frottant l'os pelvien contre le sien, elle a soulevé et baissé lentement sans jamais arrêter le baiser. Enfin, elle a ramené sa langue douce et chaude sur ma joue jusqu'à mon oreille en jouant avec elle jusqu'à mon cou. Elle a suivi les lignes de mon corps jusqu'à mon short, elle a commencé à l'enlever lentement alors qu'elle embrassait, léchait et suçait tout le long de mes jambes.

Remonter et lécher du fond de mon sac jusqu'au bout de ma bite. Elle a pris la tête dans sa bouche et a laissé la broche glisser le long de la tige, elle a enroulé sa main autour de la base et a commencé par de lents saccades. J'ai forcé mes hanches vers le haut, faisant l'amour à sa bouche chaude et douce. Après quelques minutes, elle a commencé à accélérer son rythme sur mon hot rod. Elle a levé les yeux sur moi avec ces yeux bleus de la chambre puis a retiré sa main pour ramener la bite jusqu'à sa gorge, je pouvais sentir ses muscles alors qu'elle avalait et suçait, la laissant là pendant quelques secondes. Elle a commencé à remonter ma verge en faisant glisser sa langue sous la base de celle-ci et en effleurant le bout de celle-ci alors qu'elle atteignait la tête. Elle y retourna avec sa main et sa bouche plus rapidement, sa main volant dans un flou.

J'ai commencé à ressentir les envies familières de jouir et je ne me suis pas retenu. J'ai dit à son bébé que je vais jouir, elle a lâché sa main, l'a de nouveau ramenée jusqu'à sa gorge pendant une seconde, puis l'a remontée pour qu'elle ne soit qu'à mi-chemin dans sa bouche. Je ne pouvais plus le tenir et la première corde a jailli au fond de sa gorge et elle a un peu bâillonné mais a ralenti sans jamais arrêter l'aspiration.

Lentement, il a commencé à s'écouler un peu aux coins de sa bouche. Je n'avais pas eu de relations sexuelles depuis quelques semaines et cela avait été enregistré. Finalement, j'ai fini et je suis retombé dans le lit qu'elle a continué à sucer pendant quelques secondes de plus alors qu'elle nettoyait autour de la base, essuyant les coins de sa bouche avec une langue qu'elle avala une dernière fois.
Elle est tombée à côté de moi avec un sourire et a dit que je pense que mon ventre est plein.

Je me suis retourné un peu en la regardant pour voir la sueur qu'elle avait sur son front et commençant à fleurir sur le bas de son cou je l'ai embrassée et l'ai remerciée car c'était le meilleur coup que j'avais jamais eu. J'étais de nouveau excité et je pouvais sentir son jus de chatte parfumé flottant sur les courants d'air dans la pièce.
Je glissai le long de son corps laissant des baisers et suçant la chair souple de son corps enseigné et doux. Je me suis frayé un chemin entre ses jambes et j'ai fait glisser mon menton à travers la douce petite partie de ses cheveux qu'elle avait juste au-dessus de sa chatte. J'ai embrassé et sucé les lèvres extérieures et l'ai léchée de la tige à la poupe, évitant son clitoris pendant de nombreuses minutes alors que je taquinais le reste de sa chatte, son jus coulant.

J'ai commencé à la baiser avec la langue, enfin elle a commencé à secouer ses hanches, j'ai pris quelques doigts dans son trou chaud et humide, ma langue a effleuré son clitoris. Elle gémissait et tremblait alors que je lui faisais plaisir en espérant lui donner autant de plaisir qu'elle m'en avait donné. Elle avait tellement bon goût que je ne pouvais pas en avoir assez de sa chatte et du jus qui en coulait à torrents.

J'ai sucé et j'ai commencé à jouer avec son clitoris alors que je poussais mes doigts dans et hors de son trou humide en variant le rythme et les rythmes et de temps en temps je les tournais simplement pour frôler ses murs avant de continuer mon assaut. Finalement, j'ai été récompensé, elle a laissé échapper un gémissement de gorge pur et profond, ses hanches ont relevé son dos cambré, elle est entrée dans ma bouche d'attente. Son jus était abondant, j'ai léché sa chatte avec ma langue pleine en essayant de capturer tous les jus alors qu'ils coulaient sur mon menton et sur tout mon visage, elle a senti mes narines.

Elle tomba finalement sur le lit, l'air jaillissant de ses poumons en un bon coup et ses mains s'enfoncèrent dans mes cheveux en les tirant un peu. Elle était sensible, je pouvais le dire alors que mon souffle la touchait juste et qu'elle secouait. Je nettoyais soigneusement tout en savourant ces jus, en ayant finalement assez, elle m'arracha les cheveux et je suivis son corps.

Elle a poussé sa langue dans ma bouche se goûtant un large sourire est venu sur ces belles boites espiègles. Elle s'est à nouveau levée et s'est mise sur mon corps en l'alignant avec mon bâton très dressé, elle est descendue lentement jusqu'à ce que je sois enterré jusqu'à la garde dans ses règnes étroits. Nos cheveux se mélangeaient en une masse humide. Elle a commencé à moudre son corps après quelques secondes lentement, puis a reculé plus rapidement, après avoir mis ses mains sur mes abdominaux en se levant et en descendant dans des mouvements rapides variant le rythme.

Nous avons fait ça pendant un moment avant qu'elle ne se lève et me quitte et me fasse face à quatre pattes un grand sourire sur le visage, vous venez matelot ? Je me levai et me poussai en avant tandis qu'elle posa sa tête sur le lit et me repoussa coup pour coup.

La chaleur venant de l'intérieur d'elle sur ma bite était si bonne que ses muscles les plus intimes alors qu'elle agrippait ma bite à chaque poussée, elle était tellement serrée que c'était si bon. Je pouvais sentir son jus recouvrir ma hampe et couler jusqu'à mes couilles comme à chaque gifle sur sa chatte et un bruit audible. À ce moment-là, ma main était passée autour de sa taille et j'ai trouvé son clitoris jusqu'à son monticule pubien et j'ai commencé à frotter des cercles lents, puis j'ai accéléré pendant quelques secondes le dos pour ralentir.

Elle a déclaré revenir en moi à une vitesse incroyable à ce moment-là, le son de la peau giflée et l'arôme du sexe flottaient dans l'air. Elle a commencé à avoir des spasmes et à gémir; J'ai senti sa chatte se serrer contre ma bite alors que je sentais ses fluides me submerger avec une vigueur renouvelée, je me baignais en elle. J'étais presque prêt à éjaculer mais je ne voulais pas encore, je me concentrais toujours sur le fait de ne pas lâcher prise et son corps tremblait et sursautait et quand elle eut enfin fini, je glissai hors de sa chatte brûlante.

Elle tomba sur le lit et je la retournai et me mis entre ses jambes, je la regardai dans les yeux, un sourire méchant venant sur mon visage. Je me suis aligné et avant que je puisse commencer à la pénétrer, elle s'est levée et ma tête a pénétré sa chatte.

J'ai poussé en elle, elle était si humide et serrée que je n'ai rencontré aucune résistance alors que je m'enfonçais en elle à maintes reprises. J'ai glissé hors d'elle presque tout le long, puis dans une forte poussée, je l'ai pénétrée à nouveau encore et encore en frappant un rythme, son visage a commencé à se contorsionner alors qu'elle annonçait qu'elle était sur le point de jouir à nouveau. J'étais proche et j'ai commencé à la marteler comme un fou. Toutes les pensées ont jailli de ma tête, ma poussée est devenue plus courte et plus rapide.

J'ai senti le sperme bouillant couler de mes couilles jusqu'à la tige de mon pénis et je me suis enfoncé profondément en elle alors que j'enroulais mon bras autour d'elle pour la soulever vers moi, j'ai senti ma première giclée se briser de mon pénis dans sa chatte. Sa chatte se sentait presque vivante, elle se contractait et se serrait alors qu'elle entrait dans son orgasme.

Sa chatte me traitait avec tant d'amour de tout ce que j'avais à offrir, les points culminants semblaient durer éternellement, se construisant une fois après l'autre, j'ai failli m'évanouir. Enfin c'était fini et j'ai baissé les yeux baignés dans nos jus combinés inondant sa chatte.

J'ai regardé dans ses yeux et nous avons tous les deux souri nos visages couverts de sueur qui coulait sur nos visages. J'ai lentement branlé et sorti, et je suis tombé à côté d'elle sur le lit, tirant son corps contre le mien et je l'ai senti se fondre dans le mien. Elle tourna la tête pour me regarder dans les yeux...
"Je t'aime s'il te plaît, ne me laisse jamais partir !"

Articles similaires

Le Chevalier et l'Acolyte Tome 3, Chapitre 8 : Dangers nécromantiques

Le chevalier et l'acolyte Tome 3 : La passion barbare Chapitre huit : Dangers nécromantiques Par mypenname3000 Droits d'auteur 2016 Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci. Thrak – Ruines de Murathi, la Fédération de Larg Tu es sûr que tu vas bien ? a demandé Faoril en me frottant les épaules. Cette pierre avait l'air lourde. Très bien, soupirai-je, savourant la façon dont ses doigts massaient mes épaules, soulageant la tension. «Ce n'était qu'un coup d'œil. L'ecchymose ne palpite presque pas. Vous devez être prudent, a poursuivi Faoril. Ses doigts s'enfoncèrent profondément dans les muscles de...

1.1K Des vues

Likes 0

Notre première rencontre partie 1

C'était une froide nuit d'octobre. La cheminée brûlait et nous avons eu un couple pour prendre un verre. Nous nous sommes assis avec désinvolture à regarder le feu et à nous demander ce que l'autre pensait. J'ai jeté un coup d'œil à ma femme, Stacie. Elle était partie dans un tout autre monde. Le silence a été rompu par Heather demandant à Stacie ce qu'elle pensait ? Stacie a répondu avec un petit rire: Oh, rien d'important. En fait, je me demandais à quoi ressemblait ta vie sexuelle ? Vous auriez pu frapper Bill et moi pendant qu'ils commençaient à rire...

915 Des vues

Likes 0

Conte sexy de partenaires intimes-01

C'est une histoire de premier rapport sexuel avec Roji, son premier partenaire intime. C'est l'histoire de mon ami Deepak Kumar. Deepak Kumar est un personnage important dans mon histoire. Il présente une belle histoire de sa vie sexuelle dans cette histoire. L'histoire telle que décrite par mon ami très proche Deepak Amis, je suis Deepak, j'ai été bon dans mes études jusqu'à l'âge de dix-huit ans. J'étais un étudiant brillant. Jusqu'à ce moment-là, je n'avais pas d'amis spéciaux et je n'étais impliqué que dans des études sans aucune autre activité. Je suis le seul enfant de mes parents. Mes gardiens étaient...

965 Des vues

Likes 0

Mes envies, besoins et envies

Je ne t'ai pas vu en personne depuis plus de quinze ans, mais je te vois dans mes rêves jour et nuit. Je pense à la nuit que nous avons eue ensemble et à la façon dont je veux me rattraper. J'étais jeune et inexpérimenté quand nous étions ensemble ce soir-là. Je ne savais pas quoi faire, alors je n'ai rien fait. Je veux effacer ça de ta mémoire et en faire un nouveau avec toi, qui te fera sourire à chaque fois que tu y penses. Je te veux. J'ai besoin de toi. Je désire vraiment être avec toi. J'ai...

955 Des vues

Likes 1

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

929 Des vues

Likes 0

Ah, prendre des décisions

Il y a de nombreuses fois dans votre vie où vous serez confronté à des décisions qui ont des conséquences importantes. Certains sont plus importants que d'autres, évidemment, mais chacun d'eux aura un grand impact sur l'orientation de votre vie. Alors que je me retirais et que je venais sur son ventre, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. Elle a enroulé ses jambes autour de moi, a attrapé ma nuque, m'a tiré vers le bas et m'a embrassé passionnément... Visiblement, elle n'avait aucun scrupule à la situation. Mais je suis peut-être allé trop loin. Peut-être devrais-je revenir un...

924 Des vues

Likes 0

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire la même chose que tous les autres gars. Vous savez parler à des filles de l'État en espérant que je puisse préparer quelque chose à mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé au groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

927 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec April

J'ai rencontré April pour la première fois quand j'avais 16 ans. Nous étions ensemble dans la fanfare de notre lycée, elle avait le même âge que moi, mais elle avait déjà des seins énormes. Je jure qu'ils devaient être au moins des DD. Rien que d'y penser me suffisait pour pouvoir me masturber, ce que je faisais beaucoup à cet âge. Nous étions de bons amis, mais je n'ai jamais réussi à trouver le courage de l'inviter à sortir. Si j'avais eu les couilles, je l'aurais fait, pas seulement parce qu'elle avait le meilleur rack que j'ai jamais vu, et pas...

900 Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

917 Des vues

Likes 0

Le réparateur chapitres 3 et 4

Chapitre 3 Chérie, je suis à la maison Jimmy s'est d'abord réveillé pour se retrouver avec Jane et son bois du matin serré contre ses fesses douces, il s'est penché un peu et a commencé à embrasser doucement son cou puis son oreille. Mmm, gémit-elle doucement alors qu'elle tournait la tête à mi-chemin pour voir qui l'embrassait. Jimmy l'embrassa doucement sur les lèvres puis commença à manipuler son mamelon gauche. Rien n'a fait avancer Jane plus vite que quelqu'un qui s'occupe de ses mamelons. Elle laissa tomber sa main sur son cul et trouva l'une des bites les plus grosses et...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.