Être possédé - Partie 13

236Report
Être possédé - Partie 13

Avec un soupir, je me reculai. Mes jambes tremblaient, la sueur refroidissait sur ma peau. Je sentis son corps sous et derrière moi. Lentement, j'ai compris que c'était la première fois qu'il m'avait baisé sans changer de forme. Et je ne connaissais toujours pas son nom.

Il enroula ses bras autour de moi et m'attira plus près. "Qu'est-ce que tu aimerais faire?" « Euh ? » la question m'a pris par surprise.

« Je suggérerais une douche, mais après cela, qu'aimeriez-vous faire aujourd'hui ? »

Regardant mes jambes sales, je souris. "Je ne sais pas, je ne peux pas faire grand-chose." J'ai ri. "Sauf regarder un film, lire ou se faire baiser."

"C'est vrai", rit-il également. "Et qu'est-ce que tu préfères ?"

"Peut-être un film," ai-je haussé les épaules. Grâce à ce mouvement, sa bite a glissé de ma chatte. Cela semblait à peu près juste, une douche, se pelotonner sur le canapé et regarder un film. Juste une autre journée paresseuse.

Mais je ne me suis pas levé. Pour le moment, j'étais à l'aise, assis sur les genoux de mon propriétaire, le sentant près de moi. J'ai même senti son rythme cardiaque lent et régulier, sa respiration.

La porte de la cuisine s'ouvrit, et je sursautai, sautai de ses genoux. C'était le jeune homme, qui m'avait approché avec l'affaire. Même si je n'étais ici que depuis environ cinq mois, j'avais l'impression qu'il y avait une éternité.

"Désolé, je reviendrai quand tu auras fini." Le jeune homme se retourna pour reculer, mais mon propriétaire leva la main. « Je crois que nous le sommes. Pourriez-vous lui montrer la salle de bain spéciale, j'y serai aussi, je n'aurai plus besoin de vous après ça, ou peut-être ce soir. Je vous tiendrai au courant.

Le jeune homme hocha la tête et me tint la porte ouverte.

Je le suivis, évitant toujours son regard. Il m'avait déjà vu nu, même en train de pisser sur la pelouse, et j'étais sûr qu'il savait ce qui se passait, mais je ne pouvais pas supporter de le regarder en face. Il m'accompagna silencieusement dans une autre partie de la grande maison. J'ai remarqué que les portes n'avaient pas de poignées et que le sol était presque nu.

"Cette partie de la maison est également utilisée par les chiens", a-t-il expliqué. "Les loups-garous peuvent utiliser des poignées, les chiens uniquement s'ils sont dressés, alors il a plutôt opté pour des portes battantes. Même s'ils préfèrent sortir, parfois vous les trouverez ici.

"Ça fait longtemps que tu es là ?" ai-je lâché. Maintenant que j'étais capable de penser à nouveau, ma curiosité était de retour.

"Oh, juste quatre ou cinq ans, plus ou moins." Il haussa les épaules. "Le travail n'est pas trop mal, le salaire est bon et compense les désagréments occasionnels." J'ai hoché la tête. "Avez-vous...", j'ai hésité mais il a quand même répondu. "J'ai vu d'autres femmes ici, je les ai amenées ici en fait." S'arrêtant brusquement et se retournant, il me regarda. « Écoutez, n'ayez pas honte ou peur ou quoi que ce soit. Je me fiche que tu sois nue et fraîchement baisée. Cela fait partie de mon travail de ne pas me soucier de ces choses. Je gère le domaine, je fais du ménage, je prends des femmes et c'est tout. Je considérerais en profiter comme un bonus, si j'étais vous. Et vous êtes hors de la rue pour le moment, nourrissez-vous et soignez-vous.

Me sentant rougir à ses mots, je baissais les yeux sur ses pieds. D'une certaine manière, il avait raison. J'avais eu ma part du marché, j'avais gardé ma part. Et ça aurait pu être pire. Je l'appréciais vraiment, au moins parfois.

"Allez." Il ouvrit une porte et me conduisit dans une immense salle de bain. "Je crains que nous n'ayons ici que du shampoing pour chien, mais vous pouvez également l'utiliser." Il a souri. "Il donne à vos cheveux une belle brillance."

Maintenant j'ai ri. "Je vais essayer."

La chambre était vraiment grande, plus grande que les autres salles de bains que j'avais vues. Un coin contenait un tuyau et un drain, à côté se trouvait une douche et dans l'autre coin, il semblait y avoir un bain à remous.

"Cette pièce est équipée pour le toilettage des chiens. Vous venez de commencer dans ce coin pour les pires morceaux. J'ai de nouveau hoché la tête. "Avez-vous une brosse quelque part?"

Il traversa la pièce et ouvrit un grand placard encastré. Brosses sur l'étagère du haut, bouteilles et tubes sur celle du bas, serviettes sur les autres. "Merci." J'ai *********** mis une brosse qui semblait capable de faire face au désordre dans lequel se trouvaient mes cheveux et j'ai commencé à les démêler.

Le jeune homme sourit, hocha la tête et me quitta.

Il a fallu beaucoup de temps pour démêler mes cheveux. Plus d'une fois, j'ai juré dans ma barbe quand je me débattais avec un très mauvais brin.

Finalement, j'avais réussi et remis le pinceau. Toutes les bouteilles contenaient du shampoing pour chien. J'ai reniflé la plupart d'entre eux, je me suis installé sur l'un d'eux et j'ai souri. Puis j'ai regardé une fois de plus les étagères. Pas de rasoir, du moins pas adapté à mon usage. La tondeuse pour chien ne ferait pas l'affaire. En haussant les épaules, je me dirigeai vers le tuyau, ouvris l'eau.

Il ne deviendrait pas plus chaud que tiède, mais il s'est ramolli et a finalement nettoyé la boue séchée de mon corps. J'ai dirigé l'eau sur tout mon corps et je ne me suis arrêté que lorsque l'eau s'est écoulée clairement dans le drain.

Prête pour une vraie douche j'ai pris le shampoing. Pas de savon non plus. N'a-t-il pas utilisé de savon ou autre ? En y repensant, je ne me souvenais pas qu'il sentait quoi que ce soit que je reconnaisse. Oh bien, au moins je pourrais me laver les cheveux.

La porte s'ouvrit à nouveau. Mon propriétaire est entré. « Keith a été surpris. Tu es le premier, à ne pas l'insulter.

Je ris doucement, avalai de l'eau et toussai. En me détournant, j'ai essayé de me ressaisir. "J'aurais pu poser plus de questions concernant l'accord. Il n'a rien fait de mal.

Il a allumé le tuyau, a commencé à se nettoyer. "Pourquoi es-tu si... si... rationnel ?"

Je n'ai pas répondu au début, je me suis lavé les cheveux et je les ai soigneusement nettoyés. Après l'avoir rincé, j'ai eu ma réponse. "Que puis-je faire d'autre? J'ai conclu un marché, je dois vivre avec. Il ne sert à rien de blâmer quelqu'un d'autre. Et je ne peux rien faire de toute façon. Comme vous l'avez dit, si je refuse, vous me prendrez de force.

Je ne pouvais pas me résoudre à utiliser le mot 'viol' même si ce serait le terme correct. «Et Keith a dit, je devrais le prendre comme des vacances, en gros. Ne pas dormir dans la rue, ne pas avoir faim et s'envoyer en l'air en prime.

L'odeur distincte de chien mouillé a atteint mon nez et j'ai souri. C'était peut-être la raison pour laquelle il n'utilisait pas de savon. En m'éloignant de la douche, j'ai essoré l'excès d'eau de mes cheveux.

"Quel type de shampoing utilisez-vous?" ai-je demandé en me dirigeant vers le placard. Il me l'a dit et je le lui ai apporté, alors qu'il se dirigeait vers la douche.

"Merci." J'ai souri. "Humain bien formé, connaît de nombreuses commandes, disponible pour un bon foyer."

Maintenant, il a ri, a tenu ma main pendant que je lui tendais la bouteille. "Comment bien formé?" "Essayez et découvrez", je l'ai taquiné.

Les dernières 24 heures m'avaient changé. En ce moment, je me sentais en sécurité, même dragueur. Après avoir été effrayé, chassé par des cauchemars et incapable de dormir. Rationnel? Pas du tout.

Avec un sourire de loup, il désigna le sol. "S'asseoir." Il ne m'a fallu qu'un instant pour me décider. Dans un mouvement fluide, je m'agenouillai, jambes légèrement écartées, et levai les yeux vers lui. "Bonne fille", il m'a souri et a commencé à prendre une douche. "Rester."

Détendu, je suis resté sur le sol, je l'ai regardé se doucher. Il a utilisé le shampoing sur tout son corps en prenant son temps et j'ai suivi ses mouvements des yeux. Comme un bon chien. Je souris à nouveau.

Mon propriétaire a éteint la douche, s'est secoué comme un chien. Baissant la tête pour éviter les gouttelettes, mon sourire s'agrandit. Maintenant, il se comportait comme un chien.

J'ai entendu ses pas doux, j'ai tourné la tête et j'ai voulu me lever pour le suivre, mais il a levé la main. "Rester." Alors, je suis resté, je l'ai regardé se sécher avec une grande serviette. Il en attrapa un nouveau et revint vers moi. Je tendis la main, mais il secoua la tête.

Tout doucement, il a commencé à sécher ma peau humide. La serviette était duveteuse, sa prise douce mais ferme. J'ai fermé les yeux et j'ai apprécié le traitement. Quand il eut fini, il me tapota le flanc. "Allez."

Juste pour le plaisir, je suis resté sur mes mains et mes genoux alors que je le suivais depuis la salle de bain.

Il me sourit à nouveau, mais je crus voir une étincelle dans ses yeux. À deux portes de la salle de bain, il m'a conduit dans une pièce, qui était dans la semi-obscurité. Je pouvais distinguer les formes d'un grand canapé et de quelques fauteuils, sentir sous mes doigts le tapis doux et épais.

Il s'assit sur le canapé et attrapa une télécommande, alluma la grande télé à écran plat sur le mur opposé.

Je restai au sol, m'appuyai contre sa jambe et posai mon menton sur sa cuisse.

"Oui, je vois que vous êtes très bien entraîné." Il me caressa la tête tout en parcourant les options à l'écran. Après avoir *********************************************************** d'un film, il tapota à côté de lui sur le canapé. "Dans ma maison, les chiens et les humains sont autorisés sur le canapé." Il sourit.

Je me suis levé, j'ai étiré tout mon corps avant de m'asseoir. Après un moment d'hésitation, je relevai mes jambes et me pelotonnai à côté de lui, ma tête reposant sur ses genoux.

Nous avons regardé le film en silence, et le suivant. Sa main était posée sur mon épaule. Un sentiment s'éleva en moi, que je ne saurais nommer. Ne prêtant pas beaucoup d'attention au film, j'ai essayé de l'explorer. Je ne m'étais pas senti comme ça depuis longtemps. À quand remonte la dernière fois ? Chez moi, dans mon appartement. Mon pote, Shaun, était là, nous avions parlé, commandé une pizza et viré la merde à une autre équipe de joueurs sur ma PS4. Content. Pas si élevé à court terme, mais le sentiment profond de bonheur.

J'ai éclaté de rire. Je ne pouvais pas m'en empêcher. J'étais là, appartenant à un loup-garou, sachant qu'il m'utiliserait pour la reproduction, mais j'étais heureux.

"Euh?" Me lançant un regard interrogateur, il retira sa main. J'ai secoué ma tête. "Rien." Je me contentais de rester allongé ici, savourant cette sensation et espérant la conserver pour les jours de pluie. Il me toucha à nouveau, ses doigts effleurèrent mon cou.

Sa main s'est déplacée, les doigts ont effleuré ma clavicule, plus bas vers mon sein gauche. Ils se sont arrêtés sur mon mamelon, il l'a roulé entre le pouce et l'index. Je gémis doucement, fermai les yeux.

"Je veux te baiser." Il n'y avait aucune émotion dans sa voix, c'était juste une déclaration. "Nous devrions penser à une commande pour cela."

Je me levai de ses genoux, faisant attention de ne pas perdre le contact avec ses doigts. « Juste un mot au lieu de cinq ? Lui souriant, je me levai. "Comment me veux tu? Sur mes genoux? Sur le canapé, tu te prépares ? »

Il me rendit son sourire, se leva également. « En avez-vous vraiment besoin ? D'un mouvement rapide, il tendit la main vers moi, me retourna. Ses mains se sont déplacées sur mon corps, ont écarté mes jambes et sans plus tarder, il a montré ses doigts dans mon con. J'ai haleté, plus de surprise. Ça ne faisait pas mal du tout, ils glissaient facilement, se sentaient bien. « Tu es en chaleur », me murmura-t-il à l'oreille. "Vous êtes mouillé." Même si je ne l'avais pas remarqué, il avait raison.

"S'il te plait," murmurai-je, "tu peux te changer ?" En riant, il retira ses doigts et me lâcha. "Bien sûr."

Je me suis retourné. Ses traits changeaient déjà, la fourrure grandissait. C'était fascinant de voir un homme se transformer en homme-loup. Surtout en sachant qu'il te baiserait. Mon regard descendit jusqu'à sa queue. Mais je ne pouvais pas le voir. Il était encore dans son fourreau, caché dans l'épaisse fourrure noire. Une vague de déception m'a frappé. Pour être juste, je ne pouvais pas me souvenir si sa bite humaine avait été dure, je ne l'avais certainement pas senti, alors que j'étais allongé sur ses genoux.

Transformation terminée, il se mit à quatre pattes. Il était hors de question de le confondre avec un loup ou un chien. Les proportions étaient fausses,

Reniflant bruyamment, il vint vers moi, enfouit son museau dans mon entrejambe. Après toute l'expérience avec lui et ses chiens, le premier contact avec le nez froid et humide était quelque chose auquel je ne m'étais tout simplement pas habitué. Involontairement, je reculai d'un pas. Il m'a suivi, m'a poussé plus loin en arrière, m'a dirigé vers le canapé. Alors, je me suis assis, j'ai écarté mes jambes aussi largement que possible. Sa longue langue fouetta mes lèvres de chatte, se fraya un chemin entre elles. J'ai gémi. La différence entre lui et ses chiens était qu'il savait ce qu'il me faisait. Il connaissait tous mes points sensibles, me faisait sentir en ce moment, comme je ne l'avais jamais ressenti auparavant. Me sentant étourdi, j'ai penché ma tête en arrière, j'ai rapproché mon cul du bord. Le léchage cessa.

Juste au moment où j'ouvris la bouche pour protester, je sentis ses pattes sur mon épaule. Sa bite, maintenant dure et prête, a sondé l'entrée de ma chatte. Je gémis alors qu'il glissait en moi. Lentement, il s'est enfoncé plus profondément, a enfoui sa bite en moi, s'est arrêté et s'est retiré. Et encore, et encore, douloureusement lent et profond, remplissant ma chatte humide, m'étirant, juste sur le point de me faire mal. Je passai mes mains dans sa fourrure, gémis doucement. J'ai senti les muscles de son dos, la racine de sa queue, son cul ferme. Levant mes pieds du sol, j'enroulai mes jambes autour de lui. Sa queue m'a donné un bon point de repos pour eux, et je l'ai tiré plus près.

Il a grogné. A présent, je savais que ce son signifiait, qu'il l'aimait. J'ai gémi, j'ai aimé ça aussi. Il haletait dans mon oreille maintenant, me frottant plus vite. Il n'y a pas longtemps maintenant, je pouvais le sentir. Il était proche, je me sentais étourdi et génial, mais loin d'un orgasme. Sa fourrure effleura ma peau alors qu'il m'attirait plus près, essayant de me baiser encore plus profondément. Forçant sa bite à fond à chaque poussée, me faisant légèrement mal, il a de nouveau grogné. J'ai senti le nœud commencer à gonfler, je l'ai attiré plus près. Haletant, il est venu, a enfoui son museau dans mes longs cheveux pendant qu'il tirait sa charge chaude au plus profond de moi. Je gémis, alors que le nœud scellait notre connexion. C'était bien, mais...

Sans effort, il enroula ses bras autour de moi et se leva. Avec précaution, il nous a déposés au sol, s'est allongé sur le sol et m'a tenu dans ses bras.

Articles similaires

La passion sauvage de Futa 01 : Futa fait éclater la cerise de sa petite sœur

La passion sauvage de Futa Chapitre un : Futa fait éclater la cerise de sa petite sœur Par mypenname3000 Droits d'auteur 2019 Remarque : Merci à FallenAngelX00 pour la lecture bêta ! Une chance sur cent millions. Ces mots résonnaient encore et encore dans ma tête alors que je m'effondrais dans ma chambre. J'avais dix-neuf ans et ma vie était ruinée. Une chance sur cent millions d'être affligé de la grosse condition stupide et stupide. Je ne pouvais pas le croire. Je fermai la porte derrière moi puis m'appuyai dessus, faisant claquer le loquet. Mon bras gauche était douloureux à cause de la prise...

695 Des vues

Likes 0

Je suis éveillé - Partie 2

S'ACCORDER À SON NOUVEAU JEU J'avais passé les dernières semaines depuis la sortie du lycée à sortir avec Ronnie. J'ai même pu passer plusieurs nuits avec elle dans son condo au centre-ville. Ma mère n'était pas elle-même stricte d'habitude. Après avoir été absente de la maison plusieurs jours, elle ne m'a pas du tout questionné. Je pense que cela avait beaucoup à voir avec ma sœur aînée Katrina qui me couvrait. Elle passait autant de temps chez Ronnie que moi. Elle et Mel, l'assistante de Ronnie, s'y prenaient ensemble. La semaine dernière, Katrina avait reçu une invitation de Ronnie, pour qu'elle...

1.5K Des vues

Likes 0

Mandy aime cuisiner

Mandy et moi sommes mariés depuis environ vingt-quatre ans. C'est une magnifique brune de 45 ans et quelque chose qui mesure 5'6 130 lb et a une silhouette parfaite de 34C - 24 - 35. Après la naissance de notre enfant unique, Mandy a pris environ 25 livres, mais dans l'ensemble endroits, son cul incroyable et une ligne de buste augmentée. Compte tenu de nos vingt-quatre ans de mariage, notre activité sexuelle s'est installée en quelque sorte une fois par semaine et consiste le plus souvent en Mandy demandant, je fais du sexe oral avant de faire quoi que ce soit...

1.4K Des vues

Likes 0

La nouvelle vie de Vanessa, partie 12

Ceci est la partie 12 de mon Journal. J'ai commencé à l'écrire quand j'ai pris la décision audacieuse de changer de vie. J'ai quitté mon existence terne dans le nord du Pays de Galles et je suis allé travailler comme femme de ménage pour un homme dans les East Midlands en Angleterre. C'est une décision que je ne regretterai jamais. Je n'ai jamais été aussi heureux et n'ai jamais eu autant de plaisir. vanessa samedi 31 juillet Une matinée chargée et j'étais content quand c'était l'heure du déjeuner. Debbie et moi avions la même pause déjeuner alors nous sommes allés au...

1.2K Des vues

Likes 0

Jeune veux être modèle pris

« Je suis comme un animal, me nourrissant d'elle, alors qu'elle consomme mon désir brûlant. Une fois nourri, plus le loup. Un ami m'a parlé de la fille d'un ami qui voulait poursuivre une carrière de mannequin. On m'a donné son portefeuille limité et d'autres informations ; Son nom Alla - 23 ans - jamais mariée - environ 5' 6 de hauteur - pas plus de 115 livres - longs cheveux auburn - ses traits du visage exquis sont sans défaut comme de la porcelaine fine - corps élancé - petits seins - cul parfait en forme de coeur . L'une...

684 Des vues

Likes 0

Enfoncer la mère de mon ami

« Alicia, qu'est-ce que tu fais ce soir ? J'ai demandé à ma sœur. Je vais traîner avec mon pote chez lui « Tu penses que tu pourrais me glisser ça ? Comment s'appelle-t-il ? Je l'ai toujours protégée, et maintenant qu'elle a 16 ans, il va y avoir beaucoup de gars qui essaient de profiter d'elle. Même moi, je pense qu'elle est canon, et c'est ma sœur. « Ne t'inquiète pas, je pense qu'il est gay. En fait, gay. Tu sais ? » J'étais pressé, je n'avais plus le temps de l'interroger. Soyez en sécurité ai-je crié alors que je franchissais la porte...

547 Des vues

Likes 0

Mariage Partie 1 (Pilote)

Ma femme et moi étions mariés depuis 11 ans. Notre histoire n'est pas glamour, je l'ai rencontrée à un festival de rock et elle était saoule. Je devins sa proie alors qu'elle glissait sa langue dans ma bouche et dansait autour de mes gencives. Avant même que je puisse cligner des yeux, j'avais une fille de 23 ans qui me suçait le visage avec des vapeurs de bourbon provenant de son corps. Normalement, quelqu'un comme moi reculerait, mais j'étais coincé dans le feu de l'action quand j'ai vu à quel point elle était belle. Certaines personnes auraient pu la traiter de...

487 Des vues

Likes 0

Guerre psychologique

La voix est venue par la porte. La thérapie par aversion consiste à forcer quelqu'un à arrêter un comportement social indésirable en l'associant à quelque chose de négatif... J'ai frappé à la porte en l'interrompant. Par exemple. David vient d'arriver en retard. parlez entre vous un instant. il y eut une pause et elle ouvrit la porte, entrant dans le couloir. Je la regardai de haut en bas. c'était une femme très attirante. Elle était mince, mais pas maigre, et certainement pas grosse. Son corps était bien proportionné, avec au moins des seins en bonnet C et un joli cul. Elle...

373 Des vues

Likes 0

Guerre contre Geminar partie 3

Désolé, il a fallu si longtemps pour sortir cette partie de l'histoire. Mon ordinateur portable est tombé en panne et a dû le faire réparer. J'espère que cela valait la peine d'attendre. J'ai essayé de sortir cela dès que possible, j'ai peut-être raté quelques erreurs, donc je m'excuse à l'avance. Je me suis réveillé avec la tête qui tournait et des bourdonnements d'oreilles. J'ai eu l'impression que quelqu'un me regardait, puis cela m'est revenu comme un raz-de-marée. J'étais attaqué par la fille aux cheveux rouges dans le body soyeux quand je parlais à la reine. J'ai réalisé que j'étais resté au...

1.5K Des vues

Likes 0

Démon partie 4

Les coups répétés m'ont réveillé. Était-ce encore Jayce ? Je n'avais pas besoin de ses conneries si tôt le matin. J'ai jeté les couvertures et suis sorti du lit, j'ai attrapé mes lunettes et je me suis approché de la porte. Oh c'est toi. J'étais soulagé que ce ne soit pas Jayce qui demande plus d'argent. C'était Max, cette chérie que j'ai enlevée il y a deux nuits. Hé, Korra. Serait-ce mieux si je partais? Il a demandé gentiment. Non, entre. Je vais te préparer à manger ou quelque chose. Je lui fis signe d'entrer. Tu as été occupé, dis-je, ignorant...

1.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.