Le Ravageur - Partie 1

140Report
Le Ravageur - Partie 1

Le roman n'attirait pas son attention autant qu'elle l'avait espéré. Distraite, elle tourna les pages. Gayle Thomas a vérifié l'heure sur sa montre, un petit cadeau en or coûteux de son mari. Un de ses nombreux gestes pour apaiser la douleur de ses longues absences professionnelles. Une fois de plus, Jeremy l'avait laissée seule, elle et leur fille Amy, pendant une longue période. La montre indiquait 11h43. Amy était toujours dehors. Filmer avec quelques-uns de ses amis, lui avait-il dit. Elle souhaitait ne pas s'inquiéter autant. Amy était un bon garçon et avait déjà dix-huit ans. Qu'est-ce qu'il pourrait bien faire dont elle aurait besoin de s'occuper ?

Son œil se tourna vers la cheminée. Au-dessus, la rangée de cadres photo habités par des instantanés pris au cours des dix-huit dernières années et plus se dressait comme une rangée de sentinelles argentées. Où sont passés ces temps ? Elle se demandait. Son mari rentre moins souvent. Et Amy, sa fille, maintenant sur le point de commencer sa propre vie. Ces moments de solitude deviendraient-ils la norme ?

Elle se leva, rangeant son roman. Elle aurait aussi bien pu se coucher vu l'heure. Amy était sûre de se taire si elle rentrait en retard, si elle ne décidait pas de passer la nuit avec ses amis. Elle se dirigea vers la salle de bain à l'étage et, une fois à l'intérieur, commença à mettre sa chemise de nuit. Elle laissa tomber sa jupe et enleva son chemisier, puis enfila sa nuisette en satin bleu. Elle appliqua ses crèmes pour le visage et se brossa les cheveux, puis fouilla dans le tiroir pour attraper ses pilules contraceptives.

Sauf qu'elle n'a rien trouvé. Là où se trouvait habituellement la boîte, elle était maintenant occupée par du rouge à lèvres et un rouleau de cotons-tiges.

"L'enfer?" dit-elle à haute voix, regardant autour d'elle dans le tiroir.

Rien. Les avait-elle égarés ? Cela ne lui ressemblait pas, mais pas complètement hors du domaine des possibilités. Elle avait 42 ans, prenait toujours la pilule chaque soir et n'avait pas de relations sexuelles régulières avec son mari. Elle regardait autour d'elle, mais une nuit sans ça n'allait pas la mettre enceinte.

Gayle se dirigea vers le couloir. Elle se demanda si elle aurait pu laisser son sac dans la chambre. Puis elle se demanda si Jeremy les avait peut-être emmenés en voyage, les prenant pour une boîte d'Advil ? Idiot, pensa-t-elle. Avec un haussement d'épaules, elle se dirigea vers sa chambre.

Puis elle entendit un bruit.

Gayle se retourna. Instinctivement, elle parla.

"Bonjour?"

Pas de réponse, ce qui la soulagea d'abord. Puis elle a changé de position, réalisant que si ça avait été Amy, elle l'aurait appelée. Y avait-il quelqu'un d'autre dans sa maison ?

Doucement, Gayle attrapa un chandail et se faufila en bas, regardant au coin de la porte d'entrée. Toujours fermé et verrouillé. Aucun signe d'autre cambriolage. Elle soupira de soulagement. Je suis stupide, pensa-t-elle. S'énerver pour rien. Elle se retourna pour remonter les escaliers.

Puis un bras sortit de derrière elle et passa autour de son cou.

#

Avec une secousse de force féroce, Gayle fut projetée au sol. Désorientée, elle tenta de se relever, mais en vain. Une main forte attrapa son poignet et le tordit derrière son dos, tandis que l'autre l'attrapa par ses courts cheveux noirs, tirant dessus assez fort pour tirer une douleur lancinante sur son cuir chevelu.

« Aaah ! » cria-t-elle. « Qui… qui sont… ?

"Ferme ta gueule, salope !" grommela l'homme d'une voix profonde et grossière.

« S'il vous plaît, ne me faites pas de mal ! » Gayle glapit. "S'il vous plaît, je... je n'ai pas d'argent," haleta-t-elle.

L'homme rit. "Un: c'est un mensonge", a-t-il dit. "Et deux : je ne suis pas ici pour l'argent."

Gayle se demanda un instant ce qu'il voulait dire par là. Elle eut sa réponse lorsque l'homme lâcha ses cheveux, seulement pour placer sa main désormais inoccupée sur son sein droit et le serrer brutalement.

"Quoi non!" cria-t-elle.

L'homme rit de nouveau. Sa ferveur d'agresser son sein n'a fait qu'augmenter, déplaçant sa main brutalement alors qu'il cherchait son mamelon. Ne le trouvant pas à travers le tissu de son pull, il commença brutalement à le retirer de son corps. Dans la lutte, Gayle a réussi à se libérer de son emprise et a tenté de fuir, rampant sur ses mains et ses genoux. Elle était trop lente, car l'intrus l'a attrapée par les chevilles et l'a tirée vers lui.

« Ah ! Non je t'en prie! Arrêt! Arrêtez ça, cria-t-elle alors que l'homme la faisait rouler sur le dos. "S'il vous plaît, mon fils pourrait rentrer à la maison d'une minute à l'autre. Tu vas... tu vas avoir tellement de problèmes. S'il vous plaît, partez, et je ne le dirai à personne... »

« Dites quoi à quelqu'un ? » grogna l'homme. C'est à ce moment que Gayle remarqua que son visage était couvert d'un masque de ski noir. En fait, tout sur lui était noir. Gayle a essayé de chercher tout ce qu'elle pouvait noter aux flics, ne trouvant rien. Puis, elle se figea, réalisant qu'elle n'avait aucune garantie que cet homme la laisserait même vivre pour parler aux flics. Elle se mit à sangloter, les larmes brouillant sa vision.

« J'arrêterais ça si j'étais toi. Il est inutile. Personne ne vient vous aider. Jouez le jeu et ce sera vite terminé. Je ne te ferai pas de mal à moins que tu ne m'y obliges.

Et sur ce, il saisit sa chemise de nuit par son décolleté. D'un mouvement rapide, il a déchiré le tissu de son corps, exposant ses gros seins de taille 34-F pour qu'il puisse les voir. Gayle glapit en secouant la tête pour dire non. L'intrus a ignoré ses cris, alors qu'il s'emparait de sa culotte et l'arrachait également de son corps. Gayle était allongée sur le sol carrelé froid, sifflant et marmonnant de peur, alors que l'intrus se penchait sur elle avec de la luxure dans les yeux.

« S'il vous plait... je suis marié. Ne me fais pas ça, s'écria Gayle, à bout de souffle.

Ensuite, l'intrus posa sa main sur son visage. Doucement, il lui caressa la joue, la caressant presque comme on calmerait un chien effrayé. Gayle s'arrêta, sanglota et respira de façon erratique, mais quelques minutes après son comportement doux et soudain, elle commença à se calmer.

« Que diriez-vous de ça », dit-il en levant son index. "Offre unique. Tu suceras ma bite, et si tu fais du bon travail, je partirai. Qu'en est-il de ça ? »

Les yeux de Gayle s'ouvrirent brusquement, choqués par l'idée. Elle n'était pas habituée à la fellation. Même son mari, elle ne descendait que de temps en temps. Faire ça à un parfait inconnu ? Mais elle serait en sécurité.

"Dernière chance. J'y vais une fois... », a-t-il dit.

"JE..."

"Deux fois," dit-il, s'agrippant à l'érection qui restait cachée dans son pantalon.

"TRÈS BIEN!" a craqué Gayle.

L'intrus gloussa, assis sur ses genoux alors qu'il tenait Gayle entre ses jambes. Il a commencé à déboutonner son pantalon, tandis que Gayle essayait de se relever du sol. Elle s'était attendue à devoir être à genoux pendant qu'il se levait pour recevoir sa pipe. Elle a commencé quand l'homme l'a poussée vers le bas.

"Nu-uh," dit-il. "Rester là."

Elle était confuse mais a fait ce qu'on lui avait dit. Elle espérait juste en finir avec tout ce que ce monstre avait prévu pour elle. Il se redressa, plaçant ses jambes sur ses épaules. Il répartit son poids de manière à ne pas l'écraser, tout en s'assurant qu'elle était clouée au sol. Puis, il a révélé sa bite à l'horreur de Gayle... et à son curieux étonnement.

Sa bite devait mesurer environ sept à huit pouces à première vue. La tête brillait de liquide pré-éjaculatoire, qu'il a ensuite décidé d'essuyer sur le visage de Gayle. Elle grimaça, repoussant sa révulsion face à la violation. Pourtant sa bite l'attirait. C'était dur comme un bélier, et son odeur distincte commençait à susciter un certain désir en elle. Elle a essayé de lutter contre le besoin de lui, feignant son dégoût pour sa bite. Avec un visage plissé, elle pencha la tête vers sa bite.

"Nous y voilà. Maintenant, ouvrez, siffla l'homme.

Gayle commença à pincer les lèvres, tremblante alors qu'elle ouvrait lentement la bouche. Immédiatement, il appuya le bout de sa bite sur ses lèvres. Elle sentit le goût de son liquide pré-éjaculatoire couler dans sa bouche et sur sa langue. Amère, elle grimaça au goût. Il posa sa main sur sa tête et se pressa davantage contre son visage. Gayle a résisté autant qu'elle le pouvait, essayant d'allonger le temps et de prolonger son entrée dans sa bouche aussi longtemps qu'elle le pouvait.

L'intrus l'a compris, et avec sa main il a pris son oreille et l'a tordue. La douleur a fait haleter Gayle, lui donnant sa fenêtre d'opportunité.

Avec une grande force et sans se soucier de son état, il a enfoncé sa bite profondément dans la bouche de Gayle, la glissant sur sa langue et s'approchant de son œsophage.

Les yeux de Gayle s'ouvrirent sous le choc. Pendant un instant, elle eut l'impression de ne plus pouvoir respirer. Instinctivement, elle bâillonna, alors que ses mains s'agitaient en vain, ses bras toujours coincés sous ses jambes.

Il a tenu sa bite en place, restant parfaitement immobile pendant que Gayle gémissait et bâillonnait sur sa grosse bite. Puis, lentement, il se retira de sa gorge et de sa bouche.

Gayle haleta, crachant d'épaisses gouttes de mucosités. Elle se sentait grossière et voulait se libérer et faire n'importe quoi pour laver le goût de sa bouche.

Mais aucun quartier n'a été donné, car l'intrus a glissé sa bite dans sa bouche. En fait, il commença à se pencher en avant pour avoir un meilleur angle, baisant littéralement la bouche de la pauvre femme sous son contrôle.

"Ah, enculé. Putain d'enculé incroyable », grogna-t-il en glissant sa bite dans sa gorge, son rythme augmentant.

Gayle ferma les yeux, essayant de vider son esprit de la violation de sa bouche. Elle a essayé d'imaginer son mari et, quand cela n'a pas réussi à lui faire oublier, elle a pensé à sa famille. Mais quelle que soit l'image qu'elle essayait de concocter, rien ne pouvait détourner l'attention de la bite qui lui baisait la bouche. Quand il agrippa son visage alors qu'il se poussait avec une rugosité accrue, elle avait l'impression qu'il la baisait littéralement au visage.

Et oui, malgré sa honte et son dégoût, elle se sentit se mouiller de seconde en seconde. L'excitation, provoquée par la perte de contrôle et l'audace de l'acte, a pratiquement fait étincelle ses régions inférieures. Une partie d'elle souhaitait pouvoir se toucher, mais c'était hors de question. Pendant un bref instant, elle se demanda à quoi ressemblerait cette bite s'il l'insérait dans sa chatte. Pensée honteuse et sale qu'elle a essayé de chasser de sa tête. Oh, elle espérait qu'il finirait bientôt pour qu'il parte, et qu'elle puisse chasser ce nouveau désir de son esprit.

Son rythme s'accéléra. Ses grognements devinrent plus lourds alors qu'il atteignait un point culminant violent. Gayle se sentit frissonner d'anticipation, bougeant la tête avec luxure avec sa queue.

"Aah, fuucccckkk !!!" l'homme grogna, lâchant une dernière poussée dans la gorge de Gayle, puis libérant sa charge.

Des gouttes épaisses de son sperme ont été injectées dans Gayle, qu'elle a été forcée d'avaler par l'agitation de son réflexe nauséeux. Une larme solitaire roula sur sa joue, tandis que l'homme retirait sa bite devant ses lèvres. Le goût était fétide, tandis que l'odeur du sexe s'attardait sous le nez de Gayle. Elle sanglotait silencieusement, à bout de souffle et ses yeux se fermaient. C'était fini.

L'homme resta un moment allongé à côté d'elle, la retirant de son emprise. Gayle ne bougea pas non plus alors qu'elle luttait pour retrouver son sang-froid. Il fallut un bon quart d'heure avant que l'homme ne se retourne, plaçant son visage masqué près du sien.

"Hé," murmura-t-il. "Devinez quoi?"

Par instinct, répondit Gayle. "Quoi?"

« J'ai menti », dit-il en riant sombrement.

"Qu-qu-- ?" Gayle marmonna, à peine capable de réagir avant que l'intrus ne bondisse, la hisse dans ses bras et sur ses épaules, alors qu'il se dirigeait vers les escaliers.

Gayle hurla, frappant son dos avec ses poings. La honte d'être portée comme un morceau de viande, nue comme le jour de sa naissance, était presque trop. Elle cessa d'essayer de se jeter de ses épaules quand il arriva à mi-chemin, craignant de dégringoler les marches et de se casser le cou. Elle l'a toujours maudit et a plaidé pour qu'on le laisse partir. L'homme a ignoré ses supplications. Au lieu de cela, il fit l'inventaire de l'étage supérieur. La deuxième pièce qu'il vérifia semblait convenir à ses besoins, et il fit irruption et jeta Gayle sur le lit qui s'y trouvait. Elle l'a immédiatement reconnu comme étant le lit de sa fille Amy.

"Non pas ici! S'il te plaît--!" elle a supplié.

Encore une fois, son ravageur n'a montré aucune pitié. Il enleva son pantalon et réussit à enlever sa chemise sans bouger son masque de ski, laissant son corps tonique aussi nu que le sien. Pendant un instant, Gayle s'est senti hypnotisé par sa jeunesse et sa carrure, sans parler de sa bite en érection. Mais tout plaisir coupable qu'elle tirait de la vue a rapidement disparu alors qu'il, sans un instant d'hésitation, s'est avancé, a pris ses chevilles dans ses mains, a écarté ses jambes et a impitoyablement enfoncé sa bite dans sa chatte humide.

Gayle avait le souffle coupé.

Il la violait.

#

Les lèvres de Gayle tremblaient, à la fois de choc et d'incapacité à trouver les mots. Au moment où elle a finalement parlé, l'intrus a déjà réussi dix bonnes poussées profondes dans sa chatte, frappant pratiquement son col de l'utérus.

"Arrêt! Sors! Enlève-toi de ma chatte !

Sa main vola, la frappant sur son sein droit. Elle a crié. Il la frappa de nouveau, cette fois sur sa gauche. Après avoir libéré une de ses chevilles de son emprise, Gayle glissa sur le côté. Il en profita pour faire glisser son autre jambe sur son épaule, la baisant sur le côté.

« Aaah ! » Gayle gémit. "W-pourquoi es-tu-- !"

"Tu veux que je te gifle encore ?" gronda son agresseur.

"N-non--,"

"Je le pensais," rit-il, enfonçant des boules profondément dans sa chatte humide. Son rythme s'accéléra, martelant en elle sans aucune considération pour sa douleur.

Gayle enfouit son visage dans les draps d'Amy, pleurant tranquillement. Cependant, elle l'a aussi fait pour cacher son excitation. Sa pénétration violente de son corps avait commencé à remuer quelque chose en elle. Même si elle essayait de le combattre, elle pouvait sentir la sensation monter en elle. Elle n'a pas réussi à empêcher son corps de bouger, poussant sa chatte sur sa bite raide alors qu'il plongeait en elle, de plus en plus profondément.

Ainsi, d'autant plus sa déception quand il a dit ce qu'il a dit.

"Baise-moi ... je jouis," grogna-t-il.

Gayle se cacha le visage, à moitié soulagée qu'il soit sur le point de finir, à moitié déçue qu'elle ne soit même pas proche de l'orgasme. A tel point qu'elle ne s'était pas attendue à ses prochains mots.

« Prêt pour ça, salope ? Prêt pour mon sperme? Je vais le pomper directement dans cette chatte !

"Quoi! Non! Non non, s'il te plait non ! Pas là-dedans !" Gayle a plaidé. « S'il vous plaît, n'importe où sauf à l'intérieur. Je vais... je vais même avaler !

« Ça ne fait pas partie du programme, salope, » grogna-t-il. "Oh putain, ça vient."

"Noooooon!!!" Gayle haleta.

Elle pouvait le sentir au plus profond d'elle. Des coups épais de sperme éjaculant jusqu'à l'intérieur d'elle. Elle sanglotait et frissonnait, honteuse que quelqu'un qui n'était pas son mari soit entré dans sa chatte.

Son violeur se pencha en arrière, sa bite palpitant toujours en elle alors qu'il reprenait son souffle. Il a frappé son cul nu de manière ludique à quelques reprises, puis s'est finalement retiré d'elle. Gayle frissonna en s'éloignant, ne faisant pas attention à lui alors qu'il commençait à fouiller dans les tiroirs d'Andrew. Elle a mis sa main sur son entrejambe, essayant d'attraper le sperme alors qu'il s'échappait d'elle. Lentement, elle essaya de l'enlever d'elle, mais cela ne fit que couler sur les draps de son fils. Une tache foncée a rendu le bleu foncé encore plus foncé. Découragée, elle s'assit.

« Espèce de… putain de bâtard. Comment peux-tu? Comment as-tu pu me faire ça, sanglota-t-elle.

Mais quand elle leva les yeux, tous les mots lui manquèrent. Ses yeux devinrent aussi larges que des soucoupes, alors qu'elle le regardait prendre une des cravates du dimanche d'Andrew, saisir les deux extrémités respectives dans ses mains et s'approcher d'elle avec la cravate tendue.

« Qu'est-ce que... qu'est-ce que tu fais ? » elle a chuchoté.

« N'est-ce pas évident ? Je ne peux pas laisser de témoins, bébé.

"Non... non, s'il te plait ne--?" Gayle marmonna, alors qu'une larme coulait sur son visage.

« Je suis désolé, vraiment. Je ne peux pas le risquer. C'était amusant », a-t-il dit, alors qu'il prenait la cravate et l'enroulait autour du cou de Gayle et commençait lentement à la serrer.

Les yeux de Gayle s'exorbitèrent alors qu'elle cherchait de l'air. Instinctivement, elle se mit à battre des bras. Son violeur, sans se décourager, s'est jeté en arrière sur le lit, utilisant tout son poids pour serrer son garrot improvisé autant qu'il le pouvait.

L'air étant bloqué dans ses poumons, Gayle s'est affolée. Elle essaya de crier, mais les mots sortirent comme de faibles gargarismes. Elle a essayé de donner des coups de pied avec ses pieds, mais n'a touché rien d'autre que l'air. Sa langue sortit de sa bouche alors qu'elle haletait désespérément, mais le lien autour de son cou ne fit que se resserrer.

"Allez, laisse tomber," grogna son ravageur. "Laissez faire."

Les yeux de Gayle sont pratiquement sortis de sa tête, alors que sa langue enflait et que son visage passait du rouge vif au violet foncé. Ses lèvres virèrent au bleu, tandis que sa lutte diminuait de force.

Son agresseur, enhardi, posa une main sur sa poitrine. Son rythme cardiaque était à travers le toit. Un peu plus maintenant.

"Aaargh, putain de meurs, connard," grogna-t-il, enfonçant sa bite dans son dos avec excitation.

La couleur a commencé à s'estomper sur le visage de Gayle, alors que ses yeux roulaient à l'arrière de sa tête. Elle convulsa, tandis que son cœur battait furieusement. Ensuite, ça a ralenti. Et bientôt, avec ses derniers soupirs d'air, ça s'est arrêté. Ses bras s'écartèrent, alors qu'elle ne regardait rien.

Le violeur a attrapé son cou, cherchant un pouls mais n'en trouvant pas. Il resta allongé là un moment, sentant ses derniers spasmes, avant de finalement relâcher sa prise dans son cou. Étourdi et excité, il l'a roulée hors de lui et a commencé à caresser furieusement sa bite. Cela n'a pas pris longtemps.

"Aaah, fuuuuck," gémit-il, alors qu'il tirait une grosse charge de sperme sur le visage sans vie de Gayle. Un globe de celui-ci a obtenu son œil, auquel elle n'a naturellement eu aucune réaction.

Le ravageur recula, admirant son œuvre. Il se sentait presque mal que ce soit fini, mais il l'avait finalement fait. Son premier. Il a attrapé son propre téléphone et a pris des instantanés de son travail pour une admiration ultérieure. Et il se serait enfui dans la nuit pour commencer à planifier la recherche de sa prochaine victime, si une voix ne l'avait fait sursauter par la porte.

"M-maman?" Amy, la fille de Gayle marmonna, fixant avec des yeux étonnés le cadavre nu et taché de sperme de sa mère. Puis ses yeux tombèrent sur le ravageur, dont la bite se redressa instantanément.

C'était une bonne nuit pour lui.

-Fin de la partie 1-

Articles similaires

JJ : Retrouvailles avec papa

Il regardait un film au sous-sol, la lumière bleue scintillante donnant à son visage un air un peu extraterrestre. Maman l'avait renvoyée de la salle familiale, elle avait une sorte de soirée vin avec ses amis. Papa aimait généralement être laissé seul lors des soirées vin de maman... quelque chose à propos des niveaux d'œstrogènes trop élevés. Elle savait qu'il était un peu grincheux aujourd'hui, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas prêté attention à elle. Ses amis étaient au camp d'été et elle s'ennuyait et se sentait seule. Elle s'approcha du canapé et s'appuya contre le dossier, frottant paresseusement...

0 Des vues

Likes 0

Ranchland - (Le réel) Chapitre 3

Mes excuses pour avoir mal posté le premier chapitre 3. Je vais devoir arrêter de faire ça aux petites heures du matin. Pour rattraper ce bordel, je travaille sur un quatrième chapitre, que je posterai dès que je pourrai. ___________________________________________________________________________________ Ranchland - (Le réel) Chapitre 3 Il était tard dans l'après-midi lorsque Ben et Amy arrivèrent à la maison de Ranchland. Amy avait appliqué plus de crème anti-démangeaisons qui avait soulagé Ben, et combinée à de nombreux bains froids pour réduire la chaleur de sa peau brûlée, son coup de soleil s'est transformé en la peau sèche et desquamante de la...

411 Des vues

Likes 0

Ma première expérience gay_(2)

Introduction C'était vendredi soir et j'étais assis à la maison en train de regarder du porno comme d'habitude. Quand j'ai décidé de regarder Craigslist, ce que je faisais habituellement parce que toutes les bites qui avaient besoin de sucer m'excitaient tellement. Ce soir finirait par être un peu différent de la plupart des nuits cependant. J'ai fini par boire quelques verres et publier ma propre annonce, ce que je n'avais jamais fait auparavant. J'ai posté mon annonce en disant que j'avais 26 ans et que je cherchais une belle grosse bite à sucer. Maintenant, à ce stade de ma vie, je...

309 Des vues

Likes 0

Honneur du devoir

J'ai senti la brise froide effleurer mon visage et mes genoux me brûler les mollets alors que je prenais de la vitesse en descendant le trottoir. À seulement un kilomètre et demi de chez moi, je commençais juste ma course nocturne, heureuse que l'été soit de retour. Je détestais les hivers parce que je passais plus de temps dans une salle de sport ou que je m'entraînais pendant les heures les plus chaudes de la journée. La seule mauvaise chose était que je me sentais en quelque sorte chagrin d'y avoir pensé, rien de mal et d'amusant ne se produirait jamais...

487 Des vues

Likes 0

TU ES UNE FEMME TRES EXCITANTE LIZ

Elle portait une chemise noire à moi, des talons hauts et son parfum préféré. La chemise était assise sur ses épaules et complètement ouverte, montrant son corps luxuriant et ses mamelons dressés. Elle avait ses magnifiques jambes grandes ouvertes alors qu'elle se faisait plaisir avec un vibromasseur à ma demande. L'expression sur son visage montrait qu'elle s'amusait visiblement pendant que je la regardais. La veille, elle m'avait téléphoné pour me demander si j'avais des travaux qu'elle pourrait faire pour moi pour aider à payer certaines factures. Dans le passé, elle avait fait des demandes similaires et je l'avais payée pour le...

465 Des vues

Likes 0

L'histoire de Robert chapitre 12

Après la danse (((Sonnerie))) (((Sonnerie))) Une forte sonnerie envahissante s'est installée sur moi, j'ai attrapé le téléphone, emmêlé dans des petites filles nues. Bonjour? « Bonjour Robert » Marcus a dit gaiement, « Réveillez les filles d'Erik et envoyez-les à leur grand-père qu'elles ont une journée de préparation à faire, et rejoignez-moi sur le balcon pour un café. Nous avons de la logistique à couvrir. J'ai gentiment donné un coup de coude et embrassé les petits anges réveillés en les tirant du lit. Ils rassemblèrent leurs robes comme je trouvais une robe. Alicia, Tawny, Sam et Shelly ont roulé dans mon coin chaud maintenant...

411 Des vues

Likes 0

Soirée poker avec soeur partie 4

Pour les thèmes, je veux mettre et plus. Mais, promis, pas d'homme sur homme. Vous avez de la chance. Je ne pouvais pas dormir. Je dois aller travailler dans 3 heures, alors j'espère que vous m'en serez reconnaissant ! MDR Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 3 (2 est facultatif et déconseillé pour la feinte du cœur), alors vous serez probablement perdu. Il s'agit d'une histoire de frère soeur tabou avec des âges appropriés de plus de 18 ans. Si vous aimez, faites-le moi savoir, et j'essaierai d'en écrire plus. Tout commentaire ou suggestion de rédaction ultérieure est...

473 Des vues

Likes 0

DÉMON

« Et restez dehors ! » J'ai été expulsé du seul endroit que j'appelle chez moi. Cette fois, je ne reviendrai probablement pas en rampant vers Rebecca. Je sais très bien que j'ai merdé en la choisissant, et il n'y a pas de retour. « Puis-je au moins avoir mes vêtements ? » J'ai appelé depuis le trottoir, mais la seule réponse que j'ai eue a été une porte claquée. Elle allait probablement les vendre de toute façon. Mince. J'ai bousculé les poches de ma veste, essayant de trouver les clés de ma voiture de sport. Trouvant mes clés dans la poche gauche de mon pantalon, j'ai...

451 Des vues

Likes 0

Fantaisie de déploiement

Je veux tout vous dire sur mon déploiement en Turquie. J'étais seul et je n'avais pas envie de faire la même chose que tous les autres gars. Vous savez parler à des filles de l'État en espérant que je puisse préparer quelque chose à mon retour. J'étais dans une chambre avec 8 gars dans 4 lits superposés, et je voulais trouver quelqu'un qui était en poste ici avec sa propre chambre. Peut-être même une maison. Je suis donc allé au groupe de vente de garage sur Facebook et j'ai commencé à chercher un ami dans la liste des membres. Qui sait...

457 Des vues

Likes 0

Je n'ai jamais su son nom

Je n'ai jamais su son nom ….Une épouse solitaire…. une maison à la campagne…. un beau réparateur…. une tempête…. une route inondée qui s'éloigne de la maison…. une averse continuelle…. les lumières s'éteignent et il n'y a plus qu'à attendre. La maison devient froide sans chauffage électrique. Que peuvent-ils faire pour se réchauffer en attendant ? L'esprit d'une femme commence à fantasmer. ….Son mari capitaine de vaisseau ne rentre à la maison que deux fois par an. Elle obtient une grande couverture à mettre sur eux pendant qu'ils attendent sur le canapé. Il fait plus sombre dehors. Elle a des bougies…...

272 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.